Version classiqueVersion mobile

Les victimes, des oubliées de l'histoire ?

 | 
Benoît Garnot

Mythes

Les victimes de l'épuration. Mémoire et catharsis

François Rouquet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Cf. É. Conan et H. Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Fayard, 1994.

1La France connut à partir du 6 juin 1944 une situation de guerre où se déroulaient simultanément combats militaires, actions de résistance d'envergure, et où se radicalisèrent les règlements de compte sur fond d'incertitude politique. Un des phénomènes communs à ces situations plurielles qui s’amplifia au cours de l’été 1944 fut la volonté de châtier ceux ou celles qui s'étaient compromis avec l'occupant ou qui s'étaient déconsidérés d’une manière ou d’une autre aux yeux de leurs concitoyens. La remise en route du pays passait d'abord par cette obligation de faire justice, et c'est ainsi que la conduite de l'épuration fut une des premières tâches à laquelle fut confronté le gouvernement du général de Gaulle, et ce avant même que la libération du territoire national soit achevée. Outre la mise en place des structures juridiques et administratives nécessaires, les nouvelles autorités furent face à un phénomène passionnel de désignation collective des responsabilités et au problème de la canalisation des violences populaires plus ou moins contrôlées par la résistance intérieure. Les effets de l'épuration spontanée ou extrajudiciaire - ce que les nostalgiques de Vichy ont souvent appelé « l'épuration sauvage » - ont marqué la mémoire de la Libération ; tandis que l'épuration judiciaire a laissé dans la mémoire commune le souvenir amer d’une justice à l’emporte-pièce chez ceux qui s’en estimèrent les victimes ou, à l'inverse, d'une justice défaillante qui laissait en liberté des profiteurs et « mauvais Français ». Le processus d'épuration (de purification) au sortir de la guerre fut otage des enjeux de l’après-guerre (la poursuite de la guerre, le retour à la légalité républicaine et la légitimation du nouveau pouvoir, le contrôle du Parti communiste, la reconstruction, etc.) et a laissé dans la mémoire commune un souvenir en forme de point d'orgue d'une période « héroïco-victimaire » génératrice d'images. L'épuration demeure en effet un phénomène complexe qu'il serait réducteur de considérer comme relevant des seuls registres politique et judiciaire. La redécouverte cyclique en France de Vichy, du rôle de l'administration, de l'antisémitisme d'État ou de l'ambivalence des attitudes, illustre assez le malaise de ce passé indigeste où la justice dispute la vérité à l'histoire et aux enjeux de mémoire du temps présent1. Cette incompréhension du phénomène appelle plusieurs remarques à propos de la réalité des chiffres, de celle des griefs et surtout de la perception de ceux-ci par ceux qui vécurent l'épuration en victimes, enfin de la mémoire de l'épuration en forme de catharsis nationale.

victimes vécues et victimes perçues

  • 2 Ce fut le cas de différents auteurs ou publications, particulièrement ceux d'extrême-droite (Rivar (...)
  • 3 Cf. la synthèse critique d'H. Rousso, L'épuration en France, une histoire inachevée, Vingtième siè (...)
  • 4 Toutes sanctions confondues, c'est-à-dire du simple blâme administratif à la révocation sans pensi (...)
  • 5 Les données concernant les internés administratifs sont parcellaires. On en compte 46 000 en décem (...)
  • 6 On compte 29 000 détenus en 1946, plus de 18 000 un an plus tard, 1 000 en 1954 et 9 en 1960.

2Les premiers chiffres colportés par la rumeur publique associaient l'épuration à une véritable Terreur2. Les enquêtes, puis les travaux menés, ramenèrent ensuite largement à la baisse ces chiffres extravagants. Rappelons néanmoins que, bien qu'imparfaite et souvent décriée comme insuffisante, l'épuration ne fut pas pour autant quantitativement négligeable. Entre 8 000 et 9 000 exécutions extrajudiciaires eurent lieu dont les trois-quarts, et ceci est fondamental, avant que les structures d'épuration légales aient été instituées, c'est-à-dire avant la fin de l'été 1944. Plus de 300 000 dossiers impliquant peut-être 350 000 individus furent transmis aux cours de justice qui jugèrent 125 000 personnes, dont plus du tiers fut condamné à des peines d'emprisonnement, tandis que le quart seulement bénéficia d'une relaxe. Environ 1 500 peines capitales furent prononcées, comme plus de 50 000 mesures de dégradation nationale3 Entre 22 000 et 28 000 fonctionnaires - selon que l'on inclut ou non les entreprises d'État -furent par ailleurs sanctionnés4. Précisons que ce bilan ne comprend pas les internés soit à titre préventif, soit, comme cela se pratiqua fréquemment lors des premières semaines après la Libération, des personnes mises ainsi à l'abri de la vindicte populaire5. Le phénomène fut donc d'une réelle ampleur, moins par la réalité des mesures prises au final que par l'importance des effectifs concernés. Mais si l'épuration fut somme toute conséquente, sa sévérité doit être relativisée, notamment par le fait que pour la plupart, les condamnations furent vite amnistiées (tout d'abord en 1947, puis en 1951 et en 1953), tandis que de nombreux collaborateurs bénéficiaient simultanément de remises de peine6

  • 7 Le colloque de Bayeux, en octobre 1995, a permis de faire le point pour différentes administration (...)
  • 8 Celles des PTT et de l'Éducation nationale durent instruire à elles seules plus de 8 500 dossiers, (...)
  • 9 Idem., cf. les chapitres 2, 3 et 4 traitant cette question.

