Version classiqueVersion mobile

Les victimes, des oubliées de l'histoire ?

 | 
Benoît Garnot

Le problème des sources

Les enquêtes de victimation. Une autre façon de connaître le crime

Renée Zauberman

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1C'est presque devenu un lieu commun de dire que le pénal, à la fois comme forme juridique et comme ensemble d'institutions, s'est historiquement créé sur l'exclusion de la victime ; celle-ci, évincée progressivement de sa confrontation avec l'auteur, aurait été progressivement remplacée par l'État qui, d'arbitre au litige entre parties privées, serait passé au statut de protagoniste à part entière de cette confrontation : il n'y aurait eu vraiment procès pénal qu'à partir du moment où le souverain s'est substitué à la victime dans le rôle de la partie offensée.

2Cette description rapide de ce qui a été une longue évolution demande sans doute à être nuancée et utilisée davantage comme un modèle idéal que comme le reflet fidèle de l'histoire. En effet, pendant une très longue période, cette figure théorique - État contre infracteur - n'était vraiment réalisée que dans un nombre limité d'atteintes à la souveraineté ; le procès pénal ordinaire fonctionnait, par contre, comme un ménage à trois temporaire - plaignant, État, auteur - où le premier faisait intervenir le deuxième dans sa relation avec l'autre protagoniste. Par ailleurs, il faut rappeler qu'en droit français au moins, la victime est toujours restée partie au procès pénal et que parler de son exclusion est abusif.

3Ces équilibres se sont modifiés récemment sous l'effet de deux tendances conjuguées : d'une part, l'invasion du processus pénal par des infractions sans victimes individuelles directes (par exemple les infractions au Code de la route), d'autre part la rapide expansion des affaires à auteur inconnu - et donc classées sans suite - connues par les plaintes des victimes. Du coup, la figure « théorique » du pénal s'est trouvée en quelque sorte réalisée à l'état pur, par l'exclusion de la victime dans une grande masse de cas. Cette exclusion tendancielle a, par ailleurs, pendant longtemps fait de la victime un personnage peu en vogue, à la fois dans la matière pénale telle qu'elle a été traditionnellement enseignée chez les juristes, et dans le domaine couvert par la criminologie.

la victime et le droit

  • 1 F. Hélie, Traité de l'instruction criminelle, Paris, Plon, 1846-1866.
  • 2 J. Granier, Quelques réflexions sur l'action civile, JCP, 1956, I, 1386 ; J. Vidal, Observations s (...)
  • 3 R. Verdier, La vengeance, études d'ethnologie, d'histoire et de philosophie, vol. 1, Vengeance et (...)
  • 4 C. Emsley, The Nation-State, the Law and the Peasant in Nineteenth-century Europe, in X. Rousseaux(...)

4Jusqu'à une époque récente, la plupart des juristes français analysaient la présence de la victime dans le processus pénal comme une sorte de survivance d'un état de droit antérieur, proche du système de la vengeance. Les traités de droit du xixe siècle opposaient couramment la vengeance, réputée primitive et sans fin, tendant donc vers la mort sociale, à la justice réglée, institutionnalisée, qui serait la marque d'une société enfin pacifiée, civilisée1. Une telle « mise en scène » du combat des Lumières contre la barbarie se prolongera loin dans la doctrine juridique du xxe siècle2 sans guère de discussions théoriques, alors que de considérables travaux d'ethnologie juridique montraient dans la vengeance des procédures rien moins qu'anarchiques et incontrôlées, mais au contraire des mécanismes infiniment réglés et précis3. En réalité, cette conception historiciste, où la peine judiciaire se substitue progressivement à la vengeance, correspond très explicitement au refoulement de cette dernière au cours du lent processus de légitimation d'un État en train de se construire4. Ce n'est que graduellement, au cours de la deuxième moitié de ce siècle, que la doctrine juridique a fini par voir dans la victime autre chose qu'une rivale de l'État et l'a parée de nouveaux atours : partenaire dans l'administration d'une justice pénale débordée par la prolifération des incriminations liée à son intervention dans de multiples domaines de la vie économique et sociale ; inspiratrice nouvelle d'un système chroniquement en crise, dont ni la fonction punitive fondatrice, ni les plus récents objectifs de resocialisation des délinquants ne suffisent plus à asseoir la légitimité. Voilà donc, dans le champ du droit, la victime et le pénal réconciliés.

la victime et la criminologie

  • 5 Pour une analyse de ces travaux, voir R. Zauberman, P. Robert Du côté des victimes. Un autre regar (...)

