Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voix de femmes à la scène, à l'écran

 | 
Nicole Vigouroux-Frey

Amériques

The “playgirls” of the West Indies

Frances Williams

Texte intégral

1En ne traduisant pas le titre de cette étude, je pose le problème de la traduction théâtrale. En choisissant le titre — The “playgirls” of the West Indies — je m’en tiens au thème proposé pour ce colloque “Voix de femmes”. Ayant fixé ainsi les deux pôles de cette étude, traduction-femmes, je me propose de regarder la pièce du Trinidadien, Mustapha Matura The Playboy of the West Indies mise en scène pour la première fois le 17 janvier 1984 en Angleterre.

2Dans l’édition de 1988 publiée par le Broadway Play Publishing Inc. référence est faite, après la liste des personnages, à la pièce de J.M. Synge, The Playboy of the Western World.

J. M. Synge’s Playboy of the Western World was first produced on January 26th 1912 in Dublin, Ireland. The play was set in Mayo. Mustapha Matura’s version is set in Mayara, Trinidad, in August 1950.

3Les initiés remarqueront immédiatement une anomalie dans les dates car nous savons que le Playboy a bien été joué le 26 janvier à Dublin – mais en 1907 ! Un “jumbie” antillais au travail sans doute, sorti tout droit de la pièce de Matura, peut-être le même “jumbie” que voit Ken dans le deuxième acte quand il voit son père ressuscité : “a jumbie, a walking jumbie a me dead fadder (p. 48)” ! Ou peut-être est-ce le travail de Mama Benin et ses pouvoirs magiques en tant que “Obeah Woman”. Le fait est que la date de la pièce de Synge a été magiquement ou miraculeusement modifiée.

4Magiquement ou miraculeusement : encore deux pôles qui séparent Synge et Matura, le monde religieux de l’Irlande, le monde d’Obeah (magie noire) de Matura. Et la traduction ne trouve-t-elle pas sa place quelque part entre miracle et magie car dans la traduction officielle du mot “playboy” de Synge nous arrivons par magie ou miracle à Baladin — Le Baladin du monde occidental. Baladin, baladine, ballade, badine — magie du mot. Playboy, playgirl, play, girl, gull ! = dupe. Qui dupe qui ? Christy dupe les habitants de Mayo ; Ken dupe les habitants de Mayaro ; Matura nous dupe avec sa transposition magique de la pièce de Synge – ou moi, je vous dupe avec mon badinage où je vous ballade de l’Irlande aux Antilles ?

5Rompons le cercle magique des mots pour revenir à la réalité des termes utilisés avant que Mama Benin ne nous transporte encore dans le monde charmant et charmé de Trinidad.

The Playboy of the Western World, January 1907.
The Playboy of the West Indies, January 1984.

6Si nous regardons la définition du mot “playboy” dans l’O.E.D. de 1911 nous lisons “one living for pleasure” – celui qui ne vit que pour le plaisir. Si nous regardons le mot “baladin” dans le Larousse, nous lisons “farceur de place publique”. Christy dans la pièce de Synge et Ken dans la pièce de Matura sont bel et bien, des farceurs de place publique. Mais “playboy” désigne aussi celui qui vit pour le plaisir, qui ne pense qu’à s’amuser. Voilà la problématique de la traduction posée. Que signifiait “playboy” pour Synge lui-même ? Le dramaturge, dans une lettre à un jeune homme citée dans l’édition de 1923 (Dublin) de sa pièce, écrivait :

I follow Goethe’s rule to tell no-one what one means in one’s writing.

7Nous ne pouvons donc affirmer ce que voulait dire Synge.

