Version classiqueVersion mobile

Les victimes, des oubliées de l'histoire ?

 | 
Benoît Garnot

Victimes dans leurs biens

Les victimes de vols de vêtements de linge et de tissus à Lyon au xviiie siècle

Marie Grondin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 M. Garden, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970, p. 275.

1Sous l'Ancien Régime, Lyon est une grande ville (150 000 habitants à la veille de la Révolution française) et une véritable capitale provinciale. Administrativement, elle est le siège d'un évêché, d'un gouvernement, d'une intendance, d'un bureau des finances, d'une sénéchaussée... Économiquement, elle est en pleine reconversion, la soierie devenant un élément essentiel des activités urbaines et employant près du quart de la population à la fin de l'Ancien Régime1. Parallèlement à cette montée en puissance économique et démographique, elle connaît, comme la plupart des grandes villes de l'époque, un essor continu et multiforme de la criminalité. C'est au vol de textile que s'intéresse cette communication. Elle est fondée sur le dépouillement des archives de la sénéchaussée du xviiie siècle à travers 10 coupes chronologiques de 4 ans tous les 10 ans.

2460 victimes (297 hommes et 163 femmes) subissent, de la part de 518 criminels, des vols à la tire (81, soit 19,6 %), des vols domestiques (47, soit 11,4 %), des vols par effraction (43, soit 10,4 %), des vols avec fausses clefs (21, soit 5,1 %), des départs de domicile (17, soit 4,1 %) et des vols non déterminés (114, soit 27,6 %) ayant lieu le plus souvent dans les rues ou boutiques de la ville. Étant donné le thème du colloque, seules les victimes seront présentées. Leur sexe, leur âge, leur « état », leur domicile et leur niveau d'instruction montrent les différences qui existent en leur sein, et entre eux et leurs « agresseurs ». Mais le fossé n'est pas toujours très grand et maints facteurs sont susceptibles de les rapprocher.

portrait des victimes

  • 2 Archives Départementales du Rhône (ADR), BP 3404, janvier-mars 1774.

3Le portrait-robot des 460 victimes recensées remet en cause bien des idées reçues sur les victimes de ce type de vol. Pour toutes les périodes étudiées, les hommes volés sont plus nombreux que les femmes (ils représentent 64,6 % des victimes contre 35,4 % pour les femmes). Ainsi c'est à Paul Béranger, « maître teinturier en fil », que le 13 mars 1774 un pickpocket tente de voler un mouchoir sur le quai de Retz2.

  • 3 F. Bayard, Au coeur de l'intime : les poches des cadavres. Lyon, Lyonnais, Beaujolais. xvii-xviiie(...)

4Cette prépondérance des victimes de sexe masculin ne doit pourtant pas faire illusion, car dans nombre de cas l'époux, même si sa femme a également été victime du vol, est le seul à porter plainte et ne cite que rarement sa conjointe. En tant que chef de famille, il assume les responsabilités, comme celle de demander réparation à la justice. Des différences se font cependant jour selon les types de délinquance : les voleurs à la tire ne s'en prennent jamais aux femmes, parce qu'il est plus facile d'accéder aux poches d'un homme par ailleurs mieux garnies3. Toutefois, les voleuses à la tire n'ont, elles, aucun scrupule à dépouiller leurs congénères : 3 sur 8 prennent des femmes pour cibles ; une femme a beaucoup plus de chances d'en approcher une autre sans soulever aucun soupçon. Le sexe des victimes semble donc avoir été un élément déterminant pour les voleurs dans le choix de leurs victimes : ils s'en prennent généralement à des individus de même sexe qu'eux.

  • 4 Voir tableau 1.
  • 5 ADR, BP 3 303, mai-juin 1764.
  • 6 ADR, BP 3 405, avril-mai 1774.

5L'âge des victimes est rarement précisé (175 sur 460, soit 38 %)4. Dans les périodes étudiées, 25 victimes, à l'exemple de Louis Capet, garçon boucher de 17 ans qui se fait dérober la majeure partie de ses effets personnels, ont moins de 25 ans5. 150 (32,6 %) sont âgées de plus de 26 ans et 103 (22,4 %) ont entre 36 et 78 ans, à l'instar de la marchande Claudine Bicornet, âgée de 55 ans, à qui un jeune homme vole des mouchoirs le 6 avril 17746.

