Version classiqueVersion mobile

Les victimes, des oubliées de l'histoire ?

 | 
Benoît Garnot

Victimes dans leurs biens

Les victimes du vol à l'entôlage à Paris entre 1913 et 1920 d'après les répertoires... de commissariats

Régis Foubert

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Cette communication tentera d'étudier la victimologie des entôlés. Avant d'entrer dans le vif du sujet, je ferai le point sur les archives policières disponibles en l'absence des archives judiciaires qui défaillent. Quelle est la source essentielle de ce type de délit ? Et quelle exploitation peut-on en retirer ? Existe-t-il diverses définitions du vol à l'entôlage ? Les références artistiques, picturales, romanesques correspondent-elles à la réalité ? Combien y-a-t-il de jugements, en conséquence de victimes, dans le ressort de la préfecture de police de Paris ? Combien de personnes déclarent-elles être victimes de ce type de vol ? Quelle est la répartition du nombre de victimes par rapport aux filles publiques arrêtées dans la capitale ? La guerre provoque-t-elle un nouveau genre de victimes de vol à l'entôlage ? Sont-elles en augmentation ou en baisse ? Ce type de délit élargit-il le fossé entre le monde de l'arrière et celui des combattants ?

2Quelle est la perception subjective des victimes à présenter les circonstances du vol aux policiers ? Quels sont les lieux propices aux entôlages ? Qui sont les entôlés, des hommes ? Des femmes ? Des permissionnaires ? Existe-t-il un type socioprofessionnel d'entôlés ? Sont-ils Parisiens ou de passage dans la métropole ? Quelle est leur motivation à déclarer le vol devant les autorités civiles ? Que leur a-t-on dérobé ? Quels recours ont-elles ? Perçoivent-elles des dommages et intérêts ? Nous tenterons de répondre à toutes ces questions par l'intermédiaire de la source policière.

L 'AMBIGUITÉ DES ARCHIVES POLICIÈRES : LES RÉPERTOIRES OU LES « MAINS COURANTES » ?

  • 1 P. Maquel, La main courante. Les archives indiscrètes de la police parisienne 1900-1945, Paris, A. (...)
  • 2 É. Cronier, Les permissionnaires à Paris pendant la Grande Guerre, Paris, Université de Paris I-So (...)
  • 3 E. Cronier, Les permissionnaires à Paris et dans le grand bassin parisien pendant la Grande Guerre (...)
  • 4 É. Cronier, Les permissionnaires à Paris et dans le grand bassin parisien pendant la Grande Guerre (...)

3Secrètes ? Non, pas vraiment ! « Archives indiscrètes de la police parisienne1 ! », ce sous-titre est-il bien justifié par l'auteur ? Certes, ces registres de commissariats ont été longtemps occultés par un bon nombre de chercheurs ; ont-ils été sous-estimés volontairement ou simplement ignorés ? Jamais utilisés il y a encore quelques années, les répertoires des commissariats de quartier apparaissent désormais parmi les sources incontournables d'amateurs ou professionnels étudiant la déviance, la délinquance, à travers les auteurs de contraventions, de délits, voire de crimes, ou encore des plaignants. Les registres des quatre-vingts quartiers de la capitale sont dépoussiérés quasi quotidiennement depuis la décennie des années 90. En effet, le contexte d'une nouvelle approche du délinquant réalisée au moyen des archives de base résulte d'une consultation croissante des registres de police. Les répertoires ont, par ailleurs, servi au développement et à la recherche de mémoires de maîtrise2, puis de DEA de plus en plus fréquents3. Actuellement, deux thèses sont en cours de réalisation par l'intermédiaire de ces répertoires4.

  • 5 J.-C. Farcy, Archives policières : les répertoires de procès-verbaux des commissariats parisiens, (...)
  • 6 F. Chauvaud, De Pierre Rivière à Landru, Bruxelles, Brepols, 1991, p. 34.
  • 7 J.-M. Berlière, L'institution policière en France sous la Troisième République 1875-1914, Dijon, T (...)

4Un registre de commissariat de quartier nous permet d'analyser, mesurer, « de façon sérielle5 », si besoin était, puis de comparer jour par jour, mois par mois ou année par année, l'évolution du nombre d'infractions commises dans une circonscription d'arrondissement. Il autorise, entre autres, la constatation de multiples faits journaliers auxquels les policiers étaient confrontés. L'ensemble de ces données, recueillies et traitées sous forme de statistiques, nous offre un aperçu vivant, parfois burlesque, de l'activité policière sous-jacente à la délictuosité parisienne, rue par rue, boulevard par boulevard, quartier par quartier de la capitale. Certes, ces répertoires recèlent et révèlent une réalité quotidienne d'événements soumis ou non à la justice. Le résultat statistique, comme le souligne Frédéric Chauvaud, représente bien « un chiffre noir - comprenant les actes violents, les crimes et les délits et les contraventions qui échappent à toute poursuite et assurent l'impunité des auteurs6 ». À ce propos, les registres symbolisent un « no man’s land de la délinquance », entre l'interpellé qui passera une nuit au violon pour une ivresse publique et manifeste et envers lequel aucune poursuite judiciaire ne sera engagée, et l'individu qui, ayant des antécédents, connu aux sommiers judiciaires, fera l'objet d'un procès-verbal de la part des bourgeois. Bref, feuillets après feuillets, « les négatifs » du film qui défilent sous nos yeux reflètent le rythme diurne et nocturne de la vie d'un quartier de la capitale, susceptibles d'intéresser les sociologues, les historiens et autres chercheurs, tant les informations dévoilées, diversifiées au sein d'un seul registre, sont insuffisamment exploitées. Les renseignements utiles concernant les infractions sont placés en amont des rapports des gardiens de la paix et des procès-verbaux dressés par les autorités ; il existe aussi un autre registre tenu également par les policiers, c'est le registre de « main courante » ; la plupart des policiers contemporains ne connaissent plus que celui-ci, car l'expression leur est traditionnelle et familière. Jean-Marc Berlière précise à propos des mains courantes de commissariats que, « si elles avaient été plus systématiquement conservées [il en reste quelques exemplaires !], [elles] donneraient une idée précieuse et vivante de la réalité quotidienne du travail dans un commissariat7 ! »

  • 8 P. Miquel, La main courante..., op. cit.

5Toutefois, maints indices nous ont mis la puce à l'oreille sur le vocable administratif exact de ces registres très utiles à notre communication, puisqu'il semble que ce soit l'unique source. Répertoire analytique ou main courante ? Première remarque de forme, la mention « répertoire », en majuscules, située à gauche de la partie supérieure de la page et donc hors du cadre en caractères dactylographiés dans le sens horizontal, est imprimée (pour l'analytique). Alors que sur les autres registres d'archives est inscrit « main courante ». La confusion chez la plupart des chercheurs s'avère logique, car seul ce terme subsiste dans les mémoires policière et archivistique. À leur décharge, suivant les périodes et les pénuries de papier, par exemple lors de la fin de la Grande Guerre, des encarts ont été annexés sur de nombreux répertoires et pour certains quartiers ; ce sont des livres de comptes, d'entrées ou de sorties de prison parfois, ou des registres d'ordre qui les ont remplacés. Dans ces conditions, comment ne pas se tromper ? Enfin, sur le fond, l'inscription manuscrite « voir main courante », qui corrobore les arguments précités, est annotée de façon inopinée, mais régulière, cela à diverses reprises, au terme des mini-rapports circonstanciés sur la plupart des répertoires analytiques. La pérennité de la confusion des archives policières semble justifiée, puisqu'étant improprement désignées « mains courantes », elle se perpétue entre ces deux volumes « jumeaux » en apparence8.

  • 9 Il peut s'agir du plaignant, de la victime et du policier.
  • 10 L'Agent de police judiciaire-adjoint établit un rapport, tandis que l'agent de police judiciaire d (...)
  • 11 J.-C. Farcy, Archives policières..., art. cit. Je remercie J.-C. Farcy pour m'avoir indiqué les te (...)

6Nous avons comparé un répertoire analytique et une « main courante » des années 1960 ; les informations sont disposées différemment sur cette dernière et sont cosignées par les acteurs de l'événement9. Le résumé circonstancié au sein de l'analytique laisse une trace archivée au commissariat, le rapport ou procès-verbal de plainte10 est, quant à lui, expédié au parquet et le texte retranscrit sur la « main courante ». Dans un article à paraître cette année, Jean-Claude Farcy lève le voile entre les célèbres registres de « mains courantes » et les répertoires analytiques11.

  • 12 F. Brayer, Dictionnaire Général de Police Administrative et Judiciaire, 4 vol., Paris, L. Lorose e (...)

7Dans le dictionnaire publié à la fin du xixe siècle, dans son article 19 de la rubrique Commissaire de Police, il appert qu'« ils tiendront un répertoire analytique de toutes les affaires administratives et judiciaires traitées par eux, et une main courante où seront mentionnées sommairement toutes les affaires qui ne paraîtront, pour le moment, nécessiter aucune suite administrative ou judicaire12 ». Il était nécessaire d'éclaircir la source policière du répertoire trop longtemps resté sous une fausse appellation.

Quelle exploitation réaliser avec les répertoires analytiques au sujet des victimes du vol à l'entôlage ?