3À un niveau inférieur de gravité, les dossiers personnels d'épuration de l'administration ou des commissions professionnelles sont riches d'enseignement, tant ils montrent la relativité de l'idée de collaboration, facteur causal a priori du processus d'épuration7 L'analyse des motifs enregistrés par les commissions d'épuration administrative8 montre combien les causes de sanctions furent multiformes, ambivalentes, singulières, souvent inclassables. On est étonné ainsi en découvrant la place relativement secondaire que tint l'occupant parmi les griefs, tout comme les motifs d'ordre politique en général. Le phénomène surprend avant tout par sa dimension sociale et la pluralité des causes qui amenèrent, dans l'ensemble du pays, les commissions d'épuration à sanctionner des Français. Rappelons que celles-ci peuvent être sommairement réparties selon trois grandes catégories9

4Tout d'abord, les plus nombreux, les délits d'opinion (environ un tiers des griefs, mais qui sont presque toujours associés à un ou plusieurs autres pour qu'une sanction soit prononcée), et d'une manière générale les attitudes dénoncées comme plus ou moins sympathisantes envers le régime de Vichy, la personne du maréchal, les occupants, ou, à l'inverse, des propos hostiles aux alliés ou à la résistance. Ces accusations, qu'elles soient avérées ou le fruit d'interprétations subjectives de voisins ou de collègues, révèlent souvent la complexité de ce vaste phénomène social de désignation réciproque, contestable du strict point de vue judiciaire, parfois franchement injuste, mais dont l'intérêt est de souligner l'importance des souffrances et des espoirs des Français au sortir de l'occupation et l'ampleur du traumatisme. Cette désignation, déterminante quant à l'impact qu'eût l'épuration sur la société civile, laisse penser que le processus d'épuration fut peut-être moins qu'on le croit d'abord un problème de justice. C'est sans doute le sens qu'il faut donner aux nombreuses accusations de « collaborateur » ou « vichyssois », et plus souvent encore à celle en forme d'anathème de « collabo », qui parsèment les dossiers, souvent sans autre précision. Ensuite, plus graves quoique moins nombreux, des passages à l'acte : des dénonciations, des adhésions, de la propagande, la participation à des meetings ou à des manifestations, le travail volontaire en Allemagne, ou encore l'opportunisme qui permit par exemple à certains fonctionnaires d'accélérer leur promotion, etc., concernent généralement des individus ayant agi en conscience. Moins souvent par idéal politique que par faiblesse morale. La collaboration ordinaire dévoilée par les archives offre beaucoup moins que l'on croit cette dimension politique qui nourrit encore la polémique franco-française autour de Vichy. Elle relègue souvent (et paradoxalement) les Allemands au second plan et met surtout en scène de petites infamies et des personnages médiocres.

5Enfin, les délits inclassables, les accusations de cadres par des exécutants qui les accusent d'avoir eu une « attitude antisociale », les petits et grands profits du marché noir, la fréquentation de soldats allemands, les histoires de personnes et de voisinage, etc. La caractéristique majeure de l'épuration est d'avoir privilégié la visibilité d'actes parfois bénins. De ce point de vue, la fréquentation d'un soldat allemand par une jeune fille ou les rodomontades martiales de quelques lampistes bravaches pesèrent bien plus lourd que les décisions invisibles, mais autrement plus graves, qui furent prises dans les cabinets ministériels ou sous les lambris des sièges sociaux de banques ou de grandes entreprises.

6Mais plus encore que la réalité des griefs et des sanctions, c'est la perception propre des intéressés de ce qu'ils considéraient généralement comme une injustice (et qui pouvait en être une). Quelques exemples pris dans l'université le montrent (alors que les affaires y furent la plupart du temps bénignes). Voici ce qu'écrit à un professeur, le 2 décembre 1944, un chargé de cours de l'École des Hautes études à Paris, dont le dossier fut finalement classé, mais qui fut arrêté à la Libération pour propos pro-allemand :

  • 10 AN F 17 16 808, dossier Gustave G...

« J'ai l'honneur dans l'ignorance complète où je suis de ce qui m'est reproché [...] de vous remettre un dossier de témoignages et d'explications dont la lecture suffira, j'en ai l'intime conviction, à vous montrer qui je suis et l'erreur commise à mon égard. J'en ai beaucoup souffert et la suspension sans avis d'aucune sorte de mon cours à la rentrée a été pour moi une peine immense. Je me suis senti victime d'une injustice aussi inattendue que peu concevable, ma pensée philosophique et politique ayant toujours été une pensée d'amour pour mon pays10. »

  • 11 AN F17 16 770. Le mémoire s'intitule Six mois de prison et leur suite (1er septembre 1944-29 août (...)

