Version classiqueVersion mobile

Les victimes, des oubliées de l'histoire ?

 | 
Benoît Garnot

Victimes dans leurs corps

Des victimes désignées ? Profils des empoisonnés au Moyen Âge

Franck Collard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 F. Collard, Horrendum scelus. Recherches sur le statut juridique du crime d'empoisonnement au Moye (...)
  • 2 Ibid., Recherches sur le crime de poison au Moyen Âge, Journal des Savants, janvier-juin 1992, p. (...)
  • 3 Schémas narratifs répandus ; voir par exemple Grégoire de Tours, Historia Francorum, 111,17, Hanov (...)
  • 4 C. Gauvard, « De grâce especial ». Crime, État et Société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, (...)

1Le crime de poison se rencontre assez fréquemment dans les sources du Moyen Âge occidental pour justifier une recherche qui explore à la fois les réalités de ce genre de meurtre et les discours qu'il suscite. Cet homicide particulier1 met évidemment en jeu un ou des agresseurs dont la typologie mérite des études précises2. Il frappe aussi une victime qui, réelle ou supposée, renvoie au sens étymologique du mot qui la désigne, toutefois inconnu en français avant 1495 : tel l'animal cheminant docilement vers le sacrifice, la victime du poison court innocemment à sa perte en vidant d'un trait le poculum mortis ou en mordant à pleines dents la pomme fatale3 Peut-on dessiner des profils de victimes du poison ayant des caractéristiques précisément liées à l'arme utilisée ? Après avoir posé le problème de la fiabilité des matériaux documentaires disponibles, nous explorerons successivement les caractéristiques naturelles et les traits sociologiques prêtés par les sources aux empoisonnés, en adaptant au monde des victimes la typologie effectuée par Claude Gauvard à propos des criminels4.

  • 5 Voir plus bas le cas de Pietro d'Abano.
  • 6 Voir par exemple Jacques D'ableiges, Le Grand Coutumier de France, Paris, E. Laboulaye et R. Dares (...)
  • 7 Placentin, In codicis libris IX summa, Mayence, 1536, p. 435, au titre De his qui parentes vel lib (...)

2Les documents mentionnant des victimes d'empoisonnement criminel sont fort divers et inégalement utilisables. Les sources médicales et toxicologiques ne s'arrêtent guère que sur les effets physiologiques des substances administrées aux empoisonnés, encore qu'on puisse y trouver parfois quelques généralités sur les personnes particulièrement exposées à un risque d'empoisonnement5 Les sources juridiques décrivent éventuellement les victimes si cela détermine la peine du meurtrier6 ou elles indiquent des cas criminels avec des victimes-types : ainsi Placentin envisage le cas du fils achetant du poison pour en donner à son père7 Mais on ne peut espérer tirer plus ample information de ces documents abstraits, car normatifs. Les données les plus nombreuses se retrouvent donc dans les sources narratives et dans les sources judiciaires.

  • 8 C. Leleux, Les poisons à travers les âges. Les empoisonneurs, Paris, 1923, p. 69, affirme ainsi le (...)
  • 9 Jean De Roye, Paris, Michaud-Poujoulat, 1837, p. 275 (1466); il s'agit d'un mari « riche et puissa (...)
  • 10 Dont le registre criminel du Châtelet qui comprend une affaire d'empoisonnement jugée en 1390 ; ma (...)
  • 11 Parlement Criminel, Archives Nationales (AN), X2A 14, f.214v-217v, 4 décembre 1404 : Jehan de Corr (...)

3Seuls présents sur l'ensemble de la période, les documents narratifs donnent l'impression que les victimes du poison appartiennent quasi exclusivement aux élites laïques ou ecclésiastiques8 ; parce qu'ils sont focalisés sur les couches dirigeantes masculines. L'élargissement du champ d'intérêt social des narrateurs, à la fin du Moyen Âge, fait apparaître sous leur plume quelques cas d'empoisonnés plus ordinaires, comme Guillaume de Coulombel dépeint par Jean de Roye9 Avant les derniers siècles médiévaux, on ne peut pratiquement pas compter sur des archives judiciaires. Ensuite, les sources à disposition permettent une approche sociale moins biaisée, mais on ne peut pas dire qu'elles sont l'exact reflet de la sociologie du crime. Certaines10 ne renferment qu'une sélection d'affaires exemplaires ; l'ensemble de ces documents ne renseigne jamais que sur les cas parvenus au stade du procès ou de la rémission, ce qui suppose de la part des protagonistes un recours à la justice qui n'est pas à la portée ou dans la culture de tous. Tout le monde ne saisit pas la justice après la découverte d'un méfait venimeux, comme ce neveu d'une vieille femme à l'héritage détourné par son meurtrier présumé. Plainte a été déposée par des parents de la victime qui refusent de laisser souiller l'honneur de la famille atteinte par les circonstances troubles du décès11. Mais cette attitude est-elle répandue chez les plus humbles ?

  • 12 F. Bonef-Bouillon, L'empoisonnement dans le Nord au xixe siècle, Thèse de 3e cycle, 1986, Lille, A (...)
  • 13 Sur la question générale de l'approche statistique des archives judiciaires, voir la mise au point (...)

