Version classiqueVersion mobile

Pierre Mendès France et la démocratie locale

 | 
Dominique Franche
, 
Yves Léonard

Première partie. Un homme, un département

Pierre Mendès France et l’Eure

François Loncle

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Deux grands avocats nous ont apporté des témoignages très chaleureux et de haut niveau, intellectuellement et humainement, sur Pierre Mendès France. Mon témoignage sera peut-être encore plus personne et portera sur une période limitée de la carrière de Pierre France. Des historiens, Messieurs Cornu et Bodinier et Madame Chapron, évoqueront Mendès France à Louviers pendant la période où il fut le maire de cette ville, le député et le président du conseil général. Je n’ai pas eu la chance de le côtoyer à ce moment-là. Mais j’eus l’immense plaisir de le connaître à partir du milieu des années soixante-dix, après, bien entendu, avoir suivi avec passion son parcours et ses différentes prises de position à partir de 1958.

  • 1 Réalisé par J.-P. Cayeux, et projeté en ouverture du colloque [cette note et la suivante sont de l’ (...)

21958. Tiennot Grumbach a dit très justement le choc qu’a représenté la défaite de 1958. Lors des scrutins suivants, y compris jusqu’à récemment, aucune élection législative ne s’est jamais conclue dans la circonscription de Louviers dès le premier tour. Car, je le rappelle, l’élection de 1958 était un scrutin d’arrondissement à deux tours. Ce choc terrible explique la façon dont Pierre Mendès France a ensuite démissionné, pour les raisons qu’évoquait Pierre Rosanvallon : des raisons de fond, presque de morale, mais, en même temps, une sorte de dépit totalement justifié. Je suis heureux d’ailleurs que le documentaire de Jean-Paul Cayeux, Présences de Pierre Mendès France dans l’Eure1 ait permis de tordre le cou à une légende qui court encore dans les campagnes que je parcours le week-end : la légende selon laquelle il aurait été battu par les bouilleurs de cru. En réalité, tout le monde le sait, ce sont des raisons nationales — le retour du général de Gaulle, le « non » au référendum et les engagements très forts de Pierre Mendès France à l’époque — qui ont conduit la majorité du corps électoral à le rejeter en 1958. Tous les leaders de gauche, sauf ceux qui, comme Guy Mollet, avaient rallié le général de Gaulle, ont été battus cette année-là.

31962. Il ne quitte pas le département puisque son entourage, des amis mal inspirés — je ne les nommerai pas —, lui dit de reconquérir un siège de député à Évreux, en changeant de circonscription, ce qui fut une erreur. Ils ont mésestimé à la fois le contexte politique, qui n’était guère plus brillant que celui de 1958 — il y avait eu le référendum de 1962 auparavant —, et aussi l’implantation très forte de Jean de Broglie, qui était le député de l’époque. Donc, une erreur qui se solde par une nouvelle défaite.

41967. Il va à Grenoble, à l’invitation de nombreux amis de gauche, et en particulier du maire, Hubert Dubedout. Il gagne brillamment, mais il ne siège qu’un an en raison des événements de mai 68. Là encore, il est battu dans un contexte national extrêmement turbulent, par Jean-Marcel Jeanneney.

5J’ai connu Pierre Mendès France à partir des années soixante-dix, lorsque Pierre Bérégovoy a pris contact avec un certain nombre d’entre nous pour essayer de relancer Les Cahiers de la République. Il voulait que quelques jeunes de l’époque — il y avait là, par exemple, Anne Sinclair — viennent aux côtés de son équipe traditionnelle. J’ai accepté immédiatement, considérant cela comme un très grand honneur et une chance formidable. Nous nous sommes ainsi retrouvés régulièrement, d’abord à son domicile de la rue du conseiller-Colignon, puis chez un de ses amis, le conseiller d’État Pierre Soudet, à Neuilly. Une fois par mois, le soir, on essayait de rédiger et d’organiser cette publication qui renaissait. II y eut évidemment quelques interruptions en raison de l’état de santé de Pierre Mendès France pendant ces années-là, mais ces contacts furent absolument passionnants.

6Je peux, à partir de ces réunions, témoigner de deux choses. D’abord, il n’a jamais, ni sentimentalement, ni politiquement, oublié son territoire : ce département de l’Eure, sa ville de Louviers, sa circonscription. Il en parlait plus de dix ans après avec autant de passion que celle qui l’animait quand il était l’élu de ce territoire.

