Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les victimes, des oubliées de l'histoire ?

 | 
Benoît Garnot

Victimes dans leurs corps

Les victimes de viols à Lyon aux xviie et xviiie siècles

Alexis Bernard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 A. Bernard, Crimes et délits sexuels portés en justice à Lyon entre 1660 et 1760, mémoire de maîtr (...)

1L'étude des victimes d'agressions sexuelles à Lyon aux xviie et xviiie siècles constitue un aspect d'un travail réalisé sur les Crimes et délits sexuels portés en justice à Lyon entre 1660 et 17601. Dans le cadre de Lyon et de sa région, il s'agissait d'analyser la présence et le traitement par la justice de toutes les formes de déviances à caractère sexuel.

2Lyon au début du xvie siècle compte environ 30 000 habitants, plus de 100 000 à la fin du siècle suivant et quelque 150 000 à la veille de la Révolution. Dans le même temps, l'extension spatiale de la ville a été moindre. La prise en compte de cette première donnée est fondamentale : la troisième ville de France s'apparente à une véritable fourmilière humaine : les populations vivent entassées les unes sur les autres ; la notion de vie privée se trouve niée par l'omniprésence du regard d'autrui.

3La série BP Sénéchaussée criminelle des archives départementales du Rhône a constitué l'unique source d'information de ce travail. Si Lyon offre à l'époque moderne un large éventail de cours juridictionnelles, la sénéchaussée, siège subalterne de la justice royale, dépendant du parlement de Paris, reste néanmoins la cour la plus importante. A l'instar de l'immense majorité des sources judiciaires, on peut pourtant douter de la fiabilité quantitative de cette série, au regard de l'impression de « trou noir » qu'elle laisse, en particulier pour le xviie siècle.

le silence des victimes

4Sur 114 affaires mises en lumière entre 1660 et 1760, 50, soit presque la moitié, concernent des cas d'agressions sexuelles. C'est dire que le viol constitue, bien avant les affaires d'adultère, de rapt de séduction ou de prostitution, la première préoccupation des autorités judiciaires en matière de crimes et délits sexuels. Il reste que 50 plaintes pour viols ou tentatives de viols sur un siècle confèrent à ce type de crime une fréquence excessivement faible. Il convient donc dans un premier temps de faire la lumière sur cette quasi-absence de plaintes.

  • 2 Archives départementales du Rhône (ADR), BP 3 086. 27/10/1724.
  • 3 ADR, BP 2 898. 5 janvier 1695.
  • 4 ADR, BP 3 187. 7 juillet 1749.
  • 5 ADR, BP 3 011. 27 octobre 1724

5Dans la société d'Ancien Régime, l'honneur est une valeur primordiale dans les relations entre les hommes. Il est un bien moral indispensable à leur intégration dans la société. Tout au long des procès pour déviances sexuelles, les notions d'honneur et de scandale reviennent inlassablement ponctuer le discours des plaignants, des victimes, des témoins, des justiciers, mais aussi des accusés. Dans le cas précis des agressions sexuelles, ces notions sont inévitablement exacerbées. Le 27 octobre 1724, les parents d'Elizabeth Janot, âgée d'environ dix ans, portent plainte pour le viol de leur fille. Le 24 mars 1726, l'accusé n'a toujours pas été arrêté. Les parents de la victime font alors part de leur détresse : « l'horreur du crime [...] l'injustice de la taire et sy la voix de la nature avoit pu s'étouffer dans une mère désolée qui vous supplie Monsieur de vous armer du glaive de la justice contre un ravisseur qui a déshonoré son sang [...] dans l'excès d'une affliction sy juste, il ne reste à cette mère d'autre consolation que l'espérance du châtiment de l'accusé2 ». Le viol marque un coup d'arrêt à la vie de toute la famille ; l'établissement de la fille est compromis parce que son sang, celui de ses père et mère, est définitivement souillé. La honte est ressentie par les victimes les plus jeunes. Violée à l'âge de dix ans, Marguerite Chappeau se tait longtemps. Mais, atteinte d'un mal vénérien, sa mère la trousse et la force à parler. La fillette avoue « en luy disant pardon et criant miséricorde3 ». C'est la connaissance du crime par autrui qui fait éclater le sentiment de honte, le regard du monde extérieur agit comme un élément insupportable. Mathieu Dufour, compagnon chapelier, dont la fille a été violée, « vouloit pour l'honneur de son enfant et le sien taire ce malheureux accident ». Il s'est donc d'abord contenté de la mener à l'hôpital. Trois semaines après le crime, il se résout pourtant à interpeller la justice, voyant que « la chose a transpiré et que sa fille sera déshonorée pour sa vie4 ». La victime et ses proches font tout pour dissimuler le crime. Porter plainte ne permettra en aucun cas de récupérer un honneur définitivement perdu. Si l'on s'y résout, c'est qu'on y est forcé, et on invoque alors la nécessité de faire justice à la société tout entière. C'est ce qu'affirment les parents d'Elizabeth Janot, demandant réparation pour le viol de leur fille qui « intéresse l'honneur des uns et des autres », et pensant que la condamnation de l'accusé « servira d'exemple dans cette ville pour mettre un frein au libertinage et à la débauche5 » L'esprit justicier est de circonstance. Il est une exception parmi les victimes et leur famille, décidés à garder le silence, en espérant que rien ne les forcera à le rompre. Dans bon nombre de cas, ceux qui y sont forcés mettent d'ailleurs un certain temps :

