Version classiqueVersion mobile

Pierre Mendès France et la démocratie locale

 | 
Dominique Franche
, 
Yves Léonard

Troisième partie. Pierre Mendès France et l'espace rural

Introduction

Olivier Dard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Mény (Yves), Centralisation et décentralisation dans le débat politique français : 1945-1969, Paris (...)

1Si les idées de Pierre Mendès France ont fait l’objet de nombreux travaux et colloques, toutes ces études n’ont pourtant pas mis en lumière un aspect important de ses projets au tournant des années 1950-1960, ceux qui concernent l’aménagement du territoire et la régionalisation. Cette carence n’est pas nouvelle. Dans sa thèse, publiée au milieu des années 1970, consacrée à la centralisation et la décentralisation1, le politologue Yves Mény formulait déjà une série de remarques concernant cette carence, qu’il jugeait fort dommageable.

  • 2 Il s’agit d’un rapport d’avril 1962.

2Il est vrai que, lorsqu’on lit La République Moderne, on se rend compte que cet ouvrage est important aussi quant à l’importance conférée à la régionalisation et à l’aménagement par Pierre Mendès France. On trouve en effet dans ce livre, outre les pages sur le citoyen et la démocratie évoquées précédemment, celles montrant la volonté de l’ancien président du Conseil d’organiser une représentation socio-économique régionale, de régionaliser le pays et de restructurer l’espace rural. La République Moderne datant de 1962, a priori les propositions de Pierre Mendès France paraissent dans l’air du temps. Cet homme bien informé avait lu en particulier deux des textes de référence au tournant des années 1960 sur l’aménagement du territoire : un texte important de Jean-Louis Quermonne2, et le plan d’aménagement du territoire publié en 1962 à l’occasion de la promotion de cette nouvelle politique publique.

3Comme nous nous arrêtons en 1958, je retracerai très rapidement ce qu’a pu être la place revêtue par la régionalisation et l’aménagement du territoire dans la réflexion de Pierre Mendès France au cours des décennies antérieures, donc avant La République Moderne.

4Le parti pris des organisateurs du colloque, et il faut s’en féliciter, étant de sortir d’une logique de « statufication » de Pierre Mendès France, on peut dire clairement et honnêtement qu’il ne peut pas être considéré comme l’un des thuriféraires originels de la régionalisation et de l’aménagement du territoire. En effet, si l’on étudie ces questions à travers deux matrices importantes, des années trente aux années cinquante, qui sont la question décentralisatrice et régionalisatrice, et également le débat sur ce que l’on appelle à l’époque « la décentralisation industrielle », on se rend compte qu’au fond Mendès France n’est pas très présent dans ces discussions. Les débats sur les régions économiques ne le voient pas aux prises avec d’autres personnalités qui s’en soucient, de même que la décentralisation industrielle, grande affaire des années trente et quarante, n’est pas au cœur de ses préoccupations.

5Cela étant, si ces deux matrices sont à la racine des politiques d’aménagement du territoire des années cinquante, et si Pierre Mendès France n’est pas directement partie prenante des débats des deux décennies précédentes, cela ne veut absolument pas dire que cette absence d’intérêt direct signifierait de sa part un désintérêt vis-à-vis des questions de l’aménagement du territoire. En fait, il arrive à l’aménagement du territoire par des moyens qui lui sont propres.

6Premier élément important sur lequel mes collègues vont revenir : l’intérêt que manifeste d’emblée Mendès France, comme élu local, comme président du conseil général, pour toute une série d’éléments qui préoccupent beaucoup aussi les « aménageurs », en particulier toutes les questions d’équipement et, plus précisément, d’équipement rural. Les « aménageurs » appellent cela « régionalisation, mise en valeur de l’espace », tandis que lui nomme cela « équipement rural ». Au fond, ils parlent à peu près de la même chose et, incontestablement, Mendès France a sur cette question des idées assez précises et anciennes.

7Mais la partie la plus originale de la pensée de Pierre Mendès France à propos de l’aménagement vient de la relation qu’il établit entre cet aménagement d’un côté, et ce qui pour lui est au cœur de ses préoccupations, à savoir les enjeux de modernisation. Sur ce point, on observe une continuité dans sa pensée, car cet homme qui était « Jeune Turc », avec beaucoup de guillemets, de la mouvance réaliste des années vingt avait mis d’emblée au cœur de son projet — comme d’autres, mais lui l’a davantage systématisée — la thématique du retard français et de la nécessaire modernisation du pays et de la société. C’est par ce biais que Pierre Mendès France va rencontrer l’aménagement du territoire. L’aménagement du territoire qui, pour un certain nombre d’ » aménageurs », est une sorte de fin en soi, est pour Pierre Mendès France un des vecteurs de l’expansion et de la modernisation. Là se situent sa différence et sa spécificité. Cela étant, Mendès France suit de près ce qui se passe au tournant des années 1950, et, lorsqu’il est au pouvoir, il accompagne incontestablement ce processus d’une politique publique qui est en train de se mettre en place.

  • 3 Reproduit in Mendès France (Pierre), Couvres complètes, t. III, p. 768-780.
  • 4 Ibid., p. 313-314.

