Version classiqueVersion mobile

Les victimes, des oubliées de l'histoire ?

 | 
Benoît Garnot

Identités

L'art de se présenter comme victime auprès du commissaire de police à Paris au xviiie siècle. Un aspect des usages de la justice

Martin Dinges

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Je remercie Olivier Faure pour son aide à peaufiner le français du texte. M. Dinges, Justiznutzung (...)

1Depuis quelques années nos connaissances des usages de la justice se sont élargies. Un des principaux résultats d'un certain nombre de recherches est la reconnaissance du fait que les contemporains de l'époque moderne avaient un rapport assez utilitaire avec la justice1. Ils ne se prêtaient guère comme objets d'une politique d'acculturation juridique ou de processus de civilisation allant du haut vers le bas de la société.

  • 2 G. Hanak, J. Stehr, H. Steinert: Ärgernisse und Lebenskatastrophen. Über den all-taglichen Umgang (...)

2Tout au contraire, les gens qui s'adressaient à la justice cherchaient exclusivement leur propre intérêt, ce qui n'est pas très étonnant quand on observe les pratiques actuelles. Selon les sociologues, nos contemporains calculent aussi exactement si cela vaut la peine de porter plainte auprès de la police, quand un objet leur a été volé ou quand on les a injuriés2. Les personnes lésées vont à la police quasi exclusivement quand les assurances demandent comme condition de dédommagement, qu'une plainte soit déposée. Les lésés le font sans grand espoir de retrouver l'objet volé ou même le voleur. En cas d'injure, l'intérêt est d'obtenir un dédommagement ou d'avertir l'adversaire qu'il doit arrêter ses invectives. En tout cas, le caractère stratégique de ces plaintes est évident. Ce n'est pas la volonté d'imposer la justice (avec un grand J) ou de faire prévaloir un (nouvel) ordre moral ou civique, qui pousse les gens vers les institutions de justice, mais simplement la volonté d'être dédommagé ou de satisfaire un intérêt personnel.

3À partir de là il devient évident que les « victimes » qui apparaissent dans les fonds judiciaires ne sont pas forcément beaucoup plus lésées que les agresseurs. Ceci ressort surtout quand on regarde des plaintes et défenses des deux parties adverses concernant la même situation. Ce qui frappe dans ces textes est la manière dont deux récits des mêmes faits peuvent diverger dans la distribution des rôles. Dans chaque récit il y a les bons et les mauvais sujets, les façons d'agir défensives et offensives, les façons de parler aimables et agressives. Bien entendu les mauvais dans le récit du premier déposant sont les bons dans le second et vice versa.

4Mais autant les rôles des bons et des méchants s'inversent dans ces textes, autant les structures des textes se ressemblent. C'est d'abord une manière d'organiser les faits et de mettre en scène les personnages dont il est question dans la plainte selon certaines règles ; c'est ensuite une certaine dramaturgie - d'ailleurs assez répétitive - qui reste à découvrir. En tout état de cause, les « victimes » ont tout intérêt à faire en sorte qu'elles soient entendues.

  • 3 N. Zemon Davis, Der Kopf in der Schlinge. Gnadengesuche und ihre Erzähler, Berlin 1988, a mis l'ac (...)

5Par une analyse des structures textuelles des plaintes, on pourra mieux comprendre ce que signifiait « se présenter comme victime » à un moment donné devant une institution donnée. Ce rôle de victime dans un contexte juridique n'était pas évident à jouer. Par contre, c'était tout un art de se présenter d'une manière efficace comme lésé3. Ceci demandait une compétence narrative allant bien au-delà d'un simple récit des faits.

6Ensuite, je présenterai les aspects structurels particuliers de ces récits pour mieux comprendre la production discursive du rôle de la victime et pour inviter à faire des comparaisons avec d'autres plaintes et dépositions devant la justice. C'est une question ouverte de savoir à quel point la situation de se trouver devant une personne investie d'autorité policière ou judiciaire produit ou exige un certain type de discours stable dans un temps et un espace donnés, mais certainement pas immuables. Il faut plutôt supposer que les structures institutionnelles et les niveaux culturels ont un impact certain, mais qui reste à évaluer.