4Les sources à disposition ne permettent donc pas de dresser sérieusement une sociologie statistique des victimes du poison criminel, à l'inverse de séries exploitées par les historiens de l'époque contemporaine12 Comme le dit C. Gauvard, « la criminalité réelle n'affleure nulle part13 ». Laissons donc l'insaisissable proie des empoisonneurs pour quelques ombres.

  • 14 Jean Froissart, Chroniques, Paris, Luce, Mirot, Raynaud, et al., 15 vol. parus, 1869-1975,1, 94, p (...)
  • 15 Guillaume Guiard, Branche des royaux lignages, Recueil des Historiens des Gaules et de la France ( (...)
  • 16 Voir E. Albe, Autour de Jean XXII : Hugues Géraud, évêque de Cahors, l'affaire des poisons et des (...)
  • 17 Parlement criminel, AN, X2A 14, f. 215 v. À noter qu'entre le demandeur et le défenseur, il y a to (...)

5Toute victime se caractérise d'abord, quelle que soit la nature de l'agression subie, par des traits physiques et une situation familiale, on dirait aujourd'hui un état civil. Peut-on détecter des corrélations entre ces données et l'arme qu'est le poison ? L'empoisonné ou supposé tel est-il de préférence jeune ou vieux, homme ou femme, marié ou célibataire, ascendant ou descendant ? Ces alternatives engagent évidemment la démarche criminelle de l'empoisonneur, mais aussi, pour les sources narratives du moins, des représentations mentales qui partent des qualités de la victime présumée pour déduire un empoisonnement. La jeunesse d'un individu décédé rapidement, tel le duc de Clarence14 suscite des rumeurs disant que l'on a « avancé » la mort du disparu. Guillaume Guiard écrit à propos de l'héritier Louis de France mort en 1276 : « fina par empoisonnement / C'on voit souvent sur les sains-nés15 ». Aux yeux du chroniqueur, la santé et la force qui caractérisent généralement l'âge jeune peuvent donc déterminer l'emploi d'une arme moins utile contre un individu débile que la mort peut naturellement enlever. Néanmoins, nombre de victimes exposées aux assauts d'adversaires venimeux, comme Jean XXII16 ou la dénommée Guiette Guillonne17, sont des vieillards dont on a cherché à discrètement abréger la fin de vie.

  • 18 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, op. cit., t. 2 p. 101-103.
  • 19 Voir par exemple G. Duby, Dames du xiie siècle. III Eve et les prêtres, Paris, 1996, p. 20 et sq.

6Le sexe ne semble pas déterminer beaucoup plus que l'âge une exposition particulière aux dangers du poison, car on peut prêter aux empoisonneurs des calculs aussi cohérents contre des hommes que contre des femmes. Contre des victimes masculines, le poison permet d'agir sans confronter son utilisateur à la réaction éventuellement violente de l'agressé, à la différence de l'arme blanche, même brandie en embuscade ; contre des femmes, le poison fait faire l'économie d'une agression physique infâme contre un être de faible complexion. Cette logique de contournement de la violence par lâcheté ou par retenue ne privilégie donc aucun des deux sexes : le comte du Mans Gautier et sa femme Biote sont indistinctement empoisonnés en 106318. Contrairement à la venenosa mulier19, la venenata mulier ne se dessine pas selon un profil bien marqué et, à s'en tenir aux sources narratives, on aurait même l'impression que les filles d'Ève paient un moins lourd tribut au poison que les hommes, impression reflétant simplement l'intérêt différent que présente l'élimination d'une femme dans une société où les hommes occupent les positions de pouvoir qui suscitent rivalités et meurtres.

  • 20 C. Gauvard, De grâce especial... op. cit., ch. 13 et 14; voir en particulier le tableau 34 : Liens (...)
  • 21 Ibid., p. 590, renvois à des cotes du Parlement criminel X2A 14, f.93v, f, 173v ; X2A 15, f. 154, (...)
  • 22 Voir un passage du livre X de l'Ane d'or D'Apulée, tr. P. Grimai, Paris, Folio, 1975, p. 250 et sq (...)
  • 23 Par exemple Lex Thuringorum, Hanovre, éd. K. F. von Richthoffen, in MGH, Leges, t. 5, 1870, p. 103 (...)
  • 24 Pour les dernières générations de pénitentiels, voir par exemple Alain De Lille, Liber poenitentia (...)
  • 25 Pour les premières, à titre d'exemples, cas de Blanche d'Autriche signalé par Guillaume De Nangis, (...)
  • 26 B.-A. Hanawalt, « The Female Felon in 14*century England », Viator, 5 (1974), p. 253-268, p. 259.