8Pour le thème des victimes du vol à l'entôlage, les renseignements concernant les états civils sont en grande majorité plus diffus que pour les contrevenants. Cette lacune, peu ou prou, des identités des entôlés se comprend aisément, puisque l'une des principales tâches policières consiste à mener les investigations nécessaires à la découverte des auteurs d'infractions quand une plainte est déposée. Les gardiens notaient le minimum d'informations permettant simplement de recontacter la victime en cas de découverte de l'auteur et de l'objet du vol. C'est sûrement pour cette raison que l'identité de la victime est minimisée, désordonnée et « à dose homéopathique ». Toutefois, l'âge, le nom et le prénom, l'adresse avec le nom de la commune rurale ou urbaine du domicile de l'entôlé permettent de mieux appréhender leur typologie. Quand celui-ci habite Paris, l'agent de police s'est abstenu d'inscrire cette précision. La profession, malheureusement, ne figure que de façon concise sur les registres. À l'inverse, « de passage à Paris » s'accompagne de la localité et du département pour les provinciaux et du pays pour les étrangers.

9En est-il de même pour les militaires ayant à déclarer ou à se plaindre d'un entôlage ? L'état civil du permissionnaire se limite aux nom, prénom, numéro et régiment, ainsi que l'arme à laquelle il appartient. Parfois la compagnie, le bataillon et le secteur postal complètent les premières informations. Les officiers subalternes et les sous-officiers, quant à eux, ont communiqué leur grade. D'autres renseignements, comme « arrive de permission de la gare du Nord », « rejoint le front », ainsi que la durée du repos prévu, sont parfois énumérés. Le lieu de casernement ou de rattachement du régiment nous renseigne sur l'éloignement ou la proximité de la cité urbaine : localisé près du théâtre des opérations ou au contraire dans une zone de l'arrière. Les répertoires témoignent de plusieurs éléments sociologiques qui vont nous permettre de tenter une victimologie de l'entôlage.

  • 13 Sous les termes de « Vagabondage spécial », c'est souvent l'arrestation d'un souteneur et de la fi (...)
  • 14 J.-C. Farcy, Archives policières..., art.cit., p. 6.

10Les sous-titres suivants concernent bien des déclarations ou des plaintes contre ce délit, la liste est longue : « Vol à l'entôlage et complicité », « Entôlage », « Vol dit à l'entôlage », « Plainte en vol dit à l'entôlage », « Vol à l'entôlage, complicité et vagabondage spécial13 », « Vol et complicité, entôlage et prostitution », « Accusation de vol et prostitution », « Vol à l'entôlage et vagabondage », « Vol au dégringolage », « Vol par filles soumises ». La lecture attentive permet de déceler qu'un terme unique : « Vol », peut se substituer en fait à un délit d'entôlage ; à ce propos « l'absence de normalisation se traduit bien dans les intitulés des affaires14 ». Au poste, chaque plaignant s'attache davantage à préciser l'atteinte aux biens dont il a été l'objet. L'entôlé expose les éléments constitutifs du vol et décrit ce qui lui a été dérobé. Deux points communs réunissent toutefois les victimes d'entôlage, elles sont toutes de sexe masculin et l'objet du vol se rapporte systématiquement à la disparition d'une certaine somme d'argent en billets ou espèces « sonnantes et trébuchantes ». C'est d'ailleurs une constante chez les victimes de ce genre de vol et, semble-t-il, la raison principale de la déclaration de vol ou du dépôt de la plainte.

  • 15 L. Tripier et H. Monnier, Codes d'introduction criminelle, pénal et tarifs, Paris, Librairie génér (...)
  • 16 APP Registre n° 36, les Halles, commencé le 29 juin 1918 et terminé le 10 mars 1919, mention n° 32 (...)

11Les législateurs ont-ils particularisé et défini le vol dit « à l'entôlage » dans le Code pénal ? En fait, la définition juridique du vol à l'entôlage n'est pas, selon le Code pénal, mentionnée comme telle ; ce vol singulier s'intègre normalement dans la catégorie beaucoup plus large des vols simples. L'article 379 du Code d'instruction criminelle définit le vol comme : « Quiconque a soustrait frauduleusement une chose qui ne lui appartient pas est coupable de vol15 ». À titre d'exemple, à la suite d'une plainte pour un vol à l'entôlage déposée par Auguste Gorget, âgé de 49 ans, et exerçant le métier de boucher, l'entôleuse avait déjà été condamnée une première fois à 3 mois de prison et récidivait16.

  • 17 Annuaire statistique de la ville de Paris pour l'année 1905, Paris, Masson et Cie, 1907, p. 604. I (...)
  • 18 L'annuaire distingue différentes rubriques ; les motifs des arrestations (Seine-mandats, jugements (...)

12La préfecture de police pour ses besoins statistiques différencie les vols simples des autres vols qualifiés, et exploite à la fois toutes les données quantifiables et qualifiables dans ses inventaires classés par année de la ville de Paris. On trouve les informations dans la rubrique « Crimes et délits ». Il semble que les vols distingués par la préfecture parisienne soient dus à un classement interne et exclusivement policier17. C'est au sein de ce recensement annuel qu'apparaît en 1905 pour la première fois un septième vol dit « à l'entôlage », ainsi que la totalité de ces vols effectués à Paris et dans la banlieue18.

  • 19 A. Daboval, Mon recueil destiné au corps des gardiens de la paix, Paris, Hemmerlé-Petit et Cie, 19 (...)
  • 20 L. Fiaux, La Police des Mœurs, t. 1, Paris, Félix Alcan, 1907, p. 203.
  • 21 Ibid., p. 203.
  • 22 Ibid., p. 203.
  • 23 Ibid., p. 203.
  • 24 Ibid., p. 203.
  • 25 Ibid., p. 203.

13Dans son ouvrage publié entre les deux guerres mondiales et destiné aux policiers, le brigadier Daboval augmente le nombre de spécificités19 et particularise le vol à l'entôlage, qui est commis par des filles publiques sur leurs clients, du vol à la dégringolade, qui est commis sur une personne en état d'ivresse par une ou plusieurs filles soumises, par une femme et son souteneur et le patron ou garçon d'hôtel. Le docteur Fiaux, médecin abolitionniste de la police des mœurs, emploie le terme de dégringolage qui s'appliquerait à la province, tandis qu'à Paris il prend le nom de « délit d'entôlage qui est d'invention plus récente20 » Ce spécialiste de la prostitution explique que le vol à l'entôlage à l'origine provient d'une expression plus ancienne : « le délit de dégringolage, vieux vol classique de la prostituée sur le client distrait21 », puis « elle lui prend elle-même son porte-monnaie, son portefeuille ou sa montre22 ». À l'origine, ce type de vol, d'après M. Meunier, « serait un produit d'importation lyonnaise ou mieux marseillaise23 ». En effet, après bien des débats au sein de l'Assemblée nationale et du Sénat, « la Commission extra-parlementaire et d'autres membres méridionaux en attribuent l'invention aux prostituées parisiennes24 ». L'auteur de ce type de délit inhabituel « nécessite en effet pour être mené à bien le concours d'une complice qui devient l'auteur principal du vol25 ». Le vol à l'entôlage est donc une atteinte aux biens et n'affecte pas directement la personne ni la santé du client, comme les maladies vénériennes. Le client habituel ou occasionnel se « promène » dans les zones de racolage et se laisse séduire par la michetonneuse pour une partie de plaisir qui se termine avec désagrément au poste de police et la bourse vide.

LES ENTÔLÉS, ENTÔLEUSES ET MICHETONNEUSES

14Le tableau I montre l'évolution du nombre de filles jugées pour un vol à l'entôlage à Paris et en banlieue, avec la mise en parallèle des prostituées interpellées entre 1905 et 1920 dans le ressort de la préfecture de police de Paris. Les services de polices ont pris conscience de ce type de vols, puisqu'il est comptabilisé et distingué tardivement, dès le début du xxe siècle, dans les annuaires statistiques de la capitale. Toutefois, la période qui nous intéresse commence en 1913 et se termine en 1920 ; les recensements de toutes les arrestations confondues sont inconnus pendant 4 années, de 1915 à 1918, période qui recouvre les années du conflit. Néanmoins, nous constatons une légère progression des jugements pour vol à l'entôlage entre 1913 et 1914, ainsi que du nombre de prostituées arrêtées. Au cours de ces deux années, les vols jugés à Paris intra-muros s'amplifient et passent de 123 à 137 ; dans le même temps les arrestations se portent de 49 259 à 50 772. L'année 1919, c'est 77 vols supplémentaires qui ont été jugés, alors que les arrestations ont chuté de 8 000 en l'espace de 5 ans. Peu élevé, le pourcentage moyen augmente quasi régulièrement depuis les premiers chiffres de 1905. En fait, malgré le doublement du pourcentage des vols à l'entôlage jugés en 6 ans, de 1913 à 1919, il atteint tout juste le demi-point. En accroissement constant, d'où l'ampleur du phénomène et l'inquiétude des autorités, la quantité de vols à l'entôlage triple en 15 ans, alors que les effectifs prostitutionnels ont chuté d'un sixième.

  • 26 L'étude des arrestations contenue dans cet annuaire comprend l'aire géographique de la préfecture (...)

Tableau I : Statistiques annuelles de la ville de Paris26 Arrestations pour crimes et délits : nombre d'entôleuses jugées (1905-1920)

Tableau I : Statistiques annuelles de la ville de Paris26 Arrestations pour crimes et délits : nombre d'entôleuses jugées (1905-1920)
  • * Le chiffre inscrit pour chaque année correspond aux filles soumises et clandestines appréhendées, (...)

15Note :*

  • ** L'annuaire statistique administratif et judiciaire de la ville de Paris, pour 1919, Paris, Masson (...)

16Note :**

  • 27 J.-M. Berlière, La police des mœurs sous la IIIe République, Paris, Seuil, 1992, p. 110.
  • 28 Ibid., p. 129.

