Version classiqueVersion mobile

Pierre Mendès France et la démocratie locale

 | 
Dominique Franche
, 
Yves Léonard

Troisième partie. Pierre Mendès France et l'espace rural

Pierre Mendès France, élu d’un département rural

Françoise Charpon et Yves Léonard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Pierre Mendès France débute sa vie politique dans les années trente en s’installant dans un terroir largement rural. Ce choix a une influence décisive quant à sa prise de conscience des conditions de vie paysannes et à la place qu’occupent dans toute sa réflexion et son action politique les problèmes agricoles. En tant que député, conseiller général, président du conseil général de l’Eure, Pierre Mendès France consacre une part importante de son activité politique à défendre et représenter le monde rural local qu’il a découvert rapidement, et dont il connaît, on pourrait dire « intimement », les réalités.

2Son action en tant que président du conseil général a été déjà évoquée. Son rapport avec le monde paysan s’est donc structuré bien avant le temps de ses responsabilités nationales, et, notamment, à travers l’exercice de son mandat de député à partir de 1932. L’action de Pierre Mendès France dans ce domaine relève à la fois du souci de représenter pleinement son électorat, ainsi que de sa passion pour les questions économiques et sociales, dont la question agricole reste avant 1939 une composante essentielle dans une France encore largement paysanne.

3Pierre Mendès France fait d’abord connaissance avec son terroir rural, découvre et combat la misère paysanne, s’oppose au fascisme agraire montant dont son adversaire de 1936, Modeste Legouez, est le représentant, défend l’Office du Blé, créé par le Front populaire, plaide pour la modernisation agricole. C’est autour de ces différents points que je vais tenter de décrire l’action de ce député « défenseur des paysans » de la fin de la IIIe République, n’évoquant que plus brièvement l’action menée sous la IVe République.

Faire connaissance avec son terroir local

4Jeune Parisien de vingt ans, ce qui lui sera vite reproché par « les gars du cru », qui le traitent de « téteux », surnom donné aux jeunes veaux sous la mère, Pierre Mendès France part à la découverte de sa future circonscription dès 1929. Ses premières missions dans le département lui ont fait prendre conscience de la difficulté d’être un « horsain ». Son adversaire de Louviers, Alexandre Duval, est d’ailleurs un notable rural, bien intégré dans le paysage et les mœurs locales, qui a, lui aussi, une réputation de défenseur des paysans depuis 1919.

5La circonscription de Pierre Mendès France est largement rurale. Les cantons du Neubourg et d’Amfreville-la-Campagne s’étendent sur le plateau à blé du Neubourg. Ceux de Louviers, Pont-de-l’Arche et dans une moindre mesure Gaillon — pour sa partie située dans la vallée de la Seine —, comportent un électorat plus urbain et industriel (métallurgie, textile et chaussures notamment), Claude Cornu l’a noté. Sur le plateau du Neubourg, la taille des exploitations, dont le tiers est en fermage, oscille entre 40 et 80 hectares. Les petites exploitations sont plutôt localisées dans les vallées. La polyculture est importante, avec une dominante des céréales. Les cultures maraîchères, les arbres fruitiers, l’élevage, surtout laitier, complètent cette activité agricole diversifiée et relativement productive au regard d’autres régions. Un gros marché agricole se tient au Neubourg.

6Pierre Mendès France sillonne la campagne : il visitera avant 1932 les 111 communes de sa future circonscription. Il se renseigne auprès de Marcel Baudot, archiviste départemental, sur l’histoire et l’activité du département, informations à partir desquelles il publie en 1933 une brochure intitulée Le département de l’Eure au point de vue économique, préfacée par son collègue radical, le docteur Briquet. Il noue aussi des contacts étroits avec des militants radicaux, comme Octave Bonnel, marchand de machines agricoles au Neubourg. Partir des réalités concrètes pour agir, tel est déjà le souci permanent de notre jeune candidat. Et il doit apprendre très vite, pour effacer l’impression première d’inexpérience et de jeunesse du « horsain ». Pierre Mendès France se documente, certes, mais il dialogue aussi beaucoup avec les paysans locaux au cours de ses nombreuses réunions dans les différents villages visités.