  • 4 A. Williams, The police of Paris 1718-189, Baton Rouge etc. 1979 ; J.-A. Salle, Traité des fonctio (...)

7Mon corpus de sources consiste en 80 plaintes auprès du commissaire de Paris concernant des disputes sur l'honneur. Celles-ci pouvaient aller de la simple injure verbale jusqu'à l'injure « réelle », incluant des coups et blessures. La moitié des plaintes provient du début du siècle, l'autre des années 1760. Les 48 commissaires de police étaient installés depuis 1702 dans 20 quartiers différents de Paris. Ils avaient une multiplicité de compétences concernant l'ordre public. Ici seule leur compétence juridique dans le ressort du criminel importe. Ils pouvaient accepter des plaintes, procéder à des interrogatoires, faire des procédures contradictoires, arrêter des personnes et les transférer en prison. Sur tout cela il devaient rendre compte au lieutenant de police dans les 48 heures4. Mes sources proviennent essentiellement de deux commissariats, l'un proche des Halles, l'autre autour de la place Maubert sur la rive gauche, ce qui garantit un grande variété sociale et des groupes d'âge.

deux récits parallèles et leurs structures narratives

8Pour approcher le genre textuel des plaintes, le mieux est de suivre intégralement un exemple :

  • 5 // signifie insertion dans l'original.

« L'an mille sept cent trois le samedi troisième Jour de febvrier six heures de soirée en l'hostel de nous Mathieu de beaumont, com[missai]re du Roy [...] sont compareu estamier Reuille dit Lafontaine fa [?] de mariage de veuve Marie Tison, sa fe[mme] et Pierre Reuille leur fils [...] led. Reuille stipulant (ligne 5) pour sondfit] Fils et lad[ite] Tison ayant ses cheveux en partie arrachés, deux contusions à sa teste une contusion à la jambe gauche, et des [?] au coude du bras droit, lesqu[els] nous ont fait plainte et dit qu'ils ont cydevant demeuré en une maison ou le nommé houssin compagnon masson et sa fe[mme] sont demeurants lesquels sans aucun sujet ont cherché tous les moyens de chagriner les plaig[nan]ts pour les f[air]e sortir de ladfite] maison ; les ont Insulté et (10) Injurié traité plusiefurs] fois la plaig[nan]te de B. de Chienne de Garce de receleuse L'ont menacé de luy f[air]e donner des coups d'espées dans le cul et dit que le plaig[nan]t estoit un fripon, un Ivrogne qu'ils luy donneroient des coups de pieds au cul ce qui a fait que les plaig[nan]ts pour eviter le bruit et l'effet des menaces ont déménagé de lad[ite]maison II y a deux mois, et ce jourdhui la plaig[nan]te ayant besoin d'une poignée de piastre pour sceller (15) deux quoins [?] d'Icelle l'a demandée aud[it] Houssin qui travaille dans la maison ou les pl[aignan]ts demeurent pr[esen]tement //5 et payant la valleur dud[it] piastre // dans la pensée q[u'i]l aurait oublié son ressentim[en]t et ne luy chercherait point, mais elle a esté trompée car led[it] Houssin en luy refusant l'a traitée de B. de putain de garce de chienne a pris un Levier pour l'en fraper et l'aurait fait s'y elle ne s'estoit retirée et led[it] Houssin n'aurait esté retiré par ses ouvriers et (20) Il y a une demye heure La plaig[nan]te revenant de la ville et estant en la court de la maison led[it] Houssin cy attendoit s'est Jetté sur elle chargée qu'elle estoit de pieds de bache/vache [?] et d'un poeslon de Cuivre, de pain et de viande Luy a porté un coup de poing a la teste de toute sa force dont elle est tombée parterre et y estant il luy a porté quantité de coups de poings, des pieds sur toutes les parts de son corps (25) s'estant relevée II l'a Jetté cinq ou six fois parterre en l'excedant / / ainsy que ses manoeuvres qui luy [deux mots illisibles] des coups de poing / / nonobstant toutes les personnes qui faisoient leurs efforts pour le retenir Luy a arraché ses cornettes de toille de Hollande, Bonnet, son Mouchoir [deux mots illisibles] de dentelles le tout de valeur de dix livres, l'a tirée par les cheveux dont il luy a arraché partie luy a fait des contusions à la teste, des [?] au coude du bras droit (30) et une contusion a la Jambe gauche ainsy q[u'i]l nous est apparu, luy a osté une grosse croix d'or et un coeur qu'elle avoit au col de valeur de vingtcinq livres et en la renversant parterre a diffe-rentes fois II a fait tomber dix escus neufs qu'elle avoit dans son tablier a bourse qui ont esté perdus // ainsy que le poaslon pieds de bahues [?] et Croix // et sans le [?] de quantité de personnes qui sont survenus et l'ont tirée de ses Mains (35) l'auroit tué sur la place, que le plaig[nan]t fils estant arrivé a l'instant des mauvais traitements [?] faits a la plaig[nan]te led[it] Houssin l'a pris par la teste l'a renversé par terre luy a donné plusi[eur]s coups de poings, de pieds et la traité de petit B. de chien, aussitost le plaig[nan]t père estant arrivé led[it] Houssin s'est retiré sans dire aucune chose et comme c'est une suitte de faire et l'ex[ecuti]on des menaces q[u'i]l a cy devant faites Ils ont esté conseillés de nous rendre la p[resen]te plainte nous en requérant acte... et ont signé de Beaumont Tison reuille Reuille »

