Version classiqueVersion mobile

Pierre Mendès France et la démocratie locale

 | 
Dominique Franche
, 
Yves Léonard

Première partie. Un homme, un département

Débat

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Serge Berstein : Avant que nous n'entamions le débat, je voudrais dire comment je réagis à ce que j'ai entendu. C'est un exercice difficile, car Mendès France est une grande personnalité nationale qui a marqué l'histoire de ce pays. À ce titre, je résumerai son apport historique à deux moments. Le premier, c'est évidemment celui des sept mois et dix-sept jours pendant lesquels il a été président du Conseil. Ce moment introduit un tournant dans l'histoire de la IVe République, mais un tournant avorté : la possibilité que cette république parlementaire qui s'enlisait trouve les moyens de sa régénération. Cela a été rendu impossible par la chute de Pierre Mendès France. Le second moment renvoie à la fin de la communication de Pierre Rosanvallon, c'est-à-dire à la parution de La République moderne, qui apparaît comme une proposition alternative à la Ve République pour moderniser la France. C'est le seul véritable projet, autre que celui de la république présidentielle, qui ait été proposé dans ces premières années de la Ve République et, comme l'expérience gouvernementale de Pierre Mendès France, il a échoué. Par rapport à cette image nationale, nous avons à parler de Pierre Mendès France député de l'Eure, maire de Louviers. Ce n'est pas exactement la même image que celle que je viens d'évoquer, mais il me semble que les rapports entre l'image locale et l'image nationale sont pleins d'enseignements.

2Première remarque : à travers les trois témoignages de Jean-Denis Bredin, Tiennot Grumbach et François Loncle, apparaissent un certain nombre de caractéristiques de Pierre Mendès France engagé dans l'action politique. On nous a dit que, politiquement, il était un démocrate. Cela marque l'ensemble de sa carrière. L'un des éléments frappants est que l'on ne voit pas chez lui de crise de conscience politique. Il ne suit pas l'un de ces itinéraires qui ont conduit un certain nombre d'hommes politiques de la droite ou de l'extrême droite jusqu'à la gauche parfois, voire l'extrême gauche. C'est plutôt rare. Mendès France se remarque par une sorte d'intégration naturelle, sans effort, sans conversion, à la République. Ce type d'adhésion, de nature en quelque sorte, pose question et entraîne nécessairement une réflexion sur le milieu dans lequel il a vécu et qu'a évoqué Jean-Denis Bredin, sur la situation de Mendès France par rapport au judaïsme. Même s'il n'éprouve pas de sentiments religieux, il se situe dans le judaïsme à travers les attaques antisémites dont il a été abreuvé au cours de sa carrière. Jusqu'à quel point le fait d'appartenir à une famille juive ne le conduit-il pas naturellement à juger comme tout à fait conforme, comme n'exigeant aucune justification, le fait de s'intégrer à une force politique, à des conceptions politiques qui sont dans le droit fil de cette Révolution française qui a émancipé les juifs et en a fait des citoyens à part entière ?

3Deuxième remarque : il est radical, mais au fond il est radical comme il est démocrate. Quelle que soit l'éloquence d'Edouard Herriot, relativement jeune à l'époque où Mendès France l'entend pour la première fois, le fait d'écouter Herriot tenir un discours républicain, certes chaleureux, certes éloquent, et que cela induise une adhésion très jeune au parti radical exige là aussi réflexion, parce que la France est un pays où l'on n'adhère pas volontiers à un parti politique. Après tout, on peut avoir des opinions politiques et ne pas adhérer. C'est le cas de la majorité des Français. Et Mendès France adhère à un parti qui est, à l'époque où il le fait, déjà considéré comme un parti de vieilles barbes, un parti qui a fait son temps, un parti assez largement contesté par les jeunes gens qui, au lendemain de la Première Guerre mondiale, entendent rénover la politique. Ce type d'adhésion pose l'équation que je crois réelle mais qui exige réflexion : radicalisme égal République. En adhérant au parti radical, on adhère à l'esprit républicain. D'autres partis sont républicains. Mais c'est celui-là qui incarne la République. Par conséquent, l'adhésion de Pierre Mendès France est-elle vraiment un acte politique ou est-elle tout simplement l'accomplissement de l'objectif démocratique ?

4Et puis, troisièmement, au sein du parti radical c'est un Jeune Turc. On connaît les Jeunes Turcs à travers trois exemples fameux, que l'on répète toujours mais qui altèrent un peu la réalité des choses : Pierre Mendès France, Pierre Cot et Jean Zay. Certes, tous les trois sont des radicaux qui se situent à la gauche de leur parti. Mais je crois que le mouvement Jeunes Turcs est autre chose. C'est un mouvement comme nous en avons bien connu dans l'histoire récente de la République, d'hommes jeunes considérant que les voies dans lesquelles est engagé leur parti ne sont plus modernes. Mais cela ne vient pas uniquement de la gauche. Le véritable maître à penser de ces jeunes gens, somme toute, est Joseph Caillaux qui, à ce moment-là, n'est plus véritablement un homme de gauche. C'est lui qui, par exemple, pousse Emile Roche, qui va être le chef de file le plus marquant de la nouvelle génération radicale de cette époque, à créer des organes comme La Voix, La République, 56 où vont s'exprimer les Jeunes Turcs de gauche, mais où vont aussi s'exprimer des jeunes hommes politiques qui voient leur avenir plutôt du côté du centre droit, et dont un certain nombre ont d'ailleurs été des hommes politiques de droite, parfois compromis avec Vichy. Il s'agit donc d'un mouvement composite, et je ne pense pas que l'on puisse dire que le mouvement Jeunes Turcs est spécifiquement de gauche. Il n'en reste pas moins que, pour Pierre Mendès France, incontestablement, ce choix est un choix de gauche. Il est parmi les Jeunes Turcs parce qu'il se veut rénovateur du parti radical. Il tentera d'ailleurs de l'être, mais il aura contre lui, et en particulier à partir de 1934, tous ces Jeunes Turcs qui vont se retrouver dans la méfiance envers la gauche et l'hostilité au Front populaire.

  • 1 Jean Trévilly, né en 1924, représentant de commerce en peintures, colles et papiers peints, militan (...)
  • 2 L'Impartial des Andelys (numéro du 12 avril 1958), avait reproduit en première page une photographi (...)
  • 3 Lily Mendès France, née Cicurel au Caire, était une des petites-filles du fondateur de la Maison Ci (...)