8Et que veut dire Matura en 1984 quand il utilise le mot “playboy” ? Il est évident que le mot a évolué et si Matura, fidèle au sens de “farceur public” l’emploie comme Synge, il n’est pas sans savoir que le mot a d’autres connotations en 1984 et même en 1950, l’année où il situe sa pièce. Ken dans The Playboy of the West Indies est un farceur mais il est aussi “playboy” tombeur de filles car les personnages féminins tombent aussi sous le charme physique de Ken. Toutes les femmes le veulent, et le veulent dans leur lit ! – Trinidad n’est pas l’Irlande ! Mais aux Antilles le mot a peut-être encore d’autres colorations. Ken est aussi le garçon avec qui on joue, “a plaything” un jouet que l’on s’arrache. Ken est aussi un “playboy” car il est un garçon qui joue, qui entre en scène, qui joue la comédie — qui joue aussi à être homme car n’a-t-il pas tué son père ? — preuve absolue de virilité.

9Écoutons Lady Macbeth qui incite au meurtre :

What beast was’t then
That made you break this experience to me ?
When you durst do it, then you were a man ;
And to be more than what you were, you would
Be so much more the man. (I.7. 47-51).

10Si Macbeth devient homme en tuant Duncan, son roi, Christy et Ken, qui sont censés avoir tué non leur père spirituel mais leur vrai père, deviennent de ce fait aux yeux des femmes “so much more the man” !

11Mais revenons à notre mot magique “playboy”. Christy et Ken jouent à celui qui a tué le père et en voyant le pouvoir qu’un tel acte leur confère, récidiveront quand le père “ressuscite”. Mais, ce ne sont pas des hommes et ils ne réussiront pas à consommer leur acte – le “playboy” disparaîtra en emportant la magie.

12Dans la pièce de Matura le playboy est aussi le garçon-jouet. Et qui joue avec lui sinon les “girls-gulls”. Car, dans ce village Trinidadien où rien ne se passe sauf les fêtes traditionnelles comme celle de “Discovery Day” ou les veillées des morts, Ken devient le nouveau jouet dans les mains des “playgirls of the West Indies”.

13Qui sont ces femmes ?

14Si tant d’obstacles sont rencontrés pour traduire un mot, imaginons un instant les obstacles rencontrés par Matura pour traduire toute une pièce, car il s’agit effectivement d’une traduction dans le sens littéral du terme. “Traducere” = faire passer : faire passer d’Irlande à Trinidad. Et n’est-ce pas Synge lui-même qui lui aurait donné l’idée de ce faire quand il dit dans sa lettre du 4 mai 1907 à Mayerfeld :

... If it (The Playboy) was translated for the German — or any foreign stage — a few incidents... would of course have to be adapted in some way to make them comprehensible, but the main line of the story I imagine would be clear enough anywhere.

15La ligne générale de la pièce est en effet assez claire ; quels sont ces quelques incidents qui doivent être modifiés ? C’est en essayant de répondre à cette question que nous apercevrons que les femmes de Matura ne sont pas du tout les femmes de Synge. Si les femmes dans la pièce de Synge sont un faire-valoir pour Christy, personnage difficile à cerner, subtil, il n’en est rien dans celle de Matura et, en cela, me semble-t-il, Matura rompt avec une tradition dans le théâtre anglais. Reprenons Macbeth : Lady Macbeth nargue son mari et le pousse au meurtre. Une fois son rôle de femme monstrueuse qui incite au crime accompli, elle redevient femme, femme traditionnelle, femme faible tandis que Macbeth grandit en stature pour remplir la scène à l’exclusion de toute autre personne. Lady Macbeth tire sa révérence en quelque sorte. Ophélie s’élimine discrètement et en douceur pour laisser à Hamlet les feux de la rampe. Desdémone se laisse “éteindre” pour qu’Othello brille. Et si Rosalind tire les ficelles dans Comme il vous plaira, c’est en se faisant passer pour homme ! Pardonnons à Shakespeare qui n’avait que de jeunes hommes pour jouer ces rôles. Approchons-nous un peu plus de notre époque : où sont les femmes remarquables ? Mrs Malaprop ? – une idiote ! Qui est donc l’héroïne de She Stoops to Conquer ? Et quelle image de femmes dans A School for Scandal ! Approchons encore : St Joan ? personnage historique et qui, de plus joue à être homme ! Pygmalion ? Liza n’est qu’outil, objet d’étude, cobaye. Et les “Angry Young Men” plus près de nous, ne sont pas des “Angry Young Women” mise à part Shelagh Delaney, et comment s’appelait cette femme dans A Taste of Honey ? Si jusqu’à l’époque victorienne et au-delà le métier d’actrice était mal vu, depuis ce n’est pas le cas. Où sont donc les femmes dans le théâtre anglais ? Question que je n’ai pas osé poser à Peter Brook lors de son débat public à Rennes le 6 décembre 1993 à propos de L’Homme Qui... où aucune femme n’apparaît. Serait-ce un phénomène purement anglais car les Américains nous ont offert Blanche dans A Streetcar Named Desire ou Abbie dans Desire Under the Elms et bien d’autres ? Les Français nous ont laissé des personnages féminins d’une envergure remarquable, Phèdre, Bérénice, Athalie (quelle femme !) et même les “modernes” nous ont offert des “remakes” avec Électre ou Antigone. Mais laissons de côté la bataille des féministes.