17La moyenne des années 1913, 1914 et 1919, concernant le nombre de filles jugées dans le ressort de la préfecture de police, donc d'entôleuses, correspond à 0,47 % des arrestations. L'échantillon prélevé sur les registres analytiques multiplie par sept le nombre réel de vols en comparaison des condamnations. Le faible taux des jugements implique une quantité de causes à l'arrestation des michetonneuses. Par exemple, l'efficacité avec laquelle les prostituées entôlent leurs clients, le signalement imprécis de la fille par les victimes, les réelles difficultés des agents des mœurs à retrouver une fille, ou après des recherches « infructueuses », puisque certains « policiers corrompus recevant ou exigeant des tenancières, des filles, ou des souteneurs - par menace ou en échange de leur protection et de dérogations aux règlements - des cadeaux ou de l'argent27 ». La cause la plus répandue repose sur la crédulité des michetons occasionnels civils ou militaires méconnaissant le milieu prostitutionnel. Par contre, les agents des mœurs connaissaient trop bien ce milieu dans lequel ils se fondaient parfois ; c'est l'une des raisons pour lesquelles le préfet Hennion en 1913 réorganisa les services de la Préfecture de police et proposa que « les agents affectés à la surveillance des filles publiques ne devront pas être chargés de ce service spécial plus de 3 mois consécutifs28 ».

  • 29 Nous avons choisi comme échantillon un quartier par arrondissement. Le choix des 20 quartiers corr (...)

Tableau II : Vols à I'entôlage de 20 quartiers de la capitale29 ainsi que le nombre d'arrestations des filles publiques. (Sources : répertoires analytiques)

Tableau II : Vols à I'entôlage de 20 quartiers de la capitale29 ainsi que le nombre d'arrestations des filles publiques. (Sources : répertoires analytiques)
  • 30 Racolage, soumises sans cartes, cartes sanitaires non à jour par les visites médicales. Pour les s (...)

18Sur le tableau II, nous avons réparti le nombre de filles arrêtées, le nombre de vols à l'entôlage commis dans 20 pourcentages correspondants de 1913 à 1920 inclus. Les entôlages s'élèvent à 362 sur 8 années consécutives, alors que dans la même période, c'est près de 11 000 filles qui ont été interpellées par les services de police pour des infractions à caractère prostitutionnel30 Ces chiffres représentent 3,34 % de clients enrôlés par rapports aux arrestations. Si l'on compare ce pourcentage à celui moyen des jugements des années 1913, 1914 et 1919, qui est de 0,47, on constate que les inspecteurs des mœurs ou les « bourgeois » ont en fait retrouvé 14 % des femmes ayant entôlés leurs clients : soit un vol à l'entôlage sur sept élucidé.

19Dans le Xe arrondissement, par exemple, l'année 1914 forme un pic avec plus de 25 victimes entre deux années moins abondantes. L'année 1916 retrouve l'élan de 1914 et on atteint le paroxisme en 1917 avec deux fois plus de victimes qu'en 1915, puis on amorce un léger déclin lors de la dernière année du conflit sans, toutefois, descendre sous la barre de 25 victimes par an jusqu'en 1920.

Graphique 1 : Les victimes du vol à l'entôlage - Xe arrondissement

Graphique 1 : Les victimes du vol à l'entôlage - Xe arrondissement
  • 31 E. Cronier, Les permissionnaires à Paris..., op. cit., p. 17.
  • 32 Ibid., p. 17.
  • 33 Ibid., p. 17.

20La lecture du graphique 1 distingue nettement les militaires des civils entôlés. Les deux courbes évoluent de façon contradictoire et s'entrecroisent de manière significative au cours des années de guerre : celle des civils, fléchit et forme un col avec 9 civils entôlés au plus bas de la période en 1917, tandis que celle des militaires dessine un pic au cours de la même année et totalise un peu plus de 20 plaintes. Les repos au cours de la première année du conflit ont été distribués à titre exceptionnel aux combattants ayant un motif valable ou familial. Dès l'été 1915, un régime de permissions s'est instauré et « elles étaient accordées pour de courtes durées31 », ce qui peut expliquer le faible nombre de soldats entôlés ; en juillet, la durée « est passée à 6 jours32 ». Par la suite, la stabilisation du conflit a permis d'étendre à la fois la prolongation du repos et la fréquence. Pour ce seul arrondissement, les militaires entôlés atteignent le chiffre de 16 en 1916 et de 21 en 1917, année des mutineries certes, mais année aussi où « les permissions passèrent à 7 jours tous les quatre mois en juin 191733 ». L'arrivée de Pétain a permis l'assouplissement du régime des permissions.

  • 34 Ibid., p. 18.
  • 35 APP, carton BA 1689, Prostitution, Traite des blanches.
  • 36 Ibid., BA 1689, (l'orthographe a été respecté).

21La présence des armées alliées, qui ne pouvaient rentrer dans leur pays, a fortement augmenté le nombre de militaires en permission dans la cité parisienne. Les Français mobilisés et provenant des régions envahies passaient aussi leur temps de repos à Paris. Selon l'étude d'E. Cronier concernant les permissionnaires « parisiens », il y a « entre 6 000 et 80 000 soldats en congé à Paris par mois34 ». Le 4 juillet 1916, le préfet de police Laurent reçoit une lettre dénonçant des faits se produisant dans différents arrondissements de la capitale et citant un chasseur alpin « qui a tué une hétaïre rue Lepic ; il l'a fait parce qu'elle avait déjà enrôlé ses copains et aux tranchées on se raconte tout35 ! ! ». Poursuivant son courrier sur l'activité prostitutionnelle de certains quartiers parisiens et particulièrement du IXe : « faites en sorte que nos braves poilus ne soient plus écœurés ni entôlés lorsqu'ils viennent à Paris en voyant le spectacle hideux d'une foule indifférente [...] : signée : une femme de mobilisée36 ».

Tableau III : Répartition des vols à l'entôlage et des prostituées interpellées dans le Xe arrondissement de Paris (1913-1920)

Tableau III : Répartition des vols à l'entôlage et des prostituées interpellées dans le Xe arrondissement de Paris (1913-1920)

22Sur le tableau III, la totalité des vols à l'entôlage déclarés fluctue, à peu de chose près, de façon connexe aux quantités de filles interpellées, toutes proportions gardées. Peu de prostituées ont été interpellées, le nombre de vols est faible en 1913 ; et au contraire ceux-ci augmentent dès que l'offre de la part des filles se multiplie, comme pour les années comprises en 1916 et 1919. Cependant, cela ne reflète pas la réalité ; en 1914 avec 26 déclarations de vols pour 140 arrestations, le taux d'entôlages est proche des 20 %. Nous pouvons interpréter ces chiffres de la manière suivante ; de 1913 à 1920, c'est entre 14 et 30 victimes de michetonneuses déclarées par an, l'abondante cohorte de filles interpellées dans ce commerce humain est nouvelle et clandestine, les vols n'ont pas été multipliés proportionnellement. Entre l'année 1913 et 1917, les vols ont doublé, tandis que la quantité de filles appréhendées s'est multipliée par 29. À partir de 1916, ces quartiers sont le théâtre d'une immense activité prostitutionnelle. On peut en déduire que les vols s'effectuent plutôt par des habituées, et qu'avec l'ancienneté dans le métier elles ont pris de l'assurance et se professionnalisent parfois dans l'entôlage.

23Le pourcentage moyen de 2,03 % de déclarations de vols dans cet arrondissement s'intercale entre la moyenne officielle de la préfecture de police de Paris (0,47 % de jugements de filles) et celle des 20 quartiers parisiens (3,34 % de victimes ayant déclaré ce genre de vol). Sans aller au-delà de 30 vols à l'entôlage en 1917 et avoisinant les 3 400 arrestations, le taux n'atteint pas les 1 %. Paradoxalement, les 26 déclarations de vols en 1914, alors que nous avons 140 filles appréhendées, équivalent à un taux de 19,14 %. Plus l'étude se réalise sur une aire géographique étendue et plus nous obtenons un résultat se rapprochant des jugements correctionnels.

DU PLAISIR À LA DÉCONVENUE OU DE L'AVENTURE À LA MÉSAVENTURE !

  • 37 A. Flexner, La prostitution en Europe, Paris, Payot, 1919, p. 31.

24Le vol à l'entôlage est indissociable de la prostitution féminine sous toutes ses formes. Les clients dont certains sont les victimes des filles publiques sont tous des hommes jeunes et d'âge mur, civils ou militaires. Ils possèdent sur eux des liquidités plus ou moins élevées. La recherche s'oriente dans un premier temps vers les conditions physiologiques, physiques et psychologiques du client, puisque « de nos jours, la demande de la part des hommes [...] est tellement commune, qu'elle peut être tenue pour générale37 ». Les hommes ont des désirs de pouvoir et dans une large mesure de possession. Les lois matrimoniales ne sont-elles pas votées par eux, pour eux, laissant la femme dans un état de dépendance financière ? La nature les a rendus dans un besoin de dépendance sexuelle vis-à-vis de la femme dans certains cas ou des hommes dans d'autres cas. La vulnérabilité de ce point de vue les affaiblit.

Étude de 191 victimes d'un vol dit « à l'entôlage »

Savoir-faire et faire savoir ?

  • 38 APP Registre n° 45 du 37e quartier. Saint-Vincent de Paul, mentions n° 48 et 85.
  • 39 APP, ibid., mentions n° 271 et 709.
  • 40 APP, ibid., mention n° 675.
  • 41 APP Registre n° 40 du 38e quartier. Porte Saint-Denis, mentions n° 23 et 644.
  • 42 APP Registre n° 40 du 38e quartier. Porte Saint-Denis, mentions n° 23 et 644.
  • 43 APP Registre n° 44 du 40e quartier, Hôpital Saint-Louis, mentions n° 1 668 et1 646.

