Version classiqueVersion mobile

Les victimes, des oubliées de l'histoire ?

 | 
Benoît Garnot

La justice

Les pauvres victimes de la répression (fin du xiiie, début du xive siècle)

Alain Saint-Denis

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 M. Mollat, Les pauvres au Moyen Âge. Étude sociale, Paris, 1978 ; Études sur l'histoire de la pauv (...)

1Le sort réservé aux pauvres par la société médiévale a fait l'objet d'études nombreuses et d'une réflexion approfondie à la suite des initiatives de Michel Mollat1. Ces recherches se sont orientées dans deux directions principales. En premier lieu, il s’est agi de définir la notion de pauvreté et de comprendre la place particulière accordée aux misérables au cours des périodes contrastées qui se sont succédées. Cette démarche essentiellement sociale visait aussi à mettre en évidence les réponses de la société aux manifestations diverses de la pauvreté.

  • 2 B. Geremek, « La lutte contre le vagabondage à Paris aux xive et xve siècles », Ricerche storiche (...)
  • 3 La carte des institutions d'assistance en Bourgogne est en cours de réalisation. Le recensement de (...)

2Les auteurs ont bien perçu la modification des traitements infligés aux une indigents à partir de la troisième décennie du xive siècle2, moment où s’installe une crise multiforme, rompant avec une phase de croissance de près de deux siècles et avec la prospérité du siècle de Saint Louis. Les causes du changement d'attitude du corps social vis-à-vis des pauvres sont largement attribuées aux difficultés économiques dont les conséquences sont apparues avec brutalité dans le nord de la France lors de la famine de 1315. Les recherches trop rares dans ce domaine n'ont pas encore donné lieu à une synthèse satisfaisante embrassant l'ensemble de la question. Si quelques enquêtes se poursuivent dans le domaine de l'histoire hospitalière3, et si l'on continue de s'intéresser à l'évolution des conceptions théologiques de la pauvreté, cette question semble bien être passée au second plan des préoccupations des médiévistes.

  • 4 E. Lalou, « Les révoltes contre le pouvoir à la fin du xiiie siècle et au début du xive siècle » i (...)

3À l'occasion de recherches effectuées dans les archives des villes de commune du nord du royaume de France, la découverte de quelques documents de la seconde moitié du xiiie siècle et du début du xive siècle apporte des éléments neufs sur le changement d'attitude des autorités vis-à-vis des misérables. Plusieurs de ces documents montrent les préoccupations de l'administration municipale à une époque où des difficultés sérieuses apparaissent en milieu urbain. Les tensions qui se sont développées dans les trente dernières années du xiiie siècle ont fortement détérioré les rapports sociaux, allant jusqu'à provoquer des révoltes parfois sanglantes4. Les chartes retrouvées, issues de l'administration municipale, reflètent cet état de fait. S'intéressant à des questions d'urbanisme et d'ordre public, elles reflètent une nouvelle attitude vis-à-vis des pauvres et des marginaux. Au lieu du discours habituellement tenu sur les pauvres au siècle de saint François d'Assise, on voit poindre la volonté de dénoncer le comportement de certains marginaux jugés dangereux pour l'équilibre social. Cette dénonciation s’accompagne de mesures de rejet et de dispositions répressives impitoyables.

4Il semble bien que cette rupture se soit produite plus tôt qu'on ne le dit habituellement, à l'issue d'une évolution des systèmes d'assistance et de transformations affectant la société durant les dernières décennies du xiiie siècle. Reste à mettre en évidence les étapes de cette dégradation de la vie sociale.

la prise en charge des pauvres gens par la société chrétienne dans la première moitié du xiiie siècle.

  • 5 Toutes les institutions d'assistance étaient placées sous la garde de l'évêque. Des seigneurs laïc (...)
  • 6 Il est très réducteur de décrire cet échange comme un simple marché : biens terrestres contre bien (...)
  • 7 A. Saint-Denis, Institution hospitalière et société, L'Hôtel-Dieu de Laon, 1150-1300. Nancy, Press (...)