16Revenons à la magie de Matura. En traduisant la pièce de Synge il transmue les femmes. Pour comprendre cette alchimie il nous faudra monter sur un tapis volant pour quitter l’Irlande de 1907 et arriver à Trinidad en 1950.

17Nous connaissons tous le contexte de la pièce de Synge et les réactions des gens de Dublin lors de sa première présentation. Les réactions hostiles étaient suscitées surtout par l’attitude de Synge envers ces paysans et paysannes irlandais. Dans la très sainte Irlande — quel blasphème ! Protéger un présumé meurtrier, admirer son acte, courtiser ses faveurs — anathème ! Invoquer les saints et la Sainte Église dans des situations quasi-païennes, se moquer de Father Reilly – quel sacrilège ! Montrer la niaiserie de ces rustres, se moquer de ces braves et vertueux paysans et surtout parler des saintes femmes irlandaises alignées comme des génisses dans leurs sous-vêtements,... on s’étonne que seule la colère du public se soit manifestée et non celle de Dieu. Bref : Synge avait certainement une attitude ambiguë envers les rustres qu’il met en scène. Comme dit Yeats :

I once said to John Synge ‘do you write out of love or hate for Ireland ?’ and he replied, ‘I have often asked myself that question’. (Introduction p. 66, Collected Plays, voir notes.)

18Nous pouvons d’ailleurs poser la même question aux écrivains antillais : eux aussi ont une attitude ambivalente envers leurs îles. Si la Widow Quin se lamente en voyant passer les bateaux emportant tous les hommes vigoureux vers le nouveau monde en quête de travail, Mama Bénin se plaint aussi de la même chose. La situation économique en 1950 et même encore aujourd’hui oblige les hommes à s’exiler pour trouver de quoi vivre. La plupart des écrivains antillais, Lamming, Naipaul, Mittelholzer, Wilson Harris, Andrew Salkey, Derek Walcott ont dû s’exiler pour pouvoir gagner leur vie et écrire. Andrew Salkey est professeur dans une université américaine, Derek Walcott de même. Et Derek Walcott exprime bien cette attitude ambivalente, cet amour-haine pour son île dans The Star Apple Kingdom (1979) traduit comme Le Royaume du fruit étoilé en 1992 Circé quand Shabin, le nègre rouge quitte son île et sa bien-aimée pour trouver de quoi vivre ailleurs :

...‘This time Shabin, like you really gone !’
I ain’t answer the ass, I simply pile in the back seat and watch the sky burn
Above Laventville pink as the gown in which the woman I left was sleeping,
And I look in the rearview and see a man
Exactly like me, and the man was weeping
For the houses, the streets, that whole fucking island. (Edition Circé p. 8)