5Jusqu'à la fin des années 1970, la présence de la victime dans le champ de la criminologie est infinitésimale. Par ailleurs, elle n'est abordée que selon une optique de politique criminelle : droits et protection des victimes, lois d'indemnisation, services d'aide. En contrepartie, dans la France de l'époque, la victime ne fait guère l'objet de travaux scientifiques, quoique l'intérêt commence à se faire sentir pour les recherches qui se multiplient à l'étranger. La criminologie française porte certes ses regards ailleurs que vers le seul délinquant ou l'institution judiciaire : les travaux sur les représentations sociales de la justice témoignent de l'importance qui a commencé à être attachée, dès la fin des années 60, aux rapports entre le public et le pénal. Mais justement, il s'agit du public comme porteur de représentations, comme lieu de fractures idéologiques au sujet du pénal, comme acteur du renvoi. La victime n'apparaît pas encore comme catégorie autonome. Ce n'est qu'à la toute fin des années 70 qu'on voit apparaître ici et là des questions de victimation dans des enquêtes auprès du public, des travaux sur telle ou telle catégorie de victimes (femmes, migrants...)5. À vrai dire, c'est sous d'autres horizons qu'il faut chercher l'histoire de l'intégration de la victime dans le champ criminologique. Après avoir fait, suite à la Seconde Guerre mondiale, une première entrée en scène sous les espèces de la criminogenèse, les victimes se sont massivement imposées par la suite à travers deux grands courants.

6Une des principales forces à l'origine de l'intérêt pour les victimes fut certainement, à partir de la fin des années 60, dans les pays anglo-saxons, l'essor de divers mouvements sociaux qui commençaient à s'organiser en groupes de pression politique. Le mouvement des femmes est l'un d'eux, qui, articulant une réflexion à partir de la situation des femmes victimes de violences domestiques et sexuelles, a contribué à donner à la notion de victime un statut autonome et à en faire un sujet de débat public et politique. La seconde voie par laquelle les victimes se sont massivement imposées est celle des grandes enquêtes extensives, dites de victimation (victimisation studies). Elles recouvrent une technique assez simple dans son principe : interroger des échantillons représentatifs de la population sur les infractions dont les gens ont été victimes.

les enquêtes de victimation

7L'histoire de cette forme d'enquête est à la fois scientifique et politique : scientifique parce que depuis que la science sociale s'intéresse au crime, elle cherche des données pour le mesurer et fonder son discours sur la nature et les causes du phénomène. S'appuyant traditionnellement pour ce faire sur les statistiques officielles (pénitentiaires, judiciaires, policières), les criminologues n'ignoraient pas, pourtant, que celles-ci étaient incomplètes et faussées, puisque de nombreuses infractions ne parvenaient jamais à la connaissance des institutions chargées de les réprimer et n'apparaissaient donc pas dans leurs comptages. Les enquêtes de victimation ont été, à l'origine, le moyen imaginé pour placer le compteur plus près de la commission de l'acte délinquant et ainsi éviter la déperdition d'information entre sa commission et l'enregistrement dans les statistiques institutionnelles.

8Mais l'histoire des enquêtes de victimation est aussi une histoire politique, car ce n'est pas le seul développement interne du désir de connaissance scientifique qui a présidé à leur naissance. Elles ont vu le jour aux États-Unis au milieu des années 60 sous l'impulsion du Département de la Justice après que les statistiques officielles eurent enregistré un accroissement important de la criminalité : pour la première fois en 1964, la question du crime est alors devenue un enjeu électoral. À partir de 1968, les sondages d'opinion révélèrent qu'il était considéré comme le plus grave des problèmes intérieurs du pays. Les défauts des statistiques criminelles étaient de peu d'importance tant que le thermomètre restait à peu près stable, mais quand il a commencé à grimper, on s'est mis en quête de mesures alternatives.

