Version classiqueVersion mobile

Pierre Mendès France et la démocratie locale

 | 
Dominique Franche
, 
Yves Léonard

Troisième partie. Pierre Mendès France et l'espace rural

Jean Raffarin et le monde paysan dans le gouvernement de Pierre Mendès France (1954-1955)

Jean-Henri Calmon

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Notre propos n’est pas de traiter de la politique agricole du gouvernement de Pierre Mendès France, mais d’essayer de comprendre la nature des relations qui s’établirent entre le gouvernement et les dirigeants de l’organisation paysanne, particulièrement exigeants et méfiants. Dans cette affaire, le truchement n’est pas le ministre en titre, Roger Houdet, ingénieur agronome, brillant technicien, sans lien véritable avec la profession, mais plutôt le secrétaire d’Etat, Jean Raffarin, homme du sérail, issu d’un milieu modeste et proprement fils de ses œuvres.

  • 1 Sources : Archives départementales de la Vienne : dans la série 1 W, dossiers électoraux avec notam (...)

2Il nous a paru intéressant de voir dans quelles conditions il était arrivé au ministère, ce qu’il y a fait, et ce que fut sa carrière après huit mois bien remplis passés au gouvernement1.

Jean Raffarin et l’organisation paysanne

3Mais on ne peut parler de la carrière de Jean Raffarin sans évoquer tout d’abord le milieu dans lequel elle s’est toute déroulée et où il a puisé de précieuses leçons, pour lui-même, et pour l’avenir de l’agriculture.

4Il existe dans la Vienne un puissant mouvement agraire organisé depuis 1884 autour du Syndicat des agriculteurs de la Vienne qui compte, dans les années trente, plus de quatorze mille adhérents et édite un bulletin bimensuel de qualité. Ce groupe est composé d’hommes qui se distinguent par leur culture, leur compétence, leurs convictions, leur dévouement à la terre, et que l’on peut qualifier de « nouveaux physiocrates ». Nulle activité ne saurait dépasser l’agriculture pour eux, qui considèrent que l’industrie est responsable de tous les maux, à commencer par la guerre de 1914-1918, et qui veulent mettre un terme à l’exode rural, tout en imaginant les conditions d’un retour à la terre. Il ne saurait être question de les citer tous ici, mais on retiendra le nom de deux d’entre eux, Victor Boret et Marc Ferré, qui ont compté pour beaucoup dans la carrière de Jean Raffarin.

5Le premier, élu député en 1910, le reste jusqu’en 1927, date de son entrée au Sénat où il est réélu en 1935 avec l’appui du Front populaire. Ministre de l’Agriculture et du Ravitaillement dans le cabinet Clemenceau en 1917, il retrouve son poste à l’agriculture en 1930, dans un éphémère cabinet Steeg, où figure comme ministre des PTT Georges Bonnet, dont Pierre Mendès France est un collaborateur. Nul doute que ce dernier, qui cherche alors à s’implanter dans l’Eure, ait connu cette personnalité de tout premier plan de l’agriculture française : président de la Société nationale d’Encouragement à l’Agriculture, fondée en 1880 par Gambetta pour contrebalancer l’influence de la très conservatrice Société des Agriculteurs de France et gagner les paysans au nouveau régime, il préside, de même, la fédération des associations agricoles du Poitou, le syndicat des agriculteurs de la Vienne (à partir de 1929) et le conseil d’administration de l’Institut national de recherches agronomiques. Républicain sincère, se situant dans la mouvance du radicalisme indépendant, éminent parlementaire, orateur de talent, Victor Boret est considéré comme le grand défenseur écouté de l’agriculture et de la paysannerie françaises. Membre de l’Académie d’agriculture, il a publié des ouvrages qui ont connu un certain succès. C’est lui qui, avec quelques autres, a fait modifier la loi du 5 avril 1928 sur les assurances sociales, unanimement rejetée par les agriculteurs. Grâce à ses propositions, le texte, largement révisé, aboutit à la loi du 30 avril 1930, si avantageuse pour les agriculteurs, et dont il se fait l’ardent propagandiste auprès des intéressés. Son attachement passionné à la cause agricole le pousse à opter, sans hésitation, pour le gouvernement du maréchal Pétain en 1940.

