Version classiqueVersion mobile

Les victimes, des oubliées de l'histoire ?

 | 
Benoît Garnot

La « frontière » victime-coupable

Les possédés : victimes ou coupables ? Un aspect des procès de sorcellerie

François Billacois

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Mes références entre parenthèses, sans autre précision, renvoient à la pagination de cette édition

1La notion de victime est aujourd'hui essentielle à la culture judiciaire et pénale, du moins en Occident. Elle s'est cependant constituée lentement et souvent tardivement, comme le montrent les travaux de ce colloque. La présente contribution voudrait présenter cette notion à l'état natif, alors qu'elle se confond presque avec la notion pour nous antithétique de coupable dans les procès de sorcellerie des xvie et xviie siècles. Je m'appuierai pour cela sur un très riche document français de 1583, édité récemment sous la direction de Nicole Jacques-Chaquin et Maxime Preaud, Les sorciers du carroi de Marlou, un procès de sorcellerie en Berry, Grenoble, J. Millon, 19961. Interrogatoires et confrontations menés par un juge seigneurial en milieu rural y donnent la parole à un possédé, un garçon de 12 ou 13 ans, à six accusés de sorcellerie (dont une seule femme) et à vingt-neuf témoins (dont deux prêtres exorcistes, les proches du possédé et toutes sortes de personnes qui estiment avoir subi d'une façon ou d'une autre les sorts maléfiques des accusés, donc selon nos catégories avoir aussi été leurs victimes).

2Le possédé présente les symptômes habituels de l'hystérie selon Charcot. Ses attitudes, ses postures, ses cris, ses abattements sont décrits dans le document comme autant de raisons d'éprouver pour lui de la compassion et un désir de mettre fin à sa « maladie » (p. 82, 86), sa « misère » (p. 107), de le « délivrer du torment où il estoit » (p. 91). Si personne n'emploie le mot « victime », tout le monde, accusés compris, s'accorde à le dire « persécuté des esprits malins » (p. 73). Cependant la description des traits et des mimiques du possédé ressemble souvent mot à mot à celles qui font, dans le même texte, des accusés de présumés coupables. Quelques citations (parmi d'autres possibles) nous le montreront. Voici le possédé, Bernard Girault, « renversant les yeux et la bouche et les mains » (p. 82), « grinçant des dents, tournant la bouche en plusieurs et diverses façons hydeuses » (p. 107), « faisant plusieurs gestes effroyables, grinçant les dents, renversant les yeux, tornant la bouche » (p. 117). Et voici le sorcier qui l'a mis en cet état, son cousin Etienne : « faisant plusieurs gestes inconstantes, tant des mains que des lèvres, avec un regard hydeux et difforme » (p. 102). Et la sorcière Guillemette Piron « tournant et renversant les yeux çà et là » (p. 105). Et le sorcier « insigne » Tabourdet « le regard hydeux, mouvant les yeux incessamment » (p. 110), « tordant un peu la bouche, il mouvoict un peu le poulce de la main senestre » (p. 118). Contenances que Bodin, dans sa Démonomanie des sorciers publiée deux ans avant notre procès, qualifiait de « présomptions » et « d'argument bien grand », d'indice de culpabilité chez un accusé de sorcellerie (cité p. 404).

