Version classiqueVersion mobile

Les victimes, des oubliées de l'histoire ?

 | 
Benoît Garnot

La justice

Pantaléon Gougis, une victime de la justice vue par elle-même (1758-1762)

Benoît Garnot

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Sur ce point, voir B. Garnot, Quantitatif ou qualitatif ? Les incendiaires au xviiie siècle, Revue (...)

1Si l'on adopte une définition large du mot « victimes » en incluant parmi elles les individus qui ont eu à souffrir injustement des rigueurs de la justice, alors Pantaléon Gougis, vigneron chartrain, est bien une victime. Il a en effet passé près de quatre années de sa vie en prison, d'abord à Chartres, ensuite à Paris, à la Conciergerie du parlement, puis à Bicêtre, du 27 septembre 1758 au 22 juillet 1762, pour une accusation d'incendie volontaire portée contre lui par une partie de ses voisins. Cette accusation n'a jamais pu être prouvée, d'où la tardive remise en liberté du vigneron. Jouant probablement dans cette affaire le rôle d'un bouc émissaire1, Pantaléon Gougis apparaît bien comme une victime, d'abord du milieu au sein duquel il vit, mais plus encore de la justice, puisque celle-ci, bien qu'incapable de prouver sa culpabilité, l'a quand même maintenu près de quatre années en prison et ne l'a tardivement libéré qu'au bénéfice d'une sentence de P.A.I. (« plus ample informé ») avec liberté, c'est-à-dire en le laissant jusqu'à la fin de sa vie sous la menace d'une réouverture éventuelle de l'instruction au cas où apparaîtrait un jour un élément nouveau (ce qui ne se produira pas).

  • 2 Archives départementales d'Eure-et-Loir, E IV 792. Édition critique et commentée par B. Garnot, Vi (...)
  • 3 B. Garnot, Vivre en prison..., op. cit., p. 9-58.

2Pendant sa captivité, Pantaléon Gougis a écrit à sa famille et à son notaire chartrain, Leroy, plusieurs dizaines de lettres, dont quarante-quatre ont été conservées (je les ai publiées en 19942). Ce document, exceptionnel à divers points de vue, permet d'aborder de manière originale et neuve plusieurs thèmes portant tout autant sur la vie en prison que sur les rapports sociaux et familiaux dans une communauté paysanne suburbaine au xviiie siècle3. Mais on peut aussi utiliser ces lettres, comme je vais le faire dans cette communication, dans le but d'observer les conséquences sur une victime de l'injustice qui la frappe. La correspondance du vigneron chartrain permet d’observer dans le détail les incidences de sa situation et de constater que si sa captivité entraîne pour lui des préjudices graves, il n'en retire pas moins des avantages importants qui font de sa mésaventure une expérience en partie positive. Entre le passif (souffrance morale et pertes matérielles) et l'actif (acculturation juridique et ouverture sur le monde), le bilan est certes mitigé, mais il n'est certainement pas totalement négatif.

le passif : une souffrance morale et des pertes matérielles

3Laissons de côté d'emblée les conséquences de l'événement sur la vie familiale de Pantaléon Gougis : bien avant son emprisonnement, celle-ci avait été ruinée par une incompatibilité d'humeur entre lui-même et son épouse, et la prison ne vient rien modifier à cette situation.

