Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les victimes, des oubliées de l'histoire ?

 | 
Benoît Garnot

Mythes

La victime catholique au temps des guerres de Religion. La sacralisation du prêtre

David El Kenz

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 « L'innocence du martyr n'est jamais mise en doute [écrit René Girard] « Ils m'ont haï sans cause. (...)

1La victime occupe une place privilégiée dans le message chrétien. Le Fils crucifié choisit cette place pour dénoncer le « scandale » du Mal porté par la communauté humaine. Ainsi, la victime devient-elle l'axe de légitimation de l'identité chrétienne. D'un côté, l'innocence meurtrie qui témoigne du Christ, et de l'autre, la violence incarnée par Satan1. L'exécution d'Étienne, premier martyr chrétien, est un discours de victimisation contre la cruauté du Sanhédrin impie (Ac 6-7).

  • 2 Cf. D. El Kenz, Les Bûchers du mi. La culture protestante des martyrs (1523-1572), Paris, Champ Va (...)
  • 3 Histoire ecclésiastique des eglises reformées au royaume de France, en laquelle est descrite au vr (...)

2Dans la France du xvie siècle, la concurrence victimaire se déploie entre catholiques et protestants. L'Église catholique doit pourtant relever le défi de la légion des martyrs de la réforme française2. Ses anti-martyrologes, publiés au début du xviie siècle, réduisent les héros de la foi huguenots à des hérétiques. Or, en vertu de l'adage augustinien martyrem non facit poena, sed causa, ces victimes ne sont que des martyrs du diable. Toutefois, à partir des années 1550, l'Église lance une campagne à l'aide de prêches, pamphlets, livrets de gravures et récits hagiographiques autour de ses propres victimes. L'Histoire ecclésiastique rapporte qu'à Orléans, en mai 1561, il y eut un début d'émeute lorsque le bailli fit exécuter un dénommé Verdet, coupable d'avoir assassiné un réformé. Lors des funérailles, la foule disait qu'elle accompagnait « le corps d'un martyr3 ». Cette sensibilité martyrologique s'articule à partir d'un discours original. En effet, la victime catholique est distincte de la victime protestante, car la souffrance qu'elle endure n'est pas celle des flammes. Ensuite, à l'occasion des premiers troubles, la victime se cléricalise. Elle sert ainsi la réforme de la prêtrise. Enfin, Yexemplum de missionnaires martyrisés fonde une part du prosélytisme tridentin.

la victime catholique : le martyre spirituel

  • 4 F. Lepicart, Les Sermons et instructions chrestiennes, pour tous tes Dimenches et toutes les Feste (...)
  • 5 F. Lepicart, Les Sermons et instructions chrestiennes, pour tous les Dimenches et toutes les Feste (...)

3Dans les années 1550, tandis que se multiplient les bûchers des « sectateurs », l'Église catholique doit se défendre des accusations de tyrannie. À cette fin, un prédicateur parisien, François Lepicart, curé de Saint-Germain-l'Auxerrois, fabrique un nouveau type de martyre. Dans ses sermons des années 1555-1556, il dénonce la présence du calvinisme comme une offense à Dieu. Cette agression provoque une rupture entre le fidèle et son Seigneur. Le prêtre rappelle qu'un bon chrétien « ne doit craindre autre chose, que d'estre séparé de Dieu4 ». Il pèse alors la souffrance des catholiques et la souffrance des hérétiques. La première est supérieure, car elle est « spirituelle », tandis que la seconde n'est que physique. L'iden-tification aux tribulations du Seigneur est donc plus difficile, puisque la souffrance se limite aux séductions de Satan. Or, ces tentations sont insidieuses, car elles émeuvent l'esprit, la partie la plus subtile de l'être. « C'est donc plus grande vertu d'endurer et vaincre une passion d'esprit, que non pas une passion du corps, proclame Lepicart à ses fidèles5 »

  • 6 F. Lepicart, Les Sermons et instructions chrestiennes [...] jusques à l'Advent, 1565, op. cit., p. (...)
  • 7 F. Lepicart, Les Sermons et instructions chrestiennes [...] jusques à la Trinité, 1566, op. cit., (...)