Tableau 1 : Temps écoulés entre le moment de l'agression et celui de la plainte

Tableau 1 : Temps écoulés entre le moment de l'agression et celui de la plainte
  • 6 ADR, BP 2 898. 3 octobre 1680.
  • 7 P.-F. Muyard de Vouglands, Instituiez au droit criminel, Paris, 1768, p. 344-367. La justice ne pe (...)

6Deux tiers des plaintes sont déposées dans les dix jours qui suivent l'agression. Cette promptitude se vérifie en particulier lorsque les victimes sont des jeunes femmes célibataires, des épouses ou des veuves. Mais surtout, les victimes avouent beaucoup plus facilement lorsqu'elles ont essuyé une tentative de viol que lorsque le ou les agresseurs sont parvenus à leurs fins. Sur 50 victimes, 32 sont effectivement violées. Parmi celles qui ont évité le pire, on ne compte qu'une seule fillette, 12 célibataires de plus de dix-sept ans qui sont toutes sorties du domicile parental et 5 femmes mariées. Parmi elles : Françoise Soyer, épouse de l'écrivain François Deblé, n'hésite pas à se rendre à la sénéchaussée le jour même où un nommé Vachet a tenté de la violer6. Dans ces conditions, on comprend mieux pourquoi la majorité des victimes de viols dont s'occupe la sénéchaussée sont des fillettes. Cette réalité que l'on analysera par la suite résulte à n'en point douter du silence des victimes plus âgées. Pour ces dernières, la honte est d'autant plus grande que la société sera toujours là pour douter de leur véritable opposition face à l'agresseur7 Le plus souvent elles seront dans l'impossibilité d'apporter les preuves matérielles du viol et au bout du compte seront regardées comme des victimes consentantes.

  • 8 ADR, BP 3 237. 17 juin 1756.

7Même les fillettes se taisent. La vérité éclate notamment lorsqu'elles souffrent de maux physiques qu'elles ne peuvent plus cacher. Marie Françoise Simonet, âgée de six ans, a été violée au milieu du mois de mai 1756. Benoît Milan, son agresseur, l'a ensuite menacée en lui affirmant que si jamais elle en parlait à ses parents, ils la tueraient. Le violeur a toutes les facilités pour exacerber le sentiment de honte de la victime qui finit par redouter davantage ses parents que le criminel. Mais, un jour du mois de juin suivant, sa mère Eléonore Raffa amène sa fille à garder chez sa sœur. Au milieu de la nuit, celle-ci s'aperçoit que « l'enfant de la déposante [...] étoit toute nue, couchée à la renverse, et les jambes extrêmement ouvertes, et qu'il luy sortoit par la nature une pourriture considérable ». Un médecin conclut au mal vénérien. Mais l'enfant terrorisée par les recommandations de son agresseur se confie d'abord à sa grand-mère avant d'en parler à sa mère8

  • 9 ADR, BP 3 175. 7 septembre 1747.

8Toutes n'en arrivent pas à ces extrémités. Leur confession est souvent ressentie comme une libération, incapables qu'elles sont de garder leur malheur secret plus longtemps : Suzanne Devignoles, âgée de onze ans, se décide à raconter à sa mère les raisons de ses indispositions deux mois après avoir été violée9.

  • 10 N. Castan, Justice et répression en Languedoc à l'époque des Lumières, Paris, Flammarion, p. 13-51
  • 11 ADR, BP 2 898. 5 janvier 1685.

