Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'abbaye de Maillezais

 | 
Mathias Tranchant
, 
Cécile Treffort

3e partie. Maillezais, enjeu de pouvoirs

De Maillezais à La Rochelle : le transfert du siège épiscopal au xviie siècle

Fabrice Vigier

Texte intégral

  • 1 Pour une première approche:  Dubois (J.), Laclau (A.), Julia (D.), « Les diocèses à la veille de l (...)
  • 2 Mirot (A.), Manuel de géographie historique de la France, tome ii, Les divisions religieuses et ad (...)
  • 3 Il s'agit du transfert de l'évêché de Maguelone à Montpellier (1536) et de la création des sièges (...)
  • 4 Ces réformes concernent la translation de l'évêché d'Elne à Perpignan (1601), et les créations des (...)
  • 5 Les érections des sièges épiscopaux de Dijon (1731), Saint-Claude (1742), Nancy (1777), Saint-Dié (...)

1L'organisation territoriale de l'Église de France a connu très peu de modifications au cours de l'époque moderne1. Les circonscriptions ecclésiastiques françaises dont l'origine remonte, pour beaucoup d'entre elles, à la fin de l'Antiquité sont d'une remarquable stabilité entre le début du xvie siècle et le commencement de la Révolution. En effet, sur les 120 ou 130 diocèses que compte alors le royaume, seuls douze d'entre eux changent alors réellement de physionomie2. On ne recense ainsi que trois réelles innovations au xvie siècle3, quatre autres au xviie4, et cinq au xviiie siècle5. C'est dire si les permanences et l'immobilisme sont de mise dans la géographie diocésaine du pays !

  • 6 Lottain (A.), Histoire de Boulogne-sur-Mer, Arras, 1983, p. 114.
  • 7 Gallerand (J), « L'érection de l'évêché de Blois », Revue d'histoire de l'Église de France, 1956, (...)
  • 8 Gras (P.) dir., Histoire de Dijon, Toulouse, 1987, p. 157-158.
  • 9 Lovie (J.), Les diocèses de Chambéry, Tarentaise, Maurienne, Paris, 1979, p. 123-126.
  • 10 Sauzet (R.), Les visites pastorales dans le diocèse de Chartres pendant la première moitié du xvii(...)
  • 11 Martin (E.), Histoire des diocèses de Toul, de Nancy et de Saint-Dié, Nancy, 1900-1903, t. II, p. (...)
  • 12 Roussel (A.), « L'érection de l'évêché de Saint-Dié au xviiie siècle », Bulletin de la Société phi (...)
  • 13 Preclin (Edm.), « La situation ecclésiastique et religieuse de la Franche-Comté à la veille de la (...)
  • 14 Cholvy (G.), Le diocèse de Montpellier, Paris, 1976, p. 109.
  • 15 Toreilles (Ph.), « L'annexion du Roussillon à la France. La vacance du siège d'Elne (1643-1669) », (...)
  • 16 Sauzet(R.), Contre-réforme et réforme catholique en Bas-Languedoc. Le diocèse de Nîmes au xviie si (...)

2Toutefois, si modestes soient-elles, ces timides réformes de la carte religieuse méritent un examen particulier. Les causes de ces modifications varient effectivement considérablement suivant les circonscriptions. En 1559, la diplomatie et la politique extérieure ont ainsi présidé à la naissance des nouveaux évêchés septentrionaux de Boulogne et de Saint-Omer, suite à la destruction par les armées impériales de la cité épiscopale de Thérouanne6. Plus souvent, ce sont des raisons d'ordre géographique qui commandent ces changements. Les territoires diocésains trop vastes ou difficiles à administrer pour un seul évêque sont parfois subdivisés à des fins pastorales. Les sièges de Blois (16977), Dijon (17318) et Chambéry (17799) naissent ainsi respectivement du démembrement des circonscriptions de Chartres10, Langres et Grenoble. En 1777, les villes de Nancy11 et de Saint-Dié12 sont également promues cités épiscopales, du fait de la partition du gigantesque diocèse de Toul. Quant au nouvel évêché de Saint- Claude, les paroisses de son ressort sont prises aux subdivisions voisines de Lyon et de Besançon en 174213. Les modifications de la carte diocésaine peuvent aussi être moins spectaculaires et concerner le seul chef-lieu. Celui- ci apparaît alors trop minuscule pour continuer à être un lieu de résidence pour un évêque. C'est ce qui motive, semble-t-il, le transfert officiel de l'évêché de Maguelone à Montpellier en 153614 ou encore celui d'Elne à Perpignan en 160115. Enfin, dans au moins un cas, des motifs plus confessionnels paraissent être à l'origine d'un changement de la géographie cléricale. Ainsi, le démembrement du ressort de l'évêque de Nîmes est dû principalement aux difficultés de ce dernier à administrer efficacement la partie cévenole - peuplée en majorité d'anciens protestants - de son diocèse dans les années qui suivent la Révocation16. Il en résulte logiquement l'établissement d'un nouveau siège épiscopal à Alès en 1694.

3Un dernier diocèse, né à l'époque moderne, ne correspond cependant pas tout à fait à cet essai de classification et d'interprétation. En effet, la translation de l'évêché de Maillezais à La Rochelle en 1648 ne s'explique pas seulement par la politique, la géographie ou la présence de réformés. Incontestablement, les choses y sont plus compliquées, si bien que les modalités d'un tel transfert ne paraissent pas encore aller vraiment de soi au début du xviie siècle. L'entreprise a d'ailleurs traîné en longueur durant quatre décennies et un concours de circonstances semble même avoir été nécessaire pour que le nouveau siège épiscopal soit finalement érigé dans la ville rochelaise. L'opération de transfert paraît d'autant plus intéressante à étudier qu'elle modifie sensiblement la physionomie ecclésiastique du Centre-Ouest français. Elle mérite notamment que l'on se pose les questions suivantes : pourquoi a-t-on décidé de supprimer l'évêché de Maillezais dans les premières décennies du xviie siècle ? Pour quelles raisons a-t-on choisi La Rochelle pour le remplacer ? Enfin, de quelle manière et selon quelle procédure s'est réalisée la translation du siège en 1648 ?

La situation difficile de Maillezais au début du xviie siècle

  • 17 Broutin (P.), La Réforme pastorale en France au xviie siècle. Recherches sur la tradition pastoral (...)

4Même s'ils ne sont pas tous irréprochables, les prélats du royaume de France adoptent majoritairement l'esprit de la réforme tridentine à partir des années 1610-162017. Conscients du danger que représente pour eux la présence autorisée du calvinisme dans le pays depuis 1598, ils multiplient les initiatives dans leurs circonscriptions respectives. Cela se traduit par une plus grande surveillance du clergé paroissial, la création de séminaires diocésains, la tenue plus fréquente de synodes ou encore la réorganisation de certaines structures administratives de l'Église.

  • 18 Bertrand (L.), La vie de Messire Henry de Béthune, archevêque de Bordeaux (1604-1680), Paris et Bo (...)

5Dans ce contexte de renouveau religieux, les autorités politico-religieuses envisagent justement une modification de la carte diocésaine du Centre- Ouest français18. En effet, les évêques de Maillezais, soutenus en la circonstance par les administrations royales et pontificales, jugent leur siège épiscopal inapte à un efficace travail pastoral. Le chef-lieu de l'évêché présente alors, aux yeux de tous, trop de carences pour que les choses puissent rester durablement en l'état.

Le chef-lieu d'un diocèse mal structuré

6Au début du xviie siècle, il est vrai que Maillezais est la capitale d'un diocèse extrêmement hétérogène et surtout très mal découpé, mal organisé. Certes, semblable situation se retrouve dans quelques autres subdivisions françaises, mais les défauts des structures catholiques semblent particulièrement marqués dans ce secteur du Poitou.

  • 19 Favreau (R.), « L'Église-Institution en crise, xive et xve siècles », dans Le diocèse de Poitiers, (...)
  • 20 Durand (R.), « Jean XXII et le Poitou », Bulletin de la Société des antiquaires de l'Ouest, 1967, (...)
  • 21 Favreau (R.), La ville de Poitiers à la fin du Moyen Âge. Une capitale régionale, Poitiers, Mémoir (...)
  • 22 Ibid., t. II, p. 628, carte n° 21.
  • 23 Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand, CM 693, Pouillé royal contenant les bénéfices appartena (...)

7La circonscription née du démembrement du vaste diocèse de Poitiers offre les mêmes anomalies géographiques qu'au moment de sa création en 131719 S'étendant du Nord au Sud sur plus de 80 kilomètres entre la région de Vihiers et la Sèvre niortaise, sa configuration est, tout d'abord, excessivement curieuse20. Très schématiquement, son ressort se compose de deux ensembles territoriaux d'un peu plus d'une centaine de paroisses chacun, et simplement reliés l'un à l'autre par une petite bande de territoire d'une dizaine de kilomètres de large21. Le siège de ce diocèse mal formé et comme étranglé en son centre est, par ailleurs, très excentré. Maillezais, la ville épiscopale, se situe en effet à l'extrémité sud de ce curieux assemblage et apparaît mal armée pour bien le desservir22. Les différentes subdivisions diocésaines, conçues comme relais de l'administration de l'évêque, semblent enfin irrégulières et mal découpées. Ainsi, si les doyennés de Fontenay, Saint-Laurent-sur-Sèvre et Vihiers sont à peu près comparables avec une trentaine de paroisses, leur dimension n'a cependant rien à voir avec l'archiprêtré d'Ardin et le doyenné de Bressuire qui comprennent chacun environ soixante-dix communautés d'habitants23.

  • 24 Péroaus (L.), Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie et pastorale, Paris, 1964, p. 7 (...)
  • 25 Durdon (Fr.), Représentation des paysages dans le Poitou d'après la carte de Cassini, Mém. maîtr. (...)
  • 26 Morillon (Cl.), La reconquête du Marais Poitevin. Étude d'une société de dessèchement, Mém. maîtr. (...)

8Avec une telle architecture, ce diocèse n'a, bien évidemment, aucune unité géographique. Sa partie septentrionale est plutôt tournée vers la Loire, alors que ses paroisses méridionales sont majoritairement orientées vers la Sèvre Niortaise24. En réalité, le tout recouvre une mosaïque de régions naturelles dans lesquelles dominent trois grands types de paysages25. Les zones de bocage y semblent largement les plus répandues et correspondent peut-être aux deux tiers des terres de la circonscription. C'est le cas, en particulier, des secteurs de Cholet, Mauléon, Bressuire ou La Châtaigneraie. Moins nombreux mais plus favorisés, des « pays » de plaines sédi- mentaires existent également dans le ressort de l'évêque de Maillezais. On les rencontre dans la boucle du Layon au Nord, dans la vallée du Thouet au Nord-Est ou encore plus au Sud, dans la plaine de Fontenay-le-Comte. Quant au Marais Poitevin, il est le paysage presque exclusif d'une grande partie des paroisses méridionales de l'archiprêtré d'Ardin26. En outre, les voies de communication relient très mal cet ensemble disparate de territoires. Il est vrai que l'évêché se trouve isolé des grands axes de circulation routière et commerciale de l'époque. Surtout, les routes existantes y sont avant tout des chemins secondaires et en mauvais état, dont le réseau ne converge absolument pas vers la cité épiscopale.

  • 27 Guillémet (D.), « La longue histoire des territoires », dans Les nouveaux territoires de Poitou-Ch (...)
  • 28 Les 16 évêchés institués en 1317 et 1318 sont ceux de Maillezais et Luçon (démembrés du diocèse de (...)

9Lorsque l'on sait, en plus, que les limites de cette circonscription ecclésiastique ne correspondent pas aux divisions civiles de la province, on parachève le constat d'incohérence de l'ensemble27. Cette hétérogénéité géographique a évidemment de graves conséquences pastorales, dans la mesure où elle accentue les difficultés d'administration pour l'évêque et son personnel. C'est d'ailleurs peut-être pour cette raison que le diocèse de Maillezais est la seule subdivision religieuse créée en 1317 ou 1318 que l'on songe, à nouveau, à modifier à l'époque moderne28.

Une cité durement touchée par les guerres de religion

10Au début du xviie siècle, la cité de Maillezais souffre, en outre, d'un autre inconvénient. Sa situation géographique particulière lui vaut, en effet, d'avoir été touchée assez durement par les guerres de religion depuis 1562.

  • 29 Pérouas (L.), op. cit. n. 24, p. 130-144, p. 475-483 et p. 498-499.
  • 30 Poton (D.), « Géographie du protestantisme et réseau urbain dans le Centre-Ouest à l'époque modern (...)
  • 31 Dez (P.), Histoire des Protestants et des Eglises réformées du Poitou, La Rochelle, 1936, p. 463-4 (...)
  • 32 Haag (E. et E.), La France protestante ou vies des protestants français qui se sont fait un nom da (...)