4De cette manière, Lepicart réussit à minorer l'éclat des bûchers des hérétiques au profit du scandale que doit endurer la communauté catholique. « Un homme juste qui ayme Dieu, et qui le craint, dit-il : il est plus affligé en son ame, voyant Dieu offensé, que n'est le corps d'un heretique bruslant tout vif au feu6 » Ainsi propose-t-il une alternative au martyre huguenot. L'hérésie impose la mortification de l'esprit afin de ne pas être détourné de l'Église. Les fidèles doivent donc nier leur faculté de volonté et trouver refuge dans l'âme incorruptible. « Cela te vaut à vie eternelle, et te sera réputé pour un martyre spirituel, conclut le prêtre7. »

  • 8 C. de Saintes, Discours sur le Saccagement des Églises Catholiques par les Heretiques anciens et n (...)
  • 9 G. Hervet, Discours sur ce que les pileurs, voleurs, et brusleurs d'Églises disent qu'ilz n 'en ve (...)
  • 10 S. Vigor, Sermons catholiques du sacrement de l'autel, accomodez pour tous les jours des Octaves d (...)

5Les émeutes iconoclastes entre 1560 et 1562 sont un nouveau prétexte à la plainte catholique sur la privation de Dieu. En 1562, dans son Discours sur le Saccagement des Églises Catholiques, Claude de Saintes interprète les bris d'images comme un châtiment divin. Aussi les saints nationaux non seulement n'ont-ils pas protégé les cités pillées par les huguenots, mais ils se sont laissé brûler par les hérétiques8. De même, dans un pamphlet publié la même année, Gentian Hervet redoute que la profanation du Saint Sacrement empêche la rémission des péchés9 Vers 1570 encore, le prédicateur Simon Vigor déplore qu'il « n'y a donc point de religion », puisque Satan « répugne le saint sacrement10 ».

  • 11 L. Micqueau, Response au discours de M. Gentian Hervet, sur ce que les pilleurs, voleurs et brusle (...)

6Dans sa réponse à Gentian Hervet, le calviniste Louis Micqueau stigmatise cette stratégie de victimisation. Il pointe ce qui lui paraît être un paradoxe : l'équivalence entre ses martyrs de chair et les « martyres » des images sacrées : « Et puis vous faisiez trotter prestres et moynes en procession, chanter Kyrielles et letanies, porter chasses, allumer torches et cierges, faire invectives et complaintes de l'outrage qu'on avoit faict à voz dieux. Et pour appaiser leur ire, vous ne leur présentiez seulement encens et parfuns, mais leur sacrifiez solennellement les innocens11. »

  • 12 Les pamphlets catholiques sont ambivalents. À côté du message plaintif, les auteurs en appellent à (...)
  • 13 Ibid., p. Bii r°.

7Ce dolorisme catholique n'est pas seulement un usage rhétorique12. Il éclaire les processions faites à l'occasion des troubles. La complainte d'Etienne Valancier, publiée en 1568, les traduit ainsi : « Ces serviteurs du Seigneur souverain,/Tant mal traitez de ceste gent perverse,/Ne font sinon que tendre au Ciel la main,/Pour le prier que son Regne ne verse : /Voire l'Église estant à la renverse/(Ou peu s'en faut) par leur damnable force13 »

  • 14 (Ex 29, 38-42 ; Nb 4, 7 ; 28, 3-8 ; 1 M, 1, 44-50 ; 1, 57-60) ; G. Hervet, Discours sur ce que les (...)

8Le temps des troubles est donc un temps des afflictions. Un temps eschatologique, puisqu'il est dit dans les Ecritures que lors de la venue de l'Antéchrist cesserait le sacrifice du Christ14 La figure du prêtre incarne cette déploration. Elle lui donne, en effet, un corps singulier.

le clerc : l'hostie vivante

  • 15 D. Crouzet oppose cette violence sélective et pédagogique à la violence exterminatrice et sacrée d (...)
  • 16 Concilium Tridentinum, t. IX, Societas Goerresana, 1924, p. 1 044. Cité par V. Carrière, Introduct (...)
  • 17 A. Poncelet, Lettre inédite du Père Henri Samerius, extrait des Analectes pour servir à l'histoire (...)
  • 18 Journal de D. Lépaulart, religieux du monastère de Saint-Crépin-le-Grand de Soissons, prieur de sa (...)
  • 19 R. Verstegan, Théâtre des cruaultez des hérétiques de nostre temps, traduict du latin en français, (...)