4Plus évidente est la souffrance morale dont il témoigne dans ses lettres. La privation de la liberté constitue pour Pantaléon Gougis un motif de plaintes répétées. « Pour moi, je ne me porte pas bien. J'ai du chagrin d'être détenu prisonnier », écrit-il le 25 janvier 1759, près de quatre mois après son incarcénation. Ce type de lamentation revient à plusieurs reprises dans les lettres par exemple : « Je ne pouvais dormir ni jours ni nuits [...]. C'était le chagrin que j’avais » (3 mars 1759)/ « j’ai bien souffert dans les pisons de ne dormir ni jour ni nuit, accablé de tristesse » (28 août 1759) / « Je m'ennuie de toute part » (19 mars 1760), etc. Les plaintes tendent pourtant à devenir de moins en moins fréquentes au fil des mois, comme si Pantaléon s'habituait de mieux en mieux à sa situation. Il faut dire d’ailleurs que la vie en prison n'a pas grand rapport avec ce que nous connaissons aujourd'hui, la Conciergerie apparaissant comme un monde où l'on vit presque normalement : les prisonniers ne sont enfermés que la nuit, ils circulent à leur gré pendant la journée et se rencontrent les uns les autres dans leurs chambres et dans le cabaret sis à l'intérieur des murs de la prison, et reçoivent aussi toutes sortes de visiteurs venus de l’extérieur, lesquels entrent librement. La prison de la Conciergerie ressemble à une sorte de ville en miniature, avec ses beaux quartiers (la « pistole », c'est-à-dire les chambres individuelles pour les prisonniers aisés) et ses taudis (la « paille », salle commune pour les pauvres), ses lieux de plaisir (le cabaret), sa paroisse (la chapelle avec un confesseur), son hôtel-Dieu (l'infirmerie), et même sa prison dans la prison (le cachot).

  • 4 B. Garnot, Un déclin : Chartres au xviiie siècle, Paris, Éditions du CTHS, 1991, p. 113-114.

5Si la situation morale du vigneron chartrain tend à s'améliorer un peu au fil des années, il en va tout autrement dans le domaine économique. Pantaléon Gougis est un vigneron (en réalité un maraîcher) plutôt aisé avant son entrée en prison et il est « envié » (7 avril 1759) d'après lui par ses voisins pour sa réussite matérielle, concrétisée par l'achat au cours des années précédentes de plusieurs lopins de terre ; lors de son emprisonnement, il est à la tête de 5 à 6 hectares, ce qui est assez nettement plus que la moyenne des vignerons chartrains à la même date4. Mais il subit des préjudices graves du fait même de son emprisonnement et en sort presque ruiné. Les conséquences économiques de la privation de liberté sont en effet presque irrémédiables pour Gougis. Ses frais sont considérables au regard de sa modeste. fortune, à cause d'abord du coût de la vie quotidienne en prison (location d'une chambre individuelle, achat de nourriture et de boisson à l'extérieur, frais de réception au cabaret, etc.), mais aussi des commissions versées à des intermédiaires dont l'action a contribué à accélérer sa libération après que la pression de ses ennemis l'eut fait enfermer à Bicêtre, alors que le parlement avait auparavant décidé son élargissement : soit au moins 2 300 livres pour l'ensemble, probablement davantage, auxquelles il faut ajouter plus de 1 500 livres dans une affaire simultanée de séparation de corps et de biens avec son épouse, ainsi que 1 745 livres de dettes contractées de 5 500 livres de frais durant ces quatre années, mais dont les deux-cinquièmes seulement sont directement imputables à son emprisonnement : la prison a contribué fortement à augmenter ses difficultés pécuniaires, mais elle est loin d'en être la seule cause, il faut le souligner. On doit aussi remarquer que, même s'il continue à gérer l'exploitation de ses terres à distance et par correspondance, il n’a évidement pas pu, dans ces circonstances difficiles, en tirer tout le bénéfice qui lui aurait peut-être permis de sortir à son avantage de cette situation pécuniaire délicate. Tout compte fait, on peut estimer que l'emprisonnement a fait basculer une situation économique auparavantfavorable, quoique fragile, vers une issus défavorable, et a finalement contraint Pantaléon, pour faire face à ses obligations, à vendre tout ce qu'il possède, sa maison, ses terres, ses récoltes. L'ensemble lui rapporte 6 444 livres avec lesquelles il paye ce qu’il doit. À son retour à Chartres après sa libération, il ne possède plus au mieux que 900 livres pour repartir dans la vie : c'est donc un homme en bonne partie ruiné qui sort de quatre ans de mésaventures judiciaires, et c'est là sans aucun doute la conséquence la plus négative de celles-ci.

l'actif : une acculturation juridique

6Pourtant, tout le bilan est loin d'être totalement négatif. Pour Pantaléon Gougis, les profits de sa mésaventure sont essentiellement d'ordre intellectuel et culturel :il y a acquis des connaissances inatendues et une ouverture sur le monde qui eût été bien improbable en temps normal.

