Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

L'abbaye de Maillezais

 | 
Mathias Tranchant
, 
Cécile Treffort

3e partie. Maillezais, enjeu de pouvoirs

Maillezais, « place de sûreté » huguenote. Le gouvernement d'Agrippa d'Aubigné (1589-1619)

Didier Poton

Full text

  • 1 « Et par ce plusieurs particuliers ont reçu et souffrent tant d'injures et dommages en leurs biens (...)
  • 2 Anquez (L.), Histoire des assemblées politiques des réformés de France (1573-1622), Paris, Auguste (...)

1L'édit de Saint-Germain d'août 1570 met fin à la troisième guerre de religion. Mieux conçu et plus précis que les précédents édits de pacification, il est le premier à être dit « perpétuel et irrévocable » et donc scellé de cire verte. Dans la continuité de la politique de concorde développée par Catherine de Médicis, et malgré l'ampleur et le degré de violence des premiers affrontements, il concède aux huguenots des clauses religieuses, judiciaires et sociales assez favorables. Mais, surtout, le roi répond à une autre revendication des réformés : la concession de villes pour assurer leur sécurité et leur servir de garantie. La Rochelle, Montauban, Cognac et La Charité sont choisies pour être les premières « places de sûreté » protestantes1. Cette décision n'a pas provoqué un tollé. Il faut toutefois noter ce que Jacques-Auguste de Thou écrit à ce propos : « Le calme ne fut enfin rétabli qu'après qu'on eut mis par un dangereux exemple, plusieurs villes et plusieurs forts, places entre les mains des protestants pour leur servir de sûreté2 ».

  • 3 Péronnet (M.), « La « République des Provinces-Unies du Midi » : les enjeux de l'historiographie » (...)

2Désormais, la concession de places fortes devient un point essentiel dans les négociations entre le roi de France et les huguenots. Les édits de Beau- lieu (1576) et de Poitiers (1577) consacrent ce privilège. Mais le souci de sûreté s'efface derrière la volonté des huguenots d'obtenir une garantie politique et d'imposer indirectement une reconnaissance de leur puissance militaire. En concédant à Nérac quatorze places supplémentaires au nouveau « Protecteur des Églises réformées de France » Henri de Navarre, Catherine de Médicis prend acte de la suprématie huguenote dans la France méridionale, un espace que Jean Delumeau n'a pas hésité à qualifier de « Provinces Unies du Midi » - une expression depuis discutée mais qui correspond à une indéniable réalité politico-militaire en Languedoc après la Saint- Barthélemy3.

3Le renouvellement du statut devient peu à peu signe de bonne volonté royale lorsque la situation l'exige. C'est ainsi qu'en 1584, Henri III signe une déclaration qui accorde une prolongation de un ou deux ans comme le réclamait l'assemblée politique des réformés réunie à Montauban. La trêve d'un an négociée par Philippe Duplessis-Mornay et ratifiée entre Henri III et Henri de Navarre à Plessis-les-Tours (30 avril 1589) prévoit que les Réformés et les Royaux conserveront les villes qu'ils occupaient à la date du 3 avril 1589. Cette clause permet à Agrippa d'Aubigné de s'installer à Maillezais. Il ne quittera la place que trente ans plus tard, en 1619 !

La guerre du Poitou : Agrippa d'Aubigné s'empare de Maillezais

  • 4 Poton (d.) dir., La Rochelle, capitale atlantique, capitale huguenote, Paris, éditions du patrimoi (...)
  • 5 Sarrazin (J.-L.) dir., La Vendée des origines à nos jours, Saint-Jean-d'Angély, Bordessoules, 1982 (...)

4La prise de Maillezais doit être replacée dans le cadre des opérations militaires menées par Henri de Navarre entre la Loire et la Gironde, en Aunis, Saintonge et Poitou, à partir de l'été 1585. Au cours de celles-ci, Maillezais constitue un élément essentiel du système de défense huguenot qui vise à protéger la capitale huguenote de la France de l'Ouest : La Rochelle4. C'est à partir de cette ville qu'Henri de Navarre organise ses offensives vers le cœur du royaume, un objectif stratégique qui passe d'abord par le contrôle du Poitou, cette province s'avérant une base indispensable pour organiser un franchissement de la Loire dans des conditions militairement satisfaisantes. Une bonne partie de cette province est pour lors tenue par le duc de Mercœur et ses ligueurs bretons5.

« Si nous nous désarmons, le roi nous mesprisera » (A. d'Aubigné)

  • 6 Babelon (J.-R), Henri IV, Paris, Fayard, 1994, p. 347.

5En mars 1585, Henri de Navarre avait convoqué les chefs du parti protestant d'abord à Castres puis à Guitres près de Coutras. Henri de Montmorency, gouverneur catholique du Languedoc, était présent. Navarre attendait d'eux un avis sur la conduite à tenir face à la Ligue qui préparait son offensive politique - le manifeste de Péronne qui précisait les buts des catholiques ultras devait paraître le 31 mars - et militaire - le 21 mars, le duc de Guise s'empare de Châlons-sur-Marne6. Après diverses interventions, un maître de camp de Condé, Agrippa d'Aubigné, intervient :

  • 7 Ibid, p. 348.

« Nous ne devons pas rester seuls désarméz quand toute la France est en armes ni permettre à nos soldats de prester serment aux Capitaines qui l'ont prester de nous exterminer [...]. Si nous nous désarmons, le roi nous mesprisera ; notre mespris le donnera à nos ennemis ; unis avec eux, il nous attaquera et ruinera nos armez ; ou bien si nous nous armons, le Roi nous estimera ; nous estimant, il nous appellera, unis avec lui, nous romprons la tète à nos ennemis7 ».

  • 8 Lazard (M.), Agrippa d'Aubigné, Paris, Fayard, 1998, p. 178-184.