9Le principe de ces enquêtes, avons-nous dit, est d'interroger un échantillon de population pour savoir qui a été victime et de quoi, cherchant ainsi à placer le compteur de criminalité plus près de la commission des actes. L'idée est séduisante : sa mise en œuvre, cependant, permet-elle d'obtenir une image fidèle de la criminalité commise ? À vrai dire, elle rencontre plusieurs limites, qui sont celles des techniques de sondage. Il faut des infractions dont une personne puisse se reconnaître personnellement et directement victime. Cette contrainte laisse hors champ : les infractions contre les victimes institutionnelles (les grandes-surfaces victimes de vols, par exemple) ; les infractions sans victimes directes, comme la fraude fiscale ; les infractions de nature consensuelle (trafic ou vente de stupéfiants, corruption) ; les infractions sans victimes (législation sur les étrangers). La méthode est donc partiale, qui ne peut se concentrer que sur certains types de criminalité.

10Il faut des infractions que l'on puisse décrire simplement dans un questionnaire, ce qui soulève deux difficultés : certains comportements, comme le cambriolage, sont plus faciles à décrire que d'autres, comme l'escroquerie ; ces comportements ne doivent pas pouvoir faire l'objet d'interprétations trop divergentes : or, dire par exemple d'un comportement qu'il est violent se fait différemment selon les groupes sociaux. Il faut des infractions dont les victimes puissent parler : il faut en avoir eu connaissance : par exemple, au sein d'un foyer, tout le monde n'est pas au courant de toutes les victimations ; il faut se souvenir des incidents, notamment quand ils sont d'importance mineure et relativement éloignés dans le temps ; il faut avoir envie de parler de tel ou tel incident : ainsi, on mentionne beaucoup plus spontanément des violences par des étrangers que par des proches ; certaines victimes parlent plus facilement parce qu'elles sont plus à l'aise dans une culture des tests, questionnaires, sondages... La victimation étant statistiquement rare et inégalement répartie, il faut, pour donner aux victimes une chance d'apparaître dans un échantillon, travailler sur des effectifs importants, et par conséquent coûteux. Bref, pour qu'un acte relevant éventuellement du droit pénal apparaisse dans une enquête de victimation, il doit passer par toute une série de filtres qui diminuent ses chances de survie dans l'enquête.

quel objet pour quel regard ?

11Dans ces conditions, comment user de ces enquêtes ? La réponse est double et tient toute entière dans la position que le chercheur va adopter vis-à-vis de son objet. En prenant du recul par rapport à l'objectif de mesure de la criminalité, il remettra les résultats de l'enquête en perspective, en les confrontant à d'autres sources ; en concentrant son regard sur la victime, il étudiera un acteur paradoxal du processus pénal : acteur central, car sans lui, toute une partie de la loi pénale resterait lettre morte, et pourtant acteur périphérique, profane, sans autre investissement dans l'institution qu'une visite généralement brève à l'occasion de quelque vol ou violence...

Enquêtes de victimation et statistiques de police 6

  • 6 Cette partie tire sa substance d'un travail beaucoup plus approfondi effectué en collaboration ave (...)

12Obstacles aux enregistrements institutionnels, difficultés inhérentes à la technique des sondages, en réalité la quantité de crime que l'on mesure reste toujours une inconnue, qui ne peut être aperçue qu'à travers l'une ou l'autre paire de lunettes méthodologiques, chacune permettant de voir le phénomène décalé par rapport à celui qu'on peut voir à travers l'autre. C'est justement à partir de ces décalages que l'on peut dire quelque chose du phénomène criminel.

13J'illustrerai ce propos à l'aide de quelques exemples construits à partir de deux ensembles de données : deux enquêtes nationales de victimation menées en France et étudiant, la première pour les années 1984-1985, la seconde pour 1994-1995, une série d'atteintes banales contre les biens (vols divers, cambriolages) et de violences ; des statistiques de police : il s'agit des procès-verbaux de crimes et délits transmis ces mêmes années au Parquet par les services de police et de gendarmerie.

