Version classiqueVersion mobile

Les victimes, des oubliées de l'histoire ?

 | 
Benoît Garnot

Mythes

Le clergé basque et la guerre civile espagnole. Une identité fondée sur le concept de victime

Severiano Rojo Hernandez

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le six novembre 1936, le journal nationaliste basque Euzkadi publie l'article suivant :

  • 1 Euzkadi, n° 7 361, 6 de noviembre de 1936, p. 1.

« Nous savons de source sûre qu'une multitude de prêtres basques ont été fusillés avec une bassesse et un acharnement inconnus jusqu'alors dans notre histoire [...] ils ont été tués non pas pour avoir participé à la lutte sanglante sur les fronts ou à l'arrière, ni pour avoir joué de leur influence auprès d'amis ou d'ennemis, mais pour leurs idées nationalistes 1. »

2À partir de ce moment-là, le clergé proche du gouvernement basque acquiert une nouvelle dimension. Il devient, au même titre qu'une partie de la population basque, victime des militaires espagnols. L'association clergé basque/victime est si forte qu'elle va être au cœur des représentations collectives et occulter tous ces ecclésiastiques basques partisans du soulèvement militaire du 18 juillet 1936. Ainsi, le concept de victime devient indissociable de l'identité de ces prêtres, à tel point qu'aujourd'hui encore on a tendance à désigner sous le nom de clergé basque une entité monolithique acquise au nationalisme basque et victime de Franco. Pourtant, il s'agit là d'une erreur historique qui n'est pas le fruit du hasard. En effet, elle est, en partie, l'œuvre du gouvernement et des prêtres basques qui, notamment à partir du bombardement de Guernica (26 avril 1936), accentuent leur action afin de dénoncer le gouvernement de Burgos. Cette représentation du clergé basque acquiert une dimension internationale et suscite d'âpres débats dans les milieux intellectuels du monde entier. Dès lors, cette évolution soulève plusieurs questions. Dans quelle mesure le clergé basque est-il victime des franquistes ? Comment essaie-t-il de convaincre l'opinion et de diffuser une représentation articulée sur ce concept ? Quels objectifs poursuit-il ? Afin de répondre à ces questions, nous analyserons la revue Anayak publiée en 1939 par le clergé basque exilé en France, laquelle met l'accent sur les mécanismes de création d'une identité fondée sur le concept de victime.

un clergé victime des franquistes

  • 2 J. Iturralde, El calolicismo y la cruzada de Franco. Como siguió y triunfó la cruzada. TIII, Vienn (...)
  • 3 T. Izpizua, Odisea del clero vasco. Apasionante relato de un sacerdote vasco en el exilio desde 19 (...)
  • 4 J. Sanchez Erauzkin, op. cit., T 1, p. 83.

3Dès le début de la guerre civile espagnole, les militaires sont convaincus que l'instauration d'une société nouvelle ne peut aboutir au Pays Basque que sous certaines conditions. Parmi elles figure l'élimination du clergé nationaliste basque. En effet, depuis de nombreuses années, ces prêtres sont accusés de servir de vecteur idéologique au PNV (Parti Nationaliste Basque) et donc de contribuer à la déliquescence de l'Espagne. Le 18 juillet 1936 débute alors un processus d'épuration de l'Église au Pays Basque dont les premières victimes sont les prêtres de la Navarre et de l'Alava. Néanmoins, l'impact du nationalisme basque sur le clergé de ces deux territoires étant relativement faible, peu de prêtres sont arrêtés. En réalité, la répression ne prend de l'ampleur qu'à partir du mois d'octobre 1936. Deux événements se produisent à ce moment-là : d'une part, l'échec des négociations secrètes entre Burgos et les nationalistes basques, d'autre part, la conquête du Guipúzcoa par les militaires. Les conséquences sont immédiates. Les nacionales obtiennent du Vatican l'expulsion de l'évêque de Vitoria, Mgr Múgica, soupçonné d'avoir favorisé le PNV lors des différentes élections, et des dizaines de prêtres sont incarcérés. L'opération bénéficie de l'appui de certains ecclésiastiques. Selon Iturralde2 ou Tiburcio de Izpizua3, peu avant la guerre, les militaires sont en possession de listes de prêtres nationalistes basques confectionnées en Navarre par des ecclésiastiques carlistes. Lors de l'arrivée des militaires au Guipúzcoa, ces documents auraient permis l'arrestation de nombreux prêtres proches du PNV ou sensibles à la culture basque. Par la suite, des prêtres de cette province auraient également remis des listes afin de parachever l'épuration4. Cependant, le phénomène atteint son paroxysme avec l'exécution de seize prêtres entre octobre et novembre 1936. L'affaire soulève de nombreuses critiques et contraint Franco à y mettre un terme en raison des risques politiques que cela suppose.