5La prise en charge des pauvres et des malades au début du xiiie siècle faisait l’objet d’une organisation développée par l’Église5. Elle était le résultat d'une réflexion de fond sur le personnage du pauvre et sur la signification de sa condition dans la société chrétienne. Les institutions d'assistance, bien loin d'être les œuvres d'une charité superficielle au sens péjoratif où nous l'entendons parfois aujourd'hui, avaient pour but le soulagement de la souffrance et l'insertion du pauvre dans la communauté des chrétiens. Elles donnaient l'occasion aux plus favorisés d'aider à la prise en charge des indigents soit par l'aumône, soit par une participation directe aux soins. Ce processus communautaire donnait tout son sens à la prière du pauvre en faveur des bienfaiteurs6. L'indigent, proche du Christ, car partageant sa souffrance, devenait intercesseur en faveur du reste de la communauté. Il était ainsi replacé au coeur de la société chrétienne7 Cette préoccupation s'exprime à travers le succès impressionnant des ordres dits « Mendiants ». L'encadrement spirituel du phénomène s'est doublé d'un effort matériel considérable. En deux siècles se sont construits des centaines d'hôpitaux et de maisons-Dieu, fondations d'ecclésiastiques ou de laïcs qui vinrent s'ajouter aux services de portes de toutes les abbayes. Ainsi les plus démunis étaient-ils reçus et les autres pouvaient-ils se voir octroyer une aide matérielle directe par la distribution de vivres et de vêtements. Ces institutions d’importance très diverse se devaient de secourir sans distinction les gens dans le besoin. Tous ceux que leurs revers de fortune, leur dénuement ou leur état de santé mettaient en danger de marginalisation pouvaient trouver une réponse à leur détresse.

6Enfin, ce système d'assistance prenait en compte l'important nomadisme qui touchait encore cette société. Il offrait à tous les voyageurs, marchands et pèlerins, ainsi qu'aux déracinés de toutes espèces, de quoi s'abriter et se restaurer. Dans les années 1220, les frères prêcheurs ou mineurs qui circulaient par les campagnes et par les villes suscitaient, le plus souvent, un mouvement de sympathie et d'imitation. Ils donnaient de la pauvreté une image modèle faisant oublier celle de la victime et du marginal.

les restrictions progressives du système d'assistance (après 1240)

  • 8 A. Saint-Denis, Institution hospitalière et société, L'Hôtel-Dieu de Laon, 1150-1300. Nancy, Press (...)

7Les réalités économiques et sociales ont rapidement imposé une évolution de l'assistance. La crise de la seigneurie foncière qui a affecté les grandes propriétés au xiiie siècle est un phénomène bien connu. La croissance spectaculaire de la circulation de la monnaie et l’existence d’une forte inflation ont provoqué l'amoindrissement des revenus fonciers. Les grands propriétaires se sont vus dans l'obligation de trouver de nouvelles formes d'exploitation, abandonnant le faire-valoir direct trop coûteux et mettant l’accent sur la pratique du fermage et de la concession à cens. Le recours à ce type de contrats était dicté par la volonté de ne rien perdre, de tirer le meilleur parti possible de propriétés éloignées, étendues et parfois dispersées. Les hôpitaux, qui avaient réuni de vastes temporels grâce à l'aumône, se trouvèrent en première ligne et, dans la nécessité de préserver leurs revenus en diminuant les frais de personnel et de gestion, en vinrent à déléguer l'exploitation de leurs biens. Cette délégation de l'exploitation du patrimoine des pauvres eut des effets néfastes sur la pratique de l’assistance. Les hospitaliers firent appel aux plus favorisés des bourgeois, des clercs ou des paysans pour mettre en valeur leur temporel. Cette délégation aux plus riches garantissait que le domaine serait correctement tenu et que les loyers seraient payés ou faciles à récupérer du fait de la solvabilité des intéressés. En revanche, les grands hôpitaux coupèrent ainsi leurs relations avec les fidèles du monde rural, principaux pourvoyeurs de moyens, et il s'ensuivit une chute spectaculaire des aumônes de biens fonciers8

