Version classiqueVersion mobile

Les victimes, des oubliées de l'histoire ?

 | 
Benoît Garnot

L'administration

Les nobles victimes des proscriptions impériales

Christophe Badel

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Cf. la communication de C. Lamarre, dans ce volume.
  • 2 Nous ne prenons pas le terme « proscriptions » dans le sens précis qu'il avait à la fin de la Répu (...)
  • 3 Sur la définition et les débats y afférant : H. Hill, Nobilitas in the Imperial Period, Historia, (...)

1Avant d'être juridique, la notion de victime fut d'abord politique et morale et l'inflation du terme dans les sources françaises correspondit à un épisode politique, la Terreur1. L'histoire de l'Empire romain permet de réfléchir sur le thème de la victime politique, au travers des relations entre l'empereur et le sénat. Lors des moments de tension, l'empereur déchaînait des vagues de proscriptions sur le sénat2.Au sein de l'assemblée, un groupe supérieur brillait d'un vif éclat, la noblesse (nobilitas). Comme à l'époque républicaine, les nobles (nobiles) regroupaient les descendants des consuls, détenteurs de la magistrature la plus prestigieuse de l'État romain, le consulat3. Leur naissance les opposait aux « hommes nouveaux », premiers hommes de leur famille à obtenir le consulat. Comme l'ensemble des sénateurs, les nobles ont subi le choc des proscriptions impériales : peut-on pour autant leur appliquer l'épithète de victimes ?

le noble comme victime : un statut remis en cause

  • 4 Proximus eiusdem properabat Acilius aevi / cum iuvene indigno quem mors tam saeva maneret / et dom (...)

2« Presque du même âge que Crispus, Acilius se pressait aussi ; il était accompagné d'un jeune homme qui ne méritait point la mort si cruelle qui l'attendait, ni que le glaive du maître en hâtât ainsi l'échéance. Mais il y a beau temps que c'est une sorte de phénomène de vieillir, quand on est noble4. »

  • 5 Ainsi, Claude pour Sénèque (Apocol. XI, 2) et Domitien pour Juvénal (Satires, IV, 150-154).
  • 6 Sénèque, Ad Marc. 26, 2 : « Te citerai-je ces rois dont la félicité eût été sans égale si la mort (...)
  • 7 Tacite, Hist., I, 2 : Atrocius in urbe saevitum : nobilitas, opes, omissi gestique honores pro cri (...)

3Ainsi Juvénal, au début du IIe siècle, présente-t-il l'arrivée du noble Acilius Glabrio, lors d'un conseil impérial convoqué par l'empereur Domitien pour décider de quelle façon cuisiner un gigantesque turbot qui lui avait été offert. Le poète satirique résume la vision des auteurs romains : les nobles sont les victimes préférées des empereurs. Aux yeux de leurs critiques, les mauvais empereurs sont forcément souillés du sang des nobles5 Le destin normal du noble est de finir sous le poignard des sicaires de l'empereur6 En effet, le nom illustre des nobles les expose fatalement aux coups des souverains. Exposant les malheurs qui vont accabler Rome au cours de l'année 69, année d'usurpations et de guerre civile, Tacite note : « Dans la ville, des cruautés plus atroces encore : la noblesse, la fortune, les honneurs, le refusmême des honneurs tenant lieu de crime, et pour prix des vertus la mort assurée7. » Comme toute forme de distinction, la noblesse est intolérable aux empereurs. Elle constitue un chef d'accusation en elle-même (crimen).

  • 8 D. MC. Alindon note que l'accusation de trahison lancée par l'empereur contre un sénateur est touj (...)
  • 9 Sur ces complots, voir en dernier lieu : I. Cogitore, La légitimité dynastique à l'épreuve des con (...)
  • 10 Plautus : Tacite, Ann. XIV, 57 : « Et ayant reconnu qu'il redoutait surtout Plautus et Sulla, relé (...)
  • 11 Suétone, Nero 36, 1 : Anxius ea re, ut ex Balbillo astrologo didicit, solere reges talia ostenda c (...)