6Le second, Marc Ferré, ingénieur agronome, commence très jeune une brillante carrière dans l’ombre du précédent comme secrétaire général du Syndicat des agriculteurs. Durant la Seconde Guerre mondiale, il assume les fonctions de conseiller national et de syndic régional de la corporation paysanne. Après 1945, il est le dirigeant agricole le plus en vue du département et de la région, collectionnant toutes les présidences, notamment celles du Crédit agricole, de la Mutualité, de la chambre d’agriculture, et accédant en 1972 à la plus prestigieuse de toutes, celle de l’Académie d’agriculture de France. Considéré par ses adversaires comme un conservateur, voire un réactionnaire, on doit à la vérité de dire qu’il est un des rares responsables agricoles à avoir approuvé, publiquement, Léon Blum lorsqu’il a créé l’Office du blé et dévalué le franc en 1936. C’est donc auprès de ces hommes que débute la carrière de Jean Raffarin.

7Né en 1914 à Vouzailles dans le canton de Mirebeau, au nord-ouest du département, il est destiné à prendre la suite de son père à la tête d’une petite exploitation de quatorze hectares lorsque la maladie l’immobilise pendant trois longues années. Il met à profit ce repos forcé pour améliorer des connaissances acquises à l’école primaire du village. Son père, adjoint au maire, puis maire, très impliqué dans les sociétés agricoles locales se tourne tout naturellement vers Victor Boret pour trouver une situation à son fils. Boret l’adresse à Marc Ferré qui l’engage, en 1936, comme aide-comptable à la coopérative des agriculteurs de la Vienne. Huit ans plus tard, après avoir gravi tous les échelons, il en est le directeur et, par la même occasion, le bras droit de Marc Ferré, son mentor, dont il dira en 1979 : « Je lui dois tout ».

8En 1947, il succède à son père comme maire de la commune et entre au conseil général en 1949, après avoir battu le président sortant de cette assemblée, sous l’étiquette « républicain indépendant d’action agricole » — mais le préfet le classe « radical indépendant ». Il reste trente ans au conseil général dont il préside successivement la commission de l’agriculture, du commerce et de l’industrie, puis la commission des finances.

9Dans la période qui va de 1945 à 1951, il conforte sa position dans le milieu professionnel, remplace son père dans les fonctions mutualistes et coopératives, exerce celles de trésorier fondateur de la cave coopérative viticole de la Vienne et du syndicat départemental des viticulteurs, de vice-président fondateur du syndicat d’adduction d’eau et d’équipement de la Vienne. Parfaitement intégré à l’organisation paysanne, il y déploie tous ses talents, qu’il met complètement à son service, y compris quand elle choisit de lui faire un destin politique.

Jean Raffarin dans l’arène politique

10Le contexte économique d’après-guerre est désastreux pour l’agriculture. Jean Raffarin est de ceux qui, très tôt, ont compris l’impérieuse nécessité d’une modernisation fondée sur d’importants gains de productivité afin de la rendre compétitive. Or, tant qu’ont duré les pénuries, ce besoin ne s’est pas fait sentir et le discours allant dans ce sens risquait d’être mal compris des agriculteurs. Les paysans, victimes de la crise des ciseaux, estiment, en effet, qu’il revient à l’État de faire cesser l’injustice majeure que constitue l’augmentation continue des prix industriels alors même que les leurs stagnent ou baissent, dans un temps d’inflation chronique. La plupart de leurs dirigeants pensent d’ailleurs la même chose, orientant l’essentiel de leurs revendications vers une indexation des prix agricoles sur les prix industriels, ce qui reviendrait à tuer dans l’œuf un processus de modernisation à peine amorcé. Inacceptable pour Pierre Mendès France, cette revendication aboutit quelques années plus tard, sous le gouvernement de Félix Gaillard, à la fin de la IVe République, après des manifestations de plus en plus dures, le mouvement paysan ayant tendance, au cours de cette décennie, à se radicaliser sous la pression des groupes extrémistes de Poujade et de Dorgères. Ce dernier vient d’ailleurs à plusieurs reprises animer des réunions dans le nord du département où il compte de nombreux militants et où se trouve, précisément, le fief de Jean Raffarin, cible favorite de « Défense paysanne ».