  • 1 Parus respectivement dans La Dépêche de Louviers des 25 février, 8 avril, 25 mai et 23 septembre 19 (...)
  • 2 L’Industriel de Louviers, 30 avril 1932.

7Dès 1931, il assure la rubrique hebdomadaire de La Dépêche de Louviers, « Chroniques de la prospérité », qui deviendra « Chroniques de la vie chère ». Quelques titres d’articles révèlent ses centres d’intérêts : « Les dégâts des récoltes par les lapins », « Le marché de la betterave et du sucre », « L’école unique et les campagnes », « La nouvelle réglementation du crédit agricole » 1. Ces articles détaillés, sur des questions relativement techniques, contribuent à asseoir une réputation de compétence et d’intérêt pour les problèmes de la vie locale, et sont propres à essayer de contrer son futur adversaire sur le terrain où se situent les critiques les plus fréquentes contre lui. En témoigne un dessin paru dans L’Industriel de Louviers, journal local de droite. Devant les panneaux décrivant les deux candidats, qui précisent pour Pierre Mendès France qu’il est jeune, parisien, avocat, écolier pendant la guerre, un « Normand » s’écrie : « Qui là sûr qu’il est pas du cru... et il en sera jamais » 2.

8Mais Pierre Mendès France, dans sa profession de foi de 1932, souligne « que la culture a droit à une protection particulière des pouvoirs publics en raison de l’inorganisation de la profession agricole en face des grands trusts, des grands moulins, des sociétés d’engrais, de ramassage de lait. » Il suggère la modernisation des équipements, la mise en place de coopéra-tives, de syndicats d’usagers, d’associations agricoles, de mutuelles.

9Car le monde rural dans lequel il vit traverse une crise agricole grave liée à la déflation, à la baisse des cours des céréales, et lui révèle au quotidien bien des situations humainement difficiles.

Combattre la misère paysanne

10L’action de Pierre Mendès France va constamment s’organiser autour de trois thèmes :

  • l’organisation des marchés propre à assurer des prix décents aux agriculteurs pour éviter les endettements et les faillites et leur permettre de vivre correctement de leur travail ;
  • l’amélioration des conditions de leur vie quotidienne et des mesures d’assistance sociale au monde paysan ;
  • la modernisation économique et technique du monde rural.
  • 3 Entretien avec l’auteur.

11Au début des années trente, la hausse des prix agricoles à la consommation est notamment due au coût des engrais et matériels. Mais les spéculations entraînent aussi la baisse des cours, augmentant le coût des baux à ferme, acculant fermiers et métayers à la ruine, parce qu’incapables de payer leurs loyers, et obligés de refluer vers les villes. Pierre Mendès France évoquait encore avec émotion à la fin de sa vie3 ces petits paysans munis de leurs « papiers bleus » qui venaient à sa permanence autant pour faire appel au député qu’à l’avocat.

  • 4 Reproduit in Mendès France (Pierre), Œuvres complètes, t. 1, p. 185-188.

12Et, avocat progressiste au service d’une paysannerie en crise, il le fut autant dans sa circonscription de Louviers qu’à l’Assemblée. Il prononce son premier discours de député le 27 décembre 19324, au cours du débat sur le projet de loi relatif à l’organisation du marché du blé. À partir d’un exposé technique et précis, il appelle à l’écoute de la souffrance des petits agriculteurs, manifeste sa déception devant un projet trop timide, dénonce l’insuffisance des crédits de soutien du marché et demande l’assouplissement des modalités d’accès aux subventions du crédit agricole. Il stigmatise au passage les dérives enregistrées par l’octroi de prêts à des gros agriculteurs pour des opérations finalement éloignées de leur destination initiale. Il évoque déjà la création rapide d’un organisme d’État pour gérer les stocks de blé, toutes mesures nécessaires, dit-il, au « bien-être » et au « gagne-pain » des agriculteurs. Il choisit de siéger à la commission des douanes pour mieux intervenir, en particulier sur des questions telles que l’admission temporaire des blés étrangers qui contribue à la baisse des cours et à la mévente et permet la fraude de certains minotiers. Cette commission examine aussi les droits sur les produits étrangers comme les fruits, les légumes, les primeurs dont sa région est productrice.