  • 5 O. De Vitoria, Boletîn oficial del Obispado de Vitoria, 1 de noviembre de 1936, n° 22.
  • 6 J. Sanchez Erauzkin, op. cit., T 1, p. 80.
  • 7 Archivo Historico Nacional (AHN), (Salamanca), PS Madrid, Leg. 18%.

4L'Église se charge alors de poursuivre l'épuration. La circulaire du 28 octobre 1936, intitulée « Candidature de prêtres volontaires pour les diocèses dépourvus de clergé5 », est la première opération menée par Vitoria en vue de se débarrasser du clergé nationaliste basque6. Cette circulaire inaugure une nouvelle pratique : l'exil obligatoire dans des diocèses du reste de l'Espagne. Cependant, cette première tentative a peu de résultats. Les militaires font donc pression sur le nouveau vicaire de Vitoria, Mgr Ormazabal, pour accélérer la mise à l'écart de ces prêtres. L'épuration s'accroît dès le mois de février. Un rapport du cabinet de presse de la présidence du gouvernement basque décrit les mesures appliquées contre le clergé de Azpeitia : « Tonséquences sont immédiatesous les prêtres nationalistes furent expulsés vers l'intérieur de la Castille et substitués par d'autres prêtres dans les différentes chapellenies7 »

  • 8 A. Marquina, « El contexto intemacional y el contexto interior de la guerra española en la actuaci (...)
  • 9 A. Granados, El Cardenal Gorna Primado de España, Madrid, ed. Espasa Calpe, 1969, p. 155.
  • 10 AHN, (Salamanca), P.S. Madrid, Leg. 809.
  • 11 Données obtenues à partir de : E.-A Talde, En la persecucion. Archivos clero vasco (I). Año 1936, (...)
  • 12 G. Hermet, Les catholiques dans l'Espagne franquiste. Chronique d'une dictature, Paris, éd. Presse (...)
  • 13 M.-L. Rodriguez Aisa, El cardenal Gomá y la guerra de España. Aspectos de la gestión públicia del (...)
  • 14 J. Iturralde, El catolicismo..., op. cit., p. 490.

5Avec la prolongation de la guerre, l'animosité des franquistes à l'encontre du clergé nationaliste basque s'accentue. Alarmé par l'ampleur de la répression, le Vatican demande à Franco de faire preuve de modération8. La chute de Bilbao (19 juin 1937) confirme que le « Caudillo » applique les recommandations du Saint-Siège selon son bon vouloir. En effet, le général Dávila exige de Mgr Gomá des mesures exemplaires à l'encontre des prêtres soupçonnés de sympathie à l'égard du gouvernement basque9. À l'instar de ce qui s'est produit à Saint-Sébastien, la délation est courante10. La répression s'exerce de différentes manières. Dans un premier temps, les militaires emprisonnent les ecclésiastiques les plus compromis avec le nationalisme basque. Dès le mois de juillet, les tribunaux condamnent 30 prêtres séculiers de la Biscaye11 à des peines allant de 6 à 20 ans d'emprisonnement12 Selon Maria Luisa Rodrfguez, le nombre de prêtres jugés à Bilbao se situe entre 35 et 51. Les franquistes les incarcèrent au Carme de Begoña où d'autres prêtres les attendent. Au mois de septembre 1937, le nombre d'ecclésiastiques emprisonnés dans cette prison s'élève à 8213. Par la suite, 60 aumôniers de l'armée basque les rejoignent. Parmi eux, il y a trois condamnés à mort14. En 1938, les militaires en transfèrent une partie (54) à Nanclares de Oca (Burgos), puis à la prison de Carmona (Séville).

  • 15 Archivo Historico Militar (AHM), Armario 16, Leg. 38, Carp. 21, Exp. 1.

6Tous les prêtres de Bilbao soupçonnés de connivence avec le nationalisme basque ne sont pas pour autant incarcérés. En général, les nouvelles autorités les exilent dans d'autres diocèses espagnols. Dès le mois de juillet 1937, les franquistes prennent soin de signaler les ecclésiastiques qu'il convient de sanctionner. Des listes sont dressées et remises au diocèse. « J'ai sollicité de M. le Vicaire Général de cet évêché la mutation des prêtres dont les noms figurent dans ce rapport dans des localités situées hors du Pays Basque [...] car la présence de ces prêtres en Biscaye semblait constituer un obstacle majeur à la restauration de l'idéal nationaliste espagnol dans cette province15 »

  • 16 J. Sanchez Erauzkin, op. cit., T 1, p. 96.
  • 17 Archivo Del Ministerio De Asuntos Exteriores, Caja R.E 3459, Exp. 14.
  • 18 AHM, Armario 46, Z.R, Rollo 262-2, Leg. 59, Carp. 8.
  • 19 E.-A Talde, En la persecución..., op. cit., p. 52.
  • 20 AHN (Salamanca), PS. Barcelona, Leg. 1069.
  • 21 S. Rojo Hernandez, « Franquisme et clergé nationaliste basque : l'épuration de 1937 en Biscaye », (...)
  • 22 Archivo Del Ministerio De Asuntos Exteriores, Caja R.E 3459, Exp. 14.
  • 23 Ruiz Rico (Juán José), op. cit., p. 33.
  • 24 Ibid., p. 481.

