Version classiqueVersion mobile

Pierre Mendès France et la démocratie locale

 | 
Dominique Franche
, 
Yves Léonard

Troisième partie. Pierre Mendès France et l'espace rural

Débat

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Olivier Dard : Françoise Chapron nous a brossé un tableau, qui peut sembler un peu iconoclaste, d’un Pierre Mendès France « défenseur des paysans », selon sa formule. Il me paraît important à prendre en compte car il montre deux choses.

2Tout d’abord, il y a chez lui un intérêt profond et nécessaire pour ces questions agricoles, intérêt qui est lié à son appartenance radicale. Le parti radical est pour une grande part, dans un certain nombre de départements français, d’abord implanté à la campagne. Cela explique que, durant les années trente, il contrôle, en la personne d’Henri Queuille, le ministère de l’Agriculture pendant des années. Henri Queuille a été plus de huit ans ministre de l’Agriculture, et il est une incarnation du radicalisme.

  • 1 Queuille (Henri), Le Drame agricole, un aspect de la crise économique, Paris, Hachette, 1932 (cette (...)

3La communication de Françoise Chapron apporte un deuxième enseignement. On voit bien, à travers ses idées sur l’agriculture, que Mendès France est un radical de stricte obédience, dans la mesure où il se préoccupe de problèmes qui soucient les édiles du parti. Je pense en particulier au livre d’Henri Queuille, Le Drame agricole1 publié en 1932, dans lequel on retrouve une partie des thématiques qui ont été évoquées ici. Mais à une réserve près, qui montre que Mendès France, tout en étant de stricte obédience, est aussi un radical « avancé » : sa préoccupation par rapport à l’Office du Blé, dont Henri Queuille s’est accommodé, certes, mais vraiment contraint et forcé. Au contraire de cette figure tutélaire du parti radical, et surtout de l’agriculture, mal à l’aise par rapport à la question de l’Office du Blé — Queuille a préféré passer au Sénat en 1935, évitant ainsi de se retrouver candidat du Front populaire en 1936 —, de ce point de vue Pierre Mendès France est plus proche d’un certain nombre de socialistes qu’il ne l’est d’un certain nombre de radicaux.

4D’autre part, Jean-Henri Calmon a montré la possibilité de rencontre entre une partie de l’organisation agricole et d’un homme comme Pierre Mendès France autour de l’idée qu’il fallait développer la productivité, un des maîtres mots des années 1940-1950. Cela avait été, en matière industrielle, avec la rationalisation, une des grandes affaires de l’entre-deux-guerres, mais il est frappant de constater qu’à cette époque les rationalisateurs n’avaient jamais réussi à imposer la productivité à la campagne. Toutes les tentatives qui avaient été faites, dans les revues ou dans les conférences par exemple, s’étaient toujours soldées par des échecs. En revanche, au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, l’idée de productivité se diffuse partout, y compris sur les ondes de la radio nationale. Quand on lit le journal Productivité, on constate que, à la différence des publications du même type publiées pendant l’entre-deux-guerres, l’agriculture y occupe une place importante. Par conséquent, on peut désormais réfléchir autour de la modernisation en intégrant l’agriculture. Cela permet à quelqu’un comme Pierre Mendès France, qui est un des chantres de la productivité et de la modernisation, de se retrouver de plain-pied avec un certain nombre de questions qui préoccupent le monde paysan.

5Franck Martin : Une remarque de la part du vice-président du conseil général, puisqu’elle porte sur le département. Que Pierre Mendès France ait été un député développant une spécialisation à la fois par dilection et nécessité envers le monde paysan, c’est incontestable. Attention toutefois à ne pas présenter l’Eure comme un département où l’on ferait la confusion entre une économie agricole et le monde rural ! En effet, depuis le xixe siècle le département de l’Eure se situe entre le troisième et le septième rang comme département le plus industrialisé de France, c’est-à-dire que la majorité de la population de l’Eure travaille dans l’industrie et non pas dans le monde agricole. C’est quelque chose qu’il faut toujours rappeler car l’Eure, même maintenant, a cette image de département soumis à une économie agricole. Il est vrai, bien sûr, que le monde agricole pèse d’un poids prépondérant ou déterminant dans l’équation politique, notamment à cette époque. Mais il fallait faire cette remarque, et d’autant plus qu’en ce qui concerne Louviers on sait aussi que le développement de la ville s’est fait par celui d’une industrie textile qui était sous-traitante des grandes fabriques, dans les hameaux et bourgs environnants.

