Version classiqueVersion mobile

Pierre Mendès France et la démocratie locale

 | 
Dominique Franche
, 
Yves Léonard

Première partie. Un homme, un département

Pierre Mendès France et la « démocratie généralisée »

Pierre Rosanvallon

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La vie de Pierre Mendès France est, en quelque sorte, une traversée de la démocratie française au xxe. En effet, il s’est exprimé, il a agi, il a réfléchi dans les trois grands moments que sont ceux de la IIIe, de la IVe et de la Ve République.

2Quand on lit ses œuvres, quand on relit ses discours et quand on interroge son action, on est frappé de voir que, pour lui, la démocratie était constamment une question et une expérience. Il a toujours eu le souci de répondre à une question fondamentale, celle du désenchantement démocratique. Pourquoi les citoyens ont-ils, d’une manière ou d’une autre, nourri des déceptions ? Pourquoi ont-ils constamment été dans un certain désarroi ?

Réhabiliter le politique

Le désenchantement démocratique

  • 2 Reproduit in Mendès France (P.), Œuvres complètes, t. 4, p. 81-103. Citation p. 82.

3Son constat est simple. La vie de la démocratie a toujours eu partie liée avec des phénomènes d’indifférence et la peur d’une impuissance. Phénomène d’indifférence : le citoyen qui se détourne de l’État. « La meilleure preuve, le symbole le plus visible » qu’il y a une désaffection, une indifférence pour la démocratie, disait-il dans son discours du 23 juillet 1955 sur la crise de la démocratie2, prononcé dans cette ville d’Évreux, « c’est le grand nombre des abstentions ». Il y a bien des mots et des phrases prononcés dans ce discours de 1955 que, cinquante ans après, nous pourrions continuer à utiliser.

4Pourquoi ? Parce que la démocratie n’a pas une histoire qui partirait d’une période de la servitude, qui irait ensuite vers la glorieuse conquête du suffrage universel, et qui nous mènerait vers les eaux apaisées du régime parlementaire. Non, la démocratie n’a pas simplement une histoire. La démocratie est intégralement une histoire, celle d’expériences, celle de difficultés, celle de tâtonnements, et nulle œuvre plus que celle de Pierre Mendès France ne permet de prendre la mesure de ces interrogations, de ces tâtonnements et de ces expériences.

5Indifférence des citoyens, premier élément de ce désenchantement démocratique qui l’a perturbé, qui l’a interrogé de façon constante et par rapport à laquelle son action a voulu se situer mais également répondre au sentiment d’impuissance que ressentent souvent les citoyens. Dans un de ses ouvrages les plus tardifs, le recueil de discours prononcés à Grenoble

6Pour préparer l’avenir, il disait :

  • 3 Mendès France (P), Pour préparer l’avenir. Propositions pour une action, Paris, Denoël, 1968, p. 22

L’immense majorité des hommes et des femmes de ce pays souffrent du système de vie qui leur est proposé, mais ils ne disposent d’aucun moyen d’intervention pour le modifier, l’améliorer, participer à sa transformation3.
L’expérience de la démocratie, c’est aussi de ce point de vue-là, disait-il, celle d’une déprise, le sentiment que les citoyens n’ont plus la possibilité de maîtriser et d’infléchir leur vie.

7Face à ce désenchantement démocratique, qui était sa préoccupation permanente, quelles pouvaient être les solutions ? Pour le dire d’un mot, c’était réhabiliter le politique dans sa dimension forte d’implication des citoyens et de responsabilité des élus.

Un des premiers hommes politiques keynésiens

  • 4 Reproduit in Mendès France (P.), Œuvres complètes, 1.1, p. 109-111.
  • 5 1re édition, Unesco, 1954. Repris, dans une édition complétée, sous le titre Science économique et (...)