7Le statut familial, examiné de près par C. Gauvard à propos des criminels20, est-il plus déterminant ? La victime du poison entretient assez fréquemment un lien de parenté avec son meurtrier. Le lien de conjugalité est prédominant et de nombreux cas traités par le Parlement révèlent ou suggèrent l'usage du poison contre un conjoint indésirable21 Depuis l'Antiquité22 le poison est une arme assurément conjugale qui fonctionne plus souvent aux dépens de l'époux que de l'épouse, au point que certains codes de loi barbares23 et les pénitentiels, persuadés qu'en tout homme est un nouvel Adam victime potentielle de l'Eve fatale, envisagent le cas de la femme qui a essayé de faire mourir son mari à l'aide d'herbes et de breuvages24 Néanmoins, les sources présentent des cas inverses25 et la figure de l'empoisonné/e comme victime du crime conjugal n'est pas universelle : elle paraît rare dans l'Angleterre du xive siècle26.

  • 27 Grégoire De Tours, Historia Francorum, op. cit., t. 1 p. 226, empoisonnement de Gondebaud, fils de (...)
  • 28 À titre d'exemple, voir Actes du Parlement de Paris, 1254-1328, Paris, E. Boutaric, 2 vol., 1863-1 (...)
  • 29 Exemple tardif (1544) fourni par A. Charnay, Les procès criminels au xvie siècle dans le ressort d (...)
  • 30 Corpus juris civilis, Berlin, Kriiger-Mommsen, 3 vol., 1877-1895, IX, 16, 8 et IX,41, 3.

8Certaines victimes se situent dans la parenté ou l'alliance plus éloignée de l'agresseur : enfant, mais c'est rare, à moins de considérer certains avortements comme un empoisonnement - c'est un autre sujet - ou de prendre en compte la relation parents adoptifs/beaux-enfants qui donnent lieu à de nombreuses affaires depuis Grégoire de Tours27 ; géniteur ou génitrice, cas plus répandu, opposant la dimension nourricière de la mère ou du père à la perfidie mortifère du fils ou de la fille qui tue, mais n'ose répandre le sang paternel28 ; ou encore oncle-tante, neveu-nièce, là aussi plutôt aux dépens des premiers29 En tout cas, ses procédures fréquemment conviviales font que l'empoisonnement apparaît à certains égards comme un crime domestique et le droit romain en atteste qui indique que les enquêtes sont à mener prioritairement dans l'entourage proche de la victime30. Mais avec ce cri-tère de la familia, on touche au versant proprement social de l'enquête, puisque cette « famille » abrite aussi maîtres et valets.

  • 31 Pietro D'abano, De venenis et eorum commodis remediis, Mantoue, 1537, p. 5, dans un passage où l'a (...)
  • 32 Le Traité des poisons de Maïmonide est ainsi commandité par le cadi du Caire al Fadhil, bras droit (...)
  • 33 À commencer par le pape, sans doute Boniface VIII. Sur Pietro d'Abano, voir D. Paschetto, Pietro d (...)
  • 34 C. Leleux, Les poisons à travers les âges..., op. cit., p. 69 : « N'y a-t-il point de passions pou (...)
  • 35 Voir Geoffroy De Paris, Chronique rimée, RHGF, XXII,140.
  • 36 Philippe De Vitry, Dicts de Franc-Gontier, Reims, P. Tarbé, 1850, réimpr. Genève, 1978, p. 140 : N (...)
  • 37 Honoré Bonet, L'apparition de Jehan de Meun, Paris, J. Pichon, 1845, p. 11.

9Dans son traité De venenis et eorum commodis remediis, le médecin italien Pietro d'Abano affirme au début du xive Siècle que les catégories sociales qui doivent se prémunir le plus des empoisonnements par ingestion sont les reges et prelati et otiosi31. Sans doute influencé par ses sources arabo-musulmanes, des traités commandités par de hauts personnages craignant un empoisonnement32, Pietro d'Abano situe ainsi la victime du venin criminel dans les hautes couches de la société, là où il compte trouver des lecteurs à conseiller33 Cette image du poison comme arme d'élite adaptée aux arcanes du pouvoir et à l'ambiance des trônes34 se vérifie évidemment dans les multiples affaires mettant en scène des rois et des princes empoisonnés. Elle puise aussi à des discours qui, sans forcément refléter la réalité des choses, pratiquent cette association poison/victime d'élites. L'idée de la vanité des honneurs terrestres qui peuvent disparaître d'un instant à l'autre se marie bien avec la mort soudaine par empoisonnement, comme celle d'Henri VII en 131335 A cela s'ajoute une certaine vision de la cour comme lieu de tous les dangers : ainsi que l'explique Franc Gontier dans son célèbre dit, le paysan qu'il est n'a pas à se soucier de se protéger du poison qui guette en revanche l'homme de cour perpétuellement inquiet36. Enfin apparaît un dernier trait de mentalité souligné par Honoré Bonet dans son Apparicion de Jean de Meung : « L'ygnorant gens prent tel propos / C'un prince n'aye maladie /... Si ce ne vient par traïson / Par sorcerie ou poison37 » C'est l'opinion même qui destine le poison à la victime d'élite, non le criminel. La sociologie imaginaire des victimes du poison vient donc renforcer l'impression que laissent certains types de sources.