3Le juge ne passera de la présomption à la conviction et à une sentence de condamnation que quand il aura la preuve sûre, et si possible l'aveu, qu'un accusé a renoncé à Dieu pour se vouer à Satan, a participé activement au sabbat et a reçu des pouvoirs maléfiques (ici sous forme de poudres et de graisses données par les diables). Malgré des réticences, des hésitations et des prudences parfois maladroites, tous les accusés de Marlou (sauf un, mais qui est le principal) reconnaissent ces trois chefs d'accusation. Cependant Bernard Girault, leur victime, fait des déclarations étonnamment proches des leurs. Dans une première rencontre avec le diable, il dit ne pas avoir dit « non » au tentateur, mais s'est peut-être ménagé un délai : « luy octroya d'estre à luy, et dict que, puisqu'il luy promectoit tant de biens, qu'il renonceroict Dieu » (p. 59). Plus tard les diables s'y mettent à plusieurs : « ils luy firent derechef faire promesses de n'invoquer Dieu à son ayde, et ne recognoistre aultres que eulx. [...] Ce que leur ayant promis » (p. 61). Dans sa vie quotidienne, et au milieu des épreuves qu'il endure, il ne se cache nullement de son reniement. Ses parents et son parrain « luy parlant de Dieu, et l'admonestant de le prier, disoict qu'il l'avoict renoncé et qu'il s'étoit donné au diable » (p. 64). « Il appela le diable son maistre » (p. 61) et exhibe sans vergogne les marques de cette appartenance. Le diable « avec de petites tenailles le marqua droict au front [...] et nous a montré une petite marque qu'il a en la main senestre » (p. 60). D'autres démons l'ont marqué en d'autres endroits du corps, privilège que n'ont pas les accusés sorciers, marqués seulement au front et à l'épaule ou à la main gauche. Ces marques sont-elles insensibles ? Nous ne le savons pas, car le juge ne s'en préoccupe que pour un seul des comparaissants. Bernard Girault a assisté à des sabbats. Mais peu de fois ! Exactement comme les sorciers qui, après avoir nié en bloc, soulignent qu'ils n'ont pas été des pratiquants assidus de la religion démoniaque. Mais il n'y a pas été un simple spectateur. Ses réponses, comme les témoignages des accusés qu'il dit y avoir reconnus, soulignent l'étendue de sa participation au rituel. Dans sa première déposition, il n'est pas clairement dit s'il a, comme les autres, reçu un cierge noir et s'il a adoré le diable Chevau d'un baiser au « fondement ». Mais il s'inclut sans équivoque dans le frugal banquet et le bal qui suivent : « ils se mirent tous à boire et manger ensemblement de ce que chasquin d'eulx avoient porté [...] et après avoir mangé, se mirent tous à danser à un bruict que des chats faisoient » (p. 61). Il affirme n'avoir pas pris part à la « copulation charnelle » qui clôt le cérémonial : « se jectèrent sur une femme vieille, et eurent tous à faire à elle, les ungs après les autres, fors que luy » (p. 61). Sur ce point les accusés confirment la non-participation du frêle garçon qui a 12 ou 13 ans, mais en paraît 10 ou 11. C'est le possédé lui-même, lors d'une confrontation ultérieure avec la vieille sorcière, qui revient sur sa première déclaration et « luy dict : je t'é jardie » (p. 107).

  • 2 Mon interprétation ne suit pas ici celle des auteurs de l'édition utilisée. Je m'en suis expliqué (...)

4Les sorciers qui avouent avoir participé aux sabbats du carroi de Marlou sont très réticents à admettre qu'ils y ont personnellement reçu des poudres ou des graisses « en charge de faire tout le mal qu'ils pourroient » (p. 126). Et encore plus qu'ils en aient fait usage. Tel Joachim Girault : « Leurd. Maistre donnoict des pouldres à aulcuns d'eulx, mays que de sa part il n'en prinst et n'en a oncques voulu user » (p. 124). Le même, dans un interrogatoire plus poussé, « respond qu'il les a tousjours enterrées, de peur d'en faire mal » (p. 157). Tel aussi Tabourdet : « Il n'a oncques baillé desd. pouldres à personnes [...] synon à faire mourir deulx chèvres de luy confessant ; [...] il aimoict mieulx en faire mal à son bestial qu'à celuy d'aultruy » (p. 203). Ces maléfices sont les griefs les plus précis et les plus fréquents dans les accusations de ceux qui en ont souffert ou craignent d'en souffrir. Faire effectivement le mal contre son prochain est plus grave que le vol nocturne, le sabbat, ou la profession de foi satanique, expériences répréhensibles, mais originales (donc d'une certaine façon flatteuses...). Et que la direction d'intention peut toujours corriger (« ne le renoncea en son cœur, et ne le renoncea synon de bouche seullement » p. 126). Dans la culture des ruraux berrichons comme dans l'Évangile, c'est aux fruits qu'on reconnaît si un arbre est mauvais ou bon2. Ce système de défense des accusés sorciers est exactement celui du possédé, leur accusateur ; le diable Chevau propose des graisses aux autres assistants du sabbat, et « en voulut bailler à luy qui parle, luy disant qu'il falloict qu'il les baillast à son beau-père [...] pour le faire mourir ; laquelle gresse toutefoys ne voulut prendre » (p. 52).

