Version classiqueVersion mobile

Pierre Mendès France et la démocratie locale

 | 
Dominique Franche
, 
Yves Léonard

Deuxième partie. Pierre Mendès France dans l'Eure : politique et collectivités locales

Débat

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Serge Berstein  : Un point de détail concernant l’intervention de Monsieur Bodinier, à propos des relations de Pierre Mendès France avec le parti communiste. On l’a dit hier, et ce point est incontestable : Mendès France n’est pas marxiste. Cependant, autant il n’apprécie pas le communisme, autant l’anticommunisme systématique n’est pas son fait. Surtout, lorsque l’on évoque la période 1935-1936, il faut bien voir quelle est sa situation. Mendès France est un homme politique qui débute, qui est jeune. Il est certes un individu brillant, mais pas encore une personnalité politique de premier plan. Il ne présente donc aucun danger pour le parti communiste. De surcroît, le parti communiste est dans une phase d’ouverture puisqu’il a décidé de jouer le jeu du Front populaire avec les socialistes et, surtout, parce que c’est cela qui l’intéresse, avec les radicaux car ils représentent les classes moyennes. Par conséquent, qu’il n’y ait pas d’obstacles pour un soutien à Mendès France, voilà qui est évident.

2Les choses changent après 1954. Mendès France apparaît alors comme une personnalité de tout premier plan. Il propose une alternative de gauche non marxiste au peuple français et, de ce fait, il devient un danger pour les communistes qui, à ce moment-là, vont lutter contre lui en disant qu’il représente une option bourgeoise. Les situations contextuelles sont ainsi considérablement différentes.

3Question dans la salle : Comment s’est déroulée la première élection des femmes au conseil municipal de Louviers ?

4Bernard Bodinier : L’élection a été organisée normalement, avec liste électorale d’hommes et de femmes, au suffrage universel. Les suffrages exprimés ont atteint 77 % des inscrites aux deux tours, alors que les hommes n’ont voté qu’à 50 %. C’était absolument illégal, mais la pra-tique existait depuis 1925 : une femme a siégé pendant six ans à Malakoff, de 1925 à 1931, et il y a eu plusieurs autres exemples de municipalités en France.

5Françoise Chapron : Effectivement, il y a eu d’autres élections ailleurs, mais ce qui caractérise celle de Louviers, c’est que le corps électoral était mélangé, hommes et femmes. Dans d’autres communes, on a fait un scrutin séparé des hommes et des femmes pour éviter une éventuelle invalidation — on retrouve la même prudence dans certains scrutins actuels, concernant le problème du vote des immigrés.

6Mais un autre fait était remarquable à Louviers : bien entendu, les femmes n’avaient pas voix délibérative au conseil — sinon, les décisions du conseil auraient été invalidées —, mais elles avaient voix délibérative dans les commissions municipales. C’était un peu plus que ce qui se faisait dans certaines communes où elles n’avaient qu’une voix consultative.

7Parmi les élues, il y eut des dissensions plutôt à gauche, alors que les femmes de droite étaient peut-être plus homogènes dans leur représentation — il faut noter qu’il y avait Madame Le Pelletier, femme de son adversaire le plus important du côté du PSF à cette période. Mais l’ensemble fonctionna cependant correctement, essentiellement sur les questions d’action sociale.

  • 1 Directrice des archives départementales de l’Eure.

8Éliane Carouge1  : Dans son propos, Bernard Bodinier m’a paru évacuer un peu vite l’originalité de la désignation des conseillères municipales en 1936. Effectivement, ce n’est pas un fait unique. C’est un des événements qui marquent l’évolution des conseils municipaux à cette date.

9Mais la décision prise par plusieurs maires du Front populaire d’associer les femmes aux Conseils municipaux a posé le problème du mode de désignation qu’il convenait d’adopter, et l’on a choisi diverses formules. Je n’en ai pas la liste exhaustive en tête, mais je sais que dans certaines communes les Conseils municipaux ont coopté des conseillères ; dans d’autres, on les a fait élire par les électeurs, donc par les hommes ; ailleurs, on les a fait élire par les femmes de la commune. La grande originalité de Mendès France vient de ce qu’à Louviers il a fait élire ces nouvelles conseillères par l’ensemble des hommes et des femmes de la commune. Il a donc été, de ce point de vue, un précurseur du suffrage réellement universel.