9Pour découvrir les intérêts implicites cachés dans un texte, la recherche des informations qui manquent est souvent révélatrice. D'abord on ne nous donne pas de raison convaincante pour le déménagement du déposant. Sa famille quittait-elle l'immeuble à cause des menaces ou d'un loyer impayé ? Est-il probable que le locataire principal ait chassé la famille exclusivement par mauvaise volonté ? Cette suggestion paraît être le but principal du début du récit.

10Les réactions des déposants manquent aussi et ce à plusieurs reprises. Il semble que Madame Tison et son mari ne se soient jamais défendus. Le maçon aurait-il seulement menacé et injurié ? Les déposants n'auraient-ils jamais répondu ? Houssin pouvait-il les maltraiter sans qu'ils réagissent ? C'est complètement improbable, mais cette remarque montre en même temps quel étrange discours de présentation de soi est possible dans ce genre de textes.

11Le contraste entre le déposant et son attaquant est particulièrement marqué en ce qui concerne le moment de l'attaque dans la cour. Pendant que la dame revenait très chargée de ses commissions, l'autre la guettait déjà. Il était donc mal intentionné, ce qui contraste avec la quiétude de la victime. Au surplus, la pauvre avait été déjà vivement déçue quand elle avait demandé à Houssin un peu de plâtre. Cet épisode est aussi beaucoup plus un élément narratif qu'autre chose, parce que deux mois après le déménagement Madame Tison ne pouvait pas sérieusement attendre de l'aide de Houssin. Il faut plutôt supposer qu'elle voulait le provoquer et tester sa réaction. Le point culminant de cet élément du récit est plutôt l'appel implicite à une valeur sociale commune, la volonté de réconciliation, que Houssin paraît refuser. Les déposants prétendent par contre se ranger dans cet horizon de valeur et peuvent alors attendre l'assentiment de tiers pour conforter leur vision des choses. La mauvaise intention de Houssin est -toujours selon les déposants - accompagnée par sa brutalité quasi animale. Celle-ci devrait le repousser aux franges de la civilisation et en faire - au moins - un marginal de la société.

12Le rôle des tiers dans le récit est aussi révélateur. D'abord les propres collègues auraient dû retenir le compagnon maçon au moment où il soulève le levier. Ils représentent en quelque sorte un élément de la raison, qui freine les passions du jeune homme. Plus tard par contre ils ont aidé Houssin. Cette scène - par ailleurs ajoutée au texte plus tard - montre que l'agresseur ne pouvait s'imposer à une pauvre femme (!) chargée que grâce au renfort de plusieurs hommes. Commettant d'un côté des brutalités, Houssin était de l'autre un lâche. Ceci est aussi suggéré par la scène finale. Le maçon était à peine capable de vaincre le fils - une jeune personne - de la déposante, mais à l'arrivée du mari, Houssin doit se retirer. En plus il était lâche de se taire après avoir provoqué le déménagement par son verbe trop haut. Les autres servent seulement dans ce récit à illustrer une idée centrale : Houssin est un lâche !