4Lorsqu'ils évoquent les condamnations, les historiens mettent rarement en valeur la culpabilité des nobles. Ce parti pris concerne l'ensemble des sénateurs, mais il est particulièrement frappant pour les nobles8. Sous Néron, deux nobles illustres, prétendants potentiels à l'Empire et comploteurs vraisemblables, connurent une fin tragique : Rubellius Plautus et L. Junius Silanus9. Tacite présente l'éclat de leur nom comme la cause essentielle de leur chute et n'évoque les indices de complots que de façon allusive10. Les nobles conservent ainsi leur innocence, caractéristique essentielle de la victime. Cette dimension peut être quelquefois soulignée par des allusions religieuses, retour à l'origine même de la notion, puisque la victime était au départ l'animal sacrifié aux dieux (victima). C'est dans cet esprit que Suétone présente la réaction de Néron à l’apparition d’une comète : « Néron s'effraya de cette menace et, quand l'astrologue Balbillus lui eut appris que d'ordinaire les rois conjuraient de semblables présages en immolant quelque illustre victime et les détournaient loin d’eux sur la tête des grands, il décida la mort de tous les plus nobles citoyens11. » L'exécution du noble devient dès lors sacrifice, permettant d'apaiser un destin irrité. L'empereur ne peut vivre que si les nobles meurent.

  • 12 Pour ne citer qu'un travail majeur, mentionnons R. Syme, La Révolution romaine, Paris, 1967 (éd. a (...)
  • 13 R.-S. Rogers, Criminal Trials and Criminal Legislation under Tiberius, Middletown, 1935 ; D. MC. A (...)
  • 14 B. Baldwin, Executions, Trials..., art. cit., p. 439.
  • 15 Sur Néron : B. Baldwin, Executions, Trials..., art. cit., p. 438-439, sur Domitien : B-W. Jones, T (...)
  • 16 F. Grosso insiste sur le caractère dramatique des proscriptions de Commode : La lotta politica al (...)

5Cette vision a dominé pendant des siècles l'historiographie occidentale et certains travaux modernes en sont encore largement tributaires12. Mais elle a connu au xxe siècle une révision complète dans le cadre d'une réévaluation de la politique impériale. Les spécialistes des proscriptions impériales au Ier siècle ont alors insisté sur deux aspects essentiels13. Les condamnations frappaient en général de véritables coupables, traîtres et comploteurs, et les proscriptions n'étaient qu'une réponse justifiée, quoique parfois exagérée, à un danger réel. Au terme de son étude sur les procès de sénateurs sous Néron, un historien peut affirmer qu'une part infime des condamnés, membres de la famille des Junii Silani, ont été de réelles victimes, en raison de leur innocence14 D'autre part, ces proscriptions ont été beaucoup plus limitées que ne l'affirmaient les auteurs anciens. Ainsi, la majeure part du règne de Néron n'en a pas connues (elle se sont concentrées sur les années 65-68) et le nombre des exécutés sous Domitien n'a pas été très élevé (12 consulaires en 15 années de règne)15. Notons cependant qu'une remise en cause similaire n'a pas été opérée pour les proscriptions de la fin du iie siècle et du iiie siècle, faute d'études spécifiques. Commode, Septime Sévère ou Elagabal ont donc conservé leur réputation de massacreurs de sénateurs16.

  • 17 D. MC. Alindon, Senatorial Opposition..., art. cit., p. 113-132. B. Baldwin, Executions, Trials…, (...)
  • 18 Débat résumé dans I. Cogitore, La légitimité dynastique..., op. cit., p. 359-366.

6Ces études concernent certes l'ensemble des sénateurs, mais leur impact a affecté les nobles au premier chef. Dans l'organisation des complots, les réseaux familiaux de la noblesse auraient joué un rôle essentiel. Sous Claude et Néron, les Junii Silani, les descendants de Pompée, les Statilii Tauri, les Annii, les Pisons auraient structuré l'opposition au régime17. Sans nier le prestige du nom et le danger qu'il pouvait présenter pour l'empereur, ces historiens insistent sur la culpabilité réelle des nobles. Pour reprendre l'exemple de Rubellius Plautus, sous Néron, il aurait tramé une dangereuse conspiration avec son beau-père, L. Antistius Vetus, proconsul d'Asie, et le légat de Syrie, Corbulon, chef des troupes d'Orient. Dans une telle optique, les nobles perdent leur statut de victimes18.

7Face à cette alternative, victimes ou comploteurs, il est difficile de trancher. Les deux interprétations s'appuient évidemment sur les mêmes textes. La vision critique utilise les allusions, les incohérences internes, les contradictions entre les auteurs, pou rejeter l’idée de l’innocence des nobles. Cette lecture est souvent vraisemblable, sans être jamais certaine. Prisonnières du même corpus de textes, les deux visions sont également plausibles, également contestables. Il faut donc appréhender le problème d’une autre façon si l'on veut progresser dans l'étude de cette notion.

l'apport de la prosopographie : la sur-représentation des nobles

  • 19 Sous l'Empire, les clarissimes regroupent les sénateurs et leur famille. Cette notion plus large q (...)
  • 20 S. Courtois, N. Werth, J.-L. Panné, A. Paczkowski, K. Bartosek, J.-L. Margolin, Le livre noir du c (...)

