Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'abbaye de Maillezais

 | 
Mathias Tranchant
, 
Cécile Treffort

3e partie. Maillezais, enjeu de pouvoirs

Maillezais, deux cents ans d'archéologie d'une abbaye fortifiée

Jocelyn Martineau

Texte intégral

  • 1 La Rochelle, Archives départementales de Charente-Maritime, liasse G88, pièce 22. « Information to (...)
  • 2 La Rochelle, Arch. dép. Charente-Maritime, pièce 22 (cf. n. 1).
  • 3 Vincennes, Bibliothèque du génie, 131 H, F° 52 : Masse (Cl.), « Plan des vestiges de l'abbaye de M (...)
  • 4 La Rochelle, Médiathèque Michel-Crépeau, ms. 32 : Masse (CL), « Mémoire sur la carte du 46e Quarré (...)

1De la fin du xvie au xviiie siècle, l'abbaye connaît une phase de destruction initiée par les guerres de Religion. Agrippa d'Aubigné fortifie le site dès 1588-1589 avec les matériaux tirés de la démolition de l'abbatiale et du cloître1. Les bâtiments religieux sont définitivement ruinés en 1621- 1622, date des premiers procès-verbaux de visite du site fortifié2. Masse le représente de fait comme un vaste champ de ruine en 16993. Mais les vestiges du chœur, du transept et des bâtiments conventuels devaient néanmoins être plus importants qu'aujourd'hui, si l'on en croit la description qu'en donne Masse vers 17204.

  • 5 Niort, Médiathèque, fonds la Fontenelle, liasse 139, carton 15, 1785.
  • 6 Arnault (Ch), Baugié (P-A), Notice historique et descriptive sur l'église de Maillezais, 1840 (Mém (...)

2Aucune preuve documentaire ne peut confirmer l'hypothèse d'une utilisation précoce de l'abbaye comme carrière de pierre. Toutefois, le juge de paix de Maillezais Prézeau collecte en 1785 le précieux témoignage d'un homme âgé de 78 ans, Jacques Destorage, qui dit se souvenir d'une église- cathédrale encore couverte de sa charpente en 1720-17255. La dégradation du bâti semble donc s'être poursuivie pendant tout le xviiie siècle, jusqu'à la vente de l'abbaye comme bien national à un carrier en 1791. Poey-d'Avant et Bourloton rachètent finalement l'abbaye en 1837, figeant ainsi la ruine dans son état actuel. La première lithographie de Charles Arnault et Pierre-Antoine Baugier, datée de 1840, figure un édifice très proche de l'état photographié par Robuchon en 18906. Ce sont ces mêmes vestiges qui font aujourd'hui l'objet de restaurations depuis le rachat du site par le conseil général de Vendée en 1996.

3Deux siècles de démolition lente et constante ont généré un volume de gravats proportionné à la taille de l'établissement religieux. Ces délivres ont ainsi recouvert sols, sépultures et murs de l'abbatiale, du cloître et des abords de l'abbaye sur des hauteurs très variables, contribuant de fait à préserver les vestiges enfouis. Leur dégagement au cours des fouilles successives commencées il y a juste 200 ans s'est fait de manière discontinue, avec des résultats très contrastés. L'archéologie de sauvetage pratiquée ces dix dernières années en préalable aux travaux de mise en valeur a néanmoins permis de renouveler considérablement la connaissance acquise par le passé, notamment sur l'abbatiale et le front ouest de l'abbaye. Elle a surtout aidé à mettre en place un véritable projet de recherche archéologique pluri-disciplinaire sur le long terme, portant sur l'évolution de l'habitat monastique et sa fortification du xe au xvie siècle.

PREZEAU/1785-1804

  • 7 Niort, Médiathèque, fonds la Fontenelle, liasse 139, carton 15, 1785.

4Il semble que le premier à s'intéresser à l'abbaye de Maillezais, si l'on en croit les documents retrouvés à la médiathèque de Niort, est un juge de paix nommé Prézeau7. Ce dernier mène une première enquête dès 1785 auprès d'anciens habitants du bourg afin de collecter des témoignages oculaires sur l'état de l'abbaye au début du xviiie siècle. Il en tire des premières pistes de recherche qui vont le conduire à fouiller la nef de la cathédrale en 1803. Il retrouve ainsi dans le bas-côté sud quatre gisants, qui sont presque aussitôt dégradés.

ARNAULT/1834-1835

  • 8 Arnault (Ch.), Histoire de Maillezais, depuis les temps les plus reculé jusqu'à nos jours, Niort, (...)
  • 9 Pour les objets découverts dans la sépulture de Goderan, voir l'article de R. Favreau dans le prés (...)