5Intervention dans la salle : Je voudrais apporter un témoignage, suite à celui de Monsieur Grumbach sur la campagne de 1958. Ce n'était pas à Louviers, c'était à Pont-de-l'Arche, quelques mois auparavant, lors des élections pour le conseil général. Le trublion dont vous parliez est toujours en vie. Il s'appelle Trévilly et il était marchand de peintures en gros à Rouen1 Effectivement, il traînait derrière lui une bande de nervis. A Pont-de-l'Arche, ce jour-là, j'ai vu un déferlement abominable, et j'en ai le souvenir pour le restant de mes jours. Il y a tout eu ce jour-là. Il y a eu les accusations envers Mendès France d'avoir fait tuer des jeunes en Algérie par sa politique et ses prises de position. Un de ces individus a fait monter sur la tribune un monsieur qui avait perdu son fils. Je m'en rappellerai toujours. C'était sûrement un paysan, habillé en noir, avec un chapeau qu'il a enlevé. On lui a fait dire que son fils était mort en Algérie par la faute de Pierre Mendès France. Il y a eu le baiser à Masmoudi — Masmoudi, ambassadeur de Tunisie, avait été rappelé par Bourguiba et Mendès France l'avait embrassé avant son départ2. Il y a eu Le Caire aussi, les grands magasins du Caire où Madame Mendès France aurait eu, selon les nervis, des capitaux absolument extraordinaires 3. Il y a tout eu ce jour-là. Mendès France était blanc, mais blanc! J'en ai un souvenir pour le restant de mes jours. Je voudrais insister sur son courage physique et moral. Le trublion en question, quand un de ses nervis a eu terminé, a dit : « Je demande que l'on fasse une minute de silence pour le fils de ce Monsieur », et le premier qui s'est levé, c'était Mendès. Il était dans un état pas croyable, j'en tremble encore.

6Tiennot Grumbach : Je voulais juste confirmer. Il n'y a pas eu qu'une réunion de ce genre. J'en ai vu tellement! J'en ai vu à Paris, à l'occasion d'une élection dans le 16e arrondissement, où Mendès France était venu soutenir un gaulliste de gauche à l'époque, Philippe de Chartres. J'en ai vu dans ce département de l'Eure. J'ai vu, au Vel d'Hiv, une réunion pendant laquelle nous avons subi des attaques à la grenade d'exercice. Je ne l'ai jamais vu perdre son sang-froid de quelque façon que ce soit par rapport aux agressions physiques. Dans tout ce qu'il faisait, il était suivi de gens particulièrement agressifs.

7Concernant l'homme de gauche, je ne suis pas tout à fait d'accord avec ce que vous avez dit, de par mes souvenirs personnels. Pourquoi a-t-il été tellement choqué par la défaite de Grenoble, comparée à celle de Louviers ? Il ne comprenait pas. Il m'a dit : « A Louviers, j'ai toujours été l'élu de toute la gauche. Dans ce département, je n'ai jamais failli une seule fois, dans toute ma vie politique, j'étais l'élu de toute la gauche. Ce qui m'est arrivé à Grenoble est pour moi incompréhensible par rapport aux valeurs de la gauche. »

8Et puis ce qui le caractérise aussi comme homme de gauche, c'est son rôle pendant la guerre d'Espagne. Le fait est moins connu, mais, à la place qu'il occupait dans le second gouvernement Blum, il a agi pour la République espagnole, même si peu de gens l'ont souligné. Le duo dont vous nous parliez, Pierre Cot et Pierre Mendès France, a fait beaucoup pour la République espagnole. Personne ne s'en vantait, mais les républicains s'en souviennent encore.

9François Descamps : Pour rassurer Monsieur Grumbach, mon beau-père me dit régulièrement : « C'est grâce à Pierre Mendès France et aux accords de Genève que je ne suis pas parti en Indochine. J'y pense tous les jours, et c'est peut-être grâce à cela que ta femme est née ». J'éprouve donc une reconnaissance personnelle envers le président.

10J'ai deux questions. Nous avons tous des explications, mais j'aimerais bien entendre les témoignages des différents intervenants. D'une part, à propos de son « J'ai l'honneur de te déclarer ma non-candidature à la Présidence de la République », pour paraphraser la chanson. Car Pierre Mendès France est surtout un non-candidat, du non-candidat à la Présidence de la République en 1965 et en 1969, jusqu'à la présence silencieuse au stade Charlety en 1968.

  • 4 La « rencontre socialiste » des 30 avril et ler,mai 1966 réunit diverses tendances de la gauche non (...)

11Deuxième interrogation : n'est-ce pas trop solliciter les faits, à partir de cet ancrage dans la démocratie locale, dans la terre de l'Eure, que d'établir un lien entre Pierre Mendès France et la décentralisation ? D'abord, je constate que le mouvement des GAM, les groupes d'action municipaux, dans les années soixante, était particulièrement implanté en Haute et en Basse-Normandie, puisque le président des GAM était même de Caen. Ensuite, lors du colloque de Grenoble en 1966 4, un certain haut fonctionnaire, sous le pseudonyme de Servet et qui n'était autre que Michel Rocard, avait produit un rapport qui avait fait date : il s'appelait Décoloniser la province. Ce lien entre la décolonisation dont nous sortions et la décentralisation dans laquelle nous pouvions entrer était extrêmement importante, et il était placé un peu sous les couleurs du mendésisme. Pensez-vous que je me trompe ?

12François Loncle : Sur la non-candidature, tout a été écrit ou dit. Il y avait une logique dans le refus des institutions tel qu'il l'a exprimé en 1962, je veux dire la modification constitutionnelle instituant l'élection du président au suffrage universel. Il y avait aussi un certain nombre de conditions politiques qui n'étaient pas remplies dans l'élection de 1965. Arrivent 1969 et ce duo malheureux avec Gaston Defferre. Mais, là encore, on retrouve la rigueur de Pierre Mendès France, qui n'est pas candidat mais qui accepte d'aider Gaston Defferre dans une optique politique tout à fait louable, même si elle était erronée sur le plan électoral, même si elle n'a pas donné de résultats. Il éprouvait d'abord beaucoup d'estime pour Gaston Defferre, dont je rappelle que le journal Le Provençal, à l'époque, portait en exergue « Journal des patriotes socialistes et républicains ». Vous connaissez en outre la passion de Gaston Defferre pour la décentralisation, qu'il a manifestée à travers les lois de 1982, qu'il a portées avec Pierre Mauroy et dont nous sommes tous aujourd'hui les pratiquants. Donc, en 1969, il y avait, à la fois sur le plan humain et sur le plan politique, une certaine logique. Ensuite, les années ont passé et je peux témoigner de la vigueur avec laquelle, malgré ses problèmes de santé, il a, en 1974, prenant sur lui-même, et en 1981, participé au combat de François Mitterrand pour l'alternance.

13A ce propos, je voudrais ajouter quelque chose. Pendant ces années, à travers les clubs, à travers tous ceux qui ont vécu la vie politique des trente dernières années, on a souvent essayé d'opposer systématiquement Pierre Mendès France et François Mitterrand. Il y avait de grandes différences — ce n'est pas le lieu de les décrire —, peut-être, sur le fond, sur la pratique politique. Mais pour ma part, je ne supporte pas les intégristes du mitterrandisme, et j'en connais, qui considèrent qu'il n'y a que François Mitterrand et qu'après tout Pierre Mendès France est un homme d'État secondaire parce qu'il n'a pratiqué que sept mois l'exercice du pouvoir. Je ne supporte pas non plus les intégristes du mendésisme, qui disent que, à part Mendès France, il n'y avait rien à gauche après la Libération. Je crois que ce fut, au contraire, une chance d'avoir ces deux grands hommes d'État complémentaires, dont l'un a exercé le pouvoir sept mois, l'autre quatorze ans.