8Il est vrai qu’il a appartenu à une génération très particulière, celle qui dans les années trente, a pris conscience qu’il y avait de nouvelles variables d’action de la politique, avec la découverte de la dimension keynésienne de la politique moderne. Dans un article publié en 1929, « L’État libéral et l’État démocratique »4, Pierre Mendès France insiste sur le fait suivant : la grande nouveauté du monde moderne, c’est que ce qui longtemps a été perçu comme des résultantes, les prix qui étaient des données, les salaires qui résultaient de l’activité économique, pouvait être des variables d’action. Et donc, dans le monde moderne, ce qui était considéré comme uniquement lié aux lois du marché, ce qui était, selon les économistes libéraux de l’époque, uniquement une donnée du fonctionnement naturel pouvait au contraire être modifié. Cette dimension keynésienne de la politique a certainement été essentielle pour lui. Il a écrit, en compagnie de Gabriel Ardant, un ouvrage resté très connu, La Science économique et l’action5, dans lequel il a montré justement que la capacité de maîtrise du monde s’était élargie à partir des découvertes keynésiennes des années trente.

9L’économie a été une donnée fondamentale de l’expérience politique pour lui, mais il s’agit d’une économie élargie, pas d’une économie subie. C’est une économie sur laquelle il était devenu possible d’avoir une maîtrise par la prévision et par la connaissance de ses lois. D’où le sentiment chez lui que le savant — en l’occurrence, l’homme de la science économique— et l’homme d’action devaient marcher d’un seul pas. Cette première dimension, qui nous paraît tout à fait naturelle maintenant, ne l’était nullement dans les années trente. Sur ce plan, il était véritablement un précurseur, un des premiers hommes politiques keynésiens.

Pour une politique plus lisible

10Ce n’est pas simplement à partir de cette vision élargie de la capacité d’action liée à une économie désormais maîtrisée, et non plus subie, qu’il a essayé de dépasser le désenchantement démocratique et l’indifférence qu’il constatait si souvent. C’est aussi, et d’abord, en rapprochant l’État du citoyen, en réhabilitant le politique contre la politique politicienne.

11Que veut dire réhabiliter le politique ? C’est faire prendre conscience qu’il y a des choix à réaliser, qu’il faut, disait-il dans ce fameux discours de juillet 1955 à Évreux, « dire la vérité », et qu’au fond il y a un pari fondamental de la politique. Dans ce rapport de clarté, dans ce rapport d’explications, il y a une possibilité de sortir de la politique traditionnelle si l’on fait un effort d’explication, un effort pédagogique. À cet égard, deux traditions françaises se rencontrent chez lui.

12Une première tradition, fondamentale, est celle du rationalisme politique héritée du xviiie, celle à laquelle Condorcet, Turgot, Lemercier de la Rivière, ont donné ses lettres de noblesse. C’est la certitude que l’étude scientifique de la société — la découverte de ses lois, l’attention à ses mécanismes — permet de dissiper les malentendus, que les querelles et les malentendus y sont toujours, d’une certaine façon, le produit d’une méconnaissance. Lui aussi était persuadé de cela : beaucoup de fausses querelles pourraient être oubliées si l’analyse de la société était plus avancée et si la capacité d’expliquer les mécanismes de cette société était exposée de façon plus claire devant le forum, devant l’ensemble de la société.

  • 6 Nicolet (C.), Pierre Mendès France ou le métier de Cassandre, Paris, Julliard, 1959.

13Dans un des premiers livres qui lui a été consacré6, Claude Nicolet expliquait que, dans les années cinquante, pour sa génération, l’enthousiasme envers Pierre Mendès France était lié
au fait qu’il avait une vision moderne, et une vision, disait-il même, scientifique de la politique. Oui, on trouve cette dimension chez lui. Il n’y a pas simplement le rationalisme politique qui pourrait présupposer, d’une certaine façon, que la voix des experts est suffisante. Sa particularité est qu’il a lié cette vision rationaliste de la politique avec une deuxième tradition, celle de la foi démocratique qui était exposée par les grands hommes républicains de la fin du xixe, pour lesquels démocratie voulait déjà dire démopédie, c’est-à-dire indissociablement un travail d’explication, un travail d’enseignement et un travail de persuasion.

14Pour Pierre Mendès France, la politique a, d’une certaine façon, noué ces deux traditions en leur faisant faire un nouveau pas en avant. Pas simplement la vision de la politique rationnelle, pas simplement la vision de la politique démopédique, mais la politique comme exercice de lisibilité : rendre plus lisibles les choix, rendre visible ce qui est souterrain. Là, bien sûr, l’intérêt pour l’économie a toute sa place. Ce n’est pas simplement appeler l’expert à prendre le pouvoir, c’est appeler les citoyens à nommer les choses, à reconnaître que, derrière le maquis des déclarations, derrière les maquis de chiffres également, il y a des réalités que l’on peut expliquer et entre lesquelles il faut choisir.