6Agrippa d'Aubigné rejoint Condé à Saint-Jean-d'Angély. Après quelques escarmouches, la guerre commence véritablement quand Condé sort de Saint-Jean-d'Angély pour se porter à la rencontre de Mercoeur qui avait atteint Fontenay-le-Comte. Devant la fougue des armées huguenotes le chef ligueur doit battre en retraite. La frontière nord stabilisée, Agrippa se porte avec Condé sur Brouage défendu par son gouverneur François d'Espi- nay Saint-Luc. Mais fin septembre, alors que le siège est en bonne voie, Condé reçoit un émissaire qui l'informe que le château d'Angers a été pris par surprise. Aussi décide-t-il de s'y rendre afin d'assurer aux protestants un passage sur la Loire. Mal organisée, harcelée par des forces supérieures en nombre, l'expédition est un désastre. Pourchassée par le duc de Joyeuse, gouverneur de l'Anjou, du Maine et de la Touraine, la retraite est un long périple. Entretemps, averti de la débandade angevine et de la fuite de Condé en Angleterre, le siège de Brouage avait été levé. L'étau se resserrait sur les places protestantes d'Aunis, de Saintonge et du Poitou. D'Aubigné réussit à rejoindre sa résidence de Mursay, « affectant pour grande douceur de n'avoir plus le soin que de soi8 ».

« Si les temps de ma milice sont prolongés, c'est tant mieux... Douce sera ma vie » (A, d'Aubigné)

  • 9 Ibid., p. 185-192.

7Ce sont les Rochelais qui vont le tirer de sa retraite campagnarde en le conjurant de « relever l'enseigne d'Israël ». Il cède aux demandes pressantes des ministres rochelais Odet de Niort et Louis Esnard. Il est aussi vraisemblable qu'il a attendu de connaître la stratégie d'Henri de Navarre et le retour de Condé. Après quelques opérations mineures - mais indispensables pour assurer, à coups de pillages, l'entretien et le ravitaillement des deux mille hommes qu'il avait levés -, d'Aubigné reçoit l'ordre d'occuper l'île d'Oléron pour assurer aux huguenots le contrôle du littoral charentais, donc la liberté de la mer, une nécessité pour s'assurer le maintien des relations avec les Anglais et les Hollandais. Fort d'avoir su résister à Saint-Luc qui échoue dans sa tentative de débarquement, fier du titre de gouverneur d'Oléron, d'Aubigné accueille au début de juin Henri de Navarre installé depuis peu à La Rochelle. Mais lors d'un raid sur Saintes, il est fait prisonnier. Sa captivité à Brouage dure au plus trois mois ; il est persuadé qu' Henri de Navarre avait vendu Oléron à Saint-Luc ! Sa retraite à Mursay est sombre et entièrement consacrée à la lecture de théologiens... catholiques9 !

  • 10 Babelon (J.-P.), op. cit. n. 6, p. 371-372. Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 194.

8Au printemps 1587, d'Aubigné accepte de reprendre du service auprès d'Henri de Navarre qui lui confie la préparation du siège des Sables- d'Olonne. La petite ville portuaire est promptement enlevée en pleine tempête. À partir du littoral, désormais sous le contrôle des huguenots, des raids sont lancés vers l'intérieur du Poitou. D'Aubigné participe à la prise de places catholiques dont Fontenay-le-Comte le 1er juin et Maillezais deux ou trois jours après10.

« Le maigre fief » (A. d'Aubigné)

  • 11 Babelon (J.-P.), op. cit. n. 6, p. 377-378.
  • 12 Ibid., p. 378-379.
  • 13 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 195-197.
  • 14 Babelon (J.-P.), op. cit. n. 6, p. 382-388.
  • 15 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 199-200.

9Henri III confie au duc de Joyeuse la reconquête du Poitou. En juillet, ce dernier a réuni à Saumur 8 000 hommes. À la fin du mois, il s'avance dans la province. Henri, conscient qu'il n'est pas en mesure de résister à cette armée avec les forces dont il dispose, se replie à La Rochelle « retiré là comme dans sa coquille ». Toutefois, il en renforce et fait ravitailler en vivres et munitions les plus fortes places : Marans, Fontenay, Talmont, Saint- Maixent et Maillezais11. L'offensive de Joyeuse est rapidement victorieuse. Les villes tenues par les huguenots sont enlevées l'une après l'autre en un mois ! Mais informé (par d'Aubigné ?) que Joyeuse a quitté ses soldats pour la Cour, Henri sort de La Rochelle et poursuit jusqu'à la Loire une armée royale dispersée et épuisée. N'osant pas passer le fleuve, il décide de se replier en Gascogne où il pourra constituer une armée plus puissante12. Dès qu'il apprend qu'Henri de Navarre appelait à la mobilisation, d'Aubigné quitte Mursay où il était en convalescence après « une grande maladie de quatre mois » et le rejoint à Montguyon le 19 octobre près de Coutras. Le lendemain, il participe au combat qui voit Navarre battre Joyeuse en deux heures13. C'est la première bataille rangée que gagnent les réformés14 Mais Navarre n'exploite pas son succès. D'Aubigné rejoint Mursay pour l'hiver15.

  • 16 Ibid., p. 201-203.
  • 17 Ibid., p. 206-209. Brochet (L.), Maillezais, son histoire, son passé (éd. 1900 ; rééd. sous le tit (...)

10Les opérations reprennent, comme les années précédentes, au printemps. Le 18 mars 1588, Henri de Navarre arrive à La Rochelle. Condé est mort dix jours auparavant. Le 25 mars, Marans est reprise. La reconquête de l'Ouest est entamée par une offensive sur la Bretagne. Les sièges se multiplient. Clisson résiste ; Beauvoir cède après un siège épuisant16. D'Aubigné est de tous les combats contre les ligueurs bretons mais en décembre, il est appelé par son ami Saint-Gelais pour attaquer Niort défendu par le gouverneur du Poitou, Malicorne. Le 29 décembre, Henri de Navarre entre dans la ville et reçoit la capitulation de Malicorne. Dans la nuit du 31 décembre 1588 au 1er janvier 1589, d'Aubigné s'empare de Maillezais. L'abbaye était défendue par un de ses cousins, François de Liniers, seigneur de Saint-Pompain17.