14Concernant les sept mois de gouvernement de Pierre Mendès France, cela a été dit et vous le savez tous, il faut s'incliner devant le savoir-faire remarquable qu'il a manifesté : d'abord pour signer les accords de Genève, après la débâcle de Diên Biên Phu et cette affreuse aventure en Indochine, ensuite pour donner à la Tunisie son autonomie. C'est quelque chose d'extraordinaire, compte tenu du peu de temps dont il a bénéficié. Je crois que les diplomates, les hommes d'État d'aujourd'hui, devraient encore s'inspirer de ses méthodes. L'engagement qu'il a manifesté avec une grande lucidité pour essayer de résoudre le problème du Proche-Orient, montre aussi que, même en peu de temps, on peut marquer à vie son action politique.

15Tiennot Grumbach : Je pense que Pierre Mendès France n'a jamais été mendésiste. Il a toujours refusé le terme de « mendésisme », et pas par coquetterie : c'était une question de méthode politique. Dans la lignée de Pierre Mendès France, l'homme qui a le plus manifesté un grand courage politique est Michel Rocard. Je ne suis pas étonné que mon ami François Descamps intervienne pour en reparler.

  • 5 Pierre MENDÈS FRANCE, « Présentation », dans BORIS (Georges), Servir la République, Paris, Julliard (...)

16Mais il existe une grande différence entre Michel Rocard et Pierre Mendès France, et entre Mitterrand et Pierre Mendès France. Laquelle ? La conception de la démocratie. Chez Pierre Mendès France, c'est celle de la proposition, c'est celle du risque. Il pensait qu'en politique, on doit prendre des risques. Il pensait que l'homme d'action doit énoncer des propositions pour se soumettre à la critique, et que la démocratie ne consiste pas à rechercher le consensus pour obtenir le plus de voix possible à une élection. L'homme politique démocrate est celui qui élabore des propositions à partir des faits qu'il a rassemblés et de convictions qui leur donnent sens. De là l'utilité des clubs, de l'écoute, de l'élaboration collective, des équipes politiques. Pour expliquer ce qu'est une équipe politique et comment on travaille en groupe, un des textes les plus instructifs qu'il a écrit est l'hommage à Georges Boris 5 :

« Un homme politique ne peut pas faire, à lui tout seul, honnêtement son métier. Même en défendant son temps avec âpreté, en écourtant ou en refusant des entretiens, en déclinant des invitations, en refusant de paraître à des cérémonies — en se rendant ainsi désagréable, en passant pour distant — il lui faudrait encore des journées de cent heures pour étudier à fond le dossier de chacune des affaires sur lesquelles il doit se prononcer. Chef du gouvernement ou ministre, il dispose de l'administration, mais, même en ce cas, il n'est pas sûr de trouver exactement les concours qu'il lui faut. De toutes manières, s'il n'est pas préparé au pouvoir, il n'improvisera rien de valable dans le corps à corps avec les événements qui pressent. En dehors du gouvernement, il garde, en un sens, la responsabilité des mêmes questions -— puisqu'on attend de lui qu'il formule une politique, qu'il exerce le contrôle parlementaire, qu'il se tienne prêt à prendre la relève du pouvoir — et pourtant il ne dispose alors d'aucune sorte d'appareil administratif. C'est dire que son action dépend, dans une large mesure, des quelques bonnes volontés qu'il trouve pour l'aider. On dira qu'il ne manque pas d'ambitieux pour essayer d'avancer une carrière en venant offrir leurs services, du moins lorsque l'homme politique paraît bien placé pour accéder prochainement au pouvoir. Peut-être, mais, outre qu'il faut trouver des concours même dans les mauvais jours, l'expérience montre que les collaborateurs de la plus haute valeur sont justement les plus désintéressés. Le paradoxe veut que les plus grands services soient par nature les moins récompensés. Aussi, je dois me borner à inscrire au souvenir de Georges Boris une dette que, de toute façon, je n'aurais jamais pu acquitter. »

17Une fois que l'on a travaillé en groupe, il faut proposer. Cette proposition est faite à l'ensemble des citoyens pour que le débat démocratique s'ouvre à partir d'une orientation qui distingue et anticipe l'avenir. On n'est pas en train de faire une sorte de balisage, en prenant à untel et à deuxtel, en faisant la synthèse entre la motion Duchmol et la motion Duchmou. J'ai le souvenir que, lorsque Michel Rocard a tenté de se présenter, avant que Mitterrand ne vienne lui couper l'herbe sous le pied, Pierre Mendès France m'a dit : « Il est foutu. Il s'est mis à composer avec l'appareil du parti. S'il avait proposé sa candidature en présentant son projet politique, tout eût été différent. »

18C'est ce qui le distingue très fortement de Mitterrand, pour lequel ma sympathie a toujours été plus que mesurée, et de Michel Rocard : Mendès France n'était pas un homme d'appareil. S'il savait qu'on a besoin des appareils politiques, la question restait : quelles propositions fait-on pour les dépasser et pour que puisse s'engager le débat citoyen le plus large possible ?

19François Loncle : Cher ami, permettez-moi de vous dire tout de même que la proposition et l'acte d'abolition de la peine de mort, ce n'était pas sans risque.

20Tiennot Grumbach : Sur cette question, vous avez tout à fait raison. C'est le grand acte de courage politique de François Mitterrand. Nous lui devons l'abolition. Elle était impopulaire, et cet engagement, il l'a tenu avec rigueur, je le reconnais volontiers. Je ne parlais que de la méthode, de la proposition. De façon générale, sur la manière de faire de la politique, je pense qu'elle passe par la proposition, par le risque que prend l'homme politique en formulant ses propositions qui distinguent le programme d'action des autres forces qu'il affronte, et qui lui permet d'unir son camp dans la clarté. C'est ce que j'ai retenu de l'action de Pierre Mendès France, et je ressens encore sur ce point la valeur de son exemple.

21Serge Berstein : Je voudrais préciser un point qui me semble important à propos de la non-candidature. Il est clair que Pierre Mendès France, dans l'ensemble de sa vie politique, a toujours été très hostile à toute personnalisation du pouvoir. C'est d'autant plus curieux qu'il a été, avec peut-être Antoine Pinay, le président du Conseil le plus identifiable comme personnalité aux yeux des Français. Dans un colloque tenu il y a un certain nombre d'années, j'avais posé à Pierre Mendès France une question, que bien d'autres lui ont posée et à laquelle il a toujours fait la même réponse : « Pourquoi, après avoir quitté le pouvoir, et alors qu'un certain nombre de vos amis politiques vous en priaient, par exemple Jean-Jacques Servan-Schreiber, n'avez-vous pas créé un parti politique, compte tenu de l'audience qui était la vôtre dans l'opinion ? » Il m'a répondu : « Parce que l'on ne crée pas un parti politique autour d'un homme. C'est ce qu'a fait de Gaulle avec le RPF, et, pour moi, c'est du fascisme. » Personnellement, je n'approuve pas cette réponse, mais elle montre à quel point il refusait la personnalisation du pouvoir.

  • 6 Cf. Berstein (Serge), « Pierre Mendès France et les institutions de la Ve République », in « Pierre (...)

