Version classiqueVersion mobile

Pierre Mendès France et la démocratie locale

 | 
Dominique Franche
, 
Yves Léonard

Ouverture

Jean Louis Destans

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Nous le savons tous bien, trop d'hommage solennel défigure. Combien de personnages illustres ont-ils ainsi vu se creuser un gouffre entre ce qu'ils étaient et leur statue, dressée parfois de leur vivant ? Pierre Mendès France, qui nous a quittés il y a déjà vingt ans, n'est pas loin d'avoir connu pareille mésaventure, tant les éloges posthumes n'ont pas manqué ces deux dernières décennies, éloges quelquefois maladroits qui tentaient de masquer les haines d'hier si vivantes.

2Nous le savons bien également, la commémoration institutionnelle peut se faire vecteur d'une mémoire officielle qui, au final, n'est qu'une façon d'organiser l'oubli. Aussi, le meilleur hommage fait à Pierre Mendès France n'est-il pas celui rendu par le jugement de l'histoire, par cet établissement minutieux des faits, par ce que les historiens se plaisent parfois à appeler « la sympathie rugueuse du fait établi » ?

3C'est bien dans cet esprit, c'est bien pour contribuer à l'indispensable confrontation avec cette « sympathie rugueuse du fait établi », qu'il m'est apparu légitime, au nom du Département de l'Eure, de prendre l'initiative d'organiser un colloque à l'occasion du vingtième anniversaire du décès de Pierre Mendès France et du soixante-dixième anniversaire de sa première élection comme député de la circonscription de Louviers. Initiative d'autant plus légitime à mes yeux que le parcours eurois et l'ancrage politique local de celui-ci n'avaient jamais servi de thème à un colloque scientifique.

4Il y avait là, en quelque sorte, une injustice — Mendès France en a tant subi au cours de son existence ! —, un vide historiographique à combler et je ne peux que vous remercier d'avoir été aussi nombreux à adhérer à ce projet.

5« Sept mois et dix-sept jours » : que n'a-t-on entendu ce constat arithmétique implacable sur la brièveté de l'expérience de Pierre Mendès France comme chef du gouvernement ! Comme si tout son parcours politique devait se résumer à ce souffle de renouveau que lui et son équipe avaient alors réussi, de juin 1954 à février 1955, à faire passer sur la France ! Le colloque qui nous réunit aujourd'hui sera l'occasion, je l'espère, de souligner à quel point Pierre Mendès France a pu ici, dans l'Eure, inscrire son action dans la durée — plus de deux décennies — à l'échelle tant de sa circonscription et de sa ville de Louviers — comme député et maire —, que de notre département, comme président du conseil général. Ce sera l'occasion d'éclairer cet ancrage politique local, jusqu'ici relativement méconnu, de mieux apprécier son importance dans la carrière de Pierre Mendès France et la maturation de ses idées, grâce notamment aux recherches menées dans des fonds d'archives et aux témoignages recueillis.

6La préparation de ce colloque a déjà été l'occasion de mesurer à quel point le souvenir de Pierre Mendès France restait fort dans notre département. Lui qui, transplanté pourtant de Paris dans les années vingt, sans attache normande, avait su si bien s'implanter localement, au point de devenir aux yeux de nombreux Lovériens et Eurois l'un des leurs. Lui dont le prestige national et international avait fini par rejaillir sur notre département. Lui qui sera si profondément blessé par le cruel désaveu infligé par les électeurs en 1958.

7Très nombreux ont été les habitants et les élus de notre département à répondre aux appels lancés dans la presse locale pour nous confier photos, affiches, coupures de presse, lettres parfois. La direction des archives départementales, riche notamment de son fonds Pierre Mendès France, a apporté tout son soutien et sa compétence pour aider à la réalisation d'une exposition présentée d'abord à la médiathèque de Louviers puis dans le hall de l'hôtel du Département. Le centre départemental de documentation pédagogique (CDDP) a également témoigné de tout son savoir faire dans la réalisation et le montage du documentaire inédit Présences de Pierre Mendès France dans l'Eure, projeté en ouverture du colloque.

8À l'heure de laisser la parole aux intervenants, il importe de rappeler à quel point l'œuvre et la personnalité de Pierre Mendès France continuent de briller et d'éclairer à la fois. Lui qui possédait au plus haut point « la passion de persuader et le génie de convaincre », lui qui, républicain sans défaillance, se fixait « pour premier devoir la franchise » (discours à Évreux, 23 juillet 1955), lui qui déclarait n'avoir jamais rien tant détesté « que l'imposture, le mensonge ou la démagogie », lui qui a incarné la modernité économique comme « rupture avec les routines », Pierre Mendès France fut assurément cet « éveilleur des consciences » auquel François Mitterrand rendait justement hommage en octobre 1982. Vingt ans après son décès, l'exigence de vérité, de caractère et de courage qu'il assignait à la mission politique doit continuer de guider nos pas à nous tous.

9Refuser de faire de Pierre Mendès France un être désincarné, prisonnier de son exceptionnel destin, ai-je suggéré il y a quelques instants : Mesdames et Messieurs les intervenants, il vous appartient maintenant de vous laisser guider par les propos qu'il tenait lui-même, le 12 novembre 1970 : « tous ces éléments contradictoires, on ne peut plus les dissocier à l'heure où la conclusion doit s'écrire, à la fois pour dégager un bilan et pour faire ressortir les traits profonds d'une personnalité à laquelle l'histoire demande nécessairement des comptes, après un si grand rôle tenu ».

Auteur

Président du Conseil général de l'Eure

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search