8Une approche quantitative peut permettre de dépasser l'aporie présentée par les sources. Si l'on note une surreprésentation des nobles parmi les clarissimes condamnés19, il faut admettre qu'ils ont été « objectivement » des victimes privilégiées des proscriptions, quel que soit leur degré de responsabilité par ailleurs. Dans l’étude d’un groupe, la question du seuil quantitif est un critère important pour déterminer sa nature de victime. Les débats sur la Terreur ou le « Livre noir du communisme » ont montré récemment que la « comptabilité » jouait un rôle crucial dans la construction de cet objet historique.20

  • 21 K. Hopkins et G. Burton, Death and Renewal. Sociological Studies in Roman History, Cambridge, 1983 (...)
  • 22 Le décompte s'opère ainsi, avec la bibliographie : Auguste : 8 sur 13 (K. Raaflaub et L.-J. Salmon(...)
  • 23 35 sénateurs tués par Claude : Suétone, Claudius 29 ; Sénèque, Apocol. 13. 29 sénateurs tués par S (...)
  • 24 Suétone, Domitianus, 10,1. SHA. Commodus, 7, 5-8.

9L'étude prosopographique des proscriptions témoigne bien d'une nette surreprésentation de la noblesse. Quelle que soit l’époque, les nobles représentaient en général un quart des sénateurs au Haut-Empire21. Au sein des proscrits, ils constituent en revanche près de la moitié des condamnés (130 sur 274 clarissimes : 47%22). Ces chiffres méritent toutefois d'être commentés. En raison des lacunes de notre documentation, ce corpus est nécessairement incomplet. Nous ne connaissons que 18 des 35 sénateurs exécutés par Claude, ou 10 des 29 sénateurs condamnés par Septime Sévère lors de la proscription de 19723 On peut craindre que nos sources ne se soient surtout polarisées sur les nobles, en raison de leur illustration, passant sous silence de nombreux sénateurs d'origine obscure et gonflant du même coup le poids de la noblesse. Une telle remarque vaut surtout pour les listes de proscrits fournies par les biographes impériaux, comme celle de Suéton pour Domitien ou de l'Histoire Auguste pour Commode24. Pour juger de ce danger, les Annales de Tacite offrent le document le plus fiable. Suivant un plan annalistique, l'ouvrage présente les procès et les condamnations de chaque année. On ne peut assurer sa totale exhaustivité, mais il s'agit du texte le plus détaillé sur les séances du sénat. Or, les chiffres fournis par les Annales sur les règnes de Tibère (40 %), Claude (68 %) et Néron (57 %) ne contredisent pas la vision globale d’une sur-représentation nobilaire.

  • 25 Sur l'importance des conjurations sous Auguste, voir le débat entre K. Raaflaub et L-J. Salmon, Op (...)
  • 26 Sous Septime Sévère, les nobles représentent seulement un cinquième des sénateurs, au lieu du quar (...)

10Les proscriptions massives de sénateurs eurent lieu en deux grandes vagues, de Tibère à Domitien (14-96) et de Commode à Elagabal (180-222). Les proscriptions de nobles suivirent la même courbe, avec deux particularités cependant. Les nobles fournissent un tribut élevé sous Auguste, règne par ailleurs modéré. L'établissement du pouvoir impérial a donc bien rencontré une résistance nobiliaire forte, en général sous-estimée par les auteurs modernes25 En revanche, leur taux est inférieur à la moyenne sous Septime Sévère, considéré par ailleurs comme l'un des plus grands « bouchers » du sénat. Il ne faut sans doute pas y voir un respect particulier pour la noblesse, mais plutôt la conséquence du faible poids de la noblesse à cette époque, qui vit un grand renouvellement du sénat et l'entrée massive d'hommes nouveaux26.

  • 27 Bibliographie pléthorique : en dernier lieu I. Cogitore, La légitimité dynastique..., op. cit., p. (...)
  • 28 C. Iulius Galerius Asper, consul ordinaire en 212, resté plus ou moins neutre dans le conflit entr (...)
  • 29 C. Fabius Agrippinus, légat de Syrie (Dion Cassius, 79, 3-4). C. Iulius Septimius Castinus, récemm (...)