11Il faut préciser que le siège épiscopal se trouve, depuis le milieu du xvie siècle, au centre d'un secteur où coexistent papistes et huguenots. Même si les catholiques y sont largement majoritaires, de nombreuses églises réformées n'en sont pas moins présentes, et surtout très bien organisées. L'évêché de Maillezais se situe même à proximité immédiate de communautés protestantes rassemblant, pour certaines d'entre elles, plusieurs centaines de fidèles29. Les plus importantes se rencontrent plutôt au Nord et à l'Est, dans les plaines de Bas-Poitou et de Niort. C'est le cas, en particulier, à Benet, Saint-Maxire, Sainte-Ouenne, Coulonges, Saint-Hilaire-sur-l'Au- tize, Saint-Martin-de-Fraigneau ou Fontenay. Mais on en recense également quelques-unes plus au Sud, comme à Marans ou au Gué-de-Velluire. En outre, cette zone de la Sèvre Niortaire et du Bas-Poitou semble être l'un des centres de gravité institutionnelle du calvinisme poitevin 30 Sur les 45 synodes provinciaux ayant réuni les églises calvinistes des colloques du Haut, Moyen et Bas-Poitou entre 1561 et 1648, pas moins de 10 se sont ainsi tenus à Fontenay-le-Comte et 4 autres à Niort, non loin de là31. Quant aux places de sûreté protestantes autorisées par l'édit de Nantes, elles paraissent encercler la ville épiscopale jusqu'au début des années 1620, avec les garnisons de Niort, Saint-Maixent, Fontenay-le-Comte et Marans32. C'est donc peu dire que la position géographique de Maillezais est difficile en cette période de rivalités confessionnelles !

  • 33 Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand, ms 827 : Bourloton (E.), Histoire de Maillezais, sans d (...)
  • 34 Brochet (L.), Histoire de Maillezais, Paris, Res universis, 1989, p. 42-43. Voir surtout, dans le (...)
  • 35 Jouanna (A.), Boucher (J.), Biloghi (D.) et al.. Histoire et dictionnaire des guerres de religion, (...)

12Dès lors, on comprend mieux pourquoi la cité n'a guère été épargnée par les combats entre factions religieuses depuis le milieu du xvie siècle. Bourg catholique sans protection, Maillezais est d'abord victime, pendant quelques jours, de bandes protestantes au mois de mai 156233. Dans les quinze années qui suivent, elle subit très certainement les affres du passage des armées rivales, sans être pour autant un lieu que l'on s'efforce encore durablement de contrôler. En fait, ce n'est qu'en 1587 que Henri de Navarre décide d'en faire une place forte dotée de remparts et de fortifications34. La petite ville devient alors un site stratégique de première importance, que certains considèrent, à raison, comme un poste avancé de la très calviniste La Rochelle. À partir de la fin de l'année 1588, le gouvernement en est confié au célèbre Agrippa d'Aubigné, l'un des plus beaux esprits de ce temps35.

  • 36 Arnault (Ch), Histoire de Maillezais depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, Niort, 1 (...)
  • 37 Les autres sièges épiscopaux français ayant également été places de sûreté protestantes à la fin x (...)

13Homme de lettres mais aussi de guerre, il en garde personnellement le commandement jusqu'en 1619. Et encore faut-il attendre la fin du mois de mai 1621 pour que la cité rejoigne enfin le giron catholique sous la pression des troupes du roi Louis XIII36 ! Maillezais présente, par conséquent, la grande particularité d'être l'un des seuls sièges épiscopaux français à avoir été, durant plus de trois décennies, une place de sûreté protestante37.

  • 38 Bourloton (E.), op. cit. n. 33, p. 78.
  • 39 Ibid., p. 78 ; Brochet (L.), op. cit. n. 34, p. 55.
  • 40 Bourloton (E.), op. cit. n. 33, p. 78.
  • 41 Delagranger (R.), « La Cathédrale abandonnée : Maillezais », Revue du Bas-Poitou, 1928, p. 95- 101 (...)
  • 42 Delhommeau (L.), Notes et documents pour servir à l'histoire de l'évêché de Maillezais (1317-1648)(...)

14Cette longue période de domination calviniste n'a, bien évidemment, pas été sans incidence pour la ville. Durant toutes ces années, Agrippa d'Aubigné a pourtant fait preuve d'une certaine tolérance religieuse. Les messes catholiques n'ont ainsi pratiquement jamais cessé d'être célébrées dans la bourgade 38 même si, dans le même temps, le culte réformé a été installé au château pour au moins les quelque soixante hommes de la garnison39. En revanche, les bâtiments et les institutions ecclésiastiques ont plutôt mal supporté cette époque difficile. Dès le commencement des troubles, les moines de l'abbaye ont été dispersés dans le bourg et n'ont pu regagner une partie de leur monastère qu'au début du xviie siècle40. Le palais épiscopal a servi de résidence au gouverneur militaire. Quant à la cathédrale, après avoir été une première fois dévastée en 1562, elle est utilisée comme matériau pour la construction des fortifications après 158741. Lorsqu'intervient la reddition protestante en 1621, c'est donc une cité à relever et à réorganiser que récupèrent les autorités catholiques du diocèse42.

Un siège épiscopal assumant mal son statut de capitale religieuse

  • 43 Degast-Matifeux (Ch.) éd., État du Poitou sous Louis XIV par Charles Colbert de Coissy. Rapport au (...)
  • 44 Expilly (A. d'), Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Am (...)

15Enfin, Maillezais n'apparaît absolument pas comme la capitale religieuse du diocèse au début du règne de Louis XIII. La cité a-t-elle d'ailleurs vraiment été à la hauteur d'un tel statut dans le passé ? On peut légitimement en douter... En tout cas, il est clair que ses quelque 200 feux43 (et peut-être 1 000 habitants) font d'elle un bien piètre évêché dans la première moitié du xviie siècle, très certainement le plus petit et le plus mal en point du royaume de France. Sa cathédrale est pratiquement ruinée et l'abbaye, qui était encore sa fierté à la fin du Moyen Âge, n'a dû sa survie qu'aux gracieusetés d'Agrippa d'Aubigné. Dans ses conditions, la petite bourgade des bords de l'Autize semble avoir de moins en moins d'influence sur la vie religieuse de sa circonscription44.

  • 45 Le Goff (J.), Rémond (R.), Histoire de la France religieuse, t. II, Du christianisme flamboyant à (...)
  • 46 Semur (Fr.), Abbayes, prieurés et commanderies de l'ancienne France (vers ive siècle-vers xviiie s (...)
  • 47 Besse (J-M.), Abbayes et prieurés de l'ancienne France, t. III, Provinces ecclésiastiques d'Auch e (...)
  • 48 Pérouas (L.), « La réforme catholique au diocèse de Maillezais dans le premier quart du xviie sièc (...)
  • 49 Ibidem, p. 152.
  • 50 Bodet (H.), « Une fondation charitable au xviie siècle : l'hôpital Saint-François-de-la-Croix de V (...)
  • 51 Maisonneuve (H.), « L'ancien collège des jésuites à Fontenay-le-Comte », Revue du Bas-Poitou, 1940 (...)

16Le siège épiscopal reste ainsi à l'écart du mouvement de fondations ecclésiastiques que connaît alors le pays. À la suite du concile de Trente, un important renouveau traverse pourtant l'Église gallicane, en particulier le monde des réguliers45. Cela se traduit par la réforme des ordres anciens, et plus encore par la naissance de nouvelles congrégations à partir de la fin du xvie siècle. L'objet de ces créations est d'encadrer au mieux la population et de défendre les positions papistes contre les huguenots. Même si ce nouvel élan religieux est plus marqué dans les circonscriptions de Luçon, Saintes et surtout Poitiers, il est néanmoins aussi visible dans le diocèse de Maillezais46. Il se manifeste, tout d'abord, par l'installation des Capucins à Fontenay-le-Comte et Marans dès 160847. Ces réguliers, issus d'une branche des Franciscains, sont spécialisés dans l'activité de prédication, avec pour mission de convertir les nombreux calvinistes de ce secteur48. Deux congrégations féminines enseignantes font également leur apparition dans la région, quelques années plus tard. Un pensionnat pour jeunes filles tenu par les Filles de Notre-Dame est ainsi créé à Fontenay en 1639 tandis qu'à Cholet, un autre est confié aux Cordelières vers le milieu du xviie siècle49. Quant au seigneur de Vezins dans les Mauges, il fonde le seul hôpital de la partie septentrionale du diocèse, établissement dont il octroie la charge aux Frères de la Charité en 163450. Toutefois, la création la plus marquante demeure, sans contestation possible, celle du collège des jésuites à Fontenay en 163551. L'arrivée de membres de la compagnie de Jésus, dont la vocation enseignante et missionnaire n'est plus à démontrer, ne fait d'ailleurs que renforcer le poids et l'activisme de cette petite ville. À l'inverse, aucune esquisse de projet ecclésiastique ne semble sérieusement avoir été envisagée à Maillezais durant la période qui suit les guerres de religion.

  • 52 Bourloton (E.), op. cit. n. 33, p. 86-87.
  • 53 Pérouas (L.), op. cit. n. 24, p. 236.
  • 54 Delhommeau (L.), op. cit. n. 42, p. 82.
  • 55 Ibid., p. 93.
  • 56 La Rochelle, Archives départementales de la Charente-Maritime : G 247, Ordonnance de l'évêque de M (...)
  • 57 Ibid., G 247, Ordonnance de l'évêque de Maillezais datée du 27 juin 1641 pour la tenue de l'Assemb (...)
  • 58 Blet (P.), Le clergé de France et la monarchie. Étude sur les Assemblées Générales du Clergé de 16 (...)

17Dans le même temps, les évêques délaissent de plus en plus leur évêché. Henri d'Escoubleau de Sourdis, puis son successeur Henri de Béthune, ne semblent ainsi venir à Maillezais qu'au tout début de leur épiscopat, au moment de la prise de possession officielle de leur bénéfice. Le reste du temps, ils résident dans leur château de l'Hermenault, à Bressuire ou plus souvent encore à Fontenay-le-Comte, dans leur maison épiscopale52. Cette dernière ville apparaît même ostensiblement comme la véritable capitale religieuse du diocèse. Avec pas moins de huit établissements, on y trouve effectivement la plus forte concentration d'institutions cléricales de la circonscription, en plus du siège de l'ofïlcialité53. C'est d'ailleurs là que les prélats y convoquent prioritairement leur clergé après 1621. Certes, un synode diocésain a bien lieu, une dernière fois, à Maillezais en 162354. Les suivants, en revanche, se tiennent bien dans la ville fontenaisienne en 163555, 164056 et 164157 à l'instigation de Henri de Béthune. Fontenay- le-Comte a même son heure de gloire au mois d'avril 1628 lorsque Richelieu y réunit l'Assemblée générale du Clergé de France et son cortège de puissants prélats58. Eclipsée, Maillezais peut alors regretter de n'avoir jamais eu droit à un tel honneur !

  • 59 Brochet (L.), op. cit. n. 34, p. 55.

18Néanmoins, cela ne signifie pas que les évêques se désintéressent de leur siège épiscopal. Au tout début des années 1620, Henri d'Escoubleau de Sourdis aurait, en effet, demandé au cardinal de Richelieu de relever la cathédrale de Maillezais et ses ruines59. Mais, ce dernier, songeant sans doute déjà à un possible transfert de l'évêché, lui aurait opposé une fin de non-recevoir. Le temps de Maillezais comme capitale du diocèse semble alors compté.

Les villes successivement envisagées comme siège du nouvel évêché

  • 60 La Rochelle, Archives départementales de la Charente-Maritime : G 88, Information touchant l'union (...)
  • 61 Ibidem.

19Après la reddition de Maillezais qui fait suite à plus de trois décennies d'occupation calviniste, l'administration pontificale semble très sérieusement s'interroger sur le devenir de la modeste cité. C'est pourquoi elle confie à un certain René Mouchez, docteur en théologie et chanoine de Saintes, le soin de se renseigner sur la situation véritable et la pérennité du petit évêché60. Le 28 novembre 1622, ce chargé de mission inspecte donc Maillezais et conclut assez rapidement, après enquête, à la non-viabilité du siège épiscopal. Le lieu est, en effet, jugé malsain, marécageux et dévasté par l'épreuve des guerres. De plus, il n'y a plus d'église pour faire dûment le service divin, ni maison pour y loger l'évêque et son chapitre61.

  • 62 Péronnet (M.), Les évêques de l'ancienne France, Lille, 1977, t. I, p. 415.

20Dès lors, les autorités politiques et religieuses s'emploient à trouver une ville susceptible d'accueillir le nouvel évêché. Ériger un siège épiscopal n'est cependant pas simple, même en période de reconquête catholique. Pour que l'opération se réalise, il faut notamment remplir au moins deux conditions. Les différents pouvoirs royaux et cléricaux — mais aussi nationaux et locaux — doivent, tout d'abord, s'entendre pour que le projet ait quelque chance d'aboutir. Mais surtout, le lieu choisi doit être absolument une agglomération importante afin de justifier son nouveau statut de résidence épiscopale62. Or, lorsque l'on raisonne dans le cadre du diocèse de Maillezais, cette dernière exigence limite considérablement les possibilités de translation de l'évêché.

