Version classiqueVersion mobile

Les victimes, des oubliées de l'histoire ?

 | 
Benoît Garnot

Victimes dans leurs biens

Débats sous la présidence de Claude Gauvard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Claude Gauvard : Nous abordons maintenant la discussion sur la première série de communications de cette séance, celles qui concernent les victimes dans leurs corps.

2Jack Thomas : Y a-t-il eu contestation des expertises médico-légales par des avocats au xixe siècle ? On trouve des contestations de ce genre au xviiie siècle dans deux cas : un cas très célèbre, l'affaire Sirven, le protestant qui est accusé de tuer sa fille, quand les avocats font des contre-expertises grâce à une sorte de consultation post mortem  ; et dans l'affaire Estines, où le père étant mort, l'autopsie est faite par des chirurgiens de montagne incultes et l'avocat détruit leur expertise pour montrer qu'il n'y a pas de crime.

3Frédéric Chauvaud : Au xixe siècle l'expertise contradictoire est seulement une possibilité, que la magistrature n'est pas obligée d'accorder. Elle devient davantage possible à partir de 1897, quand l'avocat peut suivre l'instruction, et surtout à partir de 1905, lorsqu'une circulaire demande de vérifier par une expertise psychiatrique si la personne qu'on doit juger est responsable. La cour d'assises de Paris accorde largement des expertises contradictoires ; en revanche, dans d'autres juridictions, il semble qu'il y ait beaucoup de réticences, malgré les demandes de la défense.

4Martin Dinges : Si j'ai bien compris, on trouve au xixe siècle deux niveaux de signification de la médecine légale : d'une part la doctrine et la pratique, d'autre part leurs appropriations par les coupables présumés. Est-ce qu'il ne faudrait pas rapprocher ce deuxième niveau de la pratique de la cruentation, ces corps qui pouvaient « parler » (en saignant en présence de leur assassin) et devenir ainsi une preuve légale ?

5Frédéric Chauvaud : Tout à fait. Dans les campagnes, l'autopsie était pratiquée sur place, sur une table, en présence des proches. Lorsqu'on soupçonnait très fortement un proche d'être le criminel, on l'observait alors pour voir s'il manifestait un signe d'émotion. Il arrivait que certains se saisissent d'un mouchoir et fassent semblant de pleurer. On a donc bien là une confrontation avec le corps mort qui gît à côté. La magistrature forge à cette occasion, dans la première moitié du xixe siècle, une catégorie spécifique de criminel, qu'on pourrait appeler le « monstre moral » ou plus exactement le « monstre froid », c'est à dire le criminel qui reste impassible.

6Michel Porret : À mon avis, l'émergence et l'affirmation croissante de la médecine judiciaire, en gros depuis les xiiie et xive siècles, et surtout depuis la Renaissance, sont exactement l'inverse de la cruentation : ce n'est plus le cadavre qui saigne pour désigner un criminel, c'est un médecin qui va devant le cadavre et qui explique les blessures.

7Claude Gauvard : Quand la victime « crie », par le biais de l'autopsie, pour désigner son assassin, cela s'apparente quand même à la cruentation, même si on fait moins appel au regard des autres, de ceux qui entourent la scène, que dans la preuve ordalique. La victime parfaite, c'est celle qui dit qui l'a tuée, de même que le criminel parfait, c'est celui qui avoue son crime.

8Frank Collard : Aux xive et xve siècles, on rencontre l'idée que la victime, que l'on ouvre pour voir comment elle a été tuée est tuée une seconde fois, car on fait injure à son intégrité physique : c'est une victime post mortem. Il n'y a donc pas d'alliance étroite de la médecine avec la justice, contrairement à ce que Michel Porret nous a montré pour la période moderne.

9Michel Porret : La rupture épistémologique fondamentale dans l'histoire de la toxicologie remonte à Lavoisier, à partir du moment où l'on a des procédures d'identification du poison qui reposent sur la carburation et sur toute une série de procédés compliqués. A partir de Lavoisier on dispose d'une « chimie analytique » dont les diagnostics sont extrêmement précis.

10Laurent-Henri Vignaud : Dans les traités de médecine, indique-t-on des moyens d'identification de tel ou tel poison en fonction des symptômes ?

