Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les victimes, des oubliées de l'histoire ?

 | 
Benoît Garnot

La justice

Élie Merlat, pasteur de l'Église réformée de Saintes (1658-1680). Une victime consentante de la justice du roi ?

Didier Poton

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Au cours du mois d'août 1680, Élie Merlat, ministre de l'église réformée de Saintes depuis vingt-trois ans, sort du royaume de France. Il se rend à Genève. Il n'y séjourne que fort peu de temps, l'académie de Lausanne lui proposant de se présenter sur un poste pastoral vacant. Après l'avis des autorités bernoises, il est établi comme pasteur de l'église de Lausanne le 24 septembre. Dès l'année suivante, il est nommé à l'une des deux chaires de théologie de l'académie. En 1685, l'année de la révocation de l'édit de Nantes, il publie, sous le couvert de l'anonymat, un Traité du pouvoir absolu des Souverains dont la thèse peut être résumée par l'extrait suivant :

  • 1 É. Merlat, Traité du pouvoir absolu des Souverains, in H. Bost et D. Poton, « Le rapport des réfor (...)

« Les souverains, à qui Dieu a permis de parvenir au pouvoir absolu, n'ont aucune loy qui les règle à l'égard de leurs sujets ; leur seule volonté est leur loy. et ce qui leur plaît, leur est licite, dans cette relation à ceux sur qui ils dominent ; quoy que Dieu doive un jour examiner leur compte, et les punir de leurs injustices, s'ils en commettent ; De là résulte l'impunité universelle de leurs actions parmi les hommes ; et l'engagement des peuples à souffrir sans rebellion, tout ce que de tels Princes peuvent leur faire souffrir ; n'y ayant que Dieu seul qui est droit de les venger, comme il n'y a que luy qui ait pû donner l'autorité illimitée1 »

  • 2 Archives Nationales TT 181, liasse 15.

2Cet ouvrage, et la thèse absolutiste qui y est défendue, prend un sens particulier lorsque l’on connaît les causes et les conditions de la sortie du royaume de France de son auteur. L'exil du pasteur saintongeais ne fut pas volontaire. Il y a été contraint par un arrêt du parlement de Bordeaux daté du 5 juillet 1680 qui l'a condamné, entre autres peines, au bannissement perpétuel2. Élie Merlat est le premier pasteur protestant banni du royaume par la justice de Louis XIV.

à l'origine de la procédure : guillaume de la brunetière, évêque de saintes

  • 3 T. Grasilier, Notices biographiques sur les évêques de Saintes, Saintes, 1877, p. 55.

3Guillaume de la Brunetière du Plessis de Gesté s'installe dans le palais épiscopal de Saintes le 1er avril 1678. Né en 1630, il était vicaire général de l'archevêque de Paris depuis 1651 lorsqu'en novembre 1677 il reçoit la consécration épiscopale3.

« Cette province a été infectée de l'hérésie plus qu'aucune autre du royaume... »

  • 4 L. Perouas, Le diocèse de La Rochelle, 1648-1724, Paris, Sevpen, 1964, p. 234 et sq.

4Le diocèse de Saintes partage avec un bon nombre de diocèses méridionaux la particularité de compter dès les années 1550 une forte minorité protestante. Les communautés les plus importantes, tant au plan numérique qu’au plan économique, sont implantées sur le littoral saintongeais, notamment dans la presqu'île d'Arvert entre Seudre et Gironde où les réformés sont largement majoritaires dans presque toutes les paroisses. Mais ils sont aussi présents en effectifs variables dans la plupart des villes et bourgs de la Saintonge intérieure, de l'Angoumois occidental et du Moyen-Poitou méridional. Globalement, sur quelques 300 000 habitants qu’aurait compté le diocèse de Saintes au début des années 1680, entre 60 000 et 70 000 d'entre eux seraient de confession réformée, soit entre 20 et 25 % du troupeau confié à M. de Saintes dans les frontières ecclésiastiques établies en 1648 à la suite de la création du diocèse de La Rochelle qui lui a enlevé l'Aunis et l'île de Ré4.

  • 5 M. De Richemond, Documents sur l'église de Saintes, Bibliothèque de la SHPF, manuscrit 758 et Extr (...)
  • 6 P. Benedict, The Huguenot Population of France, 1600-1685 ; The Demographie Fate and Customs of a (...)

