Version classiqueVersion mobile

Les victimes, des oubliées de l'histoire ?

 | 
Benoît Garnot

Le milieu

Les victimes des crimes et délits féminins à Madrid au xviiie siècle

Christine Benavides

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 C. Benavides, Les Femmes délinquantes à Madrid au xviiiesiècle, Thèse de doctorat sous la directio (...)
  • 2 Archivo Histórico Nacional, sección Consejos, Libros de Acuerdos de la Sala de Alcaldes de Casa y (...)

1La paupérisation et la marginalité sont des phénomènes qui ont été traités, alors que le monde carcéral a été peu exploré jusqu'ici.1 L'essentiel de mes sources provient de l'Archivo Histórico National de Madrid, section Consejos, et de l'Archivo del Ayuntamiento de Madrid. C'est fondamentalement à partir de deux inventaires de procès2 que j'ai réalisé une banque de données. Elle contient 12 872 fiches de femmes poursuivies par la justice civile madrilène de 1700 à 1808. 299 femmes (2,4 %) sont impliquées dans des crimes contre l'État ou l'Église, 1 108 (8,8 %) ont commis des crimes contre les personnes, 1 775 (14,1 %) des atteintes aux biens, 5 941 (47,2 %) des atteintes aux mœurs, enfin 3 462 (27,5 %) des délits d'ordre social. Les documents ne précisent pas le délit perpétré par les 287 personnes restantes. Cette banque de données contient, en fait, 13 154 accusations, en tenant compte des récidives. Chaque fiche comporte 39 champs, dont des informations relatives aux victimes. Nous aborderons chacune des catégories criminelles mentionnées, en dégageant les types de victimes et en les comparant à nos premiers résultats concernant les plaignants. Pour élaborer la banque de données, nous avions envisagé les victimes suivantes : le mari, les parents, la famille au sens large, une personnalité, un représentant de l'État ou de l'Église, une femme, un homme, plusieurs personnes, un enfant, la famille d'un complice, en précisant dans la mesure du possible s'il s’agissait de l’épouse, du mari, ou des parents, enfin l’accusée lorsqu’elle portait également plainte contre la victime. Nous devrions alors être en mesure de dégager de nouvelles données sur les rapports sociaux, notamment ceux qui concernent la population féminine, que ce soit au sein de la famille ou dans ses relations avec la société madrilène. Ces thèmes de recherche sont d'ailleurs aussi en pleine expansion.

  • 3 Archivo Histórico Nacional de Madrid (AHNM), sección Consejos, Inventorio General de las causas cr (...)

2Tout d'abord, en ce qui concerne les crimes contre l'État ou l'Église, sur les 299 dossiers, 180 mentionnent la victime. Nous avons répertorié 122 cas où le préjudice est subi par des représentants de l'ordre ou des institutions. La plupart des crimes sont des falsifications ou des diffusions de fausse monnaie, des émeutes populaires souvent provoquées par des disettes, des résistances aux forces de l'ordre et des actes de banditisme et de contrebande. Dans ces actions criminelles, la femme n'a qu'un rôle subalterne. Elle aurait plutôt tendance à suivre son époux ou un compagnon, avec parfois même des enfants. Les églises sont, quant à elles, profanées. Néanmoins, ces agissements sont rarissimes (neuf cas). En outre, la délinquante peut cumuler plusieurs crimes, de sorte que d'autres victimes apparaissent. Ainsi dans trois cas il s'agit du mari, qui porte plainte. Les délits perpétrés sont relatifs aux mœurs, tels que l'adultère, le refus de vie maritale ou le concubinage, etc. Juana Martin, par exemple, est accusée de falsification et de manquement à la foi du mariage. Elle vit, en fait, en concubinage avec de faux papiers, depuis onze ans. Cependant, elle est venue d'elle-même se constituer prisonnière et avouer ses crimes3. Les membres de la famille de la prévenue ou de celle d'un complice sont aussi concernés (six cas, dont cinq sont les plaignants). Nous avons répertorié une mère maltraitée, une belle-mère à qui l'on lance des malédictions, une fille battue, et la femme d'un complice, également inquiétée par la justice dans une affaire de serment rompu. Parmi les autres personnes recensées, nous avons 16 personalités plus ou moins notoires, ainsi que six hommes, sept femmes et un couple. Parfois, les préjudices sont portés à l'encontre de plusieurs individus, tels que des bergers ou des vendeurs de salades payés avec de fausses pièces, et surtout le voisinage qui supporte les différents excès quotidiens, tels que les jurons et les blasphèmes. Rappelons que le voisinage, cet ensemble confus de personnes qui vit dans le même périmètre, dispose d'un pouvoir non négligeable. Il pourra parfois provoquer la libération ou au contraire l'incarcération, selon la réputation qu'il prétend attribuer aux prévenus. Nous constatons donc que la majorité de ces crimes sont perpétrés par des groupes organisés. Les représentants des différentes institutions civiles ou religieuses sont les premières cibles, du fait de leur fonction. Ils procèdent tout de même à près de 72 % des arrestations. Les autres victimes n'apparaissent que dans des délits de moindre envergure, qui sont autant de circonstances aggravantes. Elles représentent toutefois 23 % des plaignants. Enfin, plus de 5 % des arrestations sont dues aux plaintes des familles de l'accusée.