10Je me pose d’ailleurs une question pratique : comment a-t-on constitué les listes électorales ?

11Bernard Bodinier  : Je ne sais pas. À partir de recensements, me souffle Claude Cornu. En tout cas, il y avait moins de femmes inscrites sur les listes électorales que d’hommes. Je n’ai pas la réponse.

12D’autre part, je voudrais souligner la contradiction entre cet avant-gardisme de Mendès en 1936 pour l’élection des femmes, et le fait qu’il n’en a jamais présenté plus de trois dans ses listes aux municipales à partir de 1945. De plus, dans la mesure où celles-ci, au même titre que les ouvriers, étaient régulièrement les victimes prioritaires du panachage ou des non-signes préférentiels, il s’est retrouvé avec une seule femme dans son conseil municipal entre 1945 et 1958. Comme le RPF n’a eu lui aussi qu’une seule élue, et le parti communiste également — en 1953 —, il n’y a jamais eu plus de deux femmes dans le conseil municipal de Louviers, sauf à la Libération, lorsque le préfet en a nommé trois.

  • 2 Journaliste au Figaro littéraire.

13Éric Roussel2  : J’ai beaucoup apprécié les communications concernant les débuts de la carrière de Pierre Mendès France. Je crois qu’ils n’avaient jamais été évoqués avec tant de finesse. La question que je voudrais poser est intéressée puisqu’il se trouve que je suis l’arrière-petit-fils de ce Raoul Thorel dont vous avez parlé. Quelle était sa position politique ? On m’a dit à Louviers qu’il était radical.

14Claude Cornu : Il y a en fait deux Thorel, des homonymes sans aucun lien de parenté.

15D’abord Ernest Thorel, que j’ai évoqué : maire de Louviers, conseiller général, député de 1889 à 1898 puis sénateur de 1898 jusqu’à sa mort en 1906. Lui n’est pas radical. Il l’est pour quelques-uns de ses adversaires, dans la mesure où, dans les années 1880-1890, le simple fait d’être républicain peut être taxé de radicalisme par un conservateur. Mais il n’est pas radical au sens propre — il n’y a d’ailleurs pas de parti radical à son époque —, il est un républicain de la gauche modérée. En 1898, il fait partie de ces républicains qui se séparent de leurs collègues votant pour Waldeck-Rousseau. Sa situation politique est très ambiguë car, républicain très modéré, notamment sur le plan social, il est amené en 1903 à faire liste commune avec les deux autres sénateurs qui sont, eux, franchement de droite. Mais, deux ans plus tard, en 1905, parce qu’il est libre penseur il vote la loi de séparation. Il fait partie de ces politiques qui sont à cheval entre le centre gauche et le centre droit.

16Raoul Thorel, lui, est un républicain encore plus modéré, et qui ne doit son élection au conseil général pendant toutes ces années qu’à l’impossibilité que rencontrent les radicaux de lui opposer un candidat de poids. Raoul Thorel fait vraiment partie de ces républicains de gauche qui sont effectivement des hommes du centre.

17Bernard Bodinier : Raoul Thorel avait bénéficié en 1904, à l’élection municipale, des voix de la droite contre Ernest Thorel, son homonyme qui fut réélu maire. Quand Ernest Thorel est mort en 1906, Raoul Thorel a été élu contre le premier adjoint sortant, Louis Albert Thiberge, qui, lui, était radical — cette fois-ci du parti radical —, et cela a créé la désunion. C’est pour cette raison que la personnalité de Raoul Thorel est contestée par les radicaux dans les années trente. Elle l’est depuis la fin de la première décennie du siècle, et d’autant plus qu’il a battu le conseiller général Thiberge à l’élection cantonale de 1907, alors qu’on avait laissé à celui-ci ce lot de consolation puisqu’il n’avait pas été élu maire. Ensuite, Thiberge a mené une liste lors d’une campagne électorale très dure en 1912 contre Raoul Thorel, qui n’était arrivé qu’en trente-troisième position sur sa liste et qui a été sauvé in extremis au second tour, avec finalement un siège de majorité. On voit ici les contentieux qui existaient au moment où Mendès France est arrivé.

