Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pierre Mendès France et la démocratie locale

 | 
Dominique Franche
, 
Yves Léonard

Deuxième partie. Pierre Mendès France dans l'Eure : politique et collectivités locales

Pierre Mendès France, maire de Louviers

Bernard Bodinier

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Mendès France est élu maire de Louviers en 1935 mais la guerre interrompt son mandat et il est destitué par les Allemands le 29 juin 1940. S’il est nommé par le préfet en octobre 1944 et mène à la victoire les listes qu’il conduit en 1945 et 1947, il laisse le poste de premier magistrat de la cité à Auguste Fromentin (1944-1947) et Marcel Malherbe (1947-1953). En 1953, il décide de reprendre la direction des affaires municipales et redevient maire, poste qu’il abandonne après sa défaite aux législatives de novembre 1958. Élu municipal pendant un peu moins de vingt ans, maire pendant seulement dix, il a cependant marqué l’histoire de la ville pendant un bon quart de siècle.

2Quand il devient maire, Louviers ne compte qu’un peu plus de 10 000 habitants (10 357 au recensement de 1931), chiffre qui n’a pratiquement pas varié depuis un siècle et qui traduit un manque certain de dynamisme. On y meurt plus qu’on n’y naît. La ville continue d’être dominée par son industrie textile mais joue un rôle commercial, bancaire et de services pour toute la région. La perte de la sous-préfecture et du tribunal en 1926, ce dernier étant rétabli trois ans plus tard (il est de nouveau menacé en 1958), nuit au rayonnement d’une cité qui, si elle possède bibliothèque et musée, doit se contenter des deux collèges de garçons et filles. La guerre, en détruisant notamment le centre ville, en fait une cité exsangue.

3En 1958, la ville s’est profondément transformée, par la force des événements d’abord — les bombardements de juin 1940 — et l’action des municipalités qui ont pu bénéficier d’une conjoncture plus ou moins favorable. À la fin des années cinquante, le textile connaît des difficultés dont il ne se relèvera pas mais d’autres industries s’installent, la population croit fortement — elle sera de 13 214 habitants en 1962 —, elle rajeunit aussi... Louviers est-elle devenue une « ville moderne et coquette », une « ville moderne, coquette et vivante », comme le souhaitait Mendès France en 1947 puis en 1953 ? A-t-il réussi à faire oublier plus d’un siècle de stagnation et la parenthèse dramatique de la guerre ? Quelles sont les priorités des programmes présentés aux habitants ? Dans quelle mesure ont-ils été réalisés ? Bref, que reste-t-il aujourd’hui du passage de Pierre Mendès France à Louviers ?

  • 1 Archives municipales de Louviers.
  • 2 Archives départementales de l’Eure, Fonds Mendès France, 11].
  • 3 Le quotidien Paris-Normandie et l’hebdomadaire La Dépêche, ce dernier systématiquement favorable à (...)

4A partir des registres de délibérations municipales1 et du fonds Mendès France des archives départementales de l’Eure2, et à défaut d’avoir parcouru l’intégralité de la presse locale3, je vais essayer, après avoir rapidement évoqué les programmes municipaux, de montrer les réalisations dans deux grands domaines, à savoir la transformation du cadre de vie et le progrès social.

Les élections municipales

Des élections politiques

5Mendès France a donc mené quatre listes municipales à la victoire. Leurs programmes s’accompagnent de la présentation des candidats dont on vante les mérites (ancien combattant, résistant, décoration). Les élus mendésistes appartiennent majoritairement aux classes moyennes. Ce sont des commerçants et artisans, des enseignants, des employés, qui côtoient de rares chefs d’entreprise ou membres de professions libérales. Ainsi la liste de 1947 est-elle « composée de femmes et d’hommes de toutes conditions sociales : ouvriers, employés, commerçants, artisans, fonctionnaires, petits rentiers, etc. ». Mendès France s’est toujours dit déçu de ne pas avoir pu faire élire davantage d’ouvriers mais la proportionnelle et le panachage leur sont souvent fatals, comme ils le sont pour les femmes que Pierre Mendès France n’a jamais présentées en grand nombre, trois au maximum. Pourtant, il s’était signalé en faisant élire six conseillères adjointes en décembre 1936. Les opposants appartiennent aux mêmes secteurs professionnels, le PC présentant toutefois davantage de salariés et d’ouvriers.

6Politiquement, les listes dirigées par Mendès France ont varié dans le temps, tout en conservant une forte ossature radicale. En 1935, les radicaux sont même les seuls élus de gauche, socialistes et communistes ayant présenté des listes séparées au premier tour, avant de se retirer. En 1944, le conseil nommé par le préfet n’exclut que ceux qui ont collaboré ou appartenu à l’assemblée désignée par le gouvernement de Vichy. Il va donc des communistes à la droite, le brevet de résistance constituant le sésame pour être désigné. La défection de l’industriel Miquel, qui présente sa propre liste l’année suivante, réduit l’éventail politique qui va des communistes à des modérés. Là encore la participation à la résistance joue un rôle important. 1947 est l’année des ruptures, aussi bien avec les communistes qu’avec les gaullistes et Mendès France présente donc une liste radicale associée aux socialistes et comprenant quelques modérés sans appartenance partisane. Ce schéma se reproduit en 1953. Les conseils municipaux nés de la Résistance sont ainsi devenus de Troisième Force.