  • 4 J.-M. Gutierez, Práctica criminal de España, Madrid, oficina de Don Benito Garcia y Compañía, 1804 (...)

3La typologie des victimes est plus complexe dans les crimes contre les personnes, constitués d’homicides, de coups et blessures et de diffamations. La banque de données contient 707 dossiers où la victime est mentionnée, dont 68 ont porté plainte (9,6 %). Parmi les victimes, nous avons par ordre croissant un homme (227 cas, 32,1 %), une femme (158 cas, 22,3 %), la famille ou celle d'un complice [respectivement 77 (10,9 %) et 30 cas (4,2 %)]. C'est le mari qui subit le plus souvent les agressions (67 cas). Puis les groupes d'individus constituent la catégorie suivante, avec 69 cas (9,7 %). Ils sont souvent mêlés à une rixe. Dix femmes ont été poursuivies à la suite d'une plainte déposée par ces derniers. En outre, les enfants sont essentiellement les proies de leurs parents [54 cas (7,6 %), dont 46 infanticides ou avortements]. Nous avons aussi répertorié sept enlèvements. Il est très difficile pour la justice de prouver la dissimulation de l'accouchement et encore plus l'infanticide. Si ordinairement c'est à l'accusé de prouver son innocence, dans ces deux cas, c'est à la justice d'apporter les preuves du crime. Dans le premier cas, il faut réunir les preuves de la grossesse, du récent accouchement, ainsi que de l’existence de l’enfant. Pour l’infanticide, en plus des trois conditions précédentes, la justice doit démontrer que l'enfant est né vivant, que sa mort n'a pas été naturelle et qu'il a réellement subi des actes de violence4. Enfin, 33 membres d'une communauté religieuse, 26 employés de l'État et 11 personnalités sont victimes d'agression. Par ailleurs, six accusées portent également plainte contre la victime, généralement leur époux. En ce qui concerne les plaignants, 30 sont des femmes et seulement 15 des hommes. Ils sont plus nombreux à subir des préjudices corporels, nécessitant parfois même des soins hospitaliers. Malgré cela, peu d'entre eux portent plainte contre leur agresseur féminin. Sans doute, d'une part, ils n'osent pas rapporter leur péripétie, d'autre part, il est fort possible qu'ils s'abstiennent dans le seul but de ne pas accabler la furie, qui serait alors conduite à la réclusion. Une sorte de solidarité existe, en effet, puisque certaines personnes retirent leur plainte afin que la détenue puisse obtenir une libération anticipée. D'ailleurs, les grâces royales sont refusées aux condamnées lorsque la victime maintient sa plainte.