  • 9 L. Le Grand, Les Maisons-Dieu et léproseries au diocèse de Paris au xive siècle d'après les regist (...)
  • 10 BN ms lat 9226, f°8v°. J. Pycke, Les statuts de l'hopital capitulaire Notre-Dame de Tournai. Annal (...)
  • 11 L. Le Grand, Statuts d'Hôtels-Dieu et de léproseries, recueil de textes du xiie au vive siècle. Pa (...)

8Parmi les mesures de restriction mises en œuvre pour préserver la capacité économique des établissements d'assistance figurent des tentatives réitérées de limiter le personnel (frères, sœurs et serviteurs) : on tenta de réduire le nombre des hospitaliers afin d'empêcher que les services dus aux pauvres ne se trouvent réduits par les besoins excessifs de la communauté9. Modifier contrôler l'accès aux soins. En 1273, une donation effectuée par un chanoine de la cathédrale de Laon établit une classification des types de pauvres et distingue la manière dont chacun doit être secouru. Les mêmes réserves apparaissent dans le règlement de l'Hôtel-Dieu de Tournai10 Les deux textes séparent nettement les « petits pauvres, mendiants au porte-à-porte », des pauvres modestes et timides, ceux qui « poent querri lor vivre dou labeur de lor mains et sueur de lors corps » et qui, autrefois riches « nel ont point accoustume et ont honte de mendier ». Ces deux règlements sont les premiers, dans l'état actuel des connaissances, à instaurer une double distinction entre les mendiants de métier, plus ou moins marginaux et sans logis, et les pauvres, sédentarisés, installés, mais sans ressources suffisantes. Pour la première fois aussi est évoquée la honte de mendier11.

  • 12 J. Imbert, Histoire des hôpitaux. Privat, 1983.

9À la fin du siècle, les difficultés croissantes de certains établissements ont amené les municipalités à se mêler de leur gestion12 ce qui a pu accentuer ce phénomène de discrimination.

10Au terme de cette évolution, on observe que les fidèles qui étaient fortement impliqués dans le fonctionnement des établissements d’assistance y prennent une part moins directe et diminuent sensiblement leur soutien. L'assistance est désormais l'affaire de spécialistes confrontés à des problèmes bien concrets de gestion. Les administrateurs en viennent à un contrôle de l'assistance et à une hiérarchisation des besoins. Peu à peu, les chartes mentionnent différents types de pauvres, distinguant nettement les marginaux vivant de la mendicité des pauvres accidentels. Si la manière de secourir les uns et les autres est différente, on ne trouve pas encore à la fin du troisième quart du xiiie siècle, dans la documentation écrite, d'exclusion ni de mise en garde contre des abus ou des dangers liés à l'existence de « mauvais pauvres ». Cependant, l'évolution de la société vers une sédentarité accrue a suscité une attitude nouvelle face aux misérables mal insérés.

insertion ou marginalité. Évolution de la société à la fin du xiiie siècle

11Durant la seconde moitié du xiiie siècle, les pouvoirs quels qu'ils soient ont favorisé la sédentarisation des hommes. La société témoigne d'évolutions qui suscitent la multiplication des cercles de relations et l'insertion des laïcs dans le système politique et économique local. Le citadin de la fin du siècle de Saint Louis ne connaît pas un sort comparable à celui de ses prédécesseurs vivant au temps de Philippe-Auguste. Depuis cette époque, les modifications de l'habitat urbain, l'amélioration de l'encadrement des habitants par des institutions diverses ont resserré autour de lui des rets de plus en plus étroits.