7Le choix des titres des listes n’est pas anodin. Mendès France se réclame systématiquement de la République. 1935 : Liste Républicaine ; 1945 : Liste Communale d’Union Républicaine ; 1947 : Liste Républicaine d’Action Communale et de Reconstruction de Louviers ; 1953 : Liste Républicaine d’Action Communale pour la prospérité et la Reconstruction de Louviers. Mais il fait aussi référence à l’action au niveau de la commune (cf. 1945, 1947, 1953). Cette double titulature, Mendès France la revendique, liant politique nationale et action locale :

D’opinions politiques différentes mais toutes et tous Républicains convaincus, nous voulons nous donner tout entiers au relèvement de la Cité. Patriotes ardents, nous travaillerons, dans notre sphère, à la grandeur de la France. Seul nous inspirera le programme du Conseil National de la Résistance. Retour à la législation républicaine, châtiment des traîtres, confiscation de leurs biens et des profits illicites, taxation des grosses fortunes, retour à la Nation des monopoles de fait... Un esprit nouveau s’impose (1945).

Les élections municipales ne sont pas, en principe, des élections politiques, mais les membres de notre liste tiennent à proclamer leurs convictions. Bien que leurs opinions politiques puissent différer sur certains points, ils sont tous des Républicains convaincus, des démocrates ardents attachés aux principes de liberté, de laïcité, de progrès social et de collaboration entre tous les Français de bonne volonté, soucieux uniquement des intérêts de notre pays. Nous n’oublions pas que par-delà les questions municipales, le résultat du scrutin du 19 octobre conditionnera l’avenir du pays sur le plan économique et financier, comme sur le plan de notre politique étrangère (1947).

Les hommes et les femmes qui se présentent sur la liste républicaine d’action communale entendent travailler de toutes leurs forces pour les intérêts de notre ville, pour sa reconstruction, son développement et sa prospérité... La situation actuelle de notre pays exige un grand effort commun auquel nous voulons participer de tout notre dévouement. Notre seule ambition est d’oeuvrer pour notre pays, pour notre chère Cité Lovérienne et pour leur prospérité. Sur le plan local : plus de maisons et plus de travail. Sur le plan national : la république (1953).

8Les différents modes de scrutin ont permis l’élection d’une liste homogène en 1935, à une exception près, et en 1945, alors que la proportionnelle a imposé le partage en 1947 (13 élus mendésistes sur 27 en 1947 et 17 en 1953). Une fois les campagnes électorales, souvent dures, achevées, il semble que l’entente ait régné au sein du conseil municipal, l’opposition pouvant faire entendre sa voix, participer aux commissions et même faire des rapports sur des sujets importants. « Il ne peut y avoir dans notre assemblée une majorité et une minorité [...]. Après les débats légitimes qui ont opposé certains citoyens de notre ville, l’apaisement doit se faire pour notre travail. Dans un esprit de tolérance absolue, nous ferons tout pour obtenir autour de nous l’union sincère de tous ceux qui veulent travailler pour Louviers » (18 mai 1935). Les candidats présentés en 1947 « veulent œuvrer pour le seul bien de votre chère cité lovérienne en créant au Conseil municipal un climat d’entente et de tolérance réciproques ». Cette année-là, où sa liste est minoritaire, il avait même proposé un poste d’adjoint au RPF et au PC mais les exigences du premier (deux postes) font échouer la tentative. Pour les élections de 1953, il déclare :

Les élections municipales ne sont pas, en principe, des élections politiques. À l’Hôtel de Ville, nous ne ferons que de l’administration et nous éviterons tout sectarisme, comme nous l’avons toujours fait dans le passé.
La liste que nous avons constituée comporte des hommes et des femmes qui sont tous des Républicains convaincus, des démocrates ardents, attachés à la liberté, à la laïcité, au progrès social, et à la collaboration entre tous les Français de bonne volonté.

Les programmes électoraux

  • 4 L’octroi sera définitivement supprimé en 1943.

9Dans la pratique, Mendès France procède comme tout candidat à une élection. Il s’appuie sur la presse locale, La Dépêche lui apportant un soutien indéfectible. Il diffuse tracts et affiches, organise des réunions publiques où il fait le bilan des réalisations (« des promesses qui ont été tenues », 1935). Mais il innove en présentant une sorte de contrat avec ses électeurs, sans aller toutefois jusqu’à dire ce qu’il aurait fait s’il n’avait pas été élu, ainsi qu’il procède pour les législatives. Ainsi, toujours en 1935 : « Nous demandons à être jugés seulement sur les résultats de notre travail. Nous sommes persuadés que sur ce terrain, le jugement de la population républicaine de Louviers ne pourra que nous être favorable ». Il présente son programme, parfois divisé en mesures immédiates et en perspectives à plus long terme, comme en 1945. Il remercie systématiquement les électeurs. Dès son élection comme maire, il fixe les grandes lignes du « plan de travail » qu’il assigne aux élus. Il s’agit donc de concrétiser très vite un certain nombre des promesses électorales. Aussi, en 1935, annonce-t-il dès sa prise de fonction la réforme de la commission de chômage, la création d’un service de renseignements à la mairie, la suppression de l’octroi sur quelques produits alimentaires4, l’envoi des enfants une fois par semaine au Club nautique, etc.