7Ensuite, il restait très impliqué dans les grandes affaires du monde. Par comparaison avec la politique nationale, qui lui a fait éprouver quelques déconvenues, il a, au contraire, eu une action internationale de très haut niveau. Lorsque l’on se rend aujourd’hui aux États-Unis, dans tous les pays d’Europe, en Angleterre en particulier, partout, dès que l’on prononce le nom de Pierre Mendès France, on éveille des souvenirs et une grande admiration. Il s’est investi notamment dans les problèmes des grandes instances bancaires et financières, dans la question du Tiers-Monde et, bien sûr, dans celle du Proche-Orient. Les textes qu’il a écrits à propos du conflit israélo-palestinien restent, hélas, d’une actualité évidente et d’une lucidité extraordinaire. Des textes courageux, des textes forts. Il n’y aurait pas un mot, pas une ligne à changer sur les projets qu’il a élaborés il y a plus de trente ans, et constamment, jusqu’à sa déclaration de 1982 avec Nahum Goldman et un ancien ministre du président Carter, appelant avec force à la création d’un État palestinien et au respect de la sécurité d’Israël. Le récent texte qui a été produit par ce qu’on appelle le « quartet », qui essaye vainement depuis quelques années de résoudre ce problème, est pratiquement un texte de Pierre Mendès France. Ainsi, son investissement politique est resté très fort jusqu’à sa mort, en octobre 1982, et il a fait partager ses idées à beaucoup d’entre nous. En particulier, il m’a donné la passion de l’international.

8Je ne résiste pas au plaisir de vous conter une anecdote savoureuse. Il se trouve que pour aller de Neuilly à la rue du conseiller-Colignon, on devait souvent le ramener en voiture. Je me faisais un plaisir de le raccompagner au pied de son immeuble. Après quelques réunions, nous avions fait connaissance, et voilà qu’un soir, alors que nous traversions le bois de Boulogne, ma voiture tombe en panne. Les conditions étaient un peu délicates, parce qu’il y avait déjà dans le bois de Boulogne à l’époque un certain nombre de personnages que le ministre de l’Intérieur cherche à faire déménager. Nous avons beaucoup ri. Imaginez en effet qu’une patrouille de police soit passée à ce moment-là et qu’elle nous ait trouvés, dans ma 2 CV, Pierre Mendès France et moi-même, entourés de quelques dames, jeunes ou moins jeunes, voire de quelques travestis. Fort heureusement, la manivelle aidant, j’ai pu rallier son domicile. Là, la conversation se poursuivait parfois pendant une demi-heure au pied de l’immeuble. Il était intarissable. C’est là qu’il m’a dit, et j’ai vu à quel point c’était important pour lui :

Il faut reconquérir la circonscription de Louviers, il faut rendre à la gauche la circonscription de Louviers. Tentez votre chance, allez-y, essayez donc.

9Et ce furent les campagnes de 1978 et 1981 dans lesquelles il s’est investi magnifiquement, avec des textes forts, avec des conférences de presse, en venant aux Monts, en invitant les journalistes à y venir, en me donnant des conseils extrêmement précieux, et en développant une connaissance du terrain tout à fait extraordinaire. Il me disait : « Voilà ce qu’il faut faire à La Haye-Malherbe, voilà ce qu’il faut faire à Montaure, voilà comment vont réagir les électeurs du canton d’Amfreville, voilà ce qu’il faut leur dire ». Vingt ans plus tard, on avait l’impression qu’il n’avait jamais quitté ce territoire qui lui tenait tant à cœur. Cela, évidemment, contredit une série d’opinions qui laissaient à penser qu’après sa défaite il avait purement et simplement abandonné Louviers. Non, son attachement sentimental était extrêmement fort. On pensait qu’ayant été battu, qu’ayant abandonné ses mandats, il s’était éloigné géographiquement ou électoralement, étant à Paris, à Grenoble et même, un temps, à Évreux. Ce n’est absolument pas le cas. Son attachement à la maison des Monts a été excellemment exprimé par Tiennot Grumbach. Le savaient aussi les gens d’ici, qu’il fréquentait toujours et qui portaient témoignage d’un certain nombre de ses volontés politiques, y compris dans la circonscription.

10Mes chers amis, après ce témoignage personnel, je voudrais en venir à la question que, chaque fois qu’il nous est proposé d’évoquer Pierre Mendès France, nous nous posons à peu près tous : d’où vient qu’un homme qui exerça le pouvoir si peu de temps, et il y a si longtemps déjà — président du Conseil du 18 juin 1954 au 23 février 1955 — nous apparaît constituer un tel exemple ? Vingt ans après sa mort, pourquoi une telle réflexion collective du monde politique et pourquoi continue-t-il à inspirer notre action ? Cela a été dit maintes fois, mais je voudrais dire à quel point Pierre Mendès France était un homme juste, un progressiste dans toute l’acception du terme, quelqu’un qui avait un niveau d’écoute extraordinaire.