19Trinidad en 1950 est encore une colonie britannique ; c’est seulement en 1962 qu’Eric Williams, premier ministre de l’époque, mènera son pays à l’indépendance. Trinidad, ex-pays d’esclaves, est pauvre. Les indigènes ont du mal à vivre. Les forces vives de l’île sont sapées par les départs, les richesses sapées par la puissance coloniale. Les villages de Mayo et de Mayaro se ressemblent, tous deux perdus au bord de la mer. Les gens vivent de la mer ou de la terre et boivent beaucoup pour se distraire de la monotonie de l’existence. La trame de la pièce reste identique ; “a few incidents” sont adaptés : la fête sur la plage à Mayo devient une régate pour célébrer l’anniversaire de la découverte de l’île à Mayaro – “Discovery Day”.

20Mais, c’est quand nous rencontrons les femmes de Matura que nous nous rendons compte qu’elles ne ressemblent pas du tout aux saintes-nitouches irlandaises – pardon Synge. Lady Gregory ne dit-elle pas que les actrices avaient du mal à accepter le langage un peu fort que Synge met dans leur bouche ? Il n’en est rien pour les femmes de Matura !

21Pegeen s’est transformée en Peggy, d’origine africaine, note Matura, car n’oublions pas le nombre de races différentes installées aux Antilles. Elle aussi est en train de commander le tissu pour sa robe de mariée au lever du rideau. Elle doit se marier avec Stanley, pêcheur et propriétaire de plusieurs bateaux — un peu comme Shawn à Mayo. Les deux hommes se ressemblent, timides, peureux. Shawn a peur de Father Reilly, Stanley, peur du qu’en dira-t-on — mais notre étude aujourd’hui ne focalise pas sur les personnages masculins. Pegeen, nous dit Synge, est une “wild-looking but fine girl” (Acte 1 Sc. pp. 176, 177) et il lui donne ses directives : “with scornful good humour” ou “looking at him tea-singly”. Matura donne peu de directives mais dès le début de la pièce il est évident que Peggy mène la danse, et surtout, elle ne mâche pas ses mots :

“Yer afraid to get drunk...” dit-elle à Stanley et elle ajoute “A see is a good ting everybody not like you, we would only open Saturday”, et pire va venir. (Acte 1, p. 2)

22C’est elle qui situe la pièce :

Yer ‘no dey had a time in dis country wen black people wasn’t allowed ’ter get married... (Acte 1, p. 2)

23et qu’auraient pensé les spectateurs de Dublin quand elle enchaîne

I do see why we can do like everybody an... (Acte 1, p. 2)

24car Peggy ne voit pas la nécessité du mariage. Aux Antilles, dans les couches sociales pauvres on ne se préoccupe pas des formalités ; on n’imite pas les coloniaux ! Quand Phil, l’un des pêcheurs pose des questions sur le mariage imminent Peggy rétorque :

You live with a woman for ten years, you ever talk to she bout nuptuals ? (Acte 1, p. 6)

25Stanley n’est qu’un contrepoids pour Peggy car elle critique ses façons de vouloir imiter l’homme blanc — lui qui a bien appris sa leçon — que pour “réussir” il faut singer les maîtres. Vers la fin de la pièce quand elle révèle qu’elle s’est promise à Ken, le supposé tueur, elle crie envers Stanley :

I suppose life wid you woulda been purely governor balls an fancy masquerades with firework popping at midnight. Nar, it woulda been wipe de mayor backside because he have pull.(Acte 3, p. 69)

26En imitant les Blancs, Stanley se châtre – Ken est un vrai homme... pour l’instant.

27Et si le public irlandais explose en 1907 quand il entend le mot “shift” que ferait-il quand Peggy, pour clamer sa respectabilité, profère :

... I can walk down de road wit out some saga boy whistling an calling out how big he yam is, wanting to ‘no if I want to come in he patch an see it...
(Acte 1, p. 3)

28ou quand elle lance à la tête de son père et ses amis qui partent boire toute la nuit à la veillée d’un ami :

... is I have ter lock up, an clean up, while you go off all night ter old talk an fill yer belly wit free rum. (Acte 1, p. 7)

29Peggy est lucide ; c’est elle qui dominera le couple, qui fera tout pendant que Stanley profitera de la situation.