10Incontestablement, c’est lui qui inspire la vie politique municipale et qui rédige les programmes électoraux dont on peut donner les grandes lignes : en 1935, autour de huit points prioritaires (1. hygiène, salubrité et aménagements divers ; 2. eau, gaz, électricité ; 3. questions sociales : chômage ; œuvres sociales ; hospice ; 4. finances communales ; 5. collaboration avec les grandes sociétés : anciens combattants ; familles nombreuses ; organisations commerciales ; sociétés sportives ; sociétés diverses ; aide aux fêtes populaires de quartier ; 6. écoles ; 7. questions diverses ; 8. transports et tourisme.) ; en 1945, autour d’un « programme immédiat » et d’un « programme d’avenir », portant notamment sur la reconstruction, la crèche, la Bourse du travail, la piscine, l’assistance ; en 1947, autour d’un « programme municipal » (ravitaillement, reconstruction, logement, enseignement et jeunesse) et d’un « programme politique » ; enfin, en 1953, autour d’un programme en douze points allant du logement aux finances, en passant par la lutte contre le chômage, les grands travaux.

11Qu’ils soient en huit ou quatorze points, ces programmes traduisent une volonté politique, même s’ils balaient « large », comme tout programme municipal. L’ordre des chapitres a varié dans le temps pour tenir compte des circonstances, notamment après la Libération où il fallait d’abord assurer le ravitaillement et reconstruire la ville. Mais il y a des priorités : le logement, l’école, l’assistance sociale, le chômage, les familles, l’hygiène et la santé...

12Et toujours la rigueur budgétaire. En 1935, la « gestion sévère du budget communal (s’accompagnera de la recherche) du maximum d’économies ». En 1945, le programme fait état d’un « budget sain ». En 1947, ce sera une « action vigoureuse pour maintenir un budget équilibré, pour éviter toute charge fiscale non absolument indispensable, supprimer les dépenses inutiles et réduire les charges de la ville ». La municipalité interviendra « auprès des pouvoirs publics en vue d’une réforme des finances communales et d’une redistribution plus équitable des dépenses entre l’Etat et les communes, afin d’introduire plus de simplicité, de clarté et de justice ». En 1953, « le budget restera équilibré rigoureusement » et la réclamation d’une réforme des finances communales est réitérée. Lorsqu’il procède à des allégements d’impôts, Mendès France s’engage à trouver des recettes de substitution avec les intéressés. Ainsi pour l’octroi et le remplacement de la patente sur les locaux d’habitation avec les organisations commerciales.

13Dans les faits, où l’inflation ne permet guère les comparaisons des sommes engagées d’une année sur l’autre — les dépenses passent de 2,5 millions de francs en 1935 à 251,5 millions en 1958 —, la rigueur budgétaire fut la règle, ainsi que le révèlent les comptes administratifs. Avant-guerre, ils font apparaître des excédents qui représentent 4-5 % des recettes. Si l’année 1945 est particulièrement mauvaise — le déficit représente un tiers des recettes —, l’équilibre est rétabli dès l’année suivante. Par la suite, les années excédentaires dominent avec des variables (+ 12,6 % en 1952, + 0,4 % en 1953). Le bilan très positif de 1957 (+ 16 402 767 F) compense très largement le déficit de l’année suivante (-2 365 457 F, soit un peu moins de 10 % des recettes).

Les transformations du cadre de vie

Les travaux

14Comme toutes les municipalités, la ville de Louviers améliore la voirie, arrache ou recouvre les pavés, goudronne des rues, réalise des trottoirs et des caniveaux. Un projet de rocade Rouen-Evreux est envisagé dès 1957. En attendant, on aménage la route des Peupliers pour soulager la Chaussée Decrétot. Des sens uniques sont posés rues de l’Hôtel-de-Ville et du Quai. De nombreux noms ont été donnés à des rues : Noufflard, Blanchet, Marne, Yser, Martyrs de la Résistance, Maupassant, Flaubert...

15Le Conseil étend l’adduction d’eau et l’électrification aux hameaux et écarts (la Fringale, les Monts, Saint-Lubin). Projetés avant guerre, les travaux n’auront lieu qu’après. Les bornes fontaines, dont le nombre avait été déjà fortement réduit avant 1939, sont définitivement supprimées en 1953. Un réservoir d’eau est installé Côte de la Justice (1956). La lutte contre les inondations est évoquée à plusieurs reprises.

16L’hôtel de ville fait l’objet de travaux d’aménagement mais l’idée (1942) du grand centre administratif regroupant la mairie, les finances et la maison des professions est abandonnée et la ville n’aura jamais une « maison commune » digne de ce nom.

17A plusieurs reprises, le conseil municipal se préoccupe de construire un monument aux morts. Il en avait déjà été question après la guerre de 1914-1918. Une commission est nommée dès décembre 1946. En 1948, on envisage tout simplement des plaques puis on revient à l’idée d’un monument. Mais Mendès France trouve le gisant du projet trop torturé (1953). Finalement, on se contentera de la Salle des plaques qui se trouve dans la mairie.

Ordures ménagères, hygiène, sécurité

18Le service des ordures est étendu en 1936, l’enlèvement ayant lieu désormais tous les jours. Alors qu’il était confié à un entrepreneur privé, il passe en régie directe en 1947, avec création d’une taxe spécifique. Un camion électrique est acheté mais un accident lui est vite fatal. Les poubelles devront avoir un couvercle (1955). Une usine d’incinération est projetée en 1956 mais l’étude n’est pas encore achevée en 1958. C’était une idée exprimée par Mendès France dès 1939.