11Un tel constat confirme-t-il l'antagonisme radical entre l'empereur et la noblesse, affirmé ou suggéré par les sources antiques ? Tel ne semble pas être le cas, pour une raison mise en lumière par les commentateurs depuis longtemps. La plupart des nobles frappés par les proscriptions sont des capaces imperii (prétendants à l'Empire), parents de l'empereur, ou des sénateurs impliqués dans les luttes de succession. Le fait a été bien noté pour l'époque julio-claudienne27. La dynastie des Sévères, moins étudiée de ce point de vue, offre le même tableau. En 212, après l'éviction de son frère Géta, Caracalla persécuta des soutiens de Géta ou des rivaux possibles en raison de leur parenté avec des empereurs précédents28 Dans les mois suivant son avènement, Elagabal fit exécuter plusieurs nobles que le gouvernement de provinces militaires ou les liens avec les Antonins rendaient dangereux29.

  • 30 D. Nony, Caligula..., op. cit., p. 387-388.
  • 31 Fait bien noté par : R. Macmullen, Enemies of the Roman Order. Treason, Unrest and Alienation in t (...)
  • 32 Constatations faites maintes fois, problématisées dans les études sur l'usure de la noblesse et la (...)
  • 33 Tacite fait souvent le lien entre noblesse et capacité à exercer l'Empire : Ann, IV, 6, 2 ; XIV, 5 (...)

12En revanche, les nobles ne sont pas particulièrement prédominants au sein de l'opposition « idéologique ». Les sénateurs « républicains » se partagent équitablement entre nobles et hommes nouveaux : au lendemain de l’assassinat de Caligula, la dernière tentative de restaurer la République fut menée aussi bien par le noble Annius Vinicianus que par l'homme nouveau Valerius Asiaticus30. Les héros de l'opposition philosophique « stoïcienne » au despotisme impérial, de Néron à Domitien, se recrutèrent tous parmi les hommes nouveaux, Barea Soranus, Thrasea Paetus, Helvidius Priscus31. Ce n'est donc pas parce qu'ils représentaient un modèle concurrent que les nobles furent persécutés par les empereurs, mais parce qu'ils étaient au contraire trop bien intégrés au système impérial32. Le prestige de leur nom, tant vanté par Tacite, en faisait des rivaux potentiels33 Qu'ils aient été des comploteurs ou des cibles innocentes.

une cause de l'usure de la noblesse ?

  • 34 M. Hammond, Composition of the Senate AD 68-235, JRS, 1957, p. 75-76.

13La réflexion sur la dimension de victime du noble pose un autre problème, de dimension sociale, concernant la survie du groupe dans son ensemble. La noblesse romaine impériale est caractérisée par une usure rapide. Comme nous l'avons vu, le sénat ne comportait qu'un quart de nobles par génération. Cette fragilité est spécialement frappante pour le patriciat, groupe le plus prestigieux de la noblesse. Les patriciens d'origine républicaine représentaient 16 % du sénat sous Auguste, 2 % en 69. Sur les quarante-trois familles patriciennes connues entre 117 et 192, trente et une ne sont pas citées par la suite et la plupart ne dépassent pas le règne de Caracalla (211-217)34.

  • 35 Hist, III, 55.
  • 36 F. Jacques et J. Scheid, Rome et l'intégration de l'Empire, 44 av. J.-C.-260 ap. J.-C., Paris, 199 (...)
  • 37 K. Hopkins et G. Burton, Death and Renewal..., op. cit., p. 123.

14Le rôle des proscriptions dans cette usure a été jugé de façon diverse. Tacite fait clairement le lien entre les deux phénomènes35 Les historiens modernes pensent en général que l’impact statistique était limité, à une exception notable : la disparition de la noblesse républicaine sous les Julio-Claudiens36. Dans l'étude de référence sur l'usure de l'aristocratie sénatoriale, deux historiens anglais ont au contraire insisté sur les conséquences néfastes des proscriptions sur la noblesse au Ier siècle. Outre les exécutions, les condamnations entraînaient parfois la confiscation des biens, ce qui empêchait les descendants d'entrer au sénat. Même s'ils conservaient les biens de la famille, les fils se seraient écartés de la vie politique pour échapper au sort du père. Les proscriptions auraient donc été à l’origine d’un échec social autant que biologique37.