5Charles Arnault reprend les fouilles de l'abbatiale à partir de 1834. Il met à jour les vestiges du jubé Renaissance, les fondations du transept sud ainsi que les soubassements des piles de la croisée du transept et de la nef8. Il découvre également cinq sépultures dans le vaisseau central et le bas-côté sud, dont celle de l'abbé Goderan († 10729). Les résultats des fouilles, l'inventaire et l'illustration du mobilier sont publiés en 1840, accompagnés d'un plan archéologique réalisé par Pierre-Antoine Baugié. Malheureusement, il est impossible ici de distinguer les structures réellement dégagées de celles restituées sur plan, notamment autour du chœur et du jubé. Le cloître reste quant à lui entièrement occulté, malgré de vraisemblables dégagements autour du collatéral sud, de la galerie nord du cloître et de la salle capitulaire.

DORIAN/1956

  • 10 Paris, Médiathèque du Patrimoine, dossier de travaux Maillezais, 81/85/97.
  • 11 Bourloton (Ch.), « Trouvailles récentes à l'abbaye de Maillezais », Revue du Bas-Poitou, t. 70, 19 (...)

6Le classement de l'abbaye au titre des Monuments historiques en 1925 permet d'engager une première tranche de travaux urgents sur l'abbatiale et l'hôtellerie, qui se poursuit de manière continue jusqu'en 195610. La venue du congrès Archéologique de France à Maillezais la même année pousse l'architecte en chef des Monuments historiques, Dorian, à entreprendre des travaux sur le massif occidental. La recherche d'un sol sous le niveau de remblai du narthex se transforme en découverte de sépultures, ce qui provoque aussitôt le décapage complet de la salle11. Une vingtaine de tombes sont fouillées dans l'urgence sans être étudiées ni relevées méthodiquement. La perte des informations archéologiques reste à ce jour irrémédiable.

TRICHEREAU/1957-1970

  • 12 Trichereau (M.), Journal de fouille, document dactylographié, 1956-1985.
  • 13 Vincent (J.), Inhumation, rapport dactylographié, S.R.A. Pays de la Loire, septembre 1998.

7Le décapage le plus important est réalisé à l'initiative des propriétaires du site, entre 1950 et 1970. De multiples sondages extensifs aboutissent à la mise au jour, entre autres, des galeries du cloître, des celliers à l'ouest, de la cave à sel et du réfectoire au sud et de la salle capitulaire à l'est des bâtiments conventuels. La fouille de la galerie nord livre une série de nouvelles sépultures ménagées contre le mur gouttereau sud de l'abbatiale. En 1965, l'architecte en chef des Monuments historiques, Duval, réalise un plan d'ensemble à la demande de François Eygun, directeur des antiquité du Poitou-Charentes. Il s'agit aujourd'hui du seul plan archéologique dressant un état des découvertes réalisé sur une quinzaine d'années, le carnet personnel et les photos de Mme Trichereau comblant aujourd'hui timidement l'absence de rapports de fouilles12. Les sépultures restées ouvertes depuis ont tout de même fait l'objet d'une étude tardive, en 1998, à la demande du conseil général de la Vendée et du service régional de l'Archéologie des Pays de la Loire13.

ROUZEAU/LE MEUR/HASCOUET/1987-1990

  • 14 Rouzeau (N.), Bernard (E.), Rapport de sondages, rapport dactylographié, S.R.A. Pays de la Loire, (...)

8L'activité archéologique des premières années du xixe siècle à la fin des années 1960 semble donc s'être résumée à la découverte du plan d'ensemble de l'abbaye, sans tenir compte de la complexité stratigraphique et architecturale propre à tout site ayant été occupé du Néolithique final à l'époque moderne. La recherche du mur a toutefois cédé la place à une méthodologie plus scientifique en trois opérations d'archéologie de sauvetage urgent menées sur le réfectoire et la cave à sel, au sud du cloître, de 1987 à 1990. La chronologie précise de ce secteur est alors établie et montre, en plus des vestiges de structures médiévales sur poteaux, les témoins d'une occupation du Néolithique récent et du Second Âge du Fer14.

Fig. 1 : Maillezais. Localisation des fouilles et sondages de 1987 à 2002.

Fig. 1 : Maillezais. Localisation des fouilles et sondages de 1987 à 2002.

Fig. 2 : Abbatiale de Maillezais. Proposition de chronologie relative.

Fig. 2 : Abbatiale de Maillezais. Proposition de chronologie relative.

CORNEC/1996-1999

  • 15 Cornec (Th.), « L'abbaye Saint-Pierre de Maillezais (Vendée) : l'architecture de l'abbatiale en pa (...)
  • 16 Cornec (Th.), Sanz-Pascual (F.), Evaluations archéologiques, nord de l'abbatiale et accès sud, AFA (...)
  • 17 Cornec (Th.), Pfost (D.), Abbaye de Maillezais, opération de sondages, rapport dactylographié, AFA (...)