5L'église réformée de Saintes reste une église importante et ce malgré les contraintes qui lui sont imposées par les articles de l'édit de Nantes au titre de ville épiscopale et la diminution sensible de ses membres. Ce dernier phénomène, perceptible dès les premières années du xviie siècle, se confirme tout au long du règne de Louis XIII5 l'historien dispose pour évaluer le nombre d'habitants et le rapport numérique entre les deux communautés permettent d’avancer l’hypothèse que, forte de 1 500 à 2 000 âmes à la fin du xvie siècle, soit un bon tiers de la population, l'église réformée compte au mieux 800 fidèles dans les années 1680, soit entre 10 et 15 % de la population saintaise à la fin du xviie siècle. Cette baisse d'effectifs n'a rien d'exceptionnel, puisqu'elle concerne beaucoup de communautés protestantes urbaines étudiées par Philip Benedict6. Cette érosion n’a-t-elle pas encouragé les convertisseurs à précipiter l'application d'une stratégie visant à l'éradication définitive de l'« hérésie » en commençant par les lieux où celle-ci montrait des signes évidents d'affaiblissement numérique pour, il faut le souligner, des raisons plus économiques et sociales que religieuses ? Les crises de mortalité et l'émigration semblent avoir été des facteurs décisifs dans le processus d'homogénéisation catholique de villes ou de bourgs où le protestantisme restait vivace à la mort d'Henri IV.

  • 7 D. Poton [dir.], La Rochelle, capitale atlantique, capitale huguenote, Paris, Éditions du patrimoi (...)
  • 8 S. Marlet, Les communautés religieuses et la Contre-Réforme catholique dans la généralité de La Ro (...)
  • 9 L. Perouas, Le diocèse de La Rochelle..., op. cit., p. 322.
  • 10 Ibid.

6Les instruments nécessaires pour mener cette stratégie de reconquête existent en Aunis et en Saintonge dès le début du xviie siècle. Le mouvement s'accélère après la mort d'Henri IV et surtout au cours des années 1620, dans le sillage des armées royales qui soumettent les unes après les autres les places de sûreté huguenotes du sud de la Loire. Le texte de reddition de la cité de La Rochelle de 1628 expose par des mesures précises l'engagement monarchique dans le rétablissement et le développement des structures catholiques dans le diocèse de Saintes et dans celui à fonder de La Rochelle7 Les Récollets sont établis dans l'île d'Oléron, à Cognac, à Saintes, à Brouage, à Pons et à Royan. Les Cordeliers sont installés à Marennes, à Pons, à Saint-Jean d'Angély et à Cognac. Les Capucins sont à Saint-Jean d'Angély et les Carmes à Saintes. Quant aux Jésuites, la réalisation d'une maison missionnaire à Marennes. Moins nombreux, les ordres féminins n'en sont pas moins présents. À Saintes, il y a les Carmélites, les Clarisses, les Filles de Notre-Dame de Jeanne de Lestonnac, qui ont aussi une maison à Pons. Les Ursulines, elles, ont choisi la ville de Saint-Jean-d'Angély pour fonder en 1635 leur couvent8. L'action de l'évêque de Saintes et celle du clergé de ce diocèse à partir de 1648 sont mal connues faute d'archives conservées. Les mesures à rencontre des protestants après 1650 peuvent être appréhendées par l'action des intendants de la généralité de La Rochelle, dont le ressort comprend les diocèses de Saintes et de La Rochelle. Louis Perouas souligne notamment l'activisme antiprotestant de l'intendant Demuin (1674-1683) en précisant qu'il se croyait « d'autant plus obligé de travailler contre les protestants qu'il était sorti de leur rang9 ». Dans leur combat contre les communautés réformées, les deux évêques pouvaient donc compter à la fin des années 1670 sur le zèle du commissaire du roi fort proche des propagateurs de la Compagnie du Saint Sacrement10.

« L'édition de ce livre fut le plus grand de tous ses crimes » (E. Benoit)

  • 11 É. Merlat, Réponse générale au Livre de M. Arnaud intitulé Le renversement de la morale de Jésus C (...)
  • 12 A. Arnault, Le renversement de la morale de Jésus Christ par les erreurs des calvinistes, Paris, 1 (...)
  • 13 J. Bruguier, Réponse sommaire au livre intitulé Le renversement de la morale de Jésus Christ, Quev (...)
  • 14 J. Solé, Les origines intellectuelles de la révocation de l'édit de Nantes, Saint-Étienne, Publica (...)
  • 15 E. Benoist, Histoire de l'édit de Nantes, 5 vol, Delft 1693-1695, t. IV, p. 389. Dans ces Papiers (...)
  • 16 O. Saint-Affrique, Les Prolestants charentais, La Rochelle, Le Croît Vif, chap. II, à paraître, F. (...)

