Version classiqueVersion mobile

Les victimes, des oubliées de l'histoire ?

 | 
Benoît Garnot

La justice

Les prisonnières du Saint Office portugais face à leurs gardes. Des victimes consentantes ?

Michèle Janin-Thivos

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 A. Radcliffe, etc., Les romans terrifiants, Paris, Laffont, 1984, Bouquins.
  • 2 V. De Féréal, Les Mystères de l'Inquisition, Paris, 1844.

1Dès la fin du xviiie siècle, le roman gothique anglais1 a popularisé l'image de la prisonnière de l'Inquisition comme prototype de la victime féminine. La littérature romantique, puis romanesque, a repris et développé le cliché, dont on sort aujourd'hui d'autant plus difficilement que les travaux sont rares sur la prison inquisitoriale. Pour les auteurs, la prisonnière de l’inquisition est en effet une victime idéale, doublement victime d’ailleurs.D’une part, elle subit la répression aveugle d'une institution judiciaire ecclésiastique symbole d’archaïsme et d’obscurantisme, image particulièrement développée dans la littérature anglaise ou anticléricale2, car incarnation de l'Église romaine. D'autre part, dans le cadre sombre des cachots secrets, elle est la proie des passions et turpitudes de ses bourreaux, dans ce lieu clos et mystérieux où l'usage banalisé de la torture permet d'imaginer les aventures les plus terrifiantes d'une victime totalement soumise.

  • 3 M. Janin-Thivos, L'Inquisition d'Evora (1660-1821), thèse à paraître, Lisbonne-Paris, Centre cultu (...)

2Or, l'étude de quelques 6 000 cas3 examinés par le tribunal du Saint-Office portugais d'Evora sur la période 1660-1821 donne un tableau nettement moins romanesque. Certes, les femmes représentent une proportion importante des victimes (50,3%), mais elle se réduit très nettement au cours du xviiie siècle. Comme les autres accusés, elles subissent un emprisonnement de longue durée (31 mois en moyenne) et sont maintenues au secret durant toute l'instruction de leur procès. Emprisonnées pour cause de judaïsme, plus rarement pour bigamie ou sorcellerie, elles vivent à deux ou trois par cachot, rarement plus, dans un isolement douloureux, loin de leur famille dont certains membres sont pourtant souvent emprisonnés dans les mêmes locaux, mais dont elles sont sans nouvelles. La prison inquisitoriale est une institution fortement réglementée, encadrée, où le secret doit être maintenu à tout prix pour les geôliers, comme pour les prisonniers. La vie est rythmée par les visites des gardes apportant la nourriture, par les déplacements mois, le prisonnier est à l'abri de l'arbitraire par les visites régulières des cachots menées par un inquisiteur qui note scrupuleusement les réclamations et demandes. La surveillance de la vie carcérale est donc bien effective et c’est sans doute ce qui explique que durant cette période, seul trois procès se déroulant dans les années 1734-35 concernent une atteinte à ces règles de fonctionnement.

exactions des trois gardes

  • 4 Dénonciation de l'alcaide Domingos de Paiva, procès d'António da Costa (ANTT, 7375).

3Le 26 août 1734, l'un des gardes de la prison est dénoncé4 devant les inquisiteurs pour un comportement « déshonnête » envers certaines prisonnières. Le tribunal engage immédiatement des auditions pour connaître les faits précis reprochés, qui vont « contre le bon fonctionnement du Saint-Office », procédure plus rapide et plus simple que pour un procès d'hérésie. La volonté du tribunal de lutter contre les abus dont les prisonniers peuvent être victimes semble donc réelle. Les faits se préciseront au cours de l’instruction, ainsi que la complicité de deux autres gardes, eux aussi inquiétés, inculpés, puis arrêtés et finalement sanctionnés. Un certain nombre de témoins, prisonnières ou geôliers, seront entendus durant ces deux années et leurs déclarations dessinent peu à peu, à travers le dérèglement apparent de la vie carcérale, un tissu de relations complexes, loin des schémas caricaturaux sur la relation bourreau-victime.