9Lors des guerres civiles, il semble bien que les clercs soient les premières victimes des huguenots15 Au concile de Trente, le 23 novembre 1563, le cardinal de Lorraine déclare que trois mille religieux étaient morts pour leur confession16. Le Père Henri Samerius estime leur nombre à cinq mille pour les deux premières guerres (mars 1562-mars 1563 ; septembre 1567-mars 1568)17. En 1567, dans son journal, Dom Lépaulart, religieux du monastère de Saint-Crépin-le-Grand, à Soissons, relate que des paysans « récitoient que peu auparavant ilz avoient trouvé, assez près de Nully, ung prestre lié par le corps et par les bras sur une pièce de boys, qui estoit demy escorché, et la peau depuis le nombril rejectée sur la teste et celle des bras sur les espaulles, et si n'estoit encore mort, ains languissoit, dont aucuns Huguenotz présens ryoient18 ». Dans le Théâtre des cruautés (1588) de Richard Verstegan, les clercs sont prépondérants parmi les victimes françaises. Durant la première guerre de Religion, le capitaine Béthune se vantait d'avoir coupé les parties honteuses de dix-sept prêtres à Sainte-Menehould19. En ne tenant compte que des cas singuliers, vingt-cinq récits de clercs sont rapportés pour neuf seulement de laïcs. Au-delà de la « guerre aux rasés » favorisant l'agression contre les clercs, la présentation du martyre comporte un enjeu apologétique.

  • 20 C. de Saintes, Discours sur le Saccagement des Églises Catholiques par les Heretiques anciens et n (...)

10La mort des prêtres est liée à la défense de l'Eglise. Claude de Saintes rapporte, en 1562, la résistance d'un prêtre Orléanais, Guéset, curé de Saint-Paterne. Dans la cité tenue par les protestants, le curé n'avait pas voulu abandonner ses paroissiens. Mais il fut arrêté alors qu'il disait la messe dans un grainier. Les huguenots lui infligèrent alors un rituel de dérision qui l'assimilait à un agent espagnol. Il fut exécuté, par la suite, refusant de se convertir malgré les injonctions des ministres20

  • 21 J.-P. Massaut, Josse Clichtove, l'humanisme et la réforme du clergé, Paris, Bibliothèque de Philos (...)
  • 22 En revanche, seul un supplice de laïc évoque directement un supplice hagiographique -une éviscérat (...)

11La nature sacrificielle du sacerdoce clérical éclaire la victimisation du prêtre. La députation eucharistique du prêtre est au cœur de la réforme catholique. L'humaniste Josse Clichtove (1472-1543) présente le sacerdoce clérical comme un « état de vie » devant être aussi sacré que le sacrifice eucharistique auquel il est voué21. L'un et l'autre sont équivalents « par nature ». Les décrets tridentins sur le sacrifice de la messe (17 septembre 1562) et sur le sacrement de l'ordre (15 juillet 1563) substituent cette équivalence de « nature » au « volontarisme » divin. Le sacerdoce est de même nature que le sacrifice en vertu de la volonté de Dieu. Une cléricalisation du sacerdoce motivée par la sacralisation de la prêtrise s'affirme donc. Le prêtre est choisi pour révéler le Christ. À cet effet, les guerres de Religion offrent une scène pour déployer cette vocation. Face à la contestation protestante de celle-ci, les clercs peuvent se légitimer par leur sacrifice. Dans le Théâtre des cruautés, la majorité des supplices vise leur état. Plus de 38 % des supplices infligés sont liés directement à leur fonction spirituelle, alors que les supplices liés au rituel judiciaire ne dépassent pas 24 % et ceux liés à la fonction des bourreaux 15 %22.

  • 23 R. Verstegan, Le théâtre des cruaultez..., op. cit., p. 98-99 et 108-109.

12La mutilation des parties sexuelles ne concerne que les clercs. Elle cible le vœu de chasteté. Le célibat découle directement de la conception sacrée du sacerdoce. Le supplice de la castration est, d'un point de vue hagiographique, la reconnaissance de la spécificité de l'ordre, tandis que pour les bourreaux, il est une négation de la cléricature. De même, les mutilations touchant le visage des prêtres, essorillement, yeux crevés, ablation du nez, décapitation, font écho à l'iconoclasme réformé. Les briseurs d'images se livrent essentiellement aux décapitations, aux démembrements et aux martèlements des yeux des statues saintes. Enfin, l'animalisation des prêtres vise la dénonciation de leur oisiveté. Un prêtre se voit attacher des fers à cheval aux pieds, un second est lié à des bœufs pour tirer la charrue, cruellement piqueté et fouetté à mort, et un dernier est éviscéré, avant que les bourreaux y mettent de l'avoine et en fassent une mangeoire pour leurs chevaux23

  • 24 A. Gallonio, Traité des Instruments de martyre et des divers Modes de supplia employés par la paie (...)

