Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pierre Mendès France et la démocratie locale

 | 
Dominique Franche
, 
Yves Léonard

Avant-propos. Pierre Mendès France : le pouvoir et l’influence

Dominique Franche et Yves Léonard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Dans la nuit du 17 au 18 juin 1954, Pierre Mendès France devenait chef du gouvernement français. Sept mois et dix-sept jours plus tard, il quittait ces responsabilités, renversé par une Chambre des députés suintant la haine. Jamais il ne reviendrait aux commandes.

2Pourtant, en dépit de la brièveté de son passage au pouvoir, ce météore est devenu une statue du Commandeur, puis un mythe durable de la politique française. Dans la grisaille de la IVe République, son style, sa méthode de travail, sa morale exigeante tranchaient de manière si aiguë qu’à l’époque un journal allemand, habitué à d’autres comportements chez nos dirigeants, titrait ironiquement : « Mendès France est-il français ? » Et, aujourd’hui, hommes politiques de droite comme de gauche tentent encore de se placer dans l’honorable sillage du grand homme, alors que lui-même avait toujours récusé avec la plus grande fermeté l’appellation « mendésisme ». Comment un aussi bref passage au pouvoir a-t-il pu marquer si profondément les esprits, en France et à l’étranger ?

  • 1 Pierre Mendès France a refusé d’assumer cette paternité. Assurément, son gouvernement n’a pas eu le (...)

3Certes, en sept mois et dix-sept jours, celui que bon nombre de Français appelaient familièrement « PMF » ne se contenta pas de faire distribuer du lait dans les écoles, suivant l’image d’Epinal restée associée à son nom, ou d’expliquer sa politique à la radio lors de ses fameuses « causeries ». En si peu de temps, il trancha un nombre confondant de questions cruciales que ses prédécesseurs n’avaient pas eu le courage d’aborder : sortie honorable du bourbier indochinois, fin du débat insoluble sur la Communauté européenne de Défense, qui déboucha sur la construction de l’Union de l’Europe occidentale, décolonisation pacifique des Comptoirs de l’Inde, lutte résolue contre l’alcoolisme. Il donna aussi des impulsions décisives à long terme : dégel et normalisation des relations franco-allemandes, amorce de la décolonisation en Tunisie, lancement de la construction de l’arme nucléaire pour rendre à la France sa place dans le concert des nations1, début de la reconversion et de la décentralisation industrielles, ainsi que de l’aménagement du territoire.

4Ce bilan impressionnant, souvent méconnu aujourd’hui, doit encore être complété. Un homme politique peut-il exercer une influence réelle alors même qu’il n’occupe plus aucune responsabilité ? Mendès France en offre un exemple singulier, après son gouvernement, et avant de devenir le vieux sage impliqué dans les discussions secrètes entre Israéliens et Palestiniens. Marginal sur l’échiquier politique national, et marginalisé au sein même de son parti — parti radical, puis parti socialiste autonome, enfin parti socialiste unifié —, ce n’en est pas moins lui qui parvint à convertir la gauche non communiste au réalisme en matière économique. Sur un plan plus concret, peu de gens savent que l’organisation actuelle de la recherche scientifique française et celle des structures hospitalo-universitaires lui sont dues. Le général de Gaulle s’est en effet contenté de mettre en application le programme mis au point sous l’égide de Pierre Mendès France à la suite d’un grand colloque tenu à Caen en 1956. Et l’on oublie souvent que ce jacobin devint, au long des années, un partisan et propagandiste de la décentralisation, conçue selon le modèle des Lander allemands.

5Homme ayant influencé l’histoire de son pays, Pierre Mendès France n’apparaît cependant pas comme un homme de pouvoir. Pendant des années, celui qui incarnait l’idée d’honnêteté en politique a été espéré comme le Messie par de nombreux citoyens. Ils ont été déçus dans leur attente, et plus d’un vieux militant garde l’amertume de s’être engagé sans réserve derrière un leader qui jamais ne se donna les moyens de s’imposer, par son refus constant du moindre compromis, de la plus petite manœuvre politicienne. Cet homme d’État, reconnu comme tel à l’étranger dès avant 1954, n’est pas revenu au pouvoir. Il est même permis de penser que, sans les circonstances exceptionnelles nées du désastre de Dien Bien Phu, sans la nécessité d’un « syndic de faillite », Pierre Mendès France n’aurait pas assumé de responsabilités sur le plan national après sa démission du gouvernement de Gaulle en 1945.