7Quoique l'affaire soit sans gravité et finalement classée, elle montre cependant l'amertume, le désarroi et la honte issus du simple fait pour un individu d'avoir été mis en cause, de devoir fournir des témoignages et d'être suspendu de fonction. L'épuration a généré toutes sortes de rancœurs comme chez cet enseignant, qui, bien plus que les chiffres ne le montrent, ont construit la mémoire d'une épuration injuste et dure, comme l'illustrent ces quelques autres exemples : « Traître à son pays ! », c'est sur cette accusation grave que j'ai dû purger une peine préventive de 163 jours de prison à la libération de la France en 1944 » C'est ainsi que s'ouvre le mémoire de défense d'un universitaire marseillais qui fut finalement rétrogradé et dont la sanction fut levée en 195411. Ou encore celui-ci, entomologiste spécialiste des doryphores dont la France fut envahie entre 1922 et 1935, et qui à ce titre reçut de nombreux visiteurs étrangers, y compris quelques Allemands :

  • 12 AN. F 17 16 791.

« c'est par un pur hasard que j'ai appris le 11 septembre 1944, la mesure disciplinaire dont je suis l'objet et cette nouvelle inattendue, jetée soudain dans les journaux, m'a rempli de stupeur. J'ai ressenti toute la douleur que peut avoir un honnête homme lorsqu'après une vie de labeur, son nom se trouve sali d'une accusation infamante. Le plus cruel ennui me venait de ne pas même savoir de quoi j'étais accusé et sur quels soupçons, sur quelles calomnies j'avais pu être ainsi frappé. M. le Recteur de l'Académie, que j'allais voir le lendemain, ne put me donner aucune précision, n'ayant pas été admis, paraît-il, à prendre connaissance du dossier me concernant. Il ressort de mon entretien avec lui que je serais accusé d'avoir été en rapport avec des Allemands12 ».

8Même sentiment d'avoir été victime des circonstances pour ce professeur de l'École de médecine de Limoges finalement déclaré non coupable : arrêté le troisième jour de la Libération, traduit devant le tribunal militaire, il fut relaxé. Puis un mois et demi plus tard, il fut de nouveau arrêté, interné pendant 45 jours.

  • 13 AN. F 17 16 800. Rapport d'inspection, signé Signoret.

« Son cas fut examiné le 8 juin 1945 par la chambre civique, précise le rapport d'enquête. M. G... n'a jamais cessé depuis plus de vingt ans, de mener campagne pour l'équipement des laboratoires français. Et dans ses cours, il n'a jamais cessé de mettre en parallèle la misère de nos laboratoires et l'opulence des laboratoires étrangers, américains et allemands. Ce souci constant de bien aménager nos laboratoires n'a pas toujours été compris par quelques étudiants plus ou moins malheureux aux examens de fin d'année13. »

  • 14 La vérité sur l'épuration de la Police, sans date, Paris, Imprimerie Saint-Denis, BDIC O pièce 27  (...)

9Voici enfin, dans un autre environnement professionnel, ce qu'on pouvait lire dans une brochure publiée par l'Amicale des anciens fonctionnaires de la police française à la fin des années quarante et qui reflète sans doute une partie de la pensée commune à propos de l'épuration : « il importe [...] de faire une discrimination entre le haut fonctionnaire évincé parce qu'on voulait surtout sa place, et le petit fonctionnaire frappé pour « crime d’obéissance », parce qu'il fallait des victimes14 ».

10Le processus d'épuration (et ce, quelle que soit la validité des arguments avancés) génère une « victimisation » réelle ou de circonstance : victime de sa fonction (la police), victime de sa position d'exécutant (le crime d'obéissance), des communistes, etc.

11Deux traits caractéristiques peuvent aider à comprendre l'étonnante capacité du phénomène à cristalliser la notion de victime dans un processus de justice (structuré ou non) sans doute imparfait, mais dont à l'évidence il n'entrait pas dans le projet, parce que le temps pressait, de juger tous les coupables.

  • 15 Et ce même si les transmissions de dossiers (généralement vers les cours de justice) s'opérèrent à (...)

12Le premier, qui est un élément d'explication déterminant, est lié aux circonstances et aux enjeux : l'épuration fut tout au long de son déroulement guidée par des considérations politiques à court terme où prévalait l'urgence et selon des critères d'évaluation parfois sans rapport avec la réalité du contexte politique. Il en résulta une disparité du phénomène et donc une iniquité qui fut fortement dénoncée. Disparité dans le processus, puisque le temps joua toujours en faveur des accusés (c'est le cas des nombreux arrêts des poursuites en Haute Cour pour les derniers accusés). Disparité géographique, qui plaça au premier plan les habitants des départements annexés, ou, à un degré moindre, d'autres départements en fonction des contextes locaux. Disparité selon les domaines d'activité, puisque l'épuration économique n'eut pratiquement pas lieu, alors que le monde du journalisme et des lettres fut plus durement touché. Disparité selon la position sociale des accusés, qui permit à de nombreux cadres de l'industrie ou de hauts fonctionnaires d'échapper à la justice ou aux commissions professionnelles d'épuration, ce généralement au titre d'une aide apportée à la résistance et qu'attestaient des lettres de résistants. Disparité au sein même des structures de l'État, où les écarts entre le nombre et la nature des sanctions demeurent importants, d'un ministère à l'autre. Disparité enfin des instances de jugement, Haute-Cour, cour de justice, chambre civique, tribunaux militaires, commissions professionnelles, qui pouvaient conduire à des appréciations diverses d'une même affaire15.