  • 38 Nous laissons de côté la descendance des femmes nobles proscrites, qui concerne plutôt la famille (...)
  • 39 Au Haut-Empire, un tiers des consuls ont un fils ou un descendant plus lointain consul (K. Hopkins(...)
  • 40 Survie des Pisons et des Cornelii : M. Hammond, Composition of the Senate..., art. cit., p. 75-76.
  • 41 Acilii: M. Dondin-Payre, Exercice du pouvoir..., op. cit. Valerii Messalae: C. Settipani, Continui (...)
  • 42 C. Settipani, Continuité gentilice..., op. cit., p. 264-268.

15L'étude prosopographique ne permet pas de valider ce modèle. La moitié des sénateurs nobles frappés par les proscriptions eurent un fils, un descendant ou des collatéraux proches en ligne masculine membres du sénat (54 sur 107)38 Ce taux de reproduction est supérieur à la moyenne des sénateurs39. Certaines familles illustres durement frappées au Ier siècle manifestèrent une survie exceptionnelle. Les Calpurnii Pisones, dont cinq membres furent persécutés de Tibère à Vespasien, et qui fournissent le chef de la conjuration de 65 contre Néron et le césar de Galba, existaient encore à la fin du IIe siècle. Les Cornelii Scipiones, qui fusionnèrent avec leurs cousins Lentuli au début de l'Empire, durèrent jusqu'à l'époque des Sévères, en dépit de quatre condamnations au Ier siècle40. Victimes de Domitien, les Acilii Glabriones traversèrent toute l'histoire impériale jusqu'au Ve siècle, tout comme les Valerii Messalae, persécutés par Caracalla41. Des réussites moins spectaculaires furent plus courantes. Les annales des Asinii Polliones, cousins de la famille impériale julio-claudienne, présentent deux frères, Asinius Gallus et Asinius Celer, exécutés sous Claude : la famille n’en continua pas moins son existence jusqu'à l'époque des Flaviens, sans compter la branche collatérale des Asinii Marcelli, florissante au iie siècle42.

  • 43 La mise à mort de fils de proscrits par Néron est notée par Suétone, car il s'agissait d'un cas ex (...)
  • 44 En 65, L. Antistius Vetus fut poursuivi avec sa belle-mère et sa fille (Tacite, Ann., XVI, 10).
  • 45 L. Antonius : Tacite, Ann, IV, 44 (il n'est d'ailleurs pas certain qu'Antonius ait été exclu de l' (...)
  • 46 Tacite,Ann., II, 27.
  • 47 Tacite, Ann., VI, 48. DC, 60, 15,1.

16Cette résistance s'explique par des raisons juridiques autant que socio-politiques. Le droit romain ne connaissait pas la culpabilité collective. Famille et enfants n'étaient donc pas normalement concernés par la condamnation et le proscrit pouvait prévenir la confiscation de ses biens par un suicide préventif43. Les empereurs auraient pu faire condamner en même temps plusieurs membres de la même famille, mais les cas furent rares44. On a peu d'exemples avérés de déchéance sociale de fils de proscrits. Les plus célèbres concernent la progéniture de deux nobles impliqués dans le scandale de Julie, fille d'Auguste : le fils de Iullus Antonius vécut retiré à Marseille, se consacrant aux études, et le fils de Tibérius Sempronius Gracchus exerça des activités commerciales en Afrique45 Les parents des proscrits continuaient une carrière normale. L’année même de la condamnation de M. Libo Drusus pour complot, son frère L. Libo exerça le consulat46 Le procès et le suicide du père, L. Arruntius, en 37, n'empêchèrent pas le fils L. Arruntius Camillus Scribonianus d'obtenir le gouvernement de la Dalmatie, base de sa révolte malheureuse contre Claude en 4247.

17La noblesse, en tant que groupe, ne fut donc pas une victime sociale des proscriptions impériales. Elle leur résista même étonnamment bien. Le secret en réside dans les raisons mêmes qui avaient motivé les persécutions. Les nobles frappés étaient les plus prestigieux : leur puissance sociale leur permit donc d'" amortir " l'impact des proscriptions. L'éclat du nom avait de surprenantes vertus.

18Christophe Badel

Notes

1 Cf. la communication de C. Lamarre, dans ce volume.

2 Nous ne prenons pas le terme « proscriptions » dans le sens précis qu'il avait à la fin de la République : massacre collectif dans une durée déterminée de personnes inscrites sur une liste d'ennemis publics. Nous le prenons dans un sens large, regroupant toutes les condamnations de sénateurs, avec ou sans procès, pour des motifs divers, débouchant sur des peines diverses, essentiellement la mort ou l'exil.