9Il est un autre paramètre fondamental à prendre en compte pour comprendre le petit nombre de plaintes qui sont déposées : les tentatives de conciliations entre les victimes et les agresseurs. Dans un chapitre intitulé « Transiger à tout prix ! », Nicole Castan, dans son étude sur le fonctionnement judiciaire, a parfaitement démontré dans quelles mesures les justiciables potentiels font tout pour arranger leur conflit en dehors du milieu judiciaire10. Dans le contexte des crimes sexuels, cette pratique est évidemment accentuée. La preuve en est que sur les 50 affaires finalement portées en justice, on relève en 12 occasions des transactions préalables entre les protagonistes. Avant qu'il ne soit accusé, Jean Baptiste Ferroussat s'est rendu chez sa victime. Sa mère l'a même laissé l'examiner et il « a dit seulement que cela ne ferait rien, offrit de donner de l'argent pour luy faire des remèdes et sur ce que la plaignante luy dit qu'il avoit gaster et perdu sa fille, il repartit que cela n'estoit rien et la déposante se retira ». La plainte est déposée le lendemain11.

  • 12 ADR, BP 3 230. 7 mai 1755.

10Certains violeurs vont même jusqu'à proposer le mariage à leur victime plus âgée. François Chataignier, compagnon tonnelier de trente-neuf ans, s'y résout, mais Catherine Brottin, dévideuse en soie, refuse et porte plainte un mois après l'agression12.

11L'immense majorité des agressions sexuelles ne sont donc pas portées à la connaissance des autorités judiciaires, en particulier lorsque l'outrage touche des victimes en âge de se défendre. Si l'on se résout plus facilement à interpeller la justice en cas de tentatives de viol, dans la mesure où l'honneur est sauf, seuls les viols de fillettes sont régulièrement exposés devant les tribunaux. Les femmes humiliées se taisent presque toujours. La prise en compte de cette donnée fondamentale va désormais permettre de détailler les caractéristiques des victimes et leur comportement au cours des agressions. Pour ce faire, il convient de distinguer les viols individuels (34 cas) et les viols collectifs (16 cas), deux types d'agressions qui touchent des victimes différentes.

le viol individuel : un crime pédophile

12Si l'on examine la répartition par âges des victimes de violeurs individuels, force est de constater l'extrême jeunesse qui les caractérise :

Tableau 2 : Répartition par âges des victimes de viols individuels

Tableau 2 : Répartition par âges des victimes de viols individuels
  • 13 ADR, BP 3 159. 23 avril 1750.
  • 14 ADR, BP 3 190. 5 janvier 1750.

13Plus de la moitié des victimes a moins de dix-sept ans, presque 40 % ont entre 5 et 12 ans. Le violeur individuel, si l'on en croit la sénéchaussée, s'en prendrait donc en priorité aux fillettes. Parmi elles, Marie Palabeau, agressée alors qu'elle n'a que cinq ans et demi13. On relève par ailleurs que dans trois cas les agresseurs s'en prennent à des filles certes plus âgées, mais qui souffrent d'un handicap physique, ce qui les met également dans l'impossibilité de se défendre. En janvier 1750, Marguerite Nesme, paralytique, est violée dans son lit, alors que sa mère également souffrante se trouve elle aussi dans la maison14.

14Les violeurs solitaires s'en prennent donc en priorité à de faibles victimes. La majorité d'entre elles sont célibataires et vivent chez leurs parents :

Tableau 3 : Situations familiales des victimes de viols individuels

Tableau 3 : Situations familiales des victimes de viols individuels
  • 15 ADR, BP 2 902. 8 juin 1685.

15Seulement un tiers est sorti du cocon familial et parmi elles, la majorité vit seule, précairement, de petits métiers : Claire Drevet, originaire de Rillieu-en-Bresse, est vendeuse de lait dans les rues de Lyon lorsqu'elle est agressée en juin 168515. Cette appartenance à un milieu modeste se retrouve lorsqu'on examine les professions exercées par les pères des victimes qui demeurent sous leur protection :

Tableau 4 : Professions des pères des victimes demeurant au domicile familial

Tableau 4 : Professions des pères des victimes demeurant au domicile familial
  • 16 ADR, BP 3 127. 22 septembre 1741.

16La majorité de ces filles sont issues du milieu de l'artisanat. Si l'on y ajoute les filles d'agriculteurs, de journaliers et d'ouvriers de la soie, on touche plus des trois quarts des cas. Cette relative précarité économique des victimes semble également jouer un rôle d'appât. Il reste que des filles provenant de milieux plus aisés ne sont pas non plus à l'abri des criminels : le viol de Pierrette Poisat, dont le père est maître perruquier dans la rue Juiverie, est à ce propos révélateur16

  • 17 ADR, BP 2 898. 16 janvier 1685.
  • 18 ADR, BP 3 223. 22 mai 1754.