4Le principal accusé est Antonio da Costa, un homme de 51 ans qui exerce ses fonctions à la satisfaction générale depuis une trentaine d'années et remplace même l'alcaide lorsque celui-ci est malade ou absent. Alors qu'un garde ne doit jamais se trouver seul avec une prisonnière, comme le règlement l'exige, il s'est arrangé à plusieurs reprises pour avoir des moments d'intimité avec l'une ou l'autre. Il plaisante grassement, fait des réflexions lubriques, se laisse aller à quelques gestes déplacés (caresse sur les cheveux ou la poitrine d'une prisonnière), mais les premières déclarations ne font apparaître que des faits mineurs. Puis ceux-ci se précise et l'on apprend finalement qu'il n'hésite pas à isoler une prisonnière pour la caresser ou se masturber en sa présence et profite des situations d'exception, comme la maladie ou le malaise de l’une d’elles, pour la violenter. Il semble donc être le type même du garde violent et libidineux, utilisant les prisonnières comme les victimes passives de sa concupiscence.

  • 5 Procès ANTT (2243).
  • 6 Procès ANTT (5255).

5Les procès des deux autres gardes complètent cette vision d'une prison inquisitoriale très éloignée des textes réglementaires. Francisco Figuiera de Brito5 se comporte lui aussi d'une manière qui choque la pudeur, faisant le siège de certaines prisonnières pour obtenir leurs faveurs, entretenant l'une d'elles comme une véritable favorite, ne respectant plus les règles du secret du Saint-Office et gardant en revanche le silence sur la violence utilisée par António da Costa. Comme Manuel Simoens6, le troisième larron, il profite aussi de la situation pour s'approprier des vêtements des prisonniers ou détourner une partie de la nourriture qui doit leur être remise. L'escroquerie la plus fréquente consiste à compter plus de charbon, d'huile ou de linge lavé que ce qui a été fourni, et surtout à pratiquer des prix prohibitifs sur « le poisson et les choses comestibles » que réclament les prisonniers. Le dernier garde du tribunal, Manuel Rosado, témoignera contre ses collègues, mais n'aura rien fait pour protéger les victimes, car, comme le décrit Antonio, c'est un homme très « décrépit », en raison sans doute de ses 70 ans.

les victimes de vol

  • 7 Voir J.-P. Dedieu, l'Inquisition, Paris, Cerf, 1987, p. 98, qui souligne que c'est le seul tribuna (...)

6Les victimes sont donc différentes selon les agissements des gardes. Dans le cas du vol organisé par le personnel, tous les prisonniers peuvent être des victimes potentielles. On découvre pourtant à la lecture des témoignages, comme le dévoile Francisco, qu'il existe des victimes désignées. D'après lui, ce sont en fait « les femmes et les hommes rustiques et de peu de capacité parce qu’ils ne s’en aperçoivent pas ». Le marchand qui connaît le prix des denrées et sait faire des comptes est beaucoup plus à l'aise pour vérifier ce qu'on lui fait payer, alors que le pauvre journalier analphabète sera facilement abusé. Dans ma difficulté de l’épreuve de l’emprisonnement, même si l'Inquisition cherche à assurer une égalité de droit entre les différentes catégories sociales7, tous ne sont donc pas traités de la même manière en raison de l'attitude du personnel inquisitorial qui abuse de son pouvoir. Cette relation de pouvoir de fait à l'intérieur du monde carcéral explique l'aggravation de cette épreuve pour les plus faibles, déjà démunis, et vérifie aussi la situation de victime-née des femmes, classées d'emblée dans cette catégorie par manque de capacités. De plus, pour que ces abus puissent se développer, des complicités étaient nécessaires plus haut dans la hiérarchie du tribunal, celle du « dépensier » chargé de l'économat, car, comme le signale Antonio da Costa, il faut savoir lire et écrire pour falsifier les comptes et un simple garde ne pouvait se livrer à de telles manipulations.

  • 8 Registre « visitas aos cárceres » (1720-90), L 637, ANTT.