  • 18 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 209.
  • 19 Id.

11D'Aubigné est nommé gouverneur de Maillezais par Henri de Navarre. C'est avec quelque dépit qu'il reçoit ce « maigre fief18 ». Mais il voit aussi « le premier repos, ou plustot le premier intervalle de labeurs que cest homme eust essayé depuis l'aage de quinze ans jusques à trente sept ou environ qu'il avait lors, pouvant dire avec vérité que, hormis le temps des maladies et des blessures, il ne s'estoit point veu quatre jours sans courvée19 ».

Maillezais, place de sûreté protestante

  • 20 Babelon (J.-P.), op. cit. n. 6, p. 418.
  • 21 Ibid., p. 419.
  • 22 Ibid, p. 420-422. Poton(D.), Philippe Duplessis-Mornais (1549-1623), Paris, Perrin, à paraître en (...)

12La guerre continue pendant l'hiver 1589. Loudun, Thouars, Mirebeau, l'Isle-Bouchard tombent aux mains d'Henri de Navarre qui peut entrer le 2 mars dans Châtellerault20. Mais dans le même temps, il charge son plus proche conseiller, Philippe Duplessis-Mornay, d'entreprendre de discrets pourparlers avec Heni III. Débarrassé des Guise - assassinés les 23 et 24 décembre 1588 - et déclaré « tyran » par la Ligue parisienne des Seize, Henri III envisage la même démarche en vue d'un accord21. À la mi-mars, les négociations sont bien engagées. L'accord négocié par Duplessis-Mornay est acquis le 3 avril : le roi de Navarre reçoit Saumur ; il devra franchir la Loire pour marcher contre le duc de Mayenne et l'armée ligueuse qui menace le refuge tourangeau du roi. Duplessis-Mornay accueille le 15 avril Henri de Navarre dans la ville dont il vient d'être nommé gouverneur par le roi : Saumur. Pour la première fois, Navarre, l'héritier du trône, franchit la Loire ! Le dimanche 30 avril, à Plessis-les-Tours, les deux Henri se retrouvent et font désormais cause commune contre la Ligue22.

« Dégénère Henri, hypocrite, bigot/Qui aime moins jouer le Roi que le cagot » (A. d'Aubigné)

  • 23 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 217.
  • 24 Ibid., p. 211. Poton (D.), op. cit. n. 22.
  • 25 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 212.
  • 26 Ibid., p. 212-214.
  • 27 Salnon (J.-Fr.), Henri III, Paris, Perrin, 2001, p. 378-381.

13D'Aubigné n'est pas favorable à cette réconciliation. Il n'admet pas qu'un accord puisse être passé avec l'« hypocrite renard23 ». De plus, il n'aime pas celui qui avait négocié l'alliance : Duplessis-Mornay. Il lui reproche sa modération et ne supporte guère son influence sur Navarre24. De plus, il note la défiance des « capitaines rejformez faisans de grandes difficultés de se mesler parmi ceux qui avoyent leurs espées rouillées de leur sang25 ». Cependant, quand le Béarnais exhorte les protestants à le rejoindre pour combattre les ligueurs au côté des troupes royales, il quitte Maillezais pour Tours. Il participe à tous les combats qui mènent les soldats des deux Henri devant Paris à la fin du mois de juillet 158926. Le 1er août, Henri III est assassiné. Il a désigné son successeur : Henri de Navarre27.

  • 28 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 220-222. Brochet (L.), op. cit. n. 17, p. 47-48.
  • 29 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 223-226 et 229-230.

14Dès le 6 août, d'Aubigné rentre à Maillezais. Un mois plus tard, il accueille le vieux cardinal de Bourbon que la Ligue avait nommé roi sous le nom de Charles X à la mort d'Henri III. Duplessis-Mornay avait convaincu Henri de Navarre de l'envoyer en captivité à Maillezais. Pendant les cinq semaines que dure la captivité de Charles de Bourbon à Maillezais, le geôlier et le prisonnier discutent théologie. Mais il fallait toutefois être vigilant car diverses entreprises furent montées pour délivrer le roi de la Ligue. Le 15 octobre, celui-ci est transféré à Fontenay-le-Comte sous la garde de La Boulaye, le gouverneur de ville28. Libéré de cette responsabilité, d'Aubigné rejoint Henri de Navarre en Normandie. S'il semble n'avoir participé ni à la bataille d'Arques, ni à celle d'Ivry, il est présent au second siège de Paris mais il doit rentrer précipitamment en septembre en Bas- Poitou car les combats font rage entre ligueurs et royaux. Et les Espagnols viennent de débarquer sur le littoral breton pour prêter main-forte au duc de Mercœur ! La situation stabilisée, d'Aubigné retourne auprès du roi à Saint-Denis29.

  • 30 Ibid., p. 234-235. Dez (Gaston), Histoire de Poitiers, Poitiers, Société des Antiquaires de l'Oues (...)
  • 31 Babelon (J.-P), op. cit. n. 6, p. 560-566. Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 235-241.

15Pendant deux années, il va effectuer des allers et retours entre les camps autour de Paris et le Poitou. En novembre 1592, il dut défendre Maillezais contre les ligueurs poitevins. Au printemps 1593, il vient renforcer Para- bère qui assiège Poitiers. Le 14 août la trêve établie entre Henri IV et les ligueurs le 31 juillet, est publiée à Poitiers. Le lendemain, le siège est levé sans la soumission des élites ligueuses de la ville30. Mais pour d'Aubigné, l'information la plus importante est la décision d'Henri d'abjurer. Il essaie de faire revenir Henri sur cette décision. Le 25 juillet 1593, Henri abjure à Saint-Denis. D'Aubigné était parti pour ne pas assister à cette « grande abomination31 ».

« Nous voilà au plus misérable estat que nous ayons esté depuis les feux » (A. d'Aubigné)

  • 32 Anquez (L.), op. cit. n. 2, p. 150. Souriac (P.-J.), Les places de sûreté protestantes. Reconnaiss (...)
  • 33 Anquez (L.), op. cit. n. 2, p. 151.