13Second facteur déterminant, la pression populaire en faveur d'une justice qui fasse contrepoids aux préjudices subis, quitte à ce que soient privilégiées, dans l'emportement des premiers temps, les représentations du « collabo » au détriment d'une définition claire des délits. Réclamée par les Français comme un préalable à la reprise de l'activité économique et à la reconstruction, l'épuration fut avant tout un processus de désignation sociale - et du reste souvent symbolique - du collaborateur. Cette désignation permettait de s'affranchir durant quelque temps de la norme sociale et de sa hiérarchie : de désigner les hommes (ou les femmes) qui représentaient Vichy (et non ceux qui avaient fait Vichy), la collaboration, et d'une manière générale qui incarnaient la honte nationale. L'épuration, dans sa dimension sociale, et ce n'est pas la moindre de ces caractéristiques, s'avère aléatoire, irrégulière, et surtout soumise à la visibilité, voire au caractère spectaculaire des actes incriminés. Elle privilégia dans le camp des accusés celui ou celle qui ressemblait à cet Autre désigné - parce que plus visible - comme collaborateur. L'épuration généra donc, dans un système de pensée en proie aux passions des victimes des deux bords : d'un côté, ceux qui voulaient punir parce qu'ils avaient souffert, quitte à ne pas punir les vrais auteurs de leurs souffrances ; d'un autre côté, ceux qui furent châtiés ou malmenés (arrêtés, questionnés, voire incarcérés) de façon disproportionnée dans une mémoire douloureuse où s'amalgament les souffrances de la guerre et celles de l'après. La conséquence logique de cette grande diversité des actes de nature radicalement différente fut la multiplication des rumeurs et des anecdotes sur les excès de l'épuration, et donc d'en multiplier les « victimes », à quelque niveau que ce soit.

victimes symboliques et archaïsmes meurtriers

  • 16 Un groupe de femmes tondues illustre la couverture du numéro 33 de Vingtième siècle, revue d'histo (...)
  • 17 Fabrice Virgili achève à l'EHESS une thèse sur ce sujet sous la direction de Pierre Laborie.
  • 18 Même si la majeure partie de ces tontes se déroule au cours des premières journées de libération, (...)
  • 19 Et sur laquelle A. Brossat a travaillé dans son livre, Les tondues. Un carnaval moche, Manya, 1992

14Les exactions et les violences liées à l'épuration cristallisèrent la plupart des représentations construites après guerre. Parmi les images de l'épuration, celle récurrente de la femme tondue invite à s’interroger sur l’importance réelle de ce phénomène spécifique en dépit des problèmes de source et de méthode inhérent à ce genre d'affaire. Cette « fluidité » du sujet lui confère une sorte de statut singulier. Gravées dans la mémoire, ces « images fortes » de femmes tondues sont devenues le symbole de l'épuration, beaucoup plus mesuré, de « l'histoire savante »16 Les femmes tondues commencent seulement d'émerger dans l'historiographie17. Le phénomène est résolument complexe pour l'historien. L'analyse des tontes se situe au croisement de l'étude de la violence, du rôle des sexes dans le processus de violence politique (et de la définition même d'une violence politique, puisque ces tontes sont tantôt revendiquées comme telles, tantôt non), des rapports en de telles circonstances entre vie publique et vie privée (et donc des prolongements de la première dans la seconde), du poids des représentations, de l'événement court, mais aussi la longue durée, de même que des lectures résolument transversales relevant d'autres disciplines. Car la tonte des femmes – et des études récentes en apportent désormais la confirmation – ne fut ni un phénomène marginal, ni la simple expression spontanée d'une liesse populaire lors des quelques journées de la libération d'une ville ou d'un village18. Elle apparaît comme un phénomène qui impliqua souvent des communautés entières dans des manifestations souvent ordonnancées par les organisations de résistance. Elle semble légitimée - alors que les appels à tondre demeurent rares - par un discours implicite qui sous-tend cette idée que, ramenée à la barbarie nazie, elle demeure un châtiment à la fois juste et mesuré, donc légitime. La tonte est spécifique aux femmes (quoique l'on trouve la trace de quelques hommes tondus). La mise en scène des tontes investit des lieux publics où leur déroulement et leur rituel (défilés, dénudation, pancarte, croix gammée peinte sur le corps, salut hitlérien forcé des tondues, photographie, dont celle, célèbre, que Capa prit à Chartres19, etc.) peuvent traduire une forme de réappropriation par le peuple des lieux publics et de pouvoir. Mais nombreux sont les cas de tontes dans des lieux privés, souvent au domicile même des victimes.

  • 20 « J'ai appris dernièrement que les FFI [...] lui avaient coupé les cheveux, preuve sans aucun dout (...)
  • 21 « La France sera virile ou morte » conclut un article du journal La Renaissance républicaine du Ga (...)