  • 38 M. Robert, Les empoisonnements criminels au xvie siècle, Lyon-Paris, 1903, conclusion, estime que (...)
  • 39 R. Des Godins De Souhesmes, Études sur la criminalité en Lorraine d'après les lettres de rémission (...)
  • 40 . Registres du Trésor des Chartes, JJ 234, n° 187, f.l07v, février 1501.
  • 41 Registres du Trésor des Chartes, JJ 234, n° 187, f.l07v, février 1501.
  • 42 Parlement Criminel, AN, X2A 18,f.llv-14, 18 novembre 1423.
  • 43 Nombreux exemples dans la chronique D'Orderic Vital, Historia ecclesiastica..., op. cit., t. 2 p. (...)
  • 44 Bernard Gui, Flores chronicarum, RHGF, XXI, 805 : Mathieu de Druhlis est miserabiliter potionatus.

10Si l'on en revient aux seuls faits, la thèse naguère soutenue38 qui réserve la mort par une arme raffinée aux gens supérieurs et laisse l'emploi de la brutalité sanglante aux masses et aux rustres, cette thèse ne tient pas. La pratique de l'empoisonnement contre des victimes de petite venue se lit à longueur de documents judiciaires, en particulier dans les lettres de rémission. De nombreuses affaires présentent des empoisonnés de condition médiocre tués ou agressés pour des raisons médiocres. En 1493, Jehan Jacquot, vigneron, et Françoise la Noire, deux amants de Fains, dans la prévôté de Bar, projettent d'empoisonner leurs conjoints respectifs de statut social comparable39 La même année, à Metz, Jenette, femme de Guidon, orfèvre, s'en prend par le poison à un époux qui l'exaspère40 Le poison s'attaque aussi bien au pâtissier de Roye41 qu'à la tante à héritage42 au petit hobereau normand du xie siècle43 qu'à un obscur prévôt de la Souterraine au xive siècle44. Ses victimes sont loin de toutes porter couronne.

  • 45 Chez Gregoire De Tours, Historia Francorum, op. cit., cas de Romacharde de Coutances, t. 2 p. 206  (...)
  • 46 Gregoire Le Grand, Vita Benedicti, Paris, A. de Vogué, 1979, ch. III puis ch. VIII.
  • 47 Abelard, Historia calamitatum, Paris, Vrin, J. Monfrin, 1967, p. 106 : ô quotiens veneno me perder (...)
  • 48 Ibid., sic ut et in beato factum est Benedicto.
  • 49 Orderic Vital, Historia ecclesiastica..., op. cit., t. 2 p. 372 : imitatus patrem sanctissimum doc (...)
  • 50 Actes du Parlement de Paris, 1254-1328..., op. cit., parlement de la Pentecôte 1281, n° 2323 : arr (...)
  • 51 Philippe De Vigneulles, Chronique, op. cit., t. 2 p. 122 (1399) : Paireillement, avint en l'an des (...)

11Portent-elles tonsure ? Malgré la place prédominante qu'occupent les clercs dans les récits historiographiques, la vulnérabilité de ceux-ci au poison paraît moindre. Mais ceci ne veut pas dire qu'elle est nulle. Il n'est qu'à lire Grégoire de Tours ou Orderic Vital pour rencontrer de nombreux cas d'évêques ou d'abbés ayant succombé au venin45. Là non plus, le départ n'est pas toujours facile à faire entre réalité sociologique et schémas culturels, car la figure du prélat empoisonné est un topos qui court depuis Grégoire le Grand avec saint Benoît46 et passe par Abélard livré aux embûches des moines de Saint-Gildas-de-Rhuys47 Comme lui48, Orderic Vital s'inspire de l'histoire de Benoît à Subiaco lorsqu'il dépeint le futur archevêque de Rouen Maurille en proie aux menées venimeuses de moines florentins49. Ces victimes ecclésiastiques du poison ne peuvent toutefois pas être uniquement rapportées à des schémas mentaux. Le fait que les archives judiciaires contiennent des cas précis50 conduit à chercher des explications liées à la stratégie du meurtrier : réticence à verser le sang d'une personne consacrée ? Refus, lorsque l'empoisonneur est lui-même clerc, d'employer une arme tranchante dont l'usage est interdit aux ecclésiastiques par les saints canons51 ? Quoi qu'il en soit, l'univers du clergé n'ignore pas le poison. Il l'appelle même d'une certaine manière, et par la tradition hagiographique, et par les types de relation qui s'y déploient.

  • 52 Clement De Fauquembergue, Journal, Paris, A. Tuetey, 1914, t. 2 p. 101 ; Enguerrand De Monstrelet, (...)
  • 53 Actes du Parlement de Paris, 1254-1328, op. cit., n° 4826 (Criminel, I, f.137, mai 1317). À noter (...)
  • 54 Actes du Parlement de Paris, 1254-1328, op. cit., n° 5048 (Criminel, I, f.203, novembre 1316).
  • 55 Gesta Ambaziensium dominorum, L. Halphen, Paris, R. Poupardin, 13, p. 124.
  • 56 Schéma répandu : voir par exemple l'affaire de la famille de Foix à la fin du xive siècle : Froiss (...)
  • 57 Actes du Parlement de Paris, règne de Philippe VI, Inventaire analytique des registres X2A 2 à 5, (...)
  • 58 Abelard, Historia calamitatum, op. cit., p. 99 puis 105, de II Cor., VII,5.