25Le scénario de la plupart des plaignants est identique. Lors de leurs dépositions, les victimes déclarent chacune leur tour « avoir été racolé par une femme ». Dans le quartier Saint-Vincent-de-Paul, c'est le cas d'Albert D... et d'Henri D... en janvier 191638 de Léon D... et Jules D... devant la gare du Nord39, d'Antonio R..., lui, sur le boulevard Poissonnière devant le journal Le Matin40. Tandis qu'un autre Parisien, Maurice B..., indique : «j'ai été accosté41 ». Deux militaires : Henri D..., soldat au 78e d'infanterie en caserne à Guéret (Creuse) et Henri C..., âgé de 38 ans, ont simplement « rencontré une femme, vers 7 heures du soir » pour le premier et « vers 5 heures pour le second42 ». Ces hommes ont eu un comportement neutre vis-à-vis de la jeune femme. Un chef d'équipe de l'Est des lignes télégraphiques, Alexis B..., « a été emmené par une femme », comme Charles Moisy, fantassin au 124e régiment d'infanterie43 ; sa version laisse supposer qu'il n'avait pas le choix... Ces attitudes devant la situation culpabilisante dénotent un comportement passif face à la prostituée. Le mode de présentation des faits déculpabilise la victime et met l'accent, en dehors du vol, sur le premier délit, qui est le racolage de la part de la « noceuse », car si la prostitution est autorisée, le racolage est absolument interdit et réprimé par la loi.

  • 44 APP Registre 45 du quartier Saint-Vincent-de-Paul, mention n° 1 093, op. cit.

26Au cours de la guerre, les militaires en uniforme, dont le prestige est énorme, sont plus facilement racolés alors qu'ils circulent entre camarades du front. Le 25 juin 1916, au cours d'une permission, Jean-Baptiste Gournay, 24 ans, du 248e régiment d'infanterie, était en compagnie d'un camarade et ils « se font racoler, alors qu'ils se promènent ensemble, par deux filles soumises44 ». Habituées à aguicher les clients, elles n'hésitent plus à unir leurs efforts sous l'effet d'une forte clientèle. La victime n'est pas seule et copartage la responsabilité avec d'autres camarades.

  • 45 APP Registre 45 du 37e quartier. Saint-Vincent de Paul, mention n° 318.
  • 46 APP Registre 49 du 37e quartier, Saint-Vincent de Paul, mention n° 2 415.
  • 47 APP Registre 43 du 38e quartier, Porte Saint-Denis, mention n° 142.

27D'autres combattants, comme le soldat Edgar G... du 7e régiment d'infanterie coloniale de Bordeaux, alors en traitement à l'hôpital auxiliaire du faubourg Saint-Honoré, « a fait connaissance45 » de la nommée Jeanne-Louise C... le 25 février 1916. Il a passé la journée du lendemain en compagnie d'un de ses camarades, artilleur aussi et soigné dans le même centre hospitalier, et des nommées C... et T... Ici, c'est la « providence » qui conduit le militaire à se faire entôler. Un caporal de la 10e section des chemins de fer, originaire du Pas-de-Calais, indique : « une jeune femme m'a invité à l'accompagner dans sa chambre46 ». Une telle invitation ne se refuse pas ! Un autre caporal du 2e groupe d'aviation, Henri V..., âgé de 26 ans, « fit des propositions à une fille qui accepta47 » ; le militaire dans cet exemple reconnaît une part de responsabilité.

  • 48 Auteur anonyme. Les Prostituées à Paris-Notes et souvenirs d'un ancien agent des mœurs, Paris, s. (...)
  • 49 APP Registre 52 du 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, mention n° 429.
  • 50 APP Registre 51 du 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, mention n° 1 235.
  • 51 Auteur anonyme, Les Prostituées à Paris..., op. cit., p. 226.
  • 52 Ibid., p. 230.
  • 53 APP Registre 50 du 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, mention n° 2 877.
  • 54 Ibid., mention n° 3 104.

28Les victimes, peu farouches, se laissent amadouer par l'approche des prostituées habiles : celles des quartiers centraux n'agissent pas de la même façon que sur les boulevards intérieurs ou extérieurs ; si le client est abordé avec quelques paroles, c'est un signe de la tête qui peut l'encourager, ou de l'œil, tel le quartier du Palais-Royal où « le raccrochage [est] effectué en plein jour. Il est assez discret en ce sens qu'il se réduit le plus souvent à des œillades48 ». Les couples dans ce contexte se forment parfois en l'espace de quelques secondes, chacune des parties en venant rapidement au fait, tandis que pour d'autres les relations semblent plus courtoises. Afin de sauver les apparences, les futurs intimes exercent une approche circulaire et « consomment d'abord dans un café49 » ; c'est le cas de Raymond C..., âgé de 20 ans, avec une fille qui s'avérera inconnue lors de sa déposition en ne donnant qu'un signalement vague. En août 1919, un fabricant de chaussures de 42 ans, originaire de Belgique, « a été accosté dans un café et a consommé 4 bouteilles de Champagne » avec la femme dont il ne sait rien ou ne se rappelle plus...50 » ! Les femmes qui raccrochent dans les cafés sont d'une classe supérieure à celles des rues, « nippée, elle ne se risque pas sur le trottoir trop inhospitalier, et se réfugie dans une brasserie [...] et sans craindre la venue soudaine des Mœurs51 ». Peut-être est-ce une de ces « bockeuses [...] plus jeunes que celles sur les boulevards52 ». Les gradés sont aussi aguichés ; un lieutenant de 32 ans, François D..., du 116e régiment d'infanterie, en permission, « rencontre une femme qui lui a offert ses faveurs53 ». Le 15 octobre, vers 18 h. 00, Léon L..., demeurant dans l'Est de la France, employé des chemins de fer, « a été accosté par une femme qu'il a emmenée au restaurant54 ».

  • 55 APP Registre 48 du 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, mention n° 217.
  • 56 APP Registre 46 du 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, mention n° 1 700.
  • 57 Registre 48 du 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, mention n° 383

29Des victimes sous-entendent avoir été dupées par des stratagèmes ; le 18 janvier 1918, vers minuit trente, un assureur de 51 ans, Paul V..., rencontre une femme qui « cherchait la gare de l'Est, puis indique qu'elle ne sait où aller coucher. Il lui a proposée de se rendre en hôtel tous deux55 ». C'est aussi le cas d'un médecin-major, René D..., de passage dans la capitale le 3 novembre 1916, vers 23 h. 00, « après avoir fait connaissance avec une femme à l'accent anglais qui lui a demandé la place Blanche, au cours de la conversation et la conduisant dans la direction, elle déclare être souffrante, pris de pitié, il l'invite à venir à l'hôtel Terminus où il est descendu56 ». Paul J..., Parisien, employé de commerce, autre victime des michetonneuses, « a rencontré une première femme puis une seconde en lui demandant également de monter57 » ; ce Parisien offre aux deux compères la réalisation d'un entôlage, tel que le définit le docteur Fiaux.

  • 58 APP Registre 41 du 40e quartier, Hôpital Saint-Louis, mention n° 619.
  • 59 E. Raynaud, Souvenirs de police (Au temps de Ravachol), Paris, Payot, 1923, p. 103, 108 et 109.
  • 60 Auteur anonyme, Les Prostituées à Paris..., op. cit., p. 197.

30Les prostituées travaillant en « libérale » ne sont pas toujours seules, elles ont parfois des « protecteurs » présents. Dans le quartier de l'hôpital Saint-Louis, un groupe d'individus se trouve dans un bar du faubourg du Temple en compagnie de Juliette L..., fille publique. La petite société a été aperçue par le gardien de la paix, Maupas. L'un des hommes aurait dit à la fille en désignant Octave C..., qui était en état d'ivresse : « Emmène-le, il est bon à faire58 ! ». « Il ne manquait pas parmi eux d'honnêtes ouvriers, de bons drilles, égarés par une minute d'étourderie ou d'entraînement [...] qu'une femme sollicitant une chambre, en compagnie d'un client de passage [...] en état d'ébriété [...], la femme étant sortie au bout d'un quart d'heure [...] protesta contre l'inculpation d'entôlage59. » La préméditation est ici indéniable et l'entôleuse est sûrement une coutumière du fait. Le lieu, les paroles et le prix des faveurs correspondent à une classe de filles de niveaux différents : « les dames qui sollicitent le passant : veux-tu m'accompagner, beau brun ? sont en général d'un degré inférieur au demi-castor60 ».

Les lieux propices à l’entôlage

  • 61 APP Registre 67 du 39e quartier, Porte Saint-Martin, mention ° 509, op. cit.
  • 62 APP Registre 43 du 40e quartier, Hôpital Saint-Louis, mention n° 294.
  • 63 APP Registre 42, Porte Saint-Denis, mention n° 1 870.