15Gouverner, disait-il, c’est choisir. Cela signifie que le travail de l’homme politique n’est pas simplement un travail de préparation des choix, c’est un travail qui consiste à rendre des choix lisibles. Et la souveraineté du peuple n’est pas simplement l’exercice d’une volonté en elle-même, c’est l’exercice d’une volonté qui se connaît mieux elle-même. Faire que la société se connaisse mieux elle-même était pour lui une dimension fondamentale de la démocratie.

Pour une politique plus morale

16Autre dimension sur laquelle il a beaucoup insisté, encore, dans ce discours du 23 juillet 1955 : la moralisation de la vie publique et de la vie politique.

17Ce serait l’intérêt bien compris des hommes politiques, disait-il ailleurs, et cela revaloriserait le crédit du régime, que d’accepter des dispositions qui organiseraient d’une manière directe le contrôle de l’opinion publique sur la situation personnelle de ses mandants. Près de quarante ans avant que des mesures soient prises dans cette direction, il proposait qu’il y ait des enquêtes officielles sur la fortune des hommes politiques avant et après l’exercice de leurs fonctions, pour qu’il y ait en quelque sorte une contrepartie à la reconnaissance de la responsabilité : celle d’une certaine transparence.

18Mais une transparence qui, pour lui, allait de pair avec un respect accru de l’homme politique. Il n’était pas simplement partisan de faire de l’homme politique celui qui aurait été davantage au service de ses concitoyens. Ce service impliquait en contrepartie un respect. Et c’est pour cela qu’en même temps qu’il demandait une moralisation de la vie publique, il appelait les médias à respecter davantage les hommes politiques, et à répondre de leur parole lorsqu’ils avaient rapporté de fausses nouvelles les concernant.

Une réflexion sur les moyens techniques d’amélioration de la démocratie

19Cette vision fondamentale d’une politique plus lisible, d’une politique plus morale, d’un face-à-face qui mêle le respect et la responsabilité, était liée à une patiente et longue réflexion sur les moyens techniques et sur les moyens constitutionnels d’amélioration de notre démocratie.

20Dans les années cinquante, il a notamment beaucoup réfléchi à la dissolution pour, en quelque sorte, prévoir des moments qui pourraient être ceux d’une réimplication de l’électorat dans la vie publique, à une époque où la Constitution de la IVe République posait des conditions très strictes, très sévères et très limitatives à l’exercice de ce droit. Il a beaucoup réfléchi également aux conditions d’exercice du travail parlementaire, aux conditions de son amélioration, et il s’emportait déjà — hélas ! c’est un constat qui peut toujours être fait aujourd’hui — contre la tendance à multiplier et à allonger les lois dans notre pays. Il appelait de ses vœux des sessions parlementaires plus courtes, davantage nouées sur le débat autour des choix essentiels et restreintes à un nombre limité de lois, qui donneraient, en contrepartie, au pouvoir exécutif, une possibilité de gouvernement plus autonome et, du même coup, plus responsable, à travers le développement des décrets-lois.

21C’est certainement dans l’analyse de ces moyens techniques de la démocratie que son œuvre a le plus vieilli, parce que la démocratie s’est considérablement transformée, et aussi parce que le tournant de 1962 — l’élection du président de la République au suffrage universel — n’est probablement pas celui qu’il avait le mieux compris et le mieux intégré comme changement fondamental de notre démocratie.

La vie de la démocratie

  • 7 1re édition, Paris, Gallimard, 1962. 2e édition, 1966.

22Mais c’est autour de deux points fondamentaux qu’il faut présenter l’apport de sa réflexion concernant la vie de la démocratie. Je dis bien la vie de la démocratie, car la démocratie n’était pas pour lui un modèle déjà existant, qu’il aurait fallu restaurer ou tirer de ses embûches et de ses difficultés. Non, pour lui la démocratie était quelque chose de vivant : le rapport vivant d’une société avec l’action sur elle-même, une société face à elle-même, avec la médiation de la sphère politique. À cet égard, l’essentiel de sa réflexion a été présenté par ce livre programme essentiel dans son œuvre qu’est La République moderne7. C’est une réflexion sur la représentation politique, et une réflexion sur l’implication du citoyen.