14Rappelons que seuls peuvent être comparés terme à terme les taux ou les nombres d'incidents dans la population (ce qu'on appelle l'incidence), non le taux de victimes dans cette population (dite prévalence), ces dernières n'étant pas comptées dans les statistiques de police.

Les agressions

15Comme les victimes ont tendance à entendre de façons très diverses le terme d'agression, on a pris le parti ici de délimiter le champ de la comparaison aux agressions les plus sérieuses, pour lesquelles la marge d'interprétation est la plus faible : du côté des enquêtes, les agressions suivies d'une ITT ≥ 8jours ; dans les statistiques policières, les coups et blessures volontaires additionnés des viols.

  • 7 Données des enquêtes : champ : France, 20 ans et plus ; source : CESDIP 1986 et INSEE-EPCV janvier (...)

tableau 1 : agressions 7

tableau 1 : agressions 7
  • 8 Les calculs des variations ont été faits en prenant les valeurs avec leur maximum de précision ; c (...)

16Note *8

  • 9 Calculé sur la population de 14 ans et plus (45 573 milliers en 1986 ; 46 872 milliers en 1996 : e (...)

17Note **9

18En 1994-1995, les ordres de grandeur de l'incidence étaient très semblables pour les deux sources : 0,32 % du côté des statistiques, 0,37 % du côté des enquêtes.

19Une photographie, cependant, n'en dit jamais aussi long qu'un film, même quand celui-ci est tourné à deux images/décennie. Si l'on s'intéresse à l'évolution du phénomène sur la dizaine d'années écoulées entre les milieux des années 80 et 90, la comparaison des statistiques policières et des données d'enquêtes permet plusieurs remarques : dans l'un comme dans l'autre cas, il y a une augmentation importante des taux à 10 ans d'intervalle ; cet écart est cependant plus brutal dans les enquêtes (+105,6 %) que dans les statistiques (+73,4 % « seulement »), ce qui signifie que l'augmentation du taux observé dans les enquêtes ne s'est pas intégralement répercutée dans les statistiques ; cette absence de parallélisme entre les courbes d'évolution s'explique par la chute du taux de plainte qui est passé, au cours de ces 10 années, des trois quarts des affaires mentionnées par les victimes à seulement deux tiers ; si, au lieu de regarder l'évolution de l'incidence au cours de cette période, on s'intéresse à l'évolution de la prévalence, on note que ce taux des victimes dans la population a certes considérablement augmenté (+81,8 %), mais moins que le taux d'incidents. Cela signifie que la victimation a tendance à se concentrer : si les agressions ont plus que doublé, les agressés, eux, ne sont pas deux fois plus nombreux ; le risque, sans être très répandu, tend à peser plus répétitivement sur ceux qu'il atteint, ce que montre d'ailleurs l'augmentation du nombre moyen d'agressions par victime, passé au cours de ces 10 années de 1,27 à 1,44.

Les cambriolages

20Le cambriolage au domicile est, d'après les deux séries de données, la seule victimation qui ait connu un déclin au cours des dix années séparant les deux enquêtes ; néanmoins, cette chute est moins marquée dans les enregistrements policiers (-15,6 %) que ce qu'en disent les victimes dans les enquêtes (-23,5 %), comme si la statistique sous-estimait la chute du niveau des cambriolages intervenue au cours de la décennie.

  • 10 Données des enquêtes : champ : France, ménages (répondants de 20 ans et plus) ; source : CESDIP 19 (...)

tableau 2 : cambriolages de résidences principales10

tableau 2 : cambriolages de résidences principales10
  • 11 Les calculs des variations ont été faits en prenant les valeurs avec leur maximum de précision ; c (...)

21Note *11.

  • 12 Calculés sur le nombre de ménages.

22Note **12.