11Frank Collard : Oui, on en trouve régulièrement établis par des spécialistes, qu'on ne peut pas encore appeler médecins légistes, mais qui disent par exemple que le noircissement rapide du cadavre est un signe d'empoisonnement, comme la chute des poils et des ongles. Cela se transmet d'ailleurs depuis l'Antiquité et les traités de Galien.

12Hervé Piant : Je voudrais demander à Michel Porret si les procureurs dans leurs réquisitoires ou les juges dans leurs sentences font explicitement référence à l'expertise.

13Michel Porret : La réponse est oui. Les expertises sont utilisées dans les réquisitoires, notamment pour les crimes sexuels. Pour les viols, les sentences insistent sur le virus vénérien. C'est très courant.

14Hervé Piant : Cette alliance entre la médecine et la justice ne se fait-elle pas aussi sur le dos des victimes, dans la mesure où la parole de la victime ne suffit plus à dire qu'elle est victime, puisqu'il faut quelque chose d'objectif, le corps souffrant constaté par un expert ?

15Michel Porret : Non. Les affaires de viol, par exemple, constituaient un crime occulte très difficilement qualifiable ; avec les expertises médico-légales, qui se systématisent à partir de la fin du xviie siècle, on arrive à distinguer par l'expertise un viol consommé d'un viol non consommé. Mais en même temps, évidemment, il y a aussi une méfiance face à la parole de la victime.

16Hervé Piant : C'est une déresponsabilisation de la victime, une perte de son autonomie par rapport à la conduite du procès.

17Michel Porret : Il ne faut pas faire d'anachronisme en plaquant sur les populations d'Ancien Régime des notions d'individualisme qui ne se construisent qu'à partir de 1750-1760. On est dans une société où les individus ne sont pas autonomes devant la justice, mais insérés dans des relations sociales verticales et paternalistes.

18Claude Gauvard : Nous passons maintenant à la discussion sur les communications consacrées aux victimes dans leurs biens.

19Louis Devance : Je voudrais demander à Marie Grondin si elle a fait une statistique des lieux et des modalités des vols.

20Marie Grondin : 54 % des vols ont lieu dans les maisons, 20 % dans les boutiques, le reste dans la rue.

21Jean-Louis Margolin : N'y a-t-il pas un problème statistique en ce qui concerne le dépôt de plainte ? On peut supposer que les victimes de vols appartenant aux milieux populaires, se sentant particulièrement démunies par rapport à la justice, portent plainte moins que les autres.

22Marie Grondin : J'ai très peu de victimes dans une situation sociale très démunie.

23Martin Dinges : Je m'intéresse aux questions de savoir pourquoi on va en justice et ce qu'on peut y dire. Le discours des victimes présentées par André Ferrer est différent de ce que font des victimes normalement, parce qu'elles ont une longue histoire à raconter à la justice.

24André Ferrer : Mes victimes n'ont rien à gagner devant la justice, sinon défendre leur privilège d'avoir du sel en abondance et bon marché : il y a eu monitoire, elles sont allées répondre à ce monitoire, et la plupart de celles qui ont accepté sont ensuite venues témoigner, par centaines pour chaque procès.

25Martin Dinges : Je me demande pourquoi les victimes présentées par Marie Grondin vont en justice : espèrent-elles retrouver l'objet volé ?

26Marie Grondin : Je pense que les victimes portent plainte dans l'objectif principal de récupérer leurs biens. Elles le disent clairement.

27Hugues Richard : Je voudrais poser à Régis Foubert une question sur la prévention. L'autorité militaire ne mettait-elle pas en garde les permissionnaires contre les dangers d'entôlage ?

28Régis Foubert : Je n'ai rien trouvé sur ce point. Par contre, il y avait une très grande prévention contre les maladies vénériennes. Si le combattant se faisait voler son argent, l'armée n'était pas touchée, tandis que s'il était hospitalisé parce qu'il avait la syphilis, il restait deux mois sans pouvoir combattre et l'armée en pâtissait directement. Certaines prostituées avaient la réputation d'avoir fait plus de dégâts qu'une batterie d'artilleurs allemands...

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search