Version classiqueVersion mobile

Les victimes, des oubliées de l'histoire ?

 | 
Benoît Garnot

La justice

Victimes d'un crime judiciaire. L'affaire Vaux et Petit (1851-1897)

Louis Devance

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

« Le mépris ou la violation des lois sont imputables non tant à la malice des sujets qu'à un vice du régime institué. »

(Spinoza, Traité politique, V,2)

1Présentons les deux victimes (judiciairement établies) d'un dysfonctionnement de l'institution judiciaire. De ce qui fut l'autre « scandale » judiciaire du xixe siècle. Moins célèbre, mais plus tragique encore, par le nombre des victimes et le fait que la réparation ne fut obtenue qu'après leur mort. Pierre Vaux (1821-1875), instituteur à Longepierre (Saône-et-Loire, canton de Verdun-sur-le-Doubs), révoqué par le préfet en 1850 pour « relations et esprit de désordre » (un démocsoc qui a répondu d'enthousiasme à la circulaire de son ministre Carnot en 1848 et fait figure de guide politique du parti populaire du village), élu maire en janvier 1851 (le préfet refuse de l'installer).

  • 1 Pour une étude de l'ensemble de l'affaire, L. Devance, L'affaire Vaux et Petit, 1851-1897, Un crim (...)

2Jean Petit, cordonnier à Longepierre, élu conseiller municipal en juillet 1848, réélu après dissolution du conseil par le préfet en novembre 1850 (réélu dans le conseil qui choisit Vaux pour maire). Les deux hommes, accusés de complicité d'incendies criminels (affaire dite des incendies de Longepierre), après avoir été une première fois arrêtés, puis libérés sur non-lieu en 1851, sont condamnés par la cour d'assises de Saône-et-Loire le 25 juin 1852 aux travaux forcés à perpétuité ; il y a trois autres condamnés sur les huit accusés. L'accusation présente Vaux comme le chef d'une bande d'incendiaires mus par la passion politique et la haine des riches. Détenus aux bagnes de Toulon, puis de Brest, les deux forçats sont transportés en Guyane (Vaux en 1855, Petit en 1856). Après plusieurs remises de peine, ils sont totalement graciés et libérés (vers 1870) mais contraints de résider dans la colonie où ils terminent leur vie. La cour de cassation a totalement réhabilité leur mémoire en décembre 18971.

DE L'ERREUR AU CRIME JUDICIAIRE

3L'« affaire Vaux et Petit » jugée par la cour de cassation s'appella initialement « Affaire des incendies de Longepierre » Cette affaire d'incendies en série déborde chronologiquement et judiciairement du cadre de l'affaire Vaux et Petit. La dimension en est peu commune : 24 incendies dans un village de 700 habitants entre 1851 et 1857 (2 morts, destruction totale ou partielle de 65 des 105 bâtiments de la commune, dommages de plus de 300 000 F or), cinq procès d'assises : 1851 (affaire de faux billets de commerce, directement liée aux incendies), 1852, 1854, 1856, 1858, en tout 16 accusés, dont cinq sont condamnés aux travaux forcés, cinq à la peine de mort (tous commués aux travaux forcés à perpétuité). Un vingt-cinquième incendie en 1859 reste impuni, comme plusieurs autres auparavant. Outre Vaux et Petit, nous pouvons considérer que trois autres condamnés (1 en 1852, 2 en 1858), jugés sur la base d'accusations fragiles, seraient vraisemblablement acquittés aujourd'hui. Les arrêts révèlent la sévérité de la justice en matière de crimes contre les biens, mais aussi son dysfonctionnement et son impuissance finale. Il est vrai que l'incendie est un crime facile à commettre et difficile à punir. Le contexte politique des années 1851-1858, accompagné d'une montée en puissance du parquet, favorisait les dénis de justice, surtout s'agissant de crime imputés à des hommes connus pour leurs convictions démocratiques. La condamnation en 1852 de la prétendue « bande de Vaux » repose pour l'essentiel sur les « révélations » d'un témoin peu crédible, mais entendu avec complaisance par des magistrats empressés à frapper quatre conseillers municipaux « rouges », quelques mois après le coup d'État de décembre. Ce faux témoin nommé Balleaut, journalier ivrogne, peu porté au travail et qui entre dans la catégorie de la population « mal famée », est à la solde (contre quelques pièces de monnaies et des bouteilles de vin) du maire Gallemard, propriétaire et aubergiste. Gallemard, adjoint au maire sous la monarchie, démocrate en 48, arrive en tête de l'élection municipale de 1850 et accepte mal d'être supplanté par Vaux (3 voix contre 9) lors de l'élection du maire. Rallié au début de 1851 au bonapartisme, il est chargé des fonctions de maire par le préfet après le refus d'installer Vaux (Galle-mard, confirmé dans ses fonctions après le coup d'État, les conserve jusqu'au printemps 1855). Faire allumer des incendies par des journaliers à ses ordres et les imputer à une conspiration d'anarchistes employés à détruire l'ordre social est entreprise aisée (voir le thème rôle de la conspiration et de l'insurrection générale des rouges prévue pour 1852 par la propagande bonapartiste aux fins de justifier un coup d'État). Nous ne pouvons guère voir en l'arrêt de juin 1852 une simple « erreur judiciaire ». La fragilité des « révélations » de Balleaut (nombreuses versions, très différentes, tissées d'inexactitudes et d'invraisemblances, rectifiées maintes fois pour tenir compte des objections qu'elles soulevaient), la partialité de l'instruction (rôle du juge de paix, Boulanger, ami intime de Gallemard, lequel dirige de fait l'enquête de terrain et manipule les témoins, falsifie les procès-verbaux, les agressions psychologiques du juge d'instruction de Chalon, Garnier : « Taisez-vous inculpé, vous n'êtes qu'un scélérat » lance-t-il à Vaux pendant une confrontation avec Balleaut), autant de considérations conduisent à penser que l'affaire fut jugée sur l'étiquette du sac. Dans le réquisitoire, la métaphore tient lieu de preuve : « Vaux a le premier jeté dans une population paisible ces grands mots de pauvres et de riches qui ont été le brandon de la discorde et de l'incendie. Il a allumé les querelles, entretenu les défiances, attisé les haines. » (Journal de Saône-et-Loire, 7 juillet 1852)