9Depuis l'acquisition du site par le conseil général de la Vendée en 1996, l'abbaye fait l'objet d'importants travaux de restauration menés sous la maîtrise d'œuvre de l'architecte en chef des Monuments historiques, Pascal Prunet. Huit opérations archéologiques préventives financées par le département ont ainsi été réalisées entre 1996 et 2002, à la demande de l'architecte, de la conservation régionale des Monuments historiques et du service régional de l'Archéologie des Pays de la Loire. La plus importante reste l'évaluation des différents chœurs de l'abbatiale entre 1996 et 1997 par Thierry Cornée15. La deuxième campagne d'évaluation en 1998 a permis quant à elle d'approcher la richesse archéologique et la complexité du site de l'abbaye de Maillezais16. La fouille s'est plutôt attachée à l'étude des marges de l'enceinte abbatiale. Ainsi, une nouvelle organisation des accès s'est dégagée grâce à la découverte d'une voirie au nord, de la confirmation de la présence d'une chaussée émergée et d'une entrée sans doute essentielle par la tour-porte, au sud. En dehors des résultats significatifs, cette première campagne avait déjà permis de mettre en évidence la nécessité de mettre en place un programme de fouilles rigoureux en accord avec l'avancée des travaux de mise en valeur17.

MARTINEAU/2000-2002

  • 18 Martineau (J.), Sanz-Pascual (F.), Barbier (E.), Abbaye Saint-Pierre de Maillezais, surveillance d (...)
  • 19 Voir sur ces fragments l'article de Chr. Davy dans le présent volume.
  • 20 Martineau (J.), Cornec (Th.), Abbaye Saint Pierre de Maillezais, Fouilles archéologiques programmé (...)

10Trois opérations préventives ont de nouveau porté sur le cloître et l'abbatiale en 2001 et 200218. L'exécution du plan et l'étude du cloître arasé en niveau de fondations ont été réalisées en 2001 en préalable aux travaux d'aménagement du conseil général de la Vendée, dans le cadre du projet architectural et technique de l'architecte en chef des Monuments historiques. Les résultats scientifiques ont ainsi permis de définir les conditions de protection et de mise en valeur des bâtiments conventuels. Par ailleurs, les travaux de consolidation portant sur l'abbatiale ont motivé une intervention conjointe au relevé du cloître. La découverte d'au moins trois sols en place sur la voûte du narthex a permis de localiser les différents niveaux de circulation romans et gothiques de la tribune du clocher-porche. Un nombre important de petits fragments d'enduits peints ont également été découverts dans le comblement des reins de voûte19. Il s'agirait de résidus d'un décor ornemental datable de la seconde moitié du xiie siècle, piqueté lors de la reconstruction de la voûte entre la fin du xiiie et la première moitié du xive siècle. Suite à ces résultats, le service régional de l'Archéologie a demandé à l'INRAP de réaliser une étude complète des élévations romanes de l'abbatiale, étude de bâti actuellement en cours. La fouille programmée, engagée depuis l'été 2000 sur un programme triannuel, a quant à elle permis de retrouver une dynamique de recherche associant étroitement l'archéologie traditionnelle à l'archéologie du bâti20, en relation avec les études universitaires les plus récentes.

Bilan intermédiaire de deux années de fouilles programmées (2001-2002)

11La fouille est située à l'extrémité occidentale de l'abbaye, face au marais, sur une surface totale de 1 000 m implantée à l'extérieur de l'enclos monastique, sur le côté sud-ouest du plateau, au contact de l'aile fortifiée du cloître. Le terrain offre ici le précieux avantage de n'avoir jamais été perturbé par des travaux de fouilles ou sondages anciens, en raison de l'absence de vestiges signifiants. Ce bilan couvre ainsi trois années de recherche portant sur des structures et aménagements médiévaux totalement inédits.

L'occupation du haut Moyen Age, viiie-xe siècles

  • 21 La fondation de l'abbaye de Maillezais. Récit du moine Pierre, éd. G. Pon et Y. Chauvin, La Roche- (...)
  • 22 Faucherre (N.), « L'ancienne abbaye Saint-Pierre de Maillezais : note sur l'intérêt monumental de (...)

12Le récit de fondation du moine Pierre est la seule source littéraire qui mentionne, à Maillezais, la présence d'une forteresse élevée par le comte du Poitou Guillaume Fier-à-Bras, entre 970 et 977, à l'emplacement d'une église et d'une résidence de chasse comtale de la première moitié du xe siècle21. La fortification aurait été entièrement rasée au début du xie siècle pour permettre la construction du nouvel établissement monastique. La mention de cet habitat fortifié d'origine comtale est de fait l'une des plus anciennes, avec Mareuil-sur-Lay, pour l'ensemble du bas-Poitou. Toutes les fondations castrales mentionnées par la suite dont Talmont (85), Fonte- nay-le-Comte (85) et Vouvent (79) n'apparaissent pas avant la première moitié du xie siècle. Il était donc primordial de soumettre le texte du chroniqueur, non plus aux feux de la critique historique, mais aux fourches caudines de l'analyse archéologique. Nicolas Faucherre avait ainsi lancé le premier l'hypothèse d'une enceinte ovalaire préexistante à la construction de l'abbatiale, structure carolingienne qui aurait dessiné la morphologie particulière du front occidental22.

Fig. 3 : Maillezais. Plan d'occupation du site de l'abbaye du VIIIe au XIe siècle.