41 775 femmes ont été inquiétées pour des atteintes aux biens, alors que 789 victimes (environ 45 %) sont recensées dans la banque de données. Parmi elles, 256 ont porté plainte, soit près d'un tiers. De tous les membres de la famille, le mari est le premier lésé (dix cas, dont huit ont déposé une plainte). Il effectue parfois une procédure judiciaire à rencontre de son épouse lorsqu'il n'est pas lui-même la victime (huit cas). Le vol est aussi un moyen de mener une vie agitée. Les jeunes filles aux mœurs relâchées fréquentent domicile. C'est dans ce type de crimes que la mère de la délinquante intervient le plus auprès des juges, avec huit dépôts de plainte sur les 21 membres de la famille recensés, auxquels s'ajoutent deux cas où le père se joint à elle. Ce dernier se présente une seule fois aux autorités pour mettre un terme aux agissements lucratifs de sa fille. Les autres plaignants sont généralement des oncles et des tantes qui ont la jeune femme à leur charge.

5Les administrations ou les représentants de l'État sont aussi victimes de vols. Ainsi, on soustrait du linge ou des pièces de tissu à l'Hôpital Général, du blé au dépôt municipal, des pierres ou des matériaux entreposés, nécessaires à la construction ou la rénovation d’édifices publics ou royaux. On pénètre aussi au domicile d'alcaldes. Sur les 32 cas répertoriés tout au long du siècle, trois ont fait l'objet d'une plainte. En outre, 21 personnalités ont été dépossédées d'une partie de leurs biens. Deux sont les employeurs des délinquantes. Et trois plaintes seulement ont été déposées. Des édifices religieux, ainsi que des ecclésiastiques, sont victimes de vols dans 58 cas. Seul un diacre s'adresse à la justice civile. Mais la plupart des chapardages ont lieu en pleine rue, dans les auberges, sur les places des marchés et aux abords d'un point d'eau. Les tirelaines et les vide-goussets sont forts nombreux dans la capitale. Beaucoup de femmes subviennent de la sorte à leurs besoins, au jour le jour. On s'introduit aussi chez les voisins, soutirant ce qui tombe sous la main, avant de s'enfuir. 112 femmes ont été poursuivies par la justice pour vols ou escroqueries à l'encontre de plusieurs personnes, dont 29 à la suite d'une plainte. Toutefois, les hommes seuls constituent le type de victime le plus fréquent, avec 310 cas et 85 plaintes, alors que 200 femmes ont été recensées, dont 41 ont porté plainte. En outre, 72 domestiques ou complices d'une domestique portent atteinte aux biens de leurs employeurs ou de leurs anciens employeurs, constitués de 50 hommes et de 22 femmes. Nous avons aussi répertorié des commerçants (teinturiers, fripiers, aubergistes, boulangers, un bijoutier et un vendeur de tabac), ainsi que des militaires et un avocat. Enfin, les vols concernent essentiellement des espèces numéraires (70 cas). Le montant varie de quelques piécettes à plus de 60 000 réaux. Les biens soutirés sont surtout des vêtements et des chaussures (64 cas), des pans de tissu et du linge de maison (26 cas). Ils sont soit directement portés par les voleuses, soit revendus. Les bijoux et les objets précieux suscitent fortement la convoitise (60 cas). Toutefois, ils sont difficilement monnayables et c'est souvent après une transaction que la coupable, généralement recéleuse, est arrêtée. Par ailleurs, pour subsister et nourrir une famille, on chaparde aussi des denrées alimentaires, telles que du pain noir, des melons, des pois chiches, mais aussi du lard, du poisson, des poulets et du cacao. Les objets nécessaires à la vie quotidienne, comme la vaisselle, les ustensiles de cuisine et la cire, sont aussi prisés. Des livres sont dérobés à trois reprises. Enfin, les groupes organisés ou les voleurs plus audacieux s'emparent de chevaux et d'armes, qui font l'objet d'une importante contrebande sur tout le territoire espagnol, notamment en période de conflits.

