Version classiqueVersion mobile

Pierre Mendès France et la démocratie locale

 | 
Dominique Franche
, 
Yves Léonard

Première partie. Un homme, un département

Une jeunesse républicaine

Jean-Denis Bredin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Sa famille

  • 1 Mendès France (P.), Choisir, Paris, Stock, 1974, p. 15.

Je suis né, a raconté Pierre Mendès France dans ses conversations avec Jean Bothore1 dans le 3e arrondissement — 75, rue Turbigo, à deux pas de la place de la République. Quartier populaire. C’était bien le style de mes parents, nés eux-mêmes de gens simples, sans grands moyens. Ma mère était alsacienne et très attachée à la tradition française : ses propres parents étaient des patriotes, un peu revanchards. Mon père, d’une famille bordelaise depuis des siècles, fut le premier à être né ailleurs, à Limoges, un peu par hasard. Et moi, je suis le premier à être né à Paris.

1Son père, Cerf-David Mendès France, était né à Limoges en 1874, où les hasards du commerce avaient conduit le grand-père, Jules Isaac. Cerf-David était venu s’installer à Paris, pour y créer sa propre affaire de textiles, d’abord installée rue de Cléry, puis rue Réaumur, puis rue de Turbigo en 1909, puis rue Etienne Marcel en 1926, enfin, rue de la Pompe. Cerf-David avait durement travaillé toute sa vie :

  • 2 Jhid., p. 15-16.

Il avait monté un commerce de confection pour dames d’un style moyen et populaire à l’origine2.

  • 3 Lacouture (J.), Pierre Mendès France, Paris, Le Seuil, 1981, p. 40.

2Engagé volontaire en 1892 (à dix-huit ans), il avait effectué cinq ans de service militaire. L’affaire Dreyfus, les affrontements, les bagarres l’avaient beaucoup marqué. Il avait fait la guerre de 1914 comme sous-officier, devenu lieutenant dans l’artillerie légère sous les ordres du colonel Dreyfus, dont il a gardé le souvenir d’un officier « autoritaire », « intransigeant », puis il était tombé gravement malade en 1917... Il n’avait ni foi, ni pratique religieuse. Il était même hostile à toute religion. Mais il avait trois passions : la France, sa famille, et son métier auquel il se consacra jusqu’à sa mort, en 1957. C’est en 1905 à Strasbourg où il était allé pour ses affaires que Cerf- David a rencontré Palmyre Cahn, « fille d’un honorable commerçant de la place3 », jolie, et de six ans plus jeune que lui. Ils se marieront à Strasbourg, et vivront à Paris. Pierre naîtra en 1907, Marcelle, sa sœur, en 1910.

3De la famille de sa mère, Pierre Mendès France a peu parlé. C’était des Alsaciens, originaires de Sarrebourg, « travailleurs, opiniâtres et vertueux », ardents patriotes.

  • 4 Ibid., loc. cit.

Dans ce milieu, on considérait que l’émancipation des Juifs sous la Révolution française les liait à la France par des liens indissolubles4.

4De son grand-père, Isidore Cahn, nationaliste, farouchement antiprussien, Mendès France n’a gardé que peu de souvenirs : ils furent évidemment séparés dès 1914 (Pierre avait alors 7 ans) et Isidore mourut en 1917. Petit commerçant, intègre et sérieux, Isidore s’était fait la réputation d’un homme sage, que l’on consultait volontiers, notamment dans la communauté juive.

J’ai beaucoup mieux connu ma grand-mère, née Henriette Wolff. Elle était très pieuse, fidèle à tous les rites, à toutes les règles, si fervente même, qu’elle me communiqua, un temps, quelque chose de sa piété : j’ai ainsi traversé, lors de ma douzième année, que j’ai passée chez elle, une période mystique qui ne dura guère. C’est surtout à cause d’elle que je fis ma barmitsva à Strasbourg.

5Très pratiquante, très vertueuse, la grand-mère était aussi fort cultivée, musicienne, curieuse de tous les arts.

  • 5 Ibid., p. 41.

Je n’ai jamais pu trouver l’origine d’une telle culture, assez rare dans ces milieux. En tout cas, elle fit donner une éducation très soignée à ma mère au lycée de Neudorf, où l’on apprenait un très bon allemand5.