12Si l'on établit maintenant la position sociale des empoisonnés relativement à leur meurtrier, il apparaît que prédomine une position de supériorité et de pouvoir : la victime du poison est en général détentrice d'une autorité : celle du maître sur le valet (ainsi Michelle de France et sa suivante Ourse52 ou maître Pierre Ricard et son serviteur Pierre Flori53), celle de l'abbé ou du prieur sur les moines (ainsi l'abbé Hugues de Saint-Benoît de Quinçay en 131654), celle du seigneur sur ses chevaliers, tel le sire d'Amboise Hugues tué par ses barons en 115255 C'est la position de pouvoir mal supportée ou jalousée de la victime - y compris par un héritier56 - qui est à l'origine de nombre d'empoisonnements commis au sein des communautés conventuelles comme des cours. Cette position fréquente de la victime rend d'autant plus abominable un crime qui brise le lien social fondé en partie sur la confiance placée dans les serviteurs ou les subordonnés, confiance détournée au profit de l'exécution de l'empoisonnement. On dispose néanmoins de quelques contre-exemples d'empoisonnements de subalternes ou de serviteurs par leur patron : ainsi cette servante éliminée parce qu'elle savait tout des précédents empoisonnements de Clément de la Hure57. En tout cas, prince ou chef de famille, la cible des empoisonneurs doit méditer la phrase de saint Paul citée par Abélard :Foris pugne. Intus timorés58.

  • 59 Chronique de Sainte-Catherine-au-Mont-Rouen, RHGF, XXIII, 410. Cette indistinction sociale des vic (...)

13L'examen sérieux du profil des victimes du poison au Moyen Âge exclut une statistique sociologique des empoisonnés, étant donné que des sources privilégient les élites, alors que d'autres font affleurer des affaires concernant des victimes très ordinaires. En vérité, on trouve des empoisonnés dans toutes les strates de la société, tam nobiles quam ignobiles, comme le dit un chroniqueur à propos de l'empoisonnement collectif de 132159 Le jeune homme fort, l'abbé rigoureux dont on répugne à répandre le sang, le conjoint encombrant ou invivable sont parmi les victimes les plus fréquentes du poison ; elles entretiennent souvent un lien de domination et de proximité avec le meurtrier. On ne peut aller beaucoup plus loin. Et la limite n'est pas bien nette entre le factuel et le discursif qui relie au crime de venin le jeune âge d'un trépassé, son lien de conjugalité ou sa fonction à la tête d'une communauté. A la différence d'autres formes de crime, plus nettes, le crime de poison engendre un imaginaire qui interfère avec la réalité de la criminalité. A la question de savoir s'il y a des victimes « désignées » au poison médiéval s'offrent donc deux réponses. Sans doute, dans tous les milieux sociaux, certaines stratégies criminelles adaptent-elles l'arme à la victime. Mais, loin d'être le seul fait des meurtriers, cette adaptation s'effectue souvent par les récits qui disent le crime, voire le créent.

14Franck Collard

Notes

1 F. Collard, Horrendum scelus. Recherches sur le statut juridique du crime d'empoisonnement au Moyen Âge, Revue historique, 300-4 (novembre-décembre 1998), p. 737-764.

2 Ibid., Recherches sur le crime de poison au Moyen Âge, Journal des Savants, janvier-juin 1992, p. 99-114 et « Une arme venue d'ailleurs. Portrait de l'étranger en empoisonneur au Moyen Âge », à paraître dans les Actes du xxxe congrès de la Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public (Gottingen, 3-6 juin 1999).

3 Schémas narratifs répandus ; voir par exemple Grégoire de Tours, Historia Francorum, 111,17, Hanovre, éd. B. Krusch et W. Levison, 1951, p. 162 (cas de Francillon évêque de Tours) ; Orderic Vital, Historia ecclesiastica, Paris, éd. A. Le Prévost et L. Delisle, 5 vol., 1838-1855, t. 2, p. 28 puis p. 73.

4 C. Gauvard, « De grâce especial ». Crime, État et Société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2 vol., 1991, t. 1, ch. 6 à 10 : ville et campagne, homme et femme, jeune et vieux, nanti et marginal, normal et pathologique.

5 Voir plus bas le cas de Pietro d'Abano.

6 Voir par exemple Jacques D'ableiges, Le Grand Coutumier de France, Paris, E. Laboulaye et R. Dareste, 1868, ch. 12, p. 649 : le juriste prend en compte certaines caractéristiques de la victime pour la modulation des peines.

7 Placentin, In codicis libris IX summa, Mayence, 1536, p. 435, au titre De his qui parentes vel liberos occiderunt.

8 C. Leleux, Les poisons à travers les âges. Les empoisonneurs, Paris, 1923, p. 69, affirme ainsi le fréquent usage du poison parmi les Grands de l'époque mérovingienne.

9 Jean De Roye, Paris, Michaud-Poujoulat, 1837, p. 275 (1466); il s'agit d'un mari « riche et puissant », victime de vols, d'adultère et d'empoisonnement de sa femme finalement disculpée de la dernière charge. À noter que le fameux Journal du Bourgeois de Paris est assez pauvre en matière venimeuse.