19Des sanitaires publics sont installés à partir de 1954, dans l’île Petou, boulevard de Crosne, square Albert 1er et place du Champ-de-Ville. La qualité de l’eau est surveillée et, en 1936, on adopte la verdunisation de l’eau après la conférence de Buneau-Varilla. La Compagnie Générale Industrielle accepte, par accord amiable, d’abandonner la régie de l’eau à la ville, moyennant une indemnité de 2,5 millions de francs (1958). De-nouveaux bains-douches sont envisagés (1958), l’hôpital devant récupérer les anciens pour en faire un service de pédiatrie. Un lavoir est installé au carrefour des rues Raoul Verlet et Pierre Curie. D’autres mesures, plus ponctuelles, sont prises dans le domaine de l’hygiène : la dératisation de la ville (1937) ; la reconstruction des abattoirs (1953) ; une fourrière pour chiens (1955).

  • 5 Conseillère municipale de Paris, Marthe Richard venait d’obtenir la fermeture des maisons closes du (...)

20Le 25 janvier 1946, le conseil demande le maintien de la maison de tolérance5, tout en la condamnant pour des raisons sociales et, notamment, la crainte de la diffusion des maladies vénériennes. Elle est finalement supprimée par le préfet qui veut y loger une famille nombreuse et se heurte à l’opposition du Conseil (mai 1947).

21Les pompiers reçoivent du matériel (une motopompe en 1947) et le conseil s’engage à financer les sapeurs-pompiers pendant 15 ans (1952). Mais la ville est mise en cause par le propriétaire de la scierie Vasse, place de la République, touchée par un violent incendie. Plusieurs pompiers furent blessés mais le tribunal estima que la responsabilité de la ville était engagée. Malgré son maire-avocat, elle ne gagne pas en appel et doit verser plus de 5 millions (1956). Enfin, le stationnement des nomades est interdit dans la ville (1937) et le commissariat de police, qui ne compte plus que trois hommes et pas de commissaire, réintègre la cour de la mairie (1951).

Logement

22L’action dans ce domaine est dominée par la reconstruction du centre ville détruit en 1940, bien qu’elle ne dépende pas spécifiquement de la municipalité. Après diverses études, lancées dès 1941, un premier plan est soumis aux autorités municipales en mars 1944. Il est enfin adopté en 1946. Et les travaux démarrent. Ils ne sont pas encore achevés en 1953 mais suf-fisamment avancés pour que la ville se lance dans une politique nouvelle de constructions ou d’aménagements. Mendès France en fait d’ailleurs une priorité de son programme de cette année-là : « Plus de maisons ».

  • 6 Habitations à bon marché, créées par la loi Loucheur de 1928.
  • 7 Habitations à loyer modéré, remplaçant les HBM, 1950.
  • 8 Société d’économie mixte du logement de l’Eure.

23La prison, désaffectée, est acquise en 1953 et aménagée en neuf logements. Le 24 de la rue Dupont de l’Eure est acheté et transformé en quatre logements, ainsi que d’autres maisons rue des Grands Carreaux. Surtout, la ville se lance dans une vaste politique d’acquisitions foncières pour qu’on construise des HBM6 puis des HLM7. Ne pouvant se faire elle-même entrepreneur, elle utilise les services de sociétés ad hoc, comme la SECO-MILE8 à laquelle elle adhère en 1956. En 1950 sont achetés des terrains pour construire des HBM. L’année suivante, des terrains sont donnés aux HLM rue de l’Église Saint-Germain et rue Leroy-Mary pour y bâtir des « chalets ». Des biens-fonds sont acquis à Saint-Hildevert en 1954 pour y édifier une cité d’urgence. La même année est lancé un programme d’HLM rue Dupont-de-l’Eure, place du Champ-de-Ville et rue Leroy-Mary. En 1956 commencent les constructions des immeubles de la rue des Pompiers et de Saint-Hildevert. D’autres logements sont construits sur le terrain de camping des Abattoirs, celui-ci étant transféré près du pont de Folleville (1957). Enfin, des terrains sont cédés pour édifier 50 logements HLM à Saint-Hildevert (1958) et d’autres acquis route d’Évreux et route de Paris (1958). Par ailleurs, la ville accorde une aide pour la restauration des façades normandes (1954) et la cité Breton est incorporée au domaine communal (1958).

  • 9 Dates de construction des logements (recensement de 1962) :avant 1871 1 629 1940-1948 226 1954-1957 (...)

24Ce mouvement de construction de logements bouleverse la physionomie de la ville qui s’étend dans l’espace. Surtout, la ville se dote d’un parc immobilier récent et de qualité (la lutte contre les taudis était un leitmotiv de Pierre Mendès France). En 1962, si 2 837 logements sont antérieurs à 1939, 854 ont été construits entre 1940 — en fait 1945 — et 1957 et 373 sont livrés les cinq années suivantes9.

Le soutien à l’économie

  • 10 Société de Produits et Revêtements Mammouth (sic).