15La tonte n'est cependant pas exclusive d'autre condamnation prononcée par une chambre civique ou une cour de justice, ou encore une commission professionnelle. Elle peut même, face à une commission, influer en défaveur de l’accusée et constituer un élément à charge ou un signe de suspicion, au détriment de toute preuve tangible20 La tondue s'inscrit aussi sans doute dans cette figure d'opposition simple et rassurante qui érotise comme pour l'exorciser la collaboratrice-prostituée (opposée à Marianne la vertueuse, républicaine et résistance) pour mieux l’éliminer de la communauté nationale. Ce n'est plus d'une femme française qu'il s'agit, c'est-à-dire d'une de celles, devenues citoyennes de plein droit, qui auront acquis, en octobre 1944, le droit de vote. C'est une femelle toute de chaire et de vice, qui renvoie aux fantasmes éculés, mais qui endosserait ainsi, dans une économie symbolique sexuée, la honteuse féminité de la collaboration21.Les hypothèses sur ce terrain demeurent évidemment ouvertes, mais la question du traitement réservé aux femmes ne laisse pas d'interroger sur la nature exacte d'un événement, comme sur ses ressorts et la manière dont il est reçu par ses protagonistes, tout comme la façon dont ils s'inscrivent dans celui-ci.

  • 22 Citons parmi ceux-ci l'importance du contexte et notamment la grande dureté de la répression menée (...)
  • 23 « Les événements qui sont restés dans les esprits, et sont devenus les symboles de les plus specta (...)

16C'est à ce même constat de complexité comme à cette même invitation d'une lecture transversale que nous convoquent d'autres excès tragiques lors de l'épuration, qui ouvrent d'autre part des interprétations également inscrites dans une durée plus longue. Des interprétations qui incitent comme précédemment à relativiser les lectures politiques du phénomène, trop exclusives. Considérons à titre d'exemple cet épisode particulier qui se déroula à Pamiers, en Ariège, où durant les quinze jours qui précédèrent la reprise en main de l'ordre public par le préfet, soit entre le 16 et le 31 août 1944, un tribunal du peuple condamna à mort plusieurs dizaines de personnes, sans doute une cinquantaine, dont dix femmes. Au nom de la conjoncture et de l'urgente nécessité d'épurer, ces condamnations furent prononcées et les exécutions accomplies dans l'urgence et dans un climat survolté. La foule se pressait autour des condamnés qui furent promenés en ville selon une sorte de rite sacrificiel qui ne laisse pas d'interroger, dans des circonstances comme celles-ci, sur le sens, l'origine et le rôle de l'épuration. Pierre Laborie, qui a découvert cette affaire, montre la complexité des éléments indispensables à une analyse sérieuse de tels comportements22. Autre particularité de cette affaire, le silence. Après de tels excès, les circonstances du drame furent durant longtemps gommées de la mémoire collective locale. On imagine aisément que cet épisode tragique cadrait assez mal avec la vulgate mémorielle d'une résistance largement consensuelle entretenue par gaullistes et communistes après la guerre23

des victimes en miroir

17En dépit de ces exemples, l'épuration n'apparaît pas, dans sa globalité, même si elle suscita de nombreuses critiques d'ailleurs contradictoires, comme un phénomène purement répressif. Il y eut des exactions, parfois horribles, mais qui demeurent marginales par rapport au phénomène dans son ensemble et compte tenu de son contexte. Dans l'administration, passées quelques mesures d'assouplissement des sanctions furent prises au cours de années cinquante. Mais ces mesures purent être interprétées comme une sorte de reconnaissance des excès de l'épuration, tant dans certains milieux les enjeux présents l'emportaient sur ceux du passé. Il en fut ainsi, par exemple, dans la police qui avait été particulièrement épurée. Voici comme le Bulletin de l'Amicale des anciens fonctionnaires de la police française, Police ancienne - très marqué à droite et dont le nom était une réaction à la structure Police nouvelle d'obédience communiste créée après la libération - évoquait l'amnistie en mai 1951 :

  • 24 BDIC. 4 P 1023 Rés., Police ancienne, n° 7, mai 1951, p. 1.

« La loi dite "d'amnistie" vient d'être votée par le Parlement. Qu'apporte-t-elle aux victimes de la répression arbitraire de 1944-45-46 ? Rien ! Si ce n'est tout de même pour quelques-uns de nos amis, le rétablissement de leurs droits à pension [...] Pour le reste, c'est-à-dire la réconciliation des Français, la répartition des injustices commises, le retour à la légalité républicaine [en 1951 sic !], il faut se contenter du bon vouloir de ce messieurs les socialistes et les communistes. C'est dans l'ordre normal des choses. Que peut-on attendre d'émasculés ou de profiteurs du résistencialisme24 ? »

18Ou encore, l'année suivante (dans le numéro de juillet-septembre 1952)

  • 25 Idem, n° 19-21.