22Dans ces conditions, il est logique qu'en 1965 il ne se soit pas présenté à la première élection du président de la République au suffrage universel. Mais on peut valablement s'interroger : pourquoi a-t-il accepté en 1969 d'être le Premier ministre désigné d'un éventuel président Defferre ? Un récent colloque de l'Institut Pierre Mendès France a permis d'apporter la réponse à travers l'examen des documents : il y avait entre Gaston Defferre et lui un contrat. En cas d'élection, le président de la République se contenterait d'arbitrer sans intervenir en politique, et il laisserait le Premier ministre prendre la responsabilité de diriger la vie politique en France — responsabilité qu'il détient, à dire vrai, devant l'Assemblée nationale. Autrement dit, ce qu'il espérait de la candidature de 1969, c'était un changement de régime sans révision constitutionnelle, du type de ce que nous avons connu avec les cohabitations 6.

  • 7 Maire de Louviers, vice-président du conseil général de l'Eure.

23Franck Martin7 : Une des leçons les plus évidentes, dont il faut sans doute se souvenir dans la politique actuelle, peut se résumer en une formule : Pierre Mendès France a été le premier, de façon aussi éclatante, en tout cas en politique, à dire ce qu'il faisait et à faire ce qu'il disait. C'est un courant politique qui s'est prolongé, et qu'il a théorisé dans la notion de contrat de législature qui mériterait d'être remise au goût du jour.

24Cette notion de contrat, qui consiste à annoncer ce que l'on va faire, l'a conduit à des prises de risques extraordinaires. En effet, lorsqu'il était déjà en négociation internationale au moment de la décolonisation, il a donné par avance un calendrier de ces négociations en fixant une date butoir et en disant : « Si je n'ai pas réussi à telle date, je m'en vais ». C'est tout à fait contraire aux règles de la diplomatie secrète. Il a ainsi poussé la logique de la diplomatie ouverte jusqu'à son extrême. C'était étonnant.

25L'autre prise de risques est celle qu'il a manifestée au moment de son investiture, lorsqu'il a déclaré qu'il ne compterait pas, parmi les voix qui voteraient pour lui, celles du parti communiste. Façon de rassembler un peu étonnante! Je tenais à le dire, non pas parce qu'il faut réveiller les mauvais souvenirs, mais parce qu'ici, au conseil général de l'Eure, ce souvenir n'est pas oublié. Nos collègues communistes, à qui nous demandions pourquoi ils ne seraient pas présents aujourd'hui, conservent la mémoire de cet épisode. Ce fait permet de nuancer l'image de Pierre Mendès France rassembleur. Il était rassembleur, certes. C'était un homme qui savait additionner les énergies autour de lui, les équipes. Mais il était aussi intransigeant. Il faut le dire parce que c'est la réalité. Il a eu une attitude ferme, à mon avis tout à fait respectable, car il s'agissait de ses convictions profondes à ce moment-là.

26François Loncle : Un mot sur cet épisode. Il faut voir le contexte de l'époque : Diên Biên Phu, la catastrophe en Indochine ; en France, le parti communiste, probablement à juste titre, réclame depuis plusieurs années, à cor et à cri, la fin de la guerre, l'indépendance, la liberté pour l'Indochine. Et voilà que Pierre Mendès France est appelé à négocier à Genève avec les Américains, avec les Européens, avec ses interlocuteurs d'Asie. Comment voulez-vous qu'il négocie en étant le président du Conseil élu grâce aux communistes ? C'est strictement impossible! Il a cela en tête quand il se présente devant l'Assemblée nationale pour l'investiture. Là, sa stratégie est extraordinairement intelligente. Évidemment, par la suite son refus a brouillé l'image qu'il avait dans cette partie de la gauche, et pour longtemps. Mais il ne pouvait pas faire autrement au moment précis où il a recueilli l'investiture de l'Assemblée nationale.

27Jean-Denis Bredin : Juste un point sur lequel je voulais attirer l'attention, parce que nous n'en avons pas suffisamment parlé : c'est l'extraordinaire modernité de Pierre Mendès France dans son rapport avec le citoyen. J'ai réécouté les « Causeries du samedi ». Il a une manière extraordinaire de parler aux citoyens en leur expliquant la complexité de tous les problèmes, et en disant même : « Il n'y a pas de problème si compliqué que je ne puisse tenter de vous l'expliquer et que vous ne puissiez le comprendre ». Et, de fait, il explique les problèmes les plus complexes à des citoyens qu'il tient pour matures, qu'il tient pour majeurs et qu'il tient pour intelligents. Il est évident que c'est une modernité extraordinaire dans le débat politique, car nous avons eu tendance, pour de nombreuses raisons qui sont évidentes, à ne pas avoir prolongé ce dialogue.

28En outre, cette manière qu'il avait de parler aux citoyens, il l'employait avec chacun d'entre nous. Je veux dire qu'il vous écoutait. Il ne faisait pas semblant de vous écouter. Et il vous parlait comme à quelqu'un auquel il voulait expliquer sérieusement quelque chose. Je me souviens que, lorsque j'ai commencé à travailler sur l'affaire Dreyfus, j'étais allé le voir. Il s'est mis à m'en parler, et il voulait tenter de me faire comprendre toute la complexité de l'affaire Dreyfus. Cette manière de parler aux citoyens, de tenir le citoyen moderne pour majeur, pour mature, pour capable de comprendre, pour capable d'apprendre, c'est une grande modernité du débat politique, qui nous manque.

29Françoise Chapron : On faisait allusion tout à l'heure à la campagne de 1958. J'ai eu l'occasion de le rencontrer en 1981, et il m'a dit que toutes ses campagnes électorales avaient été difficiles. Mais pour lui, la plus haineuse avait été celle de 1936, pire encore.que celle de 1958.

  • 8 Télérama, n° 1711 (27 octobre 1982).

30Parmi les textes qui ont été écrits après la mort de Pierre Mendès France, j'avais été touchée par l'éditorial de Pierre Lepape, un Normand d'origine, publié dans Télérama sous le titre « La raison et la vertu », où il témoignait de cette ambiance dans l'Eure 8. Il disait :

Il m'est arrivé de participer — c'était en 1956 — à la campagne électorale de préaux d'écoles que menait Mendès dans sa circonscription de Louviers. Les pétards, les hurlements, les grenades lacrymogènes qui accueillaient chaque soir l'homme de la paix en Indochine et en Tunisie et cherchaient — vainement — à l'intimider ne représentaient pas le pire. L'insoutenable, l'effrayant se dessinaient dans les yeux et dans les mâchoires : une envie forcenée, irraisonnée de meurtre.
Grimpé sur une chaise, un petit homme seul parlait de raison, d'intelligence et de vertu. Face à lui rugissait la bête réveillée de l'antisémitisme, du fanatisme, des forces obscures de l'instinct que les appels de Mendès a débat intellectuel ne pouvaient qu'exaspérer un peu plus.
Ces images-là sont trop vives pour que l'unanimité d'aujourd'hui ne paraisse pas suspecte, pour le moins ambiguë. Je me demande si, au-delà des déclarations de bienséance, certaines des couronnes tressées à Pierre Mendès France ne saluaient pas d'abord l'échec de son action.

31Ce témoignage de Pierre Lepape renforce celui de Tiennot Grumbach.