13Mais il y a d'autres tiers, les aides de la déposante, ceux qui l'arrachent des mains du maçon brutal qui l'aurait presque achevé. Le sauvetage de dernière minute augmente la tension dans ce récit. Mais l'essentiel est que « les autres » sont du côté de la déposante. Ceci est d'autant plus significatif que ce sont des personnes neutres, pas des partisans. Dans la tragédie clas-sique ils correspondraient au chœur qui dit la morale de l'histoire : puisque les gens bien intentionnés aident la déposante, et cest la preuve que celle-ci était dans son droit. Évidemment le rôle des tiers dans ces récits est aussi consciencieusement arrangés.

14La description des dégâts est également remarquable. Tout au long du texte Tison énumère les injures, coups et blessures. À la fin, un cinquième du texte sert à énumérer les dégâts, ce qui souligne l'intérêt de la part matérielle. En somme le récit prépare d'abord le terrain pour ensuite nous amener dans une première situation dangereuse qui précède le combat. La retraite honteuse de Houssin, l'attaque secondaire contre le fils sont évoquées en décalage. C'est une dramatisation bien calculée, qui intègre même le rapport sur les dégâts, et où le sauvetage n'est raconté qu'ensuite.

15Regardons maintenant la plainte du maçon. Son récit nous présente une toute autre histoire. Considérons les éléments narratifs pour comprendre comment Houssin réussit à montrer son point de vue. Il commence aussi avec le déménagement de la maison. Avec l'allusion aux dégâts au grenier il suggère au moins le véritable motif du déménagement. On est amené à soupçonner des disputes sur ces frais. Ainsi le lecteur est invité à voir « la Tison » comme une personne cherchant une revanche. Par ailleurs, comme « la Tison », Houssain ne raconte rien sur ses propres réactions pendant la dispute.

16Tison par contre est présenté comme quelqu'un qui refuse de payer son dû et est donc peu raisonnable. Houssin souligne sa propre attitude économe en racontant qu'il n'avait amené que la quantité de plâtre nécessaire pour le travail. Raison et économie sont du côté du déposant et invitent le lecteur à s'identifier à lui.

17Tison par contre paraît mal intentionnée : elle annonçait déjà deux mois d'avance des coups, et pendant toute la journée elle n'arrête pas de harceler les maçons avec des injures, des menaces - même de mort - et des coups. L'intensité des menaces et une véritable volonté de persécution sont des éléments narratifs nouveaux, tandis que la présentation de l'adversaire comme un être brutal qui se précipite avec une violence quasi animale sur la victime nous est déjà connue.

18Cette fois-ci le déposant est seul pendant toute la dispute, tandis que ses adversaires sont toujours deux, ce qui souligne que ce sont eux les lâches. Seulement in extremis, pendant la scène finale arrivent les ouvriers, mais ils ne réussissent même pas à arracher le maçon des mains de la femme « bestiale ». Le sens de cette scène est probablement de souligner que les autres, arrivés par hasard, se rangent du côté de notre déposant, mais c'est une stratégie narrative dangereuse : le prix en étant que le compagnon maçon et tous les ouvriers doivent être présentés comme incapables de se libérer des mains d'une femme et de son fils ! La « bestialité » de la femme doit donc être soulignée par son blasphème, qui ne peut servir qu'à la marginaliser encore plus.

19Dans ce récit, la dramaturgie commence avec le prélude sur l'immeuble ; il s'ensuit la provocation commune, une bagarre d'une personne contre une autre, pour culminer dans la scène finale de la lutte à trois, qui sert surtout à souligner la brutalité des autres. Ici aucun mot n'est perdu sur l'arrivée du père, il n'est pas question de sauvetage miraculeux. Une seule phrase, finale et fatale, doit faire son effet et sonner aux oreilles, « il faut tuer ce B. de normand ». On a donc toutes les raisons de supposer que cet adversaire persistera dans ses mauvais desseins.