6C'est dans le domaine des mœurs que les femmes sont le plus contrôlées et poursuivies par la justice. Un comportement suspect, tel que se promener dans les rues, pire encore la nuit et accompagnée d'un homme, est un acte répréhensible. Paradoxalement, les victimes s'adressent peu à la justice pour obtenir réparations des outrages subis. 1 792 personnes ont porté plainte sur les 1 989 victimes recensées. Cela ne représente qu'un tiers environ, par rapport au nombre de femmes impliquées dans une affaire de mœurs. C'est la manifestation d'une grande tolérance face à des principes moraux intransigeants et surtout en pleine évolution au cours de cette période. L'institution du mariage est déjà en pleine crise et l'Espagne souffre depuis longtemps de l’importance du célibat. Néanmoins, les époux apparaissent comme les principales victimes. Sur 1 106 maris, 681 (61,2 %) ont adressé leurs griefs aux alcaldes. Leur épouse s'est rendue coupable d'adultère, de concubinage ou de prostitution. On leur reproche aussi de ne pas mener une vie maritale et familiale, conforme aux valeurs morales en vigueur. Cependant, la présence de la femme au foyer est indispensable. Par conséquent, certains maris retirent leur plainte ou demandent la libération de leur conjointe. Cet aspect est fondamental, car effectivement, les détenues peuvent obtenir une libération anticipée lorsque l’époux, un parent ou un employeur, s'engage à veiller sur leur bonne conduite. En outre, les établissements pénitentiaires connaissent une surpopulation malsaine et octroyer des réductions de peines permet d'incarcérer de nouvelles délinquantes. Par ailleurs, 48 parents portent plainte sur les 69 recensés. C’est généralement le père qui effectue cette démarche. D'autres membres de la famille sont également concernés. Il semble en fait qu'ils aient la garde de l'accusée, parfois seulement lorsque le responsable légal s'absente. 36 déposent plainte sur les 76 personnes répertoriées. Un beau-frère ou une sœur sont les principaux plaignants. Des frères, des oncles, des gendres et des cousins(es) interviennent également, ainsi que les propres enfants de l'accusée. Ces plaignants constituent donc une population essentiellement masculine. Les enfants, même âgés, accompagnent généralement l'époux ou un parent de la prévenue devant les juges. Leur présence ajoute un caractère aggravant, puisque les femmes sont chargées de l’éducation de leur progéniture.

7Mais poursuivons notre analyse des victimes. La femme du complice ne se laisse pas non plus bafouer. Près de la moitié vont exposer leur mécontentement aux juges alcaldes (122 sur 230 victimes). En plus d’une relation extraconjugale, elles reprochent à leur époux de dissiper les biens du ménage, de les maltraiter, de s'adonner à la boisson, parfois même de les contraindre à mener une mauvaise vie pour subvenir aux besoins du ménage. Quant aux hommes, ils portent généralement plainte lorsqu'une femme les harcèle, soit pour entamer une liaison, soit pour la poursuivre, alors qu'ils souhaitent la rompre. Dans d'autres cas, ils sont dépouillés d'une partie de leurs biens au cours du rapport sexuel. Généralement, le mari est également inculpé, car c'est lui l'instigateur de telles pratiques. Ces épouses pourraient, sans doute, être aussi considérées comme victimes. Les propriétaires des demeures où ont lieu des relations illégales portent également plainte. Ils souhaitent ainsi conserver une bonne réputation et ne pas se compromettre pour n'avoir pas dénoncé ces abus. Enfin, plusieurs personnes se présentent comme des victimes dans 240 cas. Et le voisinage n'hésite pas à se porter partie civile (122 cas).

8Pour finir, nous allons traiter des victimes de délits d'ordre social, comme les injures, les mauvais traitements, les scandales et les refus de soumission. Les relations entre les personnes sont ici captées dans leur violence et leur spontanéité. 1 469 victimes ont été recensées, dont 756 plaignants. Dans le cadre familial, le mari est encore au premier plan, avec 126 cas et 89 plaignants. Puis, les parents interviennent auprès de la justice, dans plus de la moitié des dossiers (67 cas et 36 plaintes). Toutefois, le beau-frère a encore un rôle prépondérant dans les dénonciations. Et sur les 39 membres de la famille, 26 portent plainte. Par ailleurs, au cours des débordements quotidiens, les femmes se houspillent souvent entre elles. 431 dossiers concernent des femmes, dont 168 ont déposé plainte (soit près de 40 % des victimes et 78% des dépôts de plainte). Les époux effectuent cette démarche dans 27 cas, et dans huit cas la femme malmenée et son mari se rendent ensemble auprès des juges. Les parents ou les responsables légaux de la victime interviennent dans cinq cas. Face à ces disputes incessantes, il est difficile pour les juges d'établir la vérité, d'autant qu'il arrive que les deux parties portent plainte l'une contre l'autre. Ce qui explique l'importance numérique des plaintes de femmes. Elles sont généralement enjointes par les juges de s'honorer mutuellement selon une procédure établie par la Sala de Alcaldes de Casa y Corte. Seule la peine pécuniaire, parfois imposée sur la base d'un tiers/deux tiers, permet d'attribuer une responsabilité plus grande à l'une ou à l'autre. Dans ces conflits essentiellement verbaux, les hommes sont moins souvent agressés, à moins qu'ils préfèrent ne pas déclencher de scandale et éviter l'intervention d'un alcalde. Pourtant, proportionnellement, ils sont presque aussi nombreux que les femmes à déposer une plainte, puisque la banque de données contient 105 dossiers de plaignants pour 249 victimes. Dans certains cas, l'époux ou le père de l'accusée se joint à la victime pour déposer une plainte. Le guet est aussi intervenu pour faire cesser les tapages. C'est bien entendu dans ce type d'excès que le voisinage a le plus de poids, puisqu'il est le témoin direct. 114 dossiers ont été portés en justice à sa demande.