7Entre le 26 juillet et le 14 septembre 1937, 76 prêtres sont contraints de quitter la Biscaye. La plupart prennent leurs nouvelles fonctions dans la province de Burgos ou de Logroño. Cette forme de répression s'accentue avec l'arrivée de Mgr Lauzirica. L'administrateur apostolique devient rapidement l'élément central de la politique franquiste16. Son zèle est à la hauteur de la tâche qui lui a été confiée. Ainsi, soit les ecclésiastiques sollicitent « de leur propre chef » une affectation dans des paroisses dépourvues de prêtres17, soit on les « invite » à s'absenter de la région pour un laps de temps indéterminé18. Parmi les autres sanctions, il y a des destitutions ou de fortes amendes allant jusqu'à 2 500 pesetas19. Les autorités confisquent également les comptes bancaires de certains prêtres réfugiés en France20 ou relèguent des ecclésiastiques dans des paroisses de faible importance situées en Biscaye et dans le reste du Pays Basque21. Face à cette situation, certains fuient à l'étranger. Le ministère franquiste des Affaires étrangères fait parvenir au Saint-Siège des listes de prêtres considérés dangereux22 afin que le Vatican les contraigne à revenir en Espagne. Le Pape ne cessera de s'y opposer. Néanmoins, le bilan de la répression est élevé. Sur l'ensemble du Pays Basque, on estime qu'il y a eu entre 71523 et 1 400 victimes24 soit entre 36 % et 70 % du clergé du diocèse de Vitoria. Ces chiffres sont l'une des raisons pour lesquelles le clergé exilé en France crée en 1939 la revue Anayak.

l'exil : les mécanismes de création d'une identité fondée sur le concept de victime

  • 25 A. Onaindia, Ayer como hoy, Saint-Jean-de-Luz, éd. Axular, 1975, 321 p. 30.

8À l'étranger, le clergé basque se rend parfaitement compte que la nouvelle conjoncture politique et religieuse prolonge indéfiniment son exil. Dès lors, certains ecclésiastiques s'engagent davantage dans la lutte contre le franquisme. Ainsi, ils créent en France une association au nom d’Anayak dont l'objectif est d'aider les prêtres ayant fui la répression25. Sous l'impulsion du chanoine Onaindía, l'association décide en 1938 de publier une revue. Anayak naît en janvier 1939. Elle est éditée à Paris dans le huitième arrondissement, au numéro cinq de la rue Quentin-Bauchard. L'association en publie sept numéros entre le 15 janvier et le 15 avril 1939. La revue Anayak se compose d'une vingtaine de pages. Ses articles, en général, sont écrits en français. Un certain nombre le sont en basque. Cette revue aborde aussi bien des questions culturelles basques que des questions politiques. À travers la forme et le fond, nous allons pouvoir observer comment le clergé diffuse une représentation dans laquelle l'identité est intimement liée au concept de victime.

L'adoption d'un discours modéré

  • 26 Anayak, 15 mars 1939, n° 5, p. 3.

9Pour les prêtres d'Anayak, il ne fait aucun doute qu'il est indispensable de ne point sombrer dans des polémiques stériles qui risqueraient de porter préjudice à leur image. Alors que la guerre d'Espagne exacerbe les passions dans le monde entier, ils prennent conscience de la nécessité d'adopter un discours dont la forme démente les accusations selon lesquelles ils sont aveuglés par la politique. Ainsi, les articles publiés vont être écrits, en général, sur un ton modéré destiné à séduire le lecteur et qui correspond à l'image que ce dernier, catholique de préférence, a d'un prêtre victime de la répression. C'est pour cette raison qu'ils se dénomment « les hérauts de la fraternité, les prédicateurs de la charité » et qu'ils se définissent de la façon suivante : « nous représentons la fraternité évangélique. [...] nous devons prêcher à nos fidèles des doctrines positives basées sur la légalité et le droit, sans ouvrir entre eux des abîmes infranchissables26 ».

  • 27 Ibid., 1er mars 1939, n° 4, p. 5.