« "Police ancienne" en réaction à "Police nouvelle" créée par l' Amicale des policiers communistes dans laquelle ses animateurs donnèrent une large place au mouchardage, à la haine, en un mot à tout ce qui pouvait donner aux policiers en activité et tout particulièrement à ceux qu'ils avaient livrés à la bienveillante attention des juges de Me Willard, Secrétaire général à la Justice et militant communiste bien connu, un avant-goût des bienfaits de cette justice que les dirigeants de la Ligue des Droits de l'Homme disent populaire et qui l'est si peu 25»

19Si l'excès caractérise ces propos, leur intérêt est de montrer comment l’épuration, y compris son adoucissement par les amnisties, peut renforcer les victimes dans leur statut. Quelles qu'aient été les suites données aux sanctions subies, et dans la plupart des cas tout fut effacé dans les cinq ou six ans qui suivirent l'épuration, les individus qui en furent les victimes alimentèrent la légende d’une épuration redoutable, parce qu’eux-mêmes ou un proche en avait subi, si peu soit-il, la rigueur.

  • 26 P. Laborie, « Les pouvoirs en France à la Libération », Colloque de Sèvres, 13-14 décembre 1989 ; (...)
  • 27 Cf. Surveiller et punir, Gallimard, 1975.

20Le phénomène de l'épuration fit donc preuve d'une étonnante capacité à créer une mémoire de la victime, une sorte de souvenir fantasmatique qui laisse en suspens la vérité au profit de l'image incarnée, comme nous l'avons vu, dans la mémoire commune par la femme tondue. Réclamée par l'opinion publique et souvent considérée par le monde ouvrier comme un préalable absolument nécessaire à tout effort de reconstruction, l'épuration constitue un lieu de débat social d'autant plus polémique qu'elle prétendait désigner le pur et l'impur en politique. Une désignation inspirée à la fois des souffrances passées et des conceptions (idéalisées ou froides et calculées selon les strates sociales) de ce que devait être l'avenir. C'est sans doute l'impossibilité de cette désignation qui eut pour effet de brouiller la lecture du phénomène qui conjugue dans des processus complexes différentes fonctions dont Pierre Laborie a établi, il y a quelques années, un premier inventaire26 Une fonction de justice tout d'abord, puisqu'il fallait bien juger les cas les plus flagrants de compromission, que ce soit en dehors, puis dans le cadre des institutions ; une fonction de sécurité dans les tous premiers temps, afin de mettre à l'abri des personnes exposées à la vindicte populaire, ou, à l'inverse, de protéger la collectivité de forcenés collaborationnistes ; une fonction de légitimation de la résistance et donc des accusateurs et des juges, au sens où l'entendait Michel Foucault27 ; une fonction d'identité et de réunification nationale, par la désignation commune de traîtres ; enfin une fonction de régénération des élites défaillantes (dans un premier temps, puisque très vite la plupart des cadres inquiétés et suspendus furent réintégrés).

21À ces fonctions déjà évoquées, j'en ajouterai trois autres qui interviennent dans un ordre chronologique, les unes et les autres en rapport direct avec la notion de victime, ce qui peut peut-être contribuer à une analyse comparée : il s'agit de la menace, de la vengeance associée à la jouissance, enfin de la catharsis ; trois fonctions qui s'inscrivent dans un ordre chronologique sous Vichy, à la Libération et dans la mémoire.

La menace

22La première fonction de l'épuration sous Vichy fut une fonction à la fois d'intimidation et d'anticipation politique qui eut pour effet de transformer en victime potentielle tous ceux qui avaient des raisons d'être inquiets. En effet, qu'elle soit ou non suivie d'effet, la menace de l'épuration par les résistants, qu'il s'agisse de la résistance intérieure ou de la France libre, a souvent été utilisée comme un moyen d'intimidation sous le régime du maréchal ; d'où l'envoi de symboles de mort aux collaborateurs trop voyants (cercueils miniatures, faux faireparts, lettres anonymes morbides). C'est ici que s'ancre la légende de la terreur de l'épuration, dans la peur des lendemains de la libération suscitée par leur propres victimes à ceux qui devinrent les épurés d'après-guerre. Au plus haut niveau, l'arrestation de Pierre Pucheu en août 1943, puis son exécution début 44, eut bien l'effet d'un coup de semonce vis-à-vis de la classe politique de Vichy qui se sentit menacée directement, physiquement, et qui comprit que son salut ne pouvait être que dans la fuite, souvent jusqu’à Sigmaringen, mais que chacun devenait une victime potentielle du retournement politique en train de se jouer.

La vengeance et la jouissance

23Elles émergent au même moment, lorsque le pays connaît la liesse de ses premières semaines de liberté. L'une comme l'autre sont sans doute proportionnelles aux souffrances de la population, quoique l’analyse de certaines exactions s'avère résolument complexe.

24La fonction de vengeance est liée tout d' abord à la myriade des formes de délits et à leurs conséquences parfois tragiques, notamment dans le cas de dénonciations. Mais plus largement la vengeance est à comprendre dans une acception plus générale, c'est-à-dire un dédommagement moral du ou des offensés par punition de l'offenseur. Entendons par là une violence sans justice, mais une violence a priori justifiée ou justifiable du point de vue d'une certaine forme de morale publique. Cette vengeance légitimée explique sûrement en grande partie les atteintes à la dignité des victimes, les arrestations musclées, les enfermements abusifs comme les écarts de comportements à l'encontre des personnes inquiétées. La fonction de jouissance accompagne ou double celle de vengeance. Elle s'exprime par une forme de plaisir, après la souffrance, dans la mise au pilori de certaines catégories d'épurés dont les femmes font partie. De nombreuses scènes de rue illustrent cette jouissance collective face à une libération qui s’affiche et qui s'incarne dans la brutalité de manifestations aux relents archaïques dont les femmes tondues demeurent le symbole le plus marquant.