25La municipalité entretient des relations suivies avec les commerçants et les artisans. Elle souhaite les privilégier pour l’obtention de travaux communaux ou la fourniture de biens. En 1936, elle soutient l’organisation par les artisans d’une exposition qui sera renouvelée deux ans plus tard. Le marché, qui périclitait, est réorganisé géographiquement en 1953 : la place de la Halle pour l’alimentation, le Champ de Ville pour les autres marchandises. Devant les difficultés de l’industrie textile, elle décide la création d’une zone industrielle, route de Rouen, en décembre 1955 et des terrains sont expropriés, qui accueilleront bientôt Philips. La SOPREMA10 s’était installée sur les bords du canal en 1954.

L’animation de la ville

26Mendès France inaugure en juillet 1935 la salle des fêtes et les agrandissements de l’hospice réalisés par son prédécesseur. Les fêtes populaires de quartiers doivent également contribuer à l’animation de la ville et attirer du monde, comme la Saint-Michel qui n’a pas tardé à reprendre ses droits.

  • 11 Elle existe toujours.

27La bibliothèque et le musée font l’objet de droits d’entrée qui sont revalorisés en janvier 1958 — les collégiens bénéficiaient d’un tarif réduit depuis 1947. Quelques travaux de sauvegarde sont entrepris à l’église Notre-Dame : les portes sont nettoyées et réparées en 1938 ; en 1953, la Ville demande la réfection de la toiture, ce qui lui coûtera 1,5 million de francs, soit la moitié du coût ; l’horloge est réparée en 1955 (les grandes orgues avaient été rénovées et inaugurées en 1942). La tornade du 6 juillet 1957 oblige à des travaux importants, la ville versant 1,7 million de francs sur un total de plus de 6 millions. Alors que le culte protestant avait lieu jusque-là dans une salle de l’hôtel de ville, une église évangélique voit le jour en 1935, avenue des Amoureux11 et un autre temple protestant est installé, en 1955, rue Saint-Jean dans un bâtiment en bois — il a disparu récemment avec les travaux du rond-point du Becquet.

28Un concours de façades décorées est organisé en 1939. En 1951, des prix sont attribués aux maisons fleuries. Le syndicat d’initiative est l’objet de la sollicitude de la Mairie qui l’installe dans la Maison du Fou du Roy, achetée en 1954. La décision de jumeler Louviers avec une ville anglaise date du 26 octobre 1957, mais il existait un comité France-Grande Bretagne, subventionné depuis 1948 et des filles allaient régulièrement en Angleterre depuis 1952.

Le progrès social

Les écoles

29C’est sans doute l’une des préoccupations majeures des municipalités Mendès France et de lui-même. Plusieurs écoles font l’objet d’agrandissements (maternelles Herriot, du Mûrier et de Beaulieu), école primaire et cours complémentaire de filles — appelés Ferdinand Buisson depuis octobre 1935 —, ce dernier recevant des classes d’enseignement professionnel (sténo-dactylo, comptabilité et coupe) dès 1936. Les projets d’agrandissement du cours complémentaire traînent depuis le début des années cinquante. Ils semblent devoir se concrétiser à la fin de la décennie. L’école primaire supérieure, devenue Collège moderne en 1942, bénéficie d’importants travaux pour l’aménagement d’un véritable internat, de douches, d’ateliers fer et bois, d’un terrain de sports et d’une cantine, ces deux derniers équipements étant installés de l’autre côté du boulevard, avec le baraquement en bois abritant le gymnase depuis 1941. Une classe pour déficients y est installée en 1937. Depuis 1945 des élèves de second cycle fréquentent le collège qui prépare donc au baccalauréat. Le projet d’ouvrir un collège mixte, avec quelques classes primaires, à Saint-Lubin (1951) n’aboutit pas, pas plus que l’installation d’un internat aux Fougères pour lequel un terrain est exproprié (1957). La nationalisation est demandée en juin 1955. Ce sera bientôt le lycée, toujours installé dans l’ancienne —et actuelle — école Jules Ferry. Un centre d’apprentissage est demandé dès 1948 mais il faudra attendre plus de 20 ans pour le voir réalisé.

30Surtout, la municipalité construit : maternelle Herriot en 1938 mais le projet de celle du Becquet est interrompu par la guerre. La demande explosant après le conflit, la ville doit faire face. Deux classes de garçons sont temporairement abritées dans un bâtiment de l’enclos de l’hôtel de ville (1951). L’immeuble des Nouvelles Galeries, place du Champ-de-Ville, en accueille d’autres (1953). Une maison est achetée route de Pacy pour la maternelle Jean Zay (1953). Enfin, on construit les écoles primaires Jean de La Fontaine à La Haye-le-Comte (1953), Anatole France (1954), Jean Macé (1955). Une école primaire, qui devait s’appeler Michelet, est prévue rue du Gril — elle ne sera réalisée qu’au milieu des années soixante-dix.

31Des cantines sont installées dans la plupart des écoles, dans les maternelles en 1954-1955. Les enfants bénéficient, — ceux des maternelles depuis 1934 —, de la distribution de lait — ce qui n’est pas vrai pour les écoles privées malgré la réclamation du RPF Eonin, le communiste Vimard faisant remarquer qu’il ne devrait y avoir qu’une seule école (juillet 1950). Même refus en décembre 1954. On se soucie aussi de la santé des enfants. Un service d’hygiène scolaire est créé en 1938. Un centre de rééducation physique avec cours de gymnastique corrective est fondé en 1954. Les statuts de la Caisse des écoles sont modifiés en 1950. Et la gratuité des fournitures scolaires est progressivement étendue.

