Version classiqueVersion mobile

Pierre Mendès France et la démocratie locale

 | 
Dominique Franche
, 
Yves Léonard

Première partie. Un homme, un département

Un homme politique au quotidien

Tiennot Grumbach

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Je n’ai pas d’autre titre à parler de Pierre Mendès France que celui-ci : il était mon oncle. Lorsqu’il est mort, j’ai d’ailleurs écrit, dans Le Nouvel Observateur, un article que j’ai appelé « Mon oncle ». C’est à ce titre que l’on m’a demandé de dire quelques mots sur lui, à Louviers, et je ne parlerai que de Louviers, des Monts, du Logis Pascal — sa maison des Monts. Là, avec mes cousins — Bernard, aujourd’hui décédé, et Michel —, avec ma tante Lily qui veillait sur nous tous, avec ma mère Marcelle, enfin, avec tout ce qui constituait l’environnement d mon enfance, j’ai rencontré celui qui a beaucoup compté dans ma vie d’homme comme dans ma vie d’enfant.

Un homme politique de proximité

2Pierre Mendès France était un homme politique de proximité, et Louviers a été pour lui le lieu d’un attachement exceptionnel. Il y est venu tôt dans sa vie politique. Quand nous étions enfants, nous le voyions dans son bureau, suivant une organisation très précise de son travail. Le matin, après le petit-déjeuner, il commençait par le découpage des journaux : découpage, collage, et il soulignait avec un crayon — toujours le même, d’un côté bleu, de l’autre rouge — tous les articles qui lui semblaient nécessaires à son information et à son travail approfondi. Nous l’avons vu pendant des années, durant les vacances — nous étions à Louviers surtout à ces moments-là —, effectuer ce découpage de la presse, pas simplement la presse nationale, également la presse locale qu’il connaissait parfaitement, d’autant qu’il écrivait lui-même dans La Dépêche de Louviers. D’abord cela, puis quelques écritures. Il répondait à beaucoup de courrier, et le téléphone jouait aussi, évidemment, un rôle important. Tout cela se faisait en général dans la matinée, parfois mélangé avec le travail sur les archives familiales, dont Jean-Denis Bredin a souligné l’importance. Elles occupaient déjà un mur, mais il continuait à archiver et à envoyer des correspondances pour les enrichir. Il s’est agi d’une incroyable quête, non pas des origines — elles étaient claires depuis longtemps —, mais de la capillarité familiale, qui l’a mené très loin.

3En tant qu’homme politique, il était un radical-socialiste assez traditionnel, au sens de la radicalité d’antan, celle de la IIIe République pour ce qui concerne le travail de terrain, et audacieux pour les idées nouvelles. Jean- Denis Bredin a parlé de « patriote ». Il l’était. J’ai souvent entendu mon oncle dire qu’on avait eu tort de laisser le terme de patriotisme à la droite, parce que le patriotisme est une valeur de gauche. Jean Jaurès ne disait-il pas : « Un peu de patriotisme éloigne de la patrie, beaucoup de patriotisme en rapproche » ? Mon oncle était très profondément patriote. Son patriotisme était populaire, dans ses racines véritables et dans l’idéologie républicaine qui était la sienne, avec une vision démocratique et radicale-socialiste qui refusait le consensus mou et exigeait l’engagement véritable.

4Je crois que ce n’était pas un militant au sens où on l’entend aujourd’hui. C’était surtout un homme d’action. Quand je suis devenu avocat, il m’a offert sa propre robe, et nous avons parlé de la profession. Ses paroles m’ont fortement impressionné. Elles m’ont été utiles, surtout quand, plus tard, j’ai mieux compris la profession. Il m’a parlé du métier d’avocat dans la région de l’Eure. Il m’a dit que la fonction d’avocat avait aussi eu pour lui une fonction tribunitienne : parler pour l’autre. De grands procès sociaux l’avaient opposé au patronat régional. Il avait, à Louviers, un ennemi politique dont j’ai oublié le nom, qui était un grand patron. Il me rappelait que, lorsqu’il plaidait, il y avait toujours beaucoup de monde lors des audiences. Il y plaidait non seulement pour celui qu’il défendait, mais pour les autres. Chacune de ces audiences en présence d’un très large public apportait à sa fonction d’homme politique radical-socialiste, dans cette région où il s’implantait, une impression de force et de communication avec tous ceux qu’il défendait. Chacune de ces audiences, il me l’a dit, portait en elle une capillarité avec toutes sortes d’hommes et de femmes qui l’ont suivi par la suite. Il a compris cette fonction de justice « portes ouvertes », une justice en présence du public, une justice qui n’est indépendante et impartiale que par la publicité des débats. Je ne l’ai pas oublié.

