Version classiqueVersion mobile

Pierre Mendès France et la démocratie locale

 | 
Dominique Franche
, 
Yves Léonard

Deuxième partie. Pierre Mendès France dans l'Eure : politique et collectivités locales

Débat

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Maire de Fatouville.

1Monsieur Boudard1 : Je voudrais revenir en arrière, quand vous avez parlé des échecs de Pierre Mendès France aux élections législatives. Vous n'en avez pas donné les raisons. Je me souviens très bien que ce qui lui avait fait beaucoup de tort, c'est qu'il avait touché les bouilleurs de cru. Le lait, c'était une bonne chose, mais avoir touché les bouilleurs de cru...

2Françoise Chapron : C'était peut-être justement parce qu'il y avait un peu trop de calva dans le biberon des enfants qu'il a fait la séparation entre les deux liquides. Mais l'analyse des archives et des résultats électoraux montre que la défaite de 1958 ne vient absolument pas de cela, contrairement à cette idée reçue qui perdure.

3Claude Cornu : Petit problème de chronologie. Il est président du Conseil en 1954-1955. Aux élections législatives du 2 janvier 1956, alors qu'il s'est séparé d'Albert Forcinal pour des raisons politiques, celui-ci n'ayant pas accepté les accords de Londres et Paris sur le réarmement de l'Allemagne, sa liste réalise le plus beau score qu'il ait jamais réalisé dans le département, c'est-à-dire 37 % des voix, à une époque d'élections à scrutins de liste.

4Françoise Chapron : Y compris, d'ailleurs, dans les cantons à pommes.

5Intervention dans la salle : Monsieur Bodinier disait que le maire était obligé de tenir compte de son conseil municipal. En tant qu'ancien élu, ancien adjoint au maire d'un petit bourg d'Auvergne, je peux vous dire que le maire est tout puissant dans sa commune. Le conseil municipal le suit toujours, ou alors il faut vraiment que le maire soit, je ne dirais pas débile mais presque. Ce n'était certainement pas le cas de Mendès France. Quand un maire veut quelque chose dans sa commune, il l'obtient toujours. Je n'ai jamais vu le contraire.

6Bernard Bodinier : J'ai voulu dire qu'il est difficile de savoir ce qui vient des idées du maire et de celles de ses colistiers. Il y avait quand même des équipes municipales. Ensuite, au sein du conseil, Mendès France est bien obligé de tenir compte de son opposition puisque, entre 1947 et 1953, celle-ci est majoritaire : à Louviers, mathématiquement, il y a quatorze élus d'opposition et treize mendésistes, mais il y a accord en général sur les grands sujets. Et Mendès France, entre 1953 et 1958, donne des rapports à faire à ses opposants, y compris par exemple sur la zone industrielle au communiste Henri Bascoul, ce qui peut paraître un peu surprenant. Françoise Chapron l'a dit à propos du conseil général : le rapporteur est Guy de Milleville, un homme de droite. Alors, « le maire fait ce qu'il veut », dites-vous, mais pour ma part je préfère dire que Mendès France était capable d'imposer ses idées par la pédagogie.

7Serge Berstein : Tout de même, dans une séance sur la démocratie locale, dire qu'un maire fait ce qu'il veut nous plonge dans un abîme de perplexité.

8Françoise Chapron : On peut peut-être préciser que c'était là ce qui pouvait faire la différence entre Pierre Mendès France et d'autres maires. Je suis élue dans une petite commune des Yvelines. J'ai vécu des mandats municipaux avec des maires au fonctionnement totalement différent. C'est vrai que sur le plan purement administratif ou légal, le maire a des pouvoirs qui sont très directement les siens, et il peut se passer de son conseil municipal pour prendre nombre de décisions. Mais s'il a une certaine conception de la démocratie locale, un maire n'a pas intérêt à ne pas consulter. Il vaut mieux obtenir le consensus de son équipe qui, en outre, met en œuvre sa politique.

9Serge Berstein : Il y a quand même eu entre-temps les lois de décentralisation.

  • 2 Maire de Louviers, vice-président du conseil général de l'Eure.

10Franck Martin2 : Le contexte n'est pas le même. Les demandes des populations vis-à-vis des municipalités sont très différentes, et l'on peut difficilement juger rétrospectivement des rapports entre le maire et ses citoyens de la même façon. Disons simplement que l'influence mendésiste à Louviers se retrouve aussi à travers un certain type de rapport au citoyen. C'est peut-être ce qui fait qu'aujourd'hui, à Louviers, on développe des commissions et des rencontres de quartiers, c'est-à-dire que l'on entretient le dialogue permanent avec le citoyen.