7L'acculturation juridique du vigneron chartrain pendant ses quatre années de captivité s'est traduite par la construction d'un savoir neuf et précis, qui lui permet au bout de quelques mois de détention de construire des argumentations juridiques complexes et le plus souvent exactes. Cette acculturation puise à plusieurs sources, tant orales qu'écrites : les conseils des procureurs que les accusés, privés de défenseur par le code de procédure (sauf s'ils décident d'eux-mêmes de salarier un avocat pour rédiger des placets), peuvent néanmoins consulter librement : « quand il [mon procureur] est venu me voir, il m'a parlé [...]. Je suis bien instruit de tout » (17 mai 1759) ; le savoir collectif des prisonniers, transmis au cours des discussions qui permettent de tuer le temps, notamment au cabaret de la Conciergerie : « Ils ne buvaient pas une bouteille de vin que je ne fusse avec eux, et moi de même, et qui voyaient d'honnêtes gens qui venaient les voir [...]. Mais je n'ai plus demandé d'avis à présent. Je suis bien instruit sur le criminel » (17 mai 1759) ; la lecture des ouvrages de jurisprudence (en particulier celui de Rousseau de La Combe : Traité des matières criminelles suivant l’ordonnance d’aoust 1670, et règlements intervenus jusqu’à présent, Paris, 1741) empruntés à un codétenu : « C'est un avocat du parlement, qui est en prison, qui me l’a montré » (14 juin 1759).

  • 5 Sur Chartres, voir B. Garnot, Un déclin..., op. cit.

8Est-ce sa formation scolaire qui permet à Pantaléon de bénéficier pleinement en prison de cette acculturation juridique ? à l’époque de son mariage (8 février 1740), la moitié des vignerons chartrains signaient leur acte de mariage, et vingt ans après, quand il est en prison et qu'il écrit ses lettres, la proportion est passée aux trois-cinquièmes5. Pantaléon lui-même est issu d'une famille alphabétisée : son père et sa mère ont signé leur acte de mariage en 1713 et l'envoi de lettres est un moyen de communication normal dans cette famille. Il a certainement fréquenté pendant son enfance l’une des « petites écoles » de la ville et quand il a cessé d'y aller, il a pu entretenir sa pratique de la lecture par la fréquentation des livres de sa bibliothèque personnelle, à laquelle il fait parfois allusion dans ses lettres : « Un bas d'armoire à l'endroit où je mets mes livres », écrit-il le 6 août 1760 malheureusement sans autres précisions. Le terrain n'était donc pas vierge intellectuellement : il permettait une acculturation juridique autant, je l'ai déjà signalé, l'acculturation s'est faite aussi oralement auprès des auxiliaires de la justice, ainsi que des guichetiers et des geôliers de la Conciergerie, et plus encore par des conversations avec les autres prisonniers (« Si je n’avais pas conféré avec des personnes d’esprit, je ne serais pas plus savant que le premier jour », 17 mai 1759) : voilà qui prouve que l'acculturation juridique est accessible aussi aux prisonnier illettrés.

  • 6 Voir par exemple les travaux de M. Foucault, en particulier Surveiller et punir, Paris, 1975.
  • 7 Article « Ministère public » du Répertoire de jurisprudence de Guyot.