Fig. 3 : Maillezais. Plan d'occupation du site de l'abbaye du VIIIe au XIe siècle.

13Une première période d'occupation du haut Moyen Âge située sur les rives occidentales de l'éperon rocheux a bien été mise au jour lors de la fouille en 2002. Un niveau de circulation est installé en niveau de marais sur le socle rocheux, aménagé et usé par le piétinement, devant un front de taille utilisé en carrière ouverte. L'occupation est ensuite piégée par des colluvions calcaires qui caractérisent une dynamique d'érosion naturelle des pentes rocheuses, donc un abandon des abords du site. La datation par C14 de charbons de bois exhumés dans le niveau d'installation du sol couvre une fourchette chronologique relativement courte, de 905 à 975 après J.-C. La reprise de l'activité anthropique est marquée par la présence d'un dépotoir qui va former peu à peu un talus à 45°. La fourchette chronologique absolue proposée pour cette deuxième période « pré-romane » peut être resserrée à 978-985.

  • 23 Évaluation de la faune réalisée par Jean-Hervé Yvinec, ingénieur de recherche à l'INRAP, laboratoi (...)

14L'homogénéité de la céramique découverte sur l'ensemble de la séquence stratigraphique permet de rapprocher les deux périodes d'occupation dans une même phase du haut Moyen Âge, datée de la fin du ixe à la fin du xe siècle. Cette dynamique de comblement des abords du site doit être liée à la présence d'un habitat conséquent situé plus à l'Est, sur le plateau, à l'emplacement de l'abbaye actuelle. On observe en effet une concentration de structure d'habitat sur un périmètre de 20 m de diamètre, au nord-est de la zone de fouille. Antérieurs aux bâtiments conventuels, les trous de poteaux recoupent les sédiments historiques et le toit rocheux, afin de permettre l'ancrage de supports verticaux à une profondeur moyenne de 0,70 m. Toutefois, la disparité des vestiges limite considérablement l'interprétation des faits. Le taux de conservation du site, fortement érodé par la reconstruction et la fortification monastique, devrait rendre le travail d'interprétation de l'habitat carolingien identifié à Maillezais relativement difficile. L'analyse des données archéozoologiques prouve très clairement que nous avons affaire aux rejets d'une occupation privilégiée23. De nombreux arguments confirment cette hypothèse (proportion élevée de gibier, importance de la volaille dans l'alimentation, qualité des viandes consommées). Les premiers éléments concernant les âges d'abattage des porcins ne trouvent guère d'échos que sur le site de Compiègne. Les Hallettes qui correspond à un habitat seigneurial et ecclésiastique dans l'enceinte palatiale. La probabilité qu'il s'agisse d'une occupation de nature seigneuriale apparaît très forte si l'on considère la présence prépondérante du sanglier et a contrario le taux tout à fait normal d'oie. En effet, en milieu monastique, au sein de la volaille, l'oie est valorisée et atteint des proportions plus élevées que celle observée ici. La chronique du moine Pierre trouve donc ici un écho particulièrement original, qui demande à être développé par la poursuite de la fouille dans les années à venir.

Le parvis occidental

15Qu'en est-il de la physionomie du front ouest au moment où se développe le chantier roman tout au long du xie siècle ? La première abbatiale romane de Saint-Pierre de Maillezais présente en façade une simple clôture rectiligne animée par trois portails décorés de doubles bandeaux moulurés et séparées par des contreforts saillants. L'ensemble reproduit ainsi la symétrie des trois nefs intérieures. Cette façade écran est ensuite condamnée par l'adjonction rapide d'un puissant clocher-porche flanqué de deux tours d'escalier hors-œuvre, nouveau programme directement lié au surhaussement des bas-côtés de l'abbatiale primitive sur un niveau de tribunes. Aucun indice ne nous permet pour le moment de restituer la morphologie de la cour occidentale entre le xie et le xiie siècle. L'objectif du programme de fouille porte donc également sur la reconnaissance et l'interprétation de l'espace polyvalent traditionnellement appelé « parvis ». Espace de contact entre le monde extérieur et l'avant-nef de l'église, il peut s'agir d'un simple lieu de passage laïc ou domestique comme d'un espace liturgique à part entière, voire d'un espace funéraire, à l'instar du narthex tout proche.

La voirie médiévale

  • 24 Martineau (J.), Abbaye Saint Pierre de Maillezais, Fouilles archéologiques programmées. Rapport in (...)

16L'entrée à l'abbaye s'effectue aujourd'hui par l'Est, en empruntant un pont dormant qui franchit un fossé daté de la fin du xvie ou du début xviie siècle. La voirie médiévale, partant du port ou du village à l'Est, contournait au contraire le site par le Sud avant d'aboutir aux portails d'entrée situés à l'ouest et au nord de l'abbatiale. Ce cheminement n'est plus connu que par des portions de chaussées repérées par sondages et par la fouille24.