Un homme de vie

5Pour nous, sa famille, Pierre Mendès France n’est pas l’homme que l’on a statufié. Pour nous, c’est un homme magnifique qui aime les chocolats, qui est très gourmand, qui a beaucoup d’humour, qui fait des blagues tout le temps, surtout à ses amis. Il monte ces blagues pendant des semaines, jusqu’à ce que l’on ne sache plus si c’est de la blague ou de la réalité. Ceux qui l’ont connu se rappelleront qu’il conduisait comme un sportif des courses automobiles. Tant qu’il a été à Louviers, suivant l’époque, la 11 et la 15 CV ont été, pour ses fils et pour mon frère Didier et moi, sources de grandes peurs et de grandes excitations. Non seulement il conduisait vite, mais il avait la volonté de battre son record entre Louviers et Paris. Ce n’est pas un homme de marbre, c’est un homme de vie, de chair et de sang, tout aussi agréable à vivre qu’il pouvait être rugueux, parfois très rugueux. Il y a des principes sur lesquels on ne transige pas, même vis-à-vis de sa famille.

Louviers, un lieu de rencontres

6C’est aussi un homme qui vivait la vie locale dans toute sa diversité. Ce n’est pas un snob, c’est un homme populaire — pas populiste. Pour moi, la première grande expérience a été la venue de Jacques Hélian et de son grand orchestre de l’après-guerre à Louviers, dans le cinéma-théâtre, avec des centaines de gens. Il y va. Moi, j’étais enchanté, évidemment parce qu’il m’avait amené, mais aussi parce que tous les gens étaient vraiment autour de lui. Il ne s’agissait pas simplement d’aller à l’Opéra ou de se rendre à des divertissements où l’on ne voit pas les gens, mais d’être avec les gens, au milieu d’eux, et de vivre et jouir d’un certain nombre de plaisirs qui sont ceux des gens. Alors on est capable, parce qu’on les rencontre, de parler d’eux simplement. On peut s’en rendre compte quand on écoute les « Causeries du samedi », ses discours radiodiffusés en 1954-1955. Je le dis souvent, on a l’impression que les hommes politiques d’aujourd’hui ne sortent jamais le dimanche, qu’ils ne vont pas au café. Beaucoup de ceux qui passent dans les « étranges lucarnes » ne semblent jamais prendre un « petit noir » et discuter, on ne les entend pas répercuter ce qu’ils ont entendu au marché : « on m’a raconté ceci, on m’a raconté cela, et du coup je me suis dit que ce que j’avais lu dans les livres ou les rapports n’était pas ce que les gens ressentent ».

7Lui, il allait chercher une partie de ses informations au marché, à Louviers. C’était une occasion extraordinaire de dire bonjour, de rencontrer des gens, de parler politique. Le marché était sacré. Cela nous plaisait. Mon frère y a laissé un souvenir impérissable. Un jour, il a fait un baisemain à une poissonnière de Louviers. On allait aussi au cinéma, on faisait la queue en faisant semblant de ne pas voir que tous le regardaient. Il menait une vie de famille normale, dans la localité où il faisait son travail politique, son travail d’homme d’État de proximité. Il a toujours pensé que ses mandats de maire de Louviers, de député, de conseiller général, étaient le sceau de la légitimité populaire. Il ne concevait pas qu’un homme politique ne puisse pas se confronter à la difficulté de rencontrer ses électeurs et de débattre avec eux. Pour lui, la sanction du suffrage était la source d’une véritable légitimité démocratique.

8À Louviers, la maison des Monts a été un lieu où se sont rencontrés un nombre incroyable de gens. C’était un carrefour politique. Il y avait souvent du monde pendant les week-ends d’été. Cela faisait partie d’une conception politique suivant laquelle on ne va pas de la périphérie vers le centre mais aussi du centre vers la périphérie. La politique ne se fait pas qu’à Paris. Elle se fait là où vivent les gens, en région comme en banlieue. Le Logis Pascal était donc un carrefour politique où il recevait des amis politiques mais aussi des interlocuteurs divers. J’ai encore le souvenir de Bevan à Louviers, de différents députés, de hauts fonctionnaires, de l’équipe de ceux qui l’appelaient affectueusement « patron », qui étaient nombreux à venir et à discuter avec lui, mais aussi de bien des responsables et militants de Louviers, de l’Eure, de la région. Ils n’étaient pas toujours d’accord, de là des discussions assez animées à table, avec les collaborateurs des Cahiers de la République. Une vie relationnelle intense par conséquent. Je ne vais pas entrer dans les détails, mais je voudrais faire comprendre qu’il avait fait de Louviers un lieu où des gens se rencontraient, et pas forcément des gens qui avaient l’habitude de se rencontrer ni qui étaient complètement d’accord. Il les mettait lui-même en contact les uns avec les autres, ce qui débouchait parfois sur des discussions d’un très haut niveau. J’ai parlé de Bevan, par exemple, parce que j’en ai un très grand souvenir : pour moi, il représentait, à l’époque, l’espérance de « l’union de la gauche autrement », avec les travaillistes anglais, la possibilité de changement de la social-démocratie anglaise.