32Quant au problème du jeune soldat qui aurait été tué à cause de Pierre Mendès France, j'ai eu accès à la correspondance que Gilbert Martin et Mendès France ont échangée lors de leur travail d'élus colistiers en 1956-1958. Dans une de ses lettres, alors qu'il est ministre d'État à l'époque — donc en 1956 —, à Gilbert Martin qui lui demande d'intervenir pour éviter l'envoi d'un jeune du contingent en Algérie, il répond :

Je ne peux malheureusement pas procéder à l'intervention que vous souhaitez. Maintenir en France un jeune soldat, à l'heure actuelle, veut dire très exactement demander qu'on en désigne un autre pour le remplacer en Afrique du Nord. D'autre part, ce genre d'intervention n'est pas très efficace. Je ne peux donc pas faire quelque chose sur le plan individuel mais, comme je l'ai dit à plusieurs reprises, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour ramener en Algérie une atmosphère de paix qui permette de ne plus recourir à de telles mesures.

33Il y a là, quand même, un souci d'épargner des vies. On le sent d'ailleurs dans le discours que Mendès France fait au moment du retour de Genève, après la signature des accords mettant fin à la guerre d'Indochine, quand il s'adresse à la nation et qu'il évoque aussi le soulagement des familles.

34S'agissant de l'interrogation de Serge Berstein à propos de l'engagement des Jeunes Turcs, quand on étudie la place qu'occupe Mendès France dans la gauche locale, il me semble que ce n'est pas trop difficile à Louviers, parce qu'il n'y a pas vraiment de section SFIO constituée. Dans son image de Jeune Turc progressiste, à la gauche du parti radical, il disait lui-même : « Dans radical-socialisme, il y a aussi socialisme ». Je pense que cela explique quelque chose : il occupe le territoire. Les problèmes avec le parti communiste existaient effectivement, et je l'avais interrogé là-dessus. Je lui ai dit : « Quand même, pour les communistes, vous étiez vu comme un social traître ». Je me souviens de Pierre Mendès France, offusqué, me répondant : « Mais, Mademoiselle, les sociaux traîtres, ce sont ceux qui ont trahi », ce que je trouve tout à fait révélateur de sa manière de voir les choses.

35Pour comprendre son engagement républicain et radical, il faut aussi se souvenir de ce qu'était la SFIO de l'époque, même si Léon Blum est un personnage humaniste, charismatique, qu'admire énormément Mendès France, qui sera d'ailleurs son ministre. La SFIO était largement d'obédience marxiste, alors que l'inspiration marxiste ne correspondait absolument pas aux valeurs qui étaient celles de la jeunesse et de la formation de Mendès France. La vision qu'il avait de la République, de la Révolution et du rôle qu'elle a joué pour les juifs, est effectivement fondamentale. Je crois qu'il se sentait bien dans le radicalisme en tant que corpus de principes et de références culturelles et historiques, même s'il lui fallait s'accommoder avec les comportements du parti. Là-dessus, il y a vraiment un engagement de sa part. Il était radical de gauche, radical-socialiste comme il disait, et l'on voit bien en 1936 comment il a été très naturellement candidat du Front populaire, sans états d'âme, et participant là, avec le parti communiste local, à la victoire du Front populaire.

36Tiennot Grumbach : À propos des communistes, je voudrais dire pourquoi ce problème était pour lui incontournable. N'oublions pas qu'il y avait une alternative dans la négociation de Genève. Ce n'était pas simplement un calendrier, c'était : si la négociation n'aboutit pas, alors l'effort de guerre devra être renouvelé et il faudra mobiliser. Ce qui veut dire que le calendrier portait en lui-même une impossibilité, sauf déloyauté avec les communistes, de les faire participer au vote. Les communistes — j'étais d'accord avec eux — avaient une position beaucoup plus radicale : la paix en Indochine était une nécessité car l'Indochine avait le droit à son indépendance ; la guerre en Indochine était une guerre coloniale et criminelle. Or pour Pierre Mendès France l'alternative était la paix ou la guerre. Il était donc en contradiction avec le PCF. Si guerre il devait y avoir, le pays devrait se donner tous les moyens de la mobilisation et donc il ne pouvait pas se compter avec les communistes. Sur d'autres points, oui, sûrement pas sur cette question-là.

37Je reviens à ce qu'a dit Jean-Denis Bredin sur la communication. C'est un point très important. Il y a des traces extraordinaires de sa ténacité dans la communication, ce sont les lettres qui lui ont été envoyées par un certain nombre de gens à partir de 1954, et auxquelles il a répondu jusqu'à sa mort. Ainsi, une institutrice lui a écrit pendant des années et des années. Chaque lettre elle a reçu une réponse de lui sur les problèmes politiques qu'elle lui a posés — elle n'était pas du tout d'accord avec lui sur de nombreux sujets. Elle lui écrivait fréquemment, et elle avait toujours une réponse de lui, circonstanciée, parfois huit pages, six pages, quatre pages. Ce n'était pas un cas isolé. La façon qu'avait Mendès France de communiquer, comme l'a dit Jean-Denis Bredin, était très moderne dans sa volonté de faire comprendre la complexité de notre environnement. C'est le rôle du politique : aller du complexe au simple, et non au simplisme. Le simplisme, c'est le populisme. La simplicité est le travail le plus essentiel du politique. Rendre simple ce qui est complexe devrait normalement être le travail des hommes politiques de la gauche. Sur ce point, hélas, trois fois hélas, ils ont choisi le langage des technocrates. Je crois que Pierre Mendès France était exceptionnel, non seulement dans la communication publique, mais aussi dans ses réponses privées à toute une série de citoyens. Il répondait à toutes les lettres. C'est là aussi une marque d'un très grand respect des citoyens et de la démocratie.

38Serge Berstein : Je voudrais rebondir sur les deux interventions concernant le problème du parti communiste et celui du rassemblement.

39Pierre Mendès France, Françoise Chapron l'a très bien dit, est un républicain avancé sur le plan social, sûrement pas un marxiste. De surcroît, il faut quand même se rappeler qu'il est membre du parti radical. Il n'y joue pas un rôle très actif jusqu'en 1953 parce qu'il est engagé dans des institutions financières internationales — il accomplit d'assez nombreuses missions —, mais il est membre du parti radical. Or, depuis 1946, le parti radical a refusé l'alliance à gauche. Cette année-là, le congrès de Lyon a exclu du parti radical les partisans du Front populaire : Pierre Cot, la veuve de Jean Zay et un certain nombre d'autres. Et, si le parti radical est placé sous l'autorité d'Edouard Herriot, qui est président à vie — on l'a installé sur la cheminée comme une potiche — l'homme qui le dirige s'appelle Léon Martinaud-Deplat. C'est un homme du centre droit qui se sent très proche de Paul Reynaud — d'ailleurs, il y a entre les deux hommes des liens relativement étroits. En tant que député, Mendès France fait partie de cette majorité de centre droit, il faut dire les choses comme elles sont. Cette majorité de centre droit, certes, accepte la République, mais elle se méfie considérablement de la gauche et du marxisme. Lui-même a voté, en mars 1952, l'investiture d'Antoine Pinay, et c'est une majorité de centre droit qui se constitue autour d'Antoine Pinay. Par conséquent, lorsqu'il se présente en 1953, puis surtout en 1954, il va de soi qu'il ne lui est pas possible politiquement, à moins de rompre avec le parti auquel il appartient, d'accepter les voix communistes. Le parti radical de l'époque, c'est celui d'hommes comme Charles Brune, par exemple, ou Martinaud-Deplat lui-même, qui se sont manifestés au ministère de l'Intérieur par une politique violemment anti-communiste. Accepter les voix communistes n'est donc pas possible.