6II faut donc nuancer dans ce sens-là. En fait, Mendès France avait une base ouvrière et urbaine très importante. Il a travaillé, à la fois par goût et par intérêt personnel sur les questions agricoles — dont il était effectivement un grand spécialiste. C’était aussi pour atténuer son point faible en termes d’insertion politique et pour corriger son image de jeune urbain débarquant de Paris.

7La question que je voulais poser déborde le cadre chronologique de ce débat. On sent bien que Mendès, comme on dit, est un rationalisateur. En économie il est un rationaliste, un keynésien, et il s’inscrit donc fort bien dans une époque, notamment après la guerre, où la planification, le contrôle des prix, le contrôle des salaires, donnent aux hommes politiques l’impression qu’ils peuvent maîtriser le monde économique. L’Office du blé ou le remembrement agricole sont des outils de la rationalisation de l’économie et donc de la mise en oeuvre de politiques visant à la productivité. Mais en ce qui concerne l’aménagement du territoire, le républicain est-il resté jacobin ? Nous sommes en ce moment dans le grand débat sur la décentralisation, et la France est maintenant majoritairement girondine. Mais je n’ai jamais trouvé dans l’œuvre de Pierre Mendès France d’instrument politique décentralisé. Il avait parfaitement intégré toutes les mesures d’aménagement du territoire pour corriger les excès du « désert français », mais, en même temps, il est, me semble-t-il, toujours resté très jacobin, très planificateur, très centralisateur dans sa vision de la décentralisation, si je puis dire. Dans ce que j’ai lu de lui, il s’est toujours inscrit dans les instruments très traditionnels et finalement très IIIe République : la commune, le département, l’État. Il n’a jamais parlé de la région en tant qu’outil de pouvoir politique, me semble-t-il.

8Il y a un moment où la question se pose politiquement. En 1969, le général de Gaulle propose un référendum qui, d’une part, porte sur la réforme du Sénat et, d’autre part, sur la régionalisation. Quelle a été, à ce moment-là, la position de Mendès France ? Le jacobin a-t-il commencé à évoluer vers une vision décentralisatrice plus proche de celle de Gaston Defferre ?

  • 2 En fait, une « Déclaration au sujet du référendum du 27 avril 1969 » est reproduite dans le tome V (...)

9Françoise Chapron : On arriverait peut-être à trouver quelque chose dans un des volumes des Œuvres complètes mais je n’ai pas vu de texte très précis dans ce domaine2.

10Laurent Chevrel : C’est un peu loin dans mes souvenirs mais j’ai pu voir les rapports préfectoraux sur le référendum de 1969, et le conseil général de l’Eure, composé pour une certaine partie d’héritiers de Mendès France, avait voté un vœu rejetant la réforme du Sénat, au point que le préfet avait dû quitter la salle à ce moment-là. Il y a eu tout un débat sur cette question.

11Si mes souvenirs sont bons, l’Eure est assez représentative de ce qui s’est passé sur le plan national, c’est-à-dire que les partis de gauche ont pris position en faveur du « non » et se sont retrouvés sur cette position associés aux indépendants et paysans. En fin de compte, dans l’Eure, il s’est trouvé une seule personne pour faire campagne pour ce référendum : Tomasini, qui est allé partout pour essayer de récupérer les morceaux.

12Françoise Chapron : Ce qui n’étonnera personne.

  • 3 Pierre Mendès France aborde le problème de la deuxième chambre et celui du Conseil économique et so (...)

13Éliane Carouge : Il me semble que la question du Sénat est évoquée dans La République moderne.. Pierre Mendès France est un partisan du bicamérisme, il l’affirme nettement. Mais il critique le mode de désignation du Sénat qui donne une surreprésentation aux milieux ruraux, alors qu’il préférerait une représentation des milieux économiques. On va retrouver cela avec le Conseil économique et social mais, au lieu d’une troisième chambre, il aurait préféré transformer la seconde, la réformer sans la supprimer3.