10 Dont le registre criminel du Châtelet qui comprend une affaire d'empoisonnement jugée en 1390 ; mais il s'agit de l'empoisonnement de puits, à destination de la collectivité (Registre criminel du Châtelet, Paris, H. Duplès-Agier, 1861-1864, t. 1 p. 311-321 puis 419-480 ; t. 2 p. 1-6. Sur la réelle portée de ce registre, voir C. Gauvard, De grâce especial..., op. cit., p. 45 puis p. 271.

11 Parlement Criminel, Archives Nationales (AN), X2A 14, f.214v-217v, 4 décembre 1404 : Jehan de Corrobert, écuyer, demandeur, petit-neveu de la victime, adresse une lettre à la justice disant que sa tante est morte par poison, ce qui déclenche donc le processus judiciaire.

12 F. Bonef-Bouillon, L'empoisonnement dans le Nord au xixe siècle, Thèse de 3e cycle, 1986, Lille, ANRT, 1987. En annexe III, des tableaux statistiques tirés du Compte général de l'administration de la justice criminelle sur les années 1864-1887 présentent les causes apparentes des crimes de poison et permettent une approche des victimes.

13 Sur la question générale de l'approche statistique des archives judiciaires, voir la mise au point de C. Gauvard, « Les sources judiciaires de la fin du Moyen Âge peuvent-elles permettre une approche statistique du crime ? », in Commerce, finances et société (xie-xvie siècles), Paris, Mélanges Dubois, 1993, p. 469-488, p. 482.

14 Jean Froissart, Chroniques, Paris, Luce, Mirot, Raynaud, et al., 15 vol. parus, 1869-1975,1, 94, p. 317 du t. 7.

15 Guillaume Guiard, Branche des royaux lignages, Recueil des Historiens des Gaules et de la France (désormais cité RHGF), XXII, 211-212.

16 Voir E. Albe, Autour de Jean XXII : Hugues Géraud, évêque de Cahors, l'affaire des poisons et des envoûtements, Cahors-Toulouse, 1904.

17 Parlement criminel, AN, X2A 14, f. 215 v. À noter qu'entre le demandeur et le défenseur, il y a toutefois une controverse sur l'âge de la victime, l'accusé d'empoisonnement prétendant que Guiette est morte de vieillesse à 72 ans, alors que son adversaire dit qu'elle n'avait pas 60 ans. L'âge est donc bien lié à la présomption d'empoisonnement.

18 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, op. cit., t. 2 p. 101-103.

19 Voir par exemple G. Duby, Dames du xiie siècle. III Eve et les prêtres, Paris, 1996, p. 20 et sq.

20 C. Gauvard, De grâce especial... op. cit., ch. 13 et 14; voir en particulier le tableau 34 : Liens entre la victime et le coupable, p. 619 ; on voit que les lettres de rémission ne présentent qu'une minorité de victimes entretenant avec leur meurtrier des liens conjugaux (2 %), de paternité-maternité (0,5 %), de filiation (2 %), collatéraux (2,5 %).

21 Ibid., p. 590, renvois à des cotes du Parlement criminel X2A 14, f.93v, f, 173v ; X2A 15, f. 154, f.160, f.217v. ; X2A 16, 35v-36.

22 Voir un passage du livre X de l'Ane d'or D'Apulée, tr. P. Grimai, Paris, Folio, 1975, p. 250 et sq., sur un mari empoisonné par sa terrible femme qui tue de la même façon sa fille.

23 Par exemple Lex Thuringorum, Hanovre, éd. K. F. von Richthoffen, in MGH, Leges, t. 5, 1870, p. 103-144, art. 55 : Si mulier maritum veneficio dicatur occidisse...

24 Pour les dernières générations de pénitentiels, voir par exemple Alain De Lille, Liber poenitentialis, Louvain-Lille, éd. J. Longère, 2 vol., 1965, II, 36, t. 2 p. 66 : Si mulier maritum suum causa veneni interfecerit... ; l'auteur s'appuie sur Burchard De Worms, Cor-rector sive medicus, Paris, éd. Migne, Patrologie latine, t. 140, 1853, VI, 39, col. 774. Voir aussi Reginon De Prum, Libri duo de synodalibus causis et disciplinis ecclesiasticis, Lipse, éd. F.W.H. Wasserschleben, 1840, II, 81, p. 246 : De femina quae virum per maleficium interficit et II, 84, p. 246-247 : Si mulier maritum suum causa fornicationis veneno interficit...

25 Pour les premières, à titre d'exemples, cas de Blanche d'Autriche signalé par Guillaume De Nangis, Chronique latine de 1113 à 1300, et continuation, Paris, éd. H. Géraud, 2 vol., 1843, t. 1 p. 346 ou par Geraud De Frachet, Chronique, éd. RHGF, XXI, 25 ou encore par Jean De Saint-Victor, Memoriale historiarum, RHGF, XXI,644 ; Parlement criminel, X2A14, f.l53-154v, janvier 1404.