20Le maçon ne fait pas de liste des dégâts - son justaucorps sale et ses blessures sont suffisamment visibles. Par ailleurs, la liste de « la Tison » paraît assez artificielle. Cela aurait été un hasard extraordinaire qu'elle eût justement porté ce jour-là dix écus et une croix d'or, que, par ailleurs, personne ne retrouva. On a toutes les raisons de croire que cette première plainte servait surtout à nuire à l'adversaire par des revendications de dédommagement.

des règles du discours de la victime efficace ?

21Ces deux textes montrent un certain nombre d'éléments narratifs communs et invitent à chercher dans le corpus des plaintes les règles d'un discours du plaignant qui lui permettent de se présenter de manière efficace comme une victime méritant une indemnisation pour les dégâts subis. Quelles sont les techniques pour produire une argumentation convaincante pour l'institution judiciaire ? Autrement dit, comment fonctionnent ces textes ? Ce qui suit se base essentiellement sur le vocabulaire de 80 plaintes et sa fréquence d'utilisation sans considérer en profondeur cette dernière.

22Le premier élément est la description de soi. Les plaignants soulignent surtout qu'ils sont des êtres pacifiques, sociables et honorables, en s'appelant « tranquille, patient » et « docile ». Leurs relations à des tiers sont guidées par la « politesse », même si l'on peut être « méfiant » à l'égard des causeurs de troubles. Mais ces êtres paisibles évoquent souvent la « crainte », se sentent « point en sécurité » ou même en grand danger jusqu'au point de ne « plus oser paraître » dans la rue. Parfois on souligne qu'on est seul et qu'on ne peut pas attendre d'aide de tiers. Des rumeurs obligent la victime à faire des « remontrances », à « représenter » ou « expliquer » son point de vue. Ceci est fait de manière douce : on « demande de vouloir », on « dit doucement » ou on « prie de finir ». Si cela ne suffit plus à contenir le danger, on essaie de ne « rien répondre » ou de ne « pas tenir compte » des invectives de l'adversaire. La stratégie la plus courante est d'éviter l'autre. Ensuite, les déposants soulignent qu'ils doivent « beaucoup souffrir » et qu'ils sont exposés aux injures, offensés par elles, fatigués par elles, et qu'on les ressent finalement comme scandaleuses. Néanmoins, on souligne l'espoir dans un changement vers le bien. Cela est accentué par la formulation récurrente qu'on a été « surpris » ou « étonné » par la première attaque, à laquelle on a réagi, bien entendu, en se retirant.

23Après une telle présentation de soi comme une personne pacifique, défensive et capable de souffrir, tout comportement plus actif ou agressif paraît déviant et demande une justification. La meilleure explication paraît être de dire qu'on a agi sous la contrainte extérieure. On doit soupçonner qu'une bonne partie de la présentation de soi comme pacifique trouve son véritable sens dans le but d'expliquer ses propres actes agressifs. Ces aspects du comportement sont donc minimisés ; les plaignants ne voulaient qu'« arrêter, faire cesser, résister, s'opposer, se débarrasser, éconduire l'autre, repousser sans frapper » - bien entendu -, « sans faire de violences ». Sous cette couche de violence masquée une seule victime, un homme, avoue qu'il « voulait avoir raison des coups » et deux femmes qu'elles « voulaient se venger ». Il est peu étonnant que, selon les déposants, les objets utilisés pour frapper l'adversaire n'aient jamais été apportés, mais se trouvaient tout simplement sous la main. Ceci devrait prouver qu'on n'avait pas agi de manière préméditée.

24Le noyau dur de cette image de soi est le caractère profondément et entièrement pacifique de la victime. Cela devient encore plus clair si l'on met cette image de soi en opposition avec l'image de l'adversaire.

25C'est d'abord une personne dont on parle avec condescendance. Ce sont des « gens d'une certaine espèce », qui sont « impudent[s], impertinent[s], piqué[s] » et qui se « conduisent mal, de manière indécente » ou « manquent de respect ». Ils montrent de la « mauvaise humeur », sont « malicieux, rempli[s] de mépris » ou de « haine ». À quoi s'ajoute, qu'ils « mentent », commettent des « abus de confiance » et font de « fausses dépositions ». L'adversaire est donc une charge pour la vie en société et ses manières d'agir sont dangereuses : il agit avec « fureur » ou se « laisse emporter », use d'un « ton de colère » ou d'un « ton insolent », est « excité, très vif » ou « marqué d'intempérance ». Ce manque de retenue et de patience le « dispose à la violence », qui peut être caricaturée comme de la « rage ».