10Leur analyse des événements en est par conséquent indissociable. La modération devient l'arme avec laquelle on essaie de convaincre le lecteur de l'objectivité d'Anayak et donc de la vérité que professent ces prêtres ayant fui le franquisme. Dès lors, ils se fondent parmi tous les ecclésiastiques victimes du conflit. Ainsi, ils reconnaissent ne pas être les seuls prêtres à avoir subi la répression et condamnent toutes les exactions perpétrées par les forces en présence. « Maltraiter un innocent, tuer une personne honnête, détruire une ville sans raison militaire [...] tout ceci est criminel.27 »

  • 28 Ibid., p. 6.
  • 29 .Ibid., 15 mars 1939, n° 5, p. 3.
  • 30 Ibid., 1-15 avril 1939, n° 6-7, p. 11.
  • 31 Ibid., p. 6.

11Par ailleurs, ils insistent sur la nécessité de défendre l'innocent et de protéger le persécuté quel qu'il soit, « c'est cela la religion chrétienne28 ». La fin de la guerre doit se traduire par une réconciliation fondée sur l'esprit de justice et la charité chrétienne29. La modération se teinte alors de sacrifice. Quand la guerre prend fin, ils décident de cesser la publication d'Anayak afin de ne pas entraver la paix30 À partir de ce moment, leur vie sera consacrée « à semer la fraternité et la charité chrétienne entre les frères qui ont lutté les uns contre les autres31 ». Ce discours se démarque ainsi de celui que tiennent certains ecclésiastiques franquistes qui ne cessent de réclamer leur condamnation et l'annihilation des nationalistes basques. En soulignant cette différence, Anayak cherche à convaincre le lecteur que les prêtres exilés n’ont jamais failli à leur mission.

Un clergé au service de Dieu et des hommes

  • 32 Ibid., 15 janvier 1939, p. 3.
  • 33 Ibid., 1er-15 avril 1939, n° 6-7, p. 19.

12Parallèlement à un discours empreint de modération, Anayak ne cesse de rappeler que le clergé basque est demeuré tout au long du conflit au service de Dieu et des hommes. Dès le premier numéro, la revue affirme son « attachement le plus profond, sincère, filial et inébranlable aux normes de l'Église catholique et, spécialement, à la personne auguste de Sa Sainteté le Pape Pie XI32 ». Il s'agit d'installer le doute chez un lecteur à qui une très rouges méritant l'excommunication. « Le clergé reçoit des directives qui ne viennent ni de Saint-Sébastien, ni de Madrid, ni de la Rome de Ce sont les normes de l'Église qui est universelle33 »

  • 34 Ibid., 1er février 1939, n° 2, p. 16.
  • 35 Ibid., 1er mars 1939, p. 1.
  • 36 Ibid., 15 février 1939, n° 3, p. 10-11.

13Afin de le démontrer, la revue insère une rubrique intitulée « Échos de l'exil » dans laquelle on décrit la vie quotidienne des populations et des prêtres basques vivant en France. De cette manière, Anayak souligne non seulement le catholicisme des basques, mais également l'aide spirituelle que le clergé leur apporte34 Ces prêtres suscitent donc bien des questions. Comment croire les franquistes alors que Mgr Mathieu, évêque de Dax, affirme dans une lettre publiée par la revue qu'il s'agit d'un clergé exemplaire35 ? En installant le doute, la revue s'attaque à l'ensemble des représentations véhiculées par la propagande fidèle au caudillo. Le lecteur devient de la sorte l'enjeu d'un conflit dont la guerre n'a été que la partie visible. Pour les prêtres basques, l'opinion doit être persuadée que leur publient donc des articles qui rappellent que les aumôniers de l'armée blessés sans tenir compte de leurs idées politiques36. Informer le lecteur sur leur attitude au cours du conflit permet ainsi d'amener progressivement le public à admettre qu'ils ont été injustement persécutés.

L'image d'un clergé injustement persécuté

  • 37 Ibid., 15 janvier 1939, n° 1, p. 16.
  • 38 Ibid., 15 mars 1939, n° 5, p. 20.
  • 39 Ibid., 1er février 1939, n° 2, p. 10.
  • 40 Ibid., 1er-15 avril 1939, n° 6-7, p. 11.
  • 41 Ibid., 1er-mars 1939, n° 4, p. 10.
  • 42 Ibid., 15 mars 1939, n° 5, p. 10.
  • 43 Ibid.