6De sa mère, dont il a peu parlé, Pierre Mendès France a reçu sans doute de sévères exigences de morale, mais aussi beaucoup d’amour.

  • 6 Ibid., loc. cit.

Le ménage fut heureux... ma sœur Marcelle et moi avons vécu dans un climat d’harmonie une jeunesse sans besoin6.

Sa généalogie

  • 7 Ces documents, qui occupent 49 boîtes, sont déposés à l’Alliance israélite universelle, où ils sont (...)

7Pierre Mendès France a réuni, à partir de 1935, une vaste documentation, annotée, classée avec une compétence d’archiviste, qui éclaire tout à la fois les conflits de religion, de mœurs, de pouvoirs en Europe occidentale entre le xve siècle et le xxe siècle, et sa propre personnalité7. Il n’est pas question ici de reprendre cette précieuse enquête, seulement d’en marquer quelques dates :

  • les Mendes de França sont présents au Portugal dès le xvie siècle (Pedro Mendes a épousé Isabel de França, et ses enfants se firent appeler Mendes de France) ; la famille est alors chrétienne ;
  • le petit-fils Francisco el Rojo (Le Roux) épouse, au xviie siècle, une chrétienne, Antonia Frevie, dont la mère était marrane ; Antonia, accusée d’avoir rallié la foi de Moïse, accusée de pratiques juives (de ne manger ni porc, ni lièvre, ni volaille étouffée), est poursuivie par l’Inquisition ; elle comparaît en 1656 devant le Tribunal du Saint-office qui la condamne à la torture ;
  • son troisième enfant, Luis de França, est à son tour arrêté en février 1683, et déféré au Saint-office ; il réussit à échapper à la torture et est seulement condamné à abjurer son hérésie ; le 27 octobre 1683, il s’embarque, abandonnant sa famille et, en 1684, il se réfugie à Bordeaux, puis à Agen, où il fera commerce de draps et de tissus ; il se suicidera en 1695 :
  • 8 Lacouture (J.), op. cit., p. 34.

Au moment de sa mort, était-il juif, était-il chrétien ? Il semble qu’il n’était jamais admis ni par les uns, ni par les autres. Mais ses enfants, baptisés, choisiront, eux, de se proclamer Juifs sans l’être8 ;

  • Jean, le fils de Luis, qui s’est voulu juif et s’est marié selon les rites judaïques, se fait appeler Jean-Mardochée, puis Mardochée ; il développe des négoces divers ;
  • son fils Izaac, qui ira chercher fortune à Saint-Domingue où il vivra entouré d’esclaves, riche et respecté, sera, en 1776, après son retour en France, condamné par la Cour de l’Amirauté à libérer ses esclaves ; Voltaire avait écrit à l’avocat des esclaves :
  • 9 Cité in Pluchon (P.), Nègres et Juifi au xviiie siècle, Paris, Tallandier, 1984, p. 274.

Je ne sais pas, Monsieur, si le Code noir permet d’écrire le nom d’une Négresse sur l’un de ses tétons et celui d’un Nègre sur l’une de ses fesses. Tout ce que je sais, c’est que si j’étais juge, j’écrirais sur le front du Juif : Homme à pendre9.

  • 10 Lacouture (J.), op. cit., p. 40.
  • 11 Ibid., p. 42.

8Pierre Mendès France ne sera pas le descendant de ce fameux Izaac, mais celui de Moïse, second fils de Mardochée, discret courtier de change demeuré à Bordeaux. « Parmi ces modestes Mendès France bordelais, voici Jules-Isaac mon grand-père », voyageur de commerce, poète à ses heures, qui aima tant sa femme qu’il se laissa dépérir après qu’elle mourut. « Il s’éteignit le jour même de mon mariage en 193310... » Et voici Cerf-David, le père de Pierre, né par hasard à Limoges en 1874, où les hasards de son commerce avaient un temps conduit Jules-Isaac et les siens... Pierre Mendès France est ainsi l’héritier « de ces épreuves, de ce vent du large, de ces tribulations parfois cruelles11 ». Sa famille aide sans doute à comprendre ce patriotisme ardent — un amour passionné de la France qui ne le quittera jamais —, ce courage intransigeant dont il fera preuve, sa relation avec la tradition juive.