6Pourquoi ? Son positionnement politique, à la charnière de la gauche et du centre, qui lui aliénait les communistes, son rejet intransigeant des institutions de la Ve République, son incapacité manœuvrière n’expliquent pas tout. A-t-il vraiment cherché à revenir au pouvoir ? Là réside le mystère Mendès France. En 1956, la majorité de ceux qui votèrent Front républicain espérait son retour et la paix en Algérie. On connaît la suite : Guy Mollet et, quelques tomates plus tard, la guerre. En 1965, il refusa de se présenter aux élections présidentielles, mettant ainsi en selle François Mitterrand à la tête de la gauche non communiste. En mai 68, trop occupé à tenter de comprendre les revendications de la jeunesse, trop attaché à l’idée de contrat-programme gouvernemental, il n’essaya pas non plus de forcer le destin, et sa carrière nationale s’acheva lors des présidentielles de 1969 par l’échec cuisant de son « ticket » avec Gaston Defferre, que les électeurs ne pouvaient pas comprendre.

  • 2 Pierre Mendès France exigea que son rude programme d’austérité fut une charte de gouvernement, qu’i (...)
  • 3 La rencontre socialiste des 30 avril et l"mai 1966 réunit, sous la présidence de Pierre Mendès Fran (...)

7D’un itinéraire aussi surprenant est née chez certains l’image d’une sorte d’intellectuel orgueilleux et têtu égaré en politique. Intellectuel ? Cet excellent économiste, doté d’un rare sens de la pédagogie, l’était indubitablement, et reconnu comme tel par ses pairs, sur lesquels il exerça une séduction exceptionnelle de la part d’un politique. Orgueilleux et têtu ? Sans nul doute, voulant toujours avoir raison, « Cassandre qui brûlerait Troie elle-même ! » pour reprendre les mots cruels de Maurice Clavel. Mais égaré en politique ? En vérité, le dépouillement des archives ou l’audition de témoignages laissent souvent pantois : comment pouvait-il poser des conditions aussi difficilement acceptables lorsque Félix Gouin lui proposa le ministère de l’Economie en janvier 19462 ? Comment un responsable de cette envergure pouvait-il ignorer le nombre d’adhérents de son parti et celui des membres de son courant ? Comment pouvait-il s’étonner de l’hostilité des communistes à son endroit, ou de la colère de François Mitterrand après la tenue de la rencontre socialiste de Grenoble sous son autorité en 19663 ? Comment pouvait-il être surpris de l’audience de sa dernière revue, Le Courrier de la République, auprès des adhérents de la CFDT ? On pourrait multiplier les exemples.

  • 4 Comme représentant de la France aux négociations de Bretton Woods en 1944, puis au Fonds monétaire (...)

8C’est ici que doit intervenir l’analyse historique de l’autre Pierre Mendès France : l’homme de Louviers, l’homme politique local. Depuis sa mort en 1982, les commentateurs se sont beaucoup trop focalisés sur l’homme politique national, « le président », politiquement récupéré dès le soir de son décès malgré les vœux qu’il avait exprimés. Or, ses responsabilités ont duré sept mois et dix-sept jours à l’échelon de la France, contre vingt-six années à celui de l’Eure — et plus de douze sur le plan international4. Même en ajoutant d’un côté son sous-secrétariat au Trésor dans l’éphémère second gouvernement Blum de 1938, et, de novembre 1943 à avril 1945, son commissariat aux Finances puis son ministère de l’Économie dans le gouvernement de Gaulle, même en retranchant de son travail local les années de guerre — mais il faut aussi compter les deux années de politique grenobloise —, on voit mal comment ce simple fait pourrait être contesté : l’action de Pierre Mendès France s’est exercée avant tout dans l’Eure, comme maire, député et président du conseil général.

  • 5 « La crise de la démocratie », discours prononcé par Pierre Mendès France à Évreux le 23 juillet 19 (...)
  • 6 Ibid. Le gouvernement Pierre Mendès France fut renversé très peu de temps avant l’examen du projet (...)
  • 7 « Projet de loi relatif à l’élection des députés. Exposé des motifs » (archives Institut Pierre Men (...)
  • 8 Ibid.