26 B.-A. Hanawalt, « The Female Felon in 14*century England », Viator, 5 (1974), p. 253-268, p. 259.

27 Grégoire De Tours, Historia Francorum, op. cit., t. 1 p. 226, empoisonnement de Gondebaud, fils de Gontran, par la seconde épouse de celui-ci Marcatrude ; Orderic Vital, Historia ecclesiastica, op. cit., t. 3 p. 181-182, empoisonnement de Bohémond par la seconde épouse de son père nommée Sichelguade et t. 4 p. 196-197, empoisonnement du fils de Philippe Ier, le prince Louis, par sa marâtre Bertrade de Montfort ; t. 5 p. 34-35, empoisonnement de son gendre Robert de Bourgogne par Adèle de Pouille ; à noter un cas d'empoisonnement de la fille par la mère dans Jacques Fournier (évêque de Pamiers, 1318-1325), Registre d'inquisition, tr. J. Duvernoy, Paris-La Haye, 1978, t. 3 p. 778 : dans la confession d'Arnaud Sicre, d'Ax, 14 janvier 1322, il est question de Jeanne, fille de Mersende, hérétique, qui menaçait de dénoncer sa génitrice, d'où son désir de faire disparaître sa fille. Clément Marot écrit au xvie siècle : « Par mal talent les marastres terribles / Meslent souvent venins froids et horribles » (cité par R. Villeneuve, Les empoisonneurs célèbres, Paris, 2e éd. 1968, p. 79).

28 À titre d'exemple, voir Actes du Parlement de Paris, 1254-1328, Paris, E. Boutaric, 2 vol., 1863-1867, n° 5224 (Criminel, III, f. 99v.) : mandement au bailli de Touraine par les amis de feu Pierre Hubert d'enquêter et procéder contre sa fille prévenue d'empoisonnement puis relâchée.

29 Exemple tardif (1544) fourni par A. Charnay, Les procès criminels au xvie siècle dans le ressort de la sénéchaussée de Lyon, Revue du Lyonnais, 1980, p. 129-140, p. 133 : une vieille dame, Louise de Mondésert, accuse sa nièce, bâtarde, Françoise, d'avoir essayé de l'empoisonner.

30 Corpus juris civilis, Berlin, Kriiger-Mommsen, 3 vol., 1877-1895, IX, 16, 8 et IX,41, 3.

31 Pietro D'abano, De venenis et eorum commodis remediis, Mantoue, 1537, p. 5, dans un passage où l'auteur distingue les empoisonnements accidentels, par morsure de bête par exemple, des empoisonnements criminels : quod [venenum] vero est assumptum intus est de genere potionum perniciosarum datum sub specie cibi vel potus vel medicinae. Et hoc est quod plurimum fit. A quo reges et prelati et ociosi cavere debent ; p. 33, l'auteur évoque les reges et principes d'Orient qui sont exposés au poison.

32 Le Traité des poisons de Maïmonide est ainsi commandité par le cadi du Caire al Fadhil, bras droit de Saladin ; voir Maïmonide, Traité des poisons, Paris, I.M. Rabbinowicz, 1865, p. 15.

33 À commencer par le pape, sans doute Boniface VIII. Sur Pietro d'Abano, voir D. Paschetto, Pietro d'Abano, medico e filosofo, Florence, 1984, et les recherches de G. Sodigné-Costes, « L'étude des venins au Moyen Âge : conformité et déviance par rapport à une matière médicale (l'exemple de Pierre d'Abano) », in Conformités et déviances, Actes du colloque du CRISIMA, II, Montpellier, M. Faure, 1995, p. 333-344.

34 C. Leleux, Les poisons à travers les âges..., op. cit., p. 69 : « N'y a-t-il point de passions pour ainsi dire spéciales à l'ambiance des trônes ? »

35 Voir Geoffroy De Paris, Chronique rimée, RHGF, XXII,140.

36 Philippe De Vitry, Dicts de Franc-Gontier, Reims, P. Tarbé, 1850, réimpr. Genève, 1978, p. 140 : Ne scai, dit-il, que sont piliers de marbre / Pommeaux luisans, murs vestus de peincture. / Je n 'ay paour de trahison tissue / Soubz beau semblant, ne qui empoisonné soye / En vaisseau d'or... ; Sur le courant anticurial à la fin du Moyen Age, voir F. Autrand, « De l'Enfer au Purgatoire : la cour à travers quelques textes français du milieu du xive au milieu du xve siècle », in L'État et les aristocraties (France, Angleterre, Écosse), xiie-xviie siècle, P. contamine [dir.], Paris, Presses de l'ENS, 1989, p. 51-78.

37 Honoré Bonet, L'apparition de Jehan de Meun, Paris, J. Pichon, 1845, p. 11.

38 M. Robert, Les empoisonnements criminels au xvie siècle, Lyon-Paris, 1903, conclusion, estime que le poison est une arme de cour pénétrant ensuite dans la ville, mais jamais dans les campagnes.