40Deuxième point, celui de Mendès France rassembleur. Que nous indique l'investiture de 1954 ? Que les communistes votent pour lui, mais on ne tiendra pas compte de leurs voix puisque Mendès France a promis la paix en Indochine. Que les socialistes votent pour lui, mais qu'ils n'acceptent pas d'entrer au gouvernement parce que Mendès France a refusé que la direction du parti socialiste lui désigne les ministres qui siégeraient dans son cabinet. Et que, chez les radicaux, au MRP (Mouvement républicain populaire) qui est théoriquement hostile, chez les modérés indépendants, il y a des gens qui votent Mendès France. Autrement dit, Pierre Mendès France est l'un des très rares présidents du Conseil dont on ne peut pas représenter la majorité sur un échiquier politique avec un secteur cohérent de gauche ou de droite. C'est une majorité qui a été appelée « saute-mouton », parce qu'il y a dans pratiquement chacun des partis de petits groupes qui votent pour Pierre Mendès France. Je veux dire par là que le style politique et les idées qu'il met en avant agissent en fait comme un ferment de dissociation du système politique français. C'est en cela qu'il y a tournant. C'est en cela qu'il y a renouveau. Les propositions de Mendès France sortent des repères habituels. Alors, gauche ou droite, on peut en discuter, cela dépend par rapport à quoi l'on se situe. Mais Mendès France élément perturbateur du jeu politique, incontestablement.

41Intervention dans la salle : Je voudrais revenir au thème du colloque : Pierre Mendès France et la démocratie locale. Je suis avocat, et j'ai été maire dans la ville où j'exerçais. À ce titre, je suis évidemment très sensible, et je dirais même que c'est exemplaire, au fait que ce jeune avocat parisien, qui a fait son stage dans un cabinet parisien, s'installe en province puis s'engage en politique, et qu'il se fasse un nom sur le plan local avant de devenir ce qu'il a été sur le plan national. Cela, c'est exemplaire, c'est tellement trop souvent en sens inverse. C'est tout l'inverse d'un parachutage. Dans une époque où l'on exige le retour à la proximité citoyenne, on devrait le rappeler.

42D'autre part, les idées de Mendès France concernant la Constitution et le refus du suffrage universel pour l'élection du président de la République ne sont pas mortes. Il y a actuellement, au sein du parti socialiste, ceux que l'on peut appeler les Jeunes Turcs, qui préconisent avec véhémence et talent l'abandon de l'élection au suffrage universel du président de la République et qui prônent une VIe République. Cela montre aussi l'actualité de La République moderne, telle qu'elle a été rappelée par Monsieur Rosanvallon.

  • 9 Pierre Mendès France considérait qu'il fallait laisser sa chance au nouveau gouvernement en formati (...)

43Intervention dans la salle : Monsieur Berstein, vous avez dit tout à l'heure que Pierre Mendès France avait voté l'investiture d'Antoine Pinay. En fait, il a voté l'investiture de tous les gouvernements qui ont précédé le sien 9.

44Serge Berstein : Tout à fait, mais l'investiture d'Antoine Pinay pose un autre problème, puisqu'elle fait succéder une majorité à une autre et que la majorité qui se constitue autour d'Antoine Pinay exclut les socialistes -— et, bien sûr, les communistes. Donc, c'est une majorité de centre droit. Que Mendès France l'ait approuvée, cela n'est pas indifférent, si l'on réfléchit, à son itinéraire politique.

45François Loncle : Votre formulation peut tout de même introduire une confusion. Il y a, d'une part, la physionomie de l'Assemblée nationale des différentes législatures de la IVe République et des institutions que Mendès France critiquait. Il lui fallait se mouvoir à la fois dans ces institutions et dans les différentes configurations politiques issues des élections. Mais il y a autre chose, qui est beaucoup plus fondamental : les actes politiques, les prises de position. Or, à aucun moment de la IVe République, on ne peut percevoir un quelconque engagement à droite du président Mendès France. Tous ses actes politiques sont des actes fondamentalement de gauche — au sens noble de l'expression « de gauche », bien entendu. On ne peut à aucun moment constater de dérive dans ses prises de position, dans ses actes politiques, qu'il s'agisse des sept mois au gouvernement ou bien des positions qu'il a prises à l'Assemblée nationale.

46Serge Berstein : Le problème est que l'appréciation des notions de droite et de gauche a le défaut d'être extrêmement relative. Sous la IVe République, les socialistes, par exemple, disent de Pierre Mendès France : « C'est être un homme de droite que de dire qu'avant de distribuer des richesses, il faut les produire ». A l'époque, il apparaît comme un homme de droite pour les socialistes. Aujourd'hui, nous ne jugeons pas les choses de la même manière. Il faut bien admettre la relativité des positions respectives de droite et de gauche, selon le point de vue.

47François Loncle : Je ne pense pas que Keynes, dont il s'est inspiré à longueur de temps en économie, soit catalogué parmi les penseurs de droite. C'est vrai que tout manichéisme était exclu chez lui. La décentralisation, les conceptions économiques peuvent effectivement rassembler des majorités d'idées, comme disait autrefois un autre radical.

48Serge Berstein : Ce que je voulais dire, et qui ne me semble pas négligeable dans ce débat, même s'il nous éloigne du département de l'Eure, c'est qu'il va de soi, pour le parti communiste, que les positions de Mendès France apparaissent comme une position alternative aux siennes, une position dangereuse car une partie de la gauche est séduite par les opinions de cet homme qui ne partage pas les points de vue du parti communiste. Pour les communistes, c'est aussi un homme de droite, comme l'ont été bien d'autres.

49Tiennot Grumbach : Toutes ces choses sont assez complexes car, à l'époque, il y avait la majorité constitutionnelle de 314 voix. On se trouvait donc dans un système politique complètement bloqué. Je rejoins sur ce point ce que dit Monsieur Loncle. La majorité parlementaire était bloquée par le fait que les communistes n'y étaient jamais inclus. La représentation nationale ne pouvait pas fonctionner dans le système démocratique de la Constitution de la IVe République parce que soit le système de la majorité soit la menace de la dissolution rendait inopérant le débat d'idées.

50Monsieur Loncle est proche de la réalité. Il y avait alors un espace politique extrêmement restreint qui ne pouvait fonctionner qu'au centre droit. Il suffit de relever qu'il y eut une très grande permanence des hommes politiques sous la IVe République. La grande instabilité des présidents du Conseil était compensée par la stabilité du personnel politique gouvernemental : un jour, je suis le ministre de ceci, dans le prochain gouvernement je suis le ministre de cela, mais ce sont toujours les mêmes qui sont aux « affaires ». Il y a ainsi une sorte de nomenklatura de la IVe République, extrêmement stable, qui mène une politique relativement stable. On ne peut donc pas confondre les choix institutionnels d'un vote à l'Assemblée nationale dans ce contexte particulier d'institutions bloquées. Les engagements politiques de Pierre Mendès France sont à contre-courant de son propre parti. Il faut distinguer ce qui est purement institutionnel de ce qui est l'engagement politique. Pour ce qui est de l'engagement politique, je rejoins évidemment ce qui a été dit par Monsieur Loncle. C'est cela qui permet de juger un itinéraire.