26Ces traits déjà sombres se lient à une inclinaison querelleuse, qui aboutit à « déshonorer l'autre, à provoquer, à faire du bruit » jusqu'au scandale qui marque la rupture. Ceci cause du « désordre », ce qui permet au déposant d'appeler l'autre un « séditieux » et d'en faire un révolté contre l'ordre social. Bien entendu, l'autre est d'autant plus dangereux qu'il agit toujours avec « préméditation », de manière « déterminé[e] » ou « avec dessein ». L'agressivité des autres peut aller jusqu'au « complot ». Seul le type de scène où la police ou des amis du déposant arrivent permet de présenter l'autre comme faible : ceci sert à le présenter comme lâche, parce qu'il « se sauve précipitamment, se retire » ou « se cache », ce qui le rend franchement ridicule.

27L'image de l'adversaire suit une stratégie narrative cohérente : malice, mauvaises intentions, malhonnêteté, un caractère de querelleur, un manque de retenue et une fâcheuse tendance à la violence le font ressembler à une personne asociale. L'atteinte à l'honneur de la victime est présentée comme une agression contre l'ordre social. Ainsi implicitement toute la société est intégrée dans le discours du plaignant, qui polarise l'image de soi et celle de l'autre sur le schéma paix versus guerre. Le contraste renforce mutuellement les deux images.

28Sans continuer la description dans le détail, on peut constater que le reste du récit suit cette logique de base. L'activité de l'autre est caractérisée par une multitude de verbes qui insistent sur l'instigation continuelle au mal et la persécution permanente des bons citoyens. Le caractère répétitif des méfaits est souligné. La dynamisation et la dramatisation de l'action de l'adversaire mettent en relief le danger pour la société. L'exagération du danger qui n'insiste pas sur les injures, mais franchement sur des annonces de meurtre, sert aussi à cela. L'évocation du sauvetage in extremis qui doit montrer combien la victime était véritablement menacée renforce la dramatisation. En même temps le récit sert à rappeler que l'autre agissait de manière bestiale, ne pouvait être arrêté par des tiers qui étaient naturellement du côté de la victime. Tout cela ne sert que le même but connu : distinguer la bonne victime sociable, intégrée et pacifique, de l'agresseur asocial, marginalisé et séditieux. L'importance des dégâts qu'il cause est traduite par une accumulation narrative de douleurs psychiques et physiques et par une description minutieuse des contusions, plaies et blessures, couronnée par tout un discours sur le sang, qui doit abonder et couler à flots.

29Par ce discours les personnes présentes dans le bureau du commissaire, le commissaire lui-même et le lecteur le plus important de la plainte, le lieutenant de police, doivent être convaincus. Le texte sert ce but en les invitant à s'identifier à la victime. Ceci est rendu facile, parce qu'elle exprime dans son récit des valeurs communes de paix et de sociabilité.

30Il est évident, que ces textes ont un caractère tout à fait élaboré qui ne laisse rien au hasard afin de présenter l'auteur comme une victime. Pour atteindre cette fin, ces textes suivent une structure particulière très claire : premièrement, la narration doit commencer à un moment favorable pour la victime. Aussi est-il exclu de livrer au commissaire des informations sur un conflit de fond antérieur, qui pourrait relativiser la dispute et l'injure en question. Donc, tout ce qui pourrait déplacer l'attention des méfaits actuels subis par la victime est exclu. La victime décontextualise systématiquement son comportement.

31À cette règle s'en ajoute une autre au sujet de l'adversaire ; à côté de la description de son comportement sans retenue il est toujours permis de souligner les contextes négatifs : mauvaise vie antérieure, préméditation de l'acte, préparation en commun avec des tiers, annonces néfastes pour le futur.

32Deuxièmement il est exclu que la victime avoue ses propres dérapages verbaux ou violents, ce qui aboutit à l'image un peu irréelle d'une victime incroyablement pacifique. Il ne peut donc même pas être question d'excuse pour son propre comportement. À cela s'ajoute qu'il est exclu de rapporter un comportement conciliateur ou retenu de l'adversaire, ce qui le rend aussi un peu caricatural. Plus généralement tout ce qui est utile à la victime peut être inclus, tout ce qui pourrait seulement lui nuire doit être exclu. L'inverse est valable pour l'adversaire.