12La densification de l'occupation du sol dans les villes a conduit à la constitution apparaît à la fin du xiiie siècle comme une dimension essentielle de la vie citadine. La vie autour d'un même puits, la solidarité, le partage des joies et des peines, la participation réciproque aux affaires de famille et la désignation d’un représentant du quartier auprès de l’administration municipale sont les manifestations les plus visibles de cet esprit de communauté.

13À une échelle plus vaste, la paroisse crée aussi des liens étroits entre les habitants de plusieurs îlots voisins autour du curé. La célébration des fêtes, l'animation des confréries, la distribution des sacrements font de lui un lien efficace entre les fidèles. Il suscite la solidarité et sa présence dans les actes privés témoigne de son rôle de conseiller auprès de nombreux chefs de famille. Il est fréquemment sollicité comme exécuteur testamentaire. Son action anime un autre réseau de solidarité : celui de la communauté paroissiale.

14Chaque artisan se trouve mêlé à la vie d'une association de métier qui encadre ses activités. Il subit le poids des contrôles et de la réglementation, mais bénéficie du soutien des autres membres de l'association.

15Les citadins sont mis à contribution pour assurer la sécurité collective. S'ils appartiennent à une commune, ils prêtent le serment de paix et d'entraide, ce qui les fait entrer dans l'universitas. Ils sont liés à leurs concitoyens et se doivent de donner leur temps ou leur argent pour participer au fonctionnement du guet. Ils doivent aussi un service armé dans la milice urbaine, ce qui suppose leur inscription sur un registre ou un engagement personnel vis-à-vis des corps de ville. Enfin, l'habitant de la ville, comme celui du village, paie l’impôt. Il est de mieux en mieux repéré par les jurés chargés de répartir la taille, par l'administration seigneuriale et enfin par les agents du pouvoir royal qui viennent ajouter leurs exigences propres.

  • 13 M. Bourin et R. Durand, Vivre au village au Moyen Âge. Les solidarités paysannes du xie au xivesiè (...)

16Les villageois ne sont pas moins étroitement encadrés dans les communautés villageoises naissantes13. Les familles sédentaires sont prise dans un réseau de relations et de contraintes qui les fixent sur place. Elles sont bien repérées par les représentants de l'institution ecclésiastique, de l'administration municipale, seigneuriale ou royale.

17Ainsi s'opère une distinction de plus en plus prononcée entre ceux qui sont insérés dans le réseau des pouvoirs et des solidarités urbaines ou rurales et ceux qui demeurent en dehors. Les contraintes de plus en plus lourdes auxquelles sont soumis les premiers, à mesure que s’amplifient les difficultés économiques et que s'appesantissent les exigences des pouvoirs, leur font apparaître plus insupportable la marginalité des autres. Une réaction se fait jour à la fin du xiiie siècle et au début du xive siècle, dont les effets se font sentir dans quelques documents d'un genre nouveau. Les magistrats municipaux tentent d’assainir l’espace urbain.

les rejets d'une société en crise après 1280

18Quelques chartes dispersées datant des années 1280-1320, tirées des archives de Laon et de Saint-Quentin, témoignent des changements qui se son produits dans les mentalités. Le vocabulaire employé pour désigner les pauvres gens ou pour stigmatiser les dangers qu’ils représentent et les méfaits dont ils sont les auteurs révèle d'abord une méfiance, puis un rejet, bien éloignés de l'esprit d'assistance précédemment rencontré.

  • 14 A. Saint-Denis, « Les excès des moines de l'abbaye de Saint-Jean de Laon au xiiiesiècle » in B. Ga (...)
  • 15 Règlement de la ruelle des Cordeliers et de Saint-Corneil. Extrait du fonds de Saint-Corneil de La (...)