You really have wedding on your mind eh, yer can’t wait ter get in here and make yerself sweet and prosperous.... (Acte 1, p. 4)

30Elle souligne ainsi le fait antillais. Le matriarcat s’y impose dès lors que l’homme doit abandonner l’île pour chercher à gagner sa vie ailleurs et n’assume pas ses responsabilités par le mariage. Beaucoup d’écrivains en témoignent. Horace, le garçon de bureau dans A Morning at the Office écrit en 1952 par Mittelholzer et situé à Trinidad, ne connaît pas son père, et Mary, la femme de ménage dans le même bureau, a été abandonnée. Au début du poème de Derek Walcott déjà cité, Shabin abandonne Maria Concepcion sans oser lui annoncer son départ et dans A House for Mr. Biswas de V.S. Naipaul nous voyons le matriarcat à l’œuvre.

31Oui, Peggy n’est pas Pegeen. Elle connaît la vie, elle s’exprime, elle se défend. Elle n’est pas une femme qui refoule ses instincts sexuels car à Trinidad l’Église catholique n’a pas fait main basse sur la population. Father Reilly n’y contrôle pas la vie. La sexualité fait partie de la vie, elle n’est pas tabou. Peggy ne cherche pas à se marier officiellement ; elle veut vivre avec son corps, avoir des enfants. Tout ce qui est religieux, catholique dans l’original est oblitéré au profit du “naturel”. Si Peggy ne s’offre pas à l’inconnu c’est sans doute qu’elle le trouve trop fatigué !

Yer en see a natural man, sit down an eat natural bread and drink natural milk in a mug
...
Yer en see he half-dead wit sleep, he couldn’t even fine a button much less undo a blouse. (Acte 2, p. 23)

32Peggy ne badine pas avec l’amour : elle veut un homme. Cela ne veut pas dire qu’elle n’a pas d’émotions ; elle témoigne de sentiment et devient même lyrique :

I en want ter own no village, Stanley. I want ter live here, nar, you too decent an ambitious. I go get my wonder from seeing green mango turn red as if de breeze rub rouge on dey cheeks.... (Acte 3, p. 64)

33Et elle souffrira tout autant de sa déception.

34L’aspect physique de l’amour, tabou pour Pegeen, est peut-être mieux illustré par les gestes des deux quand l’inconnu revient en sueur de la fête :

Pegeen radiantly wiping his face with her shawl...

Peggy “passes her finger on his chest and tastes” saying :

Em. It salty an nice. (Acte 3, p. 64)

35Il n’y a pas que Pegeen qui a été transformée. Les demoiselles du village qui viennent chercher les faveurs de Christy dans la pièce de Synge, de Ken dans celle de Matura, ne sont pas du tout innocentes dans cette dernière. Alice et Ivy sont “naturelles”

Ivy – he look tall. Yer ‘no wat dey say bout tall men, dey have...

Alice – Who tell you dat ? A tall man ?

Ivy – No, I hear it. Wilma say a tall feller show she... (Acte2, p. 29-30)

36Et quand les deux filles proposent de la nourriture à Ken après sa nuit passée chez Peggy, Ivy observe :

De molasses go give yer back yer strength after last night. (Acte 2, p. 33)

37Quand Ken explique qu’il a tué son père parce que le père lui destinait une jeune et belle Indienne et non pas la “hag, widow Casey” en expliquant “A didn’t love her”. Matura indique “the girls scream”, c’en est trop !

Alice – Jeezam ages.
Ivy – Dat is man. Oh yes. (Acte 2, p. 37)

38Widow Quin subit pareille mutation. Elle est devenue Mama Benin, Obeah Woman, Obeah étant l’équivalent du vaudou haïtien. Elle fait taire tout le monde avec ses menaces, manipule Ken et Mac son père, et Stanley, et demande bien plus à ce dernier que Widow Quin ne demande à Shawn. Elle ne craint pas Father Reilly, elle n’invoque pas les saints — elle n’a besoin de personne — sauf d’un homme. Le duel verbal entre elle et Peggy est bien plus haut en cou-leur que celui entre Pegeen et Widow Quin :

Peggy – “Ask anybody an wha about dem fisherman who does line up outside she door like some ticket office...