  • 25 Cornec (Th.), Sanz-Pascual (F.), op. cit. n. 16.
  • 26 Visset (L.), Gruet (Y.), Étude paléoenvironnementale réalisée sur une tranchée perpendiculaire à l (...)

17Le front marécageux au Sud est bordé par une chaussée émergée installée sur une levée de terre. Celle-ci borde une voie d'eau d'un côté et longe tous les entrepôts de l'abbaye de l'autre, depuis le Vieux Port jusqu'à l'angle sud-ouest du site (zone de fouille). L'aménagement a été daté du bas Moyen Âge25. Il est de fait impossible de restituer la physionomie du cheminement roman au même endroit, tant le paysage a été bouleversé par les travaux de dessèchement du marais. Seule une porterie romane fixe un point de franchissement de l'enclos monastique au sud. La tour mériterait à elle seule un programme archéologique complet afin de déterminer sa datation, sa forme, sa fonction et sa position dans l'ensemble avant les grands travaux gothiques. Il faudrait également pouvoir réaliser une importante étude environnementale pour expliquer l'implantation en rebord de plateau, au croisement possible entre voies d'eau et voies terrestres, dans un environnement marécageux encore naturel. Les recherches de Lionel Visset et l'évaluation archéologique de Thierry Cornec réalisés en 1997- 1998 sur cette zone forment déjà une première ébauche très utile pour l'élaboration d'une problématique axée autour de la tour-maîtresse appelée « tour-porte26 ».

L'occupation monastique xiiie-xive siècle

18Un nouveau bâtiment est construit au xiiie siècle dans le prolongement de l'aile sud du cloître, de part et d'autre du front rocheux. L'édifice est lié, au nord, à un avant-corps installé sur le rebord supérieur de la terrasse. Ses fondations recoupent l'épais niveau de remblais du xe siècle rejetés en bas de pente, à une altitude qui varie de 6,55 m à 5,14 m NGE L'ensemble forme un quadrilatère régulier de 22 m de long sur 7 m de large hors-tout. L'espace intérieur occupe une surface habitable au rez-de-chaussée d'environ 110 m2. La salle sud-ouest forme un espace quadrangulaire de 59 m2 La salle sud-est occupe quant à elle une surface trapézoïdale de 50 m2. Arasé à une hauteur moyenne de 9 m NGF, le mur de refend qui les sépare n'offre aucune ouverture possible pour communiquer d'un espace à l'autre. Les salles sont ouvertes vers l'extérieur, sur le marais, par deux portes repercées dans le mur de façade. Les vestiges de deux ébrasements de fenêtres sont conservés au sud à l'est, à environ 8 m NGF de hauteur. Ce détail permet de restituer au moins un étage situé de plain-pied avec la terrasse supérieure. Les trous d'ancrage des solives du plancher sont encore visibles sous le seuil de la fenêtre sud.

19La structure primitive est rythmée au sud, côté marais, par deux contreforts de plan quadrangulaire, distants de 8 m l'un de l'autre. Le premier, au sud-ouest, épaule le refend. Le second enveloppe quant à lui l'angle sud- ouest du bâtiment. Leurs fondations comportent quatre gradins installés sur la roche à 4,95 m NGF. Les fondations des contreforts sont liées, à chaque ressaut, aux fondations des murs gouttereaux. L'appareillage des fondations, traité en moellons, est taillé au pic et forme un ressaut régulier par rapport à l'élévation. Ce détail, qui pourrait identifier une phase de construction antérieure, est en fait une preuve du traitement moins soigné de la maçonnerie enterrée. Le mortier de chaux reste strictement identique à celui utilisé en élévation. Les deux murs sont appareillés en partie haute en pierre de taille d'un module quadrangulaire, moyen, layé ou taillé au pic. Les sols internes associés à cette première période de construction sont conservés de manière lacunaire. Liés au mur de façade sud, ils se caractérisent par un dallage à l'Ouest et de la terre battue à l'Est. À défaut d'une véritable étude du mobilier, nous ne pouvons que proposer une première hypothèse de datation intermédiaire. La fouille du comblement des tranchées de fondations des murs et des niveaux d'installation des sols a ainsi livré du mobilier datable du xiiie-xive siècle. On peut noter qu'ici, les formes et textures de la céramique se distinguent du mobilier présent dans les remblais antérieurs. La pâte blanche, très fine, reçoit des deux côtés une glaçure verte assez vive, nettement opposée aux simples pâtes rouges, plus épaisses, des pots du xe siècle, identifiables par leur col à bandeau.

Fig. 4 : Maillezais. Bâtiment xiiie siècle découvert à l'angle sud-ouest du cloître.

Fig. 4 : Maillezais. Bâtiment xiiie siècle découvert à l'angle sud-ouest du cloître.