13En quatre ans de mandat, ses interventions sont si nombreuses qu’il consacre aux questions agricoles un fascicule complet d’une soixantaine de pages, distribué à ses électeurs en 1936. Il y plaide pour la relance de la consommation rurale au moyen d’une politique de prix décents en matière agricole. Il rappelle ses actions : il a participé à l’élaboration de la loi sur la révision des baux ruraux — y compris dans ses subtilités juridiques, qu’il maîtrise en tant qu’avocat —, dont il a expliqué l’intérêt et les modalités d’application lors de conférences publiques dans ses cinq chefs-lieux de cantons. Il note les mesures obtenues en matière de baisse des engrais, plaide pour une refonte du crédit agricole, pour une hausse du prix du lait. Il insiste, enfin, sur les efforts faits en matière de logement des ouvriers agricoles, et d’allocations familiales, dont il souhaite que l’État les prenne à sa charge pour alléger leur poids sur les ressources des patrons-paysans modestes. Ces décisions sont d’autant plus importantes que la baisse des cours des produits agricoles de 45 à 50 % entre 1929 et 1935 a eu pour effet de favoriser l’émergence d’organisations paysannes proches des Chemises vertes de Dorgères.

Lutter contre le fascisme agraire :
un enjeu local à Louviers en 1936

  • 5 Archives départementales de l’Eure, série 3M, 213-214, Professions de foi et affiches.

14Alexandre Duval, battu par Pierre Mendès France en 1932, a été élu à Bernay en 1934. Pierre Mendès France a déjà manifesté ses convictions démocratiques intransigeantes lors des événements du 6 février 1934 en diffusant auprès de ses électeurs un numéro spécial du Journal du Neubourg pour défendre la « République en danger ». Il s’est, dès 1935, engagé auprès du « Rassemblement populaire » et se présente sous l’étiquette du Front populaire aux législatives de 1936. Il se voit opposer sur sa droite un adversaire jeune, paysan et beaucoup plus virulent qu’Alexandre Duval, ancien élu de la chambre Bleu horizon de 1919 : Modeste Legouez. Ce dernier ne cache pas ses opinions en faveur de Dorgères et donc du « fascisme vert », et se présente au nom du Comité de défense paysanne de l’Eure. Il mène une cam-pagne violente et haineuse, dont Pierre Mendès France rappelait qu’elle fut la plus dure de sa carrière. Les attaques portent notamment sur sa qualité de juif, de manière si ouverte qu’on placardera sur les panneaux de campagne, une affiche verte titrée « les juifs ne cultivent pas la terre » et dont le texte donne une idée précise de l’ambiance et des arguments de campagne5 :

le député sortant reproche à Legouez de militer en faveur des paysans français. C’est un reproche que personne ne fera à l’avocat Mendès France. Il n’est pas étonnant que les défenseurs de la grosse meunerie (Loi Flandin) et les amis de Louis Dreyfus (un autre juif) soient inquiets du réveil de nos paysans. Si ces profiteurs n’aiment pas Dorgères, c’est que Dorgères les démasque. A la porte, l’avocat qui a trahi les paysans.

15L’appel à la mobilisation des petits paysans ruinés, manipulés par les gros propriétaires, se ressent d’ailleurs dans les résultats des cantons d’Amfreville et du Neubourg. Pierre Mendès France l’emporte cependant, porté par la dynamique du Front populaire, auquel il s’est associé clairement, et grâce aux soutiens urbains.

  • 6 Modeste Legouez, contacté à plusieurs reprises lors de ce travail de recherche, a toujours refusé d (...)

16Mais Modeste Legouez s’est implanté et mènera la campagne d’agitation paysanne permanente dans les années suivantes, devenant ultérieurement le responsable départemental de la « Corporation paysanne » de Vichy. Ce qui ne l’empêchera pas de finir sa carrière comme sénateur de l’Eure6.

L’Office du blé : un acquis fondamental du Front populaire

  • 7 Lacouture (Jean), Pierre Mendis France, Paris, Le Seuil, 1981, p. 88.