32Les lauréats du certificat d’études primaires recevaient un livret de Caisse d’épargne, avec environ 5 000 F, ce qui est devenu faible avec l’inflation et les élèves ne se dérangent même plus pour le recevoir. On décide, en 1948, de leur offrir à la place un voyage au bord de la mer. Le premier les mènera à Deauville, en passant par Lisieux. La ville encourage le séjour d’élèves, en l’occurrence des filles du cours complémentaire, en Angleterre (première subvention en 1953).

La jeunesse et les sports

33Avant guerre, la prise en charge du patronage laïque de garçons et l’institution de celui des filles vont dans le sens de l’occupation éducative des enfants dont les mères sont nombreuses à travailler dans le textile. La ville favorise aussi le départ en colonies de vacances des enfants (ils sont 95 en 1952). L’école de musique, créée en 1941 par la municipalité nommée par le gouvernement de Vichy, continue de fonctionner (elle compte 150 élèves en 1945). Et les fêtes de la jeunesse renaissent après la guerre. Louviers organise la fête fédérale en 1949. Une auberge de jeunesse est installée en 1951, chemin des Fontenelles, dans un ancien bâtiment qui avait servi à loger les ouvriers de la Reconstruction.

  • 12 Un précédent projet (1941) de terrain de sports, route d’Évreux avait déjà été abandonné.

34Le sport n’est pas oublié. La prairie du Becquet est laissée aux habitants du quartier comme terrain de jeux (janvier 1937). La municipalité ne poursuit pas les travaux commencés en 1943 pour installer un terrain de sports destiné aux scolaires, place de la République12. Mais c’est la piscine qui est jugée la plus urgente. Il faut apprendre aux enfants à nager. On les envoie donc le faire dans le bassin installé par le Club nautique sur le canal de la Villette (1935). La piscine, qui était revenue à l’ordre du jour en 1941, est évoquée dans le programme de 1947. Malgré la priorité qui lui est accordée lors de la réunion avec l’ensemble des associations sportives pour définir un programme d’installations (1952), et les décisions prises en sa faveur, le projet n’est approuvé qu’en 1958 et la ville devra encore attendre sa piscine plusieurs années. Un terrain de basket est aménagé route d’Elbeuf et le canoë est installé près du pont de Folleville. La ville accueille des manifestations sportives d’importance : cross Carrington, course cycliste Paris-Louviers, passage du Tour de France (1948).

L’aide aux chômeurs et l’assistance sociale

35Ce fut incontestablement une des grandes préoccupations de Mendès France. Dès les élections de 1935, il en fait une des priorités de son programme. Il s’agit, d’une part, de procurer du travail aux chômeurs, au besoin par des travaux municipaux réalisés par les entreprises encouragées à embaucher des Lovériens, ou de les employer directement à des travaux d’intérêt local moyennant une indemnité ; d’autre part, de les protéger en leur per-mettant de conserver leurs droits aux prestations sociales ; enfin de soulager leurs difficultés, en leur accordant une allocation ou en accueillant gratuitement leurs enfants à la cantine, par exemple. La moitié des enfants mangeant à la cantine bénéficient de cette gratuité à la fin de 1938. Ces aides se sont poursuivies sur toute la durée des municipalités Mendès France. En avril 1954 est constituée une caisse de secours pour les chômeurs à la suite de la centaine de licenciements provoquée par la fusion des établissements Balsan et Miquel. La situation ne s’arrangeant pas, elle est réactivée en février suivant, toujours pour les chômeurs de la même entreprise.

36Dès juin 1935, la municipalité accorde une assistance médicale gratuite aux nécessiteux et vient en aide aux femmes en couches. Quelques mois plus tard, elle décide la création d’un restaurant pour les femmes enceintes ou allaitant. La gratuité est instaurée à la crèche (juillet 1936). Une prime de 100 F est donnée à chaque naissance (décembre 1938). Ainsi, Louviers anticipe sur les mesures préconisées par le Code la Famille de 1938. En revanche, on peut s’étonner de la suppression de la Goutte de lait en décembre 1955, alors que les programmes de 1947 et 1953 en réclamaient l’extension. Sans doute faut-il y voir un lien avec la distribution de lait dans les écoles décidée par le gouvernement Mendès France, mais qui existait à Louviers depuis longtemps, encore que la Goutte de lait, distribuée par la Croix-Rouge, s’adressait aux nouveau-nés ?

37En 1952, la ville décide d’offrir une dot aux jeunes filles employées dans le textile et qui se marient, à condition d’avoir suivi des cours et obtenu le CAP. Elle continue de distribuer les prix de vertu, de moralité... jusqu’en 1956. L’année suivante, toutes les libéralités liées aux legs Petit-Frontin, Vignon... sont annulées, les sommes allouées ne représentant plus rien. Les « économiquement faibles » sont aidés par le Bureau de bienfaisance (70 cartes distribuées en 1950). En novembre 1948 est ouvert le « Foyer des Vieux » qui portera le nom de Marcel Quernin à la mort de celui-ci (1950).

La vie associative

  • 13 Qui les avait partiellement rétablies l’année suivante mais pour quelques associations seulement.