  • 10 Pierre Mendès France, en désaccord avec les provocations du PSU à l'égard des autres formations de (...)

51Je suis tout à fait contre toutes les transformations de Pierre Mendès France en statue — je pense que cela l'aurait profondément exaspéré. La méthode politique, l'éthique politique, l'engagement politique ne sont pas liés à un homme. C'est à travers à l'engagement dans ces actions que l'on juge les hommes, leurs valeurs et leurs idées. On a eu des séances surréalistes au PSU. Quand il est venu aux réunions des étudiants du PSU, ce fut parfois comique. Le marxisme et l'idéologie organisationnelle qu'il véhiculait lui étaient étrangers. Les militants l'appelaient « camarade », le tutoyaient. Il regardait cela avec beaucoup d'humour. Il en rigolait, mais ce n'était pas sa tasse de thé, ni ses convictions. Cela ne l'a pas empêché d'avoir des comportements éthiques. Par exemple au moment de la candidature DefFerre, ou quand il a quitté le PSU seulement après les élections de 1968 pour ne pas lui porter tort 10. Cela, ce sont des comportements, c'est une méthode, c'est une attitude démocratique, radicale. Il s'est toujours dit radical et socialiste — non marxiste.

52Claude Cornu : Deux brèves remarques qui arrivent un peu à contretemps. Je voulais d'abord signaler un problème chronologique : Pierre Mendès France n'est pas du tout venu d'abord s'installer professionnellement à Louviers avant de s'engager en politique. C'est l'inverse. On vient le solliciter pour le siège de Louviers et il saisit cette occasion parce qu'il y aura le rétablissement prochain du tribunal de Louviers.

  • 11 Cf. infra, l'article de Laurent Chevrel, et le débat qui l'a suivi.

53Deuxièmement, à propos de ce que vous disiez concernant la majorité de centre droit dans laquelle il se situe, il faut rappeler dans quelles conditions les élections législatives de 1951 se sont déroulées, pas seulement dans le département de l'Eure, mais dans la France entière, avec la loi des apparentements. Il s'agissait d'écarter, d'un côté le parti communiste, et de l'autre le RPF (Rassemblement du peuple français) du général de Gaulle. Dans le département de l'Eure, les quatre listes qui vont s'apparenter sont la liste SFIO, la liste des indépendants, la liste MRP et la liste dite RGR (Rassemblement des gauches républicaines) conduite par Pierre Mendès France et Albert Forcinal. Le résultat illustre ce qu'étaient les intentions des promoteurs de la loi : ces quatre listes apparentées emportent la majorité absolue des voix — 54,5 % — et vont donc obtenir la totalité des sièges. Et la liste RGR, qui a très exactement 26,3 % des voix, réussit grâce à ces apparentements à obtenir les trois quarts des sièges 11.

54François Loncle : Ce qui est extraordinaire avec le recul, c'est de penser qu'avec ces systèmes électoraux infiniment compliqués, totalement incompréhensibles, il y avait plus de participation qu'aujourd'hui. Cela doit nous rendre très attentifs et très modestes.

55Je confirme ce qu'a dit Franck Martin. La rupture, en quelque sorte, avec le parti communiste a laissé des traces dans les années suivantes, sur le plan local. Malgré l'union de la gauche, malgré le scrutin d'arrondissement à deux tours, l'action politique de Mendès France dans le département et sa résonance nationale ont laissé, parmi les générations communistes, cette idée de Mendès France, qui s'est ensuite reportée sur ceux qui menaient le même combat que lui. Mais nous nous en sommes finalement sortis pas trop mal les uns et les autres.

56Laurent Chevrel : Ayant étudié les élections sous les IVe et Ve Républiques dans le département de l'Eure, j'espérais obtenir la réponse à une question que je me suis posée. Autant on peut considérer clairement, sous la Ve République, que Mendès France est de gauche, autant, sous la IVe, on a l'impression d'un positionnement fluctuant, peut-être démarrant de la droite et terminant à gauche. Il aurait en quelque sorte dérivé vers la gauche, ce qui rappelle quelqu'un d'autre, d'ailleurs.

  • 12 Cette observation de Laurent Chevrel a déclenché de vives protestations, qui se son exprimées lors (...)

57Par exemple, Pierre Mendès France gère le conseil général avec les indépendants et paysans, avec la SFIO, et il écarte soigneusement en général tout ce qui peut être gaulliste ou communiste. J'ai trouvé un papier dans les archives démontrant qu'il y aurait eu une espèce d'accord secret entre Jean de Broglie et Mendès, et que pour écarter Broglie d'Évreux, Mendès lui aurait proposé d'aller se présenter à Rugles, unique canton détenu par les communistes 12. Voilà une des choses que l'on trouve. Ceci peut donc expliquer cela. Pour ma part, j'ai énormément de mal à placer Mendès France sur l'échelle politique, et les politologues ont bien un problème : comment faire la courbe des votes droite/gauche dans l'Eure de 1945 à 1958 ?

Notes

1 Jean Trévilly, né en 1924, représentant de commerce en peintures, colles et papiers peints, militant d'extrême droite à partir de la fin 1955, en relation avec Me Tixier-Vignancour et Mc Biaggi, était à Rouen l'animateur du comité de défense de l'Union française, président du comité local « Honneur et Patrie ». Impliqué dans plusieurs incidents, il avait déjà été condamné pour les dommages occasionnés lors d'une opération de commando qu'il avait dirigée en 1957 contre le local rouennais du parti communiste. En 1958, il vint porter la contradiction dans presque toutes les réunions de Pierre Mendès France, notamment à Elbeuf où bombes et grenades lacrymogènes furent lancées (archives Institut Pierre Mendès France, boîte « Diffamations 2 ») [cette note et les suivantes sont de l'éditeur],

2 L'Impartial des Andelys (numéro du 12 avril 1958), avait reproduit en première page une photographie de Pierre Mendès France et Masmoudi sous le titre « Un document accablant ! Le baiser à Masmoudi ! », avec pour légende : « Pendant que nos jeunes soldats se font tuer par les balles venues de Tunisie, M. Mendès France embrasse avec amour M. Masmoudi, ambassadeur de Tunisie à Paris. Si ce n'est pas de la trahison, qu'est-ce que c'est ? » Le même cliché se trouve aussi en première page de L'Éclair de Pont-Audemer (numéro du 26 avril 1958), avec en conclusion : « Comment [...] de tels hommes (et ceux qui en sont les agents locaux), peuvent-ils prétendre encore incarner le Radicalisme, celui d'un Georges Clemenceau et des Jacobins d'antan ? ».