3 Sur la définition et les débats y afférant : H. Hill, Nobilitas in the Imperial Period, Historia, 18,1969, p. 230-250.

4 Proximus eiusdem properabat Acilius aevi / cum iuvene indigno quem mors tam saeva maneret / et domini gladiis tam festinata ; sed olim /prodigio par est in nobilitate senectus / unde fit ut malim fraterculus esse gigantis (Satires, IV, 94).

5 Ainsi, Claude pour Sénèque (Apocol. XI, 2) et Domitien pour Juvénal (Satires, IV, 150-154).

6 Sénèque, Ad Marc. 26, 2 : « Te citerai-je ces rois dont la félicité eût été sans égale si la mort les eût plus tôt dérobés aux maux qui menaçaient leurs têtes ? Ces généraux romains, à la grandeur de qui rien ne manquerait si l'on retranchait quelque chose à leurs jours ? Ces grands hommes, ces héros illustres qui ne furent épargnés que pour s'offrir au glaive d'un soudard ? » [Regesne tibi nominem felicissimos futuros, si maturius illos mors instantibus subtraxisset malis ? an romanos duces, quorum nihil magnitudini deerit si aliquid aetati detraxeris ? an nobilissimos viros clarissimosque, ad ictum militaris gladii composita cervice servatos ?].

7 Tacite, Hist., I, 2 : Atrocius in urbe saevitum : nobilitas, opes, omissi gestique honores pro crimine et ob virtutes certissimum exitium.

8 D. MC. Alindon note que l'accusation de trahison lancée par l'empereur contre un sénateur est toujours fausse aux yeux des historiens anciens, à moins de rébellion ouverte : D. MC. Alindon, Senatorial Opposition to Claudius and Nero, AJPh, 1956, 77, p. 113-132.

9 Sur ces complots, voir en dernier lieu : I. Cogitore, La légitimité dynastique à l'épreuve des conspirations (44 av - 68), thèse microfichée. Université Paris IV, 1994, p. 341-352, 359-366.

10 Plautus : Tacite, Ann. XIV, 57 : « Et ayant reconnu qu'il redoutait surtout Plautus et Sulla, relégués naguère, Plautus en Asie, Sulla en Gaule Narbonnaise, il lui rappelle leur noblesse et la proximité des armées, celles d'Orient pour l'un, de Germanie pour l'autre » [compertoque Plautum et Sullam maxime timeri, Plautum in Asiam, Sullam in Galliam Narbonensem nuper amotos, nobilitatem eorum et propinquos huic Orientis, illi Germaniae exercitus commemorat] ; Silanus : Tacite, Ann. XVI, 7. « Celle-ci ne tarda guère, mais elle s'étend à Silanus, sans autre grief qu'une haute distinction, que Cassius devait à ses biens ancestraux et à l'austérité de ses moeurs, Silanus à l'éclat de sa naissance et à la modération de sa jeunesse » [Neque in longum dilatum est, sed Silanus additur, nullo crimine, nisi quod Cassius opibus vetustis et gravitate morum, Silanus claritudine generis et modesta iuventa praecellebant].

11 Suétone, Nero 36, 1 : Anxius ea re, ut ex Balbillo astrologo didicit, solere reges talia ostenda caede aliqua illustri expiare atque a semet in capita procerum depellere, nobilissimo cuique exitium destinavit.

12 Pour ne citer qu'un travail majeur, mentionnons R. Syme, La Révolution romaine, Paris, 1967 (éd. anglaise, 1952), p. 467-483 (« La ruine des nobiles »).

13 R.-S. Rogers, Criminal Trials and Criminal Legislation under Tiberius, Middletown, 1935 ; D. MC. Alindon, Senatorial Opposition..., art. cit., p. 113-132 ; B. Baldwin, Executions, Trials and Punishment in Nero, PP 1967, 22, p. 425-439 ; B.-W. Jones, The Emperor Domitian, Londres-New York, 1992, p. 180-192 ; V. Rudich, Political Dissidence under Nero, Londres, 1993.

14 B. Baldwin, Executions, Trials..., art. cit., p. 439.

15 Sur Néron : B. Baldwin, Executions, Trials..., art. cit., p. 438-439, sur Domitien : B-W. Jones, The Emperor Domitian..., op. cit., p. 192 ; P. Southern, Domitian. Tragic Tyrant. Londres et New York, 1997, p. 113-118.