4En avril 1855, après le vingtième incendie, Balleaut est arrêté. Il reconnaît être l'auteur direct de cet incendie et le complice d'autres organisés par Gallemard en 1854 et 1855. Gallemard, à qui l'autorité administrative impose de démissionner de ses fonctions de maire, arrêté en juin 1855, se pend dans sa cellule le 14 août. Le nouveau juge de paix, Feurtet (remplaçant de Boulanger, promu avec avancement à Autun, en dépit de la révélation de ses nombreuses et graves défaillances professionnelles), se convainc vite de l'innocence de Petit et Vaux. Malgré les consignes précises du parquet qui lui interdisent de s'engager dans la voie d'une révision de l'arrêt de 1852, Feurtet accumule les indices favorables à Petit et Vaux. Le 7 décembre 1855, Feurtet et le nouveau juge d'instruction Metman obtiennent des rétractations de Balleaut : Balleaut et ses complices avaient allumé les premiers incendies de 1851, à l'instigation de Gallemard ; Vaux et Petit n'y étaient pour rien. La hiérarchie judiciaire de la cour de Dijon décide de n'en pas tenir compte. Le conseiller Grasset, à l'époque président des assises de Saône-et-Loire, se rend en personne à la prison de Chalon et fait « revenir » Balleaut. Le procès-verbal des rétractations du 7 décembre est écarté du dossier, comme d'autres pièces favorables à Petit et Vaux. Feurtet et Metman se plient à la décision de leur hiérarchie (le tout probablement avec l'aval de la chancellerie). Le juge de paix Feurtet, la mort dans l'âme (il est très fier d'avoir élucidé l'affaire de sa vie) se voit attribuer très vite la légion d'honneur. Balleaut et deux autres accusés sont condamnés à mort (peines commuées) en mars 1856 au terme d'un procès dans lequel on a « cousu » la bande de Gallemard à celle prétendue de Vaux. Le procureur général de Mongis (nommé spécialement en novembre 1855 à la cour d'appel de Dijon) présente lui-même l'accusation (à la place du procureur impérial de Châlon). Il produit une démonstration très peu cohérente de la continuité entre le « deuxième acte » (procès de 1856 de la bande de Galle-mard) et le « premier acte » (« bande de Vaux » en 1852).

5En droit, les rétractations de Balleaut imposaient l'ouverture d'une action en révision du jugement de 1852. Les hauts magistrats dijonnais choisirent de commettre un « crime judiciaire » (procureur général Manau, cour de cassation, 1897). En 1858, le procès de deux nouveaux accusés, Reine Bonjour et Claude Nouvelot, deux journaliers, constitue le prétendu « troisième acte » de l'affaire. L'accusation présente les accusés comme les continuateurs et ultimes débris de la « bande Vaux-Gallemard ». Pourtant, la principale accusée, Reine Bonjour, avait été la première à dénoncer publiquement Gallemard, en 1853, ce qui lui avait valu une condamnation à un an de prison ferme pour « propos calomnieux ».

6La condamnation de Vaux et Petit, sous les dehors d'une affaire purement criminelle, est une affaire politique, dans le cadre de l'épuration antidémocratique menée par le pouvoir en 1851-1852. Le procureur général de Mon-gis se flatte d'avoir eu en charge « la délicate affaire politique de Chalon » (lettre à la chancellerie en 1867, pour faire valoir ses droits à une promotion). Mais notons que ni Vaux ni Petit ne prirent la moindre part à la résistance au coup d'Etat dans la région de Chalon. Condamnés par une commission spéciale, ils auraient bénéficié de l'amnistie de 1859.

DE PUISSANTS OBSTACLES S'OPPOSENT À UNE ACTION EN RÉVISION

7Le caractère autoritaire du régime bonapartiste rend impossible un mouvement de défense appuyé sur la population locale. Une pétition en faveur de Vaux est saisie au domicile de sa femme, Irma, en octobre 1852 par le maire Gallemard assisté d'un gendarme.

8La faiblesse des moyens de défense des victimes pauvres, dépourvues de notoriété, éloignées de Paris. Aucune personnalité d'envergure nationale n'apporta à aucun moment son appui à la cause de Vaux et Petit. Le manque de moyens matériels aggrave le poids de la condamnation pour la famille des victimes laissée sans ressources. Quand il part pour le bagne, Vaux laisse une femme et cinq enfants en bas âge, réduits à la misère et à l'humiliation ; Petit, une femme et deux enfants de Jean Petit. Une fois terminés les brefs services des avocats commis d'office, les familles sont dans l'impossibilité de s'attacher le conseil d'un avocat. La cause est politiquement dangereuse dans le contexte du régime bonapartiste. Malgré les efforts de Vaux, aucune demande de révision n'est formulée au lendemain du procès de 1856. Vaux, alors en Guyane, reçoit les informations envoyées par sa famille et ses amis avec des délais qui peuvent atteindre huit mois. Son courrier est maintes fois retenu par l'administration pénitentiaire ou judiciaire. De toutes manières, une action intentée dans le délai légal des deux ans suivant le procès de mars 1856 n'aurait aucune chance d'aboutir. La volonté du parquet de la cour de Dijon de ne pas revenir sur « l'erreur judiciaire » de 1852, par solidarité de corps et par conviction politique. Le procureur général de Mongis, comme le conseiller Grasset (respectivement en charge de l'accusation et président de la cour d'assises de Saône-et-Loire lors des procès de 1856 et 1858), sont convaincus qu'ils sont investis d'une « mission sociale » à l'encontre des fauteurs de désordres politiques qui frappent de manière chronique le pays depuis 1789. Face à des régimes politiques très divers auxquels ils doivent successivement prêter serment, les magistrats entendent défendre le noyau dur de la société : le régime de la propriété et le gouvernement des élites.

9La détermination des hauts magistrats dijonnais à verrouiller l'affaire apparaît pleinement en 1856 quand, après avoir fait « revenir Balleaut » sur ses rétractations (en lui promettant vraisemblablement la vie sauve), ils réclament sa tête à la chancellerie, avec un acharnement surprenant (et finalement vain). Son exécution (ils demandent qu'elle soit la seule des trois prononcées) les délivrerait définitivement d'un acteur encombrant. De Mongis avait pourtant, hors audience (c'est lui qui le rapporte), engagé le jury, avant sa délibération, à présenter au terme du procès une requête collective à l'empereur en faveur d'une grâce pour les trois condamnés (De Mongis pensait ainsi obtenir plus sûrement les trois peines de mort, c'est-à-dire le refus des circonstances atténuantes par le jury). Or, s'il était un des trois condamnés de 1856 qui méritait une mesure de grâce eu égard à sa coopération avec la justice depuis 1851, c'était bien Balleaut (qui mourut après quelques mois de bagne à Toulon).