16Le 21 janvier 1594, Henri IV reçoit les délégués réformés chargés de lui présenter la requête de l'assemblée de Mantes32. Il s'engage à pourvoir lui-même à la solde des garnisons des places tenues par les protestants. Mais il refuse de leur en octroyer de nouvelles et il annonce par ailleurs qu'il fera détruire les fortifications des villes protestantes du Poitou lorsque Poitiers aura accepté sa « réduction ». C'est le modéré Duplessis-Mornay qui recommande aux députés de l'assemblée politique de Saint-Foy de faire de l'article des places de sûreté l'un des principaux objets de la requête qu'elle adresserait au roi. Faute de réponse, l'assemblée politique suivante, qui se réunit chez Duplessis-Mornay à Saumur en mars 1595, déclare qu'elle considèrera comme nulle et non avenue toute mesure tendant à restreindre le nombre des places de sûreté accordées par les édits précédents aux réformés. Pour marquer sa fermeté elle enjoint aux gouverneurs des places de les conserver, même si leur parvient un ordre contraire du roi, et de ne rien modifier en ce qui concerne les garnisons sans l'avis du conseil provincial dont ils relèvent. Elle les autorise même à utiliser les revenus du roi prélevés par les receveurs généraux ou particuliers pour l'entretien des places. Au printemps 1596, une nouvelle démarche effectuée auprès du roi échoue et par une lettre de Duplessis-Mornay, les délégués apprennent que Henri IV a permis à ses officiers de finances de supprimer tout ou partie des subventions accordées pour la solde des garnisons protestantes33.

  • 34 Ibid., p. 151-156.
  • 35 Anquez (L.), op. cit. n. 2, p. 157-158. Souriac (P.-J.), op. cit. n. 32, p. 60-64.

17Devant ce coup de force royal, l'assemblée décide que les réformés conserveraient toutes les places, forteresses et lieux qu'ils tenaient « sans en quitter aucun, jusqu'à ce que par un traité général de paix, autrement en fût arrêté ». Elle confirme aux conseils provinciaux la décision leur permettant de saisir les revenus royaux pour leurs dépenses militaires. Face à cette fermeté, Henri IV fait des concessions. Dans les instructions données à ces commissaires qui le représentent dans les assemblées politiques, il s'engage à laisser aux protestants les places qu'ils occupaient présentement et à payer exactement la solde des troupes. Mais il demande de ne pas insister sur la restitution de toutes les villes de Guyenne, d'Angoumois, de Saintonge et du Poitou. Maillezais, siège épiscopal, pouvait s'avérer un objet de débat dans les négociations avec le clergé catholique (juillet 1596). À l'automne suivant, l'affaire rebondit, les commissaires refusant de traiter avec Duplessis-Mornay la situation des places de sûreté. Le 15 octobre, l'assemblée de Loudun ordonne au conseil provincial du Poitou de confisquer les deniers royaux jusqu'à concurrence de la somme nécessaire à l'entretien des villes du Poitou. Les négociations durent des semaines et aboutissent à une proposition royale en mars 1597 : le roi confirme son intention d'entretenir les garnisons à hauteur de 140 000 écus sans s'engager sur une durée et demande aux députés de ne plus autoriser la saisie des deniers royaux en Poitou. En avril, Henri IV fait un nouveau pas, il accepte de s'engager oralement sur six ans et deux ans par écrit. Toutefois, la proposition de 160 000 écus par an est mal reçue. Sous la menace espagnole, le roi consent en août 180 000 écus. Il réussit à imposer deux décisions : l'état des places devait être dressé par lui et la nomination des gouverneurs ne relevait que de lui34. Les conditions présentées à l'assemblée de Châtellerault vont établir le cadre du brevet, ou « articles secrets », relatif aux places de sûreté signé le 30 avril 159835.

  • 36 op. cit. n. 32, p. 60-65- En 1600, est éditée à Montpellier par Jean Gilet une liste des places do (...)

18La première lecture du brevet conduit à penser que les réformés ont obtenu ce qu'ils souhaitaient : l'édit est accompagné d'un texte particulier concernant la question des places de sûreté. Cohérent, ce texte conçoit un cadre législatif précis pour environ cent cinquante « places, villes et châteaux ». Une seconde lecture permet de relever que ces lieux « demeureront en leur garde sous l'authorité et obéissance de Sadite Majesté ». Il ne s'agit plus de places de sûreté protestantes - le terme « place de sûreté » n'est pas employé - mais de places royales concédées « à ceux de la Religion », soucieux de leur sécurité, pour huit années36. Maillezais fait partie de celles-ci jusqu'à la soumission de son gouverneur, de La Cressonière, en 1621.

Agrippa d'Aubigné « Gouverneur de l'Isle et du Château de Maillezais »

  • 37 Ibid. et Anquez (L.), op. cit. n. 2, p. 159-161.

19Parmi les places occupées par les huguenots en 1598, il faut distinguer quatre catégories : les places dites « de sûreté », les places de mariage, les villes libres royales et les places et châteaux tenus par des seigneurs réformés. Les premières, au nombre de soixante quatre, se distinguent par le fait que la garnison est prise en charge financièrement par le roi qui - de plus- nomme le gouverneur. Les secondes, au nombre de seize ou de dix-huit, sont des annexes des premières. La troisième catégorie concerne des villes sans garnison royales et administrées par une municipalité dans le cadre des privilèges octroyés par la monarchie. La quatrième est tenue par des grands seigneurs huguenots sans subvention aucune37.

« Prens pour borne la commodité et retranche ce qui est de la vanité » (A. d'Aubigné)

  • 38 Poton (D.), « Géographie du protestantisme et réseau urbain dans le Centre-Ouest à l'époque modern (...)
  • 39 Souriac (P.-J.), op. cit. n. 32, p. 66. Le tableau élaboré par l'auteur montre que la Guyenne (29, (...)
  • 40 Trocmé (E.), « La Rochelle protestante (1568-1628) », dans Delafosse (M.), Histoire de La Rochelle (...)
  • 41 Haag (E.-E.), La France protestante, Paris, 1846-1859, vol. X, p. 259. Deyon (P. et S.), Henri de (...)