7Sur ces détournements, les interrogatoires menés par l'inquisiteur sont assez discrets et rapides. Une seule femme sera questionnée sur ce point et avouera qu'elle ne sait pas si elle a été volée, mais qu'une de ses compagnes lui a déclaré qu’elle jugeait le montant de ses dettes trop élevé. Pourtant, le registre des visites de l’inquisiteur8 dans les cachots signale à plusieurs reprises des plaintes des prisonniers sur ce sujet, dès 1733 (prix trop élevé, marchandise payée non reçue), sans qu'il y ait des poursuites avant ce scandale précis. L'institution inquisitoriale semble donc avoir été bien tolérante vis-à-vis de ces pratiques. D'ailleurs, elle ne se retourne pas contre le dépensier de la prison dont le nom est pourtant cité. Le tribunal n'encourage certes pas les abus, mais ne fait rien non plus pour contrôler plus étroitement le personnel sur ce point. En fait, on peut se demander si le prisonnier pouvait être réellement considéré comme victime d'un vol qualifié commis par des gardes du Saint-Office. En effet, il ne semble pas que les inquisiteurs jugent en ce sens. Ils s'intéressent davantage aux marchandises appartenant au Saint-Office (tabac) qui ont été détournées par les mêmes accusés. Le préjudice subi est donc diversement apprécié selon qu'il touche l'institution ou le prisonnier : c'est l'Inquisition qui est considérée comme victime des détournements des gardes, non les prisonniers. Le tribunal condamne ses agents qui n’appliquent pas strictement les règlements. En revanche, si la condition de victime du prisonnier est bien réelle, ce statut ne lui est pas reconnu par l'Inquisition et nulle réparation n'est prévue.

les victimes « d'attentats contre la chasteté »

8Les victimes des agissements des gardes sont en majorité des femmes victimes d’attentes « à la pudeur ». Elles ont été directement victimes de la concupiscence des gardes en paroles ou en actes, soit uniquement témoins de ces agissements. Mais à ce titre, elles subissent aussi la violence physique des gardes les menaçants si elles tentent de dévoiler les faits devant le tribunal du Saint-Office.

9Pour faire toute la lumière sur ces agissements, le tribunal les convoque dans des audiences répétées. Il faut remarquer toutefois qu'aucune n'a témoigné spontanément : le dénonciateur initial est le responsable de la prison (l’alcaide) qui semble pris de remords sur le tard et dénonce le comportement scandaleux des gardes alors qu’il est sur le point de quitter ses fonctions pour maladie. Il craint peut-être une dénonciation qui le mettrait en cause, car son attitude comme ses actes semblent bien douteux. Plusieurs prisonniers déclarent qu’il lui arrive aussi de se laisser aller à quelques caresses et sollicitations malhonnêtes ; il est sans doute complice des escroqueries qui se pratiquent sous son autorité et n'assume guère sa tâche avec sérieux, puisqu'il s'absente plus souvent que de raison, car il est fréquemment pris de boisson. Les faits reprochés au personnel inquisitorial sont relativement récents, mais durent tout de même depuis plusieurs mois et années. Différentes générations de prisonnières ont eu à subir ces victimes.

10De plus, lors des premières auditions, les prisonnières se montrent très intéressées ne répondent aux inquisiteurs que de manière très laconique, comme si elles n'étaient pas véritablement concernées, prenant le risque de mentir devant le juge inquisiteur. Ce sont plutôt celles qui ne sont qu'indirectement « déshonnêtes » dans les cachots, sans précision. Il faudra plusieurs auditions et des dénonciations spontanées d'un autre garde.

11Les prisonnières victimes des gardes sont peu nombreuses, même si la visées par leurs comportements licencieux. Elles répondent à certains critères : elles sont plutôt charmantes, célibataires, comme Leonor Maria originaire d'Algarve (18ans) et Joana Pereira originaire de Lamego (31ans) qui ont été harcelées par un ou plusieurs gardes durant la quasi-totalité de leur emprisonnement. D'autres ont eu à subir exceptionnellement des assauts, comme Eugenia la Castillane, ou Maria Teresa.