9Cette acculturation débouche en tout cas sur des connaissances nouvelles, dont Pantaléon est fier (« Je m'instruis sur toutes les affaires, et même je lis », 30 avril 1760), mais aussi sur des regrets sociaux (« Si je n'avais que 20 années, que je ne serais pas vigneron, j'apprendrais bien autre chose », 30 avril 1760). Elle permet évidemment à Pantaléon d'agir énergiquement pour sa défense. Ne se résignant pas au rôle qu'on veut lui faire jouer, le rôle d'un coupable, il ne cesse de proclamer son innocence et d'agir pour la faire reconnaître, de sorte que personne, après avoir lu ses lettres, ne le reconnaîtrait dans cette description du prisonnier « moyen » faite par Garat à la fin du xviiie siècle et assez représentative d'une « vulgate » historiographique pourtant démentie par les faits6 : « Il se consume dans un cachot, livré à la terreur de l'abandon et au désespoir d'une longue incertitude7 ». À mille lieux de ce stéréotype, Pantaléon ne cesse de lutter, et il le fait essentiellement par la rédaction de « mémoires » (ou « factums ») : « Un mémoire est d'une grande nécessité à montrer au Parlement, parce que cela lui fait voir clair », écrit-il le 30 avril 1760. Il rédige ou fait rédiger pas moins de sept mémoires, ainsi que plusieurs placets, qui sont des sortes de petits mémoires. Pendant un moment, il envisage même de faire imprimer et diffuser dans le public l'un de ses mémoires, pratique relativement courante à l’époque : «Aussitôt que la requête sera dressée et mise en état, je suis conseillé de la faire imprimer à Paris pour la distribuer à tous » (7 avril 1759), projet qui restera sans suite, sans doute pour des raisons pécuniaires. Son acculturation juridique permet aussi à Pantaléon d'aider certains de ses codétenus à assurer leur défense ; il rédige par exemple un mémoire en lieu et place de l'un d'entre eux, nommé Maret, qui sera finalement libéré. Pantaléon finit même par donner des leçons de droit par correspondance au notaire Leroy, son protecteur et correspondant chartrain, pourtant un professionnel du droit. Du statut de victime ignorante au départ, il passe donc, au moins partiellement, à celui de sauveur de certains de ses codétenus, et de lettré, du moins à leurs yeux. Il a en tout cas acquis dans ce domaine un niveau de compétence largement supérieur à celui qu'on trouve généralement dans le milieu social dont il est issu.

l'actif : une ouverture sur le monde

10Outre une acculturation juridique, sa mésaventure judiciaire offre à Pantaléon Gougis une ouverture sur le monde qu'il n'aurait jamais connue s'il était resté toute sa vie dans son faubourg chartrain. Elle s'explique essentiellement par la fréquentation d'individus appartenant à des milieux divers, tous bien différents de ceux qu'il avait jusque-là l'occasion de rencontrer : outre des membres de son réseau familial, qui ont quitté Chartres depuis des années et qu'il n'aurait sans doute pas eu l'occasion de revoir autrement (essentiellement « mon cousin le plumassier » et « ma cousine son épouse »), et le personnel de la prison de la Conciergerie, ainsi que les commissionnaires qui se chargent des courses des détenus en ville et « qui sont fort bien », écrit-il (17 mai 1759), il s'agit surtout des domestiques des parlementaires, ainsi que de codétenus plus élevés socialement. Notre vigneron fréquente assidûment certains domestiques des parlementaires besoin en tout temps de leurs services » (2 septembre 1759) ; « Le grand domestique de monsieur d'Aligre, le président au Parlement de la chambre de la Tournelle criminelle [...] qui jugera mon procès [...] est un garçon qui rend beaucoup de services aux prisonniers sans rien leur prendre. Son maître ne lui refuse rien de se qu’il lui demande en grâce pour les personnes qu'il s'emploie pour eux » (14 mai 1760). Pantaléon le reçoit à manger avec ses collègues, il leur paye à boire et les fait inviter chez sa mère quand ils vont en voyage à Chartres. Il va même jusqu'à leur donner directement de l'argent : « Le secrétaire [du substitut] leur a dit qu'il fallait neuf livres d'argent. Ils lui ont donné » (26 août 1760). Ce faisant, Pantaléon n'arrive à aucun résultat positif en vue de sa libération, ce qui ne l'empêche pas de continuer sur la même voie. Il est évident que ces domestiques qu'il profité de sa naïveté et de son ignorance des vrais centres de décision. Mais même si cette fréquentation n'est pas efficace en résultats de nature « intermédiaires culturels » entre le peuple et les élites, puisqu'ils imitent et transmettent au moins partiellement les manières d'agir et de penser de leurs maîtres. Pantaléon s'est donc trouvé tout naturellement imprégné d'un vernis, au moins, et peut-être même davantage, de la culture des parlementaires, chartrains, ses concitoyens.