5Le possédé avoue des pulsions suicidaires : il « disoict qu'il se vouloict noyer, comme le diable le luy avoict enchargé » (p. 64). Comme l'un des sorciers qui, à plusieurs reprises, « se voulut précipiter et jeter dans ung estang pour se noyer » (p. 127). Comme la sorcière qu'on retrouve effectivement pendue dans sa cellule. Ce garçon, jusque-là doux et timide, se révèle violent et impie. Contre les sorciers ses persécuteurs, qu'il griffe et frappe à coups de sabots lors des exorcismes et des confrontations. Mais aussi dans sa vie quotidienne. Contre ses camarades bergers : « il les vouloict battre et offencer, juroict et blasphémoict incessamment le nom de Dieu » (p. 63). Et même contre ses parents à qui il répète « qu'il les tueroit et battroit, et leur mangeroict le visaige » (p. 63).

6Bref, être possédé ou être sorcier, ce n'est pas vraiment différent quant aux comportements (scandaleux), aux actes (criminels), et aux malheurs dont les uns et les autres sont porteurs. D'ailleurs les démons ne cessent de faire des va-et-vient entre les corps des uns et des autres. « Le diable [...] aussi-tost sorty du ventre dudict Gotté qui l'avoict mis dans celuy dudict enfant » (p. 70). Et le même Gotté de déclarer « que ce n'estoict poinct luy, et qu'il falloit que ce fust Berthille qui les eust baillés à tous deux ». Et, au nom du diable, il exorcise l'enfant « en disant qu'il prenoit le poison pour luy » (p. 90). Plus efficace en cela que les ecclésiastiques qui exorcisent au nom de Jésus-Christ, mais sans fournir aux diables délogés un domicile de substitution ! La ressemblance des ensorcelés et des ensorceleurs est ici telle qu'elle peut prêter à confusion et inspire une tactique de défense à l'un des prévenus. Celui-ci est soupçonné d'avoir eu des relations incestueuses avec sa sorcière de mère lors d'un sabbat ; il déclare « qu'il n'estoict en la puissance de sa mère ny de luy de s'en abstenir, estans ainsy possédez du diable qui leur avoict osté tout jugement et raison » (p. 94). À la limite, plus un comportement ou un acte est monstrueux, et plus il peut aider à faire glisser du rôle de sorcier responsable à celui de possédé pâtissant.

7Cependant dans l'affaire du carrai de Marlou, le juge ne s'en laisse jamais conter par ces trompeuses apparences de confusion des rôles. Pour ce praticien exemplaire, chaque accusé n'est reconnu coupable de sorcellerie que quand un faisceau de preuves est réuni. Mais dès le premier instant de la procédure, et durant les trois mois que dure le procès, il ne bronche pas de l'intime conviction que le possédé ne peut être soupçonné de la moindre participation à leurs forfaits. Et il ne retiendra qu'il est « déclaré [...] imposteur, menteur et calumniateur » (p. 265), qu'à l'ultime audience, lorsque l'adolescent en viendra à lancer une accusation de sortilège et fabrication de fausse monnaie contre un groupe de notables locaux. Comme pour les juges de Salem, un siècle plus tard, les jeunes puritaines possédées ne passeront du statut de victimes innocentes à celui de fabulatrices que quand elles s'en prendront à la sœur du gouverneur de Boston...

  • 3 Document publié dans Sœur Jeanne des Anges, supérieure du couvent des ursulines de Loudun (xviiesi (...)

8Donc, dans le procès qui nous occupe, une ligne invisible, mais admise par tous les protagonistes, sépare la victime et les coupables. Cette ligne ne relève ni de la logique du discours judiciaire ni de la morale des apparences. Il faut donc la chercher ailleurs. Mais, d'abord, ce procès est-il représentatif ? Précoce dans la série des affaires de possession, il est moins un hapax qu'un prototype. Nous le montrera le contre-exemple de l'affaire de possession la plus célèbre du xviie siècle, les désordres des ursulines de Loudun, la condamnation et l'exécution de leur responsable supposé, le prêtre Urbain Grandier. Sœur Jeanne des Anges, la supérieure du couvent, la possédée la plus spectaculaire et la plus véhémente dénonciatrice de Grandier, revint sur ses aveux au moment de la condamnation et, avec le sens du théâtre qui ne la quittera jamais, clame et l'innocence du condamné et sa propre culpabilité. Elle « se mit en chemise, nue-tête, avec une corde au col, et un cierge en la main, et demeura en cet estat l'espace de deux heures dans le milieu de la cour où il pleuvoit en abondance. Et lorsque la porte du parloir fut ouverte, elle se jeta dedans, et se mit à genoux devant le Sr de Laubardemont, lui déclarant qu'elle venoit pour satisfaire à l'offense qu'elle avoit commise en accusant l'innocence de Grandier. Puis, s'étant retirée, attacha la corde à un arbre dans le jardin où elle se fust étranglée si des sœurs n'y fussent accourues ». Or cette palinodie, loin d'ébranler la conviction du tribunal, ne fait que la renforcer. Comme l'a finement souligné Michel de Certeau, « les juges de Grandier retinrent le fait comme "preuve" attestant le pouvoir du "magicien" sur Jeanne, et signifiant donc la culpabilité du curé 3 ! ».