  • 2 La Vienne agricole, 14 mars 1951.
  • 3 La Vienne agricole, 30 mai 1951.
  • 4 La Vienne agricole, 13 juin 1951.
  • 5 La Vienne agricole, 13 juin 1951.

11Au début des années cinquante, en tout cas, la FNSEA choisit de passer à l’action, non seulement sur le terrain syndical, mais également sur celui, plus scabreux, de l’engagement politique. C’est ce que son président René Blondelle appelle « l’Action Civique », définie par le syndicat, en février 1951, comme « la nécessité pour l’organisation professionnelle, d’assurer un rôle civique lui permettant d’avoir dans les milieux parlementaires avant, pendant et après les élections, l’influence qui revient à l’organisation professionnelle qualifiée pour défendre le monde rural et l’activité de base de l’économie française2 ». La CGA regrette que « la corporation soit amenée à utiliser de tels moyens pour avoir des chances de se faire entendre dans le pays3 », et René Blondelle y voit l’occasion « d’introduire dans la prochaine chambre, une mystique paysanne4 ». Pour Jean Raffarin il s’agit « d’essayer par une action civique courageuse de porter à l’Assemblée nationale une représentation professionnelle capable de faire entendre, au milieu des passions partisanes, la voix de la sagesse et de la clairvoyance paysannes5 ». Les responsables ont tout de même placé des limites à ce dispositif, en se prononçant pour l’incompatibilité entre le mandat parlementaire et les fonctions de membre du conseil d’administration national du syndicat, de même qu’avec celles de président ou secrétaire d’une fédération départementale.

  • 6 La Vienne agricole, 25 juin 1954.

12La fédération de la Vienne choisit de présenter Jean Raffarin aux élections de juin 1951, à la tête d’une liste d’« Union des Indépendants, des Paysans et des Républicains Nationaux », apparentée avec celles de la SFIO, du parti radical-socialiste, du RGR, du MRP et avec une liste « divers droite ». La CGA et la FNSEA engagent toutes les forces syndicales et tous les moyens dont elles disposent dans la campagne, et Jean Raffarin est élu. A l’Assemblée nationale il s’inscrit à la commission des finances où Pierre Mendès France remarque rapidement ce jeune député assidu, actif et travailleur, qui propose des solutions intelligentes, raisonnables, acceptables pour essayer de résoudre les délicats problèmes qui se posent à l’agriculture française. Est-ce cependant suffisant pour faire de lui un secrétaire d’État dans le cabinet qu’il met sur pied au mois de juin 1954 dans les conditions que l’on sait ? Roger Houdet, le ministre en titre, apprécié pour ses grandes qualités personnelles, n’est pas reconnu par la profession comme l’un des siens. Avec Jean Raffarin, au contraire, à la compétence s’ajoute la position privilégiée qu’il occupe au sein de la communauté paysanne. Il prend soin d’ailleurs d’en consulter les représentants les plus éminents avant de donner son accord à Pierre Mendès France. Le président de la FDSEA locale en fait état dans le journal du syndicat6, le lendemain même de la nomination :

Élu grâce à l’Action Civique il ne voulut pas fixer sa position sans avoir entendu les responsables du syndicalisme agricole [...] il est donc apparu qu’il était de la plus haute importance, pour l’agriculture, d’avoir une place au ministère, quelqu’un de sûr et d’une compétence indiscutable pour définir cette politique, en plein accord avec les organisations professionnelles, et nous pensons que notre ami Raffarin était parfaitement qualifié pour remplir cette mission. C’est pourquoi nous lui avons conseillé d’accepter la proposition qui lui était faite.