13Certains supplices font immédiatement référence aux premiers martyrs. L'un décrit un prêtre forcé de mettre les mains dans une chaudière pleine d'huile bouillante jusqu'à ce que la chair se décolle des os. Puis, les huguenots lui en versent dans la bouche. Un autre martyr est enfermé dans un coffre dont le couvercle est percé de trous par lesquels les bourreaux font couler de l'huile bouillante jusqu'à ce qu'il meure. Ces supplices rappellent ceux des sept frères Maccabée, plongés dans des poêles et des chaudrons (2 M, 7). Par la suite, de nombreux martyrs de l'antiquité subissent le même supplice : saint Boniface, sainte Julienne ou sainte Lucie24.

Supplices infligés aux clercs en France dans le Théâtre des cruaultez

Supplices infligés aux clercs en France dans le Théâtre des cruaultez
  • 25 Nous relevons chaque supplice sans tenir compte des individus. Un clerc peut donc subir plusieurs (...)

14Note *25.

  • 26 R. Verstegan, Le théatre des cruaultez..., op. cit., p. 104.
  • 27 Nous reprenons la lecture de F. Lestringant, ibid., p. 104, note 2.
  • 28 Ibid., p. 100.

15Enfin, l'assimilation du sacrifice de la messe au supplice du prêtre conduit la victimisation. Voici un prêtre à qui les tortionnaires coupent les parties honteuses précédemment rôties. Il dut les manger, alors qu'on lui ouvrait le ventre « pour voir comment il les digérait26 ». Cette curiosité illustre la matérialisation inversée de l'ingestion du corps du Christ. Alors que le prêtre est responsable de la manifestation divine du Christ dans le pain prochainement avalé, ici, les bourreaux matérialisent la digestion de la partie diabolique du corps humain par le clerc27. De même, les huguenots, après avoir forcé un prêtre à faire la messe, l'arquebusent, suspendu à une croix, juste devant le Christ28 La gravure renforce la représentation en dupliquant les deux corps dans une passion identique. Par conséquent, le prêtre est à la fois le sacrificateur - séquence de la messe - et le corps sacrifié - séquence du martyre. Il offre le corps saint sacrifié et offre son corps saint en sacrifice.

  • 29 Ibid., p. 101.

16La victimisation du prêtre s'inscrit ainsi dans l'imitation de la Passion. Au sujet du prêtre martyrisé lors de la messe, le sizain suivant se construit à partir de l'analogie entre le martyr et le Christ : « Cacher ne peut le mal, qu'il porte en la poitrine/Le tyran huguenot ; qui d'envie mâtine/Se montrant comme Juif ennemi du Seigneur,/Le prêtre ayant forcé à célébrer la messe,/Mystères profanant, et le battant sans cesse,/L'a mis finalement à la croix du Sauveur29 »

le desir d'etre victime : la quete du martyre

17La victimisation des clercs est au cœur de la sainteté tridentine. Elle fonde un idéal religieux qui s'inscrit dans la lutte contre la Réforme. Dans le Chemin de la perfection (1573), au chapitre 1, Thérèse d'Avila considère la France des guerres de Religion comme une terre de mission.

  • 30 T. d’Avila, Le Chemin de la perfection (1573), in OEuvres complètes, trad. de M. Auclair, Paris, D (...)