18Serge Berstein  : Il faut aussi préciser que la notion de parti doit être singulièrement relativisée, au moins jusqu’à la période de l’entre-deux-guerres. A la fin du xixe siècle, on utilise le terme « parti », mais c’est pour désigner des tendances de l’opinion, étant entendu que ces tendances ne sont jamais solidement structurées. On peut dire que jusqu’à l’affaire Dreyfus, jusqu’au gouvernement de défense républicaine de 1899, il y a chez les républicains deux grandes tendances : celle des modérés que l’on appelle progressistes, et celle des radicaux qui apparaissent à l’époque plus avancés sur le plan social. Le clivage se produit au moment de l’affaire Dreyfus et de la constitution du gouvernement Waldeck-Rousseau : le groupe des modérés, des progressistes, se coupe en deux. D’une part, ceux qui vont être anti-dreyfusards et qui, par conséquent, vont suivre des gens comme Méline ; ils vont constituer dans les années suivantes la Fédération républicaine, c’est-à-dire le groupe le plus fortement marqué à droite de l’échiquier politique. D’autre part, ceux des progressistes qui acceptent de s’allier avec les radicaux dans le camp dreyfusard vont constituer l’alliance républicaine démocratique.

19Claude Cornu disait : il n’y a pas de parti radical à l’époque d’Ernest Thorel. C’est vrai avant 1901, mais la question est surtout de savoir s’il y en a un après. En effet, pour donner un exemple, jusqu’en 1911 la double appartenance est possible. Ce n’est qu’à cette date que les radicaux interdiront la double appartenance entre l’Alliance démocratique et le parti radical. Cela, pour le sommet. Mais quand on passe à la base, dans la démocratie locale, c’est beaucoup plus confus encore. Un comité républicain relève-t-il de la fédération républicaine, de l’alliance démocratique, du parti radical ? On n’en sait trop rien. J’ai étudié de près le parti radical dans ces années-là : un des comités radicaux de Saône-et-Loire s’appelle l’union républicaine démocratique et socialiste de Chalon-sur-Saône ; si l’on regarde le titre, il est tout sauf radical, et pourtant, en fait, c’est le comité radical de Chalon. On se situe encore à une époque où la fluidité des partis est accentuée par le fait que l’on considère la position politique d’un député comme dépendant de sa conscience individuelle. L’idée de discipline des partis est complètement étrangère à ce monde des débuts du xxe siècle, sauf, peut-être, chez les socialistes, et encore. Dans ces années-là, il est très difficile de classer les gens, de les étiqueter sur le plan politique.

20Éric Roussel : Ce qui est sûr, c’est que quand il est mort, il a été dit très clairement que Raoul Thorel appartenait à la gauche du conseil général, sous la réserve que vous avez rappelée.

21Claude Cornu : Lorsqu’il meurt en 1937, le président du conseil général est le docteur Briquet, député de la deuxième circonscription d’Evreux, lequel a été élu en 1928 effectivement avec l’étiquette «  radical  ». Il faisait, en 1924, partie de la liste du Cartel des gauches, mais en 1936 il est élu contre un candidat du Front populaire, et il vote donc contre les pleins pouvoirs financiers que demande Léon Blum en 1937.

22Pour rejoindre ce que disait Serge Berstein, c’est seulement en 1928 que se crée la fédération départementale de l’Eure du parti radical, né en 1901. Il y a des comités républicains pratiquement dans tous les cantons, mais il n’y en a à peu près que six ou sept qui vont adhérer dès 1928 à cette fédération radicale. En 1930, le comité du canton d’Amfreville prend le nom de « radical », mais c’est seulement l’année suivante qu’il donne franchement son adhésion au parti radical.

  • 3 Ancien conseiller général, ancien maire de Verneuil-sur-Avre
  • 4 Bien évidemment, cette erreur a été rectifiée dans la version publiée [note de l’éditeur].

23Jacques Demaire3  : Une autre question d’homonymie. Il s’agit de la succession de Pierre Mendès France au conseil général dans le canton de Pont-de-l’Arche. Dans sa communication, Monsieur Bodinier a dit qu’il avait été remplacé par Gilbert Martin4. C’est une erreur. Gilbert Martin n’a jamais été conseiller général. Gilbert Martin était un très grand bonhomme, fils d’un grand chirurgien de Rouen. Il a été président de la chambre d’agriculture. C’était un ami de Mendès France, dont il a été le colistier lors des élections législatives.

24Celui qui a succédé à Pierre Mendès France comme conseiller général de Pont-de-l’Arche est un certain Maurice Martin, qui était maire de Montaure. Il n’a pas fait de carrière politique très importante.