9C’est au contact des citoyens de ce département, là où pouvait s’exprimer « la sanction populaire à l’encontre d’un élu infidèle, d’un mauvais représentant5 », qu’il a nourri sa réflexion. C’est ce terreau électoral qu’il a cultivé, lui qui avait tenté de rétablir le scrutin d’arrondissement « qui, seul, permet de resserrer le contact démocratique entre l’électeur et l’élu, le contrôle de l’électeur sur l’élu6 », l’arrondissement où « l’élu, représentant une circonscription territoriale plus réduite, peut d’autant mieux se consacrer aux problèmes qui s’y posent et connaître ainsi d’une façon plus approfondie les données de la vie française7 ». C’est dans l’Eure — « l’origine et [le] centre de ma vie politique8 », disait-il — qu’il a inscrit son action dans la durée.

  • 9 Le meilleur colloque consacré à Pierre Mendès France reste celui de l’Institut d’histoire du temps (...)
  • 10 On ne saurait trop conseiller aux chercheurs de se reporter directement aux différents fonds d’arch (...)

10Il était donc paradoxal qu’aucune manifestation n’ait été organisée auparavant pour étudier l’enracinement eurois de Pierre Mendès France, son rapport à la démocratie locale, et les articulations entre ses préoccupations comme président du Conseil et celles de l’élu local, alors que l’on avait tenu deux colloques à Grenoble, quatre à Paris et un à Tel-Aviv9. Laissons de côté les raisons de cet oubli systématique. Il était en tout cas plus que temps de réparer ce qui constituait non seulement une injustice, mais un contresens historique, encore renforcé par la portion congrue attribuée aux documents concernant sa politique euroise et lovérienne dans ses « Œuvres complètes »10.

11Car se concentrer sur le seul Mendès France président du Conseil ou même personnalité de plan national entraîne de graves erreurs d’analyse. C’est dans la comparaison entre l’homme politique national et l’homme politique local que l’on peut espérer trouver des sources de compréhension d’une personnalité aussi complexe que la sienne, et l’on ne saurait trop encourager des études comparables à propos d’autres grandes figures. En effet, peut-être parce qu’il s’y sent plus détendu, un homme politique se comporte très souvent d’une manière différente dans son « fief », et ces différences peuvent en dire long sur son rapport à la démocratie.

12Le vingtième anniversaire de la disparition de Pierre Mendès France et le soixante-dixième anniversaire de sa première élection, à vingt-cinq ans, comme député de l’Eure, ont servi de prétexte commémoratif à la tenue du colloque « Pierre Mendès France et la démocratie locale. 1932-1962 », les 28 et 29 novembre 2002 à Évreux. Il s’agissait avant tout d’établir des faits, tant ceux-ci demeuraient peu connus, et de les établir en toute indépendance, tant la mémoire de Pierre Mendès France a été captée et verrouillée après sa mort. Certaines idées reçues ont ainsi pu être corrigées, par exemple grâce à l’intervention de Claude Cornu. Nous avons aussi tenu à ce que les constructions des historiens soient confrontées aux souvenirs de témoins, souvenirs qui sont également des constructions. De là des discussions parfois véhémentes lors des débats, transcrits ici dans leur intégralité, précisément parce qu’ils révèlent le danger d’une approche trop dépendante des seules archives, ou, à l’inverse, des seuls témoignages oraux, souvent trop révérencieux.

  • 11 Redécouvert par Christophe Lombard en 1989, il s’agit de l’ensemble de la correspondance traitée pa (...)

13De cette première approche, qui sera sans nul doute affinée lorsqu’aura été exploité le riche fonds Pierre Mendès France des archives municipales de Louviers11, se dégage un portrait cohérent avec celui de la grande figure nationale, mais comportant plus que des nuances. Certes, on retrouve l’homme animé par la passion de convaincre les électeurs en dialoguant avec eux, en les écoutant, en leur expliquant sa politique, en leur disant la vérité, en s’engageant sur des contrats-programmes dont il rend compte à chaque fin de mandat, l’homme attaché aux droits et aux devoirs des citoyens, respectueux de ses opposants, soucieux de justice sociale comme de légalité, qui cherche à moderniser l’économie dans le cadre d’une stricte rigueur budgétaire, qui met sa puissance de travail et son courage au service d’un idéal, assumant la charge de responsabilités pour que prime l’intérêt général, là où tant d’autres ne font que combattre pour le pouvoir personnel et ses illusions.