La catharsis

25Enfin, ultérieurement, donc dans la mémoire nationale, l'épuration a rempli une fonction de catharsis au sens que lui donnait Aristote : un effet de purgation des passions qu'aurait un spectacle dramatique sur ses spectateurs. Le souvenir de l'épuration contient à ce titre, dans la douleur même qu'il évoque et dans la perspective de victimisation du phénomène, une triple conséquence.

26Ceux accusés à juste titre de collaboration purent aussi revendiquer des souffrances, même si leur engagement ou leur sympathie était du côté de Vichy. L'épuration devient dans ce cas une sorte de « mini Shoah du collabo » et permet dans la prose des nostalgiques de renvoyer dos à dos (et ce au nom d'excès dont on sait qu'ils eurent lieu) collaboration et résistance. Ce par une sorte d’effet de miroir dans une économie de la morale nationale où les mêmes symboles sont présents : les mêmes prisons et les mêmes camps (Drancy de sinistre mémoire où l'on sait que furent internés les collaborateurs), les mêmes policiers et les mêmes juges (qui arrêtèrent et jugèrent sous puis après Vichy, mais il n'empêche que ces deux corps furent pourtant sévèrement épurés), les mêmes dénonciations et parfois les mêmes dénonciateurs (lesquels purent à cette occasion parfois « devenir résistants » à bon compte, etc.). Ce processus de réciprocité dans la souffrance n’est pas sans avantage pour les accusés. En les transformant en victimes, il leur permet d'invoquer la primauté des circonstances sur la détermination personnelle, donc de s'en remettre à l'époque plutôt que d'assumer leur engagement ou leur attitude personnelle.

27La seconde conséquence concerne les responsables des exactions issus de la résistance, ou encore ceux des résistants qui furent peu vigilants face aux dérapages, voire même qui les encouragèrent. Pour prendre l'exemple le plus répandu, bien peu de résistants assumèrent après guerre (et encore moins aujourd'hui) les tontes de femmes dont on sait pourtant qu'elles furent généralement organisées ou encadrées par la résistance. La parade classique fut de désigner les responsables des tontes (ceux que l'on voit sur les photographies) comme des « faux résistants », « des résistants de la dernière heure ». Il en va de même pour une très large partie des exactions. Cela a pour effet d'instituer implicitement dans la mémoire nationale une ligne de partage morale de la résistance envers les « victimes de l'épuration », une ligne de partage qui n'existait pas forcément dans une logique de guerre et a fortiori de guerre civile pour la majeure partie des exécutions qui, rappelons-le, eurent lieu avant la libération.

  • 28 Cf. H. Rousso, Le syndrome de Vichy, Paris, Le Seuil, 1987.

28L'épuration est un élément-clé dans le système de représentation « héroïco-victimaire » qui oppose les bons et les mauvais résistants, les héros et les bourreaux, les vrais « collabos » aux victimes de « l'épuration sauvage », etc. L'épuration brouille donc la lecture de la morale nationale en n'assignant pas aux seuls collaborateurs une obligation de culpabilité face à leur engagement au cours des années noires. Elle participe d’une sorte de rééquilibrage de la culpabilité qui s'estompe (au sens strict), c'est-à-dire qui se répartit plus largement dans la collectivité. Victimes de Vichy et victimes de l'épuration se fondent ainsi plus uniformément dans la mémoire de l'événement et se renvoient au fil des débats d’après-guerre des justifications en forme d'anathèmes28. C'est peut-être dans cette forme d'élargissement de la culpabilité des victimes des années noires en général que réside la cause du silence qui a longtemps entouré le sujet. Un silence que viennent troubler la mise en procès des derniers survivants et les questions gênantes des générations d’après-guerre sur l’attitude de leurs aînés.

29François Rouquet

Notes

1 Cf. É. Conan et H. Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Fayard, 1994.

2 Ce fut le cas de différents auteurs ou publications, particulièrement ceux d'extrême-droite (Rivarol, Défense de l'Occident, Le livre noir de l'épuration, etc.) revendiquant 100 000 victimes, voire plus.

3 Cf. la synthèse critique d'H. Rousso, L'épuration en France, une histoire inachevée, Vingtième siècle, revue d'histoire, n° 33, janvier-mars 1992, p. 78-105.

4 Toutes sanctions confondues, c'est-à-dire du simple blâme administratif à la révocation sans pension.

5 Les données concernant les internés administratifs sont parcellaires. On en compte 46 000 en décembre 1944, mais Allemands compris, 39 000 en juillet 1945 dont 21 000 Français (et plus de la moitié d'Alsaciens et de Mosellans parmi ceux-ci). Ces deux seuls chiffres sont évidemment insuffisants pour mesurer le flux exact des internés entre septembre et décembre 1944, ainsi qu'entre cette date et juillet 1945. Certaines estimations n'émanant pas de sources partisanes atteignent parfois 120 000 cas. Cf. dossier épuration, H. Rousso, L'épuration en France..., art. cit.