20Le niveau de démolition du bâtiment se compose d'une couche assez homogène de carreaux de terre cuite rubéfiés mêlés à de l'argile rougie par le feu. Les carreaux semblent provenir d'un sol aménagé sur plancher, tombé depuis l'étage à la suite d'un incendie. Certains carreaux, bien que remués par l'impact de la chute, conservaient leur disposition d'origine. Les traces de rubéfaction peuvent être observées un peu partout en élévation. La fouille de la démolition n'a livré aucun objet ou matériel archéologique particulier. Tout le mobilier découvert ici provient des remblais immédiatement supérieurs. On remarquera que ce mobilier est d'une très grande hétérogénéité sur toute l'épaisseur du comblement qui atteint 4 m au plus haut. Enfin, la forte déclivité et la morphologie du front rocheux en rebord de plateau permet d'envisager la présence d'autres structures bâties sous la végétation, dans le prolongement de la zone de fouille, vers le nord-ouest.

21La soudaine densité de l'occupation du sol à partir du xiiie siècle pourrait être un effet de l'enrichissement rapide du domaine monastique. Or, l'absence de pièces comptables nous empêche d'en maîtriser les causes exactes. Est-ce le fruit de l'assèchement du marais, lié au raccordement de l'île à la Sèvre par l'intermédiaire du canal de la Jeune Autize ? Dans ce contexte, l'aménagement d'un port à proximité de l'abbaye a dû développer les possibilités de stockage et d'échange de biens commerciaux, donc nécessiter de nouveaux besoins en terme d'infrastructures temporelles (port, entrepôts, structures domestiques et artisanales, aumônerie, hôtellerie...). En conséquence, la rénovation de l'architecture religieuse, abbatiale comprise, peut être considérée comme le produit direct du bénéfice issu du développement du territoire monastique. Or, on ne connaît rien des moyens mis en œuvre par les moines pour maîtriser une telle croissance. Il nous semble donc primordial d'essayer de croiser les différentes données historiques, environnementales et archéologiques afin de mesurer au mieux l'impact de ce développement sur l'habitat temporel et religieux.

La fortification du bas Moyen Age

22Le bâtiment du xiiie siècle est entièrement arasé afin de dégager un front fortifié datable du bas Moyen âge. L'occupation primitive est purement et simplement coupée par une tranchée taillée en V sur une profondeur de 2 m, une largeur de 3 m et une longueur reconnue de 29 m. Les matériaux de démolition sont rejetés avec les bris marno-calcaire contre le mur du cloître. Ils forment ainsi une première levée qui remonte le bord de l'escarpe sur une hauteur d' 1,60 m. La contrescarpe est elle-même prolongée par une deuxième levée de 8 m de large, installée sur un niveau de parvis abandonné. Le talus est remplacé dans un deuxième temps par un glacis maçonné de 4,34 m de haut sur 2,20 m d'épaisseur à la base. Incliné à 77°, la fondation supporte une courtine qui double la largeur du front occidental. Les travaux semblent commencer au nord-ouest par la condamnation du massif occidental de l'abbatiale romane. La courtine est ici surmontée d'une galerie de mâchicoulis qui surplombe le glacis à 8 m de hauteur. Neuf consoles moulurées supportent l'encorbellement d'un chemin de ronde de 8 m de long sur 1,20 m de large, installé entre deux contreforts romans à 23,43 m NGF. Son accès depuis la tribune du clocher-porche est entièrement détruit ou masqué par les travaux de construction d'une grande baie gothique, postérieure à l'aménagement défensif.

23Les travaux se sont poursuivis vers le sud-ouest, le long des bâtiments conventuels, jusqu'à une tour quadrangulaire de 12 m2 fondée sur un épais glacis de 72°. Un couloir coudé donne accès, depuis l'aile ouest du cloître, à une petite chambre de tir circulaire de 1,30 m de diamètre. Deux embrasures de tir en sifflet de 1,30 m de long flanquent les côtés nord et sud. L'arasement de la structure sous le niveau de circulation, à 12 m NGF, nous empêche de restituer une troisième ouverture en capital. La destruction a également fait disparaître les fenêtres de tir. Il n'est donc plus possible de restituer le type d'arme utilisé en défense. La construction de la courtine est restée inachevée à 2,30 m au sud de la tour, à proximité de la porte d'accès au cellier du cloître. La tranchée de fondation des harpes d'attente recoupe ici le talus de la première fortification. Il est possible que le sommet du talus ait été arasé afin de recevoir une fausse-braie de 1,60 m de large, travaux qui seraient liés à la réfection de la porte. L'accès est surhaussé de 1,50 m au-dessus du seuil primitif, à 12,76 m NGF. La reprise de l'encadrement est alors manifeste. L'ouverture, qui reçoit deux nouveaux piédroits, est élargie de 0,44 m vers le sud et remontée sur une hauteur d'1,80 m. Un vantail d' 1,70 m de large est alors placé sur de nouveaux gonds qui subsistent toujours. Conjointement ou peu de temps après, le sol intérieur des celliers est remonté sur un plancher ancré dans le mur roman, à 1 m au- dessus du sol primitif. La construction d'un corps de garde associé à la tour et à la porte est plus que probable, ce qui pose le problème d'une co-activité entre fonctions religieuses et fonctions militaires au cœur de l'habitat monastique. Cette deuxième période de fortification se traduit également par une reprise du fossé qui devait être partiellement comblé au moment où l'on construit la tour et la courtine. Les trois sondages réalisés dans son comblement ne laissent aucun doute à ce sujet. La tranchée est curée, laissant au fond des sédiments résiduels.