11Évidemment nous avons continué à le fréquenter jusqu’à ce jour funeste d’octobre 1982, surtout avec l’actualité politique qui était celle des années 1980 et 1981. Souvenez-vous de ses larmes à l’Elysée lors de la cérémonie d’investiture du président Mitterrand, lorsqu’il lui est tombé dans les bras, François Mitterrand disant : « Sans vous, je ne serais pas ici ». Les uns et les autres, nous avons essayé de recueillir un certain nombre de conseils. Pas tout le monde hélas, et ceux qui n’allaient pas le voir ont peut-être eu tort. Mais je sais que Jacques Attali, Pierre Bérégovoy, Michel Crépeau, Jean-Denis Bredin, Jacques Delors, Laurent Fabius l’ont rencontré entre 1978 et 1982.

12A chaque fois nous étions frappés par cet extraordinaire niveau d’écoute et aussi par la grande lucidité qu’il avait des problèmes du temps, la clarté de son expression politique et la simplicité avec laquelle il voulait que l’on traite des problèmes. Il avait, cela a été dit aussi par d’autres, la méthode de la conviction, de la pédagogie, à un point tout à fait extraordinaire. Daniel Mayer a raconté que, lorsque Pierre Mendès France était jeune député de l’Eure, un adversaire de droite — probablement Alexandre Duval, qu’il a battu en 1932 — se plaignait, disant que le jeune Mendès France troublait la paix des citoyens par ses conférences constantes. Effectivement, et cela l’a mené à être député. On le voit d’ailleurs parcourant sans cesse tous les villages, toutes les villes du département, de 1932 à 1958. Il a ensuite essayé de travailler des questions fondamentales, aussi bien sur le plan économique que sur le plan international, et je voudrais dire que, même ceux d’entre nous qui n’ont pas pu le côtoyer aussi longtemps que nous l’aurions souhaité, l’ont aimé profondément et sa personne, ses convictions, la profondeur de ses idées, ses méthodes nous ont marqués.

  • 2 Le Monde, 20 octobre 1992.

13Je me suis posé la question de savoir qui a essayé, dans les années que j’ai vécues, les décennies soixante-dix, quatre-vingt et quatre-vingt-dix, de s’inspirer le plus possible, avec plus ou moins de bonheur, de cet extraordinaire homme d’État. Michel Rocard, Jacques Delors, Robert Badinter, Laurent Fabius, Raymond Barre aussi — même si cela choque certains d’entre vous, c’est indéniable à mon avis — ont montré, dans la façon d’exercer la politique, un certain nombre d’inspirations mendésistes. Mais, à mon sens, celui d’entre nous qui a été le plus marqué par Pierre Mendès France, c’est Pierre Bérégovoy. À l’automne 1992, alors qu’il est premier ministre, il écrit ceci de Mendès France dans Le Monde2, dix ans après sa mort :

[Il] est l’histoire d’une génération, dont il traça le chemin spirituel [...] l’impératif catégorique de la droiture et de l’intégrité, l’exigence absolue de justice et de compassion humaine, le devoir de vérité [...] Pierre Mendès France, c’est la rigueur économique au service d’une ambition sociale. C’est aussi l’exigence démocratique. S’il fallait résumer sa méthode, je dirais : écouter, décider, convaincre [...]. La démocratie est exigeante. Elle impose de résister aux passions du moment, aux corporatismes, à la démagogie. Elle demande force d’âme et humilité attentive. Il faut savoir accepter les discussions et les remises en cause, les corrections de trajectoire et les ajustements de perspective. Mais ne jamais céder lorsque la liberté, la vérité et la justice sont en cause. Pierre Mendès France était de cette espèce, précieuse entre toutes, des démocrates rigoureux. Orgueilleux jusqu’à l’intransigeance lorsque l’essentiel était en jeu, modeste et simple pour tout le reste. Il acceptait les compromis, pas les compromissions. La leçon de Mendès n’a rien perdu de sa fraîcheur ni de sa force.

14Je crois — on me pardonnera de terminer sur une note triste — que cette intransigeance sur laquelle il s’attardait à juste titre, Pierre Bérégovoy en a éprouvé toute l’ampleur. La façon dont il a été démoli sur le terrain de sa droiture et de son intégrité, inspirées de Pierre Mendès France, a peut-être conduit au drame que nous avons connu. Mais Pierre Mendès France, dont beaucoup de générations continueront de s’inspirer, est un homme d’État exceptionnel, un patriote que le département de l’Eure et la ville de Louviers seront éternellement fiers d’avoir accueilli et aimé.

Notes

1 Réalisé par J.-P. Cayeux, et projeté en ouverture du colloque [cette note et la suivante sont de l’éditeur].

2 Le Monde, 20 octobre 1992.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search