7En 1676, Élie Merlat publie chez un libraire saumurois un ouvrage intitulé : Réponse générale au Livre de M. Arnaud intitulé « Le renversement de la morale de Jésus Christ11." Trois ans plus tard, le livre du pasteur de Saintes reçoit une réplique du vicaire général de l'évêque de Saintes sous la forme d'un ouvrage au titre explicite : Défense du Livre du Renversement de la morale de Jésus Christ par les erreurs des Calvinistes touchant la justification, contre la réponse de M. Merlat par M. Le Feron. Cette réplique a-t-elle été rédigée avant l'arrivée de Guillaume de La Brunetière ou ce dernier en est-il à l'origine ? Il est impossible de répondre à cette question, mais, en 1679, à Saintes, une controverse est lancée au sujet du premier livre écrit par Antoine Arnault contre les réformés12 Celle-ci est en fait générale, moins parce que le livre du « Grand Arnault » avait déjà suscité deux répliques de la part de deux ministres calvinistes, Jean Bruguier et Pierre Jurieu13, que par la violence de l'affrontement doctrinal que les jansénistes ont déclenché contre les réformés à partir de 1669. Désormais, « les protestants français n’auront pas de plus redoutables adversaires jusqu’en 168514 ». Si Élie Merlat ne publie qu'en 1676 sa réponse, c'est qu'il semble avoir eu quelques difficultés à trouver un imprimeur « qui ne craignit point de s'en charger15 » Le livre demeure trois ans sans réplique. Pourquoi faut-il attendre 1679 pour que le vicaire général de l'évêque de Saintes y réponde si ce n'est la volonté du nouvel évêque de s'attaquer au ministre à un moment où Louis XIV, libéré de la guerre avec les Provinces-Unies par la paix de Nimègue, reprend sa politique de réduction de la RPR ? Il faut donc voir dans la réaction épiscopale moins le souci de lancer un débat théologique dans l'esprit des « disputes » du premier quart du siècle que celui de participer aux campagnes éditoriales lancées dans la province par des réguliers contre les pasteurs à partir des années 1630. Les synodes provinciaux mettaient d’ailleurs en garde les pasteurs devant cette nouvelle forme de controverses alimentées par des presses rochelaises, puis angoumoisines16. Les pasteurs y étaient clairement pris à partie. Répondre les exposait à voir leurs discours être étudiés par des juristes comme le Rochelais Pierre Bomier qui y cherchaient prétexte à déclencher des procédures contre eux ou contre telle ou telle église réformée. C’est dans ce piège que l'évêque de Saintes va faire tomber Élie Merlat. En juin 1679, sur les accusations portées par Guillaume de La Brunetière, Merlat est arrêté sur ordre du lieutenant criminel du présidial de Saintes.

du présidial de saintes au parlement de bordeaux

  • 17 E. Pallardy, op. cit, p. 12.

8Dans le récit qu'il fait de la vie de son ami Élie Merlat, Etienne Pallardy écrit : « Comme il méditait un prêche pour le lendemain qui était Dimanche, 4 sergents vinrent le prendre chez lui ; sans violence et même sans le tenir, le menèrent à la Conciergerie de Saintes où le Lieutenant Criminel le vint examiner et forma un procès selon les formes ordinaires17 »

« On le tourna de tous les côtés par où on peut prendre un Ministre » (E. Benoît)

  • 18 Archives Départementales du Gard, 42 J 23.

9Conformément à la procédure, le lieutenant criminel avait reçu les témoignages. Les faits étant établis, il prend, dans les derniers jours de juin, le décret permettant de mettre en accusation le ministre avec prise de corps. Le 1er juillet, Élie Merlat subit son premier interrogatoire. Une copie du procès-verbal des « Interrogations faites par Mr le Lieutenant criminel de Saintes à Mr Merlat et de ses réponses le 1er juillet 1677 », retrouvée récemment dans les archives de l’église réformée de Nîmes, confirme la teneur des lignes que lui consacre Élie Benoît dans son Histoire de l'Edit de Nantes18.