M. Ferré également consulté en qualité de membre de la FNSEA ainsi que M. Blondelle [...] que l’on put joindre par téléphone, furent du même avis.

13Avec Jean Raffarin c’est donc bien l’organisation paysanne qui entre au ministère, et si le moindre doute subsistait encore sur ce point la composition de son cabinet suffirait à le faire disparaître. Le directeur en est M. Conil-Lacoste, ingénieur agronome, directeur du service social de la FNSEA, et, parmi les conseillers techniques, on remarque la présence de Luce Prault, ingénieur agronome, directeur du service social de l’assemblée permanente des présidents de chambres d’agriculture, grand défenseur de la propriété agricole, de surcroît ami personnel de Marc Ferré, lui-même secrétaire général de l’APPCA.

14Pierre Mendès France n’ignore rien de tout cela, évidemment, et on peut raisonnablement penser qu’il y voit le moyen le plus sûr d’apaiser les tensions et de disposer ainsi d’assez de temps pour jeter les bases de la grande politique agricole qu’il souhaite pour la France.

L’action de Jean Raffarin au gouvernement

  • 7 Fédération départementale des syndicats agricoles de la Vienne, Action civique agricole. Législatur (...)

15Le bilan de Jean Raffarin au secrétariat d’État est largement apprécié par les responsables agricoles, comme en témoignent les lettres qu’ils lui adressent au moment des élections législatives de 1956, réunies dans une brochure électorale distribuée à cette occasion. René Blondelle écrit notamment7 :

Ces fonctions que l’organisation gouvernementale avait strictement limitées, vous ont permis néanmoins d’entreprendre, en 8 mois, une action efficace dont les effets se feront longtemps sentir.

16Et il met à son actif les progrès réalisés dans le domaine social, la réforme des chambres d’agriculture, les échanges amiables ainsi que l’amélioration de la législation forestière.

  • 8 Ibid., p. 2.

17Marc Ferré, président de la commission fiscale de la FNSEA, salue en Jean Raffarin le député qui a obtenu, par la loi de 1952, de substantielles exonérations des droits de succession en ligne directe, de même que l’amélioration du régime du forfait en matière de bénéfices agricoles, ainsi que le secrétaire d’État qui en a relevé les tranches d’exonération de 60 000 à 12 0000 francs, et ramené de 18 à 9 % le taux d’imposition pour la tranche immédiatement supérieure ; il adresse encore de chaleureuses félicitations au même secrétaire d’État qui, par la loi du 15 août 1954, a fait reporter au 31 octobre de chaque année le paiement des impôts dans les communes rurales8.

  • 9 Ibid., p. 7.

18François Icher, secrétaire général de la FDSEA, rappelle que le député Raffarin a fait obtenir aux agriculteurs l’allocation de la mère au foyer sans augmentation des cotisations, de même que le bénéfice de l’allocation vieillesse pour tous les vieux travailleurs agricoles sans plafond de revenu fiscal ou de ressources, et une retraite complémentaire proportionnelle aux versements effectués. Il met également au crédit du secrétaire d’État, la « sur-compensation nationale inter-régime » qui correspond à une subvention de 25 milliards de francs, versée à la profession agricole pour l’aider à régler une partie de sa sécurité sociale, « faisant consacrer ainsi officiellement, par le Parlement, la créance du monde rural sur le monde urbain, en fonction des apports humains que, chaque année, l’agriculture fournit à l’industrie et au commerce9 ». En clair : l’exode rural alimente les autres secteurs de l’économie en hommes, la subvention est donc un juste retour des choses !