39 R. Des Godins De Souhesmes, Études sur la criminalité en Lorraine d'après les lettres de rémissions, Paris, 1903, p. 134-135. Autres exemples proches de ce schéma dans Registres du Trésor des Chartes, JJ 196, Celle-en-Poitou, avril 1469, n° 167, f.104-105, impliquant une femme de cardeur ; JJ 226b, f.2, janvier 1492. Rémission accordée à Jeanne Beaupoux, 23 ans, détenue pour avoir voulu empoisonner son mari Jehan Nepveu, après qu'elle eut vécu avec un autre homme, Jehan Droillaut. Revenu auprès de son mari sur ordre de son père, elle est si maltraitée qu'elle reçoit (de son amant) le conseil de l'empoisonner

40 . Registres du Trésor des Chartes, JJ 234, n° 187, f.l07v, février 1501.

41 Registres du Trésor des Chartes, JJ 234, n° 187, f.l07v, février 1501.

42 Parlement Criminel, AN, X2A 18,f.llv-14, 18 novembre 1423.

43 Nombreux exemples dans la chronique D'Orderic Vital, Historia ecclesiastica..., op. cit., t. 2 p. 73,101-103, 106-107.

44 Bernard Gui, Flores chronicarum, RHGF, XXI, 805 : Mathieu de Druhlis est miserabiliter potionatus.

45 Chez Gregoire De Tours, Historia Francorum, op. cit., cas de Romacharde de Coutances, t. 2 p. 206 ; à signaler aussi le cas de Sabin, évêque de Canossa, victime d'une tentative d'empoisonnement de la part de son archidiacre : Gregoire Le Grand, Dialogues, Paris, A. de Vogué, 1979, III, 5-3, p. 275 ; chez Orderic Vital, Historia ecclesiastica..., op. cit., t. 4 p. 374, mort par poison de l'évêque Frédéric de Liège, etc.

46 Gregoire Le Grand, Vita Benedicti, Paris, A. de Vogué, 1979, ch. III puis ch. VIII.

47 Abelard, Historia calamitatum, Paris, Vrin, J. Monfrin, 1967, p. 106 : ô quotiens veneno me perdere temptaverunt.

48 Ibid., sic ut et in beato factum est Benedicto.

49 Orderic Vital, Historia ecclesiastica..., op. cit., t. 2 p. 372 : imitatus patrem sanctissimum doctoremque Benedictum

50 Actes du Parlement de Paris, 1254-1328..., op. cit., parlement de la Pentecôte 1281, n° 2323 : arrêt renvoyant à la cour de l'évêque d'Amiens un individu accusé d'avoir voulu l'empoisonner. Voir aussi l'affaire de Bertrand Aimini, devenu évêque d'Avignon en 1300 et persécuté par ses chanoines, dans L.-H. Labande, Un complot des chanoines d'Avignon contre leur évêque (1305), Annales d'Avignon et du comtat Venaisssin, 1913, p. 129-144.

51 Philippe De Vigneulles, Chronique, op. cit., t. 2 p. 122 (1399) : Paireillement, avint en l'an dessus dit que trois moine de l'abahiee de Sainct Clément devent Mets et deux jonnes clerson voulurent empoisonner et enherber leur abbé, lequelle s'appelloit seigneur Thié-bault Louve.

52 Clement De Fauquembergue, Journal, Paris, A. Tuetey, 1914, t. 2 p. 101 ; Enguerrand De Monstrelet, Chronique, Paris, Douêt d'Arcq, 6 vol., 1857, t. 4 p. 118 ; Georges Chastellain, Chronique, Bruxelles, Kervyn de Lettenhove, avec les oeuvres complètes, 6 vol., 1863-1864, t. 1 p. 341. Autre exemple fourni par J. Bellamy, Crime and public order in England in the Late Middle Ages, Londres, 1973, p. 57 : duchesse de Clarence supposée morte du poison à elle baillé par sa servante Ankarette Twynho (1477).

53 Actes du Parlement de Paris, 1254-1328, op. cit., n° 4826 (Criminel, I, f.137, mai 1317). À noter toutefois que les nombreux cas de meurtres du maître par le valet présents dans la chronique de Philippe de Vigneulles se font à l'arme blanche.

54 Actes du Parlement de Paris, 1254-1328, op. cit., n° 5048 (Criminel, I, f.203, novembre 1316).

55 Gesta Ambaziensium dominorum, L. Halphen, Paris, R. Poupardin, 13, p. 124.

56 Schéma répandu : voir par exemple l'affaire de la famille de Foix à la fin du xive siècle : Froissart, III, 4, Chroniques, op. cit., t. 12, p. 81-88 et Chronique des quatre premiers Valois, Paris, S. Luce, 1862, p. 284.

57 Actes du Parlement de Paris, règne de Philippe VI, Inventaire analytique des registres X2A 2 à 5, Paris, B. Labat-Poussin, M. Langlois et Y. Lanhers, 1987, X2A 4, Arrêts, n° 4143 B, 22 décembre 1341.

58 Abelard, Historia calamitatum, op. cit., p. 99 puis 105, de II Cor., VII,5.

59 Chronique de Sainte-Catherine-au-Mont-Rouen, RHGF, XXIII, 410. Cette indistinction sociale des victimes a été affirmée entre autre, par M. Mc Vaugh, Medicine before the Plague : Practitioners and their Patients in the crown of Aragon (1285-1345), Cambridge, 1993 p. 198

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search