17Il est un autre facteur très important à prendre en compte : sur les 18 victimes de moins de dix-sept ans, la moitié ne jouit pas, au moment de l'agression, de la protection de leur père. Le plus fréquemment, ce dernier est décédé. Il peut être également momentanément absent, comme l'est le père de Marie Cardiani, professeur d'italien et qui s'est retiré à Ferrare, sa ville natale, depuis cinq mois lorsque sa fille est agressée17. Dans un cas enfin, on a affaire à une orpheline : Madeleine Meynier, apprentie passementière, âgée de douze ans18.

18Cette description des victimes de violeurs solitaires fait ressortir l'image de l'innocence et de la fragilité. Leur extrême jeunesse, le milieu économique modeste auquel la majorité appartient, l'absence de protection familiale les désignent de toute évidence comme des proies faciles aux yeux des agresseurs. Dans cette perspective, il est intéressant de découvrir quels rapport entretiennent le violeur et sa victime avant le moment du crime :

Tableau 5 : Relations entre le violeur et sa victime

Tableau 5 : Relations entre le violeur et sa victime
  • 19 ADR, BP 3 175. 7 septembre 1747.
  • 20 ADR, BP 3 011. 27 octobre 1724.
  • 21 J.-L. Flandrin, Les amours paysannes (XVIe-XIXe siècles), Paris, Gallimard, 1981, p. 220.

19Dans près de 70 % des cas, la victime connaît son agresseur. La plupart du temps, les relations entre les protagonistes peuvent être qualifiées de « proches », dans la mesure où ils sont voisins ou entretiennent des rapports de travail. C'est notamment le cas entre Suzanne Devignoles et Joseph Tramblay, maître passementier. Le père de la victime est guimpier. Il travaille depuis un an et demi environ au service de l'agresseur et a pour habitude d'envoyer sa fille chez son employeur afin de lui remettre de la marchandise. Or, c'est lors d'une de ces courses que Joseph Tramblay viole la fille dans son domicile19. Quelquefois même, une véritable complicité existe entre les deux parties. Lors de l'information sur le viol d'Elizabeth Janot, âgée d'environ dix ans, dont Michel Estourel est accusé, les propos du père de la victime, affirmant que le crime est d'autant plus terrible qu'il a été commis par un de ses propres amis, sont entièrement confirmés par les différents témoins. L'un d'entre eux souligne notamment que, se rendant souvent chez le plaignant, « [il] a remarqué que ledit accusé étoit familier [...] et prenoit toutes sortes de libertés, même avec la fille des plaignants qu'il prenoit sur ses genoux en la baisant, ce qu'il a vu différentes fois, riant et badinant avec elle20 ». On est donc loin de confirmer les résultats de Jean-Louis Flandrin à propos du viol à l'époque moderne, dont « la forme la plus caractéristique, en ville comme à la campagne, est le viol par inconnu21 ». Si l'on prend seulement en compte les agressions qui se déroulent dans la ville même de Lyon (29 cas) et que l'on examine les lieux où se déroulent ces agressions, on s'aperçoit même que nombre de violeurs se contentent d'attendre chez eux la venue de leur proie :

Tableau 6 : Lieux des agressions pour les viols individuels dans Lyon

Tableau 6 : Lieux des agressions pour les viols individuels dans Lyon
  • 22 ADR, BP 3 201. 6 juillet 1751.
  • 23 ADR, BP 2 880. 21 juillet 1682.
  • 24 ADR, BP 2 902. 8 juin 1685.

20Si la moitié des victimes subissent chez elles le dernier outrage, plus d'un tiers d'entre elles se rendent chez lui. Connaissant leur victime, la plupart des violeurs solitaires ont recours à la ruse pour parvenir à leurs fins. Il ne s'agit pas forcément de parler de préméditation, mais on constate que certains agresseurs tentent par la séduction de se rapprocher de leur proie. Lorsqu'ils ont affaire à de jeunes femmes célibataires, la promesse d'un mariage futur est souvent donnée. Tel a été l'argument utilisé par Frédéric Nesmes, célibataire de trente-six ans, pour amadouer Marguerite Bruyzet, âgée d'environ dix-huit ans : « sous différents prétextes, [il] trouve le secret depuis environ six mois de s'introduire dans la maison du plaignant et à son insu, il auroit formé le dessein de la séduire ». Malgré les promesses de mariage, il ne parvient pas à ses fins et « ayant reconnu que Marguerite Bruyzet ne pouvoit pas estre séduite, il entreprit d'avoir de force ce qu'il ne pouvoit avoir par la séduction22 ». Le violeur attire le plus souvent les fillettes grâce à un appât, de l'argent ou des friandises. Jeanne Chabana s'introduit par exemple chez son agresseur qui lui a promis de lui donner de la confiture23 Quelquefois le prétexte est plus anodin : la vendeuse de lait Claire Drevet se rend chez son agresseur qui l'a interpellé du premier étage de son appartement de la rue des Augustins « en disant qu'il voulloit achepter du laict24 ».