10Le code d'instruction criminelle (articles 443, 444) n'autorise aux victimes ou ayants droit une action en révision que dans le délai de deux ans après un jugement (en l'occurrence celui de 1856) qui semble incompatible avec le jugement contesté. Passé ce délai, seul le garde des sceaux a l'initiative d'une action en révision. Mais les gardes des sceaux « opportunistes » de la Troisième République, jusqu'en 1895, aussi bien que ceux du Second Empire, répondent aux demandes des victimes, puis de leurs enfants, que la culpabilité des uns (condamnés en 1856) n'implique pas l'innocence des autres (condamnés en 1852). L'« erreur judiciaire » couverte par le crime judiciaire est perpétuée pendant quarante-cinq ans. Le veto bureaucratique ne cède que sous la pression de la majorité radicale de la Chambre, en 1895. L'affaire est politique de bout en bout, comme la sujétion de l'appareil judiciaire au pouvoir.

CE QUI REND FINALEMENT POSSIBLE LA TARDIVE RÉPARATION

11C'est avant tout la lutte inlassable de Pierre Vaux et de sa famille. Pauvre mais « instruit » (formé à l'École normale de Mâcon), Vaux, tout en se montrant un condamné exemplaire (fier de n'avoir jamais encouru une seule sanction disciplinaire), ne cesse de proclamer son innocence et de réclamer justice. La bonne foi de ses juges, écrit-il, a été abusée par un faux témoin. Jusqu'à sa mort des centaines de pages (mémoires autojustificatifs, lettres, carnets) perpétuent la mémoire de l'injustice et serviront de socle au long combat pour la réparation. Eût-il été illettré (comme Petit, qui fit cependant quelques progrès au bagne), nul doute que ni l'un ni l'autre n'auraient jamais été réhabilités.

12Plongé dans l'abîme, Vaux surmonte l'horreur et l'effroi en se forgeant un moi idéal tiré de sa culture chrétienne (il est croyant et se comporte en bon catholique, chantant au lutrin le dimanche à Longepierre) et de ses lectures romantiques (Pellico, Lamennais, Hugo entre autres). Il « demande justice à Dieu », se soumet aux décrets de la Providence. S'identifiant à la figure du Christ, il assure dans une lettre (de peu postérieure à sa condamnation) qu'il vit des jours de « béatitudes terrestres ». Il n'en a pas moins le constant souci d'exploiter toutes possibilités d'améliorer sa situation (donc celle de sa famille) par une éventuelle, quoique improbable, mesure de clémence du prince.

  • 2 Pour un aperçu des écrits de Pierre Vaux, L. Devance, Entre les mains de l'injustice, Ecrits du ba (...)

13Dans une autocritique présentée en trois « suppliques », en 1852, il reconnaît avoir été « égaré par ses supérieurs légitimes » (Carnot, en 1848). Ses lettres ne manifestent d'agressivité qu'à l'encontre de Gallemard et du juge de paix Boulanger (en 1855, ce qui entraîne la saisie de son courrier). Dès 1852 il engage sa famille à solliciter pour lui une mesure de grâce. Il refuse de la réclamer lui-même, car ce serait admettre le bien-fondé de la condamnation. Au long de ses années de bagne, en dépit de la misère physiologique, du coût de la poste (à Toulon et Brest, Vaux ne gagne que très peu d'argent et dépend des petites sommes que lui envoient ses frères et sa femme), de la censure du courrier (au départ du bagne et à l'arrivée à Longepierre), de la lenteur de la communication entre la métropole et la Guyane, il ne cesse d'écrire. Des centaines de lettres à des dizaines de correspondants (l'éventail allant de sa femme à l'empereur, en passant par Persigny et d'anciens amis démocrates), des mémoires autojustificatifs en appui aux demandes de grâce, des carnets, des journaux et des poèmes2. Il écrit pour surmonter l'horreur de sa condition, pour défendre non seulement sa cause devant l'autorité, mais aussi ses liens d'époux et de père. Il réclame avec insistance qu'Irma le rejoigne à Cayenne. Celle-ci, qui met au monde un enfant de père inconnu en 1859, consent en 1861 à partir pour la colonie pénitentiaire, accompagnée des quatre enfants survivants de Pierre Vaux. Tous vont vivre durement pendant sept ans sur une « habitation » mise à leur disposition par le gouverneur (cent hectares dans le Grand Bois de Roura), travail épuisant (à cause surtout du paludisme) mais relativement rémunérateur. La condition matérielle de vie de la famille s'améliora plus nettement de 1868 à 1876, grâce à l'exploitation d'une cantine de pénitencier par Anne-Irma (fille de Pierre et Irma), aux côtés de son mari, puis après son veuvage, assistée de sa mère Irma. Ces années furent endeuillées par la mort de la fille aînée Hermence, à dix-sept ans, victime d'un coup de fusil lâché accidentellement par son frère cadet Brutus.

14Pierre Vaux connaît deux moments de violent espoir, vite déçu. En 1855, lors de l'arrestation de Balleaut et de la chute de Gallemard. En 1870, lors de l'effondrement de l'Empire. En Guyane, il bénéficie de la bienveillance de deux gouverneurs successifs, Baudin, puis Montravel (emplois réservé comme « écrivain », puis agent de la bibliothèque du gouvernement, octroi d'une habitation en 1861). Il gagne la confiance et l'appui du supérieur des aumôniers des pénitenciers, le père jésuite Beigney. En 1859, nous voyons, situation étonnante, Adam, substitut du procureur de Cayenne, écrire (à l'insu de Vaux) à un avocat de la ville pour lui signaler la cause du transporté Vaux qui lui paraît mériter réparation. Adam, ignorant le fond de l'affaire, la considère comme une simple erreur judiciaire. Vaux lui-même, comme Petit, ignorera toujours ce que fut le « crime judiciaire » de 1856. En 1855 est rejetée une première demande de grâce. Le rapport du procureur général de Dijon, de Marnas, considère que le condamné est « complètement indigne de la grâce qu'on [sa femme] demande pour lui ». À Cayenne, Vaux, son seul avocat face à la chancellerie, s'associe aux demandes de grâce présentées chaque année par les gouverneurs. La septième demande, en 1863, est la première suivie d'effet. La condamnation à perpétuité est ramenée à vingt ans. Suivent en 1865 une remise de cinq ans, puis une de deux ans en 1869. Réduite à treize ans, la peine est terminée depuis 1865 et Vaux accède, en principe, à l'état de « transporté de quatrième catégorie, deuxième section » (la première section est celle des libérés autorisés à rentrer en France). L'obligation de résider à vie dans la colonie accompagne toute condamnation à huit ans ou plus de travaux forcés. Sans en être officiellement informé, il est libre, de facto à partir de 1869. En 1870 une dixième demande de grâce aboutit à une quatrième et dernière remise (cinq ans) qui ramène la durée théorique de la peine à huit ans.