16 F. Grosso insiste sur le caractère dramatique des proscriptions de Commode : La lotta politica al tempo di Commodo, Turin, 1964, p. 153-164 ; A.-R. Birley reste uniquement factuel sur les épurations du Sénat par Sévère : Septimius Severus. The African Emperor, Londres-New York, 1999, 3 éd., p. 127-128.

17 D. MC. Alindon, Senatorial Opposition..., art. cit., p. 113-132. B. Baldwin, Executions, Trials…, art. cit., p. 425-439.

18 Débat résumé dans I. Cogitore, La légitimité dynastique..., op. cit., p. 359-366.

19 Sous l'Empire, les clarissimes regroupent les sénateurs et leur famille. Cette notion plus large que celle de sénateurs permet de prendre en compte les femmes et les enfants touchés par les proscriptions.

20 S. Courtois, N. Werth, J.-L. Panné, A. Paczkowski, K. Bartosek, J.-L. Margolin, Le livre noir du communisme. Crimes, terreur et répression, Paris, 1997.

21 K. Hopkins et G. Burton, Death and Renewal. Sociological Studies in Roman History, Cambridge, 1983, p. 132-134.

22 Le décompte s'opère ainsi, avec la bibliographie : Auguste : 8 sur 13 (K. Raaflaub et L.-J. Salmon, Opposition to Augustus, Between Republic and Principate, Interpretations of Augustus, Oxford, 1990, p. 417-454. Tibère : 23/24 sur 57 (R.-S. Rogers, Criminal Trials..., op. cit.). Caligula : 9 sur 16 (D. Nony, Caligula, Paris, 1986. A. Barrett, Caligula : The Corruption of Power, New Haven, Conn., 1989, p. 91-113). Claude: 17 sur 25 (D. MC. Alidon, Senatorial Opposition..., art. cit., p. 113-132). Néron: 20 sur 35 (D. MC. Alindon, Senatorial Opposition..., art. cit., p. 113-132. B. Baldwin, Executions, Trials..., art. cit., p. 425-439). Crise de 68-69 : 4 sur 8 (J. Sancery, Galba ou l'armée face au pouvoir, Paris, 1983. K. Wellesley, The Long Year AD 69, Londres, 1975). Vespasien : 3 sur 7 (L. Homo, Vespasien. L'empereur du bon sens (69-79 ap. J-C), Paris, 1949, p. 292-295). Domitien: 9 sur 14 (B.-W. Jones, The Emperor Domitian, p. 180-192). Premiers Antonins : 4 sur 9. Commode : 14 sur 31. Pertinax : 1 sur 1. Septime Sévère : 4 sur 17. Caracalla : 7 sur 13. Macrin : 0 sur 5. Elagabal : 4 sur 10. Sévère Alexandre : 0 sur 1 (P.-M.-M. Leunissen, Konsuln und Konsulare in der Zeit von Commodus bis Severus Alexander (180-235), Amsterdam, 1989, p. 399-403.

23 35 sénateurs tués par Claude : Suétone, Claudius 29 ; Sénèque, Apocol. 13. 29 sénateurs tués par Sévère en 197 : Dion Cassius 75, 8, 3-4. Le chiffre de 41 fourni par l’Histoire Auguste pour 197 (Severus, 13, 1-7) est manifestement erroné et la liste des noms en partie fausse: G. Alföldy, Septimius Severus und der Senat, Bonner JahrbUcher, 168, 1968, p. 116-123 ; Eine Proskriptionliste in der Historia Augusta, BHAC, 1968-1969, Bonn, 1970, p. 1-11 ; A.-R. Birley, Further notes on HA Severus, HAC Gen., Bari, 1991, p. 27-34 ; F Jacques, Les nobiles exécutés par Septime Sévère selon l'Histoire Auguste : liste de proscription ou énumération fantaisiste ?, Latomus, LI, 1992, p. 119-144.

24 Suétone, Domitianus, 10,1. SHA. Commodus, 7, 5-8.

25 Sur l'importance des conjurations sous Auguste, voir le débat entre K. Raaflaub et L-J. Salmon, Opposition to Augustus..., art. cit., p. 417-454 (qui les minimisent) et I. Cogitore, La légitimité dynastique..., op. cit. (qui les revalorise).

26 Sous Septime Sévère, les nobles représentent seulement un cinquième des sénateurs, au lieu du quart habituel. P.-M.-M. Leunissen, Konsuln..., op. cit., p. 371-374; C. Badel, Fasti Severiani, thèse microfichée, Université Paris IV, 1994, t. III, p. 191. La noblesse continue donc d’être sur-représentée au sein des proscrits (un tiers).