10Dans un premier temps, il est interrogé sur sa réception au ministère, sur les conditions de son exercice, sur les propos qu'il aurait tenus contre le comportement de certains de ses collègues qui s’étaient soumis de manière déshonorante à des sentences judiciaires ou des décisions épiscopales. Ensuite, le juge le questionne sur la teneur de certaines de ses prédications où il aurait employé à plusieurs reprises les termes « d'oppresseurs de la foi » et abordé a l'occasion d'un arrêt royal sur l'égalité des bancs dans les temples le thème de l'obéissance au roi. Enfin, c'est à ses écrits, notamment sa Réponse générale au livre de monsieur Arnauld, que s'intéresse le juge. Élie Merlat a beau répéter avec force le principe réformé de l'obéissance au pouvoir temporel, il est accusé de défendre l'idée que la « tyrannie» justifie la rébellion. L'interrogatoire se termine sur l'utilisation et le sens des termes d’« apostasie », de « catholique », de « catholique romain ».

  • 19 E. Benoît, op. cit., t. IV, p. 389.

11Trois heures de questionnement n'ont pas permis au juge de confondre Élie Merlat. Le contenu des réponses du ministre, telles qu'elles ont été transcrites par le greffier, témoigne de sa capacité à répondre aux accusations qu’il qualifie de « calomnies », de sa fermeté dans la défense de ses idées, d'une grande habileté devant les questions plus insidieuses qui concluent l'interrogatoire. Le 19 août 1679, il est déclaré par ses juges « dûment atteint et convaincu d'avoir contrevenu aux Edits et Déclarations du Roi, et Arrêts de son Conseil ; et d'avoir témérairement et séditieusement prêché ; et composé un livre sans permission du Roi ou du Magistrat, rempli de diverses propositions hérétiques, impies, séditieuses, pernicieuses, outrageuses à l'Église Catholique, tendant à rendre abominables ceux qui la professent, de dangereuse conséquence pour l'État, et propre à établir de nouvelles hérésies non tolérées dans le Royaume ». Il est condamné à rétracter les propositions retenues par les juges, à voir son livre être lacéré et brûlé, à payer trois mille livres d'amende, et il est interdit à perpétuité19. Les deux parties font appel, Merlat espérant obtenir des parlementaires bordelais une sentence plus modérée, le procureur du roi espèrant, lui, une aggravation de la peine.

« Hérétique, fanatique, séditieux, calomniateur, impie »

  • 20 ADCM, B 591.

12Quelques jours après les décisions de faire appel, Élie Merlat est transféré à La Réole où le parlement de Bordeaux siège depuis 1678. La procédure va durer dix mois. Notre connaissance du déroulement de celle-ci repose sur le texte de l'arrêt prononcé par la cour le 5 juillet 168020. La lecture du premier paragraphe montre la gravité des accusations portées par les juges de Saintes, puisque ces derniers justifient leur appel a minima par les crimes d'hérésie, d'anabaptisme, de fanatisme, de sédition, de calomnies, d'impiété et de contravention aux édits et arrêts du Conseil. Élie Merlat risque la peine de mort, une peine que seul un parlement peut confirmer ou prononcer.

13Face à cette menace, la stratégie de Merlat consiste à ignorer toutes les accusations portant sur les propos qu'il aurait tenus dans ses prédications et à focaliser le débat sur sa Réponse générale au livre de monsieur Arnauld. C'est ainsi que le 4 décembre 1679, il présente une requête dans laquelle il émet le souhait que son ouvrage soit examiné par des docteurs catholiques. Celle-ci est reçue par le procureur général qui ordonne que le livre soit « remis es mains du recteur de l'université de Bordeaux pour estre veu et examiné par les professeurs en icelle et observé sy dans led. livre, il est advancé par l'autheur d'icelluy aucune proposition et maxime tendante à une nouvelle opinion autres que celles qui sont tolérées par les édits de sa majesté, et sy dans led. livre, il est attribué à la religion catholique apostolique et romaine des sentiments contraires à la pureté de sa doctrine ».