15En novembre 1862, Vaux écrit à Petit (alors aux Iles-du-Salut), l'engageant à demander sa grâce. Vaux ignore que le transporté 4 995 a obtenu en 1862 (un an avant lui) la réduction de sa peine à vingt ans. En janvier 1863, le gouverneur transmet une « pétition » de Jean Petit, rappelant sa bonne conduite depuis 1856 (arrivée au pénitencier). Le 26 mars suivant, le ministre de la marine et des colonies fait connaître le rejet par le garde des sceaux de la demande de Petit. « Sa culpabilité ne saurait être mise en doute », écrivait le ministre, s'appuyant sur un « rapport détaillé de M. le Procureur général de Dijon qui démontre la culpabilité de Petit et le peu de cas qu'on doit faire de ses allégations ». Petit obtient par la suite des remises successives et à sa mort, en 1881, il est lui aussi classé « quatrième deux », libre dans les frontières de la colonie.

16Après quelques années de retraite auprès de sa femme et de leur fille Anne-Irma, concessionnaires de la cantine du pénitencier de l'Ilet-la-Mère, Pierre Vaux meurt en 1875, à cinquante-quatre ans, usé prématurément par vingt-trois années de souffrances physiques et morales. Sa dépouille est inhumée sur l'îlot redevenu désert depuis. « Il est allé demander justice à Dieu », lit-on sur les fragments de sa croix (conservés au Musée de Cayenne). Jean Petit, dont les vingt-neuf années passées dans l'archipel du bagne nous sont mal connues, meurt aux îles-du-Salut en 1881, âgé de soixante-douze ans. Un an après la mort de Pierre Vaux, Irma et ses trois enfants vivants rentrent en France, renonçant à une activité qui leur assurait une réelle aisance matérielle (dont ils ont tiré quelques économies). Le fils aîné Pierre Armand a décidé de rentrer afin de défendre dans les meilleures conditions la mémoire du père. La famille achète une épicerie-café à Labergement-les Seurre (Côte-d'Or), non loin de Longepierre. Quelques semaines après le retour, Irma Vaux meurt, à 53 ans, terme prématuré d'une vie d'effacement et de dévouement, partenaire d'une tragédie imposée, mère « sainte » révérée par ses enfants à l'égal de leur père « martyr ».

LE FILS ADMIRABLE

17Pierre Armand Vaux, né le 22 février 1848 (« républicain de la veille », affirme le père), s'identifie totalement à la cause et à la personne de son père. Il a fréquenté l'école de Longepierre, mais surtout l'université des Grands Bois, aux côtés de son père dont il reproduit étonnamment la culture et le goût de l'écriture. Rentré en France, il gagne sa vie comme ouvrier plombier zingueur, puis, après son mariage comme cafetier petit vigneron. Vaux aîné (ainsi qu'il aime se désigner) conduit la lutte de la famille pour la réparation, assisté de sa sœur Anne Irma et de son frère Junius Brutus (prénoms anticésariens attribués à l'enfant né en 1850, juste après la révocation de l'instituteur). Prénoms refusés par le curé de la paroisse qui n'hésitait pas à traiter les enfants Vaux de « fils de brigand ». Pierre Armand est à lui seul un groupe de pression. Communicateur intelligent, pugnace, infatigable, il ne néglige aucune occasion de rappeler la mémoire de son père : pétitions adressées à la Chambre, appels lancés aux hommes politiques et intellectuels, articles dans la presse locale, interventions dans les réunions publiques, l'enterrement d'une nièce, l'inauguration du pont sur la Saône offert par la veuve Boucicaut, etc. Le député radical de Chalon-sur-Saône, Charles Boysset, ex-proscrit du bonapartisme, est la première personnalité notable qui apporte un soutien actif à la cause de Vaux. Soutien qui ne se démentira jamais pendant la longue carrière politique de Boysset.

18Une pétition adressée aux députés, signée en décembre 1878 par 130 habitants de Longepierre (la commune compte 150 électeurs), en faveur d'une révision de la condamnation de Vaux, est présentée à la Chambre par Boysset. Le député est de ceux qui, dénonçant le maintien en place dans la haute magistrature d'hommes nommés par l'empereur, réclament l'éligibilité des juges (l'épuration judiciaire du début des années 80 répondra en partie à leur attente). La pétition de Longepierre est transmise au garde des sceaux Leroyer qui connaît bien l'affaire (ancien avocat républicain à Chalon-sur-Saône, il a refusé de défendre Vaux en 1852). Comme son prédécesseur et quasi-homonyme Royer, en 1859, Leroyer répond, renvoyant à l'article 444, que la culpabilité des uns n'implique pas l'innocence des autres.

19Seul résultat visible, quoique peu prévisible, de cette première campagne parlementaire, Vaux accède au rang de héros du théâtre de Boulevard. En 1882 est créé au théâtre du Château d'Eau Pierre Vaux l'instituteur, drame historique en cinq actes et sept tableaux, écrit par Léon Jonathan, auteur spécialiste du genre. Pierre A. Vaux a communiqué des documents que le dramaturge a peu utilisés. On y trouve des personnages nommés Pierre, Irma Vaux, au milieu d'autres aux noms allusifs ou fantaisistes, tous pris dans une intrigue rocambolesque très éloignée des données historiques. Le spectacle rencontre un certain succès à Paris. La pièce est reprise en province (entre autres villes à Louhans et Dijon). L'œuvre aux accents démocratiques et anticléricaux, n'est en rien critique envers la magistrature. Mais elle plaide en faveur d'une révision et contribue à populariser le nom de Vaux (celui de Petit est totalement absent du texte de Jonathan).