L'hypothèse niortaise ou la vaine tentative du Corps de Ville

  • 63 Niort, Archives départementales des Deux-Sèvres, E Dépôt 23, registre n° 342, registre des délibér (...)
  • 64 Formon (M.), Un évêque de la Contre-Réforme. La Rocheposay et le diocèse de Poitiers 1612-1651, Th (...)
  • 65 Formon (M.), « Henri-Louis de la Rocheposay, évêque de Poitiers (1612-1651) », Bulletin de la Soci (...)

21Même si les sources disponibles sont rares et pas vraiment toujours très explicites63, il semblerait bien que Niort se soit d'abord proposée pour succéder à Maillezais. L'historienne Marcelle Gabrielle Formon, qui a dépouillé les délibérations du corps de ville niortais64, affirme effectivement que des négociations ont bien eu lieu à cet effet au début des années 162065.

  • 66 Expilly (A. d'), op. cit. n. 44, t. V, p. 187.
  • 67 Combes (J.) dir., Histoire de Niort des origines à nos jours, Poitiers, 1987, p. 126.
  • 68 Fracard (M.-L.), La fin de l'Ancien Régime à Niort. Essai de sociologie religieuse, Paris, 1956, p (...)
  • 69 Dugast-Matifeux (Ch.), op. cit. n. 43, p. 411-415.
  • 70 Marcadé (J.), « La Réforme tridentine dans le Niortais », dans Le présent d'un passé. Regards sur (...)
  • 71 Besse (J-M.), op. cit. n. 47, t. III, p. 222-224.
  • 72 Favre (L.), Histoire de la ville de Niort depuis ses origines jusqu'en 1789, Niort, 1880, p. 262.
  • 73 Marcadé (J.), « Réseau urbain et géographie ecclésiastique : l'exemple du diocèse de Poitiers », L (...)

22Il est vrai que la ville des bords de Sèvre, distante d'à peine vingt kilomètres de Maillezais, a quelques atouts à faire valoir. D'une « assez grande étendue » et « close de murs », n'est-elle pas le lieu le plus « considérable » de la région66 ? Ses 10 000 ou même peut-être 12 000 habitants font d'elle, en effet, l'agglomération la plus importante et la plus commerçante du Bas et du Moyen-Poitou au début du xviie siècle. Elle est surtout dotée de plusieurs institutions royales qui faciliteraient assurément la tâche d'un évêque venant y résider. Niort offre d'abord l'avantage, en cette période de troubles religieux, d'être le siège d'une lieutenance militaire. Le gouverneur du Poitou, Charles Baudouan, comte de Neuillan, a même pris l'habitude d'y demeurer à partir de 162367. On y rencontre aussi plusieurs juridictions. Un siège royal ou tribunal de sénéchaussée y rend ainsi la justice, au civil et au criminel, sur un ressort d'une cinquantaine de paroisses, pendant qu'une imposante cour consulaire s'occupe des causes des marchands du Bas-Poitou, de l'Angoumois et d'une partie du Limousin68. Niort est enfin, depuis le règne de François Ier, ville d'Élection, autrement dit le chef-lieu d'une recette particulière de la généralité de Poitiers69. Quand on sait combien l'Église de France agit alors de concert avec le bras séculier, cette assez forte présence d'administrations royales ne peut que plaider en faveur du dossier niortais, d'autant que le clergé local semble très actif et encourage visiblement la fondation de nouveaux établissements religieux70. En quelques années, la ville voit ainsi fleurir en son sein pas moins de huit communautés dont les plus notables sont sans doute celles des Capucins, des Oratoriens, des Frères de la Charité et des Ursulines71. L'installation d'un éventuel évêque pourrait donc s'appuyer sur des structures cléricales déjà existantes. Pourtant, si le choix niortais pour ériger un nouveau siège offre quelques avantages, il présente également au moins deux inconvénients. Niort, en premier lieu, est loin d'être entièrement catholique. Au début du règne de Louis XIII, un temple huguenot a d'ailleurs pignon sur rue et environ un habitant sur trois se revendique de la « Religion Prétendue Réformée72 ». Cependant, le plus ennuyeux peut-être dans l'affaire, c'est que la ville n'est pas située dans le diocèse même de Maillezais. Certes, elle ne se trouve qu'à quelques encablures des frontières de l'évêché, mais fait bel et bien partie de la circonscription voisine de Poitiers73.

  • 74 Fracard (M.-L.), op. cit. n. 58, p. 42.
  • 75 Haag (E. et E.), op. cit. n. 32, t. X, p. 257 et 259.
  • 76 Briquet (H.-A.), Histoire de la ville de Niort depuis ses origines jusqu'au règne de Louis-Philipp (...)
  • 77 Formon (M.), op. cit. n. 64, p. 28-30.

23En dépit de ce problème géographique - au demeurant non rédhibi- toire-, le Corps de Ville souhaite et fait tout son possible pour qu'on y érige un siège épiscopal. Il se lance, à cet effet, dans un assez long processus de négociations dans le courant de l'année 1624. En raison du silence de la documentation, il est difficile d'évoquer les réelles motivations d'une telle démarche. Les échevins et autres bourgeois de la ville souhaitent-ils une sorte de compensation - fort belle, en l'occurrence - à la perte de leur olficialité survenue en 161974 ? Sans doute désirent-ils aussi montrer à tous, trois ans à peine après la disparition de la garnison protestante (162175), leur attachement au catholicisme et leur volonté de devenir une bonne ville royale. Il se peut également que la ville ait voulu, tout simplement, profiter de ses bonnes relations avec Louis XIII pour obtenir le siège d'évêché en instance de transfert76. En tout cas, la municipalité se montre très active en ce qui concerne le dossier et engage des pourparlers avec les autorités religieuses compétentes. Les échevins chargent ainsi Meaulme, curé de Saint-André de Niort, et le dénommé Langevin, d'aller plaider l'affaire auprès de l'évêque de Maillezais pendant qu'un certain Dabillon se voit confier la même mission à Poitiers77. Des courriers sont aussi échangés avec les deux prélats et d'autres rencontres sont très probablement organisées. Dans un premier temps, tout paraît bien se passer. Henri d'Escoubleau de Sourdis et Henri-Louis Chasteigner de la Rocheposay, respectivement évêques de Maillezais et de Poitiers, semblent intéressés par la proposition niortaise. Mais bientôt, Chasteigner de la Rocheposay fait machine arrière et pose son veto à la réforme. Averti du projet, il y a fort à parier que son clergé, notamment son chapitre cathédral, ait catégoriquement refusé que l'on démembre à nouveau la circonscription de Poitiers. Toujours est-il que Niort, malgré tous ses efforts, a laissé passer sa chance de devenir chef-lieu de diocèse.

L'incroyable refus de Fontenay-le-Comte

  • 78 Bertrand (L.), op. cit. n. 18, p. 140-146.

24Après l'échec niortais, c'est au tour de la ville de Fontenay-le-Comte d'être envisagée pour l'établissement d'un nouvel évêché. Cette fois-ci, l'initiative n'en revient pas à la municipalité mais aux premiers concernés par l'éventuelle translation du siège épiscopal. Ce sont, en effet, les évêques en titre de Maillezais - en l'occurrence Henri d'Escoubleau de Sourdis et surtout Henri de Béthune - qui défendent activement la candidature fonte- naisienne à partir de la fin des années 162078.

  • 79 Pérouas (L.), op. cit. n. 24, p. 98.
  • 80 Expilly (A. d'), op. cit. n. 44, t. III, p. 212 ; Dugast-Matifeux (Ch.), op. cit. n. 43, p. 433.
  • 81 Dugast-Matifeux (Ch.), op. cit. n. 43, p. 415-418.
  • 82 Fillon (B.), Recherches historiques et archéologiques sur Fontenay, Fontenay, 1846, 125 à 242.
  • 83 Pérouas (L.), op. cit. n. 24, p. 133.
  • 84 Voir notes 54 à 58.
  • 85 Fillon (B.), op. cit. n. 82, p. 244-248.

25Sur le papier au moins, il faut dire que Fontenay semble avoir tout pour s'imposer. C'est même, à tous égards, le choix le plus raisonnable pour une telle opération. Située à seulement une quinzaine de kilomètres de Maillezais, la ville est tout d'abord, de très loin, la plus importante du diocèse. Avec peut-être 10 000 habitants dans la première moitié du xviie siècle, elle est la seule véritable agglomération de la circonscription79. Les trois foires qu'elle organise tous les ans, sont d'ailleurs « considérables » et « fréquentées de tous les marchands du royaume, & même des étrangers80 ». Comme Niort, la ville est dotée de plusieurs administrations royales. Chef-lieu de la plus vaste élection de la généralité après Poitiers, elle est à la fois le siège d'une sénéchaussée et d'une juridiction consulaire81. On y trouve également une lieutenance militaire et une maréchaussée, ce qui ne peut qu'être rassurant pour une ville ayant été longtemps tenue par les protestants82. Même si un habitant sur dix y est alors encore calviniste83, le principal atout de Fontenay est toutefois de faire figure de véritable capitale religieuse du diocèse depuis de longues années84. L'évêque, on l'a vu, y possède déjà un hôtel particulier et il y aurait largement la place pour loger un chapitre. Surtout, l'église paroissiale de Notre-Dame vient d'être reconstruite et paraît assez vaste pour qu'on l'érigé en cathédrale85. Tant sur le plan pratique qu'ecclésiastique, la cité semble donc toute indiquée pour remplacer rapidement Maillezais.

  • 86 Delhommeau (L.), op. cit. n. 42, p. IV. Henri d'Escoubleau de Sourdis est nommé à l'archevêché de (...)
  • 87 Texte intégral de cette bulle du 22 avril 1630 dans Archives historiques du Poitou, Poitiers, 1873 (...)
  • 88 Bourloton (E.), op. cit. n. 33, p. 88.
  • 89 Transcription intégrale de cette bulle du 14 janvier 1631 dans Lacurie (A.), op. cit. n. 23, p. 50 (...)
  • 90 Bertrand (L.), op. cit. n. 18, t. I, p. 144.

26Henri d'Escoubleau de Sourdis semble s'être attelé tout particulièrement à cette tâche dans les dernières années de son épiscopat. Il doit cependant attendre la fin des dernières guerres de religion et la chute de La Rochelle pour que ses requêtes rencontrent un premier écho auprès des autorités. C'est en effet seulement le 26 septembre 1629 qu'un brevet royal autorise le prélat à entreprendre des démarches auprès de Rome pour obtenir la translation de son évêché de Maillezais à Fontenay. Promu entretemps archevêque de Bordeaux86, Henri d'Escoubleau de Sourdis est obligé de transmettre le dossier à son successeur Henri de Béthune. Ce dernier, à peine installé, ne va cependant pas ménager ses efforts pour voir aboutir le projet. Avec le soutien des moines de Maillezais, il obtient le 22 avril 1630 un premier texte de la papauté qui enclenche la procédure*87. Cette bulle d'Urbain VIII est, en fait, adressée à Henri-Louis Chasteigner de la Rocheposay, évêque de Poitiers, que l'Église considère, depuis le xive siècle, comme le plus haut dignitaire religieux du Poitou. Celui-ci doit, selon ce document, s'assurer que l'évêque, le monastère de Maillezais et le curé de Notre- Dame de Fontenay sont favorables au transfert, vérifier que l'église Notre- Dame est assez grande pour devenir cathédrale et être aussi certain qu'il y existe des bâtiments suffisants pour accueillir l'évêque et son chapitre. Si toutes ces conditions sont remplies, la bulle demande au prélat de Poitiers de retirer à l'église de Maillezais son statut de cathédrale avec tous ses droits et prérogatives et de les transporter en l'église Notre-Dame de Fontenay. En souvenir du passé, il est enfin prévu qu'au terme de l'opération, les titulaires du nouveau siège se fassent appeler « évêques de Maillezais et Fontenay-le-Comte ». Très satisfait de ces premières décisions, Henri de Béthune veut cependant aller encore plus loin. Il souhaite notamment corriger l'anomalie institutionnelle qui fait de l'abbaye de Maillezais, établissement régulier, le chapitre officiel du diocèse depuis 1317. Toujours aussi persuasif, il parvient même à ce que les religieux demandent eux-mêmes « la sécularisation de leur monastère et de leurs personnes88 ». La requête ayant été aussitôt transmise à Rome, le pape y souscrit par une seconde bulle datée du 14 janvier 163189. Tout en confirmant le contenu de sa lettre précédente du 22 avril, Urbain VIII confie une nouvelle fois à Chasteigner de la Rocheposay plusieurs missions. Ce dernier a d'abord la rude tâche de supprimer la « régularité » du monastère de Maillezais, car il est normal que « le chapitre d'un évêque séculier soit lui-même séculier ». Il lui faut également avertir les religieux de Maillezais qu'ils sont désormais dispensés de règle et de vœux monastiques. Pour finir, il lui est demandé de réformer de fond en comble les titres et bénéfices de ces ecclésiastiques. Selon ce texte, ceux-ci devront, à l'avenir, être plus nombreux et mieux rémunérés, avec charge au prélat poitevin de trouver des sources de financement pour ces nouvelles dignités. Ainsi, en plus de séculariser - de manière classique - une institution ecclésiastique, cette bulle s'assigne un autre objectif : attirer à l'avenir dans la région, par des bénéfices plus élevés, des « hommes excellents en doctrine » afin de mieux lutter contre le protestantisme90. Encore faut-il, pour que ces lettres pontificales deviennent exécutoires, qu'elles soient dûment acceptées par le conseil du Roi.