  • 12 Mendès France (E), op. cit., p. 18.

Ma mère ne pratiquait guère ; mon père pas du tout. Il était même hostile à la religion, comme son propre père d’ailleurs. Ironique, presque agressif. Mes grands-parents maternels étaient au contraire extrêmement pieux. Je ne suis pas croyant, et cela ne joue pas de rôle dans ma vie12.

9Mais l’antisémitisme ne cessera de le désigner comme juif : député juif, ministre juif, officier juif.

  • 13 Mendès France (P.), Œuvres complètes, t. VI, p. 29.

J’ai su que j’étais juif, et à supposer d’ailleurs que je vienne à l’oublier, les antisémites me le rappelleraient aussitôt13.

10Cet enfant d’une famille juive et chrétienne, juive ou chrétienne selon

11années, selon la volonté de chacun, cet enfant d’une famille française depuis le xviie siècle, il sera injurié, haï, martyrisé, il devra symboliser le Juif nomade, sans patrie, envahisseur de la France.

Un travailleur acharné

  • 14 Lacouture (J-). op. cit., p. 44.

12Un père athée, volontiers autoritaire, une mère tendre et attentive, mais veillant à l’éducation et l’instruction de ses enfants (si elle n’est pas contente d’eux, la menace vient : « Je vais en parler à votre père14 »), le respect du devoir, le culte du travail, la famille Mendès France assemble les traditions et les vertus qui portent une éducation laïque et républicaine, dans ses premières années du xxe siècle où règne « l’École de la France ». Par surcroît, Pierre, le garçon, doit beaucoup travailler car il doit réussir :

  • 15 Mendès France (P.), E, Choisir, p. 20.

On nous enseignait l’amour et l’estime du travail. J’ai de l’estime pour ceux qui travaillent. Je n’aime pas la paresse et les paresseux15.

13Le voici d’abord à l’école communale de la rue de Jussienne, proche du domicile et du commerce paternel, rue Etienne Marcel. La guerre de 1914 (Pierre a sept ans) est une raison de travailler plus encore. Content de lui, son instituteur insiste pour qu’il se présente au concours de l’école communale supérieure Turgor, toute proche et de très bonne réputation. Le bon élève a la chance d’y être reçu alors que « l’écrémage était assez dur ».

  • 16 Ibid., p. 19.

Le travail était intense, très dur, et ça convenait à mon caractère. La classe commençait à huit heures le matin et finissait à six heures le soir ; plus les devoirs à la maison. [...] Je voulais réussir vite16.

  • 17 Ibid., p. 16.

14Pour être sûr de bien préparer son bachot, il travaille en dehors de l’école, prenant des leçons particulières... 11 lit toute la bibliothèque familiale, faite des auteurs classiques — Balzac, Flaubert, Anatole France, Zola, Dumas père et fils, Maupassant, Hugo. « Une époque. Le tout soigneusement relié en beau cuir rouge17. »

15Il passe son bachot très jeune, à quinze ans, avec une dispense.

  • 18 Lacouture (J.), op. cit., p. 44.

On m’a loué, plus tard, d’être le plus jeune [...] En fait, c’est là que j’ai pris de l’avance18.

16Pour préparer la seconde partie du bachot, il est obligé d’aller au lycée Louis le Grand. Le lycée le déçoit beaucoup. Trop de « fils à papa », moins de travail, moins d’assiduité. La philo ne le séduit pas.

  • 19 Ibid., loc. cit.

J’ai été un mauvais élève de philosophie. Enfin, j’ai passé l’examen, bien sûr19...

17Il travaille, il travaille... Que faire d’autre ? Il lit, et notamment il lit les journaux. Il fait un peu de piano, comme sa mère, mais l’art n’entre pas vraiment dans sa vie :

  • 20 Mendès France (P.), Choisir, p. 23.

J’aime les choses belles [...], mais je ne suis pas un fanatique de la création, de l’imagination artistique20.

18Il fréquente peu le cinéma et le théâtre.

  • 21 Ibid., p. 22.

Si j’aimais bien passer une soirée au spectacle, au fond je préférais dans l’ensemble rester lire chez moi21.