14Cette image austère du républicain idéal ne doit pas faire oublier le Pierre Mendès France gourmand de la vie, des chocolats, des pâtisseries, des jolies femmes, aimant les films des Marx Brothers, les chansonniers, les blagues et les canulars parfois préparés pendant des mois. Merci à l’un de ses neveux, Maître Tiennot Grumbach, d’avoir restitué son humanité à « l’homme au verre de lait »... qui conduisait sa voiture comme un fou.

  • 12 Ce réalisme politique est par exemple très visible dans la correspondance, parfois rude, entre Pier (...)

15Au-delà de cet aspect anecdotique en apparence, mais important pour se faire une idée plus juste de l’homme, l’analyse de l’action du député de Louviers a permis, par petites touches, de faire apparaître un homme politique différent de celui qu’incarna « le président » sur le plan national. Loin de l’intellectuel égaré, du piètre politicien cramponné à de magnifiques principes mais condamné à l’inaction par sa maladresse et son intransigeance, dans l’Eure — et ceci est vrai aussi à Grenoble —, Pierre Mendès France acquit rapidement une connaissance remarquable du terrain, il sut s’appuyer sur des réseaux et sur la presse12, animer et utiliser les structures politiques locales, et il accepta les compromis — mais pas les compromissions, comme l’a rappelé Françoise Chapron. L’image d’homme politique incapable de réalisme en matière de « cuisine » électorale et d’exercice du pouvoir se révèle fausse. Le député de Louviers connaissait parfaitement ce que l’on a coutume d’appeler politique politicienne, et il savait la mener quand il le fallait.

16En ce cas, la question posée précédemment revêt plus d’acuité encore : pourquoi Pierre Mendès France n’est-il pas revenu au pouvoir ? La douleur de la défaite de 1958 à Louviers, suivie de celle d’Évreux quatre ans plus tard, la disparition, en 1960, de son meilleur conseiller et ami, Georges Boris, l’éloignement ou la rupture avec d’autres précieux collaborateurs, des changements dans sa vie privée au milieu des années cinquante, peut-être une certaine lassitude à l’égard d’un milieu politique fréquenté dès le plus jeune âge, tout cela ne peut pas rendre compte des réticences manifestées dès lors que s’approchait la possibilité d’exercer le pouvoir sur le plan national, tandis que le même homme acceptait le combat sur le plan local.

  • 13 Document reproduit in Franche (D.) (éd.), Pierre Mendès France et la modernité, Matériaux pour l’hi (...)
  • 14 Institut Pierre Mendès France, carton E 1 /III, 3, Carnets de guerre, 18 août 1943. Extrait reprodu (...)

17Communications et débats ont rappelé la dureté des affrontements politiques, que marqua en particulier l’antisémitisme le plus cru. Parmi bien d’autres documents, un papillon de l’UNR distribué pendant la campagne électorale de 1958 proclamait ainsi : « Voter Mendès-France, c’est voter contre de Gaulle, c’est voter contre la France, c’est voter Juif. Alors votez Français, votez UNR »13. L’importance de l’antisémitisme, latent ou exprimé, voire hurlé, qui a poursuivi Pierre Mendès France pendant toute sa vie autorise à formuler l’hypothèse suivante : consciemment ou non, le député de Louviers aurait laissé échapper toutes les occasions de revenir au pouvoir, de crainte que ses actes ne suscitent une flambée d’antisémitisme. Une pièce mérite d’être versée au dossier. Il s’agit d’un des passages des carnets de guerre de Pierre Mendès France14, rapportant une conversation avec Jacques Kayser, juif et radical comme lui :

« Kayser croit qu’il restera quelque chose de l’antisémitisme. On sera unanime ou presque pour abroger lois [les lois antisémites de Vichy] mais on gardera sentiment qu’il existe une communauté juive à part surtout si juifs deviennent exigeants quant aux restitutions et aux ambitions. Par principe, exiger principe restitution ; par politique, éviter restitutions ostentatoires et choquantes. Pour le principe, assimiler dommages des juifs aux dommages de guerre ; seront indemnisés comme tout le monde, comme toutes autres victimes. Je voudrais trouver astuce juridique qui, le principe sauf, fasse qu’on ne rende rien ou presque rien sauf aux plus malheureux. Chose plus délicate, juifs dans la vie publique. Numerus clausus inadmissible et indispensable, dit Kayser. Faudrait contingentement spontané mais nécessite une organisation interne dont l’existence même est insupportable. — Apparaît que Kayser et moi comptons faire de la politique après la guerre tout en souhaitant que les juifs soient réservés dans l’ensemble ! Insoluble. Envisageons une sorte d’action discrète et officieuse du rabbinat. Mais quelle est son autorité ? »

  • 15 Son ouvrage est annoncé pour 2007 chez Gallimard. Pour le moment, rappelons la qualité de l’essai d (...)