24Une chaussée pavée de 2,20 m de large est ménagée parallèlement au fossé, le long de la contrescarpe. Elle joint au sud une autre voie pavée orientée dans l'axe de la galerie sud du cloître. Le franchissement du fossé devait être assuré par un pont-levis ou une simple passerelle dont il ne subsiste rien. La voie redescend vers le marais à l'ouest avant de former un coude à 90° en direction de la digue sud. Le fonctionnement de la voirie, plusieurs fois rechargée, semble ainsi associée à la chaussée ménagée sur la digue, bien qu'on ne possède aucune liaison directe entre les deux. Toutefois, il semble très probable qu'il y ait eu un axe de circulation majeur sud et ouest relié au « Grand-Port » de l'abbaye, contemporain aux fortifications et à la condamnation du massif occidental de l'abbatiale.

  • 27 Archives nationales, Registres du Parlement de Paris, p. 141-142, X 1A, fol. 478 v°, fol. 480 v°. (...)
  • 28 Ibid.

25Un acte des registres du Parlement de Paris tenu en 1350 fait part du procès de l'évêque, accusé du crime de lèse-majesté et de haute trahison pour avoir traité avec l'ennemi : « la plupart des religieux et des habitants de l'île, pénétrés de la fidélité qu'ils nous devaient firent provision d'armes et de munitions et se tinrent prêts à défendre l'île contre nos ennemis [...] Ils mirent en place un tour de garde afin de surveiller de jour comme de nuit le pays et l'église27 ». De même, il est précisé que « l'évêque interdit toute garde dans l'église et sur les fortifications » et « fit enlever les armes des moines et de la plupart des habitants, après leur refus de suivre les instructions28 ».

26L'enclos élevé comme une enceinte castrale marque de fait le front occidental de l'abbaye. Le creusement d'un premier fossé en avant d'une nouvelle porte piétonne fortifiée, prouve la volonté du commanditaire de mettre en place un premier programme défensif, projet attribuable à Jean de Marcon- nay dans la seconde moitié du xive siècle. Le creusement d'un deuxième fossé, la construction de la tour et de la courtine condamnent le portail d'entrée de l'abbatiale romane dans un deuxième temps, bien avant les fortifications développées par Agrippa d'Aubigné à la fin du xvie siècle. La typologie des éléments de tir ouverts dans la courtine occidentale et des mâchicoulis ménagés au-dessus du portail de l'abbatiale permettent d'envisager une deuxième campagne de fortification dans le courant du xve siècle.

27L'organisation de la vie des moines a dû être perturbée durablement par la présence d'un dispositif militaire à l'intérieur du monastère. Malheureusement, la disparition du cloître limite la vision du phénomène défen- sif dans l'enclos sacré. Les travaux de fortification n'empêchent pas les moines d'initier ou de poursuivre le programme de rénovation d'une abbatiale devenue cathédrale depuis 1313. Comment comprendre ces faits contradictoires dans le contexte très particulier des guerres de Cent Ans ? Cette question renvoie d'abord aux problèmes de datations des différents travaux. À l'instar des églises fortifiées, occupées tour à tour comme lieu de culte ou lieu de défense, on peut se demander si le chantier militaire n'est pas alterné avec le chantier religieux en fonction des événements militaires et économiques. Les harpes d'attente identifiées au sud de la tour de flanquement et les césures nettement visibles sur le gouttereau nord de la cathédrale tendraient à le prouver. Dès lors, il serait intéressant de rechercher les causes et conséquences d'un éventuel déclin du domaine monastique en croisant, une fois de plus, les données historiques, environnementales et archéologiques.

Fig. 5 : Maillezais. Fortifications ouest xive-xve siècles.

Fig. 5 : Maillezais. Fortifications ouest xive-xve siècles.

Notes

1 La Rochelle, Archives départementales de Charente-Maritime, liasse G88, pièce 22. « Information touchant l'union des offices et dignités de l'église cathédrale de Maillezais à la mense épiscopale dudit lieu, exécution des bulles de NSP le pape du 15 des calendes de novembre 1621. » et « P.V. d'enquête des dégradations durant les guerres de religions 1622 ». Nous remercions ici Alain Delavai de nous avoir communiqué ses transcriptions personnelles.

2 La Rochelle, Arch. dép. Charente-Maritime, pièce 22 (cf. n. 1).

3 Vincennes, Bibliothèque du génie, 131 H, F° 52 : Masse (Cl.), « Plan des vestiges de l'abbaye de Maillezais en Bas-Poictou », 1699.

4 La Rochelle, Médiathèque Michel-Crépeau, ms. 32 : Masse (CL), « Mémoire sur la carte du 46e Quarré de la généralle des costes du Bas-Poitou, Pays d'Aunix, Saintonge et partie de la basse Guyenne par Masse », 1720, copie xviiie siècle par le père Jaillot.