31Ici, les victimes ont été emmenées dans les hôtels proches du lieu de « raccrochage ». Les maquerelles, propriétaires de maisons de rendez-vous ou de passe, s'opposent aux filles clandestines ou soumises sur la voie publique. Elles estiment qu'elles exercent une concurrence déloyale à l'égard de leur commerce. Parmi les entôlés de cet arrondissement entre 1913 et 1920, les vols sont effectués dans les hôtels choisis au dernier moment ou parfois elles accompagnent leur client d'un soir dans son garni. Certains michés refusent le logis proposé par la fille. Nous recensons 8 cas sur 191 où les clients préfèrent demeurer dans leur hôtel personnel et ainsi « l'emmener dans leur chambre ». En 1914, Alfred D..., demeurant lui-même en hôtel à Paris, exerçant le métier d'employé de commerce, « emmena la fille chez lui61 » ; il connaît le nom de son entôleuse, elle est partie depuis 15 jours de son hôtel de la rue de la Fidélité. Le 27 mars 1917, à 8 h. 30, Jules P..., né à Waesquale dans le département du Nord, charretier, demeurant dans un hôtel de la rue de Bichat, « a également conduit une femme chez lui " ; ne sachant le nom de la fille, il se contente de donner son signalement : « taille moyenne, châtain, âgée de 20 à 25 ans, assez forte corpulence, vêtue d'un grand manteau gris sombre, une petite cicatrice au cou du côté gauche62 ». La même année, c'est Joseph S..., cuisinier, qui « reçoit chez lui63 ». La prudence dont ils ont fait preuve ne leur a pas évité d'être entôlés.

  • 64 APP Registre 33 du 2e quartier, Les Halles, mention n° 1 255.

32Tous les vols signalés aux autorités policières ont été perpétrés par des filles soumises ou insoumises racolant dans les rues et boulevards parisiens. La michetonneuse publique exerce une concurrence illégale à rencontre des pensionnaires des maisons de rendez-vous. Il serait très mal vu de la part de la matrone d'apprendre qu'une de ses employées entôle une clientèle assidue et sérieuse. Une plainte de cette sorte entacherait l'honorabilité de la maison et ce serait mettre un terme au « commerce ». Pourtant, le maréchal-des-logis Louis C... du 81e régiment fut peut-être victime d'une pensionnaire de la maison close située 9, rue Jean-Jacques Rousseau. Il déclare : « ayant passé la nuit avec la fille Madeleine F..., âgée de 22 ans, célibataire et fille soumise, j'ai constaté que mon portefeuille avait été volé, il contenait mes papiers d'identité et la somme de 900 francs. La fille répond qu'elle n'a rien volé et ne rien savoir de l'argent de C..., qu'il était légèrement ivre lorsqu'il s'est présenté à la maison. La maîtresse de la maison Sidonie B..., 50 ans, a ordonné des recherches dans la maison et elles n'ont donné aucun résultat. Personne n'a pu commettre le vol que la fille F..., si toutefois elle est coupable64 ».

Étude socio-professionnelle des victimes

33Dans cet arrondissement les victimes sont toutes des hommes.

34Quelles professions exercent les victimes civiles ? Parmi les 134 civils entôlés, nous recensons près de 91 métiers variés. Ce qui montre une diversité professionnelle importante, qui ne se borne pas uniquement aux classes sociales les plus humbles. Les regrouper en 7 catégories socio-professionnelles enlèverait une part de réalité des professions de la Belle Époque et nous avons préféré privilégier les dénominations réelles, ce qui nous permet de mieux saisir les emplois exercés par les victimes. Toutefois, certaines associations ont été nécessaires ; c'est le cas des employés, représentants et voyageurs de commerce, qui se placent en tête avec 15 individus ; arrivent ensuite les mécaniciens avec 8 personnes ; puis une catégorie totalisant 6 négociants en tous genres : de vins, de machines à écrire et de faïences ; le groupe suivant désigne celui des marchands, au nombre de 5 ; après les 3 peintres et les 3 fabricants, les autres métiers sont précisés unitairement. La liste intégrale étant trop longue et trop disparate, je ne citerai que quelques exemples parmi les secteurs essentiels ; nous avons un ouvrier de ferme, un agriculteur, un cultivateur, puis un valet de chambre, un domestique ; quelques ouvriers travaillant dans les usines d'armement : un magasinier, un ajusteur, un fraiseur, un perceur et un tourneur ; une quantité de petits métiers manuels : un serrurier, un garagiste, un menuisier ; quelques professions libérales, parmi lesquelles un homme de lettres, un avocat, un ingénieur, un chirurgien dentiste, un entrepreneur de travaux publics, et pour clore cette liste non exhaustive, un brigadier des douanes de l'octroi de Paris.

35La période considérée inclut la Grande Guerre et s'intéresse aux permissionnaires, à leur tour en position de victimes. Les militaires se trouvent être particulièrement visés par ces vols, puisque 57 d'entre eux sont concernés. Ils représentent un plaignant sur trois en moyenne. Nous avons 7 sous-officiers et 6 officiers ayant déclaré être victimes d'un vol à l'entôlage contre 44 hommes de troupe. La proportion des gradés est d'un tiers pour deux tiers de simples soldats. Par ordre décroissant, deux capitaines, deux lieutenants et deux sous-lieutenants figurent parmi les permissionnaires. Les sous-officiers proviennent d'unités diverses ; nous comptons 2 fantassins avec le grade de sergent, 2 maréchaux des logis des régiments d'artillerie ; le premier caporal appartient au génie, le suivant aux chemins de fer et le dernier à un groupe d'aviation. Les autres militaires émanent de l'ensemble des armées française et étrangères, dont il est inutile de différencier les troupes entre l'infanterie, l'artillerie, l'aviation ou encore les voies de communication. Cela n'apporterait rien de plus à l'étude, à part le fait que tous ont été mobilisés, ont été entôlés au cours des premières heures de repos, les jours suivants ou avant de rejoindre leur unité.

Âges et lieux d'habitation

  • 65 A. Corbin, Les filles de noce, op. cit., p. 182.
  • 66 APP Registre n° 71 du 39e quartier, Porte Saint-Martin, mention n° 1 615.
  • 67 APP Registre n° 42 du 37e quartier, Saint-Vincent de Paul, mentions n° 613.

36L'échantillon retenu est divisé en 6 tranches d'âges. La catégorie des 30-39 ans arrive en tête, aussi bien parmi les civils que chez les militaires. Les tranches d'âges suivantes sont celles des 40-49 et 21-29 pour les urbains, alors que celle comprise entre 21 et 29 ans correspond aux hommes mobilisés. À travers ces victimes de vol, nous inventorions un grand nombre d'hommes qui ont entre 21 et 39 ans, et les âges s'accordent avec la « période d'excitation génésique pour satisfaire tout simplement leur désir65 ». Le doyen des victimes est « chef surveillant d'une usine en construction, âgé de 66 ans, il a déclaré avoir été volé d'une somme de 1 400 francs66 ». Les moins de 21 ans, au nombre de 8, se divisent entre 6 civils et 2 permissionnaires. Le cadet, Eugène B..., n'est pas encore mobilisable ; âgé de 15 ans et travaillant comme placier en braderie, il demeure chez sa mère, et il avait donné une fausse version des faits : « deux jeunes gens m'ont assailli et m'ont soustrait 30 francs, l'inspecteur C..., de la sûreté chargé des recherches explique que le jeune B... a avoué n'avoir été l'objet d'aucune agression mais qu'une femme dont il donne le signalement, après l'avoir racolé l'a conduit dans une chambre d'hôtel et que cette dernière l'aurait entôlé. Il déclare avoir fait une fausse déclaration de peur d'être réprimandé pas ses parents67 ».

37Les victimes résidant dans le département de la Seine l'emportent avec 82 individus, dont 53 Parisiens. Les autres individus entôlés sont en majorité de passage dans la capitale, semblables aux permissionnaires français ou des armées alliées, et s'occupent de leurs affaires commerciales : c'est environ 35 personnes venues de 17 départements. Parmi les clients de nations européennes, nous comptons 3 sujets belges, 1 Grec et 1 Italien non mobilisés. Les voyageurs pour affaires dans la capitale détiennent des monnaies de leur pays, comme des devises françaises, et payent la fille en valeurs étrangères. Il est sûrement plus facile de déposer une plainte pour un vol à l'entôlage pour un individu inconnu de la ville que pour un résident. Le Parisien, qui connaît son quartier, son arrondissement, doit se sentir plus humilié devant le policier.

38Malgré les minces indices que nous possédons sur la situation familiale des victimes, nous en déduisons qu'un très grand nombre sont célibataires. Dans ce cas, pas de compte à rendre ni d'histoire abracadabrante à inventer. Pour les 14 individus mariés, il en va tout autrement ; si l'objet du vol est important, il peut compromettre une situation financière, ou encore les bénéfices d'une affaire commerciale qui avait été bien menée jusqu'à la découverte du vol. Une faillite peut-elle être à l'origine d'un vol à l'entôlage ou un divorce de la part de l'épouse trompée, et de surcroît, si elle apprenait la débâcle financière de son mari ? Le fait d'avouer des relations extraconjugales avec une prostituée et d'avoir été dupé par celle-ci rend plus difficile la déclaration de vol au commissariat. Cependant, au moment de la plainte, la victime gardait-elle l'espoir secret que les policiers retrouvent rapidement les auteurs, mais aussi le butin non dépensé, et classent cette fâcheuse mésaventure ? En précisant sa situation matrimoniale, le mari « honteux » avoue avoir péché et cela alourdit un peu plus sa faute

Une dépense de quelques francs...

  • 68 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre 42, mention n° 519.
  • 69 APP Saint-Vincent-de-Paul, Registre 43, mention n° 325.
  • 70 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 44, mention n° 1 286.
  • 71 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 46, mention n° 482.
  • 72 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 44, mention n° 1 386.
  • 73 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 45, mention n° 449.
  • 74 Ibid., mention n° 1 153.
  • 75 Ibid., mention n° 1 192.
  • 76 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 46, mention n° 1 639.
  • 77 Ibid., mention n° 652.
  • 78 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 49, mention n° 2 415.