38La ville prête aux associations du matériel ou des salles, y compris la salle des fêtes. Elle leur accorde également des subventions qui sont réglementées en janvier 1936. Là encore, Mendès France se montre rigoureux. Poursuivant la politique de baisse des aides (-10 %) inaugurée par le conseil précédent en 1931 — malgré la seule opposition du maire, Raoul Thorel —, il diminue celles-ci de 10 % en 1937 et n’accorde plus que 9 000 F à neuf asso-ciations — le chômage coûte alors 210 000 F à la ville. Toutefois, en 1939, il double pratiquement la somme (17 000 F, soit 0,5 % du budget), au profit de vingt-deux sociétés. Supprimées en 1942 par la municipalité alors en place13, les subventions aux associations sont rétablies par Mendès France. Mais, bien que le nombre de sociétés ne cesse d’augmenter, Pierre Mendès France ne se montre guère généreux : 42 000 F (0,37 % des dépenses) pour vingt-trois associations en 1946, 282 500 F (0,13 %) pour trente-huit associations en 1954, 633 000 F (0,25 %) pour quarante-six associations en 1958. On est donc loin du 1 % actuel.

  • 14 EAL (Etoile Athlétique Lovérienne), CNL (Club Nautique Lovérien), Fraternelle, Colombophilie, Cours (...)
  • 15 APG 14-18 (Anciens Prisonniers de Guerre 1914-1918), Ceux de Verdun, UNC (Union Nationale des Comba (...)
  • 16 Lyre, Orchestre Symphonique, Volontaires.
  • 17 Université populaire, Amitiés laïques, France-Grande Bretagne, Auberge de Jeunesse.
  • 18 Mutilés du Travail, Vieux Travailleurs et Syndicats.

39Ces associations, dont le nombre a donc fortement augmenté, sont d’abord sportives. En 1938, elles sont en effet huit (sur vingt), les autres se répartissent entre les anciens combattants, les sociétés musicales, les associations de secours, celles qui se préoccupent de l’image de la ville, enfin celles qui se soucient d’éducation. En 1954, sur trente-huit, les sportives sont quinze14 et les anciens combattants en animent douze15. Les onze autres se répartissent entre les sociétés musicales16, le syndicat d’initiative, les associations à caractère éducatif17 et celles d’entraide18 (Mutilés du travail, Vieux Travailleurs et Syndicats). Elles sont quarante-six en 1958, quatorze sportives, onze militaires, huit d’éducation, les treize autres ayant des activités variées.

*

  • 19 Dont certaines décisions vont dans le sens voulu par les autorités de l’époque, en faveur de la jeu (...)

40Ce parcours des réalisations municipales entre 1935 et 1958 — n’oublions pas totalement quelques-unes des décisions de la municipalité nommée par le gouvernement de Vichy19 — n’est certainement pas exceptionnel. Beaucoup d’autres villes en ont sûrement fait autant. S’il n’est pas facile de déterminer l’action personnelle du maire par rapport à celle de son conseil, il est encore plus illusoire de faire la part entre le voulu, l’accompagné ou le subi. La personnalité du maire et son rôle à l’échelle nationale ont servi incontestablement les intérêts de la ville. Ses interventions auprès des administrations, du préfet ou des ministères n’en avaient que plus de poids, ce dont le remercient Thorel, Fromentin et Malherbe. C’est lui qui avance les idées, qui rédige les programmes, qui donne l’impulsion, même quand il n’est pas maire. Cela fait oublier aussi ses absences, notamment entre 1944 et 1953 où il n’assiste qu’à 22 séances du conseil sur 58, alors qu’il était présent à 27 sur 30 entre 1935 et 1939 et sera là 30 fois sur 36 entre 1953 et 1958. Il intervient sur tous les dossiers, y compris les plus anodins et cela même quand il n’est pas maire. Par exemple, le 30 janvier 1953, il parle de chaudière, de détartrage et des rideaux de l’internat du Collège. Il avait parfois tendance à prendre des décisions sans en référer à quiconque. Ainsi de la plantation systématique d’arbres ou de fleurs. Ou encore de l’enlèvement des grilles qui entouraient la place du Parvis de l’église Notre-Dame et le Musée. Il avait d’abord fait couper les grilles au milieu de leur hauteur et, devant l’absence de réaction de la population, il les fait complètement arracher.

41L’action réalisée l’a été dans un contexte difficile et avec un personnel municipal réduit (92 employés en 1954). La guerre a interrompu une œuvre bien lancée que la nécessité de reconstruire ensuite a pu retarder. À la fin des années cinquante, la cité est en pleine expansion démographique et en reconversion industrielle. Des immeubles s’édifient aux quatre coins de la ville. Tout au long de ces années, on retrouve des priorités dans l’action mendésienne : la République — et la laïcité —, et le progrès social (logement, école, santé, hygiène, aide aux nécessiteux). Mais en fait, n’a-t-on pas un peu l’impression que tout est — presque — toujours prioritaire, tant les sujets abordés couvrent l’ensemble des secteurs de l’action municipale ? Cela explique qu’il a parfois fallu plusieurs mandats pour réaliser certains projets. C’est normal pour la reconstruction » cela peut le paraître moins pour l’extension de la distribution de lait ou de la gratuité des fournitures scolaires. Le « saupoudrage » peut en être responsable.