6Les principales victimes sont donc des personnes d'âge mûr, les voleurs prenant pour cibles ceux qui sont susceptibles de posséder quelques biens. Voler des jeunes gens n'est guère profitable, puisque la plupart d'entre eux gagnent mal leur vie. Par ailleurs, plus un individu est âgé, plus il représente une proie facile à duper. Les hommes d'âge mûr sont donc les victimes types des voleurs de textiles à Lyon au dernier siècle de l'Ancien Régime, puisque 64,6 % des victimes sont de sexe masculin et que 58,9 % d'entre elles ont plus de 35 ans (et parmi elles 45,6 % ont plus de 46 ans).

Tableau 1 : Répartition des victimes par tranches d'âges

Tableau 1 : Répartition des victimes par tranches d'âges

des victimes aisées et instruites ?

  • 7 Voir tableau 2.

7Ces victimes ont une position sociale et économique établie au sein de la société lyonnaise7.

Tableau 2 : Profession des victimes de 1700 à 1784

Tableau 2 : Profession des victimes de 1700 à 1784
  • 8 ADR, BP 3 287, septembre 1762.
  • 9 ADR, BP 3 363, janvier 1770.
  • 10 ADR, BP 3 193, juillet-août 1750.
  • 11 ADR, BP 3 396, janvier-février 1773.
  • 12 ADR, BP 2 973,1714.
  • 13 ADR, BP 3 486, mai-juillet 1783.
  • 14 ADR, BP 3 488, octobre-novembre 1783.
  • 15 ADR, BP 3 464, mai 1780.

8Seules 16 (7,6 %) d'entre elles sont des nobles ou des ecclésiastiques, à l'instar de Claude Marie Chevalier, seigneur du Rousset, victime d'un vol important en mai 1762 dans sa demeure de la rue de la Charité8 Les bourgeois comme Sieur Ollivier sont également rares (19)9 La plupart des victimes exercent donc des professions. 19, comme Antoine Dangle, crocheteur de 30 ans sont des journaliers10 ; 15, tel Thomas Cantienne, sont domestiques11, et 26, à l'instar de Didier Lupigny, des ouvriers en soie12. Pour l'essentiel cependant les victimes sont avant tout (33,4 %) des artisans, ainsi Étienne Moulin, « compagnon potier »13, et des marchands ou négociants (26,7 %) à l'exemple du « marchand toilier » Marcellin14 ou du négociant Jean Claude Dussus15.

  • 16 ADR, BP 3 466, juillet-août 1780.
  • 17 M. Garden, Lyon et les Lyonnais..., op. cit., p. 198 à 204.
  • 18 ADR, BP 3 384, janvier-février 1772.
  • 19 ADR, BP 3 403, octobre-décembre 1773.

9Les voleurs de textiles prennent donc pour victimes des personnes issues du peuple. La proximité géographique et sociale rend les vols plus faciles. Ils se déroulent dans les rues ou boutiques essentiellement fréquentées par le peuple. Mais les victimes n'appartiennent pas aux catégories sociales les plus démunies : sur 154 artisans recensés chez les plaignants, 65,6 % sont des maîtres comme Dominique Bonnaud, « maitre fabricant en étoffe de soye »16, et seuls quelques-uns sont apprentis. Même si quelques nuances peuvent être apportées, les voleurs respectent donc la hiérarchie des fortunes lyonnaises mise en évidence par Maurice Garden17, grâce aux loyers payés par les différentes catégories sociales au dernier siècle de l'Ancien Régime. Le fait est particulièrement patent pour les vols spécifiques dans lesquels les accusés prennent plus de risques. Les vols avec effraction concernent uniquement des marchands, des maîtres, des bourgeois ou des nobles. Il en va de même des vols effectués de nuit, comme celui qu'opère Marianne Rousset le 27 janvier 177218, ou des vols avec fausses clefs, méthode employée par Jacques Legoux le 7 décembre 177319.