14Claude Cornu : C’est exact, sauf que le Sénat ainsi transformé n’était plus une deuxième assemblée législative, même s’il était consulté automatiquement sur tout projet de loi.

15Françoise Chapron : C’est vrai que, dès 1945, aux premières élections constituantes, il dit bien dans sa profession de foi qu’il faut absolument un bicamérisme. Je confirme tout à fait ce qu’a dit Éliane Carouge : il y tient beaucoup. Sur la régionalisation, c’est vrai que, moi non plus, je n’ai pas l’impression d’avoir trouvé des textes forts sur ce point. Par rapport à ce que dit Franck Martin, je pense que Mendès France est jacobin, avec l’envie peut-être qu’il y ait quand même une marge de manœuvre et d’autonomie au niveau des instances locales. Un exemple : l’idée de voter la création, pendant qu’il est président du Conseil, de comités départementaux d’expansion économique. On est bien sur cette position-là. C’est quand même l’État qui détermine le fait de mettre en place ces comités, et lui le mettra en œuvre évidemment dans le département de l’Eure. Mais on a un peu l’impression qu’on est plus dans le domaine de la déconcentration que de la décentralisation.

  • 4 Pierre Caziot (1876-1953), ingénieur agronome, membre de l’Académie d’agriculture, ministre secréta (...)

16Olivier Dard : C’est justement ce qui distingue profondément, je crois, Pierre Mendès France de tous ces milieux régionalistes dont Jean-Henri Calmon nous a parlé, même si sa position a pu évoluer. Durant les années trente, il est loin de toute cette thématique du retour à la terre, qui va être au fond la matrice de l’ouvrage de Jean-François Gravier, Paris et le désert français, dont les deux éditions sont très différentes : on cite toujours celle de 1958 en oubliant celle de 1947, qui était beaucoup plus d’inspiration maurrassienne — Jean-François Gravier a été l’une des grandes figures de la jeune droite maurrassienne des années trente, pénétrée de cette nécessité de régionaliser et d’éviter la mort de la France car « chaque paysan qui s’en va, chaque commune qui se délite, c’est la France qui meurt ». De ce côté, on se situe dans le cadre d’un discours que l’on peut trouver chez Pierre Caziot4 et d’autres.

17Quelqu’un comme Pierre Mendès France se place dans une tout autre perspective que celle des décentralisateurs. J’ai relu pour ce colloque La République moderne et ce qu’il écrit sur la régionalisation en particulier : au fond, même s’il ne tranche pas véritablement, sa perspective est celle d’une déconcentration. Il a tout à fait conscience que l’État doit probablement être aménagé dans ses nouvelles fonctions, qu’il faut en finir avec l’hypertrophie parisienne, mais il n’est pas l’homme qui, à ce moment-là, réfléchit à la décentralisation, à la différence de Gaston Defferre, par exemple. C’est d’ailleurs tout à fait intéressant parce qu’on ne le voit pas non plus, au début des années 1950, dans toute une série de mouvements mêlant un certain nombre d’élus — Claudius-Petit et d’autres — qui, eux, sont vraiment les chantres de la décentralisation dès ce moment-là. Ce sont des affaires que Mendès France connaît nécessairement — Tiennot Grumbach nous a rappelé le soin avec lequel il lisait la presse. Mais on est devant quelque chose qui ne figure pas dans ses préoccupations directes.

18Intervention dans la salle : Au conseil général, il avait dû s’entourer d’un certain nombre d’élus parmi lesquels, en particulier, Georges Azémia qui était maire de Vernon, la deuxième ville du département, et vice-président du conseil général de l’Eure quand Mendès en était président. J’ai trouvé par hasard les archives et journaux de Georges Azémia, dont j’ai fait don aux archives départementales de l’Eure. On voit qu’il était abonné à des journaux agricoles. Il avait donc dû s’informer lui-même pour gérer le conseil général, puisqu’il y avait des élus agricoles qui siégeaient dans l’opposition.

