Version classiqueVersion mobile

Les victimes, des oubliées de l'histoire ?

 | 
Benoît Garnot

Conclusion à quatre voix

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Michel Porret

2Comme objet de recherche historique, la victime est mal connue : ce colloque répond ainsi à un important déficit historiographique. Pour les historiens de la justice, de la répression légale ou du contrôle social opéré par l'État, la figure sociale de la victime est donc particulièrement importante. En effet, autour de celle-ci, mal définie dans le droit pénal traditionnel et mieux considérée dans le droit pénal moderne inhérent à l'État de droit, il est possible de mettre en lumière l'éthique indispensable qu'oblige toute recherche historique. Parler de cette souffrance du corps et de l'âme oblige l'historien du crime à la considérer avec la même position éthique que l'historien des sociétés concentrationnaires qui étudie les victimes des crimes d'État. Évoquer la victime du crime, c'est en effet être attentif à l'histoire de la souffrance de celles et de ceux que la violence ou le vol frappent en leurs corps, en leur dignité ou leurs biens. La perception sociale et juridique de cette souffrance morale et physique n'est pas uniforme, elle a évolué jusqu'à aujourd'hui selon des seuils d'intolérance en constante élévation depuis la Renaissance au moins : la figure de la victime permet de suivre les degrés de cette intolérance progressive, notamment face aux excès de la violence. L'archive judiciaire reste à ce propos une source particulièrement riche pour considérer la nature et l'étendue de cette souffrance sociale qui frappe souvent les plus démunis. Dès la fin du xviie siècle, la médico-légalisation progressive des crimes de sang illustre d'ailleurs une attention juridique moderne à la souffrance des plaignants et des victimes. Etre attentif à la parole victimaire, c'est mesurer en outre l'horizon d'attente de la réparation que peut apporter la justice pénale aux victimes du crime, c'est interroger les normes civilisatrices d'une société dans sa capacité de réparation. Homicides, blessures, viols, vols : au-delà des normes légales de leur répression, ces délits montrent la nature profonde du mal social que révèlent les crimes contre les individus et les biens. Donner voix et figures aux victimes du crime, penser ce qui lie l'impératif répressif à la réparation légale, capter la parole des plaignants pour comprendre la douleur qui la fonde, c'est reconsidérer d'une manière particulièrement originale le rôle fondamental de la justice dans les sociétés modernes : la construction étatique de la sécurité des justiciables. Autour de la victime du crime, les historiens peuvent en outre mieux historiciser ce qui fonde notre modernité pénale dans le cadre d'une société démocratique : l'intégrité corporelle comme bien juridique suprême. Par la figure de la victime, l'éthique de l'historien de la justice rejoint avec bonheur celle du droit, comme l'ont montré les travaux de ce colloque.

3Benoît Garnot

4Après tous les cas de figure que nous avons vus, et qui nous ont fait progresser, je voudrais revenir à la question essentielle : qu'est-ce qu'une victime ? Nous avons rencontré quatre définitions. Une définition étroite : une victime, c'est quelqu'un qui est reconnu comme tel par une institution, en particulier par la justice, mais éventuellement aussi par l'Église ou par une autre institution. Une définition « moyenne » : une victime, c'est toute personne qui a subi un préjudice « illégal ». Une définition beaucoup plus large : une victime, c'est toute personne qui se considère comme telle. Une quatrième définition, que je trouve un peu biaisée, à savoir l'assimilation entre victime et coupable, coupable et victime. Je me pose aussi le problème suivant : devons-nous appliquer les critères contemporains de l'époque du fait incriminé ou nos propres critères ? A mon avis, un historien ne doit pas hésiter à choisir la première solution. Nous considérons aujourd'hui comme victime telle ou telle personne poursuivie il y a trois ou cinq siècles, mais à l'époque, ces personnes n'étaient pas forcément considérées comme des victimes. Je suis très sensible au danger de l'anachronisme et il me paraît dangereux de mettre dans le même sac tous les gens que nous considérons aujourd'hui comme des victimes.

5Louis Devance

6Je suis bien d'accord avec Benoît Garnot sur la nécessité d'éviter l'anachronisme, mais en même temps l'analyse historique est perpétuellement un va-et-vient entre les valeurs de celui qui interroge le passé et les valeurs de ce passé. Les sorcières étaient-elles des victimes ou des coupables ? Elles étaient des coupables quand on les brûlait, mais pour ma part, j'ai tendance à penser qu'elles sont des victimes. Il est bien important de dégager les deux plans. Quand on condamnait à la prison les enfants des sorcières parce que leur état était héréditaire, disait-on, on pensait être dans le vrai, mais nous pouvons penser aujourd'hui que ces enfants étaient des victimes et qu'ils se percevaient comme telles. Alors, s'il est important de distinguer les plans de valeur, nous ne pouvons pas tomber dans le relativisme, que ce soit pour les sociétés d'aujourd'hui ou pour celles du passé par rapport aux nôtres. Nos interrogations partent toujours de nos valeurs actuelles. C'est la grandeur de l'histoire que de réfléchir sur les valeurs des différentes époques pour dégager les moins mauvaises possibles pour aujourd'hui et pour la suite.

7Claude Gauvard

8Je crois que notre métier ne se limite pas à nous poser des questions sur la manière dont les gens du passé ressentaient les choses : c'est un objet d'histoire, mais nous ne devons pas nous en tenir là. Nous sommes bien obligés de poser les questions au passé en partant de l'état de notre intellect, de l'état de notre sensibilité, même si nous essayons de l'avoir la plus positiviste possible. Par conséquent, c'est un jeu constant entre le respect des valeurs du passé et son appréhension comme objet d'histoire. Cela ne me gène pas de penser que, dans le système de résolution des conflits, tel qu'il se présente encore à la fin du Moyen Âge, dans les textes que je connais le mieux, les victimes sont quasiment oubliées ; il faut qu'elles soient oubliées. Si les victimes étaient mises en avant, la paix ne pourrait pas être rétablie ; tout le vocabulaire de l'Ancien régime cherche à dire que la victime n'existe pas ou qu'elle a le moins de présence possible, parce que c'est une façon de construire l'oubli et de préparer à la réparation. Mon jugement me place cependant en femme du xxe siècle. À travers mon exemple personnel, j'essaie de vous faire sentir que, finalement, il faut toujours réfléchir au problème que Benoît Garnot posait : est-ce que nous ne trahissons pas le passé en appliquant nos propres concepts ? Mais si nous n'appliquons pas nos propres concepts, nous ne pouvons pas travailler sur le passé. Entre les deux, il faut « bricoler », et je pense que nous n'avons pas si mal « bricolé » que cela.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search