23Pourquoi ? Cette fois, parce que le taux de plainte a augmenté au long de cette période, passant des trois quarts à plus des quatre cinquièmes des affaires mentionnées par les victimes aux enquêteurs. Par ailleurs, si les deux sources décrivent des évolutions décennales parallèles du cambriolage, elles dessinent, quant à son ampleur, deux images très divergentes, que ce soit au milieu des années 80 ou dix ans plus tard : même en tenant compte du taux de plainte, pour ne comparer aux enregistrements policiers que les cambriolages que les victimes disent avoir signalés, les niveaux restent très éloignés, du simple au double quasiment. Une hypothèse tirée de l'observation des relations entre les plaignants et la police est que, lorsqu'une victime répond dans le questionnaire d'enquête qu'elle a signalé son cambriolage à la police ou à la gendarmerie, cela ne signifie pas nécessairement dépôt formel de plainte et donc enregistrement statistique : ce « signalement » peut être un simple coup de fil au commissariat, non suivi de formalisation, parce que la victime n'est pas assurée par exemple, et que celle-ci ne lui est pas utile ; un autre cas de figure peut être que la victime obtient, par son « signalement », une simple inscription en main-courante qu'elle ne distingue pas du dépôt de plainte. Entre les deux comptages s'accumule donc un ensemble de victimations ignorées des institutions (police, assurances), et que seules peuvent mettre à jour les enquêtes.

Les vols de et dans les voitures

24En calculant le taux d'incidence selon les enquêtes et le taux des enregistrements policiers en fonction du parc automobile (qui a crû de plus du tiers) aux deux moments observés, on peut faire deux remarques : comme précédemment, l'ampleur du phénomène observé à travers l'un ou l'autre prisme est clairement divergente : au milieu des années 80, les victimes mentionnent 50 % de victimations de plus que les autorités policières n'en ont enregistré ; dix ans plus tard, c'est deux fois plus de ces vols dont elles font état.

25Plus inhabituelle, ainsi, apparaît l'évolution comparée de ces sources entre les deux périodes d'observation : les enquêtes voient leurs taux croître de 17,6 %, alors que les taux calculés d'après les données policières chutent, quant à eux, de 14,8 %.

  • 13 Données des enquêtes : champ : France, 1984-85, 20 ans et +, 1994-95, ménages (rép. 20 ans+) ; sou (...)

tableau 3 : vols de et dans les véhicules13

tableau 3 : vols de et dans les véhicules13

26Comment comprendre ces évolutions contraires ? Observons d'abord la nette chute du taux de plainte des victimations liées au véhicule personnel, passé en 10 ans des quatre cinquièmes aux deux tiers. On est fondé à penser que cette chute est relative aux vols à la roulotte, qui, tout en étant en augmentation, sont très mal signalés et donc mal répercutés dans les statistiques policières, tellement mal que celles-ci en viennent à accuser une baisse. Qu'est-ce qui permet d'avancer une telle hypothèse ? Le vol de voiture, lui, a d'excellentes raisons d'être bien signalé : il faut dégager sa responsabilité au cas où surviendrait un accident ; on sait que les chances de récupérer le véhicule sont bonnes(~ 75 %) et sa valeur est généralement assez élevée pour qu'on veuille mobiliser sa compagnie d'assurance qui exigera une attestation de dépôt de plainte pour mettre en route la procédure d'indemnisation ; en revanche, pour le vol à la roulotte, une série de raisons exactement inverses milite en faveur du non-signalement : la plainte reste très généralement sans effet sur la récupération du bien et les polices d'assurances tendent largement à exclure ce risque.

27Si bien qu'aujourd'hui, ni les statistiques policières, ni les informations tirées des assurances ne permettent de se faire une idée exacte de l'ampleur de cette victimation qui n'est manifestement pas traitée à sa mesure. Les victimes l'ont d'ailleurs compris, qui ont abaissé le niveau de leurs recours à ces institutions.

Les autres vols

28L'examen du tableau permet quelques brèves observations :

  • 14 Données des enquêtes : champ : France, 20 ans et plus ; source : CESDIP 1986 et INSEE-EPCV janvier (...)

tableau 4 : autres vols14

tableau 4 : autres vols14
  • 15 Calculé sur la population de 14 ans et plus.