20L'entreprise parisienne conforte Charles Gauthey, directeur d'un journal de Louhans à tendance radicale, L'Indépendant de Saône-et-Loire, dans son projet de publier un feuilleton historique sur l'affaire Vaux, comme on l'appelle. Il en confie la rédaction à Auguste Buchot, professeur de lettres au lycée de Chalon-sur-Saône (en congé, déjà gravement atteint par la phtisie pulmonaire). La volonté proclamée de Gauthey et Buchot est de faire œuvre purement historienne. Leur collecte de matériaux se tourne vers la famille Vaux, les archives de la justice en Saône-et-Loire (qui leur sont accessibles à la faveur de l'épuration judiciaire), l'enquête de terrain (déplacement à Longepierre) et l'appel à témoins. Quelque 3 000 pièces sont ainsi rassemblées.

« JE SUIS PLUS HEUREUX QUE SI J'AVAIS TROUVÉ UN TRÉSOR »

21Ces termes sont empruntés à une lettre de Buchot à P. A. Vaux, le 8 juin 1882. Buchot tient entre les mains une copie des rétractations de Balleaut qui le 7 décembre 1855 innoncentaient Vaux et Petit (l'original sera retrouvé plus tard). Le juge de paix retraité Feurtet, après beaucoup d'hésitations, a accepté de confier ses archives personnelles à Buchot. Travailleur obstiné et méticuleux, il avait conservé les originaux ou les copies de toutes les pièces qui lui étaient passées entre les mains. « Un crime, un véritable crime fut commis », peut écrire Buchot, qui va consacrer les derniers mois de sa vie à un immense travail de traitement de quelque 3 000 documents et de rédaction. Le feuilleton, avec une Introduction de Boysset, débute en juillet 1882. À la mort de Buchot en février 1883, l'essentiel des révélations est publié. La suite, jusqu'en octobre 1883, est constituée principalement de documents. Quelques journaux (en province et en Algérie) ont publié le feuilleton. L'ensemble, légèrement remanié, paraît en volume en 1889 sous les deux signatures Buchot et Gauthey.

22Le Buchot et Gauthey est un admirable travail d'intellectuels-citoyens, comme peu d'historiens, enquêteurs, avocats ou juges (ils étaient tout cela à la fois) ont pu en écrire. Leur plaidoyer, porté par une langue vigoureuse, souvent passionnée (sur le mode parfois vengeur, parfois hagiographique), apporte quelques retouches mineures aux documents qui pourraient heurter les convictions nationales et patriotiques. Il publie des pièces décisives, autopsie le crime judiciaire et établit définitivement l'innocence de Vaux et Petit.

LE MAINTIEN DU VETO DE LA CHANCELLERIE

23La position de l'administration n'en est pas modifiée pour autant. Une pétition des enfants Vaux, présentée aux députés en 1882 par Boysset et transmise au ministre de la justice, reçoit le même accueil que la pétition des habitants de Longepierre en 1879. Une lettre des trois enfants Vaux au président de la république Grévy et transmise au ministre de la justice Brisson reçoit en janvier 1886 une réponse, signée du conseiller d'État (Jacquin), directeur des affaires criminelles et des grâces. Elle montre le peu d'attention apporté au cas de Vaux : « Le sieur Vaux a été condamné le 27 juin 1852 avec sept autres complices à raison de huit crimes d'incendies commis dans la même année dans la commune de Longepierre. » Trois lignes, trois erreurs : Vaux a été condamné le 25 juin 1852 avec quatre autres accusés comme complice de cinq incendies. Le conseiller ajoute que « le premier soin des magistrats instructeurs [en 1855] fut de réviser la première information [de 1852] ». En réalité, leurs consignes furent de ne rien entreprendre qui pût conduire à une révision, comme Buchot et Gauthey l'avaient révélé en s'appuyant sur des documents originaux. Jacquin confondait dénégation et révision. Enfin, le conseiller d'État écrit que les résultats de la nouvelle enquête « ne firent que confirmer les preuves matérielles qui avaient déterminé la condamnation du sieur Vaux et de ses coïnculpés. » Or, aucune preuve matérielle n'avait été apportée au cours du procès de 1852.

24Jamais découragés, Pierre Armand et son frère Brutus sollicitent et obtiennent d'être reçus, le 30 août 1886, par le président Grévy dans sa résidence familiale de Mont-sous-Veudrey, à une quarantaine de kilomètres de Seurre. Les deux frères font le voyage sur une charette tirée par un âne. Le président les reçoit paternellement, leur donne quelques paroles d'encouragement et, apprenant qu'ils sont de simples ouvriers, leur glisse une pièce de cinq francs pour les frais de déplacement.

25Malgré son habileté de communicateur, P.A. Vaux n'est pour rien dans le coup médiatique le plus remarqué dans cette affaire, en septembre 1887. Le journal Voltaire annonce que la réhabilitation de Pierre Vaux est un fait accompli après la décision du ministre de la justice publiée au J.O. ! Malgré son énormité (le ministre ne peut pas décréter une réhabilitation), le bobard est repris dans de nombreux journaux. La fausse nouvelle bouleverse le principal intéressé, P.A. Vaux. L'officieuse agence Havas doit publier un démenti. La provocation de Voltaire ne fut pas inutile. Elle ramena l'attention sur l'affaire et fut l'occasion pour P.A. Vaux d'envoyer aux journaux une nouvelle protestation contre l'inertie de la chancellerie. La désinvolture de la haute administration apparaît encore dans la réponse apportée à une lettre adressée par P.A. Vaux, en 1888, au nouveau président de la république, Sadi Carnot, fils du ministre de l'instruction publique de 1848 (auteur d'une circulaire qui appelait les instituteurs à s'engager dans une campagne d'éducation civique auprès des électeurs qui allaient désigner la constituante, circulaire à laquelle Vaux avait répondu d'enthousiasme). Le 30 janvier 1888, le secrétaire de la présidence informe P.A. Vaux « que sa demande adressée à Monsieur le président de la république dans le but d'obtenir la grâce de son père a été transmise au ministère de la justice, comme étant de sa compétence. » Le secrétaire avait mal lu la requête et, de surcroît, il ignore que l'on ne grâcie pas les morts.