19Le sport ? Il découvrira peu à peu la natation et le ski, qu’il aimera beaucoup. Mais à 16 ans, l’important est évidemment de travailler, d’être le premier, de réussir.

20Vers quelle carrière doit-il aller ?

  • 22 Lacouture (J.), op. cit., p. 45.

Une chose est claire, il ne succédera pas à son père à la tête de la maison C. Mendès France22.

21Que sera-t-il ? Ingénieur ? Médecin ? Avocat ?

  • 23 Mendès France (P.), Choisir, p. 19.

Ma mère était ambitieuse pour moi [...] On avait alors le snobisme des professions libérales. Ma mère espérait que je deviendrais avocat23.

22Il sera avocat...

  • 24 Lacouture (J.), op. cit., p. 46.

J’aurais dû être professeur, dira-t-il à Jean Lacouture, je crois que je me suis quelque peu fourvoyé. Je ne suis pas sûr d’avoir été un très bon avocat24.

23Il va donc s’inscrire à la faculté de droit en octobre 1923. Il sera licencié en juin 1926, après avoir eu pour professeur Gaston Jèze, Achille Mestre, Julliot de la Morandière, Joseph Barthélémy (qui deviendra ministre du maréchal Pétain). Les matières qui l’intéressent le plus sont l’histoire et l’économie. Il s’inscrit donc à la Sorbonne, où il veut préparer une licence d’histoire, et à l’Ecole des Sciences politiques (en section dite « générale »), où il méritera de très brillantes notes.

  • 25 Notes et appréciations citées ibid., p. 47.

Examen de juin 192525 :
histoire constitutionnelle : 19/20 ;
Europe contemporaine : 16/20 ;
histoire diplomatique : 17/20 ;
histoire générale : 19,5/20.
Note de Y. Matter : « Candidat d’une évidente supériorité et d’une précoce maturité. »
Note de Pierre Rain : « Très intelligent. Esprit original déjà mûri. Grande habitude de la parole. Ambitieux. Réussira. »

24Pierre Mendès France est un adolescent superbement doué et acharné à sa tâche.

Un économiste précoce

  • 26 Ibid., p. 62.

25Il prêtera serment d’avocat à Paris à 19 ans, le 21 octobre 1926 (il est encore mineur pour quinze mois). Le jeune stagiaire sera, selon l’usage, quelques mois clerc d’avoué chez Maître Boccon-Gibod. Puis il sera « collaborateur » au cabinet de Georges Bonnet, illustre avocat parisien, député radical de la Dordogne, vedette du parti radical, qui a été ministre du Budget, « un des rares hommes politiques français s’intéressant aux questions économiques26 ». Bonnet négociera plus tard avec Edouard Daladier les sinistres accords de Munich.

26Voici Mendès France très jeune avocat, promis semble-t-il à un bel avenir, patronné par Georges Bonnet, connu de plusieurs confrères réputés...

  • 27 Ibid., loc. cit.

De cette expérience d’avocat parisien, écrit Jean Lacouture, il semble avoir retenu que le métier à cette époque ne nourrissait pas son homme27.

27Doit-il songer à quitter Paris pour exercer sa profession de manière plus profitable ? Surtout, ses vraies vocations vont sans doute ailleurs : l’une est la connaissance de « l’économie politique » comme on disait alors, l’autre l’action politique.

  • 28 Ibid., p. 46.

Les meilleurs étudiants faisaient du droit pur [...] l’économie était dédaignée. C’est vers elle pourtant que je me suis tourné, non par tactique, mais par inclination. Je suivais non seulement les cours de Gaston Jèze, qui enseignait la législation financière, mais aussi ceux de l’économiste William Oualid, que j’aimais et que je respectais au point de lui demander d’être mon patron de thèse28-

  • 29 Elle fut soutenue sous le titre Le Redressement financier français en 1926 et 1927[ note de l’édite (...)
  • 30 Mendès France (R), L’œuvre financière du gouvernement Poincaré, Paris, LGDJ, 1928, p. 316.