20Le Centre-Ouest, qui correspond aux deux provinces réformées, celle du Poitou et celle d'Aunis-Saintonge-Angoumois38, regroupe plus d'un tiers des places de sûreté — nous conservons par commodité cette expression pour parler des places de première catégorie du royaume39. Maillezais est une de ces places avec Niort, Saint-Maixent, Châtellerault, Fontenay, Beauvoir-sur-Mer, Marans, Thouars, Talmont, Saint-Jean-d'Angély, Taille- bourg, Pons, Royan et Saint-Seurin d'Euzet. Cette liste appelle deux observations. La Rochelle ne figure pas sur les états car elle fait partie de la troisième catégorie c'est-à-dire des villes administrées par une municipalité40. Il en est de même de La Garnache qui rentre dans les listes en 1611 mais qui, en 1598, relève de la quatrième catégorie, puisque tenue par une grande famille seigneuriale protestante, en l'occurrence celle des Rohan41.

  • 42 Souriac (P.-J.), op. cit. n. 32, p. 295.
  • 43 Estat des Places, & deniers ordonnéz par sa Majesté à Nantes : les 12. 14. 17. et 18. may, 1598 po (...)
  • 44 Estat des Places, & deniers ordonnéz par sa Majesté à Nantes..., Bibl. de la SHPF, ms 1150, p. 5-8
  • 45 Sans références bibliographiques, Madeleine Lazard écrit qu'Agrippa d'Aubigné recevait huit cent s (...)

21Tous les états disponibles42 donnent les mêmes renseignements sur la place de Maillezais : « Monsieur d'Aubigny, 59. hommes 265 escus 20. sols : estat public 31 ho. 157 escus 40 sols : estat secret 26. hom. 170 es. quarante sols43 ». D'Aubigné est confirmé dans sa fonction de gouverneur conformément à la procédure prévue par le brevet d'avril 1598. Avec une garnison de 57 ou de 59 soldats, Maillezais se place au même rang que Marans (59 ou 63 hommes), loin en Poitou derrière Niort (210 h.), Châtellerault (197 h.), Thouars (165 h.) mais devant Saint-Maixent (46 h.), Beauvoir (31 h.) et Talmont (14 h.). Logiquement, la hiérarchie est la même au regard des subventions royales44. D'Aubigné recevait 265 escus et 20 sols pour payer la garnison de Maillezais. Mais les moyens financiers ne se limitaient pas aux subventions pour solder les soldats. Si nous ne connaissons pas les émoluments de d'Aubigné pour sa charge de gouverneur de place, les pensions versées par Henri de Navarre à son compagnon s'élevaient à 7 000 livres, certes irrégulièrement payées mais confirmées par Henri IV. Sans compter des revenus personnels, cette aisance permettait à d'Aubigné de recruter quelques hommes en cas de nécessité45.

  • 46 Brochet (L.), op. cit., p. 50-51. L'auteur fait état aussi de lettres patentes de 1596 par lesquel (...)
  • 47 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 319-324.
  • 48 Ibid., p. 327-328

22La garnison occupait le château. D'Aubigné et sa famille, quand cette dernière ne résidait pas dans leur demeure de Mursay, s'étaient installés dans le logement épiscopal, abandonné par le titulaire Henri d'Escoubleau de Sourdis, au sein de l'abbaye bénédictine. Conformément à l'édit de Nantes qui imposait la restauration générale du culte catholique, il permet aux moines bénédictins qui s'étaient réfugiés dans des villages catholiques aux alentours de revenir au monastère pour faire leurs dévotions. En 1601, il leur abandonne même l'ancien réfectoire — l'église abbatiale est alors en ruine — pour pratiquer leur religion46. À côté de sa volonté de normaliser la vie dans le cadre de l'édit, le gouverneur s'investit dans son œuvre littéraire comme dans les assemblées politiques et religieuses des réformées ; il est ainsi très actif à l'assemblée politique de Châtellerault en juillet 1605 et il participe activement à la controverse religieuse. C'est d'ailleurs le contro- versiste qui retrouve le chemin de la Cour à partir de 160547. En décembre 1609, participant à certains conseils convoqués par le roi, il pousse à attaquer la maison d'Autriche et à « réduire l'Espagnol aux frontières des Pyrénées et de la mer48 ».

23Agrippa d'Aubigné apprend à Maillezais l'assassinat d'Henri IV. La douleur et la consternation n'enfouissent pas longtemps le ressentiment du compagnon d'Henri de Navarre trahi en 1593.

« Je suivis ma vocation et sentis bien tost les marques de la défaveur » (A. d'Aubigné)

  • 49 Ibid., p. 335-339.
  • 50 Ibid., p. 335-339. L'assemblée ne commence ses travaux que le 27 mai. Sur cette importante assembl (...)
  • 51 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 339. Anquez (L.), op. cit. n. 2, p. 242-243.

24Le 22 mai 1610, de Villarnould, député général des réformés, obtient de la régente, Marie, la confirmation officielle de l'édit de Nantes. Membre d'une dépuration des églises réformées, d'Aubigné rencontre en tête-à-tête la régente à la veille de l'importante assemblée politique convoquée à Saumur pour le 25 mai 161149. Il est l'un des huit délégués du Poitou. À l'issue de celle-ci, son intransigeance face à la Cour le place dans le camp des « Fermes » entraîné par le duc Henri de Rohan contre celui des « Prudents » emmené par Duplessis-Mornay50. Ce sont ces derniers qui ont le dessus et obtiennent un brevet de prolongation des places pour cinq ans à dater du 1er janvier 161251.