26Devant l'inertie de la chancellerie, réformer le code d'instruction criminelle apparaît comme condition sine qua non de la révision. Le processus parlementaire est initié par Boysset qui en 1886, au nom de plusieurs députés de Saône-et-Loire et Côte-d'Or, présente une proposition de loi tendant à modifier l'article 444 du code d'instruction criminelle, en se référant aux affaires Lesurques (courrier de Lyon) et Vaux. D'autres propositions vont suivre. La chambre élue en 1889 est favorable à la réforme. Les opportunistes y consentent sous la pression des radicaux et les ex-boulangistes saisissent l'occasion de défendre une cause citoyenne. Un processus législatif long et complexe aboutit au vote de la loi de juillet 1895 par la chambre élue en 1893. Elle compte dans ses rangs le premier député socialiste de la Côte-d'Or. Il se nomme Pierre Vaux.

PIERRE VAUX AÎNÉ DÉPUTÉ

27Le fils aîné du maire élu à Longepierre en 1851 entre en politique, par la grande porte. Sa première tentative en 1889 - offre de candidature auprès des radicaux pour le siège de la deuxième circonscription de Chalon-sur-Saône - avait échoué. Il n'avait pas le profil type du député radical. En revanche, en 1893, les socialistes des Groupes Ouvriers de la Côte-d'Or (tendance allemaniste), tablant plus sur la popularité du nom de Vaux que sur sa science socialiste, le désignent comme candidat dans la première circonscription de Dijon. Cette candidature ne semble pas de nature à bouleverser le résultat d'un scrutin qui s'annonce comme un duel entre le candidat gouvernemental (Joliet, « honorable préfet de la Charente », fils d'un ancien maire de Dijon) et le candidat conservateur catholique, Gaffarel, doyen de la Faculté de droit. Le premier tour (20 août) crée la surprise. Vaux arrive en tête du ballotage avec un tiers des suffrages (4 607 voix, à rapprocher des 1 010 du candidat socialiste de 1889). « Un accident électoral » commente le Bien Public (conservateur). Vaux est en tête dans trois cantons ruraux sur quatre. Les radicaux en concluent que « le candidat collectiviste » a bénéficié de nombreuses « voix réactionnaires » apitoyées par les infortunes de son père. Au second tour, Vaux l'emporte par 7 395 voix devant le candidat de droite Gaffarel (4 505). Porteur d'un double mandat, défendre la mémoire de son père et appliquer le programme socialiste, Vaux s'acquitte mieux du premier que du second. Les socialistes côte-d'oriens lui reprochent d'être trop lamennaisien (voir son père) et de ne pas remplir ses engagements financiers (verser 1 300 F pour les dépenses de la campagne, plus une cotisation de 150 F à prélever sur l'indemnité parlementaire de 750 F par mois). On l'accuse de ne penser qu'à son affaire personnelle et à l'indemnisation qu'il est en droit d'espérer. À la Chambre, inscrit au groupe de l'Union socialiste, il se comporte en député de la majorité.

28La loi du 8 juin 1895, à ranger parmi les grandes lois de liberté qui fondèrent la Troisième République, en modifiant les articles 443 à 447 du code d'instruction criminelle, introduit le principe d'une responsabilité pécuniaire de l'État en cas d'erreur judiciaire (principe reconnu dans l'Ancien Régime et qu'on avait oublié par excès de confiance en l'infaillibilité d'une justice rendue au nom du peuple). La loi supprime par ailleurs tout délai de prescription pour une demande de révision d'un arrêt en matière criminelle ou correctionnelle.

LE PROCÈS EN CASSATION

29Aussitôt la loi promulguée, les enfants Vaux déposent une demande en révision. Le garde des sceaux Trarieux, dans une lettre au député Vaux, rend hommage à l'œuvre de Buchot et Gauthey qu'il « vient(t) de pouvoir lire, enfin ». En octobre, la veuve et les deux enfants de Jean Petit formulent leur demande en indiquant que « cette affaire étant inséparable de celle de Pierre Vaux », les pièces qui serviront pour la révision du jugement de l'un serviront pour l'autre. À la différence des enfants Vaux, la famille Petit n'apporte que peu de pièces au dossier. Le garde des sceaux saisit la cour de cassation en fondant sa demande sur trois faits nouveaux : la rétractation de Balleaut, dont le témoignage constituait la seule charge sérieuse relevée contre Vaux et Petit, sa condamnation pour des faits identiques à ceux qui ont motivé l'arrêt du 25 juin, le suicide de Gallemard. Chargé de présenter un rapport, le conseiller Sevestre effectue un travail considérable, réunissant et étudiant quelque 4 000 pièces. Se transportant à Longepierre, il découvre que deux plans établis sous la responsabilité du juge de paix Boulanger (et qui visaient à accuser Petit d'être l'auteur du premier incendie) sont inexacts. Le travail scrupuleux du magistrat indispose les fils Vaux qui n'en comprennent pas la lenteur. Buchot et Gauthey n'ont-ils pas tout dit ? Une troisième partie civile s'était constituée en la personne de Jean Gagey, le frère utérin de Pierre Vaux (issu d'un remariage de sa mère après veuvage). Receveur buraliste au Creusot, ancien instituteur public, puis fonctionnaire des contributions indirectes, il dit avoir été victime des "Jésuites qui " l'ont fait végéter pendant vingt ans dans de mauvais postes. » Sa demande en dommages et intérêts est déclarée non-recevable, comme ayant été formulée sur papier libre, et mal fondée, le requérant ne justifiant d'aucun préjudice matériel.

30Le « procès en révision, affaire Pierre Vaux et Jean Petit », s'ouvre devant la cour de cassation le 3 décembre 1897. Le procureur général Manau aurait préféré la date du 2 décembre, lui qui fut secrétaire de Ledru-Rollin en 1848, puis emprisonné deux fois et proscrit pendant quatre ans. C'est avec des sanglots dans la gorge qu'il dit sa « sainte colère » à l'endroit de la « monstrueuse erreur judiciaire » commise en 1852 et du « crime judiciaire » qui suivit en 1856. Il déplore que les criminels (tous morts depuis des années) ne puissent rendre des comptes. Après plusieurs journées d'audience, dans un climat serein, les parties civiles se ralliant aux conclusions des magistrats, l'arrêt rendu le 17 décembre 1897 casse et annule l'arrêt de la cour d'assises de Saône-et-Loire du 25 juin 1852, en ce qui concernait la culpabilité de Vaux et Petit. Leur mémoire est déchargée de la condamnation. L'État est condamné à payer au titre de dommages et intérêts 100 000 F aux enfants de Pierre Vaux et 50 000 F à la veuve et aux enfants de Jean Petit.