42Certains des projets n’ont pu voir le jour qu’après le départ de Mendès France : la piscine, l’usine d’incinération des ordures, par exemple. D’autres n’ont jamais abouti : le rétablissement de la prison ou de l’entrepôt de tabac — mais le tribunal a été sauvé —, le monument aux morts, la Maison historique de la Cité, l’école professionnelle du textile, la maison de retraite des Vieux travailleurs, les séances récréatives et de cinéma pour les hospitalisés. Préoccupé par les tâches matérielles accompagnant le nécessaire progrès social qu’il recherchait avant tout, Mendès France a quelque peu négligé le domaine proprement culturel : la salle textile du musée n’est réalisée qu’à la fin des années soixante, alors que toutes les usines ont fermé, et l’église Notre-Dame n’a fait que l’objet de travaux d’entretien à la suite de dégâts provoqués par les intempéries.

43Et aujourd’hui, en dehors du lait dans les écoles et du souvenir qui s’estompe avec le temps et la disparition de ceux qui l’ont connu, que reste-t-il du passage de Mendès France à Louviers ? Sa méthode de travail a largement inspiré certains de ceux qui lui ont succédé — toutefois, aucun n’a repris l’idée des conseillers délégués de quartier pour recevoir les doléances des habitants (mai 1945 et décembre 1947). Mais il est difficile de comparer Pierre Mendès France aux maires qui ont dirigé la ville après lui. Alors on se contentera de citer les réalisations durables : le centre ville, la zone industrielle, les écoles qui accueillent encore des élèves et le passage en régie directe de services aussi importants que les ordures ou l’eau. Depuis son départ, la ville a beaucoup changé et Mendès France ne la reconnaîtrait plus guère aujourd’hui.

  • 20 Programme de 1953.

44Mon principal regret est de n’avoir pu déterminer quelle fut l’action personnelle de Mendès France, ni son ambition pour Louviers. Voulait-il la faire passer de son statut de petite ville à celui d’agglomération moyenne, voire grande ? Ou bien la « ville nouvelle » devait-elle se contenter d’être « moderne, coquette et vivante, avec tous les aménagements nécessaires pour le travail et le bonheur de ses habitants20 » ? Ces deux questions restent posées.

45Il n’empêche. La ville se souvient et pas simplement parce que le musée possède toujours le buste de lui, jeune, que Mendès France avait légué à la ville en 1957. Elle a baptisé de son nom la rue de l’Hôtel de Ville et se prépare à le faire pour le nouveau quartier du centre de la ville. Elle a inauguré, le 28 novembre 2002, une plaque dans la sale du conseil municipal qui porte désormais son nom. En prenant sa succession, Vincelot déclarait : « C’est une grande figure qui honore la France et qui nous honore en particulier, nous, Lovériens ». On connaissait autrefois Louviers pour la renommée de ses draps et sa chanson, n’est-ce pas un peu, aujourd’hui, en raison de son ancien maire auquel les Lovériens avaient adressé cet hommage qui figure toujours dans le registre de délibérations municipales à la date du 10 octobre 1954 : « La population entière manifeste son attachement à son maire et exprime sa fierté de voir le premier magistrat de la cité à la tête du Gouvernement français » ?

Notes

1 Archives municipales de Louviers.

2 Archives départementales de l’Eure, Fonds Mendès France, 11].

3 Le quotidien Paris-Normandie et l’hebdomadaire La Dépêche, ce dernier systématiquement favorable à Mendès France.

4 L’octroi sera définitivement supprimé en 1943.

5 Conseillère municipale de Paris, Marthe Richard venait d’obtenir la fermeture des maisons closes du département de la Seine et ta loi qui porte son nom étend la mesure à l’ensemble du territoire (13 avril 1946).

6 Habitations à bon marché, créées par la loi Loucheur de 1928.

7 Habitations à loyer modéré, remplaçant les HBM, 1950.

8 Société d’économie mixte du logement de l’Eure.

9 Dates de construction des logements (recensement de 1962) :avant 1871 1 629 1940-1948 226 1954-1957 379 1871-1914 931 1949-1951 114 1958-1962 373 1915-1939 277 1952-1953 135 + 47 en construction

10 Société de Produits et Revêtements Mammouth (sic).

11 Elle existe toujours.

12 Un précédent projet (1941) de terrain de sports, route d’Évreux avait déjà été abandonné.

13 Qui les avait partiellement rétablies l’année suivante mais pour quelques associations seulement.

14 EAL (Etoile Athlétique Lovérienne), CNL (Club Nautique Lovérien), Fraternelle, Colombophilie, Courses, USL (Union Sportive de Louviers), SVL (Sport Vélocipédique de Louviers), Haltérophilie, Escrime, Anciens Elèves, Pêcheurs, Canoë, Boules, Basket, Tennis.

15 APG 14-18 (Anciens Prisonniers de Guerre 1914-1918), Ceux de Verdun, UNC (Union Nationale des Combattants), Médaillés, Anciens militaires, APG 39-45 (Anciens Prisonniers de Guerre 1939-1945), ARAC (Association Républicaine des Anciens Combattants), UFAC (Union Française des Anciens Combattants), FNCR (Fédération Nationale des Combattants Républicains), Résistants, Réfractaires maquisards, Déportés résistants.

16 Lyre, Orchestre Symphonique, Volontaires.

17 Université populaire, Amitiés laïques, France-Grande Bretagne, Auberge de Jeunesse.

18 Mutilés du Travail, Vieux Travailleurs et Syndicats.

19 Dont certaines décisions vont dans le sens voulu par les autorités de l’époque, en faveur de la jeunesse, du sport, voire de la musique.

20 Programme de 1953.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540