11Je voudrais poser une question purement technique, une question de maire. J'ai entendu à plusieurs reprises l'analyse développée par nos historiens à la tribune, sur l'équilibre du budget. Or un budget communal est toujours équilibré. Il n'y a que le budget de l'État qui peut être déséquilibré. Un déficit budgétaire communal est finalement équilibré par l'emprunt, mais le budget communal, lui, par nature, est équilibré. L'analyse devrait être plus précise, en disant quelle est la part d'emprunt, quelle est la part de dettes. C'est pour cela que j'aurais aimé un peu plus de précisions sur les priorités financières et sur la gestion financière de Pierre Mendès France.

12Bernard Bodinier : Je ne peux pas répondre avec précision parce que je n'ai pas étudié le détail de tous les budgets municipaux de l'époque Mendès. Ce qui est sûr, c'est qu'il s'efforce que ces budgets soient en excédent. Ils sont équilibrés, naturellement, mais ils dégagent un actif au compte administratif. Lorsqu'il y a un passif, comme en 1945, dès l'année suivante il rectifie — mais c'était une année de transition où le déficit était très lourd —, et il fait la même chose en 1952-1953, je crois, où il y a de nouveau rectification.

13En ce qui concerne les quartiers, Mendès France avait créé, en 1945 et 1947, des conseillers délégués de quartiers.

14Françoise Chapron : Je voulais apporter une précision concernant le budget départemental. Là non plus, je ne pense pas qu'il arrive à dégager énormément d'actifs parce que les charges sont très lourdes. Mais en tout cas c'est une priorité constante que d'arriver à rééquilibrer. Que ce soit à Louviers ou dans le département de l'Eure, les déficits étaient absolument inévitables en 1944-1945 dans le contexte de la Libération.

15À l'époque, Pierre Mendès France effectue un travail extrêmement précis avec les préfets, René Chopin et ensuite Pierre Damelon, qui m'a dit lui-même : « J'ai demandé volontairement à être préfet de l'Eure parce que je voulais travailler avec Pierre Mendès France ». Là aussi, c'est quand même quelque chose d'assez exceptionnel et c'est vrai que le rapporteur du budget — Milleville —, le préfet et le président du conseil général forment le trio qui permet au département de fonctionner, et dans le respect des différences politiques éventuelles mais en tout cas au service d'une politique, non seulement d'équilibre, mais aussi de développement et de dynamique.

16Intervention dans la salle : Un petit point juridique. J'ai beaucoup travaillé avec les collectivités locales, comme journaliste dans la presse spécialisée. Avant et après la décentralisation, le pouvoir du maire est inégal par rapport à celui de son conseil municipal. Il a des pouvoirs qu'il détient par délégation du conseil, mais il en a aussi qu'il détient en propre. Ici, nous sommes avant la décentralisation, mais c'est toujours vrai maintenant. Il est aussi, pour partie, représentant de l'État dans sa commune, officier de police judiciaire, officier d'état civil. Le conseiller municipal peut passer une fois de temps en temps, et même être absent, alors que le maire est responsable de tout au quotidien. Si l'on fait un parallèle avec les institutions nationales, le maire est à la fois le patron de l'assemblée délibérative et le patron de l'exécutif, plus fort que le président de la République.

17Pour ce qui est du conseil général, nous nous situons avant la loi du 2 mars 1982. Les services départementaux n'existent pas à cette époque. Ce sont les services de l'État qui préparent les décisions et les exécutent. Le président préside, le conseil général vote, mais le préfet, c'est la tête et les jambes.

18Françoise Chapron : Cela dit, Pierre Mendès France avait un rapport avec les préfets qui, vu son poids et sa compétence, faisait que l'on n'était pas tout à fait dans ce côté « le préfet prépare et le président du conseil général préside ». L'interview de Pierre Damelon a été très intéressante pour moi à ce niveau-là. Elle a bien montré qu'il y avait préparation conjointe en fait. Justement, ce qui est intéressant dans le département de l'Eure, c'est de voir comment il y avait un équilibre entre le pouvoir de l'État et le pouvoir départemental, y compris dans ce domaine, et c'était lié à la personnalité de Pierre Mendès France.

19Serge Berstein : Il y a un vrai problème historique qui consiste à voir, sous les républiques parlementaires — la IIIe et la IVe—, comment on nomme les préfets des départements où se trouvent des personnalités politiques nationales qui appartiennent en général aux majorités gouvernementales. C'est quelque chose de fort instructif.

Notes

1 Maire de Fatouville.

2 Maire de Louviers, vice-président du conseil général de l'Eure.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search