29Note *15

30Au milieu des années 1980 comme dix ans plus tard, le taux d'incidents relevé par les enquêtes se situe à un niveau nettement plus élevé que dans la statistique, presque trois fois plus. Entre les deux périodes d'observation, les deux séries de données montrent des évolutions peu marquées, très faible augmentation des vols selon les enquêtes, légère diminution dans les enregistrements policiers, qu'on peut rapporter à la chute du taux de plaintes, bien marquée. Une observation intéressante est relative aux taux de prévalence, qui entre les deux moments a crû de plus du quart, alors qu'on a vu l'incidence rester très stable : voilà une infraction qui s'est largement diffusée dans la population.

Enquêtes de victimation et victimes

31En s'adressant aux victimes, l'enquête de victimation se donne la chance, précieuse pour le sociologue, de connaître un des partenaires du grand jeu de la justice pénale. Qui sont les victimes, que font-elles de leurs victimations, quels rapports ces possibles clients des institutions publiques établis-sent-ils - ou non - avec elles, comment gèrent-elles le problème auquel elles se trouvent confrontées ? Deux exemples illustreront cet usage des enquêtes.

Les agressions

32L'enquête de 1944-1995 permet de discerner quatre types de violence. Un premier type rassemble à lui seul le tiers de la population : des violences épisodiques, anonymes, et souvent limitées à des injures dans des lieux publics de grandes agglomérations, notamment en région parisienne ; ces altercations, plus désagréables que graves, n'entraînent généralement pas de recours de la part de victimes aisées et bien dotées scolairement, que leur style de vie amène à sortir fréquemment le soir et qui ne dramatisent pas un événement d'ailleurs sans grandes conséquences.

33Des violences entre gens qui se connaissent, brutalités répétées, peu graves, mais dont les victimes, plutôt des hommes jeunes, de statut social précaire et vivant dans un cadre de banlieue peu agréable - conflits avec les voisins, nuisances... - répugnent à faire appel aux autorités. Ce groupe rassemble un quart des victimes d'agressions. Un autre quart est fait de victimes de violences prédatrices dont les protagonistes se connaissent moins fréquemment ; les attaques sont répétitives, de conséquences sérieuses et ont souvent pour théâtre le lieu de travail. Sans manifester de peur particulière ou prendre un surcroît de précautions, cette population assez jeune, masculine, dotée d'un bon capital intellectuel, d'un statut professionnel et d'un environnement confortable, mobilisent facilement autorités et assurances. Un dernier groupe (un sixième des cas) est celui des victimes vulnérables qui ont subi des violences graves et répétées, peut-être au domicile. Effrayés, souvent âgés et sans beaucoup d'instruction, vivant plutôt en milieu rural ou dans des petites villes, ce souvent des femmes et des retraités, qui déposent plainte et multiplient les précautions. Reprenons : les statistiques de police suggèrent une croissance récente des violences. En fait, il s'agit de ces minorités de cas où agresseurs et victimes viennent de milieux et de classes d'âge différents, ou de l'encore plus petite minorité de violences où le sang a coulé. Pour le reste, ce sont les enquêtes qui dévoilent toute une petite violence cantonnée dans quelques milieux urbains, des relations sociales un peu rudes, mais qu'on ne trouve pas justifié de dénoncer à la police.

Les cambriolages

34Une image globale montre les victimes de cambriolages choisies plutôt parmi les plus nantis des urbains - cadres supérieurs, professions libérales, entrepreneurs - par rapport aux autres sortes de vols qui se sont, aux cours des années, étendus à tous les cols blancs, y compris ceux qui, comme les professions intermédiaires, ne sont guère riches. Cette vue d'ensemble montre aussi des victimes luttant contre le cambriolage par toutes sortes de mobilisations : elles protègent mieux leur logement, elles signalent souvent leur victimation aux autorités, elles la déclarent largement à leur compagnie d'assurance.

35Mais derrière cette pugnacité d'ensemble, se dessine en réalité un clivage net entre des cambriolés aisés qui ont les moyens de lancer ces mobilisations, et d'autres, surtout banlieusards, à statut plus précaire, qui restent inertes et ne tentent guère de démarches, se bornant à subir. Cette observation concorde avec ce que nous avons vu lors de la confrontation des enquêtes et des statistiques : une partie des cambriolages échappe à l'enregistrement aussi bien des compagnies d'assurance que des autorités policières, jamais sollicitées.