  • 25 ADR, BP 3 237. 17 juin 1756.

21Il reste qu'un nombre important de ces crimes à caractère pédophile se présente comme des agressions complètement irréfléchies, l'agresseur prenant des risques insensés. L'alcool est souvent à l'origine d'une pulsion non préméditée et irraisonnée. Benoît Milan dit Barjot (ce surnom n'a rien d'anodin) avoue partiellement avoir violé Marie-Françoise Simonet : cela fait environ un mois qu'il loge dans la famille, rue Touret. Une nuit, vers quatre heures du matin, il rentre de son travail « bien fatigué et pris de vin » et « profitant du temps où lesdits Simonet et Ister (une personne qui loge également chez eux) reposèrent encore », il prend la fillette sur ses genoux et « sans presque savoir ce qu'il faisoit, il se rappelle cependant qu'il ne la viola point, mais se contenta de la toucher avec le doigt [...], mais il luy échappa de se polluer sur ladite fille25 ». Ce dernier exemple prouve combien la jeunesse des victimes facilite l'exécution du crime.

  • 26 ADR, BP 3 229. 18 février 1755.
  • 27 ADR, BP 3 236. 22 février 1756.

22On s'aperçoit d'ailleurs que la grande majorité de ces viols sont accomplis dans le silence. Dans trois cas seulement, concernant des victimes relativement âgées, l'information rapporte l'agressivité verbale du violeur, destinée à humilier les victimes. Ainsi Thérèse Raymond, épouse d'un marchand botaniste, après avoir attendu maintes « propositions indécentes », sup-porte-t-elle quantité d'insultes de la part de Jean Delorme : « il s'est répandu en invectives, l'a traité de bougresse, de garce, de putain, disant qu'il vouloit faire sauter son boucan après avoir satisfait sa fantaisie avec elle26 ». Seules ces femmes posent le problème de la résistance des victimes, nécessaire à l'accusation pour viol. S'ajoute alors à la violence sexuelle une violence physique : la résistance de Claudine Herriot incite par exemple Antoine à lui donner un grand coup de clef sur la tempe et à lui écorcher également un doigt27. Pour le reste, la jeunesse des victimes les rend incapables de se défendre. Les violeurs se contentent d'étouffer leurs cris en leur posant la main sur la bouche.

  • 28 ADR, BP 3 011. 27 octobre 1724.
  • 29 ADR, BP 2 924. 1er mars 1688.
  • 30 ADR, BP 3 172. 13 février 1747.

23Nombre de ces agressions sont suivies d'une seconde d'ordre psychologique. Ceci est particulièrement vrai lorsque les fillettes en sont les victimes. Le violeur use de toute sa supériorité morale et physique pour réduire l'enfant au silence. Il a le plus souvent recours aux menaces pour la dissuader de divulguer l'outrage subi. Michel Estourel se comporte ainsi à l'encontre de sa jeune victime : « après s'estre satisfait, il renvoya ladite Janot qui pleuroit amèrement et luy remit des vieux souliers [...], luy recommandant de ne rien dire, la menassant qu'il la tueroit sy elle en parloit28 ». D'autres agresseurs tentent de dédommager leur victime. Le viol de Pierrette Milan, âgée de huit ou neuf ans, prend fin de la manière suivante : « après qu'il l'est mise tout en sang part la nature et ne pouvant plus supporter le mal qu'il luy faisoit, elle demeura comme morte et se souvient que ledit Jouve luy donna quelques liards en luy disant de ne pas le dire à sa mère, que touttes les fois qu'il viendroit il luy en donneroit29 ». En une occasion, l'agression s'achève par un meurtre. L'autopsie d'une fillette révèle « une plaie très ample prenant depuis le cocix, latéralement sur la fesse gauche, s'étendant jusqu'à la partie antérieure des os pubis, parcourant l'anus, la vulve et le vagin, ne faisant du tout qu'une seule et même ouverture ». Le meurtre est alors confirmé avec « un instrument tranchant30 ».

24L'étude des victimes d'agresseurs solitaires rend en définitive très difficile l'interprétation de ce phénomène. On a pour l'essentiel affaire à des crimes pédophiles. Le fait que la plupart des violeurs connaissent leur victime avant de les attaquer ne fait que confirmer l'image d'individus psychologiquement « anormaux », soumis à des pulsions incontrôlables. Néanmoins, le choix de victimes le plus souvent sans protection peut laisser penser à un certain degré de préméditation. Mais il convient une nouvelle fois de souligner le caractère lacunaire de la source judiciaire, afin de nuancer quelque peu la vision des victimes qu'elle nous apporte. Il apparaît en effet évident que, dans la mesure où l'appareil judiciaire n'intervient que lorsqu'on fait appel à lui, les crimes qui sont exposés au grand jour sont d'une manière générale les plus terribles, en particulier ceux qui concernent des fillettes qu'en aucun cas on ne pourra accuser d'être des victimes consentantes.

