Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pierre Mendès France et la démocratie locale

 | 
Dominique Franche
, 
Yves Léonard

Deuxième partie. Pierre Mendès France dans l'Eure : politique et collectivités locales

Introduction

Serge Berstein

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Pierre Mendès France représente l’archétype de l’ homme d’État issu du modèle républicain. Il n’est pas le seul, bien sûr, mais il l’est sans doute avec plus de conviction que bien d’autres. Homme d’État issu du modèle républicain, rationaliste, humaniste, laïque sans agressivité anticléricale, mais surtout convaincu que la démocratie s’exprime à travers le suffrage universel, dont les élus incarnent la souveraineté nationale. De ces élus, un peu à la manière antique, il attend vertu, dévouement au bien public, désintéressement total.

  • 1 Roussellier (Nicolas), Le Parlement de l’éloquence : la souveraineté de la délibération au lendemai (...)

2Il appartient à une tradition qui commence peut-être avec Jules Ferry, qui considère l’assemblée des élus du suffrage universel comme le lieu où, grâce à la raison, à l’argumentation, à l’éloquence, il est possible d’emporter la décision en parvenant à convaincre une majorité que ce que l’on propose est ce qui convient le mieux à la communauté. En d’autres termes, il appartient à une culture politique qui est peut-être celle du passé : la culture politique de la délibération, de ce « parlement de l’éloquence », pour reprendre le titre du livre de Nicolas Roussellier1, qui a admirablement décrit ce parlement où des individualités, alors que les forces partisanes ne sont pas encore aussi fortement structurées qu’elles le sont aujourd’hui, arrivent à emporter la décision par la discussion. Une conception de la vie politique doublement exigeante, par conséquent : pour l’élu investi de responsabilités dont il doit rendre compte à ses électeurs, en leur expliquant parfois que l’intérêt national peut être distinct de leurs intérêts individuels ; mais également pour le citoyen invité à choisir en fonction de la raison, d’une claire vision de l’intérêt national, et en faisant abstraction de ses propres penchants épidermiques, de ses sympathies ou de ses rancœurs. Conception exigeante, peut-être trop exigeante pour le monde réel, et qui explique sans doute la distorsion entre la trace laissée dans l’histoire par Pierre Mendès France et le rôle politique, très inférieur à sa stature, qu’il a joué dans l’histoire nationale.

3Cette démocratie exigeante trouve son point d’application le plus concret au niveau local, celui où l’homme politique se trouve au contact des citoyens dans son rôle de candidat aux élections, de maire, de conseiller général, de député. Pierre Mendès France a trouvé ce point d’application dans l’Eure dont il est l’élu à partir de 1932 et jusqu’en 1958, et à Louviers dont il est le maire. C’est de Pierre Mendès France confronté à la démocratie locale que vont ainsi traiter les historiens dans les textes suivants.

Notes

1 Roussellier (Nicolas), Le Parlement de l’éloquence : la souveraineté de la délibération au lendemain de la Grande Guerre, Paris, Presses de la Sciences Po, 1997.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540