19Après 1270, les frères mineurs de Laon tentent de délimiter l'enclos de leur couvent. Cette opération, farouchement combattue par les moines de l'abbaye de Saint-Jean14 et freinée par un groupe de bourgeois, aboutit, après bien des péripéties, vers 1295. Un règlement est édicté pour fermer une ruelle qui séparait le couvent des frères mineurs de l'enclos des chanoines de Saint-Corneil-et-Saint-Cyprien15. Dans ce règlement est évoquée la question de l'hygiène très défaillante du fait de l'étroitesse de l'ancien passage. Parmi les arguments utilisés pour justifier le remaniement proposé on trouve ces quelques affirmations : « que en icele ruele toute manière de gens des deus grans rues et especiaument povre gens pour ce que icele ruele estoit etroite, torte et tenebreuse i faisaient lor ordures et leur necessité. » Et l'on évoque aussitôt les meffaiteurs qui menacent la sécurité des passants, les attirant dans la rue pour les voler ou entraînant les femmes pour les battre ou les violer… Ces quelques mots trahissent l’insécurité ressentie dans la ville à la fin du xiiie siècle et le terme de povres gens ne figure qu'associé à l'idée de désordre et d'insalubrité.

  • 16 A. Saint-Denis, Apogée d'une cité..., op. cit., p. 608-9.

20Une lettre adressée au maire et aux jurés de Saint-Quentin par leurs homologues laonnois va beaucoup plus loin. Le document ne porte pas de date, mais il est aisé de le situer. La révolte violente de la ville en 1295 ayant amené une première suppression de la commune, celle-ci a été rétablie par le roi peu de temps après et à nouveau supprimée en 1321, puis définitivement en 133116.

  • 17 Document non daté. Archives communales de Saint-Quentin, Liasse n°30, 5.

21Le document adressé à Saint-Quentin ne mentionne aucune référence au pouvoir royal, ce qui le situe entre 1297 et 1321. Peut-être faut-il mettre en relation le durcissement du contrôle des jurés sur la ville avec les graves difficultés qui ont affecté le Laonnois vers 1314. La région a connu à ce moment de mauvaises récoltes et une première famine. Toujours est-il que ce document fait état d'une lutte organisée, menée en coordination avec les villes voisines, contre une catégorie particulière de marginaux transformés en boucs émissaires17 La lettre informe le corps de ville de Saint-Quentin de la lutte entreprise par les Laonnois contre les déracinés et les débauchés (houliers, houlières et ribauds). Derrière les termes utilisés se cache toute une population d'hommes et de femmes mal insérés, rejetés par les institutions d’assistance, sans doute à cause de comportements moralement répréhensibles. Ils sont considérés comme un danger potentiel pour la population et mettent en péril l'ordre local.

  • 18 « À sages hommes et honnestes au maieur et as jureis de Saint-Quentin li maires et li juré de Loon (...)

22La lettre évoque un assainissement moral de la ville. Celui-ci devant être obtenu par le bannissement pur et simple, les magistrats énumèrent les supplices infligés aux misérables qui passeraient outre et promettent d’en fournir la liste à leurs collègues Saint-Quentinois18. Désormais le désordre est incarné par ces gens « de mauvais renon » et il convient de les éliminer. Il n'est plus question d'assistance ou d'insertion, mais d'expulsion et de châtiments corporels exemplaires (l’enfouissement sur la place du marché). Ce texte d'un genre nouveau insiste sur le caractère inacceptable de comportements qui, jusque-là n’avaient pas un caractère de délinquance aussi affirmé et ne suscitaient pas une telle mobilisation.

  • 19 B. Geremek, « La lutte contre le vagabondage à Paris aux xive et xve siècles », in Ricerche storic (...)

23Du pauvre assisté au marginal délinquant devenu bouc émissaire, l'évolution de l’attitude des autorités vis-à-vis des catégories de population difficiles à contrôler a radicalement changé au cours de la seconde moitié du xiiie siècle. Ce processus bien mis en évidence pour le xive siècle19 semble donc un peu plus précoce dans les régions densément peuplées du nord du Bassin parisien, affectées dès le milieu du xiiie siècle par un ralentissement de la croissance, puis, après 1270, par de vives tensions sociales et politiques. L’apparition de catégories focalisant l’hostilité, suscitant le rejet collectif et faisant l'objet d'une politique concertée de répression, coïncide avec la disparition de la mobilité sociale qui caractérisait le premier xiiie siècle. Ces réflexes de défense intolérante, dont le caractère d'actualité n'échappera à personne, témoignent du malaise d'une société vieillissante, atteinte de rigidité et d'inquiétude.