  • 4 « La supérieure générale [qui lui donna l'ordre de rédiger son autobiographie] la tenait, comme no (...)

9Ce qui dans l'esprit des juges de Loudun distingue la religieuse du prêtre et définit a priori la première comme victime, c'est leur inégalité sociale, ou plus exactement la disparité de leurs rôles sur le théâtre de la société locale et globale. Certes, l'origine familiale de Jeanne est la plus relevée. Un réseau de relations flatteuses et bien placées l'entoure. Devenue rapidement prieure de son couvent, elle a le goût du pouvoir, le sens de l'intrigue, et sait séduire. Cependant bien des choses que l'on dit sur elle la ravalent à une image dévalorisante (mais stéréotypée) de la moniale. Elle appartient au sexe dit faible. Elle est disgraciée par la nature et de complexion souffreteuse. On la tient pour fort peu instruite4. Sa prise de voile fait d'elle dans l'opinion commune moins une épouse mystique du Christ qu'une laissée pour compte du marché matrimonial. Et elle ne connaîtra de maternité que métaphorique. Elle est donc un parangon de faiblesse, d'ignorance, d'isolement, d'humilité statutaire, face à un homme, un bel homme (« blond comme le duc de Beaufort »), qui a de la prestance, les responsabilités de curé d'une paroisse urbaine, l'exercice public de l'art oratoire et des prises de position politiques, et qui a surtout l'éminente dignité de prêtre, irremplaçable dispensateur des sacrements de l'Église catholique.

10Cette répartition sociologique des rôles dans l'affaire de Loudun vaut pour tous les cas de possession conventuelle (qui - dans les procès du moins - ne touche guère les congrégations masculines). La religieuse, indépendamment d'une éventuelle possession, est intrinsèquement une victime. C'est ce que nous disent les dictionnaires du xviie siècle. L'Académie française, dans son édition de 1694, écrit : « On appelle figurativement victimes les personnes qui sont consacrées à Dieu par des vœux solennels. » Et Richelet donne comme exemple du sens figuré cette phrase : « Les filles qu'on fait entrer au couvent malgré elles sont les malheureuses victimes de l'ambition des parents. » Si une moniale a commerce avec Satan, ce ne peut être que dans l'exercice de sa vocation de victime.

11Quittons les élites du siècle et du cloître pour revenir au milieu villageois de notre procès de référence. Et tentons une esquisse de fichier anthropologique. Le possédé est ici de sexe masculin. Il est fils unique et orphelin de père. Et l'apparition dans sa vie d'un beau-père ne fait peut-être que l'éloigner de sa parenté. Pour autant que le document le suggère, sa famille n'est pas misérable, mais plutôt modeste qu'aisée. Lui-même est à peine adolescent ; les mots « jeune » et « enfant » reviennent page après page à son sujet. Il est illettré. Il ne connaît du monde que la garde des troupeaux et « n'estoit sorty deux fois » de sa paroisse. Petit pour son âge, chétif, fragile physiquement et psychologiquement, il donne aux gens du crû une image de faiblesse. Dans l'épreuve, il donne au juge l'image de la faiblesse.

  • 5 En Berry, la sorcellerie poursuivie est très majoritairement masculine. Je remercie Alfred Soman p (...)