Elargir la représentation

23Réflexion, tout d’abord, sur la représentation. On entend souvent parler aujourd’hui de crise de la représentation. Mais cette crise de la représentation ne date pas d’aujourd’hui, ni même d’hier. L’historien de la Révolution française le sait : déjà en 1789 on craignait que, derrière le représentant, ne surgisse une nouvelle forme de l’aristocratie, peut-être plus insidieuse encore. La crise de la représentation a accompagné la vie de la démocratie dans toute son histoire.

24Pierre Mendès France s’est interrogé à un moment particulier de cette réflexion sur la représentation : celui de l’élargissement de la représentation politique vers, dirions-nous aujourd’hui, la société civile. Lui parlait de représentation des « groupes sociaux », des « intérêts professionnels », des « forces nouvelles ». Au début des années soixante, il était au cœur de cette réflexion, menée dans un certain nombre d’organisations syndicales, d’associations, d’organisations du monde agricole, sur la possibilité de transformer la seconde assemblée. Celle-ci ne représenterait plus simplement les collectivités locales, elle représenterait la France du travail, la France dans ses activités, la France dans ses intérêts professionnels.

25Pour lui, chaque individu devrait être représenté deux fois et sous deux formes différentes. La réponse à la crise de la représentation — chose dont il était intimement persuadé et que l’on comprend bien à la lecture de ce chapitre fondamental de La République moderne — ne se trouverait pas dans un mécanisme miracle qui ferait de la représentation politique la solution définitive aux difficultés qu’elle a éprouvées. La solution à la crise serait de multiplier la représentation, pour qu’à côté du citoyen existent des formes d’implication et des formes de représentation du travailleur, du syndiqué, du membre d’une association.

26Nous sommes, d’une certaine façon, toujours immergés dans cette question de la crise de la représentation, à laquelle Pierre Mendès France répondait par l’élargissement des procédures, des lieux et des moyens, et non pas uniquement par l’accomplissement de la procédure parlementaire elle-même. Toute la réflexion contemporaine sur la démocratie de l’opinion, sur les mises en scène par lesquelles la société peut se connaître elle-même, se faire connaître aux autres aussi, prolonge cette réflexion première qui fut la sienne.

L’implication des citoyens

27Répondre à la crise de la représentation, mais également — autre thème majeur de La République moderne — impliqué davantage de citoyens : comment faire ?

28Tout d’abord, une réflexion fondamentale chez lui, longtemps perçue comme secondaire mais qui, on le voit maintenant, trouve parfois de nouveaux échos : le rapport de l’abstention au vote obligatoire. Il n’était pas étonnant de poser la question dans les termes où il l’a posée en 1955. C’est une grande question du xixe, permanente dans le débat des années 1890. Vous n’avez pas le droit moralement de vous abstenir, disait-il ici même, à Évreux. Et il préconisait de rendre le vote obligatoire, ce qui existe dans un certain nombre de pays. Cette question du rapport de l’abstention au vote n’a pas cessé de nous accompagner, comme une question à la fois essentielle et terrible, et la relecture des pages qu’il lui a consacrées doit toujours, me semble-t-il, pouvoir nourrir notre réflexion et alimenter une inquiétude que nous ne devrions jamais cesser d’avoir sur ce problème.

29Impliquer les citoyens, c’était aussi revivifier les partis politiques. Peut-être y a-t-il dans les pages qu’il a consacrées à la question des partis politiques et des clubs, des enthousiasmes et des élans qui nous paraîtraient aujourd’hui plus lointains. Cette question n’en demeure pas moins. Si la vie politique se nourrit de l’élection — l’élection étant ce qui produit la confiance, ce qui met en place et ce qui met en scène un mécanisme de l’action et de la responsabilité qui va se développer ensuite —, la place et le fonctionnement des partis politiques restent tout à fait essentiels dans ce domaine. Et si, aujourd’hui, le scepticisme a peut-être été croissant vis-à-vis de leur mode d’organisation et de leur fonction, nous ne devons pas oublier que rien ne peut être fait sans que, parfois, leur réforme soit mise à l’ordre du jour.