Le courage physique

9Je terminerai sur un point : le courage physique. Peu de personnes savent à quel point Pierre Mendès France était un homme physiquement courageux. Je parlerai de la dernière campagne électorale, celle de 1958. Moi, j’étais évidemment un peu groupie. Dès seize ans, alors que j’étais mauvais élève, mon oncle avait dit à ma mère, avec laquelle il entretenait des rapports de conflictualité et de tendresse réciproque étonnants : « Écoute, ton fils ne fait rien en classe, je vais donc l’amener au congrès du parti radical à Lyon ». Qu’est-ce qu’il n’avait pas fait là, le pauvre ! C’est là que je suis tombé dans la politique. J’y ai vu toutes les magouilles du parti radical de l’époque. Je suis devenu un nouveau Jeune Turc dans ce parti, pas très longtemps. Je l’ai vite quitté. J’y ai pourtant appris beaucoup de choses, et j’ai trouvé cela bien mieux que d’aller perdre mon temps avec les fils d’archevêques que j’aurais pu rencontrer ailleurs.

10La campagne de 1958 a été, dans le département de l’Eure, une campagne extrêmement agitée, très dure, une campagne terrible, avec une haine absolument insensée. En face, il y avait un groupe d’une trentaine de nervis, menés par un trublion. On passait d’école en école — à l’époque on faisait les préaux —, on collait les affiches, et l’on se retrouvait de façon systématique face à cette bande de nervis. Ce n’était pas très gai. Quand on est dans une toute petite salle où arrivent trente types qui hurlent, injurient et déversent la haine seconde après seconde, où mon oncle ne pouvait pas dire plus de quelques mots sans être interrompu par cette bande qui nous suivait de réunion en réunion, il faut du courage pour continuer. Je ne l’ai jamais vu caler ni perdre son sang-froid. Je l’ai vu passer au travers de cette horde sans jamais reculer d’un pas. Ce sont eux qui reculaient. Il était toujours très attentif, il gardait les mains le long du corps — il faisait très attention à son corps dans ces cas-là —, il ne se protégeait pas, il avançait, et il avançait lentement. Il ne reculait pas, jusqu’à ce qu’ils le laissent passer. Je l’ai vu dans d’autres cas, au cinéma par exemple ou, une fois, sur un quai de gare, se faire injurier pareillement. Je ne l’ai jamais vu reculer d’un centimètre. Cela m’a beaucoup impressionné. Quand ont été proclamés les résultats de cette élection où il a été battu, j’étais avec mon frère à Paris — je crois que Bernard et Michel n’étaient pas là. Nous avons pris la voiture et nous sommes partis dans la nuit pour Louviers. Là, très nombreux étaient les gens qui téléphonaient, mais c’est lui qui les consolait plutôt que l’inverse.

*

  • 1 À Grenoble, Pierre Mendès France fut battu de 132 voix au second tour des législatives de 1968. Alo (...)

11Je pense que cette défaite de 1958 a été pour lui la fin du rapport charnel qu’il entretenait avec la politique et avec Louviers. En effet, plus tard, il m’a dit qu’être battu à Grenoble et être battu à Louviers, cela n’avait rien eu à voir. La défaite de Grenoble l’a surtout blessé sur le plan politique : le parti communiste l’avait fait battre. On pouvait le voir, bureau par bureau de vote, là où avaient été perdues les voix c’était là où le candidat communiste du premier tour avait des « réserves »1 Il n’a jamais compris cette attitude des communistes. Il s’est interrogé sur les raisons qui avaient entraîné sa défaite politique. Mais c’était une bataille au niveau, j’allais dire de l État, face à Pompidou. Elle n’avait rien à voir avec cette immense déception qui l’a saisi lorsqu’il a été battu à Louviers.

12Pour lui, la proximité politique était celle de Louviers, avec le journal, avec les gens qu’il connaissait, avec tous ses collaborateurs locaux qui étaient extraordinaires et que nous rencontrions souvent. Et je crois que le départ de Louviers a été pour lui une immense tristesse. Cela n’a pas été la fin de sa vie politique, mais quelque chose s’était cassé dans ce qu’il considérait comme étant le rapport avec la démocratie politique, c’est-à-dire à la proximité vraie, celle de la communication populaire avec les gens, celle qui irrigue la pensée, forge la solidarité du « faire ensemble », assure l’autorité qui permet la démocratie de l’action.

Notes

1 À Grenoble, Pierre Mendès France fut battu de 132 voix au second tour des législatives de 1968. Alors que le candidat communiste s’était officiellement désisté pour lui, le report des voix se fit très mal dans les trois cantons « rouges » de Saint-Martin-d’Hères, Echirolles, Les Abattoirs. Les communistes avaient particulièrement mal pris sa présence au meeting du stade Charlety, interprétée comme son ralliement aux « gauchistes » qui scandaient « Séguy démission ! » contre le secrétaire général de la CGT. Le Travailleur alpin du 8 juin avait dénoncé « les gesticulations des exaltés du stade Charlety, conspuant la Confédération générale du travail » [note de l’éditeur].

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search