14Le 15 février 1680, les docteurs de l'université de Bordeaux remettent à la cour un procès-verbal qui condamne l'ouvrage en répondant par l'affirmative aux questions posées par le procureur dans son ordonnance faisant suite à la requête du pasteur. Ce dernier répond par écrit à cette condamnation et censure. La teneur de ce « cayer d’esclaircissement » est débattue lors de deux interrogatoires, le premier en juin, le second le 3 juillet. Deux jours après, Élie Merlat est conduit à l'audience par le concierge et deux huissiers « les fers aux pieds et à genoux ». Il reconnaît avoir écrit le livre « témérairement, inconsidéramant et malicieusement », prêché en « des termes contraires aux édits et déclarations de Sa Majesté », et il demande pardon à Dieu, au roi et à la justice. Les juges, vraisemblablement satisfaits d'avoir obtenu les aveux et la rétractation de l'accusé, le condamnent au bannissement à perpétuité, à une amende de mille livres envers le roi, à six cents livres d'aumône. Il est ordonné que le livre censuré sera brûlé devant la cathédrale de Saintes, que le ministre Samuel Prioleau qui avait approuvé l'ouvrage et le libraire saumurois qui l'avait imprimé et vendu, René Péan, seront assignés à comparaître. Elargi promptement, les magistrats lui accordent deux mois pour régler ses affaires. Mais Élie Merlat précipite son départ pour Genève, de nouvelles menaces pesant sur sa personne et plus largement sur les ministres des églises réformées d'Aunis et de Saintonge en cet été 1680.

élie merlat, une victime exemplaire... et consentante ?

  • 21 E. Pallardy, op.cit., p. 13.

15Dans une lettre adressée à Etienne Pallardy, Élie Merlat écrit avant son transfert des prisons de Saintes à celles de la conciergerie de La Réole : « Je vois bien qu'on veut faire un exemple en ma personne, pour épouvanter ceux qui font paraître de la piété et du zèle21 »

« Le nombre de ceux qui se convertissent ici est très grand... » (G. de La Brunetière)

  • 22 Ibid, p. 11.

16Pour Etienne Pallardy, l'origine de la hargne développée par l'évêque à rencontre du ministre est sans nul doute l'affaire Boisrond. A une date que le mémorialiste ne précise pas, Mademoiselle de Boisrond, fille d'un gentilhomme protestant, est venue rendre visite à Élie Merlat à son logis pastoral. Convertie au catholicisme, celle-ci souhaitait que le ministre intercède auprès de son père « de qui elle avait encouru la disgrâce ». Le pasteur pose deux conditions pour effectuer cette démarche : qu'elle reconnaisse sa faute et qu'ainsi elle puisse revenir dans le giron de l'église réformée. Mademoiselle de Boisrond refuse et aurait quitté fort en colère la résidence du ministre. Et Pallardy de conclure : « Comme il n’est rien de plus à craindre qu'une courtisane qui se croit offensée et qui a du pouvoir. La demoiselle porta ses plaintes à M. l'évêque qui embrassa les intérêts de sa bien-aimée et promit qu'il la vengerait22 » Un ton peu étonnant, puisque quelques lignes plus haut il décrivait le palais épiscopal « comme un nouveau temple de Paphos consacré au service de Vénus ».

  • 23 E. Benoit, op. cit., t. V, p. 389.
  • 24 E. Pallardy, op.cit., p. 12.

17La première plainte déposée par Guillaume de La Brunetière contre Élie Merlat porte sur la question des bancs dans le temple. L'évêque accusait le ministre d'avoir empêché l'exécution de l'arrêt du Conseil daté du 19 février 1672 « portant défenses aux P.R. d'avoir dans leurs temples bancs et sièges élevés pour les Magistrats, consuls et échevins23 ». Mais la plainte n'est pas reçue par le lieutenant criminel, le magistrat ayant exercé la fonction de commissaire chargé d'appliquer l'arrêt ayant témoigné qu'il n'avait rencontré aucune opposition et que le pasteur s'était soumis aux ordres du roi24 Cette première plainte montre la volonté de Guillaume de La Brunetière de déclencher une offensive judiciaire contre Élie Merlat. Mais il ne faut pas voir dans cette action de l'évêque de Saintes une querelle personnelle, comme le suggère E. Pallardy. Cette action s’inscrit dans la stratégie que développe l'épiscopat français depuis 1675.