  • 91 Fillon (B.), op. cit. n. 82, p. 279.
  • 92 Bourloton (E.), op. cit. n. 33, p. 88.
  • 93 Dugast-Matifeux (Ch.), op. cit. n. 43, p. 85.
  • 94 Dez (P.), op. cit. n. 31, p. 463-464.

27Henri de Béthune peut, à ce moment-là, être légitimement optimiste et espérer que son siège s'installe prochainement dans une véritable ville. Pourtant, aussi curieux que cela puisse paraître, le projet ne va pas se réaliser à cause de l'hostilité des habitants de Fontenay. L'opération paraît, en effet, y susciter « d'unanimes clameurs », à tel point que la bourgeoisie locale envoie alors des commissaires à Paris91. En fait, il semble que le prélat de Maillezais soit loin de faire l'unanimité auprès des Fontenaisiens. C'est du moins ce qui ressort d'une lettre datée du 15 juin 1631 qu'adresse alors le célèbre historien Jean Besly à Chasteigner de la Rocheposay. Il y écrit notamment : « Monsieur l'evesque est céans nostre hoste et bon convive, car il luy plaist de mettre distance entre luy et son vilaing maroys. Planté chez nous, il voudra faire le maistre ; des gracieuzetés se mueront en airs de seigneur. Il n'est bon mener personne plus grand que soy en sa maison92 ». L'hostilité de Fontenay aurait aussi peut-être une autre explication. Parmi les classes dirigeantes, on y trouve apparemment une assez forte proportion de réformés93. Ceux- ci semblent alors très engagés sur le plan religieux, à tel point qu'ils ont été les organisateurs d'un grand nombre de synodes provinciaux dans un passé récent. Cela a notamment été le cas en 1594, en 1600, 1602, 1605, 1610 ou encore en 162394. Ce groupe ne peut voir que d'un très mauvais œil l'arrivée d'un chef religieux catholique dans leur cité. Quoi qu'il en soit, l'opposition fontenaisienne donne un coup d'arrêt brutal à ce projet de transfert et dissuade finalement Henri de Béthune de demander au roi les lettres patentes pour l'exécution des bulles papales.

L'heure de La Rochelle

  • 95 Labande (E.-R.) dir., Histoire du Poitou, du Limousin et des Pays Charentais, Toulouse, 1975, p. 2 (...)

28Niort hors jeu, Fontenay-le-Comte non preneuse, c'est finalement une troisième ville, en l'occurrence La Rochelle, qui va finir par s'imposer. Du point de vue strictement géographique, ce choix ne peut qu'étonner. La ville rochelaise est, en effet, située à une bonne vingtaine de kilomètres en dehors des limites méridionales de la circonscription, ce qui ne fait qu'accentuer la difformité d'ensemble du diocèse. En fait, cette décision est prise selon des considérations qui dépassent de beaucoup la simple question de translation de l'évêché de Maillezais. Elle est surtout liée au contexte politique, militaire et évidemment religieux de cette région dans la première moitié du xviie siècle95.

  • 96 Sur les rapports entre La Rochelle et la monarchie française, l'ouvrage fondamental demeure Parker(...)
  • 97 Trocme (E.), La Rochelle de 1560 à 1628. Tableau d'une société réformée, Paris, 1950.
  • 98 Ducluzeau (Fr.) dir., Histoire des protestants charentais (Aunis, Saintonge, Angoumois), Paris, Le (...)
  • 99 Delafosse (M.) dir., Histoire de La Rochelle, Toulouse, 1991, p. 154-161.
  • 100 Il est assez intéressant de noter que c'est à Fontenay-le-Comte que l'Assemblée Générale du Clergé (...)
  • 101 Perouas (L.), op. cit. n. 24, p. 92.
  • 102 Pérouas (L.), « Sur la démographie rochelaise », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1961 (...)
  • 103 Sur cette question, voir Moisy (Fr.), Le rétablissement du catholicisme à La Rochelle (1628-1648). (...)
  • 104 Delafosse (M.) dir., op. cit. n. 99, p. 199.
  • 105 Besse (J-M.), op. cit. n. 47, t. III, p. 151-152 ; Delafosse (M.) dir., op. cit. n. 99, p. 198.
  • 106 Compère (M.-M.), Julia (D.), op. cit. n. 51,1.1, p. 337-339.

29Pour comprendre le choix rochelais, il faut effectivement se rappeler que ce grand port a tenu tête, durant plusieurs décennies, au Roi et à l'Église de France96. Véritable capitale du parti réformé, la ville a su gagner un extraordinaire statut de ville libre au cours des guerres de religion. Dotée d'une redoutable flotte et de fortifications réputées imprenables, elle fait presque figure de « république autonome » jusqu'à la fin des années 162097. Malheureusement pour elle, Louis XIII et le cardinal de Richelieu mettent fin à sa quasi indépendance au terme d'une longue guerre et d'un terrible siège au mois d'octobre 162898. Dès lors, la principale préoccupation du pouvoir est de reprendre en main la ville et de la soumettre, pleinement et entièrement, à son autorité. Les remparts qui la défendent sont ainsi détruits, les libertés municipales abolies et un gouverneur militaire installé avec des prérogatives importantes99. Tout cela s'accompagne d'actions fortes sur le plan religieux, en concertation avec les plus hautes instances cléricales du moment100. Pour repeupler la ville après le siège, on autorise d'abord presque exclusivement les familles catholiques à s'y installer. Si l'établissement de protestants non rochelais de souche y est prohibé dès novembre 1628, il semble bien qu'on ait simultanément cherché à y attirer, en grand nombre, des papistes101. Cette politique de « préférence confessionnelle » connaît d'ailleurs un franc succès. Ces immigrants, qui partagent les mêmes convictions religieuses que le Roi, sont des milliers à venir habiter le vieux port. Ce flux migratoire n'est évidemment pas sans conséquence démographique. À la fin des années 1640, pour la première fois dans l'histoire de la cité depuis les débuts de la Réforme, les catholiques, avec environ 10 500 membres, sont plus nombreux que les quelque 8 000 réformés102. Parallèlement, l'Église fait un gros effort pour rétablir un encadrement paroissial satisfaisant103. Les cinq paroisses de la ville sont ainsi officiellement relevées dans les mois qui suivent la capitulation104. Des curés, assistés au moins d'un vicaire, leur sont attachés au plus tard dès 1634. Quant à leurs églises qui avaient été détruites en 1568, on s'emploie à les reconstruire, mais très lentement, au mieux à partir de 1635. Dans le même temps, les nouveaux maîtres des lieux encouragent au retour des anciens établissements religieux et à la fondation de nouvelles institutions105. Les Cordeliers, Augustins, Carmes et Dominicains, qui avaient été supprimés par les huguenots, reprennent alors pied à La Rochelle. Conjointement, pas moins de sept autres communautés religieuses s'y établissent dans les deux ou trois années qui suivent immédiatement la fin du siège. C'est le cas, par exemple, des Frères de Saint Jean-de-Dieu, des Ursulines ou encore des Hospitalières. Les créations les plus notables sont cependant celles de Capucins, spécialisés dans la conversion des protestants, et celle des Jésuites, à qui on accorde le droit de tenir un collège dès 1629106.

  • 107 On trouve la transcription intégrale de ce document dans Moisy (Fr.), « Un épisode de la Contre- R (...)
  • 108 Bertrand (L.), op. cit. n. 18,1.1, p. 141 ; Delhommeau (L.), op. cit. n. 42, p. 85. Cette informat (...)
  • 109 Poitiers, Médiathèque François Mitterrand, coll. Dom Fonteneau, vol. XXVII ter, p. 223, Brevet du (...)
  • 110 Arcère (M.), Histoire de la ville de La Rochelle et du Pays d'Aulnis, La Rochelle, 1757, t. II, p. (...)

30Néanmoins, le désir d'y établir prochainement un évêché est très certainement la décision la plus marquante prise alors par la royauté. Dans sa déclaration du 19 novembre 1628, Louis XIII souhaite, en effet, que « le bastiment cy devant servant au passage en la place du chasteau [... soit] appliqué à une Église Cathédrale, & servir à un Evêque, Chanoines & autres nécessaires à une Église de cette nature, que nous ferons prier nostre S. Père le Pape vouloir ériger en la diste ville ou y transférer le siège de celle des environs qui se trouvera commode107 ». Une telle résolution s'explique assurément par des considérations religieuses, mais également politiques. En y érigeant un siège épiscopal, Louis XIII pense très probablement y faciliter la conversion des protestants et faire à terme de La Rochelle une bonne ville catholique, véritablement soumise au pouvoir royal. En tout cas, la procédure par laquelle La Rochelle pourrait un jour devenir lieu de résidence d'un prélat n'est absolument pas précisée dans la lettre du Roi. Cela peut être aussi bien une fondation ex nihilo qu'un plus classique transfert de siège. En raison de la disparition des archives diocésaines, on ignore si des pourparlers ont alors lieu avec l'évêque de Saintes dont dépendent encore l'Aunis et La Rochelle jusqu'au milieu du xviie siècle. On sait simplement que Louis XIII suit ce dossier de près, même s'il en oublie parfois la complexité procédurière. Il pense d'ailleurs très tôt à y installer certains clercs, cela avant même que les premières démarches pour l'érection de l'évêché aient vraiment commencé. Il aurait ainsi « jetté les yeux sur M. l'evesque de Basas... pour le faire evesque de La Rochelle » dès le mois de décembre 1628108. Durant tout son règne, il semble d'ailleurs avoir eu en tête ce problème rochelais puisque, quelques semaines à peine avant sa mort, il y nomme encore par anticipation un certain Hardouin de Péréfixe, prêtre du diocèse de Poitiers109. C'est dire si un tel projet demeure une priorité pour lui et pour l'administration royale ! Cette dernière doit cependant patienter jusqu'à la fin des années 1640 pour qu'enfin il soit vraiment question de la translation du siège de Maillezais à La Rochelle110.

La Rochelle, ville épiscopale par la volonté royale

  • 111 Delafosse (M.) dir., op. cit. n. 99, p. 203.
  • 112 Arnault (Ch), op. cit. n. 37, p. 303 ; Lacurie (A.), op. cit. n. 23, p. 178 ; Delhommeau (L.), op. (...)

31En dépit de la volonté affichée de Louis XIII, La Rochelle ne devient cependant ville épiscopale qu'après de très longues années. La papauté n'y érige officiellement un évêché qu'au mois de mai 1648111. Il faut encore attendre le 16 novembre 1666 pour que l'évêque de Poitiers la proclame solennellement chef-lieu de diocèse112, soit pratiquement 38 ans, jour pour jour, après la déclaration de 1628.

  • 113 Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale conférée, Lyon, 177 (...)

32Une telle durée pour voir aboutir ce projet peut surprendre ; cependant, toute réforme institutionnelle, sous l'Ancien Régime, prend du temps et ne s'accomplit souvent, au mieux, qu'au bout d'une ou deux décennies. Le cas rochelais n'a donc rien d'exceptionnel en la matière. Par ailleurs, l'établissement d'un nouveau siège épiscopal — et plus encore, lorsqu'il y a translation - est d'une incroyable complexité juridique et canonique. Il ne peut se réaliser dans de bonnes conditions que si toutes les parties concernées y sont favorables. En l'occurrence, il est nécessaire d'avoir au moins l'accord des évêques et chapitres des diocèses que l'on envisage de modifier pour que l'opération ait quelque chance d'être menée à son terme113. Or, c'est loin d'être le cas au départ pour La Rochelle. C'est pourquoi cette ville a dû attendre aussi longtemps son statut de cité épiscopale et ce malgré le soutien répété et presque continu du pouvoir royal.

Une érection souhaitée par Louis XIII, mais tardant à se réaliser

33Dans un premier temps, le projet d'ériger un évêché à La Rochelle avance très lentement. Concrètement, rien ne semble même vraiment se passer entre la fin de l'année 1628 et le milieu des années 1640.

  • 114 . Poitiers, Médiathèque François Mitterrand, CP 525, Pouillé général contenant les bénéfices de l' (...)
  • 115 Pérouas (L.), op. cit. n. 24, p. 224.
  • 116 Moisy (Fr.), « Un épisode de la Contre-Réforme... » (op. cit. n. 103), 1972, p. 139.