  • 52 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 339-341.
  • 53 Ibid., p. 342-344

25D'Aubigné était rentré à Maillezais avant la fin de l'assemblée : pour voir l'avancement des travaux de réparation des murailles de la place ? La province de Poitou avait accepté de présenter à l'assemblée de Saumur une demande de remboursement « quand les moyens s'en pourront trouver ». L'engagement démontre que le comportement du gouverneur de Maillezais dicté par la crainte (le souhait ?) d'une reprise des hostilités est partagé par bon nombre de réformés. Toutefois, au synode provincial de Thouars, d'Aubigné s'indigne de la soumission de la majorité. Il prend congé disant « qu'il estoit quitte des Assemblées publiques, estant devenues telles des femmes publiques52 ». C'est dans ce climat qu'Henri de Rohan, gouverneur de la place de Saint-Jean-d'Angély, décide de provoquer la monarchie avec le soutien des Rochelais. Le cycle des complots, des prises d'armes et des pourparlers plus ou moins secrets est enclenché de nouveau. Dans le pamphlet qu'il publie au cours de l'année 1612, Le Caducée ou l'Ange de la Paix, d'Aubigné s'affirme clairement partisan d'une politique de résistance sans concession et élabore une justification systématique de l'indépendance du parti face à la royauté53. On comprend mieux dans ces conditions la construction de la forteresse du Dognon à une lieue de Maillezais.

  • 54 Ibid, p. 346-347. Serr (G.), Henri de Rohan. Son rôle dans le parti protestant. Tome ii (1617-1622 (...)

26Placée sur un rocher au bord de la Sèvre et entourée de marais, la forteresse permettait de protéger Maillezais, mais surtout de contrôler le fructueux trafic sur le fleuve, de lever des péages et de prélever sur les bateaux les victuailles nécessaires à l'entretien de la garnison. Inquiète, la régente demande à Parabère, lieutenant général du roi en Poitou, d'aller rendre visite à d'Aubigné. Il est bien reçu par ce vieux compagnon d'armes et assure la Cour qu'il n'y a rien à craindre, le gouverneur de Maillezais installant à Maillé une belle demeure de gentilhomme campagnard. Mais à la fin de l'année 1613, les travaux prennent une autre tournure ; c'est une demeure forte que le gouverneur aménage sur l'îlot du Dognon. La garde de la place de Maillezais, elle, est confiée à son fils Constant nommé « capitaine de la citadelle du château de Maillezais54 ».

  • 55 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 350-351
  • 56 Ibid., p. 352. Une des clauses prévoit le renouvellement des places pour six années.
  • 57 La première édition est anonyme. Publiée en 1616 elle a pour titre : LES TRAGIQUES/DONNEZ AU PUBLI (...)

27D'Aubigné, comme tous les réformés, n'avait pas appuyé la première révolte d'Henri de Bourbon, prince de Condé, contre la régente en 1614. Mais l'année suivante, Condé propose à d'Aubigné d'être son maréchal de camp. Celui-ci demanda avis à l'assemblée des réformés réunie à Nîmes. Cette dernière ayant voté son soutien à Condé — de nombreux huguenots s'inquiétaient en effet de la politique pro-espagnole de Marie -, d'Aubigné s'engage au service du prince catholique. Sully, gouverneur de la province de Poitou, convoque les gouverneurs de place à Fontenay-le-Comte pour « ne point branler pour le prince de Condé ». D'Aubigné ne se déplace pas. Sully se rend à Maillezais. Quelques jours plus tard, d'Aubigné le retrouve à ses côtés ainsi que les ducs de Bouillon et de Rohan. Les négociations pour la paix débutent à Loudun le 21 février 1616. D'Aubigné quitte Loudun dès le début mars, ne supportant cette « foire publique d'une générale lascheté et de particulières infidélitéz55 ». La paix est conclue le 3 mai 161656. À Maillé, d'Aubigné imprime clandestinement et à ses frais les Tragiques57.

  • 58 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 383-384.
  • 59 Ibid., p. 387-388. Les Rochelais craignaient la menace que représentaient les deux places si d'ave (...)
  • 60 Lettre de Villette à Pontchartrain, 21 septembre 1616, citée par Serr (G.), op. cit. n. 54, p. 358 (...)

28D'Aubigné ne gagna rien dans cette entreprise. Ses pensions ne sont plus payées. Dans une lettre à Rohan datée d'août 1616, où il le félicite de succéder à son beau-père, Sully, au gouvernement de Poitou, il lui fait part de son dénuement58. Dès cette date il propose de négocier la vente de ses places. Lors des deux assemblées de La Rochelle (novembre 1616 et avril 1617), il informe les députés que faute de ressources suffisantes, il souhaite remettre ses charges et places entre les mains de personnes fidèles. Devant l'ingratitude des Rochelais qui demandèrent à la Cour « le rasement du Dognon et de Maillezais » et l'attentisme des Grands, il tente de négocier avec le roi au cours de l'année 161859. Mais le statut des deux places était différent. Le démantèlement de Maillezais ne pouvait se faire sans l'accord des églises réformées alors que le Dognon est une propriété personnelle. Sans doute fut-il question de laisser d'Aubigné à Maillezais mais de raser le Dognon qui non seulement représentait une menace militaire par sa position stratégique — surtout entre les mains d'un homme aussi incontrôlable que d'Aubigné -, mais qui s'avérait être un lieu de péage fructueux et donc insupportable pour les populations : « Sachez donc, Monsieur, que pour l'état présent de cette province, il n'y a point de plus grand scandale que le nouveau tribut que M. d'Aubigné lève depuis quelques jours en argent sur les bateaux qui vont et viennent sur la Sèvre60 [...] ».

  • 61 Ibid., p. 360
  • 62 Rohan reconnaît à d'Aubigné une rente de 3 000 livres amortissables en trois ans pour finir de pay (...)