24Alain Saint-Denis

Notes

1 M. Mollat, Les pauvres au Moyen Âge. Étude sociale, Paris, 1978 ; Études sur l'histoire de la pauvreté (Moyen Âge-xvie siècle), 2 vol, Paris, 1974, série d'articles.

2 B. Geremek, « La lutte contre le vagabondage à Paris aux xive et xve siècles », Ricerche storiche ed economichein memoria di Corrado Barbagallo, Napoli, 1970, t. 2, p. 230 ; Les milieux marginaux à Paris aux xive et xve siècles, Paris, 1976.

3 La carte des institutions d'assistance en Bourgogne est en cours de réalisation. Le recensement des établissements se fait actuellement dans le cadre des départements. Plus de 70 établissements ont été repérés sur le territoire correspondant à l'actuel département de la Nièvre : D. Mathis, Carte hospitalière du Nivernais au Moyen Âge, mémoire de maîtrise, Dijon, 1995 ; F. Stenuit, Établissements hospitaliers en Sénonnais, mémoire de maîtrise, Dijon, 1995. Voir aussi, entre autres, les travaux de D. Le Blévec, Recherches sur l’assistance dans les pays du Bas-Rhône du xiie siècle, thèse inédite, 1994.

4 E. Lalou, « Les révoltes contre le pouvoir à la fin du xiiie siècle et au début du xive siècle » in Violence et contestation au Moyen Âge, Actes du 114e congrès des sociétés savantes. Paris, 1989 ; A. Saint-Denis, Apogée d'une cité, Laon et le Laonnois, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1994, p. 595 sq ; « La violence dans les villes du Nord de la France, 1050-1150», Histoire et criminalité de l'Antiquité au xxe siècle. Nouvelles approches, B. Garnot [dir.], Dijon, EUD, 1992, p. 259-266 ; «Expiations publiques des grands et des notables dans les villes du Nord de la France (xie-xiiie siècle) », Ordre moral et délinquance de l’Antiquité au xxe siècle, B. Garnot [Dir.], Dijon, EUD, 1994, p. 383-390.

5 Toutes les institutions d'assistance étaient placées sous la garde de l'évêque. Des seigneurs laïcs ont fréquemment fondé des hôpitaux, dont ils ont ensuite confié la gestion aux clercs. Les villes de Flandres ont eu de très bonne heure l'initiative de fonder des institutions charitables. J. Imbert, Les hôpitaux en droit canonique : Histoire des hôpitaux français, t. VIII de l'Église et l'État au Moyen Âge, Paris, 1947, 2e éd. PUF, 1966. M. Candille, Pour un précis d'histoire des institutions charitables, quelques données, xiie-xive siècles, Société française d'histoire des hôpitaux, 30, 1974, p. 79-88. M. Mollat, « Hospitalité et assistance au début du XIIIe siècle », Poverty in the Middle Ages, 1975, p. 37-51 ; P. Bonenfant, « Les hôpitaux de Belgique au Moyen Âge », Hôpitaux et bienfaisance publique dans les anciens Pays-Bas, des origines à la fin du xviiie siècle, Annales de la société belge d'histoire des hopitaux. III, 1965, p. 3-44.

6 Il est très réducteur de décrire cet échange comme un simple marché : biens terrestres contre biens célestes. Rappelons qu'au sens fort, la charité est la mise en pratique du commandement du Christ « Aime ton prochain comme toi-même ».

7 A. Saint-Denis, Institution hospitalière et société, L'Hôtel-Dieu de Laon, 1150-1300. Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1983, p. 106 sq.

8 A. Saint-Denis, Institution hospitalière et société, L'Hôtel-Dieu de Laon, 1150-1300. Nancy, Presses Universitaires, 1983, p. 140 sq. et p. 215 sq.