19Quelle que soit la manière de les formuler, ces vibrants hommages rendus à l’action du secrétaire d’État ne devraient pas manquer de rejaillir sur le gouvernement tout entier et sur son chef en particulier.

  • 10 La Vienne Rurale, 19 janvier 1996.
  • 11 Registre des délibérations du conseil municipal, 30 janvier 1936 (archives municipales).

20Pour les amis de Jean Raffarin, l’idée de distribuer du lait dans les écoles lui revient. C’est ce que prétend La Vienne Rurale dans l’un des articles nécrologiques qu’elle lui consacre : « c’est lui l’auteur du lait dans les écoles, une innovation qui fera date dans notre pays10 ». À l’époque elle n’est pas perçue de cette façon puisque La Vienne Agricole ne l’évoque qu’une seule fois, de manière incidente, dans le corps d’un article ordinaire. Jean Raffarin lui-même, dans un long discours prononcé à Poitiers le 17 décembre 1954 sur la politique agricole du gouvernement, n’en souffle mot. Il n’a pu, en tout cas, ignorer l’initiative prise par la municipalité de Poitiers, en 1936, de distribuer du lait aux enfants des écoles, le maire, un médecin, expliquant « qu’avec la crise beaucoup d’enfants sont sous-alimentés malgré les efforts des parents11 ». L’expérience est renouvelée chaque année, y compris pendant la guerre. Dès 1936, elle reçoit le concours, sous forme de subventions, du Comité national de propagande pour le lait, le beurre et les fromages, sensible à la stimulation ainsi apportée à la production.

21Quoi qu’il en soit, on note que l’idée a mûri également ailleurs : en 1935, on distribue du lait dans les écoles de Louviers et, en 1937, Pierre Mendès France dépose un projet de résolution en ce sens sur le bureau de la Chambre des députés. En 1954, c’est bien l’encouragement à la consommation du lait qui est l’objectif principal de la mesure, même si la volonté de lutter contre l’alcoolisme n’en est pas absente. La démarche du gouvernement s’inscrit dans le cadre plus large de l’organisation des marchés qui est au centre de sa politique agricole, elle s’accompagne d’ailleurs de décisions plus importantes visant à favoriser :

  • le stockage en vue d’une meilleure régulation du marché ;
  • l’accroissement de la qualité de la production ;
  • la réduction des coûts de production ;
  • l’encouragement et le développement de la consommation.

22Dans cette perspective est créé un fonds d’assainissement du marché du lait et des produits laitiers sur le modèle de ce qui existe pour la viande.

  • 12 La Vie Rurale, 5 janvier 1955.

23C’est dans ce contexte général qu’est prise la disposition, devenue populaire par la suite, mais passée presque inaperçue, sur le moment, dans la profession. Elle s’accompagne de distributions de sucre et est étendue aux vieillards et aux soldats. Elle n’est pas toujours bien accueillie. C’est ainsi que certains sénateurs des départements viticoles, lors de la discussion du budget de l’agriculture au Conseil de la République, à la fin de 1954, présentent un amendement tendant au remplacement du lait dans les écoles par des jus de fruit, et à l’augmentation de la ration de vin servie aux soldats dans les casernes. L’amendement est retiré comme n’ayant pas sa place dans le débat puisque la distribution de lait dans les écoles est financée sur les crédits « Barangé »12.

Après le gouvernement

24En 1954, la carrière de Jean Raffarin dans le lait n’en est qu’à son tout début — il préside une petite coopérative locale —, mais elle va connaître une rapide ascension, puisqu’on le retrouve successivement : président du comité national pour le développement et la consommation du lait et des produits laitiers, lors de sa création en 1957, président de l’Union laitière du Haut Poitou en 1958, président de la Fédération nationale des Coopératives laitières en 1960, et, plus tard, président de l’Association centrale des laiteries coopératives des Charentes et du Poitou, dont il était, jusqu’alors, le vice-président. Membre du conseil d’administration d’Interlait, sa grande compétence dans le secteur en fait un conseiller écouté du Conseil européen de Bruxelles, entre 1966 et 1972, et, en 1978, il organise à Paris le XXe congrès international du lait.