« En ce temps-là, écrit-elle, j'appris les malheurs de la France, les ravages qu'avaient faits ces luthériens, et combien se développait cette malheureuse secte. J'en eus grand chagrin, et comme si je pouvais quelque chose, ou comme si j'eusse été quelque chose, je pleurais devant le Seigneur et le suppliais de remédier à tant de maux. Je me sentais capable de donner mille fois ma vie pour sauver une des nombreuses âmes qui se perdaient là-bas 30 »

  • 31 Les deux premiers de la Compagnie de Jésus qui ont esté massacrez en France pour la Religion Chres (...)
  • 32 O. de Gissey, Vie et martyre du Père Jacques Salez et du Frère Guillaume Sautemouche, son compagno (...)
  • 33 « Ah ! si je pouvais même en servant de pâture aux chiens, rendre à mon Dieu ce qu'il m'a prêté ! (...)
  • 34 O. de Gissey, Vie et martyre du Père Jacques Salez et du Frère Guillaume Sautemouche..., op. cit., (...)
  • 35 D'après une copie de l'original : bibliothèque Sainte-Geneviève, n° 1414, Paris, 1753. Cité par J. (...)
  • 36 O. de Gissey, Vie et martyre du Père Jacques Salez et du Frère Guillaume Sautemoche..., op. cit., (...)

18En 1594, dans le cadre de la propagande ligueuse, un opuscule lyonnais retrace le martyre de deux jésuites massacrés à Aubenas le 7 février 159331. L'hagiographie de l'un d'eux, Jacques Salés, révèle son univers sacrificiel32 Le Père Salès est habité par le désir de martyre. Le frère Edmund Campion (1540-1581), entré la même année que lui au Collège de Clermont et mort martyr en Angleterre, le fascine. Il incarne les légions d'étudiants anglais enrôlés au sein de la Compagnie et formés dans les collèges de Rome et de Douai pour aller évangéliser leur patrie. Jacques Salès vénère une lettre de Campion qu'il garde comme une relique. Il baise plus particulièrement les mots suivants : « Ego vero si vei canibus alendis fenerari possim domino meo, quia sum aut quae est domus mea ut recusem33 ? » En outre, il porte sur lui des ossements de l'Anglais. À l'écoute de récits d'autres victimes, il prononce une mystérieuse exclamation : « Oh ! si... ! ». Un jour de 1586, dans un cercle d'amis, il achève ces paroles en souhaitant publiquement finir martyr. « Oh ! si... nous aussi, nous pouvions être martyrs, s'exclame-t-il ! » En 1587, malgré une complexion chétive qui le borne au professorat, il demande au Général de la Compagnie, Aquaviva, l'autorisation de partir évangéliser outre-mer34. La réponse est négative, car, dit le Général, « il y a mieux à faire dans le royaume de France ». Salès abandonne ainsi son projet pour désormais se consacrer au royaume devenu terre de mission35. Vers 1589, il déclare que la façon de mourir qui lui conviendrait le mieux, « ce serait qu'étant en oraison, il fut arquebusé ». Enfin, dans le cadre de son enseignement de théologie, il choisit d'enseigner un traité du martyre de Cyprien ou de Tertullien36.

  • 37 Ceux qui prient sont arrêtés. Les deux premiers de la Compagnie de Jésus qui ont esté massacrez en (...)
  • 38 O. de Gissey, Vie et martyre du Père Jacques Salez et du Frère Guillaume Sautemouche..., op. cit., (...)

19En 1592, Salès et Saultemouche sont envoyés à Aubenas pour inciter la minorité protestante à la conversion. Mais le 6 février 1593, les troupes du capitaine Jean Bosse de Sarjas s'emparent de la cité. L'exécution des clercs qui suit devient l'occasion d'un récit de martyre. La légende Orantes capiuntur de la gravure de l'opuscule traduit la force du contraste entre les frères en oraison devant l'image d'un Christ crucifié et l'invasion des pilleurs37 Puis, la description du massacre oppose la dévotion catholique à la rage des hérétiques. Ainsi, un coup d'arquebuse, réminiscence de la parole de Salès, enflamme la soutane du religieux. L'autre frère est meurtri à son tour. Salès s'exclame « Jesus, Maria » tandis que Saultemouche s'exhorte : « Endure, chair, endure encore un peu ! » Assenés de coups par la foule furieuse, ils prêchent alors avec leurs corps. Les pouces de Salès et les bras de Saultemouche forment une croix. Enfin, Saultemouche se jette auprès de Salès, tué d'un coup de poignard, trempé dans le sang de son compagnon38. Un quart de l'opuscule est consacré à l'humiliation des cadavres. Les huguenots abandonnent plusieurs jours les cadavres dans la rue. L'un est nu et l'autre est encore habillé de sa chemise sanglante. Par la suite, une procession est parodiée. Des soldats s'habillent des soutanes des religieux et, chantant le Libéra me et les Exaudis, traînent les corps jusqu'à la porte de la cité. Enfin, les corps sont jetés dans une étable. L'année 1594 éclaire les enjeux du récit. D'une part, le texte défend la compagnie alors violemment contestée, et d'autre part, il poursuit l'exécration des calvinistes. Ces derniers, pourtant, déplorent la continuation des massacres dont ils sont victimes, en dépit de l'édit de Mantes de 1591.