33En dernier lieu, il faut considérer une certaine économie du texte. La victime ne peut bien entendu pas raconter tout ce qui la sert, mais elle doit donner autant d'informations qu'elle le peut, insérées adroitement dans la dramaturgie du récit, pour intéresser ou même fasciner le lecteur, et surtout ne pas le lasser.

34Ces règles d'exclusion et d'exclusion étant assez strictes, il me paraît possible de considérer les plaintes comme un discours dans le sens de Michel Foucault. Ce discours crée de la réalité et de la vérité en les présentant selon certaines règles.

les conditions de production du discours victimaire

35Il reste à savoir quelles sont les conditions de création de ces textes. Certes, leur contenu est dans l'intérêt du plaignant, même si un lecteur moderne peut se poser la question de savoir comment de telles caricatures de victime et d'agresseur ont pu convaincre. Il est par ailleurs bien possible que les Parisiens du siècle étaient tous de bons conteurs, parce que les pratiques culturelles du temps les y incitaient.

  • 6 Cela signifie que des conflits peu importants entre personnes vivant ensemble ou étant des subordo (...)

36Mais là n'est pas l'essentiel. Il est beaucoup plus important que les déposants n'écrivent dans aucun cas eux-mêmes. Leur récit brut pouvait être une bonne histoire ou une histoire forte, mais il était toujours rédigé par le commissaire, qui fonctionnait donc comme un intermédiaire obligé. De la pratique actuelle des commissaires de police nous savons qu'une histoire a des chances d'être acceptée comme plainte, si le délit ou l'accident sont graves, si les dégâts sont importants, si la distance sociale entre l'agresseur et la victime est grande, si le statut du déposant et le motif matériel sont élevés6. On peut supposer que cette règle trouvait aussi une certaine application au xviiie siècle et se reflétait donc dans les textes. Autrement dit, la logique du passage d'un récit oral à une plainte formelle obligeait les victimes à exagérer le mal subi et la dangerosité de l'agresseur.

  • 7 Dinges, Maurermeister, 46 seq.

37La deuxième influence majeure sur ces textes est due au fait que les commissaires de police avaient une formation scolaire secondaire pendant laquelle on insistait beaucoup sur les compétences rhétoriques7. Certes, ni le modèle du grand discours devant une cour, ni l'art de déduire des preuves ou de la personne ou des circonstances, ni les techniques de conclusion ne se retrouvent dans nos modestes plaintes, mais les règles générales de l'accroissement de la tension (incrementum) d'un récit et de la majoration ou de la minoration des faits (amplificatio) y sont bien présentes. Elles peuvent aussi bien provenir d'une pratique de narration quotidienne que de l'influence du commissaire, mais il faut au moins considérer la possibilité que la formation rhétorique ait eu un certain effet sur le style des plaintes. Le troisième élément est la formation juridique des commissaires, qui consistait en un passage de quelques années à l'université et surtout en un stage pratique auprès d'un notaire. Ces connaissances ont essentiellement dû jouer dans le sens de faire ressortir du récit brut un contenu juridiquement audible. De là s'expliquent par exemple les précisions demandées au cours de l'entretien sur le premier récit du déposant. Elles peuvent aussi concerner l'importance exacte des dégâts ou la question de savoir si la main de l'agresseur était « ouverte » ou « fermée ». Dans le premier cas la victime avait reçu une gifle, dans le second un coup de poing. Cette différence pouvait avoir des conséquences légales différentes. L'influence de la formation juridique jouait donc à certains égards, mais il faut noter que les plaintes comportaient beaucoup plus d'informations que celles qui étaient utiles devant un tribunal. Il faut donc conclure que le personnel juridique n'exerçait pas une influence décisive sur le contenu des plaintes. Les textes laissent plutôt une large place à l'expression des idées et des valeurs des déposants.