  • 5 Dans treize cas, il s'agit d'atteintes aux biens. Cinq sont des atteintes aux mœurs, quatre des dé (...)
  • 6 59 dossiers concernent des atteintes aux mœurs, 17 des délits d'ordre social, 7 des crimes contre (...)

9Nous devons reconnaître que les documents consultés sont plutôt avares d'informations relatives aux victimes. L'identité de ces dernières est peu mentionnée, à l'exception, essentiellement, des personnes qui portent plainte pour avoir subi des atteintes aux mœurs. Ont-elles souhaité conserver l’anonymat ? dans ce cas, pourquoi déclarent-elles leur identité dans des délits de mœurs ? Est-ce là encore un moyen de préserver leur réputation, pour ne pas parler d’honneur ? À moins que des procédures différentes aient été en vigueur. En effet, nous avons répertorié 25 personnes, généralement des hommes, qui se sont adressées à la justice pour signaler des outrages ou des préjudices subis, sans déposer une plainte5. La présente analyse permet, néanmoins, de tirer plusieurs conclusions. En premier lieu, sur les 5 138 victimes recensées, plus d'un tiers sont des membres de la famille d'une accusée (1 951, soit près de 38 %), dont une majorité d'époux (1 382, environ 27 % des victimes et 71 % des membres de la famille). Les femmes sont condamnées essentiellement pour des atteintes aux mœurs et les valeurs morales qu'on leur impose sont un facteur déterminant. La femme célibataire aspire au mariage, notamment pour fuir la tutelle paternelle et acquérir une sorte de statut juridique. Pourtant, les femmes mariées représentent environ 60 % des femmes inquiétées par la justice au xviiie siècle, alors qu'elles ne constituent que 40 % de la population féminine madrilène. De plus, même mariées, elles peuvent être placées sous la responsabilité de leur père pendant l'absence de leur époux, alors que les célibataires sont envoyées chez un oncle ou une tante, qui parfois n'hésitent pas à faire intervenir les autorités pour châtier leurs écarts. En outre, nous avons constaté que, d'une part, le mari ou le père se joignent aussi à la victime pour condamner les agissements d’une prévenue, d’autre part, le père d’une accusée s'adresse à la justice en priorité lorsque celle-ci a des mœurs relâchées, alors que la mère intervient plutôt pour réprimer des atteintes aux biens aggravées. Enfin, le beau-frère joue aussi un rôle prépondérant dans le maintien de l'ordre familial. Par ailleurs, l'incarcération féminine constitue une difficulté dramatique à surmonter pour la famille, car souvent les enfants en bas âge accompagnent leur mère au pénitencier et les plus grands sont conduits à l'hospice pour y apprendre un métier. De plus, bon nombre de femmes rapportent quelques subsides au ménage et une participation financière est exigée pour pourvoir aux frais de détention. De sorte que les époux ou les parents retirent leur plainte ou demandent une libération anticipée de la recluse. La plainte retirée dans 85 cas6. Et 47 victimes sont des membres de la famille de l'accusée, dont 41 époux. Les condamnées peuvent aussi être libérées, si un homme s'engage à les épouser. C'est là sans doute une de nos plus grandes surprises. Et ce phénomène n'est pas rare. Si certains vont chercher une épouse, d'une certaine condition, dans les maisons de correction de type conventuel, d'autres s'unissent par les liens du mariage à une femme condamnée y compris à cause de ses mœurs légères. La réhabilitation et la réinsertion de ces femmes de mauvaise vie sont ainsi rendues possibles. D'ailleurs, tels étaient les objectifs à atteindre pour les administrateurs de maisons de correction, et ce, dès leur origine.