27 Bibliographie pléthorique : en dernier lieu I. Cogitore, La légitimité dynastique..., op. cit., p. 217-401 (partie intitulée « Noblesse oblige »).

28 C. Iulius Galerius Asper, consul ordinaire en 212, resté plus ou moins neutre dans le conflit entre les frères, à l'image de son père, C. Iulius Asper, consul et préfet de Rome : ils furent exilés (Dion Cassius, 77, 5, 3). Caracalla fit exécuter le fils de l'empereur Pertinax (SHA, Car. 4, 8 et Géta, 6, 8), Pompeianus, parent des Antonins (SHA, Car. 3, 8 et Hérodien, 4,6, 3), L. Septimius Aper, parent des Sévères (SHA, Car. 3,6-7 et Hérodien, 4, 6, 3).

29 C. Fabius Agrippinus, légat de Syrie (Dion Cassius, 79, 3-4). C. Iulius Septimius Castinus, récemment révoqué de sa légation de Dacie, mais resté populaire chez les soldats, peut-être parent des Sévères au demeurant (Dion Cassius, 79,4, 3-4). Pomponius Bassus, marié à une princesse antonine (Dion Cassius, 79, 5, 4).

30 D. Nony, Caligula..., op. cit., p. 387-388.

31 Fait bien noté par : R. Macmullen, Enemies of the Roman Order. Treason, Unrest and Alienation in the Empire, Londres New York, 1966, (2 éd. 1992) p. 27-29 ; U. Vögel-Weidemann, Opposition under the Early Caesars, Acta Cl., 1979, p. 93-94.

32 Constatations faites maintes fois, problématisées dans les études sur l'usure de la noblesse et la survie de certaines familles : K. Hopkins et G. Burton, Death and Renewal..., op. cit., p. 121-123 ; M. Dondin-Payre, Exercice du pouvoir et continuité gentilice. Les Acilii Glabriones, Rome, 1993, p. 241-252.

33 Tacite fait souvent le lien entre noblesse et capacité à exercer l'Empire : Ann, IV, 6, 2 ; XIV, 57 ; XV, 52 ; XVI, 7 ; Hist, 4, 11,6.

34 M. Hammond, Composition of the Senate AD 68-235, JRS, 1957, p. 75-76.

35 Hist, III, 55.

36 F. Jacques et J. Scheid, Rome et l'intégration de l'Empire, 44 av. J.-C.-260 ap. J.-C., Paris, 1990, p. 356 ; M. Dondin-Payre, Exercice du pouvoir..., op. cit., p. 244.

37 K. Hopkins et G. Burton, Death and Renewal..., op. cit., p. 123.

38 Nous laissons de côté la descendance des femmes nobles proscrites, qui concerne plutôt la famille de leur mari en raison du caractère agnatique de la famille romaine.

39 Au Haut-Empire, un tiers des consuls ont un fils ou un descendant plus lointain consul (K. Hopkins et G. Burton, Death and Renewal..., op. cit., p. 132-134). Sur les sénateurs de la fin des Sévères (211-235), un tiers ont un descendant sénateur (C. Badel, Fasti Severiani..., op. cit., p. 197).

40 Survie des Pisons et des Cornelii : M. Hammond, Composition of the Senate..., art. cit., p. 75-76.

41 Acilii: M. Dondin-Payre, Exercice du pouvoir..., op. cit. Valerii Messalae: C. Settipani, Continuité gentilice et continuité familiale dans les familles sénatoriales romaines. Mythe et réalité, Paris, 2 000, p. 199-240.

42 C. Settipani, Continuité gentilice..., op. cit., p. 264-268.

43 La mise à mort de fils de proscrits par Néron est notée par Suétone, car il s'agissait d'un cas exceptionnel (Nero, 36, 2). Claude au contraire les épargnait (DC, 60, 3, 5-7 ; 4, 1-2 ; Seneque, Ad Polyb., 13, 4).

44 En 65, L. Antistius Vetus fut poursuivi avec sa belle-mère et sa fille (Tacite, Ann., XVI, 10).

45 L. Antonius : Tacite, Ann, IV, 44 (il n'est d'ailleurs pas certain qu'Antonius ait été exclu de l'ordre sénatorial, car il mourut jeune, laissant planer le doute sur son avenir). Sempronius Gracchus : Tacite, Ann. IV, 13.

46 Tacite,Ann., II, 27.

47 Tacite, Ann., VI, 48. DC, 60, 15,1.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search