34Si le dossier ne paraît pas aller de l'avant, c'est peut-être d'abord à cause de l'imprécision du texte royal de 1628. Ce document est seulement une déclaration de principe qui ne fournit aucune indication sur le calendrier ou sur la marche à suivre. En fait, le texte se contente d'évoquer, en termes très généraux, les deux possibilités institutionnelles à l'érection d'un siège. La première (pas forcément la plus simple) serait de créer réellement à La Rochelle un nouvel évêché, sans supprimer aucun des chefs-lieux religieux des alentours. Comme l'ancienne place forte protestante dépend alors de l'évêque de Saintes114, ce scénario ne pourrait donc se réaliser qu'à la suite d'un démembrement de la circonscription et d'un partage des territoires entre la capitale de Saintonge et celle de l'Aunis. Une telle solution ne semble pas alors sérieusement envisagée. Ni Michel Roaul de La Guibour- gère, ni son neveu Michel, qui occupe le siège épiscopal de Saintes, ne sont apparemment consultés à ce sujet durant toute cette période115. De toute façon, ils ne pourraient qu'être très réticents à un tel changement. Cependant, si l'on n'a pas vraiment songé à démanteler le diocèse de Saintes, c'est aussi parce que la deuxième possibilité institutionnelle d'élever à La Rochelle un évêché semble plus adaptée à la situation géographique et au contexte des années 1630. Cette alternative consiste, dit la déclaration royale, à « y transférer le siège de celle des environs qui se trouvera commode116 ». Or, on sait que Maillezais est déjà, à ce moment-là, en sursis et dans l'attente d'une suppression de son statut épiscopal. Sans doute Louis XIII et son puissant ministre Richelieu, qui connaît bien la région, pensent-ils d'ailleurs à cette solution dès la fin de l'année 1628 !

  • 117 Bourloton (E.), op. cit. n. 33, p. 89.
  • 118 Voir notes 92 à 95.
  • 119 Bertrand (L.), op. cit. n. 18,t.I, p. 142-144.
  • 120 La Rochelle, Archives départementales de la Charente-Maritime : G 88, projet de concordat entre le (...)
  • 121 On trouvera le récit complet de ce long et complexe conflit entre l'abbaye et l'évêque de Mailleza (...)
  • 122 Bourloton (E.), op. cit. n. 33, p. 89.
  • 123 Bertrand (L.), op. cit. n. 18,1.1, p. 150.
  • 124 Ibid. p. 151-153.
  • 125 Id., p. 153-156.
  • 126 Id., p. 155.

35Même si les documents existants sont parfois contradictoires, il semble bien que l'administration royale ait plutôt opté, peut-être dès le milieu des années 1630, en faveur de la translation du siège de Maillezais à La Rochelle. À ce moment-là, l'hypothèse d'un transfert à Fontenay-le-Comte n'est pourtant pas entièrement levée. Au mois de mars 1638, des lettres patentes du Roi sont même encore accordées à l'évêque Henry de Béthune, faisant de la ville fontenaisienne le chef-lieu officiel du diocèse117. Cependant, ces textes ne sont pas rendus exécutoires, à cause d'un recours judiciaire presque immédiat auprès du Parlement de Paris. Une telle réforme semble, de toute façon, extrêmement difficile à mener à terme, en raison de la ferme opposition des habitants de Fontenay118. En définitive, bien plus que la concurrence fontenaisienne, la suppression du siège de Maillezais se heurte alors à d'autres difficultés : pour que l'opération de translation se fasse, il faut absolument que l'évêque du lieu, mais aussi son chapitre, y soient favorables. Or, malheureusement, ce n'est plus le cas à partir du milieu des années 1630. On se souvient pourtant que l'abbaye de Maillezais, qui fait office de chapitre cathédral, avait souscrit aux bulles de 1630 et 1631 ordonnant le transfert et la sécularisation du monastère119. Mais les moines changent radicalement d'attitude dans les années 1635-1636. Après avoir passé une sorte de concordat avec la congrégation de Saint-Maur120, ils s'opposent alors obstinément à leur prélat et refusent de voir leur établissement transformer en chapitre séculier. Les motifs profonds d'une telle hostilité sont extrêmement délicats à appréhender. Plus que des considérations financières, il semble que ce soient plutôt des raisons plus subjectives qui dictent leur comportement, notamment le refus d'habiter en ville, la crainte d'un changement profond de leur organisation et plus encore, leur inimitié envers Henri de Béthune. Toujours est-il que les religieux de Maillezais ne ménagent pas leurs efforts à contrer bulles de sécularisation et démarches de leur prélat. Ils peuvent alors compter sur le soutien du très influent Michel Baul- dry qu'ils ont nommé grand prieur de Maillezais, mais aussi des Mauristes avec lesquels ils se sont récemment agrégés. C'est le début d'un interminable conflit entre les moines et leur supérieur religieux qui dure, en dépit de quelques interruptions, pratiquement trois décennies121. Sans entrer dans les détails des procédures, il faut savoir que les initiatives des religieux sont particulièrement nombreuses et répétées entre le milieu des années 1630 et le milieu des années 1640. Ainsi, dès 1636, ils font enregistrer par un notaire de Paris un acte par lequel ils révoquent tout ce qu'ils avaient accepté en faveur de la sécularisation122. Deux ans plus tard, ils formulent une opposition aux lettres patentes homologuant les bulles pontificales par- devant le Parlement de Paris123. Ils attaquent aussi directement en justice, pour des histoires très temporelles de biens et de bénéfices, leur évêque Henri de Béthune au mois de décembre 1639, même si ce long procès tourne en fin de compte à leur désavantage en septembre 1641124. Par ailleurs, à partir de l'automne 1641, Michel Bauldry et la puissante congrégation de Saint-Maur usent de leur influence et de leurs relations pour empêcher l'ordre de sécularisation et trouvent apparemment un certain écho auprès de l'évêque de Poitiers, peut-être même de l'archevêque de Bordeaux125. Quant aux religieux de Maillezais, après quelques reniements, ils révoquent à nouveau le 1er janvier 1644 leurs précédents consentements à séculariser leur établissement126.

36Les presque deux décennies qui suivent la déclaration royale de 1628 apparaissent donc, à bien des égards, comme une période de blocage institutionnel. La faute en revient à l'opposition de la vieille abbaye de Maillezais et de ses alliés qui empêche la suppression du siège et surtout l'opération de translation. Mais tout cela s'explique aussi par l'attentisme des autorités royales qui, après s'être engagées à ériger un évêché à La Rochelle, tardent à agir vraiment pour débloquer la situation.

Une translation de siège accélérée par la Régence

  • 127 Extrait des « Lettres patentes du roy Louis XIV, du mois d'août 1648, sur la bulle du pape Innocen (...)

37Les choses changent cependant dans la seconde moitié des années 1640. Soucieux « d'exécuter les saints et pieux désirs du feu Roy [Louis XIII]127 », le gouvernement dirigé par Anne d'Autriche et Mazarin donne un grand « coup d'accélérateur » au projet rochelais entre 1646 et 1650. C'est effectivement durant ces quatre ou cinq années que des initiatives et des décisions essentielles sont prises pour l'avenir de l'évêché et de la nouvelle circonscription.

  • 128 Bertrand (L.), op. cit. n. 18,1.1, p. 238.
  • 129 Delhommeau (L.), op. cit. n. 42, p. 108.
  • 130 Rainguet (P.-D.), Biographie saintongeaise, Saintes, 1851, article « Jacques Raoul ».
  • 131 Pérouas (L.), op. cit. n. 24, p. 224.
  • 132 Avone (Ch. D'), « Le séminaire de Saintes 1644-1790 », Bulletin de la Société des archives histori (...)
  • 133 La Rochelle, Archives départementales de Charente-Maritime : G 94, brevet du Roi du 4 décembre 164 (...)
  • 134 Delhommeau (L.), op. cit. n. 42, p. 112.
  • 135 La Rochelle, Archives départementales de la Charente-Maritime : G 94, brevet du Roi du 4 décembre (...)

38Tout commence, en fait, au mois de novembre 1646 lorsque Henri de Béthune devient archevêque de Bordeaux à la suite du décès de Henri d'Escoubleau de Sourdis128. Le siège de Maillezais étant vacant, l'administration de la Régence choisit alors, en vertu des pouvoirs que lui confère le Concordat de Bologne, Jacques Raoul de La Guibourgère comme nouveau prélat129. Le choix n'est pas anodin : au contraire, il paraît très réfléchi, car ce Raoul de La Guibourgère n'est pas n'importe qui130. Évêque de Saintes depuis une bonne quinzaine d'années, il présente l'avantage de bien connaître la région et d'avoir derrière lui une assez longue expérience épiscopale131. Son œuvre marquante est d'avoir fondé, avec un certain succès, un séminaire dans la cité saintongeaise en 1644132. Il paraît donc avoir un excellent profil pour mener à bien une réforme aussi importante que le transfert d'un évêché. Sa nomination à Maillezais coïncide avec le début d'une succession de textes et de démarches décisives du pouvoir politique. Le 4 décembre 1646 - soit moins de dix jours après la désignation de l'évêque-, un brevet du roi exprime clairement le désir de la « Reine Régente » de hâter le mouvement133. Tout en annonçant avec précision les changements à venir, ce document demande aux Rochelais de se préparer à l'arrivée prochaine, dans leurs murs, d'un prélat et de chanoines. Simultanément, les autorités du moment s'emploient à lever la principale hypothèque au transfert : l'accord des religieux de Maillezais. Même si, eu égard au passé, cela peut surprendre, il semble que ces derniers aient rapidement cédé à la détermination royale. Les sources disponibles ne permettent pas de connaître exactement les raisons de leur revirement. Sachant que la communauté est alors très divisée, on peut simplement supposer que le pouvoir a dû jouer sur ces divisions pour obtenir un tel résultat. En tout cas, leur « consentement à la translation » est mentionné dans une lettre datant, au plus tard, de la fin de l'année 1647134. Dès lors, on se charge d'envoyer « les Mémoires en Cour de Rome pour obtenir de Sa Sainteté les Bulles nécessaires » à l'établissement du siège135. C'est chose faite le 4 mai 1648, quand la Papauté publie un texte acceptant, sans surprise, la proposition de la royauté française. Comme dans les précédentes déclarations pontificales de 1630 et 1631, on y proclame la suppression de l'évêché de Maillezais, lieu jugé indigne à la résidence d'un prélat.

  • 136 On trouvera l'intégralité du texte de cette bulle du 4 mai 1648 dans Lacurie (A.), op. cit. n. 23, (...)
  • 137 La bulle du 4 mai 1648 suit, sur tous ces aspects, la requête royale : voir Archives départemental (...)
  • 138 La bulle du 4 mai 1648 reprend, sur ce point, les dispositions de la bulle du 14 janvier 1631, voi (...)
  • 139 Les huit dignités envisagées sont : doyen, trésorier, aumônier, grand archidiacre, petit archidiac (...)
  • 140 Dugast-Matifeux (Ch.), op. cit. n. 43, p. 80.

39Cette bulle du 4 mai 1648 est importante, car elle est considérée comme l'acte de naissance du diocèse rochelais136. Même si ce n'est pas exactement vrai du point de vue juridique, cette déclaration pontificale n'en fixe pas moins la future organisation de la circonscription religieuse. Tout d'abord, il y est beaucoup question de La Rochelle, ville dans laquelle doivent être transférés l'évêché et le chapitre de Maillezais137. Conformément aux « intention[s] du feu Roi » Louis XIII, il est prévu que « le Grand Temple autrefois possédé par les huguenots » serve d'église cathédrale et épiscopale. La « Maison Commune » occupée auparavant par la municipalité protestante, est requise pour devenir le logement du nouvel évêque. Quant aux « emplacements vides [...] aux environs du Temple », ils sont réservés pour la « construction [... de] bâtiments [...] nécessaires aux Chanoines ». À côté de ces mesures plus ou moins symboliques, on recense un grand nombre de dispositions concernant le futur chapitre. La bulle confirme, bien évidemment, sa translation de Maillezais et sa sécularisation138. Mais elle envisage surtout une réforme importante de sa composition et ses institutions. Le nombre de chanoines est ainsi fixé à vingt, et celui des dignités à huit139, tandis que le montant des prébendes est augmenté par rapport aux revenus précédents des moines. Les membres du chapitre semblent, en revanche, plus dépendants du prélat qui peut exercer sur eux tout pouvoir, autorité et juridiction épiscopale. Pour finir, la proclamation du pape Innocent X précise le ressort géographique du nouveau diocèse. Il est envisagé que celui- ci soit composé du territoire de celui de Maillezais, auquel on adjoindrait « toute l'étendue du gouvernement de La Rochelle, île de Ré, et quelques paroisses au-delà de la Sèvre [Niortaise]140 ».