  • 20 ADR, BP 3 307, novembre-décembre 1764.
  • 21 Voir carte 1.
  • 22 ADR, BP 3 365, mars 1770.
  • 23 ADR, BP 3 474, septembre 1781.

10La localisation des délits conforte ce comportement. Certes, les victimes habitent dans toute la ville, mais les quartiers de la rue Tupin, où vit Claudine Omelle, épouse de Jean Baptiste Carrand, batteur d'or20, de la place Neuve, de la rue de l'Hôpital et de la rue Bellecordière en concentrent davantage21. Certaines rues sont particulièrement visées : 19 d'entre elles, ainsi Jeannetton Cambrière, coiffeuse, et Madeleine Bon, lingère22, demeurent dans la rue Mercière. 17, par exemple Jeanne Rave, « marchande toilière », dans la rue de l'Hôpital23, et 13 dans la rue Saint-Jean, au centre des quartiers de la magistrature, des affaires et du commerce. En revanche, les victimes sont très peu nombreuses à vivre rue Saint-Georges (4 personnes) où résident des catégories sociales très populaires, dont les ouvriers en soie.

Carte 1 : Le domicile des victimes

Carte 1 : Le domicile des victimes

Source : C. Jacquemin, Plan géométral et proportionnel de la ville de Lyon, 1747

  • 24 ADR, BP 3 474, septembre 1781.
  • 25 ADR, BP 3 464, mai 1780.
  • 26 M. Garden, Lyon et les Lyonnais..., op. cit., p. 450.

11Le test de la signature confirme l'appartenance des victimes aux catégories sociales roturières les plus aisées. Seuls 51,2 % des 297 « plaignants », dont Guy Casset, « maitre marchand tailleur » de la rue de la Poulaillerie, signent24 ; sur les 163 plaignantes, 33,7 %, dont Pierrette Limonin, veuve de Jean Baptiste Lescot, ancien maître perruquier, le font25. Certes, le test ne porte que sur 74 % des victimes ; malgré tout, si l'on compare les taux d'alphabétisation présentés par Maurice Garden, on constate que les victimes de sexe masculin se situent légèrement au-dessus du menu peuple qui compte 40 % d'alphabétisés26.

12Les victimes des voleurs de textiles appartiennent donc à la frange supérieure relativement aisée et instruite du menu peuple, ce qui peut conditionner leurs réactions vis-à-vis de leurs voleurs.

les victimes et les voleurs

13Les seules arrestations pour lesquelles les faits sont relativement bien relatés concernent les voleurs à la tire. Ce type de délinquants prend beaucoup de risques : il vole dans les poches des passants, dérobe des étoffes et menus linges sur les étalages, le tout « sous le nez » des victimes. Nombre d'entre eux, inexpérimentés et profitant d'une occasion, se font prendre en flagrant délit.

  • 27 ADR, BP 3 405, avril-mai 1774.
  • 28 ADR, BP 3 464, mai 1780.
  • 29 ADR, BP 3 154, juillet-août 1744

14Quand la victime ou son voisinage s'aperçoivent du larcin, le premier réflexe, ainsi celui de Claudine Bicomet, marchande, constatant le vol dont elle vient d'être victime, est de crier27. Il s'ensuit une sorte de brouhaha général. Puis la foule se met à la poursuite du voleur, comme le fait Jean Claude Dussus28. Commence alors une course poursuite à travers la cité. Dans un seul cas le voleur est frappé par sa victime : Denis Volant est rossé de plusieurs « coups de cane » par sa victime, alors qu'il tentait de la dépouiller29. Mais c'est peut-être un comportement que témoins et victimes ne sont guère portés à avouer lors de l'instruction judiciaire. Il semble cependant que dans la plupart des cas, la victime ne fasse pas justice elle-même et remette le voleur aux autorités judiciaires pour que justice soit rendue, le criminel arrêté et les effets récupérés.

  • 30 ADR, BP 3 379, août 1771.

15Quand la victime, tel le sieur Poivre30, marchand passementier, ne connaît pas le voleur, elle porte plainte, ce qui devient fréquemment la règle (3 affaires pour la période 1700-1704, 19 de 1720 à 1744, 97 de 1760 à 1764), les victimes étant déterminées à retrouver leurs « agresseurs » pour qu'ils soient punis.