28Il travaille avec acharnement à sa thèse de doctorat — qu’il soutiendra le 3 mars 1928 — consacrée à L’Œuvre financière du gouvernement Poincaré29. Il a en tête l’échec du Cartel des gauches en 1926 et le redressement monétaire opéré — au prix d’injustices sociales accumulées — par Raymond Poincaré qui gouverna de juillet 1926 à juillet 1929. Il admire celui-ci — l’un des très rares hommes politiques qui se soit intéressé à l’économie — mais la politique de Poincaré, seulement occupé du redressement monétaire, n’a vu ni la misère, ni le chômage, ni les faillites. Mendès France voudrait concevoir un programme « qui réalisera enfin, jusque dans le domaine de l’économique, la vraie République égale et sociale30 ». La thèse, qui ne reçut qu’une mention Bien, sera publiée avec une préface de Georges Bonnet, vantant les mérites de l’avocat qui travaillait à ses côtés. Georges Bonnet écrivait notamment :

  • 31 Ibid., p. II.

M. Pierre Mendès France n’est pas encore député. De ce fait son témoignage sera impartial31.

  • 32 Institut Pierre Mendès France, Fonds Pierre Mendès France, série E 1,1, annexe.

29Mendès France enverra bien sûr sa thèse à son « confrère » Raymond Poincaré, président du Conseil, qui lui répondra, le 15 mars 1928, par une lettre fort courtoise 32 :

Mon cher confrère,
Je vous remercie de l’intéressant ouvrage que vous avez bien voulu m’envoyer. J’aurais des réserves à faire sur un certain nombre de vos critiques, notamment sur la confusion que vous commettez entre les conséquences de l’inflation ou de la dépréciation monétaire et les prétendus effets économiques des remèdes appliqués. De même, dans votre article de ce matin, vous faites un départ inexact des avances des banques entre cette Chambre et la précédente, en plaçant le mois de juin 1924 dans la législature de 1919. Mais, sous le bénéfice de plusieurs rectifications de ce genre, je ne fais aucune difficulté à reconnaître les imperfections de l’œuvre accomplie.
Croyez, je vous prie, à mes sentiments confraternels.

  • 33 Publié par la Librairie Vallois.
  • 34 Lacouture (J.), op. cit., p. 59.

30Pierre Mendès France poursuivra son effort dans ce domaine qui ne cessera de le passionner. Après avoir donné des articles à plusieurs revues, il publiera, en mai 1930, un second livre, La Banque Internationale. Contribution à l’étude du problème des États-Unis d’Europe33. Étudiant les mécanismes de la Banque des règlements internationaux (BRI), créée la même année par la conférence de La Haye, il estime que cet établissement pourrait être la première étape de la construction d’une Europe unie. Ils sont nombreux alors à complimenter le jeune économiste radical pour son ambitieux travail. Joseph Caillaux, pourtant avare de louanges, lui adresse de cordiales félicitations. De même, Vincent Auriol, président de la commission des Finances de la Chambre des députés. Et aussi Léon Blum, et Herriot, et Daladier. Il ne s’agissait pas seulement pour Mendès France de faire connaître ses compétences. L’ouvrage est également un « manifeste » tendant à affirmer ses vues internationalistes et aussi « la méfiance où il tient le capitalisme triomphant34 ».

L’engagement politique

31Faut-il s’interroger sur les raisons qui ont porté Mendès France à l’action politique ?

Ma famille, a-t-il expliqué, était orientée, pour parler le langage du xixe siècle, du côté républicain, un peu socialisant.

32Les grands moments de l’histoire étaient pour eux la Révolution française, l’affaire Dreyfus, et bien sûr les deux guerres de 1870 et 1914, qu’avaient faites son grand-père, puis son père.

  • 35 Mendès France (E), Choisir, p. 16.

Je crois qu’ils n’ont jamais appartenu à un parti. Ils étaient de gauche, nettement, voilà tout. En même temps, comme il était fréquent, patriotes et anti-Allemands 35.

33La France, la République laïque, étaient leurs valeurs.

  • 36 Lacouture (J-), op. cit., p. 49.