25Jean Raffarin a toujours manifesté beaucoup de reconnaissance à Pierre Mendès France, qui lui a donné l’opportunité d’agir au plus haut niveau en faveur de l’agriculture. Lorsque l’ancien président du Conseil vient tenir un meeting en novembre 1955 à Poitiers, à l’occasion du congrès radical, en présence de 3 000 personnes, Jean Raffarin s’affiche au premier rang de l’assistance, bien que n’appartenant pas à cette formation politique. Entre les deux hommes, l’estime est réciproque. Il s’agit, au fond, de la rencontre de deux personnalités exigeantes, respectueuses des grands principes républicains, mais persuadées que la politique, loin des chimères, est d’abord l’art d’administrer des réalités. Art difficile, dont la règle d’or commence par une information, sincère, précise, continue, du citoyen. D’où les nombreux discours à caractère didactique qui jalonnent leur parcours politique ou professionnel. Cette conception fondée sur le devoir d’explication constitue, aux yeux de l’un et de l’autre, l’honneur de l’action publique et de la démocratie.

26La carrière politique de Jean Raffarin s’arrête, sur le plan national, en 1955. Il conserve ses mandats de maire et de conseiller général jusqu’en 1979. Il échoue successivement aux législatives de 1956 — faute d’avoir accepté de s’apparenter — et de 1958. Cette dernière année, il manque le Conseil de la République pour 25 voix. S’il s’incline nettement aux sénatoriales de 1959, il est battu d’extrême justesse (17 voix) en 1968 par un nouveau venu, René Monory, maire de Loudun.

27Pour certains, ses échecs s’expliquent par son engagement aux côtés de Pierre Mendès France, pourtant demeuré populaire dans la Vienne. Pour d’autres, c’est parce qu’il a fait élire un gaulliste en 1958 face à un candidat MRP mieux placé ou parce qu’il a conservé contre vents et marées une étiquette « Paysan », passablement anachronique au regard d’un exode rural devenu massif. Pour d’autres encore, parce qu’il s’est aliéné les notables en réalisant, en 1965, avec les dix communes de son canton, un district rural, transformé en 1972 en une fusion — suite au vote de la loi de 1971. Cette fusion est la cause de sa défaite aux élections cantonales, et elle éclate en 1979.

28Quoi qu’il en soit, les déconvenues électorales n’ont pas émoussé chez lui le besoin d’agir dans son domaine de prédilection, l’agriculture et la ruralité. Il cumule dans ces deux domaines qui se rejoignent, créations et présidences. Parallèlement à la carrière qu’il mène dans le lait on le retrouve dans le logement, l’aménagement, l’adduction d’eau, la coopération, la viticulture, la mutualité. Conseiller économique, président national de la Coopération, président du Comité national d’habitat rural et d’aménagement des campagnes, président de la Fondation Xavier Bernard, président du Comité des expositions nationales du travail, il dispose ainsi d’instruments variés et efficaces pour œuvrer à l’épanouissement économique du monde rural. Jean Raffarin appartenait à l’Académie d’agriculture de France, il était commandeur du Mérite agricole et commandeur de la Légion d’honneur. Il est décédé le 17 janvier 1996.

29Sa brillante carrière professionnelle témoigne, s’il en était besoin, du choix judicieux que fit Pierre Mendès France en le nommant secrétaire d’État à l’Agriculture dans un gouvernement qui se voulait résolument réformateur.

*

  • 13 La Vienne agricole, 12 novembre 1954.