11Pantaléon fréquente aussi en prison des codétenus plus élevés que lui socialement, les « messieurs de la pension et de la pistole […] et même jusqu’à leurs femmes » quand elles viennent leur rendre visite, tous « des gens de qualité » (7 août 1759), et il en est très fier. « Ils sont plus riches que moi [...]. [Je voyais] d'honnêtes gens qui venaient les voir [...]. Nous vivons comme frères [...]. Je suis avec un monsieur qui a une gouvernante » (17 mai 1759) / « Je viens d'employer un monsieur de mes amis qui est à la pension » (7 septembre 1760). Tous apprécient sa fréquentation, pense-t-il : « [Les] messieurs avec qui j'ai toujours été, et ils ont vu que je ne manque point d'esprit, pour n'avoir jamais fait que travailler à la terre » (24 mars 1761). Même s'il exagère inconsciemment son prestige auprès d'eux, il est certain que leur contact a modifié, lui aussi, sa vision du monde et a pu lui ouvrir des horizons qu'il aurait autrement ignorés totalement. On constate cette influence grâce à plusieurs indices plus ou moins ténus, tous révélateurs à des degrés divers de l'évolution mentale de Pantaléon, qu'il s'agisse par exemple de détails vestimentaires (son brusque refus des sabots au bénéfice des chaussures), ou des formules qu'il se met à employer dans sa correspondance lors de circonstances « mondaines » (notamment pour féliciter le notaire Leroy du mariage de sa fille, 18 avril 1759), ou encore, dans un tout autre registre, des projets commerciaux qu'il élabore en prison, en particulier celui de prendre à bail le cabaret de la Conciergerie pour y faire fortune en y écoulant le vin de ses terres chartraines : toutes évolutions qui témoignent de l’influence qu’exercent sur lui ses relations citadines et de sa tendance grandissante à s’éloigner à leur contact de son statut originel de paysan.

12Après son retour à Chartres à la suite de sa libération, Pantaléon Gougis retombe pour nous dans l'anonymat des humbles, faute de documents. Ainsi il est impossible de savoir si les connaissances qu'il a acquises en prison, les relations qu’il y a nouées et les aspirations nouvelles qui en ont découlé lui ont permis d'acquérir un statut social supérieur à celui qu'il occupait avant de quitter malgré lui son faubourg, ou si, au contraire, le contraste entre sa relative ruine matérielle et son enrichissement intellectuel n'a pas conduit à faire de lui un déclassé au milieu des autres vignerons chartrains. Seule indication, mais insuffisante pour en tirer des conclusions définitives ; lors de son enterrement le 28 octobre 1777, à l'âge de 57 ans, il est qualifié par le curé de la paroisse Sainte-Foy de « vigneron ». Quoi qu'il en soit, son exemple montre qu'une victime de la justice ne subit pas provisoirement, elle peut aussi tirer de sa mésaventure des avantages et la considérer à certains points de vue comme une expérience positive, au moins en partie. Reste qu'il ne s'agit ici que de l'étude d'un cas particulier et qu'il faudrait savoir s'il est représentatif, peu ou prou, de celui des autres individus qui se sont trouvés dans une situation similaire : malheureusement témoignage précis, détaillé, unique pour l'époque considérée, et par conséquent que fondé sur les propres déclarations écrites de celle-ci. De plus, il s'agit là d'un homme du peuple qui n'est victime que d'une « petite » erreur judiciaire : en ce sens, Pantaléon Gougis est sans doute plus représentatif de la réalité banale que les héros malheureux d'affaires beaucoup plus spectaculaires.

13Benoît Garnot

Notes

1 Sur ce point, voir B. Garnot, Quantitatif ou qualitatif ? Les incendiaires au xviiie siècle, Revue Historique, 1991, n° 579, p. 43-52

2 Archives départementales d'Eure-et-Loir, E IV 792. Édition critique et commentée par B. Garnot, Vivre en prison au xviiiesiècle. Lettres de Pantaléon Gougis vigneron chartrain (1758-1762), Paris, Publisud, 1994.

3 B. Garnot, Vivre en prison..., op. cit., p. 9-58.

4 B. Garnot, Un déclin : Chartres au xviiie siècle, Paris, Éditions du CTHS, 1991, p. 113-114.

5 Sur Chartres, voir B. Garnot, Un déclin..., op. cit.

6 Voir par exemple les travaux de M. Foucault, en particulier Surveiller et punir, Paris, 1975.

7 Article « Ministère public » du Répertoire de jurisprudence de Guyot.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search