5 Niort, Médiathèque, fonds la Fontenelle, liasse 139, carton 15, 1785.

6 Arnault (Ch), Baugié (P-A), Notice historique et descriptive sur l'église de Maillezais, 1840 (Mémoire de la Société des statistiques des Deux-Sèvres, Série II, 1).

7 Niort, Médiathèque, fonds la Fontenelle, liasse 139, carton 15, 1785.

8 Arnault (Ch.), Histoire de Maillezais, depuis les temps les plus reculé jusqu'à nos jours, Niort, Paris, 1840.

9 Pour les objets découverts dans la sépulture de Goderan, voir l'article de R. Favreau dans le présent volume.

10 Paris, Médiathèque du Patrimoine, dossier de travaux Maillezais, 81/85/97.

11 Bourloton (Ch.), « Trouvailles récentes à l'abbaye de Maillezais », Revue du Bas-Poitou, t. 70, 1959, p. 11-15.

12 Trichereau (M.), Journal de fouille, document dactylographié, 1956-1985.

13 Vincent (J.), Inhumation, rapport dactylographié, S.R.A. Pays de la Loire, septembre 1998.

14 Rouzeau (N.), Bernard (E.), Rapport de sondages, rapport dactylographié, S.R.A. Pays de la Loire, 1987 ; Le Meur (N.), rapport de fouille, Maillezais, abbaye, réfectoire, rapport dactylographié, S.RA Pays de la Loire, 1989 ; Hascoet (J.), Réfectoire de l'abbaye de Maillezais, deux rapports dactylographiés, S.RA Pays de la Loire, 1989-1990.

15 Cornec (Th.), « L'abbaye Saint-Pierre de Maillezais (Vendée) : l'architecture de l'abbatiale en partie révélée par l'archéologie », Bulletin de la Société historique et scientifique des Deux-Sèvres, 3° série, tome vii, 1er semestre 1999.

16 Cornec (Th.), Sanz-Pascual (F.), Evaluations archéologiques, nord de l'abbatiale et accès sud, AFAN, S.R.A. Pays de la Loire, 1998.

17 Cornec (Th.), Pfost (D.), Abbaye de Maillezais, opération de sondages, rapport dactylographié, AFAN, S.R.A. Pays de la Loire, 1997.

18 Martineau (J.), Sanz-Pascual (F.), Barbier (E.), Abbaye Saint-Pierre de Maillezais, surveillance de travaux M.H., Cloître/Abbatiale, AFAN, S.R.A. Pays de la Loire, 2001.

19 Voir sur ces fragments l'article de Chr. Davy dans le présent volume.

20 Martineau (J.), Cornec (Th.), Abbaye Saint Pierre de Maillezais, Fouilles archéologiques programmées 2000, Rapport intermédiaire, rapport dactylographié, AFAN, S.R.A. Pays de la Loire, 2000.

21 La fondation de l'abbaye de Maillezais. Récit du moine Pierre, éd. G. Pon et Y. Chauvin, La Roche- sur-Yon, 2001.

22 Faucherre (N.), « L'ancienne abbaye Saint-Pierre de Maillezais : note sur l'intérêt monumental de ses modifications », Recherches vendéennes, n° 8, 2001, p. 289-310.

23 Évaluation de la faune réalisée par Jean-Hervé Yvinec, ingénieur de recherche à l'INRAP, laboratoire d'archéozoologie de Compiègne, centre de recherche archéologique de la Vallée de l'Oise

24 Martineau (J.), Abbaye Saint Pierre de Maillezais, Fouilles archéologiques programmées. Rapport intermédiaire, rapport dactylographié, AFAN, S.R.A. Pays de la Loire, 2001.

25 Cornec (Th.), Sanz-Pascual (F.), op. cit. n. 16.

26 Visset (L.), Gruet (Y.), Étude paléoenvironnementale réalisée sur une tranchée perpendiculaire à l'hôtellerie coté marais, université de Nantes, 1997.

27 Archives nationales, Registres du Parlement de Paris, p. 141-142, X 1A, fol. 478 v°, fol. 480 v°. Texte traduit par Jean-Luc Sarrazin, op. cit., p. 141-142.

28 Ibid.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Maillezais. Localisation des fouilles et sondages de 1987 à 2002.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18552/img-1.png
Fichier image/png, 778k
Titre Fig. 2 : Abbatiale de Maillezais. Proposition de chronologie relative.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18552/img-2.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 3 : Maillezais. Plan d'occupation du site de l'abbaye du VIIIe au XIe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18552/img-3.png
Fichier image/png, 818k
Titre Fig. 4 : Maillezais. Bâtiment xiiie siècle découvert à l'angle sud-ouest du cloître.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18552/img-4.png
Fichier image/png, 399k
Titre Fig. 5 : Maillezais. Fortifications ouest xive-xve siècles.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18552/img-5.png
Fichier image/png, 417k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540