39Les premières paroles échangées, le filet se referme sur la victime qui a « succombé » aux avances de la prostituée. Les deux parties s'accordent sur le tarif, très fluctuant en fonction du service rendu et qui dépend de la loi du marché entre l'offre et la demande. Ces critères varient selon le lieu, les exigences et la fortune du client, comme les faveurs accordées. En 1913, un garçon de café de 26 ans, Albert B..., « avait réglé 2 francs pour 15 minutes passées dans l'hôtel68 ». L'année suivante, René P..., négociant de machines à écrire, « donnait 7 francs pour le prix des faveurs69 ». En novembre de la même année, c'est un employé de commerce, François D..., habitant Saint-Denis, qui « a versé 6 francs à la compagne de rencontre70 ». En 1917, Jules A..., habitant dans le département du Maine et « de passage à Paris laissait à la femme galante une somme de 20 francs71 », exactement comme l'employé des chemins de fer Léon L..., originaire de l'Est et demeurant quelques jours dans la cité. Les permissionnaires ne touchant qu'un maigre appointement de l'armée reçoivent quelque argent de la part de leur famille et le 24 décembre 1914, après avoir fait connaissance d'Augustine R..., le canonnier Bernard L..., caserné à Vincennes, « accepte de donner 5 francs à cette dernière72 ». Un tarif analogue s'applique à d'autres permissionnaires ; c'est le cas en 1916 de Fidèle C..., cantonné au Mans73, d'un artilleur belge Émile H..., en convalescence74, du fantassin Casimir R..., qui « lors de sa déposition, modifia par 5 fois le montant volé75 ». La cherté de la vie est répercutée sur les tarifs et Casimir F..., provenant du 13e régiment de ligne, accepte de payer 10 francs en octobre 191676, Henri T..., plus jeune avec ses 20 ans, appartenant au 53e régiment d'infanterie coloniale, « verse 15 francs avant de se faire enrôler de 35 francs77 ». Peu avant la fin des hostilités, le 16 septembre 1918, le caporal Régis B..., 29 ans, de la 10e section des chemins de fer, « s'acquitte des 20 francs convenus, avant de s'apercevoir de la disparition d'une somme de 285 francs78 ».

...au compte des pertes et profits !

40L'entôlage correspond en fait à une atteinte aux biens pécuniaires la plupart du temps. Nous venons de voir qu'à travers quelques exemples, les « services » entre le client et la fille sont convenus et payables à l'avance. Nous retrouvons concrètement cette constante chez les victimes de déclarer le vol d'une somme d'argent. Celle-ci est souvent en rapport avec le métier exercé et les bonnes affaires menées à leur terme pour les uns, avec les économies réalisées pour les autres, et en général l'imprudence naïve des victimes. On peut supposer que les petites sommes de quelques francs déclarées par les victimes ne sont pas exagérées, en revanche on est en droit de douter des montants parfois exorbitants avoués par les entôlés. Des victimes ne cherchent-elles pas à se faire enrôler afin de récupérer de l'argent que possède une fille après une journée fructueuse ? Les entôlés cherchent-ils à se venger d'une maîtresse qui les a éconduits ? D'une amante qui aurait plusieurs galants ? Ou qui aurait, par ses dons naturels, une clientèle abondante ? Certains michés ne sont-ils pas des entôlés « professionnels » ? Est ce qu'une déclaration d'entôlage envers une fille nommée ne permet pas de récupérer quelque pécule ?

  • 79 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 52, mention n° 722.

41Les sommes d'argent atteignent des sommes énormes voire démesurées, pour l'époque. Avant la guerre, un expert-comptable a été enrôlé « de 1 300 francs ». En 1918, c'est un assureur de 51 ans, Paul V..., « qui annonce la somme de 2 000 francs », et un employé de commerce, Paul J..., enrôlé « d'un montant de 2 700 francs », alors qu'après-guerre Jean G..., employé de commerce, « déclare un montant de 7 000 francs ". En 1919, un fabricant de chaussures d'origine belge, Valère D..., de passage à Paris, « annonce 10 700 francs ». Le paroxisme est atteint avec Jean-Marie D..., voyageur de commerce, victime d'une somme « de 24 000 francs ! Cet époux marié demande la plus grande discrétion de la part des policiers79 ».

  • 80 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 45, mention n° 732.
  • 81 APP 39e quartier, Porte Saint-Martin, Registre n° 68, mention n° 185.
  • 82 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 44, mention n° 1 386.

42Comment les michetons se font-ils abuser de la sorte ? Pourquoi ont-ils cru les paroles des entôleuses quand elles ont voulu sortir de la chambre ? Le sous-lieutenant Henri B... a, semble-t-il, cru les paroles d'une « mère » prétextant quitter la chambre d'hôtel pour « aller voir son enfant80 ». Un domestique de 46 ans voit Germaine ? « partir précipitamment81 ». Les hôteliers sont aussi de connivence avec les filles. Cela leur permet de rentabiliser les chambres et de réaliser des bénéfices supplémentaires, car les entôleuses sont bien généreuses lors de leur forfait. Le canonnier Bernard L..., « après s'être couché avec la fille, qui s'est levée au bout d'un certain temps, et prit 9 billets de 5 francs. Le client l'invita à lui restituer son argent, Éva R..., appela l'hôtelier qui lui a facilité la fuite. Il frappa le militaire de deux coups de poing. La fille nia le vol par la suite82 ».

Les plaintes

  • 83 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 43, mention n° 459.
  • 84 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 44, mention n° 1 335.
  • 85 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 45, mention n° 1 026.
  • 86 Ibid.. mention n° 449.
  • 87 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 50, mention n° 2 877.
  • 88 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 47, mention n° 2 218.

43C'est bien souvent l'ampleur du préjudice subi par la victime qui l'incite à révéler le vol et à déposer une plainte. Cependant, les policiers notent la mention sur le répertoire analytique et il arrive ensuite que la victime ne se présente pas pour déposer une plainte officielle. C'est le cas d'un Parisien en 1913, Emilio H..., « alors qu'il a requis un agent contre Jeanne B..., fille soumise qui lui avait volé 20 francs83 » ; au cours de la guerre, en décembre 1914, un permissionnaire « provenant d'un régiment de zouaves, entôlé de 20 francs ne se présente pas au commissariat84» ; en 1916, c'est Lucien H..., « soldat au 10e régiment de génie entôlé d'une somme de 30 francs85 ». Toujours en 1916, au mois de mars, Fidèle C..., de la classe 1913, « entôlé de 5 francs par Lucie T ne vient pas déposer une plainte contre l'entôleuse pour la simple raison que celle-ci lui a rendu le billet en présence des gardiens de la paix qui étaient intervenus dans l'affaire86 » Les événements ont tourné cette fois-ci en faveur de la victime. Les plaintes n'ont pas été déposées alors que les auteurs ont été interpellés. Remarquons que les sommes volées sont peu excessives. Les petits salaires parisiens sont évalués entre 5 francs et 8 francs par jour. Est-ce que les permissionnaires ont relativisé le vol et ont pardonné à leur entôleuse ? Ont-ils eu un manque de temps pour effectuer cette démarche ? De retour au régiment, se sont-ils fait tuer ? Certains ont promis de déposer la plainte au cours de leur prochaine permission. C'est le cas de François D..., lieutenant d'infanterie, en octobre 1918 « entôlé de 755 francs87 » : a-t-il réellement pu tenir sa promesse ? En revanche, au cours d'un repos, Nicolas C..., « du 41e régiment d'infanterie, fait arrêter la femme qui l'avait entôlé lors de sa précédente permission. Elle reconnaît bien avoir passé la nuit avec lui, mais elle nie le vol d'un montant de 100 francs. Elle est envoyée au dépôt88 ».

  • 89 APP, 38e quartier, Porte Saint-Denis, Registre n° 37, mention n° 1 454.

44Des clients retirent-ils leur plainte ? Il peut exister une liaison affective entre une « fille de noce » et son client. En 1913, un représentant de commerce demeurant dans le département de la Seine s'est désisté de sa plainte contre la nommée René C... « car il connaissait l'entôleuse qui n'était autre que son ex-amie89 ». Un client a toujours la possibilité de retirer sa plainte, qu'il connaisse ou non l'entôleuse. Concernant des sommes élevées, aucune plainte n'a été retirée de la part des victimes.

  • 90 APP, 38e quartier, Porte Saint-Denis, Registre n° 43, mention n° 282.
  • 91 Ibid., mention n° 142.
  • 92 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 45, mention n° 462.
  • 93 APP 39e quartier, Porte Saint-Martin, Registre n° 71, mention n° 1 654.

45Les sommes déclarées par les victimes évoluent suivant la fortune du client, son emploi et les recettes réalisées. Les permissionnaires entôlés le sont en général de sommes modiques, 5 francs, 20 francs voire 30 francs, et n'ont pas toujours déposé une plainte. Les simples soldats n'ont pas déclaré de sommes supérieures à 300 francs, sauf pour un militaire « américain en février 1919, John K..., du 18e régiment d'infanterie, dont le vol s'élève à 500 francs90 ». Pour les sous-officiers, les espèces sont comprises entre 300 à 500 francs et exceptionnellement pour un caporal du groupe d'aviation, Henri V..., « 600 francs dans son portefeuille, 75 francs dans son porte-monnaie ainsi qu'un livret de caisse d'épargne91 ». Le gradé est mieux rémunéré que le simple militaire et sa solde se trouve engloutie dans l'entôlage. Le changement de statut des officiers suit une progression logique parmi les pertes pécuniaires qui se situent entre « 700 francs pour un capitaine d'état-major d'artillerie » et un maximum de « 1 400 francs pour un autre capitaine d'escadron au début de l'année 1919 ». L'objet du vol ne se limite pas uniquement à l’aspect financier. Au cours de la guerre, les papiers d'identité sont très recherchés et dérobés : livrets militaires, permis de séjour, permis de conduire, cartes alimentaires et permissions. Des objets personnels, comme les montres et chaînes, sont également enlevés, puis revendus rapidement. Deux plaignants mariés désignent parmi la liste des papiers disparus « un certificat de bonne vie et de bonnes mœurs !» ; le premier en 1916 exerce la profession d'ajusteur92 et le second, Albert R..., entôlé en 1920 se trouve être artiste dramatique93.