12Les sorciers qui comparaissent, et d'autres dénoncés sans plus au fil des audiences, sont majoritairement des hommes5 Ils sont tous adultes, leurs âges s'échelonnant entre 27 et 57 ans. Trois sur six appartiennent aux strates supérieures de la microsociété locale. Ils savent « écrire et signer ». L'un est sergent de châtellenie et rêve de reconstituer un patrimoine foncier amoindri par les malheurs du temps. Les deux autres se déclarent laboureurs et l'un des deux se déplace fréquemment « pour ses affaires ». Deux d'entre eux auront recours à la procédure d'appel en parlement... Plus modestes sont les trois autres prévenus, plus conformes à l'image habituelle d'une sorcellerie pétrie d'ignorance, de misère et de marginalité. Aucun ne sait signer. Deux sont manœuvres, s'employant à la journée, dont l'un est toujours célibataire à 27 ans et l'autre, contrefait, est connu par son sobriquet « le Bossu de la Brosse ». La seule sorcière du lot est vieille, veuve et effarée. Cependant ces trois individus ne sont pas isolés dans l'étrangeté. Ils habitent, et depuis longtemps, le même hameau. Ils sont liés par le sang, les hommes étant respectivement le frère et le fils de la sorcière. Un indice d'appartenance d'un proche au parti protestant local à la génération précédente permet de supposer que ce clan n'a pas toujours été misérable et que ses voisins ne l'ont pas oublié, et ne le lui ont peut-être pas pardonné. Le pouvoir du sorcier, dans cet échantillon, est la suite logique, et peut-être le prolongement chronologique, d'autres pouvoirs.

  • 6 Cf. les deux premières monographies du volume de R. Mandrou, Possession et sorcellerie au xviiesiè (...)

13Le préjugé collectif anticipe donc sur la décision du juge au seul vu des rôles sociaux. La place occupée dans le monde des forts ou des faibles met à part les non-coupables et leur donne mandat à démasquer les coupables et à appeler sur eux le châtiment de Dieu et des hommes. Les possédés ne sont pas ce qu'on appelle dans le jargon actuel du prétoire des « repentis » dont le zèle à dénoncer les autres doit inciter à l'indulgence envers eux-mêmes. Ce sont des innocents par essence, des enfants sans arme, sans argument, sans appui, comme les nouveau-nés massacrés par Hérode au lendemain de la naissance de Jésus. Et les maux qu'ils endurent dans leur corps et leur âme sont les garants surnaturels de la validité de leur témoignage6 Il n'est pas indifférent, à cet égard, que les premiers procès de sorcellerie où les possédés jouent un rôle essentiel soient contemporains en France des guerres de religion. Denis Crouzet a bien montré dans ses Guerriers de Dieu la part de la « violence des innocents », et le thème de l'enfant comme ange exterminateur seul capable dans sa pureté et sa candeur d'annoncer et d'exécuter la vengeance de Dieu. Petits bergers et jeunes moniales qui débusquent les sorciers appartiennent aux mêmes pieuses cohortes que les piagnoni de la Florence savonarolienne. Ils sont les cousins de ces bandes d'enfants qui « trainent-brûlent-lapident » des huguenots dans les villes françaises où les magistrats légaux sont dépassés ou inefficaces. En ces temps de frayeur, de fureur et de ferveur, devant la carence des adultes et des autorités, des enfants se dressent en une sorte de ministère public surnaturel, seul compétent contre le criminel absolu, Satan. C'est peut-être dans les procès de sorcellerie des années 1580-1630 que le concept de victime, après être sorti de son sens religieux strict, lié au rite sacrificiel, passé au registre de métaphore morale, accède à son acception judiciaire.

14François Billacois

Notes

1 Mes références entre parenthèses, sans autre précision, renvoient à la pagination de cette édition.

2 Mon interprétation ne suit pas ici celle des auteurs de l'édition utilisée. Je m'en suis expliqué dans une note. Sorciers, juges et historiens : réflexions à propos d'un livre récent, Droit et cultures, n° 16, 1998, p. 183-195.

3 Document publié dans Sœur Jeanne des Anges, supérieure du couvent des ursulines de Loudun (xviie siècle). Autobiographie d'une hystérique possédée, préface de Charcot, suivi de M. de Certeau, Jeanne des Anges, Jérôme Millon, 1985, p. 154-155.

4 « La supérieure générale [qui lui donna l'ordre de rédiger son autobiographie] la tenait, comme nous l'avons appris nous même par ses lettres autographes, pour fort illettrée, et incapable d'écrire deux mots de suite sans faire une faute d'orthographe », J. Charcot, préface, p. IX.

5 En Berry, la sorcellerie poursuivie est très majoritairement masculine. Je remercie Alfred Soman pour cette précision.

6 Cf. les deux premières monographies du volume de R. Mandrou, Possession et sorcellerie au xviiesiècle. Textes inédits, Fayard, Paris, 1979.

Auteur

Maître de conférences (retraité), Université de Paris X

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search