17Pierre Mendès France regrettait que la mémoire collective n’ait pas retenu l’Office du blé comme une des grandes lois du Front populaire, au même titre que les 40 heures ou les congés payés. Pourtant, disait-il à Jean Lacouture7 :

moi qui voyais surtout vivre les paysans, je mets hors de pair une autre réforme du Front populaire, la création de l’Office du Blé, que, sans le nommer, j’appelais de mes voeux depuis des années, et qui a enfin stabilisé les cours des céréales et sauvé de la ruine les producteurs ruraux [...] le plus original accomplissement du Front populaire, qui a su, à mon sens, arracher au désespoir la paysannerie française — au moins les céréaliers.

  • 8 La Dépêche de L.ouviers, 24 juillet 1936.
  • 9 Il proteste contre la dérive de la loi dans La Dépêche de Louviers du 11 août 1939.

18Il consacre d’ailleurs un long article de La Dépêche de Louviers, en juillet8, à l’Office du blé qui « doit mettre fin à l’exploitation des producteurs agricoles et servir de base à l’organisation paysanne ». Il développe les raisons de cette création, en donne les dispositions essentielles, montre que « [les] paysans se trouvaient jusqu’à ce jour trop dispersés et par suite, sans défense. L’État vient à leur secours en leur demandant de faire l’effort nécessaire afin d’obtenir une sécurité et une stabilité, inconnues jusqu’ici pour la rémunération de leur travail9 ». Pierre Mendès France, devenu président de la commission des douanes, veillera de manière vigilante aux conséquences de cette loi, à la protection des produits agricoles.

  • 10 Mendès France (Pierre), Œuvres complètes, t. 1, p. 272-273.

19Au cours de son deuxième mandat, il dépose diverses propositions de résolution ou de loi sur les « contrats d’assurance agricoles », les « prêts aux jeunes ménages agricoles », la « surveillance des prix des engrais matériaux et machines agricoles ». La plus importante de ces initiatives est le projet de résolution déposé le 16 novembre 1937 sur « la distribution du lait dans les écoles » — déjà en vigueur depuis 1935 à Louviers. Il avance deux arguments principaux10 : le rôle irremplaçable de la vente du lait dans la trésorerie de roulement des agriculteurs, le besoin d’apport nutritif pour de nombreux enfants sous-alimentés, notamment pour les familles de chômeurs. La lutte contre l’alcoolisme, qui fait des ravages dans sa région, n’est pas non plus étrangère à cette proposition. Pierre Mendès France s’avère donc être un député progressiste fidèle à la défense de son terroir rural avant 1939.

Après 1945 : un enjeu, la modernisation de l’agriculture

20Certaines mesures prises dans le domaine de l’aménagement de l’espace rural par le président du conseil général de l’Eure ont été précédemment évoquées.

  • 11 La Dépêche de Louviers, 15 novembre 1954.
  • 12 « L’évolution future du marché du blé », paru dans le numéro des 29 et 30 janvier 1949, reproduit i (...)

21De 1945 à 1958, les interventions de Pierre Mendès France sont souvent centrées sur une vision globale de l’agriculture française et la nécessité de sa modernisation, dans ses divers articles locaux ou nationaux. « Rénovation agricole ou faillite », titre La Dépêche de Louviers le 13 novembre 1948. L’article est un plaidoyer en faveur de l’augmentation de la production agricole face aux besoins liés à la démographie. Il y défend aussi le progrès technique et le rôle du remembrement, en toute connaissance de cause : plus tard, en tant que président du Conseil, il inaugurera l’exposition « 10 ans de remembrement rural » à Coudres, première commune remembrée de l’Eure, accompagné de Houdet son ministre de l’Agriculture — ancien directeur du génie rural de l’Eure11. Bien que moins présent dans le département, du fait de ses responsabilités internationales, il trouve cependant le temps de publier un article dans Paris-Normandie agricole12, qui démontre que son analyse s’étend à une vision internationale du marché du blé. Il écrit aussi un ensemble de huit articles de fond sur « La situation de l’agriculture » en 1951 dans La Dépêche.

  • 13 « Les milieux agricoles et Pierre Mendès France », in BÉDARIDA (François), RIOUX (Jean-Pierre) (dir (...)

22En 1947, il dépose un projet de loi sur le statut du fermage. Je n’évoquerai pas ici son action dans le domaine agricole à la tête du gouvernement. Je renvoie à la contribution très détaillée d’Isabel Boussard13. Le principal discours de Pierre Mendès France sur cette question, prononcé à Pau, constitue un des textes de référence pour la période de la présidence du Conseil.