34Très tôt, dès le lycée, Pierre Mendès France, « le plus jeune », si doué, sans doute ambitieux, très intéressé par l’économie et la politique, ardent et combatif, fut porté à s’engager... Mais le hasard a sans doute joué un rôle. Un jour de 1923, Pierre Mendès France allant à la Faculté, passe devant la vieille salle de la Mutualité, où les radicaux tiennent leurs assises. Édouard Herriot parle 36 :

Je ne l’avais jamais vu, mais j’avais entendu parler de lui autour de moi. Il était alors au summum de son talent, jeune et ardent. Il parlait dans un style magnifique, d’une voix chaude et claire, de paix, de réconciliation avec l’Allemagne, de reconnaissance des Soviets, du désarmement, de l’évacuation de la Ruhr. C’était magnifique. Ce fut pour moi le coup de foudre. Je me suis senti dans le sillage de cet homme-là. C’était la générosité, c’était l’éloquence, c’était la jeunesse, c’était tout pur...

35Mendès France s’inscrira au parti radical quelques mois plus tard... Radical à seize ans. Le radicalisme semble incarner la gauche...

36Mais l’élève de l’école républicaine, le démocrate intransigeant, l’antiraciste va s’engager aussi dans les combats d’étudiants. Au Quartier Latin, l’Action française (Maurras et Daudet) et les Camelots du Roi dont le chef est Georges Calzant (nationaliste intégral), souvent armés de matraques, font régner la peur et la violence, dans la guerre conduite contre les « métèques », contre les « youpins », contre les « bolchos ». La Ligue d’action universitaire, républicaine et socialiste (LAURS) est fondée en 1924 pour combattre les Camelots du Roi, qui saccageaient les locaux, et voudront notamment empêcher Georges Scelle, professeur de droit international, nommé en 1924 à la faculté de droit par un ministre d’Herriot, de faire cours... Pierre Mendès France est membre de la Ligue dès sa création en 1924. Sa carte d’adhérent, note Jean Lacouture, porte le numéro 10.

  • 37 Ibid., p. 52.

Est-ce, en lui, le fils de Cerf-David le dreyfusard, le petit-fils de Jules- Isaac l’ami des communards, l’écolier modèle de Turgot, l’étudiant en droit dressé contre un enseignement conservateur et un environnement hostile à la République, l’adolescent de « Sciences Po » exaspéré par l’autosatisfaction des « fils d’archevêques », l’auditeur ébloui d’Herriot, ou encore le jeune juif de plus en plus conscient du racisme qui infestait le Quartier Latin, est-ce plutôt celui-ci ou celui-là qui s’engage ainsi37 ?

37Peu importe la part prise, dans sa décision, par telle ou telle de ces données. Le fait est qu’à partir de la rentrée de 1924, Pierre n’est plus seulement un bûcheur obstiné, il est aussi un militant. Il n’a pas dix-huit ans et déjà son choix est fait. Il s’y tiendra.

  • 38 Ibid., loc. cit.

Ce qui étonne, c’est que cet engagement dans le militantisme, pendant l’été de 1924, loin de le détourner d’études qu’il veut situer au niveau le plus élevé, contribue à faire mûrir précocement cet esprit très jeune 38.

38En 1926, il sera secrétaire général de la section parisienne de la LAURS. En février 1927, il a à peine 20 ans, il sera secrétaire général à l’échelon national. En avril 1928, il sera élu président de la Ligue. Il participe à de nombreuses réunions, à Paris et en province. La Ligue ne se contente pas d’être un mouvement de résistance à la « petite terreur » de l’extrême droite au Quartier Latin, elle prétend

  • 39 Ibid., p. 53.

aussi tracer une manière de programme politique et social qui servit en quelque sorte de trait d’union entre celui du Cartel des gauches [...] et celui du Front Populaire39.

39En 1927 et 1928, Mendès France participe aux congrès nationaux de la Ligue (avec laquelle les communistes ont rompu dès 1925) à Grenoble, puis à Clermont-Ferrand. En 1929, c’est le congrès de Nantes... La LAURS est aussi une communauté fraternelle. Là, se retrouvent Marc Jaquier et René Georges-Etienne (qui seront ses successeurs), et aussi Georges Pompidou, Léopold Senghor, Léo Hamon, Maurice Schumann.