  • 141 Dom Fonteneau (op. cit. n. 109), vol. LXVI, Lettres patentes du roi Louis XIV portant règlement po (...)
  • 142 Dangibeaud (Ch.), « Louis de Bassompierre, évêque de Saintes », Revue de la Saintonge et de l'Auni (...)
  • 143 La transcription de cet accord se trouve dans Lacurie (A.), op. cit. n. 23, p. 539-552, Accord et (...)
  • 144 Lacurie (A.), op. cit. n. 23, p. 541.
  • 145 Dom Fonteneau (op. cit. n. 109), vol. LXVI, p. 47, Arrêt du Parlement de Paris du 7 septembre 1650 (...)
  • 146 Duranthon (a.), Collection des Procès-Verbaux des Assemblées Générales du Clergé de France depuis (...)

40Au mois d'août 1648, l'administration royale confirme le texte pontifical et en prescrit l'enregistrement en Parlement141. Fort logiquement, une telle décision rencontre aussitôt l'opposition de Louis de Bassompierre142, évêque de Saintes, et de son chapitre. Cependant, sans doute en raison de ses bonnes relations avec Jacques Raoul de La Guibourgère, il préfère trouver un accord avec son prédécesseur plutôt que de s'engager dans d'interminables recours juridiques. Des négociations s'engagent alors entre les différents partis jusqu'à la conclusion d'une sorte de contrat. Celui-ci est finalement signé le 15 mai 1650 dans la ville de Fontenay-le-Comte143. En compensation des « quatre vingt seize paroisses et une des principales villes » extraites de son diocèse144. Louis de Bassompierre et son chapitre cathé- dral obtiennent ainsi quelques réparations, comme les concessions des seigneuries de Tesson et de Xanton, quelques droits honorifiques et une substantielle indemnité. Dès lors, la procédure peut suivre son cours. Le Parlement de Paris, par un arrêt du 7 septembre 1650, déclare vérifiées et enregistrées les bulles, les lettres patentes et la transaction des évêques de Saintes et de La Rochelle145. Le 2 décembre suivant, on avertit même l'Assemblée Générale du Clergé de France des modalités de la réforme146. Il ne reste plus alors qu'à l'évêque de Poitiers, commissaire du Saint-Siège dans cette affaire, à fulminer la bulle du 4 mai 1648 pour que la translation du siège devienne enfin une réalité.

Une ultime intervention de Louis XIV pour en terminer avec les dernières difficultés

  • 147 Formon (M.), op. cit. n. 64, p. 356.
  • 148 Favreau (R.), Le diocèse de Poitiers, Paris, 1988, p. 135.

41Au début des années 1650, tout paraît bien engagé pour que l'évêché de Maillezais soit enfin supprimé et déplacé rapidement à La Rochelle. Malheureusement, un mauvais concours de circonstances empêche la réalisation immédiate du projet, avant qu'une série de nouvelles oppositions n'en retarde considérablement la conclusion. La faute en revient d'abord au contexte politique de la Fronde, qui met un frein certain à la détermination de la Régence. Le gouvernement de Mazarin a alors d'autres priorités et se soucie évidemment moins du dossier rochelais. Au même moment ou presque, Henri-Louis Chasteigner de la Rocheposay, évêque de Poitiers mais surtout chargé par la Papauté de la sécularisation du chapitre de Maillezais, vient à décéder le 30 juillet 1651147. En raison des troubles, le siège n'est pas aussitôt pourvu et va demeurer vacant durant sept ans148. Ainsi, alors que tout semblait sur le point d'être réglé, commence une nouvelle période de blocage pour la translation de l'évêché.

  • 149 Delhommeau (L.), op. cit. n. 42, p. XIV, p. 115.
  • 150 Fonteneau (op. cit. n. 109), vol. lxvi, p. 49-52, « Lettres Patentes du Roy Louis Quatorze du 20 M (...)
  • 151 Dom Fonteneau (op. cit. n. 109), vol. LXVI, p. 57-58, « Arrest du Parlement de Paris, déboutans le (...)
  • 152 Ibid.

42À partir de 1653 et durant une quinzaine d'années, le dossier de transfert se heurte successivement à deux oppositions. La première est bien connue et s'appelle Michel Bauldry. Adversaire « historique » de la réforme, il est alors toujours grand prieur de Maillezais. Il est cependant beaucoup moins influent que par le passé et n'a absolument pas pu empêcher les religieux de l'abbaye de donner leur consentement à la bulle de 1648149. D'ailleurs, il ne paraît même plus du tout en odeur de sainteté puisque les derniers moines décident de le chasser de leur compagnie le 24 février 1653. Loin de l'anéantir, ce cinglant désaveu semble l'inciter à se lancer dans un dernier combat qu'il mène seul contre l'évêque et ses anciens confrères. Michel Bauldry adresse, à ce moment-là, une requête protestant contre « la prétendue sécularisation de ladite église » de Maillezais par-devant le Parlement de Paris. C'est le début d'une longue procédure judiciaire que le moine, en raison de ses compétences et de ses relations, réussit à faire traîner jusqu'en 1664. Sa demande est finalement déboutée le 20 mai 1664 par lettres patentes du Roi qui confirment les actes de transfert et de sécularisation150. Mais la nouvelle initiative de Bauldry a encore fait perdre une bonne dizaine d'années à la réalisation du projet. Quant à la deuxième et dernière opposition à la réforme diocésaine, elle est conduite par un groupe de dignitaires religieux soucieux de défendre leurs intérêts. Celui-ci se compose d'un certain « Jacques Tanouarn de Couvran, Prieur [...] de Vouvant et d'Ardin, Alexandre Vaillant, Prieur [...] de Saint-Pierre d'Oléron et Notre- Dame de Bourgenay, et Pierre Caron, Prieur de Saint-Pierre le Vieux151 ». Si ces individus se manifestent en 1664-1665 et en appellent aussi au Parlement, c'est parce qu'ils se trouvent lésés par les modalités pratiques de l'acte de sécularisation qui entend unir au futur chapitre cathédral une partie de leurs bénéfices. Le dispositif de transfert prévoit, on s'en souvient, d'augmenter substantiellement le montant des prébendes des nouveaux chanoines. Or, c'est de cette façon, par confiscations arbitraires, que l'on compte y parvenir. Ces clercs, légitimement en colère, n'obtiennent cependant pas satisfaction puisqu'un arrêt du Parlement rejette définitivement leur requête le 7 mars 1765152.

  • 153 Dom Fonteneau (op. cit. n. 109), vol. LXVI, p. 59-63, « Arrest du Parlement du 4 May 1665 portant (...)
  • 154 Poitiers, Archives départementales de la Vienne : G 2, « Lettres d'union de Maillezais à La Rochel (...)

43Dès lors, sans doute pour éviter que tous les religieux dans le même cas engagent ce genre de procès, Louis XIV et son administration paraissent vouloir en finir avec cette affaire. Le 4 mai 1665, le Parlement publie un arrêt « portant vérification des bulles de sécularisation du chapitre de Maillezais et translation [...] en la ville de La Rochelle et des lettres patentes du 20 mai 1664153 ». Un an plus tard, un autre texte parlementaire donne commission à l'évêque de Poitiers, Louis Gilbert de Clérambault, pour procéder à la fulmination des bulles. Après s'être fait un peu prier, ce dernier s'y résout le 16 novembre 1666154. Il célèbre alors une longue cérémonie durant laquelle il procède à la sécularisation de l'abbaye de Maillezais, à la suppression du siège épiscopal et à son transfert à La Rochelle. Par cet acte, l'histoire de l'évêché de Maillezais vient de connaître son ultime épilogue.

Conclusion

44Au terme de cette enquête, il paraît important de se poser la question suivante : le transfert du siège épiscopal de Maillezais à La Rochelle présente- il quelques originalités par rapport aux onze autres réformes du même type que connaît la France à l'époque moderne ? Même s'il est toujours difficile de se livrer à ce genre de comparaison, la réponse ne peut qu'être affirmative, tant cette opération de modification de la géographie diocésaine semble particulière dans ce secteur du Centre-Ouest français.

  • 155 Saint-Claude en 1742.

45Tout d'abord, à l'inverse des autres modifications d'évêchés, celui de La Rochelle est finalement né d'une double volonté. Comme pour Elne ou Maguelone, les autorités concernées ont voulu supprimer un chef-lieu de diocèse trop petit. Mais elles ont aussi clairement exprimé, dans ce projet, la volonté de combattre au mieux le protestantisme en installant le nouvel évêque dans la ville rochelaise. C'est donc le seul cas de figure où deux priorités différentes ont présidé à un changement épiscopal. Cependant, cela n'empêche pas la translation picto-aunisienne d'offrir d'autres traits singuliers. Ainsi, la procédure suivie y est vraiment longue et compliquée et nécessite la promulgation record de trois bulles papales, trois lettres patentes et quatre arrêts du Parlements. Il est vrai que l'opposition presque continue du chapitre cathédral a, comme à Saint-Dié dans la seconde moitié du xviiie siècle, considérablement retardé, voire empêché la réalisation du transfert. D'ailleurs, si l'extinction de Maillezais va de soi dès le début du xviie siècle, il n'en est pas de même pour le lieu d'érection du nouvel évêché, puisque La Rochelle est seulement la troisième ville pressentie après Niort et Fontenay-le-Comte. Et encore La Rochelle ne doit-elle sa promotion qu'à un concours de circonstances favorables, dont la plus notable est le refus catégorique des Fontenaisiens de voir s'installer un prélat catholique en leur ville ! La création du siège rochelais est enfin, à une exception près155, la seule des temps modernes à entraîner une modification des limites diocésaines. La circonscription voisine de l'évêque de Saintes, qui pourtant à l'origine n'est pas concernée par les problèmes de Maillezais, se voit effectivement amputée d'une partie de son territoire.

46Toutefois, la principale originalité de l'opération est d'être réalisée sans prendre vraiment en considération les priorités pastorales. En cela, le projet diffère fondamentalement des autres modifications françaises. Par exemple, les érections des évêchés de Blois, Dijon, Nancy ou Chambéry s'expliquent, en grande partie, par le souci de mieux encadrer les populations. Or, il ne semble absolument pas que ce soit le cas pour La Rochelle. Le nouveau diocèse est, au contraire, encore plus hétérogène et découpé que celui de Maillezais, ce qui rend la circonscription bien plus difficile à gouverner. Ce n'est d'ailleurs pas le moindre des paradoxes de toute cette histoire, que de voir plusieurs évêques successifs se battre pour un résultat final compliquant considérablement leur travail épiscopal.

Notes

1 Pour une première approche:  Dubois (J.), Laclau (A.), Julia (D.), « Les diocèses à la veille de la Révolution de 1789 », dans Atlas de la Révolution française, tome v, Le territoire (2). Les limites administratives, dir. Nordman (D.), Ozouf-Marignier (M.-V.), Laclau (A.), Paris, 1989, p. 13-17 ; Péronnet (M.), article « Diocèses », dans Dictionnaire de l'Ancien Régime. Royaume de France xvie- xviiie siècle, dir. Bély (L.), Paris, 1996, p. 410-413.

2 Mirot (A.), Manuel de géographie historique de la France, tome ii, Les divisions religieuses et administratives de la France, Paris, 1950, p. p. 315-324 ; Dubois (J.), « La carte des diocèses de France avant la Révolution », Annales Économie Société Civilisation, 1965, p. 687 ; Latreille (A.), article « France », dans Dictionnaire d'Histoire et de Géographie Ecclésiastiques, vol. XVIII, Paris, 1977, col. 85-86 ; Sinclair (S.), Atlas de géographie historique de la France et de la Gaule, Paris, 1985, p. 189. Bergin (J.), « Avant Blois : tentatives de découpage du paysage diocésain aux xvie et xviie siècles », dans Le diocèse. Espaces, représentations, pouvoirs (France xve-xxe siècle), dir. G. Chaix, Paris, 2002, p. 163-177.

3 Il s'agit du transfert de l'évêché de Maguelone à Montpellier (1536) et de la création des sièges épis- copaux de Boulogne et de Saint-Omer (1559).

4 Ces réformes concernent la translation de l'évêché d'Elne à Perpignan (1601), et les créations des diocèses de La Rochelle (1648), Alès (1694) et Blois (1697).

5 Les érections des sièges épiscopaux de Dijon (1731), Saint-Claude (1742), Nancy (1777), Saint-Dié (1777) et Chambéry (1779) sont les seules innovations du siècle des Lumières.

6 Lottain (A.), Histoire de Boulogne-sur-Mer, Arras, 1983, p. 114.

7 Gallerand (J), « L'érection de l'évêché de Blois », Revue d'histoire de l'Église de France, 1956, p. 175- 228 ; Deluz (Chr.) dir., Blois, un diocèse, une histoire. Histoire des chrétiens du Loir-et-Cher, Blois, 1996, p. 49-51. Poncet (O.), « La Cour de Rome et la création des diocèes au xviiie siècle : l'exemple du diocèse de Blois (1693-1697) », dans Le diocèse... (op. cit. n. 2), p. 47-66.