25En revanche, les attaques collectives permettent de cerner une image des victimes sans doute beaucoup plus proche de la réalité. Là encore, les bandes d'agresseurs s'en prennent le plus souvent à des victimes désignées.

de jeunes célibataires victimes de viols collectifs

26Leur répartition par âges révèle que la jeune femme de plus de dix-sept ans constitue la proie privilégiée des groupes de violeurs.

Tableau 7 : Répartition par âges des victimes d'agressions collectives

Tableau 7 : Répartition par âges des victimes d'agressions collectives

27Sauf une exception, toutes ces victimes ont plus de dix-sept ans. La fillette a pratiquement disparu du terrain de prédilection des bandes. L'examen du statut matrimonial des victimes révèle néanmoins une majorité de célibataires.

Tableau 8 : Situations familiales des victimes d'agressions collectives

Tableau 8 : Situations familiales des victimes d'agressions collectives
  • 31 J. Rossiaud, Prostitution, jeunesse et société dans les villes du sud-est au xve siècle, Annales E (...)
  • 32 ADR, BP 2 875. 14 octobre 1681.
  • 33 ADR, BP 3 236. 16 février 1756.
  • 34 ADR, BP 2 925. 28 mai 1688.

28Presque sept jeunes femmes sur dix sont célibataires, mais vivent séparées de leur famille. Leur précarité économique et sociale est particulièrement nette. Toutes exercent un petit métier. Le parallélisme est flagrant entre ces victimes et celles que décrit Jacques Rossiaud comme étant les victimes désignées au xve siècle31. Elles apparaissent non comme des marginales, mais comme de jeunes célibataires isolées, livrées à elles-mêmes et qui parviennent à survivre, au jour le jour, en exerçant une multitude d'activités peu lucratives. Certaines, comme Jeanne Chol, fille d'un laboureur du Lyonnais, sont employées dans la domesticité urbaine32. La grande majorité est embauchée dans l'artisanat, à l'image de Jacqueline Paris, dévideuse en soie, demeurant place du Romarin33. Cette précarité économique apparaît également dans le cas de Jeanne Royer, veuve d'un cordonnier et qui évite l'indigence en confectionnant des bas à l'aiguille34. Dans ce contexte difficile, on peut émettre l'hypothèse que certaines de ces victimes ont occasionnellement, comme à la fin du Moyen Âge, eu recours à la prostitution ; réalité qui, si elle était avérée, les découvrirait aux yeux des agresseurs comme des filles faciles, sans plus aucun honneur à protéger.

  • 35 ADR, BP 3 249. 23 janvier 1758.

29L'absence de protection familiale joue également en défaveur de ces femmes, puisque la présence d'un entourage constitue un risque évident d'échec pour les agresseurs. L'isolement temporaire est fatal à Claudine Caillot, épouse de Pierre Bazin, cabaretier de la place Bellecour : Bouchard, Baron et Brunei, tous trois faiseurs de bas, profitent de l'absence momentanée de son mari, parti pour le dimanche à la campagne, pour l'attaquer, alors qu'elle est restée seule pour garder le cabaret35.

30Il reste à découvrir si, comme dans le cas des violeurs solitaires, les bandes d'agresseurs connaissent leur victime avant qu'elles ne l'attaquent :

Tableau 9 : Relations entre les bandes et leurs victimes

Tableau 9 : Relations entre les bandes et leurs victimes
  • 36 ADR, BP 3 259. 11 février 1759.

31Dans la majorité des cas, l'agression semble être la première relation entre la victime et le groupe. Pourtant, tout porte à croire que les agresseurs n'ont pas choisi leur victime au hasard. Dans deux cas on obtient la certitude que la jeune femme est avant tout victime de sa réputation. On l'a souligné, un passé entaché par la prostitution, même durant une période très courte, classe définitivement la victime au rang des filles perdues. Or, il ne fait aucun doute que les bandes, au moment de l'attaque, profitent du discrédit qui les frappe. Dans l'affaire concernant l'agression de Catherine Jacquemain, le voisinage met clairement en cause les bonnes mœurs de la victime en soulignant que celle-ci « les [les agresseurs] avoit reçu plusieurs fois de nuit et qu'elle ne vouloit plus les recevoir36 ». A l'instar de ce dernier exemple, dans la grande majorité des cas, les bandes se rendent chez la victime pour l'attaquer. Pour ce qui est des agressions dans la ville même de Lyon, les résultats sont repris dans le tableau suivant.