31Trois ans avaient suffi à Voltaire pour obtenir la réhabilitation de Calas. Il en fallut quarante-cinq (dont vingt-sept sous la République) à Pierre Vaux et ses enfants pour venir à bout de l'injustice. La réhabilitation est très largement rapportée par les journaux de Paris et de province. Hormis certaines feuilles conservatrices ou « ralliées » qui consacrent une rubrique quotidienne à combattre Dreyfus, mais passent sous silence l'affaire Vaux et Petit qu'elles ressentent, à juste titre, comme une nouvelle victoire des radicaux. L'Indépendant de Saône-et-Loire qui a changé de directeur se borne à signaler l'arrêt en quelques mots, sans rappeler qu'il a été, quinze ans plus tôt, le premier à faire la lumière sur l'affaire. Dans un large éventail, de la Gazette de France, monarchiste et catholique, à la presse socialiste, en passant par le Temps, s'exprime un consensus favorable à l'arrêt de cassation. Quand les journaux comparent, ce qui est fréquent, les affaires Vaux-Petit et Dreyfus, personne ne conteste l'arrêt rendu, ni la personnalité des magistrats, Loew, Mazeau, Manau, que vont bientôt insulter les antidreyfusards. À ces derniers, l'affaire Vaux et Petit donne l'occasion de reconnaître « qu'il y a tout de même de véritables erreurs judiciaires » (Patrie, 10 décembre). Si la réhabilitation de Vaux a tant tardé, pensent-ils, c'est parce qu'il « n'appartenait pas à cette race juive compacte et audacieuse par la toute puissance de ses millions. » (Avenir de Château-Thierry, 10 décembre). Henri Rochefort, héraut de l'antidreyfusisme, élargit la comparaison aux juges : « ceux du Second Empire étaient des scélérats, mais relativement francs dans leur infâmie ; ceux d'aujourd'hui requièrent contre les innocents et laissent en paix les politiciens chéquards. » (Intransigeant, 10 janvier 1898).

32Le plus souvent, les titres mentionnent le seul nom de Vaux, oubliant Petit, et ne parlent que d'une « erreur judiciaire », tant est choquant le concept de crime judiciaire. L'attribution des dommages et intérêts est considérée en général comme équitable. Mais les socialistes côte-d'oriens dénoncent dans le Rappel des Travailleurs (Dijon) « le coup des 100 000 francs » et s'étonnent du montant de l'indemnité réclamée par « le pingre de Labergement-les-Seurre », pour laquelle « il a trahi son comité électoral. » Née dans un climat de croisade anti-démocratique et de justice expéditive, l'affaire Vaux (et Petit) s'achève sur fond de bruit et de fureur engendré par une autre affaire qui va vite l'éclipser et l'éloigner de la mémoire collective. Sollicité par les défenseurs de Dreyfus, au lendemain du « j'accuse » de Zola, le fils du forçat réhabilité leur répond dans une lettre que publie l'Intransigeant de Rochefort (21 janvier 1898). On y lit : « Aucune preuve n'a pu être fournie par les plus grands défenseurs de Dreyfus qui n'allèguent que leur conviction. Il m'est donc impossible de prendre parti pour ou contre le condamné. Mais j'ai toujours protesté contre les huis-clos et les tribunaux exceptionnels, tandis que la plupart de ceux qui protestent contre le huis-clos de l'affaire Dreyfus s'empressaient de le voter quand ils croyaient qu'il ne pouvait atteindre que les enfants du peuple. Ils sont pris à leur propre piège. C'est de la justice immanente. « Aucune preuve n'a été fournie. [...] Il m'est donc impossible », on croit lire les réponses des gardes des sceaux aux demandes de Vaux et ses enfants. À quelques mois de nouvelles élections législatives, après l'acquittement triomphal d'Esthérazy et dans l'attente du procès Zola, peu de candidats s'engagent dans un combat pour Dreyfus qui leur attirerait surtout des mauvais coups. En mai 1898, les socialistes qui ont conquis la mairie de Dijon présentent leur candidat contre Vaux. Arrivé en troisième position au premier tour derrière un conservateur et un radical, Vaux l'emporte au second tour grâce au désistement du socialiste. En 1900, il est exclu du groupe socialiste de la Chambre. En 1902, il ne se représente pas, mais soutient le candidat socialiste.

MÉMOIRE VIVE

33Éclipsée de la mémoire nationale, sauf rares résurgences ponctuelles, l'affaire Vaux et Petit est restée vivante dans la mémoire de son terroir, entretenue par trois générations de descendants, par la corporation des instituteurs et par les médias. Les enfants Vaux ont hérité de leur père le goût de l'écriture. Les fils donnent des articles dans la presse locale pendant les années vingt et trente. La fille, Anne Irma, rédige d'intéressants souvenirs des années de Guyane. En 1930, l'avocat Alexandre Zévaès, ex-député socialiste (puis défenseur de l'assassin de Jaurès), publie Pierre Vaux instituteur et forçat, honnête compilation de Buchot-Gauthey et du conseiller Sevestre. Le Progrès de Saône-et-Loire donne sous la signature de Louis Gallas, entre 1925 et 1931, une série discontinue d'articles, qui sont l'apport le plus original depuis Buchot et Gauthey. L'affaire Vaux a donné matière à deux modestes romans d'affabulation historique (publiés, l'un vers 1900, l'autre en 1993) et à deux spectacles d'une compagnie théâtrale de Chalon-sur-Saône (en 1974 et 1998).

  • 3 La plaque se trouve aujourd'hui dans les locaux de l'IUFM (ex-école normale de filles) de Mâcon.

34Deux lieux de mémoire : une rue de Chalon, baptisée en 1926, porte la plaque « Rue Pierre Vaux, instituteur bourguignon » (formule bien sibylline pour évoquer la victime d'un crime judiciaire), et qui octroie à Pierre vingt années de vie supplémentaire en le faisant mourir en 1895 ; en 1902, les anciens élèves instituteurs de l'école normale de Mâcon posent dans leur école une plaque à la mémoire de « l'instituteur martyr »3. Dès 1889, Pierre Armand Vaux a noué des liens avec l'amicale des instituteurs de Saône-et-Loire, fière de compter parmi ses anciens un héros de la république. Au lendemain de la réhabilitation se crée à Paris un Comité du monument de Pierre Vaux, animé par des instituteurs et patronné, entre autres, par Charles Boysset et Ferdinand Buisson. Des fonds sont recueillis, une maquette exécutée, un emplacement prévu à Chalon. Après la grande guerre, le devoir de mémoire envers d'autres victimes a la priorité. Le projet du monument Vaux reste enterré. S'achève l'histoire d'un monument aussi attendu à Chalon-sur-Saône que la statue de Dreyfus dans la cour de l'École militaire de Paris.