23Ses décisions concernant les bouilleurs de cru, prises lors de son gouvernement, n’auront pas, contrairement à ce qu’on a prétendu parfois, d’influence sur son échec en 1958. Au contraire, dès 1956, c’est dans ces cantons de l’ouest, dits « cantons à pommes » que sa progression en voix sera la plus sensible, au prix certes de nombreux débats animés avec ses électeurs du secteur ! Il aura cependant à affronter différentes manifestations agricoles assez rudes entre 1956 et 1958, dans un département de nouveau agité par la propagande dorgèriste.

  • 14 Correspondance communiquée par Paul Martin, son fils, à l’auteur.

24Mais il compte aussi des soutiens fidèles dans le monde agricole eurois. Et il faut ici évoquer la collaboration étroite entre 1950 et 1958 de Pierre Mendès France et de Gilbert Martin, personnalité respectée du monde agricole de l’Eure, président de l’Union fédérale agricole du département. Il devient en 1956 son colistier — proposition qu’il avait déclinée en 1951 — et, en 1958, par fidélité et non sans un certain courage, il sera son suppléant lors du rétablissement du scrutin d’arrondissement. Pendant son dernier mandat, Pierre Mendès France travaille de concert avec Gilbert Martin, sollicitant ses avis, veillant à ce que leurs votes soient toujours en cohérence, et leur correspondance 14 témoigne de l’estime qu’il lui porte et de leur confiance réciproque. La présence de Gilbert Martin à ses côtés est aussi une caution nécessaire et un contrepoids utile face aux oppositions actives représentées par Lauvray et Hervieu, autres dirigeants agricoles locaux, hostiles à sa personne et à sa politique. On peut estimer qu’elle eut une influence positive sur les résultats du scrutin de janvier 1956, même dans les régions les moins favorables du département. Mais, en 1958, l’échec de Pierre Mendès France est aussi celui de son suppléant, et il met fin également à la carrière politique de Gilbert Martin.

*

25Dans l’action locale, Pierre Mendès France manifesta donc une activité très forte dans le secteur agricole, dont son électorat était largement issu. On retrouve dans cet aspect très méconnu de son action les mêmes soucis de justice sociale, de modernité, de sens scrupuleux de la représentation fidèle par l’élu de ses électeurs, que dans d’autres domaines plus souvent mis en lumière.

26La mémoire collective n’a retenu, le plus souvent, que l’image symbole du président du Conseil buvant du lait, ou les décrets concernant les bouilleurs de cru. Ce sont là des souvenirs bien réducteurs de trente ans d’efforts au service de la modernisation du monde rural et de l’amélioration des conditions de vie des paysans.

Notes

1 Parus respectivement dans La Dépêche de Louviers des 25 février, 8 avril, 25 mai et 23 septembre 1931.

2 L’Industriel de Louviers, 30 avril 1932.

3 Entretien avec l’auteur.

4 Reproduit in Mendès France (Pierre), Œuvres complètes, t. 1, p. 185-188.

5 Archives départementales de l’Eure, série 3M, 213-214, Professions de foi et affiches.

6 Modeste Legouez, contacté à plusieurs reprises lors de ce travail de recherche, a toujours refusé de s’exprimer.

7 Lacouture (Jean), Pierre Mendis France, Paris, Le Seuil, 1981, p. 88.

8 La Dépêche de L.ouviers, 24 juillet 1936.

9 Il proteste contre la dérive de la loi dans La Dépêche de Louviers du 11 août 1939.

10 Mendès France (Pierre), Œuvres complètes, t. 1, p. 272-273.

11 La Dépêche de Louviers, 15 novembre 1954.

12 « L’évolution future du marché du blé », paru dans le numéro des 29 et 30 janvier 1949, reproduit in Mendès France (Pierre), Œuvres complètes, t. 2, p. 253-255.

13 « Les milieux agricoles et Pierre Mendès France », in BÉDARIDA (François), RIOUX (Jean-Pierre) (dir.), Pierre Mendès France et le mendésisme, Paris, Fayard, 1985, p. 421-438.

14 Correspondance communiquée par Paul Martin, son fils, à l’auteur.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search