Tableau 10 : Lieux des agressions pour les viols collectifs dans Lyon

Tableau 10 : Lieux des agressions pour les viols collectifs dans Lyon
  • 37 ADR, BP 3 234. 18 novembre 1755.
  • 38 ADR, BP 2 875. 14 octobre 1681.

32Les trois quarts des agressions ont lieu dans le domicile de la victime. Cela tend à confirmer l'hypothèse que les bandes ont auparavant eu vent de la probable mauvaise réputation de la fille. On est alors davantage à même de comprendre pourquoi la plupart des agressions physiques sont précédées d'une volonté de porter atteinte par des insultes à l'honneur des victimes. Celles-ci sont presque toujours verbalement rabaissées au rang de putain publique. C'est le cas de Marie Reboul que ses agresseurs « accablèrent des injures les plus atroces, notamment de bougresse, de putain connue pour telle, qu'il vouloient s'amuser avec elle pour leur argent37 ». Certains en arrivent aux pires blasphèmes : « il luy mis les pieds sur le visage, disant qu'il adhorat de baiser les frères du bon Saint Michel et luy pressant le visage entre le carreau et ses pieds, luy disant aussi jouy dieu bougresse [...], qu'il vouloit la foutre au cul comme il avoit fait à la vierge », telle est la violence verbale que relate Marguerite Blanchet attaquée par le meneur Michel et sa bande38. Comme l'a justement souligné Jacques Rosssiaud, le viol collectif est en particulier motivé par l'affirmation des privilèges de la masculinité. Le besoin de rabaisser la femme débouche ici sur une véritable hystérie.

  • 39 ADR, BP 3 236. 16 février 1756.

33Beaucoup plus que les victimes de violeurs solitaires, celles attaquées par des bandes, en plus de l'agression sexuelle, sont maltraitées physiquement. Les séquelles exposées par Jacqueline Paris sont très significatives de l'explosion de violence que constituent les agressions collectives : trois jours après le crime, le corps médical fait état de plusieurs contusions et ecchymoses, notamment sur les fesses et les cuisses, causées par des coups de pied et des coups de poing. La victime se plaint aussi d'une douleur dans la vulve, mais le médecin et le chirurgien n'y reconnaissent aucune indisposition. Il reste le témoignage d'un voisin qui a attendu un des assaillants se vanter auprès de ses compagnons en criant : « Je luy ai arraché une poignée de poil de la nature39 ».

  • 40 J. Rossiaud, Prostitution, jeunesse et société..., art. cit.
  • 41 Ibid.
  • 42 ADR, BP 3 221. 07 février 1754.

34S'il demeure donc des constantes dans les caractéristiques des victimes et du déroulement des agressions collectives, un fait nouveau bouleverse cependant ce qu'était « la violence sexuelle [...] dimension normale, permanente de la vie urbaine » au xve siècle40. Sauf exception, ces filles portent plainte, car les agresseurs ne sont pas parvenus à leurs fins (il s'agit de tentatives de viol) et ce grâce à l'intervention du voisinage. Jacques Rossiaud soulignait qu'à la fin du Moyen Âge, quatre fois sur cinq, les voisins qui assistaient aux viols publics et collectifs n'intervenaient pas41. Aux xviie et xviiie siècles, le voisinage joue désormais un grand rôle dans la protection des individus. Les victimes en mesure de se défendre, par leurs cris alertent la population alentour. Le sauvetage de Thérèse Lorrin agressée par une bande de quatre jeunes de Trévoux découvre la virulence de l'intervention publique : lorsque les voisins l'entendent crier, ils s'arment instantanément de bâtons et les agresseurs s'enfuient sur le champ42.

35Au terme de cet examen des victimes d'agressions sexuelles aux xviie et xviiie siècles à Lyon, force est de souligner le caractère lacunaire des sources judiciaires. L'immense majorité des victimes de viols ne portent pas plainte, se refusant à exposer à la connaissance de tous le déshonneur qui les touche. La sénéchaussée s'occupe par conséquent en priorité de crimes pédophiles : faire justice à des gamines que l'on ne pourra pas accuser d'avoir été des victimes consentantes. Par ailleurs, dans le cadre des agressions collectives, résurgence d'une dimension normale au Moyen Âge, la figure de jeunes femmes célibataires frappées par la précarité économique est révélée. Mais la plupart d'entre elles se plaignent de tentatives de viol, leur capacité à se défendre et l'intervention du voisinage ayant précipité l'échec des agresseurs. L'outrage est dans ce cas-là réparable. Il peut donc être divulgué plus facilement.