36Aucune des deux sources que nous avons examinées rapidement ne saurait seule donner une image de la délinquance : les coupler, cependant, permet, un peu comme avec un stéréoscope, d'introduire le relief et la perspective dans des images autrement plates.

37Renée Zauberman

Notes

1 F. Hélie, Traité de l'instruction criminelle, Paris, Plon, 1846-1866.

2 J. Granier, Quelques réflexions sur l'action civile, JCP, 1956, I, 1386 ; J. Vidal, Observations sur la nature juridique de l'action civile, Revue de science criminelle et de droit pénal comparé, 1963,481.

3 R. Verdier, La vengeance, études d'ethnologie, d'histoire et de philosophie, vol. 1, Vengeance et pouvoir dans quelques sociétés extra-occidentales, Paris, Cujas, 1980 ; Le désir, le devoir et l'interdit : masques et usages de la vengeance. Déviance et Société, 1984, VIII, 2, 181-193.

4 C. Emsley, The Nation-State, the Law and the Peasant in Nineteenth-century Europe, in X. Rousseaux, R. Lévy [dir.], Le pénal dans tous ses États. Justice, États et sociétés en Europe (xiie-xxe siècles), 1997, 153-178.

5 Pour une analyse de ces travaux, voir R. Zauberman, P. Robert Du côté des victimes. Un autre regard sur la délinquance, Paris, L'Harmattan-CESDIP, 1995, p. 6-47.

6 Cette partie tire sa substance d'un travail beaucoup plus approfondi effectué en collaboration avec P. Robert, R. Zauberman, M.-L. Pottier, H. Lagrange, Mesurer le crime : entre statistiques de police et enquêtes de victimation (1985-1995), Revue française de sociologie, 1999, 2, p. 255-294.

7 Données des enquêtes : champ : France, 20 ans et plus ; source : CESDIP 1986 et INSEE-EPCV janvier 1996 ; données policières : champ : France ; source : ministère de l'Intérieur, 1984, 1985, 1994, 1995.

8 Les calculs des variations ont été faits en prenant les valeurs avec leur maximum de précision ; ceci explique que les taux de variation présentés ne correspondent pas exactement à l'écart relatif des taux entre les deux dates d'observation.

9 Calculé sur la population de 14 ans et plus (45 573 milliers en 1986 ; 46 872 milliers en 1996 : estimations INSEE).

10 Données des enquêtes : champ : France, ménages (répondants de 20 ans et plus) ; source : CESDIP 1986 et INSEE-EPCV janvier 1996 ; données policières : champ : France ; source : ministère de l'Intérieur, 1984, 1985, 1994, 1995.

11 Les calculs des variations ont été faits en prenant les valeurs avec leur maximum de précision ; ceci explique que les taux de variation présentés ne correspondent pas exactement à l'écart relatif des taux entre les deux dates d'observation.

12 Calculés sur le nombre de ménages.

13 Données des enquêtes : champ : France, 1984-85, 20 ans et +, 1994-95, ménages (rép. 20 ans+) ; source : CESDIP 1986 et INSEE-EPCV janvier 1996 ; données policières : champ : France ; source : ministère de l'Intérieur, 1984,1985, 1994, 1995.

14 Données des enquêtes : champ : France, 20 ans et plus ; source : CESDIP 1986 et INSEE-EPCV janvier 1996 ; données policières : champ : France ; source : ministère de l'Intérieur, 1984, 1985, 1994, 1995.

15 Calculé sur la population de 14 ans et plus.

Table des illustrations

Titre tableau 1 : agressions 7
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18582/img-1.png
Fichier image/png, 319k
Titre tableau 2 : cambriolages de résidences principales10
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18582/img-2.png
Fichier image/png, 317k
Titre tableau 3 : vols de et dans les véhicules13
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18582/img-3.png
Fichier image/png, 276k
Titre tableau 4 : autres vols14
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18582/img-4.png
Fichier image/png, 243k

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search