19Françoise Chapron : D’abord pour répondre à Monsieur Martin, la règle du jeu dans les communications est évidemment de privilégier le thème demandé, et je suis entièrement d’accord avec vous sur le fait que, bien entendu, on ne peut pas réduire Pierre Mendès France, ou le département de l’Eure, uniquement à sa ruralité. Sans doute Cédric Perrin pourra-t-il montrer d’autres aspects en prenant en compte d’autres catégories sociales. J’ai parlé de la circonscription de Louviers. Effectivement, après la guerre, bien sûr il n’a pas traité au conseil général que des questions concernant la modernisation agricole. Mais, en tout cas, c’est suffisamment significatif de la modernité de Pierre Mendès France pour en avoir fait un exemple.

20Je ne suis pas entrée dans le détail de toutes les grandes bagarres qu’il y a dans l’Eure après la Présidence du Conseil, pas seulement autour des bouilleurs de crus — il y a les décrets sur la betterave, l’agitation paysanne en général. Il faut quand même savoir que Dorgères vient dans le département de l’Eure, et que son « âme damnée », si l’on peut dire, c’est Daniel Quesnot, qui est un des représentants les plus importants sur la région de Pont-Audemer. Mais, dans les rapports qu’il a politiquement et professionnellement avec les organisations agricoles, on sent bien qu’il y a une aile conservatrice de l’agriculture. En laissant de côté Quesnot, qui est plus que conservateur, on voit les dirigeants de droite qui défendent des positions classiques, par exemple Jean Lainé. De là pour Pierre Mendès France l’intérêt de s’appuyer sur quelqu’un comme Gilbert Martin, et sans doute aussi, d’une façon plus diffuse, sur de jeunes agriculteurs qui représentent un appui quant à la problématique de la modernisation, de l’organisation du marché et de la productivité. Donc on sent bien là le clivage. Pierre Mendès France est loin d’avoir l’accord de toutes les associations professionnelles agricoles dans son département.

Notes

1 Queuille (Henri), Le Drame agricole, un aspect de la crise économique, Paris, Hachette, 1932 (cette note et les suivantes sont de l’éditeur).

2 En fait, une « Déclaration au sujet du référendum du 27 avril 1969 » est reproduite dans le tome V des Œuvres complètes, p. 427-430. Revendiquant le fait d’avoir « été le premier chef de gouvernement qui ait pris des mesures de régionalisation et d’aménagement du territoire », Pierre Mendès France dénonce les « pseudo-réformes » auxquelles aboutirait le texte soumis au référendum. À propos des régions, il formule les trois reproches suivants : leur nombre (21) trop élevé les privera des moyens nécessaires ; les superpréfets « domineront les mini-régions [...] avec le concours des députés UDR, présents en force dans des conseils régionaux, habilement conditionnés » ; « Rien enfin n’est garanti quant aux ressources des régions [...] Que reste-t-il de l’autonomie des régions, si elles doivent constamment mendier des aides financières au gouvernement ? » Et de conclure en dénonçant « la volonté d’organiser, sous le nom de régions, un quadrillage administratif plus solidement tenu en mains par le pouvoir gaulliste ». D’autre part, le numéro 69 (avril 1969) du Courrier de la République comporte un texte — non signé, comme toujours dans cette revue, mais exprimant la pensée de Mendès France — qui reprend de manière détaillée les mêmes critiques du projet gouvernemental, assorties cette fois de propositions sur ce que devraient être les régions. Plus généralement, de La République moderne ( 1962) au numéro 97 du Courrier de la République (juin 1972) intitulé « Construire la région », plusieurs textes montrent un Pierre Mendès France de plus en plus partisan de la décentralisation.

3 Pierre Mendès France aborde le problème de la deuxième chambre et celui du Conseil économique et social p. 119-133 de La République moderne.

4 Pierre Caziot (1876-1953), ingénieur agronome, membre de l’Académie d’agriculture, ministre secrétaire d’État à l’Agriculture du gouvernement Pétain de 1940 à 1942, condamné en 1947 à la dégradation nationale à vie, auteur de plusieurs livres, parmi lesquels le manuel de référence Expertises rurales et forestières (1re éd. 1920), Une solution au problème agraire. La terre à la famille paysanne (1919), Le Problème de l’habitation (1927), Au service de la paysannerie (1941).

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search