  • 25 D. Poton, P. Cabanel, Les protestants français du xvie au xxe siècle, Paris, Nathan, 1994, p. 38-3 (...)
  • 26 J. Orcibal, Louis XIV et les protestants, Paris, 1951, p. 66.
  • 27 L. perouas, Le diocèse de La Rochelle..., op. cit., p. 318.
  • 28 Cité par O. De Saint-Affrique in Les Protestants charentais, à paraître.

18Après avoir obtenu du nouveau roi une application à la rigueur de l'édit de Nantes qui s'est marquée entre 1663 et 1665 par plusieurs centaines d'interdiction de l'exercice du culte réformé et la très dure Déclaration royale de 1666, le clergé est surpris par celle publiée en 1669, dans laquelle Louis XIV revient sur un certain nombre d'arrêts et d'ordonnances antiprotestants. L’assemblée du clergé de 1670 proteste violemment contre ce « second édit ». Le cahier de remontrances élaboré par l'assemblée suivante en 1675 est un véritable programme qui a pour objectif l'éradication définitive de l’« hérésie ». En 1675, une nouvelle étape caractérise l’action des prélats sur le roi de France. Après avoir obtenu constamment une application rigoureuse de l’édit de Nantes, le clergé demande désormais « la réformation de ces édits et déclarations que la seule nécessité et le malheur des affaires ont arrachés de la main des rois vos prédécesseurs ». Il faut réformer un édit que l’usage montre néfaste25. En attendant d’obtenir du roi la révocation de l'édit de 1598, les évêques limitent dans un premier temps leur action à favoriser l'établissement de la caisse des conversions de Paul Pellisson dans leur diocèse à partir de 1676-1677. En mai 1680, l'évêque de Saintes peut affirmer dans une lettre adressée au marquis de Seignelay : « Le nombre de ceux qui se convertissent ici est très grand et il est arrivé fort souvent de rendre catholiques des familles entières pour une pistole26 » Faute de sources, il est impossible de vérifier une affirmation qui ailleurs, par exemple dans le diocèse voisin de La Rochelle, s'est révélée sans fondement et qui relève d’une opération de désinformation ayant pour objectif de persuader le roi que l'assaut final pouvait être mené contre le dernier carré des protestants27 Les seuls obstacles à cette marche triomphale sont, selon les convertisseurs, les consistoires - « dangereux gouvernement qui fait des républicains28 » - et, surtout, les ministres les plus zélés.

« Il faut que, avec un grand secret et avec une grande précaution, vous vous informiez des noms de tous les ministres des églises du pays... » (Colbert)

  • 29 Cité par O. De Saint-Affrique in J.-N. Luc [dir.], La Charente-Maritime. L'Aunis et la Saintonge d (...)
  • 30 AN, TT 265-2 ; S. Deyon, du loyalisme au refus : les protestants français et leur député général e (...)

19En février 1680, Colbert adresse à l'intendant de Rochefort, Demuin, des instructions visant à établir une liste précise des ministres exerçant dans sa généralité et à s'informer « de leurs talents, de leurs biens, du profit qu'ils tirent de leur fonction, et que par la suite vous tachiez de connaître ceux qu'il serait plus aisé de convertir en leur donnant quelque argent et les assurant d’une subsistance proportionné à ce qu’ils tirent de leur emploi. Et si cette proposition pouvait réussir pour un grand nombre de ces ministres, soyez persuadé que rien ne pourrait être si certain pour la destruction de la religion prétendue réformée et pour le rétablissement de la catholique29 ». Ces instructions permettent de mieux saisir la conjoncture politique et religieuse des années 1679-1680. Liberté de la guerre par la paix de Nimègue,. Louis XIV, en conflit avec le pape Innocent XI au sujet de la régale, entend désormais régler la question protestante dans son royaume. Dès 1679, les édits, arrêts, déclarations et règlements se multiplient. Certains d'entre eux donnent aux intendants et aux évêques les instruments légaux permettant de s'attaquer aux églises réformées. La chronologie de ces mesures permet de donner une autre lecture de la procédure déclenchée par Guillaume de la Brunetière contre Élie Merlat. L'évêque de Saintes porte plainte en avril sur l'affaire des bancs, puis en juin 1679. La sentence du présidial de Saintes tombe le 19 août et les deux appels sont déposés au parlement de Bordeaux immédiatement, mais le jugement des parlementaires tombe près d'un an plus tard, au début du mois de juillet 1680. La question de l'opportunité de l'appel par les deux parties mérite d'être posée, car en juillet 1679 est publié un édit supprimant les chambres mi-parties de Languedoc, de Guyenne et de Dauphiné30. Désormais, il n'y a plus de magistrats protestants au parlement de Bordeaux. Les conditions sont remplies pour que la condamnation du ministre soit d'une sévérité exemplaire. Celui-ci ne peut compter que sur l'intervention du député général des églises réformées, le marquis de Ruvigny, auprès du roi. La démarche a été faite auprès du marquis de Châteauneuf ; sans résultat. L’oreille du roi n’est plus sensible aux plaintes de ses sujets protestants exprimées par la voix de leur député. Élie Merlat subira sa peine.