8 Gras (P.) dir., Histoire de Dijon, Toulouse, 1987, p. 157-158.

9 Lovie (J.), Les diocèses de Chambéry, Tarentaise, Maurienne, Paris, 1979, p. 123-126.

10 Sauzet (R.), Les visites pastorales dans le diocèse de Chartres pendant la première moitié du xviie siècle. Essai de sociologie religieuse, Rome, 1975, p. 19-20.

11 Martin (E.), Histoire des diocèses de Toul, de Nancy et de Saint-Dié, Nancy, 1900-1903, t. II, p. 614 et t. III, p. 3.

12 Roussel (A.), « L'érection de l'évêché de Saint-Dié au xviiie siècle », Bulletin de la Société philomatique vosgienne, 1932, p. 55-99.

13 Preclin (Edm.), « La situation ecclésiastique et religieuse de la Franche-Comté à la veille de la Révolution », Bulletin de la Fédération des sociétés savantes de Franche-Comté, 1955, t. II, p. 33-28 ; Rey (M.), Les diocèses de Besançon et de Saint-Claude, Paris, 1976, p. 131-133.

14 Cholvy (G.), Le diocèse de Montpellier, Paris, 1976, p. 109.

15 Toreilles (Ph.), « L'annexion du Roussillon à la France. La vacance du siège d'Elne (1643-1669) », Bulletin de la Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales, 1900, p. 165-220 ; Durliat (M.), article « Elne », dans Dictionnaire d'Histoire et de Géographie Ecclésiastiques, Paris, 1973, t. XV, col. 253 ; Wolff (Ph.), Histoire de Perpignan, Toulouse, 1985, p. 84-85.

16 Sauzet(R.), Contre-réforme et réforme catholique en Bas-Languedoc. Le diocèse de Nîmes au xviie siècle, Paris et Louvain, 1979, p. 489-490 et du même, « La création du diocèse d'Alès (1694). Prototype de l'érection de celui de Blois », dans Le diocèse... (op. cit. n. 2), p. 33-46.

17 Broutin (P.), La Réforme pastorale en France au xviie siècle. Recherches sur la tradition pastorale après le concile de Trente, 2 volumes, Tournai, 1956 ; Dompnier (B.), « Continuité de la réforme catholique », dans Histoire du christianisme des origines à nos jours, dir. Mayeur (J.-M.), Pietri (Ch. et L.), Vauchez (A.) et al., t. IX, L'Âge de raison (1620/30-1750), dir. M. Vénard, Paris, 1997, p. 242- 279.

18 Bertrand (L.), La vie de Messire Henry de Béthune, archevêque de Bordeaux (1604-1680), Paris et Bordeaux, 1902,1.1, p. 141.

19 Favreau (R.), « L'Église-Institution en crise, xive et xve siècles », dans Le diocèse de Poitiers, Paris, 1988, p. 66-67. Voir également, dans le présent volume, l'article de J.-N. Rondeau.

20 Durand (R.), « Jean XXII et le Poitou », Bulletin de la Société des antiquaires de l'Ouest, 1967, p. 91-152, notamment p. 103-105.

21 Favreau (R.), La ville de Poitiers à la fin du Moyen Âge. Une capitale régionale, Poitiers, Mémoires de la Société des Antiquaires de l'Ouest, 1977-1978, t. I, p. 122-123.

22 Ibid., t. II, p. 628, carte n° 21.

23 Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand, CM 693, Pouillé royal contenant les bénéfices appartenans à la nomination ou collation du Roy, Paris, Alliot, 1948 ; Lacurie (A.), Histoire de l'Abbaye de Maillezais depuis sa fondation jusqu'à nos jours, Fontenay-le-Comte, 1952, p. 357-365.

24 Péroaus (L.), Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie et pastorale, Paris, 1964, p. 75- 77, p. 144-146.

25 Durdon (Fr.), Représentation des paysages dans le Poitou d'après la carte de Cassini, Mém. maîtr. dactyl., univ. Poiriers, 1997, carte n° 37.

26 Morillon (Cl.), La reconquête du Marais Poitevin. Étude d'une société de dessèchement, Mém. maîtr. dactyl., univ. Poitiers, 1970, p. 4 et 5.

27 Guillémet (D.), « La longue histoire des territoires », dans Les nouveaux territoires de Poitou-Charentes. Agglomérations, Pays, Intercommunalités, dir. Jean (Y.), Les Cahiers de l'IAAT n° 3, p. 19.

28 Les 16 évêchés institués en 1317 et 1318 sont ceux de Maillezais et Luçon (démembrés du diocèse de Poitiers), de Sarlat (démembré du diocèse de Périgueux), de Tulle (démembré du diocèse de Limoges), de Saint-Flour (démembré du diocèse de Clermont), de Vabres (démembré du diocèse de Rodez), de Castres (démembré du diocèse d'Albi), de Lombez, Rieux, Pamiers, Mirepoix, Saint- Papoul, Lavaur, Montauban (démembré du diocèse de Toulouse), Alet et Saint-Pons (démembré du diocèse de Narbonne). Voir Dubois (J.), op. cit. n. 2, p. 688 et surtout l'article de J.-N. Rondeau dans le présent volume.

29 Pérouas (L.), op. cit. n. 24, p. 130-144, p. 475-483 et p. 498-499.

30 Poton (D.), « Géographie du protestantisme et réseau urbain dans le Centre-Ouest à l'époque moderne (xvie-xviie siècle) », dans Les réseaux urbains dans le Centre-Ouest Atlantique de l'Antiquité à nos jours, Actes du colloque organisé par le GERHICO à Poitiers du 13 au 15 mai 1993, Poitiers, 1995 (Mémoires de la Société des Antiquaires de l'Ouest), p. 220 et p. 225-226.

31 Dez (P.), Histoire des Protestants et des Eglises réformées du Poitou, La Rochelle, 1936, p. 463-464.

32 Haag (E. et E.), La France protestante ou vies des protestants français qui se sont fait un nom dans l'histoire, Genève, Slatkine Reprints, 1966, t. X, p. 257, pièces justificatives n° LXIV.

33 Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand, ms 827 : Bourloton (E.), Histoire de Maillezais, sans date (vers 1900), p. 70.

34 Brochet (L.), Histoire de Maillezais, Paris, Res universis, 1989, p. 42-43. Voir surtout, dans le présent volume, la contribution de D. Poton.

35 Jouanna (A.), Boucher (J.), Biloghi (D.) et al.. Histoire et dictionnaire des guerres de religion, Paris, 1998, p. 682 ; Grent (G.) dir., Dictionnaire des Lettres Françaises. Le xvie siècle, éd. rev. et mise à jour, dir. Simonin (M.), Paris, 2001, p. 83. Notons, par ailleurs, l'existence de deux biographies récentes sur le personnage : Lazard (M.), Agrippa d'Aubigné, Paris, 1998 ; Schrenk (A.), Agrippa d'Aubigné, Paris, 2001. Voir enfin, dans le présent volume, les articles d'A. Tarrête et d'E. Surget.

36 Arnault (Ch), Histoire de Maillezais depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, Niort, 1840, p. 281.

37 Les autres sièges épiscopaux français ayant également été places de sûreté protestantes à la fin xvie et au début du xviie siècle sont au nombre de six. Il s'agit des cités de Die, Embrun, Gap, Grenoble, Lectoure et Montpellier.

38 Bourloton (E.), op. cit. n. 33, p. 78.

39 Ibid., p. 78 ; Brochet (L.), op. cit. n. 34, p. 55.

40 Bourloton (E.), op. cit. n. 33, p. 78.

41 Delagranger (R.), « La Cathédrale abandonnée : Maillezais », Revue du Bas-Poitou, 1928, p. 95- 101 ; Bourloton (E.), op. cit. n. 33, p. 76.

42 Delhommeau (L.), Notes et documents pour servir à l'histoire de l'évêché de Maillezais (1317-1648), Luçon, 1965, p. X.

43 Degast-Matifeux (Ch.) éd., État du Poitou sous Louis XIV par Charles Colbert de Coissy. Rapport au Roi et Mémoire sur le Clergé, la Noblesse, la Justice et les Finances, Poitiers, 1976, p. 503.

44 Expilly (A. d'), Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Amsterdam, 1766, t. IV, p. 487.

45 Le Goff (J.), Rémond (R.), Histoire de la France religieuse, t. II, Du christianisme flamboyant à l'aube des Lumières (xive-xviiie siècle), Paris, 1988, p. 404-415.

46 Semur (Fr.), Abbayes, prieurés et commanderies de l'ancienne France (vers ive siècle-vers xviiie siècle). Poitou-Charentes-Vendée, Bannalec, 1984, p. 338.

47 Besse (J-M.), Abbayes et prieurés de l'ancienne France, t. III, Provinces ecclésiastiques d'Auch et de Bordeaux, Paris, 1910, p. 152.

48 Pérouas (L.), « La réforme catholique au diocèse de Maillezais dans le premier quart du xviie siècle », Revue du Bas Poitou, 1958, p. 340-346.

49 Ibidem, p. 152.

50 Bodet (H.), « Une fondation charitable au xviie siècle : l'hôpital Saint-François-de-la-Croix de Vezins », Bulletin de la Société des sciences, lettres et beaux-arts de Cholet, 1955-1956, p. 69-78.

51 Maisonneuve (H.), « L'ancien collège des jésuites à Fontenay-le-Comte », Revue du Bas-Poitou, 1940, p. 201-215 et p. 284-309 ; Compère (M.-M.), Julia (D.), Les collèges français xvie-xviiie siècles, Paris, 1984, t. II, p. 314-316.

52 Bourloton (E.), op. cit. n. 33, p. 86-87.

53 Pérouas (L.), op. cit. n. 24, p. 236.

54 Delhommeau (L.), op. cit. n. 42, p. 82.

55 Ibid., p. 93.

56 La Rochelle, Archives départementales de la Charente-Maritime : G 247, Ordonnance de l'évêque de Maillezais datée du 27 juin 1640 relative à la prochaine Assemblée du Clergé de son diocèse qui se tiendra à Fontenay-le-Comte.

57 Ibid., G 247, Ordonnance de l'évêque de Maillezais datée du 27 juin 1641 pour la tenue de l'Assemblée des députés du Clergé de son diocèse convoquée à Fontenay-le-Comte pour le 10 septembre.

58 Blet (P.), Le clergé de France et la monarchie. Étude sur les Assemblées Générales du Clergé de 1615 à 1666, Rome, 1959,1.1, p. 389-398 -, Id., Le Clergé du Grand Siècle en ses Assemblées (1615-1715), Paris, 1995, p. 62-65.

59 Brochet (L.), op. cit. n. 34, p. 55.

60 La Rochelle, Archives départementales de la Charente-Maritime : G 88, Information touchant l'union des offices et dignités claustrales de l'église de Maillezais à la mense épiscopale, en exécution des bulles du pape Grégoire XV, datées du 15 des calendes de novembre 1621 ; Bourloton (E.), op. cit. n. 33, p. 87.

61 Ibidem.

62 Péronnet (M.), Les évêques de l'ancienne France, Lille, 1977, t. I, p. 415.

63 Niort, Archives départementales des Deux-Sèvres, E Dépôt 23, registre n° 342, registre des délibérations des Maires, Échevins et Pairs de la Ville de Niort du 27 juin 1615 au 12 juin 1626, p. 494 à 544.

64 Formon (M.), Un évêque de la Contre-Réforme. La Rocheposay et le diocèse de Poitiers 1612-1651, Th. dactyl. Doct. d'État, univ. Poitiers, 1951, p. 28-30.

65 Formon (M.), « Henri-Louis de la Rocheposay, évêque de Poitiers (1612-1651) », Bulletin de la Société des antiquaires de l'Ouest, 1955, p. 169.

66 Expilly (A. d'), op. cit. n. 44, t. V, p. 187.

67 Combes (J.) dir., Histoire de Niort des origines à nos jours, Poitiers, 1987, p. 126.

68 Fracard (M.-L.), La fin de l'Ancien Régime à Niort. Essai de sociologie religieuse, Paris, 1956, p. 25- 26.

69 Dugast-Matifeux (Ch.), op. cit. n. 43, p. 411-415.

70 Marcadé (J.), « La Réforme tridentine dans le Niortais », dans Le présent d'un passé. Regards sur l'histoire religieuse en sud Deux-Sèvres, Actes du colloque du 9 octobre 1999 organisé par l'Espace Saint- Hilaire en Pays Niortais, Niort, 1999, p. 20-26.

71 Besse (J-M.), op. cit. n. 47, t. III, p. 222-224.

72 Favre (L.), Histoire de la ville de Niort depuis ses origines jusqu'en 1789, Niort, 1880, p. 262.

73 Marcadé (J.), « Réseau urbain et géographie ecclésiastique : l'exemple du diocèse de Poitiers », Les réseaux urbains dans le Centre-Ouest..., op. cit. n. 30, p. 206.