  • 94 APP, 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 52, mention n° 418.

46Les individus entôlés déposent une plainte pour vol à l'entôlage contre la femme X, quand celle-ci est inconnue ou dès que le plaignant s'aperçoit du vol. Néanmoins, la victime ne remarque pas immédiatement le vol et plusieurs jours peuvent s'écouler avant que le fait soit signalé aux autorités. Si elle habite Paris, cela pose moins de difficultés majeures. Par contre, cela est plus délicat si elle n'a demeuré que quelques jours dans la métropole. Nous avons l'exemple d'un client, qui, après avoir réalisé la disparition de son portefeuille, rapproche le vol avec son séjour parisien. La victime écrit au commissariat du quartier. En 1920 dans le quartier de Saint-Vincent-de-Paul, c'est le cas d'un employé de commerce, Léon S..., « qui déclare dans son courrier avoir été volé de 4 500 francs94 ». Comment la victime ayant sur elle une telle somme ne s'en est-elle pas rendu compte plus tôt ? Cette somme est-elle réelle ? Doit-il justifier le larcin devant son employeur ? Risque-t-il de perdre sa place ? Est-il obligé de rembourser l'argent dérobé ?

Les dommages et intérêts ?

  • 95 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 48, mention n° 2 307.
  • 96 APP 38e quartier, Porte Saint-Denis, Registre n° 38, mention n° 348.
  • 97 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 45, mention n° 85.
  • 98 E. Raynaud, Souvenirs de police (Au temps de Ravachol), op. cit., p. 63.
  • 99 Ibid., mention n°751.

47Des plaignants se sont rapidement rendu compte du vol et rattrapent l'entôleuse qui restitue le montant détourné. C'est le cas d'Antoine B..., en 1917 : « Il réquisitionne un gardien de la paix qui interpelle Séraphine M..., elle avoue sans difficulté le vol et restitue les 70 francs avant d'être emmenée au dépôt95 » Le 15 juin 1914, un garçon coiffeur, Albert F..., « se fait entôler de 10 francs par Virgine G..., interpellée, elle nie, puis reconnaît. Elle rembourse dans un premier temps 5 francs et 5 autres francs le lendemain96 ». Dans le quartier de Saint-Vincent-de-Paul, le 20 janvier 1916, c'est un marchand de légumes, Henri B..., « qui se voit remettre une partie des 60 francs volés la veille. L'inspecteur chargé de l'enquête perquisitionne au domicile de Virginie G... et l'arrête chez elle. Elle nie le vol, quand l'inspecteur découvre la somme de 56 francs, qu'il saisit et qu'il redonne au marchand97 ». Malgré les preuves, il arrive que l'entôleuse nie ; cependant « pressée de questions, sur le point d'avouer son méfait, se ravisait soudain, comme renforcée par son mutisme, par le conseil que lui jetait de l'autre côté de la cour, la voix de Sylvain98 ». Nous avons le cas d'Oscar B..., permissionnaire, qui loue une chambre à l'hôtel. Sa vigilance le préserve de l'entôlage, car « vers 1h.00 du matin, la fille s'éclipse, le client s'aperçoit du détournement et fait arrêter la fille, qui s'avère encore être Virginie G... Elle nie à nouveau le vol, conduite au poste, elle commence à se déshabiller quand les billets de banque placés entre sa chemise et son soutien-gorge sont remarqués par le chef de poste et correspondent bien à la somme de 193 francs dérobée. Les billets sont restitués au militaire99 ».

  • 100 APP 38e quartier, Porte Saint-Denis, Registre N° 38, mention n° 383, op. cit.
  • 101 Ibid., mention n° 588.
  • 102 Auteur anonyme. Les Prostituées à Paris..., op. cit., p. 205.

48Quelques victimes ont pu récupérer leurs économies grâce à leur dextérité, à la chance, ou à un esprit non embrouillé par l'absorption abusive de boissons alcoolisées, ce qui n'a pas été la chance d'un Parisien, peintre en bâtiment de 35 ans, « ivre au moment du vol, réalisé par deux femmes, il ne peut confirmer si Lucienne ? et Adrienne L... sont bien les entôleuses100 ». Un mécanicien aviné, originaire de la Seine et âgé de 48 ans, « entôlé de 250 francs précise qu'il a bu plus que de coutume et avoir des souvenirs vagues, mais cependant, il reconnaîtrait la coupable101 ». Un ancien agent des mœurs indique avec humour « qu'il y en a même qui se sont fait une spécialité de ramener dans le droit chemin les ivrognes égarés. Elles se paient elles-mêmes de leurs complaisances en prenant dans la poche d'un ivrogne l'argent que celui-ci n'a pas encore eu le temps de laisser dans les "zincs"102 ».

  • 103 APP 38e quartier, Porte Saint-Denis, Registre n° 38, mention n° 461.
  • 104 APP 38e quartier, Porte Saint-Denis, Registre n° 41, mention n° 1 366.
  • 105 APP 38e quartier, Porte Saint-Denis, Registre n° 43, mention n° 142.

49Certains plaignants sont deux fois victimes de l'entôleuse. En effet, après avoir réglé le prix des faveurs, l'individu, aviné ou non, s'endort et laisse la part belle à la voleuse qui n'a plus qu'à fouiller les poches du client. L'amant de passage est victime une première fois d'un service dont il n'a pas profité et une seconde fois de la disparition de ses économies ou de sa solde. C'est le cas d'un gérant de propriété de 46 ans qui « était avec deux filles qui se rejettent la responsabilité du vol103 » et de deux permissionnaires dont « l'un appartient à l'armée australienne, Jack W...104 » et l'autre à l'armée française, « caporal Henri V...105 ».

50Le comportement de la victime n'est-il pas aussi coupable que celui de l'auteur du vol ? Les rapports entre ces deux personnes ne s'opposent pas de façon manichéenne. Ce sont plutôt les circonstances du moment, du lieu, du jeu joué par les acteurs qui rendent l'entôlage possible ou impossible. Le vol à l'entôlage devrait plutôt être étudié cas par cas et non dans son ensemble. Une fille publique peut voler un jour et l'autre faire preuve d'une honnêteté exemplaire envers un micheton : un désir de rédemption pour une mauvaise action ?

51Régis Foubert

Notes

1 P. Maquel, La main courante. Les archives indiscrètes de la police parisienne 1900-1945, Paris, A. Michel, 1997, 376 p.

2 É. Cronier, Les permissionnaires à Paris pendant la Grande Guerre, Paris, Université de Paris I-Sorbonne, 1993, 199 p. ; C. Lairy, Le suicide à Paris (1895-1900), Paris, Université de Paris I-Sorbonne, 1995, 67 p. ; R. Foubert, La police municipale parisienne et ses missions à l'époque de la Grande Guerre (1913-1920), Amiens, Université de Picardie-Jules Verne, 1994, 219 p.; V. Zertav, La pègre dans les années vingt, Paris, Université de Paris VII, 1998, 248p. ; c. Tarracol, Criminalité et délinquance à Paris sous le Second Empire, Paris I, prévu en 1999.

3 E. Cronier, Les permissionnaires à Paris et dans le grand bassin parisien pendant la Grande Guerre, Paris, Université de Paris I, DEA, 1994, p ; V. Zertav, La pègre parisienne dans les années vingt, Paris, Paris VII, mémoire de DEA, prévu 1999

4 É. Cronier, Les permissionnaires à Paris et dans le grand bassin parisien pendant la Grande Guerre, thèse (soutenance à venir) ; R. Foubert, Rue et délinquance parisienne à l'époque de la Grande Guerre (1914-1918), thèse (soutenance à venir).

5 J.-C. Farcy, Archives policières : les répertoires de procès-verbaux des commissariats parisiens, article à paraître dans la revue Recherches contemporaines, Nanterre, n° 10.

6 F. Chauvaud, De Pierre Rivière à Landru, Bruxelles, Brepols, 1991, p. 34.

7 J.-M. Berlière, L'institution policière en France sous la Troisième République 1875-1914, Dijon, Thèse d'État, 1991, p. 21.

8 P. Miquel, La main courante..., op. cit.

9 Il peut s'agir du plaignant, de la victime et du policier.

10 L'Agent de police judiciaire-adjoint établit un rapport, tandis que l'agent de police judiciaire dresse un procès-verbal, les deux termes employés sont légaux et ont un effet identique au Parquet.

11 J.-C. Farcy, Archives policières..., art. cit. Je remercie J.-C. Farcy pour m'avoir indiqué les textes officiels concernant ces registres.

12 F. Brayer, Dictionnaire Général de Police Administrative et Judiciaire, 4 vol., Paris, L. Lorose et Forcel, 2e éd., s. d„ 1890 ?, p. 213.

13 Sous les termes de « Vagabondage spécial », c'est souvent l'arrestation d'un souteneur et de la fille.

14 J.-C. Farcy, Archives policières..., art.cit., p. 6.

15 L. Tripier et H. Monnier, Codes d'introduction criminelle, pénal et tarifs, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1906, p. 65.