30Impliquer le citoyen, c’était, de façon plus large, lutter contre ce qu’il appelait déjà la politique professionnelle. Lutter contre la politique professionnelle ne signifiait pas, pour lui, valoriser une sorte de vision basique de la société, mais développer des mécanismes de la réappropriation. L’implication des citoyens ne se limite pas à la mise en scène de la responsabilité dans ce moment de l’élection, dont on a coutume de dire, depuis 1848, qu’il représente en quelque sorte la fête de la démocratie, le moment où, symboliquement, s’affirme l’égalité de tous, et le moment où se met en jeu le rapport de responsabilité.

31Non, l’implication des citoyens se faisait aussi, pour lui, à travers la multiplication des liens qu’ils peuvent entretenir les uns avec les autres. Impliquer le citoyen, ce n’est pas simplement rénover la politique, c’est multiplier ses liens avec autrui, à travers notamment le développement de formes de vie associatives auxquelles il n’a pas cessé de prêter attention.

*

32Voilà pourquoi je ne peux terminer qu’en reprenant une expression de La République moderne, « La démocratie généralisée », titre d’un de ses chapitres. Il s’agissait, disait-il, à travers les mécanismes de décentralisation, les mécanismes de prises de responsabilités croissantes par les syndicats et par les associations, de mettre en place des pouvoirs compensateurs, de mettre en place, disait-il encore, un système représentatif parallèle qui formerait une nouvelle démocratie, en voie de généralisation et aux mailles serrées, qui mettrait en œuvre quantité d’énergies, aujourd’hui plus ou moins perdues et qui s’ignorent.

33Cette perspective d’une « démocratie généralisée » est toujours la nôtre, je le crois. Surmonter les rancœurs, les difficultés, surmonter aussi ce sentiment d’impuissance, surmonter ces moments d’indifférence, n’est possible qu’en développant une démocratie plus généralisée. Comment ? A travers d’autres formes de la représentation, qui peut ainsi se complexifier, se démultiplier. Et, également, à travers un exercice de la souveraineté qui ne se limite pas au moment du vote, mais qui passe par la reconquête, jour après jour, des formes de dignité, des formes de décision dans les lieux du travail, de la vie quotidienne.

34La démocratie, en effet, et de cela il était persuadé — on s’en rend bien compte en lisant La République moderne —, n’est pas seulement une forme politique. Elle est également une forme de société. N’oublions jamais cela. La démocratie vit de ses institutions, qui en garantissent en quelque sorte la forme, mais elle ne se limite pas à un ensemble de procédures. Elle est une société qui apprend à mieux se connaître elle-même, qui apprend à vivre dans le face-à-face, à vivre dans la négociation réaliste de ses différences et non pas dans la vision fantasmée de son unité. C’est cela aussi parler librement, c’est cela aussi apprendre à la société à mieux savoir se lire elle-même, c’est cela moraliser la vie publique et, d’une façon plus large, « dire la vérité », selon son expression. Dire la vérité n’est pas dire sa vérité, c’est faire en sorte, peu à peu, dans le croisement des différences, que des malentendus puissent se dissiper, qu’une vision commune de ce qui unit et de ce qui différencie en même temps puisse se construire.

35Cela reste actuel, et si nous continuons à lire attentivement l’œuvre de Pierre Mendès France, ce n’est pas simplement parce qu’elle aurait procédé à des découvertes définitives sur la démocratie. C’est parce qu’elle a été insérée dans la vie de la démocratie pour concevoir celle-ci comme une expérience qu’il fallait mieux comprendre pour la faire avancer.

Notes

2 Reproduit in Mendès France (P.), Œuvres complètes, t. 4, p. 81-103. Citation p. 82.

3 Mendès France (P), Pour préparer l’avenir. Propositions pour une action, Paris, Denoël, 1968, p. 22.

4 Reproduit in Mendès France (P.), Œuvres complètes, 1.1, p. 109-111.

5 1re édition, Unesco, 1954. Repris, dans une édition complétée, sous le titre Science économique et lucidité politique, Paris, Gallimard, 1973.

6 Nicolet (C.), Pierre Mendès France ou le métier de Cassandre, Paris, Julliard, 1959.

7 1re édition, Paris, Gallimard, 1962. 2e édition, 1966.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search