74 Fracard (M.-L.), op. cit. n. 58, p. 42.

75 Haag (E. et E.), op. cit. n. 32, t. X, p. 257 et 259.

76 Briquet (H.-A.), Histoire de la ville de Niort depuis ses origines jusqu'au règne de Louis-Philippe Ier, Niort, 1832,1.1, p. 358-386 ; Combes (J.) dir., op. cit. n. 57, p. 141.

77 Formon (M.), op. cit. n. 64, p. 28-30.

78 Bertrand (L.), op. cit. n. 18, p. 140-146.

79 Pérouas (L.), op. cit. n. 24, p. 98.

80 Expilly (A. d'), op. cit. n. 44, t. III, p. 212 ; Dugast-Matifeux (Ch.), op. cit. n. 43, p. 433.

81 Dugast-Matifeux (Ch.), op. cit. n. 43, p. 415-418.

82 Fillon (B.), Recherches historiques et archéologiques sur Fontenay, Fontenay, 1846, 125 à 242.

83 Pérouas (L.), op. cit. n. 24, p. 133.

84 Voir notes 54 à 58.

85 Fillon (B.), op. cit. n. 82, p. 244-248.

86 Delhommeau (L.), op. cit. n. 42, p. IV. Henri d'Escoubleau de Sourdis est nommé à l'archevêché de Bordeaux le 16 juillet 1629. Il a pour successeur à Maillezais, Henri de Béthune, sacré à Paris le 5 janvier 1629, qui ne prend cependant possession de son siège qu'au mois de février 1630.

87 Texte intégral de cette bulle du 22 avril 1630 dans Archives historiques du Poitou, Poitiers, 1873, t. II, p. 345-351, « Bulle du pape Urbain VIII, qui transfère à Fontenay-le-Comte le siège épiscopal de Maillezais ».

88 Bourloton (E.), op. cit. n. 33, p. 88.

89 Transcription intégrale de cette bulle du 14 janvier 1631 dans Lacurie (A.), op. cit. n. 23, p. 501- 525.

90 Bertrand (L.), op. cit. n. 18, t. I, p. 144.

91 Fillon (B.), op. cit. n. 82, p. 279.

92 Bourloton (E.), op. cit. n. 33, p. 88.

93 Dugast-Matifeux (Ch.), op. cit. n. 43, p. 85.

94 Dez (P.), op. cit. n. 31, p. 463-464.

95 Labande (E.-R.) dir., Histoire du Poitou, du Limousin et des Pays Charentais, Toulouse, 1975, p. 252-255 ; Combes (J.) dir., Histoire du Poitou et des Pays Charentais, Clermont-Ferrand, 2001, p. 265-278.

96 Sur les rapports entre La Rochelle et la monarchie française, l'ouvrage fondamental demeure Parker (D.), La Rochelle and the French Monarchy : Order and Conflict in 17th Century France, Londres, 1980.

97 Trocme (E.), La Rochelle de 1560 à 1628. Tableau d'une société réformée, Paris, 1950.

98 Ducluzeau (Fr.) dir., Histoire des protestants charentais (Aunis, Saintonge, Angoumois), Paris, Le Croît Vif, 2001, p. 118-124.

99 Delafosse (M.) dir., Histoire de La Rochelle, Toulouse, 1991, p. 154-161.

100 Il est assez intéressant de noter que c'est à Fontenay-le-Comte que l'Assemblée Générale du Clergé de France se réunit au mois d'avril 1628, et vote une subvention exceptionnelle au Roi de trois millions de livres tournois pour la prise de La Rochelle. Sur le sujet, voir Blet (P.), Le clergé de France... (op. cit. n. 58) t.I, p. 389-398 et Id, Le Clergé du Grand Siècle... (op. cit. n. 58), p. 62- 65.

101 Perouas (L.), op. cit. n. 24, p. 92.

102 Pérouas (L.), « Sur la démographie rochelaise », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1961, p. 1131-1140.

103 Sur cette question, voir Moisy (Fr.), Le rétablissement du catholicisme à La Rochelle (1628-1648). Un épisode de la Contre-Réforme en France, Mém. maîtr. dactyl., univ. Poitiers, 1968. Ce travail a été, pour l'essentiel, publié dans Moisy (Fr.), « Un épisode de la Contre-Réforme en France. Le rétablissement des structures catholiques à La Rochelle (1628-1648) », Revue du Bas Poitou et des provinces de l'Ouest, 1971, p. 345-375, 1972, p. 45-61 et p. 117-145.

104 Delafosse (M.) dir., op. cit. n. 99, p. 199.

105 Besse (J-M.), op. cit. n. 47, t. III, p. 151-152 ; Delafosse (M.) dir., op. cit. n. 99, p. 198.

106 Compère (M.-M.), Julia (D.), op. cit. n. 51,1.1, p. 337-339.

107 On trouve la transcription intégrale de ce document dans Moisy (Fr.), « Un épisode de la Contre- Réforme... » (op. cit. n. 103), 1972, p. 139.

108 Bertrand (L.), op. cit. n. 18,1.1, p. 141 ; Delhommeau (L.), op. cit. n. 42, p. 85. Cette information provient, en fait, d'une lettre datée du 6 octobre 1629 de Philippe de Béthune, ambassade du roi de France à Rome, qui écrit que « le roi avait jetté les yeux sur M. l'evesque de Basas... pour le faire evesque de La Rochelle, par translation que Sa Majesté prétend y faire de l'evesché de Maillesais ».

109 Poitiers, Médiathèque François Mitterrand, coll. Dom Fonteneau, vol. XXVII ter, p. 223, Brevet du roi Louis XIII qui accorde, par anticipation, à Hardouin de Péréfixe, prêtre du diocèse de Poitiers, l'évêché de La Rochelle le 28 février 1643.

110 Arcère (M.), Histoire de la ville de La Rochelle et du Pays d'Aulnis, La Rochelle, 1757, t. II, p. 485- 486.

111 Delafosse (M.) dir., op. cit. n. 99, p. 203.

112 Arnault (Ch), op. cit. n. 37, p. 303 ; Lacurie (A.), op. cit. n. 23, p. 178 ; Delhommeau (L.), op. cit. n. 42, p. XV.

113 Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale conférée, Lyon, 1776, t. II, article « évêché », p. 548.

114 . Poitiers, Médiathèque François Mitterrand, CP 525, Pouillé général contenant les bénéfices de l'ar- chevesché de Bordeaux, et des diocèses d'Agen, Condom, Engoulesme, Luçon, Maillezais, Périgueux, Poictiers, Xaintes, Sarlat, Paris, Chez Gervais Alliot, 1648.

115 Pérouas (L.), op. cit. n. 24, p. 224.

116 Moisy (Fr.), « Un épisode de la Contre-Réforme... » (op. cit. n. 103), 1972, p. 139.

117 Bourloton (E.), op. cit. n. 33, p. 89.

118 Voir notes 92 à 95.

119 Bertrand (L.), op. cit. n. 18,t.I, p. 142-144.

120 La Rochelle, Archives départementales de la Charente-Maritime : G 88, projet de concordat entre les religieux du Chapitre de Maillezais et les religieux de la Congrégation de Saint-Maur en vue de l'agrégation de ceux-ci à l'église cathédrale et régulière dudit Maillezais.

121 On trouvera le récit complet de ce long et complexe conflit entre l'abbaye et l'évêque de Maillezais dans Bertrand (L.), op. cit. n. 18,1.1, p. 140-161.

122 Bourloton (E.), op. cit. n. 33, p. 89.

123 Bertrand (L.), op. cit. n. 18,1.1, p. 150.

124 Ibid. p. 151-153.

125 Id., p. 153-156.

126 Id., p. 155.

127 Extrait des « Lettres patentes du roy Louis XIV, du mois d'août 1648, sur la bulle du pape Innocent X ». Texte dans : Lacurie (A.), op. cit. n. 23, p. 535-539, p. 535 pour ce passage.

128 Bertrand (L.), op. cit. n. 18,1.1, p. 238.

129 Delhommeau (L.), op. cit. n. 42, p. 108.

130 Rainguet (P.-D.), Biographie saintongeaise, Saintes, 1851, article « Jacques Raoul ».

131 Pérouas (L.), op. cit. n. 24, p. 224.

132 Avone (Ch. D'), « Le séminaire de Saintes 1644-1790 », Bulletin de la Société des archives historiques de la Saintonge et de l'Aunis, 1897, p. 33-47, 110-113, 189-216, not. p. 44-45.

133 La Rochelle, Archives départementales de Charente-Maritime : G 94, brevet du Roi du 4 décembre 1646 qui ordonne que le Grand Temple de La Rochelle servira de cathédrale et la maison commune de logement à l'évêque.

134 Delhommeau (L.), op. cit. n. 42, p. 112.

135 La Rochelle, Archives départementales de la Charente-Maritime : G 94, brevet du Roi du 4 décembre 1646 qui ordonne que le Grand Temple de La Rochelle servira de cathédrale et la maison commune de logement à l'évêque.

136 On trouvera l'intégralité du texte de cette bulle du 4 mai 1648 dans Lacurie (A.), op. cit. n. 23, p. 525-535.

137 La bulle du 4 mai 1648 suit, sur tous ces aspects, la requête royale : voir Archives départementales de Charente-Maritime : G 94, brevet du Roi qui ordonne que le Grand Temple de La Rochelle servira de cathédrale et la maison commune de logement à l'évêque.

138 La bulle du 4 mai 1648 reprend, sur ce point, les dispositions de la bulle du 14 janvier 1631, voir Lacurie (A.), op. cit. n. 23, p. 501-525.

139 Les huit dignités envisagées sont : doyen, trésorier, aumônier, grand archidiacre, petit archidiacre, chantre, sous-chantre et chandelier.

140 Dugast-Matifeux (Ch.), op. cit. n. 43, p. 80.

141 Dom Fonteneau (op. cit. n. 109), vol. LXVI, Lettres patentes du roi Louis XIV portant règlement pour l'enregistrement et exécution des bulles du pape Innocent X, du 4 des nones de mai 1648, portant suppression de l'évêché de Maillezais et création de l'évêché de La Rochelle. Ce document est retranscrit dans Lacurie (A.), op. cit. n. 23, p. 535-539.

142 Dangibeaud (Ch.), « Louis de Bassompierre, évêque de Saintes », Revue de la Saintonge et de l'Aunis, 1935, p. 75-98 et p. 170-189

143 La transcription de cet accord se trouve dans Lacurie (A.), op. cit. n. 23, p. 539-552, Accord et transaction entre les évêques de La Rochelle et de Saintes du 15 mai 1650.

144 Lacurie (A.), op. cit. n. 23, p. 541.

145 Dom Fonteneau (op. cit. n. 109), vol. LXVI, p. 47, Arrêt du Parlement de Paris du 7 septembre 1650 pour l'enregistrement des bulles du pape Innocent X et des lettres patentes du roi Louis XIV octroyées pour la suppression du siège épiscopal de Maillezais et la création de La Rochelle.

146 Duranthon (a.), Collection des Procès-Verbaux des Assemblées Générales du Clergé de France depuis l'année 1560 jusqu'à présent, Paris, 1769, t. III, p. 699.

147 Formon (M.), op. cit. n. 64, p. 356.

148 Favreau (R.), Le diocèse de Poitiers, Paris, 1988, p. 135.

149 Delhommeau (L.), op. cit. n. 42, p. XIV, p. 115.

150 Fonteneau (op. cit. n. 109), vol. lxvi, p. 49-52, « Lettres Patentes du Roy Louis Quatorze du 20 May 1664 qui confirment la translation de l'Evesché de Maillezais à La Rochelle, et la sécularisation et érection du chapitre de Maillezais en la mesme ville de La Rochelle vérifiées au Parlement le 4 May de l'année suivante ». Cet acte est transcrit dans Lacurie (A.), op. cit. n. 23, p. 555-566.

151 Dom Fonteneau (op. cit. n. 109), vol. LXVI, p. 57-58, « Arrest du Parlement de Paris, déboutans les opposans à l'enregistrement des Bulles et Lettres patentes données pour la sécularisation du chapitre de Maillezais, transféré à La Rochelle » du 7 mars 1665. Cet acte est transcrit dans : Lacurie (A.), op. cit. n. 23, p. 566-571.

152 Ibid.

153 Dom Fonteneau (op. cit. n. 109), vol. LXVI, p. 59-63, « Arrest du Parlement du 4 May 1665 portant vérification des Bulles de Sécularisation du Chapitre de Maillezais et translation d'iceluy en la ville de La Rochelle et des lettres patentes du 20 May 1664 sur le mesme sujet, aux charges et conditions y contenues » du 4 mai 1665. Cet acte est transcrit dans : Lacurie (A.), op. cit. n. 23, p. 571- 584.

154 Poitiers, Archives départementales de la Vienne : G 2, « Lettres d'union de Maillezais à La Rochelle par Louis Gilbert de Clérambault, commissaire du Saint-Siège en cette partye » du 16 novembre 1666.

155 Saint-Claude en 1742.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540