25Bernard Bodinier : Vous avez raison.

26Jean-Henri Calmon : Pour revenir sur le vote des femmes et conclure sur ce point, je rappelle que la Chambre des députés y était favorable — peut-être cela explique-t-il que le préfet ait laissé faire. C’est le Sénat qui s’y est opposé.

27Bernard Bodinier : En effet, depuis 1919, l’Assemblée nationale vote régulièrement une loi donnant le droit de vote aux femmes. Le Sénat s’y est opposé en 1921-1922. En 1936, lorsque l’Assemblée du Front populaire vote de nouveau en ce sens, le Sénat ne se saisit pas du problème et laisse traîner les choses sans procéder à un vote.

28Par ailleurs, dans l’Assemblée provisoire d’Alger de 1944, qui émet le souhait que le droit de vote soit donné aux femmes à la Libération, il n’y a pas consensus, et les plus farouches des opposants au vote des femmes sont les radicaux, représentés par Giacobbi à ce moment-là.

29Serge Berstein : Oui, mais au Sénat, l’homme le plus favorable au vote des femmes est un radical — un autre Martin —, qui sera battu au dernier renouvellement.

30Laurent Chevrel : J’ai étudié la composition des listes aux élections municipales ainsi que d’un très grand nombre de Conseils municipaux dans la période qui va de 1935 à 1977. Louviers, concernant le nombre de femmes, et leur proportion, n’est pas véritablement une exception dans le département. On constate que, globalement, seuls le PCF ainsi que le MRP accordent une place importante aux femmes. Les radicaux sont généralement à la traîne, mais ce n’est pas très évident parce qu’il y a souvent des listes d’union composées de différentes tendances. Par exemple, aux municipales de 1945, il faut avoir des femmes sur les listes et dans les conseils. On leur donne donc des places. De même, si l’on élargit au scrutin de liste aux législatives, il faut qu’il y ait une femme sur la liste, mais on la place en position d’inéligible.

31Ensuite, on constate dans les années cinquante, et ce n’est pas propre à Louviers, un effondrement de la participation des femmes. Il n’y a quasiment plus de femmes élues dans les Conseils municipaux des grandes villes. Les femmes, en fait, trouvent leur place dans les communes rurales. Et quand on étudie les catégories sociales, fait assez remarquable, la représentation des catégories salariées modestes n’est pas véritablement une question d’orientation politique du conseil, mais plutôt d’importance de la commune. Ainsi, lorsqu’elle redevient de gauche, Évreux a une représentation plutôt constituée de directeurs d’école que d’instituteurs, plutôt de contremaîtres que d’ouvriers. Par contre, on trouve des ouvriers dans de petites communes rurales. Louviers n’est donc pas une exception.

32Mais Louviers devient une exception par la suite. En effet, avec l’arrivée des majorités successives à la fin des années soixante, notamment avec le docteur Martin, on constate que les femmes occupent une place de plus en plus importante. En fait, les femmes n’arrivent dans les Conseils qu’à partir de 1977.

33Un autre problème se pose. De nombreuses équipes ont été constituées dans les années 1935-1945, et un phénomène de génération se produit. Bien souvent, si le terme «  verrouiller  » serait un peu fort, on a en tout cas l’impression que la majorité sortante dans les Conseils municipaux organise une sorte de système de cooptation qui fait que les femmes sont systématiquement écartées. Les mêmes personnes restent en place très longtemps, et comme ce sont les mêmes hommes qui sont réélus dans la plupart des cas, les femmes ne peuvent pas entrer puisqu’elles seraient nouvelles élues.

34Bernard Bodinier : Je n’ai pas étudié particulièrement la question des femmes. Cependant, je rappelle que le panachage et les signes préférentiels pouvaient permettre d’en élire. En effet, même s’il y avait une proportionnelle, grâce au panachage et aux signes préférentiels, on pou-vait élire des gens qui figuraient en dernière position sur la liste. Auguste Fromentin a été battu de cette manière : second sur la liste, il n’est arrivé que quinzième. Mais, effectivement, personne ne présente de femmes à ce moment-là.

Notes

1 Directrice des archives départementales de l’Eure.

2 Journaliste au Figaro littéraire.

3 Ancien conseiller général, ancien maire de Verneuil-sur-Avre

4 Bien évidemment, cette erreur a été rectifiée dans la version publiée [note de l’éditeur].

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search