29C'est Henri de Rohan, comme gouverneur de Poitou, qui va servir de truchement. Au cours de l'été 1618, il assure d'Aubigné que le Dognon et le gouvernement de Maillezais seraient remis entre les mains du roi. Les atermoiements de la Cour, les manipulations diverses, les entreprises de Constant contre son père, les manœuvres politiques du duc d'Epernon (gouverneur d'Aunis, Saintonge, Angoumois et Limousin) n'arrangèrent rien. C'est vraisemblablement à la suite d'insistantes interventions du parti huguenot que Henri de Rohan se porte acquéreur de Maillezais et du Dognon61. Le 29 avril 1619, d'Aubigné remet sa charge de gouverneur de Maillezais à Henri de Rohan. Le 29 mai, Rohan remet 10 000 écus à d'Aubigné pour le Dognon. Mais l'acte de vente stipule que d'Aubigné resterait à Maillezais comme lieutenant, que les dix mille écus étaient un acompte et que le Dognon était échangé contre une propriété en Bretagne : la terre et seigneurie du port d'O près de Blain62.

  • 63 Serr (G.), op. cit. n. 54, p. 368-371.
  • 64 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 422-423.

30Mais dans les mois qui suivent, le roi exige le rasement de la forteresse du Dognon et refuse de ratifier la clause du contrat permettant à d'Aubigné de rester comme lieutenant de Rohan à Maillezais. Henri de Rohan se soumet puisqu'il nomme La Cressonnière à Maillezais et accélère la démolition du Dognon comme l'atteste une lettre de janvier 162063. Dans les derniers jours de 1619, d'Aubigné s'était retiré à Saint-Jean-d'Angély64.

31En 1570, l'octroi aux réformés par le roi de places pouvant servir de lieux de refuge en cas d'agressions catholiques répond à une revendication légitime devant les hésitations de la monarchie tiraillée entre la guerre aux rebelles et une tolérance civile initiée en mars 1560 par l'édit d'Amboise et réaffirmée, sous une forme plus ou moins nette, en janvier 1562, en mars 1563 avec l'édit d'Amboise (qui clôt la première guerre de religion) et enfin en mars 1568. Mais dès l'origine, ces places servent aussi de garanties, d'« ostages », entre les mains des huguenots. Le traumatisme de la Saint- Barthélemy renforce ceux des protestants qui considèrent que toute négociation avec le roi doit se faire en position de force : tenir des villes, les organiser en un réseau politico-militaire structuré, territorialiser la Cause va constituer, d'abord dans le Languedoc huguenot, puis par capillarité vers la capitale septentrionale du royaume, dans le Sud-Est (Provence-Dauphiné) et le Centre-Ouest (Aunis, Saintonge, Poitou), un outil de pression efficace entre les mains du Protecteur des églises réformées : Henri de Navarre.

32Maillezais devient un enjeu stratégique majeur à partir de 1585 lorsque Henri de Navarre engage la guerre du Poitou, le contrôle de cette province permettant d'envisager ensuite le franchissement de la Loire, clef d'une offensive sur Paris. C'est ainsi que jusqu'en 1589, le Poitou est le théâtre d'affrontements violents entre catholiques et protestants jusqu'en 1589, puis entre royaux et ligueurs dans les années 1590, des opérations qui ne prennent fin en réalité qu'avec la soumission du duc de Mercœur à Nantes en 1598. Victorieux dans cette seconde guerre des villes par les prises de villes importantes comme Niort, Fontenay, Saint-Maixent, les réformés installent un réseau militaire dense qui protège la capitale septentrionale des huguenots, La Rochelle, contre les raids ligueurs venant de Bretagne (la puissance maritime rochelaise assure la protection du littoral) mais aussi contre les offensives organisées par les royaux - jusqu'en 1589 - et les « razzias » de la « Sainte Union » catholique de Poitiers. Dans ce système, Maillezais participe avec Talmont, Marans et Fontenay à la première ligne de défense contre les menaces ligueuses et assurer le ravitaillement de la ville portuaire transporté par la Sèvre Niortaise.

33On comprend dès lors le souci d'Henri de Navarre de confier à de vieux compagnons expérimentés et connaissant bien le pays le gouvernement de ces villes. C'est le cas d'Agrippa d'Aubigné. On perçoit aussi combien pour ces hommes de guerre, assurer la défense de la place qui leur a été confiée par Henri de Navarre participe à la puissance protestante qui entend imposer un nouvel édit au roi, Henri IV. Cette pression se concrétise par le brevet du 30 avril 1598. Maillezais obtient ainsi le statut de place dite « de sûreté ».

34Sous le gouvernement d'Agrippa d'Aubigné, cette place va vivre à la fois les avatars de ce privilège royal (renouvellement ou non par le roi ?) et les conséquences du comportement politique et religieux de son gouverneur. La construction du Dognon traduit la volonté d'Agrippa de faire de ces îles sises en plein Marais poitevin et bordant la Sèvre Niortaise une place personnelle, un instrument de reconnaissance du parti réformé et de la monarchie, surtout après 1611. Les négociations menées par Agrippa confirment cette attitude... et marquent la fin d'une histoire entamée quarante ans avant. Le point final est posé en mai 1621 lorsque Louis XIII exige la soumission des places. Le 25 mai le roi, qui a déjà obtenu les soumissions de Saumur - Duplessis-Mornay ayant été suspendu de son poste de gouverneur - Loudun, Thouars, Fontenay, envoie le comte de Chabans recevoir de monsieur de La Cressonnière la place de Maillezais. Ce qu'il fait. Une seule ville résistera quelques jours à Louis XIII : Saint-Jean-d'Angély.

35Son glacis protecteur démantelé, La Rochelle voit sa situation militaire sérieusement fragilisée : en 1622, à une portée de canon de la ville, les troupes royales édifient le Fort Saint-Louis ou Fort-Louis. Le siège de La Rochelle est commencé. De l'Océan seul peut désormais parvenir renforts et secours.