35« Le mépris ou la violation des lois sont imputables non tant à la malice des sujets qu'à un vice du régime institué », écrit Spinoza (Traité politique, V,2). Si la part de « malice » fut considérable chez des personnages comme Gallemard, Balleaut et divers magistrats de haut rang ou subalternes (juge de paix Boulanger, juge d'instruction Garnier, procureur général de Mongis), l'affaire Vaux et Petit n'en illustre pas moins tragiquement le dysfonctionnement d'une justice subordonnée au pouvoir politique et protégée par un glacis bureaucratique, sous une démocratie parlementaire comme sous un régime autoritaire.

36Ne terminons pas sans évoquer les figures d'autres victimes de l'affaire des incendies de Longepierre : ils ont nom Antoine Michaud, Reine Bonjour, Claude Nicolot, jetés en 1852 et 1858 dans « l'enfer des vivants », sur la base, comme Vaux et Petit, d'accusations éminemment contestables (qui excluraient une condamnation dans les conditions actuelles d'administration de la justice), mais qui ne seront jamais réhabilités.

37Louis Devance

Bibliographie

Sources principales *

Sources manuscrites

Archives privées de Mme Jeanne Henriot, arrière-petite fille de Pierre Vaux (AH), nombreux documents originaux ou copies, coupures de presse sur l'ensemble de la période 1844-1898 ; nous remercions profondément Mme Henriot qui nous a en outre donné de nombreux témoignages oraux sur l'histoire de sa famille.

Archives départementales de la Côte-d'Or, Dijon, 2 U 183, doss. Feurtet et Metman.

Archives départementales de la Saône-et-Loire, Mâcon, T 126 et 168, Situation des écoles primaires et du personnel (1832-1904) ; U 327, Affaire Balleaut, Moissonnier, Quinard, mars 1856 ; 2 Y 96, Registre d'écrou de la maison d'arrêt de Chalon.

Archives municipales de Longepierre, Lays, Labergement-les-Seurre, Molaise (état-civil, délibérations du conseil, cadastre).

Archives nationales, Paris, BB 6 II, dossiers personnels de magistrats (Grasset, de Mongis, Metman, Morcrette, Pillot) ; BB 24 489-493, pièce 1426, grâces de Balleaut, Moissonnier, Quinard, mars-avril 1856.

Centre des archives d'outre-mer, Aix-en-Provence, H 2 115, Extr. matric de chiourmes ; H 352, doss. Vaux ; H 2382, transports de femmes pour la Guyane,

Ecomusée de la Bresse bourguignonne, 71 270, Pierre de Bresse, cahier de lettres (copies) de P. Vaux et autres documents.

Services historiques de la Marine, Brest, Registre matric., 6 221 (Vaux) et 6 222 (Petit).

Services historiques de la Marine, Toulon ; Registre matric., 5 599 (Petit), 5 605 (Savet Félix), 5 612 (Michaud), 5 613 (Vaux), 8 265 (Moissonnier), 8266 (Balleaut), 8 267 (Quinard), 9 643 (Nouvelot) ; aucun document au sujet de Claude Savet.

Sources imprimées

Auguste Buchot et Claude-Gilbert Gauthey ; Histoire de Pierre Vaux l'instituteur de Longepierre, Louhans, Impr. Indépendant de Saône-et-Loire, 1889, les pages 411-442 (vie de la famille en Guyane et actions menées en France jusqu'en 1888), sont dues à P.A. Vaux ; réédition, préf. D ; Rivière, augmentée de Vie, Conduite et actes publics du sieur Pierre Vaux, intr. L. Devance, Pierre de Bresse, Ecomusée de la Bresse Bourguignonne, 1994,486 p. (BG).

Manau, M. le Procureur général, Procès de révision Pierre Vaux et Jean Petit, Conclusions présentées le 9 décembre 1897, éd. Gazette du Palais, 1898,159 p.

Sevestre, M. le Conseiller, Affaires Pierre Vaux et Jean Petit, Cour de cassa-tion, Chambre criminelle, Rapport lu aux audiences des 3 et 4 décembre 1897, Paris, A. Chevalier-Marescq et Cie, Ed., 1898, 259 p.,

(Sev.).

Journaux

Courrier de la Saône-et-Loire, Chalon-sur-Saône, principalement au sujet des procès Balleaut et Michaud (décembre 1851), Vaux et autres (26 juin 1852), Anne Alix (16 mars 1654), Balleaut, Moissonnier, Quinard (19 mars 1856), Bonjour et Nicolot (mars 1858).

Journal de la Saône-et-Loire, Mâcon, mêmes questions que ci-dessus

Indépendant de la Saône-et-Loire, Louhans, principalement 1882-1883, Pierre Vaux, feuilleton de Buchot puis Gauthey.

Progrès de la Saône-et-Loire, Chalon-sur-Saône, principalement 14 décembre 1924-18 janvier 1925, Un voyage en Guyane, Dans les forêts vierges, Souvenirs de J.-B. Vaux ; 6 mars 1925-4 juillet 1926, Pierre Vaux, feuilleton hebdo de L. Gallas ; 3 mai-12 juillet 1931, L'énigme de Longepierre, de L. Gallas.

Notes

1 Pour une étude de l'ensemble de l'affaire, L. Devance, L'affaire Vaux et Petit, 1851-1897, Un crime judiciaire sous le Second Empire, Editions Universitaires de Dijon, sous presse en octobre 1999.

2 Pour un aperçu des écrits de Pierre Vaux, L. Devance, Entre les mains de l'injustice, Ecrits du bagne de Pierre Vaux, in Des mots pour s'écrire. Textes réunis et présentés par Sylvie Crinquand, Editions Universitaires de Dijon, 1997.

3 La plaque se trouve aujourd'hui dans les locaux de l'IUFM (ex-école normale de filles) de Mâcon.

Auteur

Maître de conférences (retraité), Université de Bourgogne

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search