12Cette attitude des victimes s'explique, d'une part par la difficulté d'établir la réalité des faits de harcèlement sexuel ou de viol dans le contexte de la prison... La victime d'attouchements légers peut considérer qu'il s'agit d'un geste banal, dont elle a honte, mais qui ne porte pas à conséquence tant que les faits ne s'aggravent pas. Lorsqu'António impose une relation sexuelle à Joana Pereira sans son accord, il profite du malaise de la « charnelle » avec elle, mais, dit-il « sans force et sans violence »... Il est donc difficile de qualifier le viol, car même si elle a pu se rendre compte des faits, la victime se sent certainement désarmée par son manque de résistance D'autre part, les raisons qui poussent les victimes à garder le silence sont multiples. Lorsque la prisonnière est amenée en audience dans le cadre imposant de la justice inquisitoriale, elle est sans doute fort intimidée devant des juges qui ont droit de vie et mort sur elle. Les auditions ne procès. La procédure ne prévoit pas d'ailleurs d'interrogations précises sur la vie en prison. Les visites des cachots devraient être le moment privilégié pour ces observations, mais l'inquisiteur pressé qui se rend dans chacun d'entre eux environ une fois tous les deux mois en moyenne (au lieu de deux fois par mois comme il le devrait) n'accorde peut-être pas toute l'attention qui serait nécessaire.

13L'attitude des victimes s'explique également par l'intimidation et les qu'Antonio et Francisco s'inquiétaient beaucoup lorsque les prisonnières passaient en audience devant les inquisiteurs. En les accompagnant jusqu'à la salle du tribunal, ils exigeaient qu'elles gardent le silence en prétendant qu'en cas de dénonciation, ils nieraient, et que forcément « le tribunal accorderait plus de crédit à leurs déclarations qu'à celles des prisonnières ». La parole d'une prisonnière ne vaut donc pas cher face à celle d'un garde. Dans ces conditions, la victime garde le silence pour éviter les représailles à venir. Les déclarations de Catarina sont précises sur ce point. Elle ne les a pas dénoncés par « peur qu'ils lui fassent du mal », dit-elle, « comme ils le lui ont promis plusieurs fois, disant qu'ils lui couperaient la langue si elle parle devant le tribunal » et ajoute « qu'elle a peur et est dans la dépendance ». Les menaces sont répétées (être frappée, avoir la langue à long terme (« après la sortie de prison »). Les prisonnières ne disposent d'aucun recours dans cette situation. Or, ce qu'elles souhaitent avant tout est d'éviter les problèmes durant leur emprisonnement et que leur procès connaisse une issue rapide. Elles s'accommodent donc de la situation et rares sont celles qui la jugent insoutenable sur le plan moral lorsqu'elles sont témoins ou victimes de ces abus.

jeu de séduction

14Les victimes directes, quant à elles, considèrent avec objectivité leur des gardes. Au lieu de subir, elles choisissent une voie « raisonnable » qui leur apporte des avantages certains. La prison devient en fait le lieu d'un jeu de séduction qui permet aux plus habiles de « monnayer » leurs charmes.

15Ce qui rend cette situation possible, c'est qu'elles ont rarement affaire à une véritable violence de la part de leurs geôliers, même dans le cas d'Antonio qui semble le plus brutal de tous. Il est question, comme le dit Francisco à propos de Leonor, « d'inclination amoureuse ». Ces hommes mûrs (50 ans) utilisent leur pouvoir pour séduire leurs prisonnières. Les témoins racontent d'abord les plaisanteries, les conversations trop légères que le garde engage avec l'une ou l'autre, les prétextes pour entrer dans le cachot, tenter de se trouver seul à seule avec la prisonnière choisie. Puis, on chahute à travers le guichet de la porte d'entrée, le garde traîne un peu avant de sortir, réclame un baiser, tente une caresse... La prisonnière qui se sent choisie, alors qu'elle est privée de sources de distraction, peut trouver un échappatoire à sa morne existence dans ces visites insistantes. La victime du geôlier n'est sans doute ni la plus séduisante, ni la plus jeune, mais bien celle qui entre dans son jeu. Comment résister au plaisir d'user de ses charmes sur un homme tout puissant lorsqu'on a 18 ans à peine et qu'on est condamnée à un emprisonnement éprouvant dont l'issue est incertaine ? Leonor, par exemple, provoque Francisco Figueira, le met en compétition avec Antonio, attise la jalousie des deux rivaux. Ce jeu de séduction donne sans doute un peu de piquant à une vie mise entre parenthèses. La fragilité de l'avenir exacerbe aussi le désir d'éprouver des sensations ou des sentiments forts - pour une première et ultime fois peut-être...