8Quelques exemples. D’abord, l’exposé des motifs du projet de loi qui autorise le gouvernement à mettre en œuvre un programme d’équilibre financier et d’expansion en juillet 19543. L’aménagement du territoire s’y articule avec un des maîtres mots du texte qui est la reconversion de l’économie. Progressivement, on voit apparaître dans les textes, y compris dans ceux de Pierre Mendès France, l’expression « aménagement du territoire ». Une note pour Simon Nora de septembre 19544, où le terme ne figure pas, montre cependant un Mendès France très soucieux des questions qui sont au cœur des préoccupations des « aménageurs ». De quoi s’agit-il ? de la fermeture des lignes secondaires de la SNCF, des questions d’adduction d’eau, de la suppression des services départementaux, etc. Si le terme d’aménagement n’est pas directement employé, avouons néanmoins qu’il est tout à fait implicite dans le propos du président du Conseil.

  • 5 Ibid., p. 348-355.
  • 6 Ibid., p. 353.

9D’ailleurs, il s’en rend peut-être compte car une espèce de glissement s’observe, peu de temps plus tard. À l’occasion d’un discours important, d’abord consacré à la question de l’alcool, qu’il prononce à la foire-exposition d’Annecy en septembre 19545, Pierre Mendès France commente et appuie l’action de l’État en matière d’aménagement du territoire. Il s’y félicite de constater que c’est dans le cadre du plan d’aménagement du territoire que plusieurs usines nouvelles sont venues s’installer. Il parle de la situation d’Annecy et, à partir de là, en appuyant le processus mis en œuvre, en essayant de le faciliter et même de l’amplifier, Pierre Mendès France reprend à son compte des mots qui, jusqu’alors, n’étaient pas véritablement les siens, comme « décentralisation industrielle », et toutes les thématiques du discours aménageur. Mais son propos porte la marque de ce qui est essentiel pour lui : l’aménagement du territoire, explique-t-il, est une politique qui doit s’inscrire dans le « souci de poursuivre la politique de décentralisation industrielle amorcée il y a quelques années6 » et, surtout, d’aider à la croissance et à l’expansion. C’est cela qui, pour lui, est véritablement au cœur des perspectives. Et on le voit, dans les quelques mois de son gouvernement, promouvoir en particulier une section spéciale, à l’intérieur du Fond national d’Aménagement du Territoire, qui vise à octroyer des aides à des entreprises s’installant dans des régions en difficulté. Là, on est au cœur de ce que veulent faire les « aménageurs ».

10Ce ralliement de Pierre Mendès France, non pas aux perspectives de l’aménagement mais au discours des « aménageurs », va être durable. Son départ du pouvoir ne marque pas une rupture de ses propos sur l’aménagement du territoire. On trouve en effet, à l’occasion de discours ou de conférences de presse, des références à la nécessité d’une mise en œuvre effective d’une politique d’envergure en matière de décentralisation industrielle et de régionalisation. De ce point de vue, Pierre Mendès France fait évoluer sa réflexion. Il la mûrit au cours de toute la seconde moitié des années 1950, et l’examen de ses différentes étapes permet de saisir le cheminement qui le conduit de ces réflexions liminaires aux propositions exprimées de manière très claire dans La République Moderne. Il s’agit véritablement, non seulement d’un livre de maturité, mais d’un livre montrant que Pierre Mendès France, à ce moment-là, a des idées précises sur ce qu’il veut faire en matière d’aménagement du territoire et qu’il a, en même temps, parfaitement intégré et maîtrisé ce qu’ont écrit et dit avant lui un certain nombre d’« aménageurs ».

11Cette vision par en haut, d’ailleurs très brièvement exposée, ne peut faire l’économie, bien au contraire, d’une vision par en bas. Quatre contributions nous présentent, en quelque sorte, le terreau dans lequel les réflexions et l’action de Pierre Mendès France, quant à l’espace rural et l’aménagement du territoire, ont pris racine et ont pris forme. Elles permettent de mesurer l’écart, assez frappant depuis le début du colloque, et c’est un de ses grands enseignements, entre l’image d’un Mendès France généralement associé aux technocrates, aux Parisiens, avec le même personnage élu d’un département fort éloigné de cette image, mais qui l’a quand même adopté. Plus de vingt ans de mandat, cela signifie incontestablement qu’existe entre les électeurs et leur élu une relation étroite. Comment Pierre Mendès France a-t-il pu et su proposer à ses électeurs, en particulier en matière d’équipements, certaines réponses liées à leurs préoccupations et qui, en même temps, de son point de vue, permettaient de préparer l’avenir, un avenir qui, pour lui, était lié à l’expansion, condition du maintien de la France en tant que puissance ?

Notes

1 Mény (Yves), Centralisation et décentralisation dans le débat politique français : 1945-1969, Paris, LGDJ, 1974.

2 Il s’agit d’un rapport d’avril 1962.

3 Reproduit in Mendès France (Pierre), Couvres complètes, t. III, p. 768-780.

4 Ibid., p. 313-314.

5 Ibid., p. 348-355.

6 Ibid., p. 353.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search