3 Lily Mendès France, née Cicurel au Caire, était une des petites-filles du fondateur de la Maison Cicurel, dont elle possédait 5 % des actions. Ce grand magasin du Caire, très connu et très lié aux milieux français et juif, fut attaqué à plusieurs reprises par les nationalistes égyptiens, notamment en 1948 et lors des émeutes de janvier 1952, date à laquelle il fut incendié. En France, des antisémites prétendirent que Pierre Mendès France était intervenu en 1954, en tant que président du Conseil, auprès du gouvernement égyptien pour faire lever le séquestre des biens Cicurel en échange d'une politique favorable aux aspirations arabes en Afrique du Nord. Suite à diverses diffamations, dont celle-ci, Pierre Mendès France obtint en 1955 et 1956 la condamnation de Pierre Boutang et des journaux Aspects de la France et Nouveaux Jours — néanmoins, malgré ses protestations auprès des gardes des sceaux successifs, jugements et arrêts ne furent pas exécutés. C'est en 1956 que le magasin Cicurel fut mis sous séquestre. L'année suivante, ses dirigeants durent céder leurs actions pour un prix dérisoire à un groupement égyptien. Les antisémites n'en ont pas moins persisté à dénoncer la fortune de la femme de Mendès France — de là le surnom « Mendès Egypte » figurant dans certains écrits d'extrême droite —, alors même que le patrimoine de la famille Cicurel avait été détruit. Au cours d'une réunion électorale tenue le 13 avril 1958 à Saint-Cyr-du-Vaudreuil, un ancien colon du Maroc, Pierre Soisson, qui avait été secrétaire général du comité radical de Casablanca, répéta les calomnies concernant le traitement de faveur dont aurait bénéficié la maison Cicurel, ajoutant que le beau-frère de Pierre Mendès France avait acheté pour 5 milliards de coton à Hô Chî Minh au moment des négociations de Genève, et qu'il avait donné une forte somme lors d'une collecte destinée à fournir des armes aux fellagas algériens. Défendu notamment par Mc Tixier-Vignancour, P. Soisson nia les faits, mais fut condamné pour diffamation.

4 La « rencontre socialiste » des 30 avril et ler,mai 1966 réunit diverses tendances de la gauche non communiste. Elle amorça l'élaboration du programme d'une gauche moderniste autre que l'union de la gauche proposée par François Mitterrand autour de la FGDS.

5 Pierre MENDÈS FRANCE, « Présentation », dans BORIS (Georges), Servir la République, Paris, Julliard, 1963, p. 7-27, citation p. 15. Georges Boris (1888-1960) fut un homme de l'ombre dont l'influence a été considérable. Directeur du journal La Lumière (1927-1940), polémiste vigoureux, spécialiste des questions économiques, il fit connaître en France les idées de Keynes et la politique du New Deal (cette dernière dans La Révolution Roosevelt, paru en 1933). Directeur du cabinet de Léon Blum lors du second gouvernement de celui-ci, il travailla à cette occasion avec Pierre Mendès France, jeune sous-secrétaire d'État au Trésor. Le 19 juin 1940, il rejoignit de Gaulle à Londres, et joua un rôle important dans la France libre. À partir de 1942, Mendès France et lui devinrent des amis au sens le plus fort du mot — ce qui n'a pas manqué de susciter des jalousies dans l'entourage du premier. Pierre Mendès France, ministre de l'Économie nationale du gouvernement provisoire, le prit comme collaborateur à partir de septembre 1944, avant de le nommer chargé de mission (placé au-dessus du directeur de cabinet) lorsqu'il devint chef du gouvernement en 1954 puis quand il fut ministre d'État en 1956.

6 Cf. Berstein (Serge), « Pierre Mendès France et les institutions de la Ve République », in « Pierre Mendès France et la modernité », numéro spécial de Matériaux pour l'histoire de notre temps, n° 63- 64 (2001), p. 78-85, notamment p. 83.

7 Maire de Louviers, vice-président du conseil général de l'Eure.

8 Télérama, n° 1711 (27 octobre 1982).

9 Pierre Mendès France considérait qu'il fallait laisser sa chance au nouveau gouvernement en formation, quitte à voter ensuite contre lui lors du débat de mesures concrètes.

10 Pierre Mendès France, en désaccord avec les provocations du PSU à l'égard des autres formations de gauche, donna sa démission dans une lettre à Michel Rocard datée du 15 juin 1968, en précisant qu'il ne publierait sa décision qu'après les élections, à une date choisie par tous deux.

11 Cf. infra, l'article de Laurent Chevrel, et le débat qui l'a suivi.

12 Cette observation de Laurent Chevrel a déclenché de vives protestations, qui se son exprimées lors du débat de la dernière partie (lire infra). Des précisions ont donc été demandées à L. Chevrel, qui écrit : « Lors des élections cantonales de 1951, le canton d'Évreux-Sud est au cœur de la campagne électorale. Jean de Broglie vient d'arriver dans le département, il a fait une campagne très active à la tête de la liste RPF lors des législatives du mois de juin 1951. Pierre Mendès France sait qu'il doit faire face à un adversaire redoutable car talentueux et dont la famille est historiquement implantée dans l'Eure. Il craint que J. de Broglie ne se présente dans le canton d'Évreux-Sud car cela constituerait un tremplin pour conquérir la mairie d'Évreux et s'imposer sur le plan départemental. Différentes notes rédigées par les renseignements généraux suivent de très près la campagne électorale. Celle du 19 juillet 1955 indique que Pierre Mendès France serait candidat dans le canton d'Évreux-Sud pour empêcher l'élection de Broglie. Un rapport du 26/07 rapporte qu'il y a eu une rencontre Mendès-Broglie. Lors de cette rencontre, Mendès "a déclaré être candidat à Évreux-Sud si de Broglie s'y présente". Si J. de Broglie se porte candidat à Rugles, "il ne présentera pas de candidat radical contre lui". Le rédacteur de ce rapport souligne que c'est un engagement "sujet à caution" puisqu'en 1950, Mendès avait soutenu deux jours avant le scrutin le docteur Dauphin alors qu'il avait promis d'appuyer le candidat indépendant Bureau. Notons que G. Bernard, maire RPF d'Évreux lié au RGR prend part aux tractations, conseillant à "de Broglie d'être candidat à Rugles" (note du 18 juillet), espérant aussi hériter de la présidence du conseil général. La candidature de Broglie à Rugles est relatée dans une première note en date du 27 août qui ajoute que le sortant communiste est "en difficulté". Une seconde note rapporte que Mendès et P. Guillebaud (conseiller général radical de Conches) voudraient maintenir un radical au second tour pour que Broglie soit battu. Pierre Mendès France préférerait "Saussaye isolé" à un Jean de Broglie "trop brillant", mais la mesure serait difficile à mettre en oeuvre en raison des réticences des radicaux locaux (Archives départementales de l'Eure, 1200W18). » L'éditeur des actes se permet de recommander la plus grande prudence dans l'exploitation des rapports politiques extraits des archives préfectorales, surtout quand ils ne sont pas recoupés par d'autres sources fiables. Par conséquent, dans l'état actuel des connaissances, l'existence de cet « accord » Pierre Mendès France-J. de Broglie lui paraît pour le moins sujette à caution.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search