conclusion : la victime divinisee

  • 39 Entre 1593 et 1653, la cause de béatification des martyrs bénéficia de cinq initiatives toutes vou (...)
  • 40 C. de Saintes, Discours sur le Saccagement des Églises Catholiques par les Heretiques anciens et n (...)
  • 41 Un individu ne peut être une victime qu'à la condition que son dommage subi soit reconnu par la ma (...)

20Le destin de la victime catholique est la sainteté. La récupération des corps des jésuites provoqua le début d'un procès de canonisation qui reste encore aujourd'hui inachevé, alors qu'au début du xviie siècle un culte populaire commençait39 Ces récits de victimisation fondent un exemplum efficace pour tous les catholiques : « Nostre Sauveur Jesus Christ, entre les mains duquel il rendit son esprit, rappelle Claude de Saintes au sujet de Guéset, nous donne pareille force et patience, si ainsi luy plait, que tombions entre les mains de ces Nerons et tyrans François40 » A la différence des victimes huguenotes, la victime catholique est portée par la majorité du corps social41. Elle accroît donc la crédibilité de la réforme ecclésiastique à laquelle elle insuffle du « sang frais ». Ainsi, elle réalise un retour à la première Église, celle des martyrs, au profit du catholicisme.

21David El Kenz

Notes

1 « L'innocence du martyr n'est jamais mise en doute [écrit René Girard] « Ils m'ont haï sans cause. » Les conquêtes de la passion se transforment en vérités concrètes. L'esprit de vengeance mène de vigoureux combats d'arrière-garde, mais les martyrs n'en prient pas moins pour leurs bourreaux : « Mon Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font. » R. Girard Le Bouc émissaire, Paris, Grasset, 1982, p. 292.

2 Cf. D. El Kenz, Les Bûchers du mi. La culture protestante des martyrs (1523-1572), Paris, Champ Vallon, 1997.

3 Histoire ecclésiastique des eglises reformées au royaume de France, en laquelle est descrite au vray la renaissance et accroissement d'icelles depuis l'an M. D. XXI jusques en l'année M. D. LXIII. Leur reiglement ou discipline, Synodes, persécutions tant generales que particulières, noms et labeurs de ceux qui ont heureusement travaillé, villes et lieux où elles ont esté dressées, avec le discours des premiers troubles ou guerres civiles, desquelles la vraye cause est aussi declaree. Divisée en trois tomes, de l'imprimerie de Jean Remy, Anvers, 1580, éd. nouvelle par feu G. Baum et par éd. Cunitz, Nieuwkoop, B. de Graaf, 1974,1.1, p. 821-822.

4 F. Lepicart, Les Sermons et instructions chrestiennes, pour tous tes Dimenches et toutes les Festes des Saincts, depuis la Trinité jusques à l'Advent. Enrichis de XIII sermons, outre la precedente impression : et encores d'un autre Sermon contre la tentation du Desespoir. Fidelement recueillis, ainsi qu'ils ont esté prononcez par feu de bonne memoire. Monsieur nostre Maistre François le Picart, Docteur en Theologie à Paris, Paris, Nicolas Chesneau, 1565, p. 147 r°.

5 F. Lepicart, Les Sermons et instructions chrestiennes, pour tous les Dimenches et toutes les Festes des Saincts, depuis Pasques jusques à la Trinité. Avec douze sermons du mesme autheur, touchant le sainct Sacrement de l'autel, et les constitutions de l'eglise Catholique, et autres sermons, desquels est fait mention en la table et après mise. Fidelement recueillis, ainsi qu'ils ont esté prononcez par feu de bonne memoire, Monsieur nostre Maistre François le Picart, Docteur en Theologie à Paris, Paris, Nicolas Chesneau, 1566, p. 11 v°-12 r°.