38Cela s'avère d'autant plus intéressant quand on considère le principal destinataire institutionnel de ces textes, le lieutenant de police. Les commissaires étaient en effet obligés de lui soumettre les plaintes, parce qu'il décidait - comme supérieur - si l'affaire allait être poursuivie en justice ou non. Visiblement, l'appareil judiciaire acceptait donc une bonne part de la rhétorique populaire. Les textes doivent donc être considérés comme un compromis culturel entre les propositions populaires et l'appareil de la justice.

39Celui-ci était une formation discursive qui permettait de parler dans une certain cadre institutionnel sur des offenses ou des crimes. La présentation de la victime était conditionnée par ce cadre, qui exigeait un certain contenu juridique et certaines exagérations, mais permettait aussi une rhétorique sur la vie en société et la paix publique qui devait suivre des règles d'inclusion et d'exclusion. Ces interactions me paraissent très importantes pour une meilleure compréhension du statut de ces textes et de leur capacité à nous présenter une certaine « réalité » ou « vérité ». L'image de la victime est en partie produite par l'appareil policier et judiciaire, en partie par sa propre vision de soi.

conclusion

40En conclusion, il faut d'abord souligner que ces plaintes - une fois comprises comme discours - présentent beaucoup d'autres possibilités d'analyse : pour n'en donner qu'une, on peut y observer tout le maillage très fin d'un tissu social et les étapes successives de sa déchirure éventuelle. La rupture sociale peut être observée - des premiers signes annonciateurs jusqu'au combat final. Là encore, l'image d'une victime peut être peaufinée, par exemple, par un discours sur ses rapports sociaux.

41Pour mieux situer nos résultats, il serait important de savoir si la structure éristique de ces textes est particulière aux plaintes se référant à des joutes d'honneur. Une réponse permettrait de mieux comprendre s'il y a des délits qui se prêtent mieux que d'autres à une rhétorique sociale.

42Ensuite, il faudrait reprendre la comparaison avec des plaintes auprès d'autres cours judiciaires, de caractère plus ou moins institutionnalisé, allant des cours de la haute justice jusqu'aux cours de justice de campagne. Cela permettrait de savoir s'il y a des degrés différents d'acculturation juridique : faut il supposer obligatoirement que les victimes se présentent de manière plus «juridique » dans les hautes cours que dans les campagnes ?

43Finalement des textes comparables dans d'autres contextes institutionnels seraient à prendre en considération. Comment se présentent par exemple les gens qui formulent des pétitions avec le but d'obtenir une exception à la loi en vigueur ? Jouent-ils aussi la carte de la bonne victime ?

44Martin Dinges

Notes

1 Je remercie Olivier Faure pour son aide à peaufiner le français du texte. M. Dinges, Justiznutzungen als soziale Kontrolle in der Frühen Neuzeit, in A. Blauert, G. Schwerhoff [eds.] : Kriminalitätsgeschichte. Beitrage zur Sozial - und Kulturgeschichte der Vormoderne, Konstanz 2 000 fait le point de la recherche.

2 G. Hanak, J. Stehr, H. Steinert: Ärgernisse und Lebenskatastrophen. Über den all-taglichen Umgang mit Kriminalität, Bielefeld 1989.

3 N. Zemon Davis, Der Kopf in der Schlinge. Gnadengesuche und ihre Erzähler, Berlin 1988, a mis l'accent de son monographie sur cette idée ; Y. Castan l'avait souligné déjà antérieurement ; cf. C. Gauvard, « De grace especial », Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, 2 tomes, Paris 1991 ; cf. aussi C. Ditte, La mise en scène dans la plainte: sa stratégie sociale. L'exemple de l'honneur populaire, Droit et cultures 19, (1990), 23-48.

4 A. Williams, The police of Paris 1718-189, Baton Rouge etc. 1979 ; J.-A. Salle, Traité des fonctions, droits et privilèges des commissaires au Châtelet de Paris, Paris 1759.

5 // signifie insertion dans l'original.

6 Cela signifie que des conflits peu importants entre personnes vivant ensemble ou étant des subordonnés dans les classes inférieures et avec un petit dégât ne se trouveraient pas dans les actes. Cf. pour DI 88.

7 Dinges, Maurermeister, 46 seq.

Auteur

Archivar, Institut für Geschichte det Medezin, Stuttgart, Allemagne

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search