16 APP Registre n° 36, les Halles, commencé le 29 juin 1918 et terminé le 10 mars 1919, mention n° 322.

17 Annuaire statistique de la ville de Paris pour l'année 1905, Paris, Masson et Cie, 1907, p. 604. Il différencie 7 méthodes de vol : au poivrier, à la roulotte, à l'entôlage, au rendez-moi, à l'américaine, à la tire et à l'étalage. L'annuaire distingue aussi entre les vols par salariés, dans les églises, dans les cimetières, par recel, dans les garnis et dans les champs. Il classe les vols avec effraction, escalade, fausses clés.

18 L'annuaire distingue différentes rubriques ; les motifs des arrestations (Seine-mandats, jugements). Département (idem), Appels, Mandats du préfet de police, Flagrants délits ou plaintes ; puis les lieux des arrestations, entre Paris et la banlieue ; ensuite les classes d'âges (- de 15, de 16 à 17, de 18 à 21 ans et plus de 21 ans) ; il différencie les Françaises des étrangères ; leur moralité entre jamais ou déjà condamnée).

19 A. Daboval, Mon recueil destiné au corps des gardiens de la paix, Paris, Hemmerlé-Petit et Cie, 1937, 1006 p. L'auteur définit 11 vols, ceux énumérés dans la note précédente et il ajoute : le vol à la dégringolade, le vol à la trouvaille, le vol au radin et le vol à l'esbrouffe.

20 L. Fiaux, La Police des Mœurs, t. 1, Paris, Félix Alcan, 1907, p. 203.

21 Ibid., p. 203.

22 Ibid., p. 203.

23 Ibid., p. 203.

24 Ibid., p. 203.

25 Ibid., p. 203.

26 L'étude des arrestations contenue dans cet annuaire comprend l'aire géographique de la préfecture de police, à savoir : le département de la Seine, les communes de Saint-Cloud, Meudon, Sèvres et Enghien.

* Le chiffre inscrit pour chaque année correspond aux filles soumises et clandestines appréhendées, ainsi que les vénériennes - aux alentours d'une centaine par an -venues d'elles-mêmes se faire soigner

** L'annuaire statistique administratif et judiciaire de la ville de Paris, pour 1919, Paris, Masson et Cie, 1922 768 p., à la page 368 le classement des arrestations subdivise 6 grandes catégories ; contre l'ordre public ; contre les personnes ; contre les mœurs ; contre les propriétés ; frais de justice impayés ; autres motifs.

27 J.-M. Berlière, La police des mœurs sous la IIIe République, Paris, Seuil, 1992, p. 110.

28 Ibid., p. 129.

29 Nous avons choisi comme échantillon un quartier par arrondissement. Le choix des 20 quartiers correspond aux circonscriptions pour lesquelles les répertoires analytiques sont presque complets de 1913 à 1920. Nous avons les quartiers des Halles (I) ; Gaillon (II) ; Les Archives (III) ; Arsenal (IV) ; Sorbonne (V) ; Odéon (VI) ; Invalides (VII) ; Philippe-de-Roule (VIII) ; Rochechouart (IX) ; Porte de Saint-Denis (X) ; Folie-Méricourt (XI) ; Bois-de-Vincennes (XII) ; ceux de la Gare, Salpêtrière, Maison-Blanche et Croulebarbe sont regroupés sur un seul registres le XIII ; Plaisance (XIV) ; Javel (XV) ; Muette (XVI) ; Batignolles (XVII) ; Clignancourt (XVIII) ; Combat (XIX) et le Père-Lachaise (XX).

30 Racolage, soumises sans cartes, cartes sanitaires non à jour par les visites médicales. Pour les soumises, ivresses, tapage nocturne, etc.

31 E. Cronier, Les permissionnaires à Paris..., op. cit., p. 17.

32 Ibid., p. 17.

33 Ibid., p. 17.

34 Ibid., p. 18.

35 APP, carton BA 1689, Prostitution, Traite des blanches.

36 Ibid., BA 1689, (l'orthographe a été respecté).

37 A. Flexner, La prostitution en Europe, Paris, Payot, 1919, p. 31.

38 APP Registre n° 45 du 37e quartier. Saint-Vincent de Paul, mentions n° 48 et 85.

39 APP, ibid., mentions n° 271 et 709.

40 APP, ibid., mention n° 675.

41 APP Registre n° 40 du 38e quartier. Porte Saint-Denis, mentions n° 23 et 644.

42 APP Registre n° 40 du 38e quartier. Porte Saint-Denis, mentions n° 23 et 644.

43 APP Registre n° 44 du 40e quartier, Hôpital Saint-Louis, mentions n° 1 668 et1 646.

44 APP Registre 45 du quartier Saint-Vincent-de-Paul, mention n° 1 093, op. cit.

45 APP Registre 45 du 37e quartier. Saint-Vincent de Paul, mention n° 318.

46 APP Registre 49 du 37e quartier, Saint-Vincent de Paul, mention n° 2 415.

47 APP Registre 43 du 38e quartier, Porte Saint-Denis, mention n° 142.

48 Auteur anonyme. Les Prostituées à Paris-Notes et souvenirs d'un ancien agent des mœurs, Paris, s. d., 1897 ?, 264 p., p. 214 (APP N° 149).

49 APP Registre 52 du 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, mention n° 429.

50 APP Registre 51 du 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, mention n° 1 235.

51 Auteur anonyme, Les Prostituées à Paris..., op. cit., p. 226.

52 Ibid., p. 230.

53 APP Registre 50 du 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, mention n° 2 877.

54 Ibid., mention n° 3 104.

55 APP Registre 48 du 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, mention n° 217.

56 APP Registre 46 du 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, mention n° 1 700.

57 Registre 48 du 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, mention n° 383

58 APP Registre 41 du 40e quartier, Hôpital Saint-Louis, mention n° 619.

59 E. Raynaud, Souvenirs de police (Au temps de Ravachol), Paris, Payot, 1923, p. 103, 108 et 109.

60 Auteur anonyme, Les Prostituées à Paris..., op. cit., p. 197.

61 APP Registre 67 du 39e quartier, Porte Saint-Martin, mention ° 509, op. cit.

62 APP Registre 43 du 40e quartier, Hôpital Saint-Louis, mention n° 294.

63 APP Registre 42, Porte Saint-Denis, mention n° 1 870.

64 APP Registre 33 du 2e quartier, Les Halles, mention n° 1 255.

65 A. Corbin, Les filles de noce, op. cit., p. 182.

66 APP Registre n° 71 du 39e quartier, Porte Saint-Martin, mention n° 1 615.

67 APP Registre n° 42 du 37e quartier, Saint-Vincent de Paul, mentions n° 613.

68 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre 42, mention n° 519.

69 APP Saint-Vincent-de-Paul, Registre 43, mention n° 325.

70 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 44, mention n° 1 286.

71 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 46, mention n° 482.

72 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 44, mention n° 1 386.

73 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 45, mention n° 449.

74 Ibid., mention n° 1 153.

75 Ibid., mention n° 1 192.

76 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 46, mention n° 1 639.

77 Ibid., mention n° 652.

78 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 49, mention n° 2 415.

79 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 52, mention n° 722.

80 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 45, mention n° 732.

81 APP 39e quartier, Porte Saint-Martin, Registre n° 68, mention n° 185.

82 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 44, mention n° 1 386.

83 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 43, mention n° 459.

84 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 44, mention n° 1 335.

85 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 45, mention n° 1 026.

86 Ibid.. mention n° 449.

87 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 50, mention n° 2 877.

88 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 47, mention n° 2 218.

89 APP, 38e quartier, Porte Saint-Denis, Registre n° 37, mention n° 1 454.

90 APP, 38e quartier, Porte Saint-Denis, Registre n° 43, mention n° 282.

91 Ibid., mention n° 142.

92 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 45, mention n° 462.

93 APP 39e quartier, Porte Saint-Martin, Registre n° 71, mention n° 1 654.

94 APP, 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 52, mention n° 418.

95 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 48, mention n° 2 307.

96 APP 38e quartier, Porte Saint-Denis, Registre n° 38, mention n° 348.

97 APP 37e quartier, Saint-Vincent-de-Paul, Registre n° 45, mention n° 85.

98 E. Raynaud, Souvenirs de police (Au temps de Ravachol), op. cit., p. 63.

99 Ibid., mention n°751.

100 APP 38e quartier, Porte Saint-Denis, Registre N° 38, mention n° 383, op. cit.

101 Ibid., mention n° 588.

102 Auteur anonyme. Les Prostituées à Paris..., op. cit., p. 205.

103 APP 38e quartier, Porte Saint-Denis, Registre n° 38, mention n° 461.

104 APP 38e quartier, Porte Saint-Denis, Registre n° 41, mention n° 1 366.

105 APP 38e quartier, Porte Saint-Denis, Registre n° 43, mention n° 142.

Table des illustrations

Titre Tableau I : Statistiques annuelles de la ville de Paris26 Arrestations pour crimes et délits : nombre d'entôleuses jugées (1905-1920)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18653/img-1.png
Fichier image/png, 438k
Titre Tableau II : Vols à I'entôlage de 20 quartiers de la capitale29 ainsi que le nombre d'arrestations des filles publiques. (Sources : répertoires analytiques)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18653/img-2.png
Fichier image/png, 191k
Titre Graphique 1 : Les victimes du vol à l'entôlage - Xe arrondissement
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18653/img-3.png
Fichier image/png, 95k
Titre Tableau III : Répartition des vols à l'entôlage et des prostituées interpellées dans le Xe arrondissement de Paris (1913-1920)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18653/img-4.png
Fichier image/png, 774k

Auteur

Étudiante, Université de Picardie-Jules Verne

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search