6 F. Lepicart, Les Sermons et instructions chrestiennes [...] jusques à l'Advent, 1565, op. cit., p. 147 r°.

7 F. Lepicart, Les Sermons et instructions chrestiennes [...] jusques à la Trinité, 1566, op. cit., p. 11 v°.

8 C. de Saintes, Discours sur le Saccagement des Églises Catholiques par les Heretiques anciens et nouveaux Calvinistes, Verdun, N. Bacquenois, 1562, p. 64 r°-p. 65 v°.

9 G. Hervet, Discours sur ce que les pileurs, voleurs, et brusleurs d'Églises disent qu'ilz n 'en veulent qu 'aux Prestres. Au peuple de Rheims, et des environs, Reims, J. de Foigny, 1562, p. Fr°-v°.

10 S. Vigor, Sermons catholiques du sacrement de l'autel, accomodez pour tous les jours des Octaves de la feste Dieu. Recueillis fidelement selon qu'ils ont esté prononcez present le Roy en l'Église nostre Dame de Paris par feu de bonne memoire, Maistre Simon Vigor, Doc-teur en Theologie, n'agueres Archevesque de Narbonne, et Predicateur du Roy. Mis en lumiere, et receus par M. Jean Cristi, Docteur en Theologie à Paris, et Théologal à Nantes. Plus, Dix Sermons de la sainct Messe, et ceremonies d'icelle par feu Monsieur Dyvolé, Docteur en Theologie, 3e éd., Paris, Guillaume de la Nouë, 1596, p. 5.

11 L. Micqueau, Response au discours de M. Gentian Hervet, sur ce que les pilleurs, voleurs et brusleurs d'Esglises disent qu'ils n'en veulent qu'aux Prestres, Lyon, 1564, p. 9 r°-v°.

12 Les pamphlets catholiques sont ambivalents. À côté du message plaintif, les auteurs en appellent à la vengeance divine contre les huguenots. Ainsi, Étienne Valancier achève sa complainte par la métamorphose du « Dieu bénin » en « Dieu des armes ». « Ores voici que ce Pere benin/A eu pitié de tant de pleurs, et larmesyQue ses enfans jettoient à ceste fin/Et qu'on cognust qu'il est le Dieu des armes. » Complainte de la France, touchant les miseres de son dernier temps : le but de laquelle tend à ce, qu 'elle soit exaucee de Dieu en ses justes doleances : à fin que par sa misericorde il la vueille restaurer à la gloire de son Sainct Nom, sans lieu, sans imprimeur, 1568, p. Bii r°.

13 Ibid., p. Bii r°.

14 (Ex 29, 38-42 ; Nb 4, 7 ; 28, 3-8 ; 1 M, 1, 44-50 ; 1, 57-60) ; G. Hervet, Discours sur ce que les pileurs, voleurs, et brusleurs d'Églises disent qu'ilz n 'en veulent qu'aux Prestres, op. cit., p. Eiiij v°-p. F r°.

15 D. Crouzet oppose cette violence sélective et pédagogique à la violence exterminatrice et sacrée des catholiques, Les Guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion. Vers 1525-vers 1610, Paris, Champ Vallon, 1990,1.1, p. 617-626.

16 Concilium Tridentinum, t. IX, Societas Goerresana, 1924, p. 1 044. Cité par V. Carrière, Introduction aux études d'histoire ecclésiastique locale, Paris, Librairie Letouzey et Ané, 1936, t. III, p. 488.

17 A. Poncelet, Lettre inédite du Père Henri Samerius, extrait des Analectes pour servir à l'histoire ecclésiastique de la Belgique, tirage à part, 1912, p. 51.

18 Journal de D. Lépaulart, religieux du monastère de Saint-Crépin-le-Grand de Soissons, prieur de sainte-Geneviève, curé de Coeuvres, sur la prise de cette ville par les huguenots en 1567, Laon, Société Historique, Archéologique et Scientifique de Soissons, 1862, p. 81.

19 R. Verstegan, Théâtre des cruaultez des hérétiques de nostre temps, traduict du latin en français, À Anvers, par A. Hubert, 1588. Présenté et annoté par F. Lestringant, Paris, Éditions Chandeigne, 1995, p. 100.

20 C. de Saintes, Discours sur le Saccagement des Églises Catholiques par les Heretiques anciens et nouveaux Calvinistes..., op. cit., p. 58 r°-p. 59 v°.

21 J.-P. Massaut, Josse Clichtove, l'humanisme et la réforme du clergé, Paris, Bibliothèque de Philosophie et Lettres de l'Université de Liège, 1968, t. Il, p. 409.