16La relation qui se noue dans les cachots est donc complexe ; certaines de ces prisonnières résistent, mais finissent parfois par être consentantes. Ainsi lorsqu'António, malgré sa brutalité, déclare sa flamme à Joana Pereira en lui offrant « un rameau d'oranger plein de fleurs », « un autre jour des jonquilles », et « une autre fois deux roses », comment pourrait-elle refuser ces marques d'intérêt ? Dans d'autres cas, ce sont des oranges, du raisin, un verre de vin qu'on offre à une prisonnière, plaisirs interdits, mais délicieux... par ces quelques cadeaux, ces quelques gestes. Ils acceptent de fournir une aiguille pour la couture, ou tout ce qui humanise et améliore le quotidien de l'élue et de ses compagnes de cachot. Mais ils peuvent être plus utiles encore par les informations qu'ils leur donnent.

17Le non-respect du secret dans la prison scandalise en effet les inquisiteurs qui procèdent à l'instruction des procès. Les gardes connaissent les noms des prisonnières, leur origine, leur famille, l'avancement de leur procès, et n'hésitent pas à échanger des informations précises avec elles. Francisco apprend par exemple à Joana Pereira que son frère Manuel Monteiro, emprisonné lui aussi, est malade et a des crises violentes. Il lui prodigue des conseils pour tromper le tribunal, en lui indiquant quelles fautes confesser pour obtenir une conclusion plus rapide du procès. L'activité du tribunal se trouve donc faussée par le garde qui fournit à la prisonnière des informations pour prouver sa bonne foi et l’amener à céder à ses sollicitations. Il exerce une sorte de chantage affectif sur elle, et même si celle-ci n'est pas dupe, comment pourrait-elle refuser conseils, soutien et nouvelles des proches alors que la vie même de ceux-ci est en jeu ? La pression morale peut donc s'accompagner de gestes « humanitaires » généreux, plus efficaces que la violence physique pour réduire la résistance des prisonnières.

complicités

18L'attitude des prisonnières à l'égard des gardes est variable. Ceux qui, comme Antonio, utilisent plutôt la violence à l'égard de l'une ou l'autre, sont rejetés. Solidairement, les prisonnières interviennent pour s'interposer durant leurs assauts, comme Catarina Dias et Maria Teresa protégeant Léonor. Le fait de partager le même cachot permet une résistance efficace. En revanche, dans d'autres cas (celui de Francisco), les prisonnières font preuve de plus d'indulgence. La relation qu'il a nouée avec Léonor est privilégiée, de nature différente, durable (Francisco dira « qu’il en est fatigué au bout de presque un an »). Elle repose sur une certaine réciprocité, sur l'échange et le consentement de la prisonnière, même si elle est fondée sur l'inégalité de condition qui place Leonor entre les mains de son geôlier. Pour cette raison, les autres non seulement la tolèrent, mais encore l'encouragent.

19La complicité de la majorité des prisonnières semble donc la règle. Seules quelques-unes se disent choquées par la gravité des faits qui se déroulent dans les cachots , comme la vieille Maria Soares qui reproche à ses compagnes d’être « complices de choses déhonnêtes » et réprimande très directement plusieurs fois Léonor . Les plus âgées manifestent une certaine désapprobation, mais bien rarement. Les autres envient la bonne fortune de celles qui ont une aventure galante. L'une d'elles dit même au garde de ne pas se gêner quand il vient voir Leonor dans le cachot, mais celui-ci précise « qu'il n'a rien fait avec elle », malgré ses apparentes sollicitations. Une autre « soupire » après Francisco et déclare regretter ne pas être à la place de Leonor... Si quelques rares femmes se scandalisent du comportement léger de Leonor et de l'attitude irrespectueuse des gardes, la plupart en plaisantent et s’en accommodent.

compensations

20Les encouragements sont plus nombreux que les reproches, car la position de « favorite » de Leonor auprès du garde Francisco lui donne une place d'intermédiaire privilégiée entre prisonnières et geôliers. À travers elle, chacune négocie son silence directement ou non pour obtenir un avantage. L'une d'elles obtient la possibilité de sortir du cachot pour communiquer avec son père (Catarina Dias), l'autre avec son frère (Maria Teresa). Cette dernière, qui a eu un enfant dans le cachot - aussitôt placé en nourrice -, apprend grâce à Léonor le nom de la nourrice ; elle pourra même faire passer une chemise à l’enfant par son intermédiaire. Les gardes donnent des signes de leur bonne volonté : ils indiquent à Maria Teresa qu'ils vont devoir l'observer pour vérifier qu'elle ne pratique pas la religion juive en secret et lui conseillent de s'abstenir de suivre les cérémonies judaïques pendant cette période.