14Passer du stade de victime dans les faits à celui de victime dans les leur identité. Anayak est par conséquent organisée autour de cet objectif. La revue publie donc les adresses des prêtres basques exilés en Belgique37 et en Angleterre38 afin de permettre au lecteur de matérialiser une par une des victimes qui, jusqu'alors, constituaient une abstraction associée au nom « clergé basque ». De plus, Anayak donne des renseignements sur la situation des ecclésiastiques qui n’ont pu fuir l’Espagne39. Le détaile des condamnations, ainsi que l'adresse des prisons, deviennent alors une preuve supplémentaire de leur condition de victime d'un système qui se dit catholique et qui n’a pas hésité à fusiller des prêtres, comme le rappelle la liste des ecclésiastiques exécutés40 Néanmoins, la revue ne tient pas à ce que le lecteur les considère comme les victimes « ponctuelles » de la folie des hommes. Au contraire, il s’agit de démontrer qu’ils n’ont jamais cessé de l’être et que finalement la guerre n’est que l’aboutissement d’un processus qui a débuté bien des années auparavant. Pour cela, des articles décrivant les activités sociales et culturelles du clergé basque avant la guerre sont publiés. On y insiste non seulement sur le rôle fondamental du clergé dans l’épanouissement de la culture locale41 et dans la lutte contre le marxisme42, mais également sur les nombreuses critiques que soulevèrent ces activités. En faisant allusion à une persécution séculaire, Anayak essaie de démontrer que leur situation actuelle s'inscrit dans une problématique plus large, celle du peuple basque. La politique n'est donc qu'un prétexte, ces prêtres sont persécutés en raison des liens qui les unissent aux Basques. Cette relation privilégiée entre le clergé et les populations est d'ailleurs la raison pour laquelle ils ont pris parti dans le conflit : « nous ne pouvions, ni comme prêtres, ni comme patriotes, ni comme hommes, rester en marge du martyre de notre peuple43 ».

  • 44 Ibid

15Ce sont des sentiments que le lecteur catholique français ne peut que comprendre. patriotisme demeure vivace. Comment peut-on par conséquent condamner des prêtres qui ont empêché la région de glisser vers le communisme et qui ont défendu leur peuple ? En outre, s'ils étaient tels que l'affirment les franquistes, contredire leur version des faits ? « Nous demandons instamment à gouvernement d'Euzkadi qui ait pris les armes durant la guerre civile44 »

  • 45 Ibid., 1er mars 1939, n° 4, p. 20.

16Le verdict tombe alors. Les franquistes mentent. Ces prêtres sont des auquel Anayak a par ailleurs consacré un article45. Ainsi, dans l'esprit du lecteur, ces prêtres exilés acquièrent une identité dans laquelle le concept de victime est intimement lié à l'identité basque et au catholicisme. Cette représentation sera fondamentale dans la lutte qui les oppose au franquisme.

les objectifs de cette identité

17L'intérêt de cette identité devient évident lorsque l'on se penche sur l’utile pour aider la cause basque et remettre en question la croisade franquiste.

Détruire l'image et le support idéologique du franquisme

18Lors de la parution d'Anayak, la situation de la République est désastreuse. Barcelone est sur le point de tomber, des milliers de réfugiés traversent les Pyrénées, des pays comme la France s'apprêtent à reconnaître Franco et la rébellion militaire a obtenu l'appui officiel de l'Église espagnole (1937). En outre, la propagande franquiste lutte sans relâche afin de donner au « Caudillo » une légitimité que bien des organisations pro-républicaines contestent. Une lutte sans merci fait rage, notamment en France. Pour Anayak, il s'agit de livrer l'ultime combat avant la fin de la guerre.

  • 46 Ibid., 1er février 1939, n° 2, p 8.

19Les attaques de la revue s'effectuent à deux niveaux. Dans un premier temps, Anayak entreprend de démonter le support idéologique du franquisme. En tant que prêtres victimes des militaires, leur action a un poids considérable dans la mesure où cette idéologie repose sur le catholicisme. Par conséquent, ils essaient de démystifier la « Cruzada ». « On a prétendu se couvrir de l'autorité de l'Église pour appeler Croisade une rébellion46 »

  • 47 Ibid., 15 février 1939, n° 3, p 5.
  • 48 Ibid., 1er mars 1939, n° 4, p6.
  • 49 Ibid., 1er février 1939, n° 2, p 7.

20La pastorale collective de 1937 est également dénoncée. Anayak rappelle que certains évêques n'ont pas signé ce document qui fournit aux militaires une légitimité à laquelle ils ne peuvent prétendre47 Le catholicisme n'est en réalité qu'un prétexte. Comment être catholique et exécuter des prêtres basques48 ? Ils sont la preuve vivante (ou morte) de la supercherie franquiste. de la religion dans la zone franquiste. « De fausses doctrines sont aussi prêchées dans la zone nationaliste. On y adultère le sens de l'amour de guerrière du christianisme49. »

  • 50 Ibid
  • 51 Ibid., 15 février 1939, n° 3, p. 6.