36Alexis Bernard

Notes

1 A. Bernard, Crimes et délits sexuels portés en justice à Lyon entre 1660 et 1760, mémoire de maîtrise dactylographié sous la direction de F. Bayard, Université Lumière Lyon 2, 1993, 123 p.

2 Archives départementales du Rhône (ADR), BP 3 086. 27/10/1724.

3 ADR, BP 2 898. 5 janvier 1695.

4 ADR, BP 3 187. 7 juillet 1749.

5 ADR, BP 3 011. 27 octobre 1724

6 ADR, BP 2 898. 3 octobre 1680.

7 P.-F. Muyard de Vouglands, Instituiez au droit criminel, Paris, 1768, p. 344-367. La justice ne peut considérer comme un viol ou une tentative de viol une attaque qui ne s'est pas faite « malgré la résistance forte et toujours égale » de la personne agressée.

8 ADR, BP 3 237. 17 juin 1756.

9 ADR, BP 3 175. 7 septembre 1747.

10 N. Castan, Justice et répression en Languedoc à l'époque des Lumières, Paris, Flammarion, p. 13-51.

11 ADR, BP 2 898. 5 janvier 1685.

12 ADR, BP 3 230. 7 mai 1755.

13 ADR, BP 3 159. 23 avril 1750.

14 ADR, BP 3 190. 5 janvier 1750.

15 ADR, BP 2 902. 8 juin 1685.

16 ADR, BP 3 127. 22 septembre 1741.

17 ADR, BP 2 898. 16 janvier 1685.

18 ADR, BP 3 223. 22 mai 1754.

19 ADR, BP 3 175. 7 septembre 1747.

20 ADR, BP 3 011. 27 octobre 1724.

21 J.-L. Flandrin, Les amours paysannes (XVIe-XIXe siècles), Paris, Gallimard, 1981, p. 220.

22 ADR, BP 3 201. 6 juillet 1751.

23 ADR, BP 2 880. 21 juillet 1682.

24 ADR, BP 2 902. 8 juin 1685.

25 ADR, BP 3 237. 17 juin 1756.

26 ADR, BP 3 229. 18 février 1755.

27 ADR, BP 3 236. 22 février 1756.

28 ADR, BP 3 011. 27 octobre 1724.

29 ADR, BP 2 924. 1er mars 1688.

30 ADR, BP 3 172. 13 février 1747.

31 J. Rossiaud, Prostitution, jeunesse et société dans les villes du sud-est au xve siècle, Annales ESC, Mars-Avril 1976, p. 289-325 et Prostitution, sexualité, société dans les villes françaises au xve siècle, Communications, n° 35, Sexualités occidentales, 1984, p. 68-84.

32 ADR, BP 2 875. 14 octobre 1681.

33 ADR, BP 3 236. 16 février 1756.

34 ADR, BP 2 925. 28 mai 1688.

35 ADR, BP 3 249. 23 janvier 1758.

36 ADR, BP 3 259. 11 février 1759.

37 ADR, BP 3 234. 18 novembre 1755.

38 ADR, BP 2 875. 14 octobre 1681.

39 ADR, BP 3 236. 16 février 1756.

40 J. Rossiaud, Prostitution, jeunesse et société..., art. cit.

41 Ibid.

42 ADR, BP 3 221. 07 février 1754.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Temps écoulés entre le moment de l'agression et celui de la plainte
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18644/img-1.png
Fichier image/png, 140k
Titre Tableau 2 : Répartition par âges des victimes de viols individuels
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18644/img-2.png
Fichier image/png, 171k
Titre Tableau 3 : Situations familiales des victimes de viols individuels
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18644/img-3.png
Fichier image/png, 130k
Titre Tableau 4 : Professions des pères des victimes demeurant au domicile familial
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18644/img-4.png
Fichier image/png, 210k
Titre Tableau 5 : Relations entre le violeur et sa victime
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18644/img-5.png
Fichier image/png, 126k
Titre Tableau 6 : Lieux des agressions pour les viols individuels dans Lyon
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18644/img-6.png
Fichier image/png, 127k
Titre Tableau 7 : Répartition par âges des victimes d'agressions collectives
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18644/img-7.png
Fichier image/png, 158k
Titre Tableau 8 : Situations familiales des victimes d'agressions collectives
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18644/img-8.png
Fichier image/png, 140k
Titre Tableau 9 : Relations entre les bandes et leurs victimes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18644/img-9.png
Fichier image/png, 106k
Titre Tableau 10 : Lieux des agressions pour les viols collectifs dans Lyon
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18644/img-10.png
Fichier image/png, 105k

Auteur

Docteur en histoire, Université Lumière Lyon II

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540