18On mesure ici l’ampleur du problème, « insoluble », qui s’est posé à la conscience de cette icône involontaire de la sinistre exposition « Le Juif et la France » organisée par le régime de Vichy. Peut-être l’homme politique le plus populaire mais aussi le plus haï de la ive République a-t-il transigé en acceptant les responsabilités du pouvoir local, tout en renâclant devant l’obstacle chaque fois qu’une occasion se présentait d’aller plus loin, satisfait d’apporter un témoignage sur la nécessité de moraliser la vie politique, d’exercer une influence sur la pensée et les événements sans que les juifs puissent être incriminés à cause de ses actes. Espérons que d’autres chercheurs nous en apprendront davantage sur l’énigme de ce destin inachevé. Un des effets de ce colloque aura d’ailleurs été de convaincre Éric Roussel, auteur de plusieurs excellentes biographies d’hommes politiques, d’entreprendre un travail de longue haleine à partir de nouvelles sources15.

  • 16 Disponible sur le double DVD produit par le Département de l’Eure, réalisé par le CDDP de l’Eure et (...)

19Loin du département de l’Eure et de la ville de Louviers, l’ancrage et le parcours eurois de Pierre Mendès France restant encore trop méconnus, le président du conseil général de l’Eure, Monsieur Jean Louis Destans, a donc pris l’initiative d’organiser le colloque Pierre Mendès France et la démocratie locale, contribuant ainsi à la recherche scientifique en éclairant d’un jour nouveau la vie d’un personnage illustre de l’Eure. Le maire de Louviers, également vice-président du conseil général, Monsieur Franck Martin, s’est fortement impliqué dans cette aventure collective, notamment avec l’organisation de l’exposition Pierre Mendès France dans l’Eure, les années lovériennes. La directrice des archives départementales de l’Eure, Madame Éliane Carouge, a apporté toute sa compétence à la réalisation de cette exposition et de l’inventaire du fonds Pierre Mendès France qui y est conservé. Le directeur du centre départemental de Documentation pédagogique de l’Eure (CDDP), Monsieur Jean-Paul Cayeux, a, quant à lui, réalisé le beau documentaire projeté à l’ouverture du colloque, Présences de Pierre Mendès France dans l’Eure16. Ce documentaire est nourri de documents photographiques et filmés inédits — transmis, pour certains, par des habitants du département — sur le parcours eurois de Mendès France, et illustré de témoignages de personnalités locales proches de Pierre Mendès France, tels Monsieur Jacques Demaire, conseiller général honoraire et ancien maire de Verneuil-sur-Avre, ou Monsieur Jacques Marouby, pharmacien à Louviers à la fin des années cinquante et ancien conseiller municipal de cette ville.

20Cette aventure collective euroise a pu également compter sur le soutien actif et chaleureux de Michel, Joan et Tristan Mendès France, respectivement fils, belle-fille et petit-fils de Pierre Mendès France, présents tout au long du colloque et qui nous ont fort obligeamment ouvert les portes de la propriété familiale du Logis Pascal aux Monts, sur les hauteurs de Louviers, lors du tournage du documentaire réalisé par le CDDP. Les services du conseil général et Laure Dolique se sont fortement mobilisés pour que ce projet de colloque, conçu durant l’hiver 2001-2002, devienne réalité, avec le soutien de l’Institut Pierre Mendès France. Nous remercions également Muriel Blondeau qui a réalisé la première transcription des débats du colloque. Enfin, que Monsieur Jean Louis Destans et tous les élus qui nous ont fait l’honneur de leur présence et de leur soutien soient vivement remerciés de la confiance qu’ils nous ont témoignée, ainsi que de leur sens de l’accueil dont les conférenciers et les participants ont été les premiers bénéficiaires.

Notes

1 Pierre Mendès France a refusé d’assumer cette paternité. Assurément, son gouvernement n’a pas eu le temps de débloquer les crédits nécessaires, et ce que l’on appelle « la patte-d’oie » — le point où recherches nucléaires civiles et militaires se séparent — n’a été atteint que plus tard. Ses plus proches conseillers étaient d’ailleurs très divisés sur ce point. Il n’en demeure pas moins que, lors de la conférence de Londres (28 septembre au 3 octobre 1954), il défendit avec acharnement la possibilité pour la France de construire l’arme nucléaire. Surtout, il présida une importante réunion, le 26 décembre 1954, qu’il conclut par l’annonce de sa décision de construire la bombe atomique et deux sous-marins nucléaires. C’est cela que retinrent les responsables du projet.