Mama Benin – “I is a woman too yer no, an I ‘no dat look in yer eye, a man wit de fierceness in him ter kill he ole man, doh need much hinting”. (Acte 1, p. 25)

39Il serait impossible de donner tous les exemples. Il est clair que les personnages féminins de Matura ne sont pas les Irlandaises catholiques de Synge, encore moins les Irlandaises névrosées des années 50 d’Edna O’Brien. En disant cela nous n’enlevons rien à ces auteurs car ils ne représentent pas la même société. The Playboy of the West Indies est effectivement une traduction du Playboy of the Western World et, comme avec toute traduction, interprétation et adaptation s’avèrent nécessaires. Dans la pièce de Matura les femmes sont toutes en chair et en couleur et utilisent les hommes comme faire valoir – le personnage principal n’est-il pas Peggy ?

40Le génie de Synge réside dans le fait que sa pièce puisse justement s’adapter à tous pays, à toute époque. La réussite de Matura réside dans le fait qu’il a su transmuer la pièce. Il a su remplacer la poésie pathétique et les brumes de l’Ouest de l’Irlande par la poésie flamboyante et le soleil chaud des Antilles et, ce faisant, il dote les femmes d’une autre dimension dans l’ombre desquelles les hommes se trouvent projetés.

41Dans cette optique nous pourrions hasarder une interprétation toute antillaise de la pièce. Matura n’a-t-il pas vu dans la pièce de Synge toute une symbolique de la situation politico-économique de l’île en 1950 et 1984 ? La déception de Peggy ne reflète-t-elle pas la déception de Trinidad, car Matura écrit vingt ans après l’indépendance. Mac, le père est en quelque sorte le pouvoir colonial qui asservit ; son fils est son esclave qui doit trimer pour le servir. Mais qui est Ken ? Ken représente l’espoir car il a apparemment tué le père ; il est devenu homme, homme jeune qui brille au soleil trinidadien, qui apporte la force et la joie au village (il gagne tous les prix) qui donne l’illusion d’une vie nouvelle, et que le village tente de s’approprier. Ne serait-il pas le symbole de cette indépendance convoitée à l’époque ? Mais, il n’a pas tué le père et il ne le pourra pas ; il dupe les villageois. Il change tout simplement de place avec son père – l’indépendance était une illusion. Ken ne représente-t-il pas en même temps la toute nouvelle puissance coloniale, l’Amérique ? Car si Trinidad se voit accorder son indépendance en 1962, sa vie n’a guère changé, sa situation économique n’est guère meilleure, le fils a obscurément remplacé le père. La déception de Peggy qui refuse et Ken et Stanley à la fin, n’est-elle pas la déception du Trinidadien pour qui rien ne change ? Dans une telle lecture ce qui était une tragi-comédie irlandaise devient avec Matura l’expression burlesque d’une désillusion politique.

42Nous avons parlé de “Playboy”, nous avons regardé les “playgirls”, ne pour-rions-nous pas terminer en parlant de “playthings ?” Mayaro ne serait-elle pas Trinidad tout entier, ou n’importe quelle autre île des Antilles, a “plaything” pour les superpuissances. Et la plus belle voix de femme dans la pièce de Matura ne serait-elle pas la voix de cette belle île ensoleillée des Caraïbes ?

Notes

43Toutes les références sont tirées des éditions suivantes : The Playboy of the West Indies : Brodway Play Publishing Inc. N. Y. 1988. The Playboy of the Western World : Collection Master Playwrights. Plays and poems by

44J. M. Synge. Edited with notes by T. R. Henn. Methuen 1981.

© Presses universitaires de Rennes, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540