6 On compte 29 000 détenus en 1946, plus de 18 000 un an plus tard, 1 000 en 1954 et 9 en 1960.

7 Le colloque de Bayeux, en octobre 1995, a permis de faire le point pour différentes administrations, outre la magistrature déjà citée, notamment celle d'une partie de l'armée (la gendarmerie, M. Watin-Augouard), le Conseil d'État (J. Chevallier), la police (J.-M. Berlière), l'université (C. Singer), les PTT et l'éducation nationale (F. Rouquet, et du même, L'épuration dans l'administration française. Agents de l'État et collaboration ordinaire, Paris, Presses du CNRS, 1993) ; Cf. également le livre de C. Singer, L'université libérée, l'université épurée, Paris, Les Belles Lettres, 1997 ; et la thèse récemment publiée de L. Capdevila, Les Bretons au lendemain de l'Occupation, Paris, Presses Universitaires de Rennes, 1999.

8 Celles des PTT et de l'Éducation nationale durent instruire à elles seules plus de 8 500 dossiers, et constituent un indicateur de premier ordre quant à la résonance sociale de l'épuration dans la société civile. Cf. F. Rouquet, L'épuration dans l'administration française, op. cit.

9 Idem., cf. les chapitres 2, 3 et 4 traitant cette question.

10 AN F 17 16 808, dossier Gustave G...

11 AN F17 16 770. Le mémoire s'intitule Six mois de prison et leur suite (1er septembre 1944-29 août 1945).

12 AN. F 17 16 791.

13 AN. F 17 16 800. Rapport d'inspection, signé Signoret.

14 La vérité sur l'épuration de la Police, sans date, Paris, Imprimerie Saint-Denis, BDIC O pièce 27 968.

15 Et ce même si les transmissions de dossiers (généralement vers les cours de justice) s'opérèrent à peu près normalement. L'évaluation des griefs pouvait en effet varier selon l'instance qui, la première, avait été en possession du dossier d'un accusé.

16 Un groupe de femmes tondues illustre la couverture du numéro 33 de Vingtième siècle, revue d'histoire (janvier-mars 1992), dans lequel nous avions publié, Henry Rousso et moi-même, un dossier sur l'épuration. II me fut par ailleurs impossible d'empêcher les éditions du CNRS, de faire figurer une femme tondue (seule et détourée) sur la couverture de mon livre, L'épuration dans l'administration française, qui ne consacrait pourtant que quelques pages à cette question.

17 Fabrice Virgili achève à l'EHESS une thèse sur ce sujet sous la direction de Pierre Laborie.

18 Même si la majeure partie de ces tontes se déroule au cours des premières journées de libération, on relève des manifestations de ce type tout au long de l'hiver 1944, et une nette recrudescence avec le retour, en mai-juin 1945, des prisonniers, déportés, STO, etc. Cf. F. Virgili, Tontes et tondues à travers la presse de la Libération, mémoire de DEA, Paris I, 1992.

19 Et sur laquelle A. Brossat a travaillé dans son livre, Les tondues. Un carnaval moche, Manya, 1992.

20 « J'ai appris dernièrement que les FFI [...] lui avaient coupé les cheveux, preuve sans aucun doute de sa bonne conduite » peut-on lire dans un dossier du cabinet du préfet de l'Oise. Rapporté par F. Virgili, « Les tontes de la libération française », in F. Rouquet et D. Voldman [dir.]. Identités féminines et violences politiques, op. cit..

21 « La France sera virile ou morte » conclut un article du journal La Renaissance républicaine du Gard daté du 30 août 1944 et cité par F.Virgili, art. cit.

22 Citons parmi ceux-ci l'importance du contexte et notamment la grande dureté de la répression menée par les Allemands en Ariège (aidés par les miliciens et autres PPF), dont de nombreuses exécutions sommaires (dont celles d'élus) ayant créé « un climat de qu'il ne faille pas exagérer l'importance de la dimension politique, la stratégie des actif joué par plusieurs communistes dans les premiers temps dévoile leur stratégie de furent exécutées après avoir été tondues, parce qu'on les accusait d'avoir eu des relations sexuelles avec des Allemands, montre les limites d'une explication du drame par la seule frénésie gue.

23 « Les événements qui sont restés dans les esprits, et sont devenus les symboles de les plus spectaculaires de sa mise en oeuvre. » écrit à ce titre P. Laborie, « Entre histoire et mémoire, un épisode de l'épuration en Ariège : le tribunal du peuple de Pamiers, 18-31 août 1944 », in Pays Pyrénéens et Pouvoirs Centraux (xvie-xxe siècle), p. 267-283.

24 BDIC. 4 P 1023 Rés., Police ancienne, n° 7, mai 1951, p. 1.

25 Idem, n° 19-21.

26 P. Laborie, « Les pouvoirs en France à la Libération », Colloque de Sèvres, 13-14 décembre 1989 ; dont les conclusions sont reprises par H. Rousso, in L'épuration en France, Vingtième siècle, revue d'histoire, art. cit.

27 Cf. Surveiller et punir, Gallimard, 1975.

28 Cf. H. Rousso, Le syndrome de Vichy, Paris, Le Seuil, 1987.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search