21Après avoir fait disparaître les fondements religieux, les véritables objectifs du franquisme émergent. Les militaires veulent instaurer une dictature, un système identique à celui qui existe en Allemagne50. Le choix n'est pas anodin. Il faut que l'opinion française puisse visualiser la nature du franquisme et surtout le comparer à ses ennemis ancestraux. Derrière le nom de Franco, il est indispensable qu'apparaissent ceux de Hitler et de Mussolini. « Nous attirons l'attention du lecteur sur les éléments coalisés de l'armée du Général franco : Allemands nazis, Italiens fascistes51

  • 52 Ibid., p. 12.
  • 53 Ibid., 1er-15 avril 1939, n° 6-7, p. 10.

22Quant aux pratiques du franquisme, Anayak s'évertue à en souligner les aspects immoraux. Le rappel des bombardements ou des exécutions sommaires des assassins52. Parmi les exactions de Franco, celles commises à l'encontre des Basques occupent une place toute particulière. Plaider leur cause est l'un des principaux objectifs53

Défendre le peuple et le gouvernement basques

23Après avoir dénoncé le franquisme, les prêtres exilés prennent la défense du gouvernement et des populations basques. Il faut non seulement opposer les Basques aux militaires, expliquer l'authenticité de leur cause, mais également catholiques.

  • 54 Ibid., 15 janvier 1939, n° 1, p. 12.
  • 55 Ibid., p. 6.

24En ce qui concerne le gouvernement basque, Anayak le décrit comme une institution dans laquelle le nationalisme basque est la seule formation politique présente. On évite dès lors la délicate question de l'adhésion du PNV à la cause républicaine. En outre, la revue insiste sur les éléments susceptibles la propagande franquiste. En premier lieu, son catholicisme. Après avoir publié l'hommage du président Aguirre au Pape le 21 décembre 193854 Anayak rappelle la volonté du gouvernement de protéger l'Église et de maintenir un culte authentique. « Ce n'est que dans le Pays Basque, [...] qu'on a pu voir des manifestations de culte ; au contraire dans la zone [...] Tout ceci blesse la conscience et provoque un scepticisme profond et inquiétant55 »

  • 56 Ibid., 15 mars 1939, n° 5, p. 4.

25À partir du moment où la différence est établie avec les franquistes, il propriété, la religion et les droits de la personne furent respectés en tenant compte des restrictions qui s'imposaient à un État en guerre56 »

26Ainsi, il est sous-entendu que ce gouvernement n'est absolument pas marxiste. Au contraire, il est démocrate et catholique. D'ailleurs, des prêtres ne le défendent-ils pas ?

  • 57 Ibid., 1er février 1939, n° 2, p. 8.

27Dans cette revue, Aguirre occupe une place importante. Présenté comme le président d'un pays souverain, on le décrit comme un homme de paix. « En Espagne [...] seule, la voix du Président du Gouvernement Basque s'y éleva pour condamner le crime et défendre la valeur de la personne humaine57 »

  • 58 Ibid.

28En quelques numéros, le Pays Basque est mis au même plan que la France dans l'esprit des lecteurs. Les points communs sont la démocratie, la liberté et le respect des droits de l'homme. Parallèlement, la revue souligne le sens des responsabilités des autorités basques. Soucieuses d'éviter de quelconques problèmes au pays d'accueil, elles subviennent aux besoins des exilés. L'économie française n'en subit donc pas les conséquences58

  • 59 Ibid., p. 7-8.

29Progressivement, le sort de la population prend de l'importance. Si la situation des habitants du Pays Basque préoccupe Anayak, l'intérêt pour la vie quotidienne des exilés ne cesse de croître. La revue veut donner des Basques une image proche des populations françaises ou du moins des pays démocratiques. Il s'agit de différencier les réfugiés basques de ceux du reste de l'Espagne. Les articles portent, en général, sur trois périodes précises : la République, la guerre civile et l'exil. Dans chacune d'elles, on met l'accent sur les différences d'état d'esprit ou de comportement. Durant la République, le Basque se distingue par sa conscience politique : « L'opinion publique espagnole, ou du moins une immense partie de cette opinion, n'avait pas une conscience politique véritablement formée. [...] Au contraire, en Pays Basque, la vie publique suivit une trajectoire plus régulière, moins sujette à ces convulsions, plus consciente et d'un niveau de culture plus élevé59 »

  • 60 Ibid., p. 4.

30Lors de la guerre civile, la population de la région a été victime d'un conflit qui ne concerne que les Espagnols. « Cette guerre, nous ne l'avons pas voulue, nous ne l'avons pas encouragée. Nous y avons été précipités et nous l'avons subie60. »

  • 61 Ibid., 15 mars 1939, n° 5, p. 5

31Dans l'exil, les Basques, contrairement aux autres, ont un comportement exemplaire : « Les autorités françaises, elles-mêmes, ont su apprécier les hautes qualités du peuple basque, elles ont su le distinguer de l'émigration composite et parfois suspecte qui a récemment passé les Pyrénées61. »

  • 62 Ibid., 15 mars 1939, n° 5, p. 5.