20La justice, purgée à tous les niveaux de tous ses éléments de confession protestante, peut déployer sans frein à partir de 1679 son activité en l'appuyant sur une législation qui s'enrichit tous les mois de textes visant à mettre les réformés dans une situation de victime potentielle. Élie Merlat a-t-il perçu cette accélération et ainsi posé sa candidature au martyre, un statut qu'il accepte puisque telle est la volonté du roi et de Dieu, ou a-t-il cru que son innocence serait reconnue par une justice royale fondant ses arrêts sur le droit ? Les éléments manquent pour répondre à cette question, mais il n'est pas impossible qu'il faille voir deux temps dans l'attitude d'Élie Merlat.

  • 31 E. Pallardy, op. cit., p. 15-16. Au cours de l'hiver 1680, l'intendant Demuin attaque les ministre (...)

21Devant les juges du présidial, il se défend avec fermeté. N'ont-ils pas, ces mêmes magistrats, débouté l'évêque de Saintes de sa première plainte ? Face aux parlementaires bordelais, il tente de faire de son procès un temps de controverse, la théologie supplantant le droit dans la conclusion de son affaire. Mais le temps n'est plus à la controverse où les théologiens entendaient désarçonner l’« hérétique » avec des arguments théologiques visant à mettre en lumière ses erreurs, il s'agit désormais de confondre l'accusé à partir d'une démonstration juridique visant à mettre en évidence ses crimes au regard de la législation royale en vigueur. Et devant la volonté royale, le sujet se soumet. La victime consent à son sort, quitte à le sublimer en prenant la posture du martyr : « Quant à son bannissement bien loin de s’en chagriner, il le regardait comme une chose dont il devait plutôt se glorifier31. »

22Didier Poton

Notes

1 É. Merlat, Traité du pouvoir absolu des Souverains, in H. Bost et D. Poton, « Le rapport des réformés au pouvoir au xviie siècle. Élie Merlat ou la fin du Monde ». Actes du colloque de la Faculté de théologie protestante de Montpellier, Genèse et enjeux de la laïcité, Genève, Labor et Fides, 1990, p. 42.

2 Archives Nationales TT 181, liasse 15.

3 T. Grasilier, Notices biographiques sur les évêques de Saintes, Saintes, 1877, p. 55.

4 L. Perouas, Le diocèse de La Rochelle, 1648-1724, Paris, Sevpen, 1964, p. 234 et sq.

5 M. De Richemond, Documents sur l'église de Saintes, Bibliothèque de la SHPF, manuscrit 758 et Extraits des registres protestants de Saintes, Saintes, 1895. Il faut noter aussi qu'aucune assemblée politique et ecclésiastique (colloques, synodes provinciales) ne s'est réunie à Saintes au xviie siècle. D. Poton, « Géographie du protestantisme et réseau urbain dans le Centre-Ouest à l'époque moderne (xvie-xviie siècles) », Les Réseaux urbains dans le Centre-Ouest Atlantique de l'Antiquité à nos jours, colloque du GERHICO, université de Poitiers, 1993, P. Guignet et J. Hiernard [éd.], Mémoire de la Société des Antiquaires de l'Ouest, 5e série, T. III, 1995, p. 213-227.

6 P. Benedict, The Huguenot Population of France, 1600-1685 ; The Demographie Fate and Customs of a Religious Minority, Transactions of the American Philosophical Society, vol. 81, Part 5, Philadelphie, 1991.

7 D. Poton [dir.], La Rochelle, capitale atlantique, capitale huguenote, Paris, Éditions du patrimoine, 1998, p. 49 et sq. ; F. Grigon, La Rochelle. De la catastrophe au redressement. Population et comportements démographiques dans la première moitié du xviie siècle (1629-1660), mémoire de maîtrise, université de Poitiers, J. Marcadé [dir.], 1993.