40Mendès France publie des articles, notamment économiques (« Les finances de l’Etat démocratique » en 1929), et le net recul de la gauche, qu’ont marqué les élections de 1928, n’a fait que le porter à l’action. Dans le parti radical, il se retrouve, dira-t-il, dans l’aile gauche du parti, du côté des Jeunes Turcs (Jean Zay, Jacques Kayser, Pierre Cot, Gaston Bergery...) dont Daladier semblait le chef et l’espoir.

Premiers pas dans l’Eure

411927. Le voici avocat au Barreau de Paris, plaidant peu, travaillant, écrivant, et surtout militant, fermement engagé à gauche. Il a fait son service militaire dans l’aviation. Il est pressé d’agir, de combattre, et l’action politique ne cesse de remplir davantage sa vie.

  • 40 Ibid., p. 55.

Il débordait d’ardeur et de conviction ; son enthousiasme était communicatif [...]. Tous mettent l’accent sur sa détermination, son sens de l’animation et de l’organisation, son courage physique [...]. Il aime aussi avoir raison 40.

42Et voici qu’en cette année 1927 il vient à deux reprises prononcer des conférences dans l’Eure : à Évreux, le 9 juillet, à l’invitation des Jeunesses laïques et républicaines, pour parler de la morale laïque, de l’école laïque, souvent outragé, faisant l’apologie d’une « morale de la conscience, de la solidarité, de la justice », supérieure en bonté à la morale religieuse. Le 18 décembre, il fait une conférence à Conches, organisée par la Ligue des Droits de l’homme, sur les inégalités et les injustices fiscales. En 1928, il reviendra plusieurs fois dans l’Eure, participant à la campagne des législatives, portant la contradiction à l’industriel Le Mire, député sortant.

43Désormais, le hasard qui conduit ses premiers pas dans l’Eure, la nécessité pour les radicaux lovériens de trouver un candidat pour les législatives de 1932, vont l’amener à quitter Paris pour s’installer à Louviers. Il deviendra avocat au barreau départemental de l’Eure le 9 janvier 1932.

44Commence alors une autre histoire.

Notes

1 Mendès France (P.), Choisir, Paris, Stock, 1974, p. 15.

2 Jhid., p. 15-16.

3 Lacouture (J.), Pierre Mendès France, Paris, Le Seuil, 1981, p. 40.

4 Ibid., loc. cit.

5 Ibid., p. 41.

6 Ibid., loc. cit.

7 Ces documents, qui occupent 49 boîtes, sont déposés à l’Alliance israélite universelle, où ils sont consultables sur dérogation accordée par Michel Mendès France [note de l’éditeur].

8 Lacouture (J.), op. cit., p. 34.

9 Cité in Pluchon (P.), Nègres et Juifi au xviiie siècle, Paris, Tallandier, 1984, p. 274.

10 Lacouture (J.), op. cit., p. 40.

11 Ibid., p. 42.

12 Mendès France (E), op. cit., p. 18.

13 Mendès France (P.), Œuvres complètes, t. VI, p. 29.

14 Lacouture (J-). op. cit., p. 44.

15 Mendès France (P.), E, Choisir, p. 20.

16 Ibid., p. 19.

17 Ibid., p. 16.

18 Lacouture (J.), op. cit., p. 44.

19 Ibid., loc. cit.

20 Mendès France (P.), Choisir, p. 23.

21 Ibid., p. 22.

22 Lacouture (J.), op. cit., p. 45.

23 Mendès France (P.), Choisir, p. 19.

24 Lacouture (J.), op. cit., p. 46.

25 Notes et appréciations citées ibid., p. 47.

26 Ibid., p. 62.

27 Ibid., loc. cit.

28 Ibid., p. 46.

29 Elle fut soutenue sous le titre Le Redressement financier français en 1926 et 1927[ note de l’éditeur).

30 Mendès France (R), L’œuvre financière du gouvernement Poincaré, Paris, LGDJ, 1928, p. 316.

31 Ibid., p. II.

32 Institut Pierre Mendès France, Fonds Pierre Mendès France, série E 1,1, annexe.

33 Publié par la Librairie Vallois.

34 Lacouture (J.), op. cit., p. 59.

35 Mendès France (E), Choisir, p. 16.

36 Lacouture (J-), op. cit., p. 49.

37 Ibid., p. 52.

38 Ibid., loc. cit.

39 Ibid., p. 53.

40 Ibid., p. 55.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search