2 Pierre Mendès France exigea que son rude programme d’austérité fut une charte de gouvernement, qu’il aurait eu les « pleins pouvoirs » d’appliquer, condition inacceptable pour les parlementaires.

3 La rencontre socialiste des 30 avril et l"mai 1966 réunit, sous la présidence de Pierre Mendès France, des représentants ou des anciens membres du PSU, de la CFDT, de FO, du CNJA, de l’UNEF, de la SFIO, de clubs, de revues, des gaullistes, des chrétiens de gauche, quelques anciens communistes et des intellectuels. Elle amorça l’élaboration du programme d’une gauche moderniste autre que l’union de la gauche autour de la FGDS, proposée par François Mitterrand. Celui- ci y vit à bon droit une mauvaise manière, et refusa tout contact avec « les hommes de Grenoble ». Pierre Mendès France s’en étonna !

4 Comme représentant de la France aux négociations de Bretton Woods en 1944, puis au Fonds monétaire international (1946-1959), à la Banque internationale pour la Reconstruction et le Développement (1946-1947), au Conseil économique et social de l’ONU (1947-1951), ainsi qu’à la Commission économique pour l’Amérique latine.

5 « La crise de la démocratie », discours prononcé par Pierre Mendès France à Évreux le 23 juillet 1955.

6 Ibid. Le gouvernement Pierre Mendès France fut renversé très peu de temps avant l’examen du projet par la Chambre.

7 « Projet de loi relatif à l’élection des députés. Exposé des motifs » (archives Institut Pierre Mendès France, fonds Georges Bourdat, dossier BOU 1/4).

8 Ibid.

9 Le meilleur colloque consacré à Pierre Mendès France reste celui de l’Institut d’histoire du temps présent : Bedarida (F.) et Rioux (J.-P.) (dir.), Mendès France et le mendésisme, Paris, Fayard, 1985.

10 On ne saurait trop conseiller aux chercheurs de se reporter directement aux différents fonds d’archives, car les six volumes publiés chez Gallimard s’avèrent insatisfaisants sur le plan scientifique. Dans une entreprise de ce type, des erreurs sont inévitables, le choix des documents publiés — ce sont des textes choisis — est toujours contestable, surtout quand si peu d’historiens participent au projet, mais on ne peut que déplorer certaines omissions sans indication de coupe (39 dans les « Carnets de guerre »). Il est par ailleurs étonnant que personne ne soit allé dépouiller le très riche fonds qui dormait dans le grenier de la mairie de Louviers.

11 Redécouvert par Christophe Lombard en 1989, il s’agit de l’ensemble de la correspondance traitée par le secrétariat de Pierre Mendès France à Louviers. Couvrant la période 1931-1955, ces quelques mètres cubes de documents en excellent état de conservation comprennent les lettres de l’avocat, de l’élu local, de l’homme politique national et de l’homme tout court (lettres aux amis et à la famille). Nous remercions C. Lombard qui nous a permis d’en évaluer l’intérêt.

12 Ce réalisme politique est par exemple très visible dans la correspondance, parfois rude, entre Pierre Mendès France, Armand Mandle et Ernest Dumont lors de la cession du Journal du Neubourg (archives Institut Pierre Mendès France, fonds Georges Bourdat, dossier BOU 5/3).

13 Document reproduit in Franche (D.) (éd.), Pierre Mendès France et la modernité, Matériaux pour l’histoire de notre temps, 63-64 (2001), p. 56.

14 Institut Pierre Mendès France, carton E 1 /III, 3, Carnets de guerre, 18 août 1943. Extrait reproduit avec l’aimable autorisation de Michel Mendès France.

15 Son ouvrage est annoncé pour 2007 chez Gallimard. Pour le moment, rappelons la qualité de l’essai d’Alain Gourdon, Mendès France ou le rêve français, paru chez Ramsay en 1975, mais épuisé.

16 Disponible sur le double DVD produit par le Département de l’Eure, réalisé par le CDDP de l’Eure et diffusé hors commerce, reprenant l’enregistrement intégral du colloque

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540