22 En revanche, seul un supplice de laïc évoque directement un supplice hagiographique -une éviscération -, alors que 33,4 % sont des supplices judiciaires et 50 % sont liés à la fonction militaire des massacreurs.

23 R. Verstegan, Le théâtre des cruaultez..., op. cit., p. 98-99 et 108-109.

24 A. Gallonio, Traité des Instruments de martyre et des divers Modes de supplia employés par la paiens contre les chrétiens, (1591), Paris, C. Carrington, 1904, p. 127.

25 Nous relevons chaque supplice sans tenir compte des individus. Un clerc peut donc subir plusieurs supplices apparaissant à chaque fois dans le tableau

26 R. Verstegan, Le théatre des cruaultez..., op. cit., p. 104.

27 Nous reprenons la lecture de F. Lestringant, ibid., p. 104, note 2.

28 Ibid., p. 100.

29 Ibid., p. 101.

30 T. d’Avila, Le Chemin de la perfection (1573), in OEuvres complètes, trad. de M. Auclair, Paris, Desclee de Brouwer, 1964, p. 364.

31 Les deux premiers de la Compagnie de Jésus qui ont esté massacrez en France pour la Religion Chrestienne par les Heretiques, dans la ville d'lbenas, au bas pais du Vivarais, le 7 février, l'an de grâce 1593, Lyon, Jean Pillehotte, 1594 in J. Blanc, Les Martyrs d'Aubenas. Le Père Jacques Salès et le Frère Guillaume Saultemouche, les deux premiers martyrs de la Compagnie de Jésus en France. 7 février 1593, Valence, chez l'auteur, 1906. L'éditeur Jean Pillehotte travaille avec les éditeurs parisiens de la Ligue tels que Nicolas Nivelle, Rolin Thierry ou Hubert Velu.

32 O. de Gissey, Vie et martyre du Père Jacques Salez et du Frère Guillaume Sautemouche, son compagnon., Religieux de la Compagnie de Jésus. Par le Père Odo de Gissey de la même Compagnie, du Duché de Bourgogne. Le tout suivant divers mémoires de personnes dignes de foi qui ont vu et connu ces deux martyrs, Édition seconde, revue et accrue, ( 1ere éd. 1627), Toulouse, chez Pierre d'Estey, 1642.

33 « Ah ! si je pouvais même en servant de pâture aux chiens, rendre à mon Dieu ce qu'il m'a prêté ! Qui suis-je ? Et quelle est la maison de mon père, pour lui refuser ce sacrifice ? »

34 O. de Gissey, Vie et martyre du Père Jacques Salez et du Frère Guillaume Sautemouche..., op. cit., p. 33.

35 D'après une copie de l'original : bibliothèque Sainte-Geneviève, n° 1414, Paris, 1753. Cité par J. Blanc, Les Martyrs d'Aubenas, op. cit., p. 287.

36 O. de Gissey, Vie et martyre du Père Jacques Salez et du Frère Guillaume Sautemoche..., op. cit., p. 37-40.

37 Ceux qui prient sont arrêtés. Les deux premiers de la Compagnie de Jésus qui ont esté massacrez en France pour la Religion Chrestienne par les Heretiques, op. cit., in J. Blanc, Les Martyrs d'Aubenas, op. cit., p. 274.

38 O. de Gissey, Vie et martyre du Père Jacques Salez et du Frère Guillaume Sautemouche..., op. cit., p. 111-112.

39 Entre 1593 et 1653, la cause de béatification des martyrs bénéficia de cinq initiatives toutes vouées à l'échec. Le procès fut relancé en 1829, 1867 et 1898. La dernière tentative se fit en 1900, à l'occasion de la translation des reliques de l'église collégiale d'Aubenas à l'église paroissiale et grâce à la redécouverte du procès romain de 1627.

40 C. de Saintes, Discours sur le Saccagement des Églises Catholiques par les Heretiques anciens et nouveaux Calvinistes, op. cit., p. 59 v°.

41 Un individu ne peut être une victime qu'à la condition que son dommage subi soit reconnu par la majorité du corps social. G. Lopez, Victimologie, Paris, Dalloz, 1997, p. 4.

Table des illustrations

Titre Supplices infligés aux clercs en France dans le Théâtre des cruaultez
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18598/img-1.png
Fichier image/png, 587k

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540