21En raison de la gravité des faits et des atteintes au fonctionnement du Saint-Office, du non-respect de ses règles et du secret, les victimes changent de statut. Par un curieux retournement de situation, ce sont désormais les gardes qui sont dépendants du silence des prisonnières. Les accusées déclarant au tribunal qu'ils les supplient parfois à genoux et en pleurant de ne rien révéler aux inquisiteurs. Ils sont devenus totalement complices de leurs victimes. La rumeurs raconte qu’il font circuler des lettres entre Leonor et son père, lui aussi prisonnier. Celles qui partagent ou ont partagé le même cachot que Leonor, Maria Soares par exemple, finissent par témoigner que Leonor sort du cachot en compagnie de Francisco et qu'il lui arrive aussi de passer la nuit en dehors. Leonor avouera avoir visité la totalité du palais inquisitorial, sauf la chambre de torture, et reconnaîtra même être allée passer la nuit à l’extérieur du tribunal dans la résidence du garde le jour de l'auto da fé qui mobilisait l'essentiel du personnel inquisitorial !

22Francisco est ainsi totalement oublieux des obligations de sa charge, ce qui peut se justifier par la passion qui l'anime pour Leonor. Celle-ci joue donc de son pouvoir de séduction pour apaiser son envie de vivre et sortir de sa situation de victime, position très fragile toutefois. Lorsque cette passion retombe, Francisco est prêt à user des mêmes méthodes pour séduire une autre prisonnière. Leonor, quant à elle, perd sa position privilégiée et apparaît aux autres gardes comme une femme facile, de mauvais vie, qui n’a rien à leur refuser. Elle se trouve alors la proie des sollicitations accrues et violentes d'António et est victime une nouvelle fois des mêmes manoeuvres de harcèlement.

conclusion

23Au terme de ces procès, les prisonnières du Saint-Office sont traitées comme des coupables par les inquisiteurs. En raison de la « complaisance » dont elles ont fait preuve en ne dénonçant pas les agissements des gardes, ils réclament une aggravation de leurs peines. Certes, les gardes seront châtiés sévèrement en raison de la gravités des fautes commises contre le Saint-Office (exil en Angola pour Francisco, suspension pour les autres). Mais à aucun moment n'apparaît de condamnation de leur attitude vis-à-vis de leurs victimes, aucune considération pour elles, ni la moindre expression de regret pour les fautes commises. En fait, les gardes comme le Saint-Office ne leur reconnaissent pas le statut de victimes. C'est l'institution seule qui a subi un préjudice et obtient réparation.

24Exemplaires, ces trois procès soulignent la vigilance de l'institution inquisitoriale. Exceptionnels par l’ampleur des fautes, ils n’autorisent aucune généralisation sur la fréquence des abus, peut-être souvent tus, niés, toujours difficiles à établir. Edifiants, ils rejoignent une autre fiction romanesque dans laquelle c’est le garde qui est la victime… du démon de midi !

25Michèle Janin-Thivos

Notes

1 A. Radcliffe, etc., Les romans terrifiants, Paris, Laffont, 1984, Bouquins.

2 V. De Féréal, Les Mystères de l'Inquisition, Paris, 1844.

3 M. Janin-Thivos, L'Inquisition d'Evora (1660-1821), thèse à paraître, Lisbonne-Paris, Centre culturel Calouste Gulbenkian. Trois grands tribunaux se partagent le territoire portugais : Lisbonne, Coïmbra et Evora pour la partie sud du pays (Algarve et Alentejo).

4 Dénonciation de l'alcaide Domingos de Paiva, procès d'António da Costa (ANTT, 7375).

5 Procès ANTT (2243).

6 Procès ANTT (5255).

7 Voir J.-P. Dedieu, l'Inquisition, Paris, Cerf, 1987, p. 98, qui souligne que c'est le seul tribunal qui traite à égalité roturiers et privilégiés.

8 Registre « visitas aos cárceres » (1720-90), L 637, ANTT.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search