32Ainsi, aux yeux du lecteur, ils deviennent plus proches, plus « civilisés ». Les Espagnols, « barbares » s'il en est, sont relégués au stade de peuplade primitive. Quant aux « hordes misérables et affamées » des exilés républicains, elles ne peuvent être comparées à ce peuple d'élites que de nombreux pays se disputent : « Beaucoup de Basques, médecins, ingénieurs, avocats, etc., ont déjà obtenu des situations importantes dans divers pays d'Amérique. Quelques Républiques sud-américaines ont offert aux autorités basques de collaborer avec elles pour une politique d'émigration des Basques sur une grande échelle62. »

33L'exil se scinde donc en deux groupes totalement distincts. Il s'agit pour Anayak d'instaurer une vision manichéenne qui soit favorable aux Basques.

Faire pression sur les dirigeants occidentaux

  • 63 Ibid., 1er février 1939, n° 2, p. 1.
  • 64 Ibid., 1er-15 avril 1939, n° 6-7, p. 4.
  • 65 Ibid., 15 mars 1939, n° 5, p. 5.

34Avec la mise en place de ces différentes représentations, l'un des véritables objectifs d'Anayak devient évident. Il s'agit d'influencer l'opinion catholique, de la rendre sensible à la cause basque pour l'inciter à faire pression sur les gouvernements occidentaux et notamment français. Afin d'y parvenir, les prêtres exilés insistent sur la conjoncture politique. Ils rappellent que la situation se dégrade tout autour de la France. L'absorption de l'Autriche, les persécutions contre les Juifs en Allemagne63 ne sont que les prémices d'une catastrophe future. Ce qui a eu lieu au Pays Basque et en Espagne peut se reproduire64 Le lecteur ne risque-t-il pas de devenir une victime à l'instar des prêtres et du peuple basques ? Après avoir semé le doute et amené le lecteur à prendre conscience des dangers qui menacent le monde et la France, Anayak s'adresse directement aux gouvernements. La revue émet trois requêtes. La première porte sur la politique vis-à-vis des réfugiés : « on ne doit pas préconiser une politique de rapatriement immédiat ses, quant à la vie, la liberté et les biens de ces derniers65 ».

  • 66 Ibid., p. 7.
  • 67 Ibid., p. 7-8.

35Anayak tient à ce que la paix n'implique pas un règlement injuste du sort des exilés66. La revue craint que des pays comme la France, après avoir reconnu le nouveau régime, n'envisagent d'expulser les réfugiés. L'opinion publique doit s'y opposer et faire pression sur les gouvernements. Si le rapatriement doit s'effectuer, il n'est possible que sous certaines conditions. « La justice exige que des gens qui ne sont ni des criminels ni des malfaiteurs, moyens qui leur permettent de vivre une vie de travail décente et digne67. »

  • 68 Ibid., p. 7.

36De plus, Anayak désire une paix « basée sur la vérité, sur la justice68 ». Son instauration serait lourde de conséquences. En effet, elle entraînerait sans aucun doute le jugement de Franco et l'intervention directe des grandes puissances en Espagne. L'Histoire démontre que cette revue n'a pas atteint ses objectifs. Cependant, elle a contribué à dévoiler la véritable nature d'un régime érigé sur des milliers de victimes.

37L'analyse d'Anayak souligne donc les enjeux que renferme l'émergence d'une identité fondée sur le concept de victime. Dans le cas du clergé l'utilise pour défendre la cause basque et les réfugiés. Elle est l'élément autour duquel s'organise la stratégie de conquête de l'opinion publique. Ainsi, les prêtres exilés tirent profit de la répression qu'ils ont subie et en font usage contre leurs adversaires. Cette double utilisation, ainsi que le contenu d'Anayak, démontrent à quel point ils ont conscience du poids des représentations dans le façonnement des individus.

38Severiano Rojo Hernandez

Notes

1 Euzkadi, n° 7 361, 6 de noviembre de 1936, p. 1.

2 J. Iturralde, El calolicismo y la cruzada de Franco. Como siguió y triunfó la cruzada. TIII, Vienne, ed. Egi Indarra, 1955, p. 380.

3 T. Izpizua, Odisea del clero vasco. Apasionante relato de un sacerdote vasco en el exilio desde 1937 a 1974, Bilbao, ed. Amado, 1986, p. 39-40.

4 J. Sanchez Erauzkin, op. cit., T 1, p. 83.

5 O. De Vitoria, Boletîn oficial del Obispado de Vitoria, 1 de noviembre de 1936, n° 22.

6 J. Sanchez Erauzkin, op. cit., T 1, p. 80.

7 Archivo Historico Nacional (AHN), (Salamanca), PS Madrid, Leg. 18%.

8 A. Marquina, « El contexto intemacional y el contexto interior de la guerra española en la actuación de la diplomacia vaticana », La Iglesia Católica y la guerra civil español.cincuenta años después, Madrid, ed. Fundaciôn Friedrich Ebert, 1990, p. 44.