30Avec Jean Raffarin représentant l’organisation et la base paysannes, Pierre Mendès France s’assure d’un concours précieux dans un secteur où une action efficace exige beaucoup de temps, alors qu’une conjoncture défavorable menace, à tout moment, de déclencher des réactions passionnelles capables de tout remettre en cause. Soucieux, en outre, de réussir dans ce domaine sensible, le président du Conseil reçoit, régulièrement, des délégations de la profession — dans lesquelles on retrouve Marc Ferré — pour leur expliquer sa politique. Il réussit ainsi à prolonger « l’état de grâce » jusqu’à l’automne. Après, on a le sentiment que le charme est rompu. Même La Vienne agricole paraît s’éloigner du soutien actif ou de la neutralité bienveillante observés jusque-là, lorsque paraissent dans ses colonnes des jugements désabusés du genre : « toutes les mesures prises par le gouvernement aboutissent à une diminution des prix agricoles13 ».

31C’est une volonté délibérée, de la part des dirigeants agricoles, de considérer l’action de Jean Raffarin au gouvernement comme indépendante de celui-ci, comme si la solidarité gouvernementale n’existait pas, alors que Jean Raffarin ne s’en est jamais départi. Un article du journal de Paul Antier, L’Unité Paysanne, illustre bien ce comportement, dans le bilan qu’il prétend dresser du ministère de Pierre Mendès France :

  • 14 L’Unité paysanne, n° 472 bis, 12 février 1955, cité par Isabel Boussard, « Les milieux agricoles et (...)

Exception faite des initiatives prises par notre ami Raffarin dans le secteur limité qui était le sien (remembrement, reboisement, retraite vieillesse, chambres d’agriculture) le bilan n’est guère positif14.

32Les dirigeants agricoles, tout en reconnaissant, avec beaucoup de réticences, les aspects intéressants de la politique suivie, ne peuvent affronter sur ce terrain des troupes plus sensibles aux effets immédiats de la conjoncture, peu convaincues de la nécessité de réformer les structures de leurs exploitations ainsi que leurs modes de production ou de gestion, assez indifférentes aux promesses de remise en ordre des marchés. Mais ce que les responsables paysans redoutent par-dessus tout, c’est de les voir basculer dans le camp des activistes démagogues, d’où la distance qu’ils prennent vis-à-vis de la politique gouvernementale, distance qui ressemble de plus en plus à de l’hostilité.

33Cette attitude explique, en partie, que Pierre Mendès France, qui a longtemps bénéficié d’un préjugé favorable ait, petit à petit, perdu de sa popularité dans de larges secteurs de l’opinion agricole.

Notes

1 Sources : Archives départementales de la Vienne : dans la série 1 W, dossiers électoraux avec notamment rapports des préfets ; 1 W 3120 à 3127, rapports mensuels des préfets 1950-1958. Presse spécialisée : La Vienne agricole ( 1946-1965), devenue La Vienne rurale après 1965 ; La Vie rurale.

2 La Vienne agricole, 14 mars 1951.

3 La Vienne agricole, 30 mai 1951.

4 La Vienne agricole, 13 juin 1951.

5 La Vienne agricole, 13 juin 1951.

6 La Vienne agricole, 25 juin 1954.

7 Fédération départementale des syndicats agricoles de la Vienne, Action civique agricole. Législature 1951-1955 (décembre 1955), p. 1.

8 Ibid., p. 2.

9 Ibid., p. 7.

10 La Vienne Rurale, 19 janvier 1996.

11 Registre des délibérations du conseil municipal, 30 janvier 1936 (archives municipales).

12 La Vie Rurale, 5 janvier 1955.

13 La Vienne agricole, 12 novembre 1954.

14 L’Unité paysanne, n° 472 bis, 12 février 1955, cité par Isabel Boussard, « Les milieux agricoles et Pierre Mendès France », in Bedarida (François), Rioux (Jean-Pierre) (dir.), Pierre Mendès France et le mendésisme, Paris, Fayard, 1985, p. 421-438, plus précisément p. 432.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search