10Par ailleurs, quel que soit le crime perpétré, les victimes masculines et féminines (outre les personnes qui constituent la famille) sont sensiblement en même nombre avec respectivement 852 et 843 cas (environ 16,5 % par catégorie). En fait, les délinquantes s'en prennent davantage aux hommes qu'aux femmes. Mais les querelles et les scandales publics sont plutôt l'apanage des femmes. La misère manifeste et la promiscuité qui règnent dans la cité madrilène provoquent des convoitises et des heurts que les autorités doivent gérer au quotidien. Ainsi, le vol est soit un moyen de survie, soit une tentation incontrôlée, soit encore une manœuvre qui permet de mener une vie agitée. Néanmoins, le travail des femmes est en plein développement, vols domestiques, par exemple, représentent moins de 10 %. Mais la domesticité est encore, dans une large mesure, entre les mains d'une population masculine. Et la capitale madrilène, en tant que centre urbain, offre aux femmes sans formation d'autres possibilités de subvenir à leurs besoins. Parallèlement, les femmes s'impliquent de plus en plus dans la protection de leurs droits. Elles sont de plus en plus nombreuses à porter plainte d'elles-mêmes, sans présence masculine, y compris contre les agissements de leur époux. Ce phénomène connaît une nette expansion à partir de la deuxième moitié du xviiie siècle.

11Il ne faudrait pas non plus négliger l'existence des plaintes abusives, notamment celles des employeurs à l’égard de leurs domestiques, ou celle déposées à l'encontre d'un parent. On retrouve là une pratique courante qui sévissait en France, au moyen des lettres de cachet. Il arrive parfois que ces femmes outragées perçoivent des dommages et intérêts. La situation de la femme au sein de sa famille, ainsi que sa position dans la société, sont en phase d'évolution, ce qui est nettement perceptible dans l'analyse des comportements et des agissements illégaux. Toutefois, d’autres études similaires, portant sur chaque province espagnole, ainsi que sur la criminalité masculine, nous apporteraient des données complémentaires sur la délinquance espagnole du xviiie siècle et par conséquent sur les relations sociales entre les individus.

12Christine Benavides

Notes

1 C. Benavides, Les Femmes délinquantes à Madrid au xviiiesiècle, Thèse de doctorat sous la direction du professeur G. Dufour, Université de Provence, 1998, 3 tomes, (629 p. et 275 p. d'annexes et de bibliographie). Une version abrégée (300 p.) est en cours de publication, aux Éditions CRIC et Ophrys, Toulouse.

2 Archivo Histórico Nacional, sección Consejos, Libros de Acuerdos de la Sala de Alcaldes de Casa y Corte, n° 1 039-1 096, años 1751-1808 ; Libros de Gobierno, n°1 285-1 399, años 1700-1808.

3 Archivo Histórico Nacional de Madrid (AHNM), sección Consejos, Inventorio General de las causas criminales que se hallan en el Archivo de la Sala de Señores Alcaldes de la Casa y Corte de S. M., libro 2 792, tomo 10, año de 1768, libro de acuerdos 1 056, fol. 42v.

4 J.-M. Gutierez, Práctica criminal de España, Madrid, oficina de Don Benito Garcia y Compañía, 1804, vol. I, p. 150.

5 Dans treize cas, il s'agit d'atteintes aux biens. Cinq sont des atteintes aux mœurs, quatre des délits d'ordre social et trois des crimes contre les personnes.

6 59 dossiers concernent des atteintes aux mœurs, 17 des délits d'ordre social, 7 des crimes contre les personnes, et un individu est victime d'atteinte aux biens. Dans un cas le crime n'est pas précisé.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search