  • 31 ADR, BP 3 123, mars-avril 1741.
  • 32 ADR, BP 3 005, janvier-février 1724.
  • 33 ADR, BP 3 210, octobre-décembre 1752.

16Le portrait-robot des. victimes de vol de vêtements, de linge et de tissus à Lyon au xviiie siècle se dessine donc clairement : des hommes âgés de plus de 36 ans, issus de catégories populaires stabilisées par un métier et une instruction sommaire, et résidant dans les quartiers actifs de la cité. En cela, ils se distinguent aisément de leurs voleurs qui sont nettement plus jeunes (82,6 % des voleurs de textiles ont entre 11 et 35 ans), exercent souvent des métiers instables, tels que journalier ou ouvrier en soie (48,3 % des voleurs et 73,4 % des voleuses), habitant dans des logements situés dans les quartiers les plus défavorisés de Lyon (20 voleurs vivent dans la rue Saint-Georges). Certains couchent dans les bateaux à foin à l'exemple de Pierre Martin, travaillant sur les ports31 ; d'autres dans des « garnis », ainsi Claude Billet, crocheteur de 16 ans32, modestes logis composés d'une chambre meublée à la journée et partagée par plusieurs locataires. L'absence d'instruction les rassemble : 67,6 % des voleurs et 79,6 % des voleuses sont analphabètes à l'exemple de Marie Meunier qui « déclare ne savoir signer33 »

17L'étude des vols de textiles et de vêtements montre donc qu'à Lyon au xviiie siècle la « fracture sociale » passe au sein des couches populaires entre les catégories stables et possédantes et les marges pauvres et instables.

18Marie Grondin

Notes

1 M. Garden, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970, p. 275.

2 Archives Départementales du Rhône (ADR), BP 3404, janvier-mars 1774.

3 F. Bayard, Au coeur de l'intime : les poches des cadavres. Lyon, Lyonnais, Beaujolais. xvii-xviiie siècles, Bulletin du Centre d'histoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1989, n° 2, p. 5-41.

4 Voir tableau 1.

5 ADR, BP 3 303, mai-juin 1764.

6 ADR, BP 3 405, avril-mai 1774.

7 Voir tableau 2.

8 ADR, BP 3 287, septembre 1762.

9 ADR, BP 3 363, janvier 1770.

10 ADR, BP 3 193, juillet-août 1750.

11 ADR, BP 3 396, janvier-février 1773.

12 ADR, BP 2 973,1714.

13 ADR, BP 3 486, mai-juillet 1783.

14 ADR, BP 3 488, octobre-novembre 1783.

15 ADR, BP 3 464, mai 1780.

16 ADR, BP 3 466, juillet-août 1780.

17 M. Garden, Lyon et les Lyonnais..., op. cit., p. 198 à 204.

18 ADR, BP 3 384, janvier-février 1772.

19 ADR, BP 3 403, octobre-décembre 1773.

20 ADR, BP 3 307, novembre-décembre 1764.

21 Voir carte 1.

22 ADR, BP 3 365, mars 1770.

23 ADR, BP 3 474, septembre 1781.

24 ADR, BP 3 474, septembre 1781.

25 ADR, BP 3 464, mai 1780.

26 M. Garden, Lyon et les Lyonnais..., op. cit., p. 450.

27 ADR, BP 3 405, avril-mai 1774.

28 ADR, BP 3 464, mai 1780.

29 ADR, BP 3 154, juillet-août 1744

30 ADR, BP 3 379, août 1771.

31 ADR, BP 3 123, mars-avril 1741.

32 ADR, BP 3 005, janvier-février 1724.

33 ADR, BP 3 210, octobre-décembre 1752.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Répartition des victimes par tranches d'âges
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18651/img-1.png
Fichier image/png, 92k
Titre Tableau 2 : Profession des victimes de 1700 à 1784
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18651/img-2.png
Fichier image/png, 191k
Titre Carte 1 : Le domicile des victimes
Légende Source : C. Jacquemin, Plan géométral et proportionnel de la ville de Lyon, 1747
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18651/img-3.png
Fichier image/png, 972k

Auteur

Étudiante, Université Lumière Lyon II.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search