9 L. Le Grand, Les Maisons-Dieu et léproseries au diocèse de Paris au xive siècle d'après les registres de visite du délégué de l'évêque. Mémoires de la Société d'histoire de Paris et de l'Ile de France. XXIV, 1897, p. 99. À Châlons-sur-Marne, le chapitre de Saint-Étienne proteste contre le fait que le nombre de convers et de converses est trop élevé dans l'hôpital et que cet excès de personnel détourne les aumônes faites aux pauvres de leur but. Il donne un nouveau règlement pour le recrutement limitant le nombre et l'âge des convers recrutés. Archives du Département de la Marne, 2 mai 1261, G 491, 4. Pour l'Hôtel-Dieu de Laon, voir A. Saint-Denis, op. cit. p. 89.

10 BN ms lat 9226, f°8v°. J. Pycke, Les statuts de l'hopital capitulaire Notre-Dame de Tournai. Annales de la société belge d'histoire des hopitaux, t. VIII, 1970, p. 2-54. A. Saint-denis, Institution hospitalière …, op. cit. p. 116

11 L. Le Grand, Statuts d'Hôtels-Dieu et de léproseries, recueil de textes du xiie au vive siècle. Paris, 1901, XXX, 286 p.

12 J. Imbert, Histoire des hôpitaux. Privat, 1983.

13 M. Bourin et R. Durand, Vivre au village au Moyen Âge. Les solidarités paysannes du xie au xive siècle, Paris, 1984. R. Fossier, Paysans d'Occident, xie-xive siècles, Paris, 1980. Les communautés villageoises en Europe occidentale du Moyen Âge aux Temps modernes (Colloque de Flaran, 1982), Auch, 1984.

14 A. Saint-Denis, « Les excès des moines de l'abbaye de Saint-Jean de Laon au xiiiesiècle » in B. Garnot [Dir.], Le clergé délinquant (xiiie-xviiiesiècle), Dijon, EUD, 1995, p. 119-129.

15 Règlement de la ruelle des Cordeliers et de Saint-Corneil. Extrait du fonds de Saint-Corneil de Laon. BN collection Picardie, 286. Vers 1295.

16 A. Saint-Denis, Apogée d'une cité..., op. cit., p. 608-9.

17 Document non daté. Archives communales de Saint-Quentin, Liasse n°30, 5.

18 « À sages hommes et honnestes au maieur et as jureis de Saint-Quentin li maires et li juré de Loon, salut et bonne amour. Nous vous faisons savoir que nous bannissons houliers et houlières et gens de mauvais renon a no volonté, fors de la pais de Loon et se aucun d'eaus après ce, reviennent sans congiet, nous les prendrons en une place qu'on dist Chievrecon a Loon, les faisons enfoir par III samedis bien la moitiet dou jour, des que marchies commence jusques devant vespres, tous drois seur leur piés jusques as mameles enclos en terre, et a lissue dou tiers samedi, nous les faisons convoier fors de la pais par gens de piet avec les ribaus a grand planteit et leur dist on de par nous que ils ne rentrent seur painne de tout vif enfoir en la pais jusques au rappel le maieur et les jureis. En après nul qui soient banit pour souspeçon d'occision, de larecin, de sartin, de rapt, de murdre, nous ne souffrisme onques a rentreir avec roi, avec evesque, ne awec autre, se par nostre greit ne fu. Et sachies que nous vous envoions en escrit les nons et les seurnons de tels gens comme vous nous aveis requis, que nous banesismes deesrainnement fors de la pais de Loon. Dex vous wart. »

19 B. Geremek, « La lutte contre le vagabondage à Paris aux xive et xve siècles », in Ricerche storiche ed economichein memoria di Corrado Barbagallo, Napoli, 1970, t. 2, p. 230 ; Les milieux marginaux à Paris aux xive et xve siècles, Paris, 1976.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search