9 A. Granados, El Cardenal Gorna Primado de España, Madrid, ed. Espasa Calpe, 1969, p. 155.

10 AHN, (Salamanca), P.S. Madrid, Leg. 809.

11 Données obtenues à partir de : E.-A Talde, En la persecucion. Archivos clero vasco (I). Año 1936, Usurbil, ed. Izarra, 1978,118 p.

12 G. Hermet, Les catholiques dans l'Espagne franquiste. Chronique d'une dictature, Paris, éd. Presses de la fondation des sciences politiques, 1981, p. 105.

13 M.-L. Rodriguez Aisa, El cardenal Gomá y la guerra de España. Aspectos de la gestión públicia del Primado 1936-1939, Madrid, ed. CSIC, 1981, p. 228.

14 J. Iturralde, El catolicismo..., op. cit., p. 490.

15 Archivo Historico Militar (AHM), Armario 16, Leg. 38, Carp. 21, Exp. 1.

16 J. Sanchez Erauzkin, op. cit., T 1, p. 96.

17 Archivo Del Ministerio De Asuntos Exteriores, Caja R.E 3459, Exp. 14.

18 AHM, Armario 46, Z.R, Rollo 262-2, Leg. 59, Carp. 8.

19 E.-A Talde, En la persecución..., op. cit., p. 52.

20 AHN (Salamanca), PS. Barcelona, Leg. 1069.

21 S. Rojo Hernandez, « Franquisme et clergé nationaliste basque : l'épuration de 1937 en Biscaye », in Modèles et représentations en Méditerranée, Publications de l'Université de Provence, p. 12 (à paraître).

22 Archivo Del Ministerio De Asuntos Exteriores, Caja R.E 3459, Exp. 14.

23 Ruiz Rico (Juán José), op. cit., p. 33.

24 Ibid., p. 481.

25 A. Onaindia, Ayer como hoy, Saint-Jean-de-Luz, éd. Axular, 1975, 321 p. 30.

26 Anayak, 15 mars 1939, n° 5, p. 3.

27 Ibid., 1er mars 1939, n° 4, p. 5.

28 Ibid., p. 6.

29 .Ibid., 15 mars 1939, n° 5, p. 3.

30 Ibid., 1-15 avril 1939, n° 6-7, p. 11.

31 Ibid., p. 6.

32 Ibid., 15 janvier 1939, p. 3.

33 Ibid., 1er-15 avril 1939, n° 6-7, p. 19.

34 Ibid., 1er février 1939, n° 2, p. 16.

35 Ibid., 1er mars 1939, p. 1.

36 Ibid., 15 février 1939, n° 3, p. 10-11.

37 Ibid., 15 janvier 1939, n° 1, p. 16.

38 Ibid., 15 mars 1939, n° 5, p. 20.

39 Ibid., 1er février 1939, n° 2, p. 10.

40 Ibid., 1er-15 avril 1939, n° 6-7, p. 11.

41 Ibid., 1er-mars 1939, n° 4, p. 10.

42 Ibid., 15 mars 1939, n° 5, p. 10.

43 Ibid.

44 Ibid

45 Ibid., 1er mars 1939, n° 4, p. 20.

46 Ibid., 1er février 1939, n° 2, p 8.

47 Ibid., 15 février 1939, n° 3, p 5.

48 Ibid., 1er mars 1939, n° 4, p6.

49 Ibid., 1er février 1939, n° 2, p 7.

50 Ibid

51 Ibid., 15 février 1939, n° 3, p. 6.

52 Ibid., p. 12.

53 Ibid., 1er-15 avril 1939, n° 6-7, p. 10.

54 Ibid., 15 janvier 1939, n° 1, p. 12.

55 Ibid., p. 6.

56 Ibid., 15 mars 1939, n° 5, p. 4.

57 Ibid., 1er février 1939, n° 2, p. 8.

58 Ibid.

59 Ibid., p. 7-8.

60 Ibid., p. 4.

61 Ibid., 15 mars 1939, n° 5, p. 5

62 Ibid., 15 mars 1939, n° 5, p. 5.

63 Ibid., 1er février 1939, n° 2, p. 1.

64 Ibid., 1er-15 avril 1939, n° 6-7, p. 4.

65 Ibid., 15 mars 1939, n° 5, p. 5.

66 Ibid., p. 7.

67 Ibid., p. 7-8.

68 Ibid., p. 7.

Auteur

Maître de conférences, Université de Brest

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search