8 S. Marlet, Les communautés religieuses et la Contre-Réforme catholique dans la généralité de La Rochelle, mémoire de maitrise, université de La Rochelle, D. Poton [dir.], 1998.

9 L. Perouas, Le diocèse de La Rochelle..., op. cit., p. 322.

10 Ibid.

11 É. Merlat, Réponse générale au Livre de M. Arnaud intitulé Le renversement de la morale de Jésus Christ, Saumur, René Péan, 1676, 510 p.

12 A. Arnault, Le renversement de la morale de Jésus Christ par les erreurs des calvinistes, Paris, 1672.

13 J. Bruguier, Réponse sommaire au livre intitulé Le renversement de la morale de Jésus Christ, Quevilly, 1673 ; P. Jurieu, Apologie pour la morale des réformés, Quevilly, 1675.

14 J. Solé, Les origines intellectuelles de la révocation de l'édit de Nantes, Saint-Étienne, Publications de l'Université de Saint-Étienne, 1997, p. 14.

15 E. Benoist, Histoire de l'édit de Nantes, 5 vol, Delft 1693-1695, t. IV, p. 389. Dans ces Papiers de raison (Biblio. SHPF, manuscrit n° 758 bis), Élie Merlat précise que l'impression lui a couté 30 livres. Ce journal inédit a été partiellement étudié par C. Baty, Élie Merlat, pasteur à Saintes, mémoire de maîtrise, Université de Poitiers, 1997, D. Poton [Dir.]. Il doit faire l'objet d'une édition, avec d'autres documents relatifs à Élie Merlat (Mémoires touchant la vie de Monsr Merlat, Ministre et Professeur dans Lausanne faits par M. Estienne Pallardy, Ministre réfugié à Delft en Hollande, son intime Ami, l'année 1711 - Biblio. SHPF Ms n°238 - et le procès-verbal de son interrogatoire devant le présidial de Saintes conservé aux Archives Départementales du Gard et aimablement communiqué par Philippe Charreyre-ADG 42 J 23) par la Société des Archives Historiques de la Saintonge et de l'Aunis (t. 54 de la collection des AHSA, D. Poton, éd.).

16 O. Saint-Affrique, Les Prolestants charentais, La Rochelle, Le Croît Vif, chap. II, à paraître, F. Miot-Ducluzeau [dir.].

17 E. Pallardy, op. cit, p. 12.

18 Archives Départementales du Gard, 42 J 23.

19 E. Benoît, op. cit., t. IV, p. 389.

20 ADCM, B 591.

21 E. Pallardy, op.cit., p. 13.

22 Ibid, p. 11.

23 E. Benoit, op. cit., t. V, p. 389.

24 E. Pallardy, op.cit., p. 12.

25 D. Poton, P. Cabanel, Les protestants français du xvie au xxe siècle, Paris, Nathan, 1994, p. 38-39 ; M. Péronnet, « Les assemblées du clergé de France et la révocation des édits de religion », 1560-1685, Bulletin de la Société de l'Histoire du Protestantisme Français, t. 131, 1985, p.470-471.

26 J. Orcibal, Louis XIV et les protestants, Paris, 1951, p. 66.

27 L. perouas, Le diocèse de La Rochelle..., op. cit., p. 318.

28 Cité par O. De Saint-Affrique in Les Protestants charentais, à paraître.

29 Cité par O. De Saint-Affrique in J.-N. Luc [dir.], La Charente-Maritime. L'Aunis et la Saintonge des origines à nos jours, Saint-Jean-d'Angély, Éd. Bordessoules, 1981, p. 213-214.

30 AN, TT 265-2 ; S. Deyon, du loyalisme au refus : les protestants français et leur député général entre la Fronde et la Révocation, Lille, PUL, 1976, p. 138-139.

31 E. Pallardy, op. cit., p. 15-16. Au cours de l'hiver 1680, l'intendant Demuin attaque les ministres de La Rochelle dont l'un, Lortie, doit répondre d'accusations déjà portées contre É. Merlat, notamment celles d'avoir prononcé dans ses prédications les mots de « tyrannie » et de « persécutions », D. Benoît, op. cit., vol IV, p. 392.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540