Notes

1 « Et par ce plusieurs particuliers ont reçu et souffrent tant d'injures et dommages en leurs biens et personnes, que difficilement ils pourront en perdre si tôt la mémoire, comme il serait bien requis pour l'exécution de notre intention, voulant éviter tous inconvénients, et donner moyen à ceux qui pourraient être en leurs maisons, d'être privé de repos attendant que les rancunes et inimitiés soient adoucies, nous avons baillé en garde ceux de la Relligion les villes de La Rochelle, Montauban, Cognac et La Charité, esquel- les ceux d'entre eux qui ne voudrons si tôt s'en aller en leurs dites maisons se pourront retirer et habituer. Et pour la sûreté d'icelles, nosdits frères et cousins, les princes de Navarre et de Condé et vingt gentilshommes de ladite religion qui seront par nous nommés, jureront et promettront en un seul et pour le tout, pour eux et ceux de leur dite religion de nous garder lesdites villes et au bout et terme de deux ans les remettre ès mains de celui qu'il nous plaira députer en tel état qu'elles sont, sans rien innover, ni altérer et sans aucun retardement ou difficulté pour cause ou occasion qu'elle qu'elle soit [39] » dans Stegmann (A.), Édits des guerres de religion, Paris, Vrin, 1979, p. 78-79. Jouanna (A.), Boucher (J.), Biloghi (D.), Le Thiec (G.), Histoire et dictionnaire des guerres de religion, Paris, Robert Laffont, 1998 (Bouquins), p. 877 et 1209.

2 Anquez (L.), Histoire des assemblées politiques des réformés de France (1573-1622), Paris, Auguste Durand, 1859, p. 139.

3 Péronnet (M.), « La « République des Provinces-Unies du Midi » : les enjeux de l'historiographie », dans Blanchard (A.), Michel (H.), Pelaquier (E.), La vie religieuse dans la France méridionale à l'époque moderne, univ. Paul Valéry-Montpellier III, 1992, p. 5-26.

4 Poton (d.) dir., La Rochelle, capitale atlantique, capitale huguenote, Paris, éditions du patrimoine, 1998. Saint-Affrique (O. de), « La Rochelle protestante au xvie siècle », dans Ducluzeau (Fr.) dir., Histoire des protestants charentais, Paris, Le Croît-Vif, 2001, p. 78-79 ; Rambeaud (P.), « La Rochelle de 1568 à 1576, la part du politique et du religieux », dans Bulletin de la Société de l'histoire du protestantisme français, tome 138, 1992, p. 391-399 et du même auteur « Le peuple de Dieu face aux Philistins : le refuge huguenot à La Rochelle (1572-1573) », dans Martinière (G.), Poton (D.), Souty (Fr.) dir., D'un Rivage à l'Autre. Villes et Protestantisme dans l'Aire Atlantique (xvie-xviie siècle), Paris/Poitiers, CID, 1999, p. 75-86. Augeron (M.), Tranchant (M.), La Rochelle et la Mer, Saint-Jean-d'Angély, Bordessoules, à paraître.

5 Sarrazin (J.-L.) dir., La Vendée des origines à nos jours, Saint-Jean-d'Angély, Bordessoules, 1982, p. 179-181. Croix (A.), L'âge d'or de la Bretagne, Rennes, Éditions Ouest-France/Université, p. 52 et suiv.

6 Babelon (J.-R), Henri IV, Paris, Fayard, 1994, p. 347.

7 Ibid, p. 348.

8 Lazard (M.), Agrippa d'Aubigné, Paris, Fayard, 1998, p. 178-184.

9 Ibid., p. 185-192.

10 Babelon (J.-P.), op. cit. n. 6, p. 371-372. Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 194.

11 Babelon (J.-P.), op. cit. n. 6, p. 377-378.

12 Ibid., p. 378-379.

13 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 195-197.

14 Babelon (J.-P.), op. cit. n. 6, p. 382-388.

15 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 199-200.

16 Ibid., p. 201-203.

17 Ibid., p. 206-209. Brochet (L.), Maillezais, son histoire, son passé (éd. 1900 ; rééd. sous le titre Histoire de Maillezais, Amiens, Res Universis, 1989), p. 44-47.

18 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 209.

19 Id.

20 Babelon (J.-P.), op. cit. n. 6, p. 418.

21 Ibid., p. 419.

22 Ibid, p. 420-422. Poton(D.), Philippe Duplessis-Mornais (1549-1623), Paris, Perrin, à paraître en 2004.

23 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 217.

24 Ibid., p. 211. Poton (D.), op. cit. n. 22.

25 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 212.

26 Ibid., p. 212-214.

27 Salnon (J.-Fr.), Henri III, Paris, Perrin, 2001, p. 378-381.

28 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 220-222. Brochet (L.), op. cit. n. 17, p. 47-48.

29 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 223-226 et 229-230.

30 Ibid., p. 234-235. Dez (Gaston), Histoire de Poitiers, Poitiers, Société des Antiquaires de l'Ouest, 1966 (Mémoires, 4e sér., t. X), p. 102-105.

31 Babelon (J.-P), op. cit. n. 6, p. 560-566. Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 235-241.

32 Anquez (L.), op. cit. n. 2, p. 150. Souriac (P.-J.), Les places de sûreté protestantes. Reconnaissance et déclin de la puissance politique et militaire du parti protestant (1570-1629), Mém. maîtr. (dir. E. Birnstiel), université de Toulouse II-Le Mirail, 1997, p. 51 et suiv.

33 Anquez (L.), op. cit. n. 2, p. 151.

34 Ibid., p. 151-156.

35 Anquez (L.), op. cit. n. 2, p. 157-158. Souriac (P.-J.), op. cit. n. 32, p. 60-64.

36 op. cit. n. 32, p. 60-65- En 1600, est éditée à Montpellier par Jean Gilet une liste des places dont le titre correspond bien à cette idée de sûreté et de garantie politique : Estat des Places, & deniers ordonnéz par sa Majesté à Nantes : les 12. 14. 17. et 18. may, 1598 pour seurté et d'ostage à ceux de la Religion, Paris, Bibliothèque de la Société de l'histoire du protestantisme français (abrégé en SHPF), ms. 1150.

37 Ibid. et Anquez (L.), op. cit. n. 2, p. 159-161.

38 Poton (D.), « Géographie du protestantisme et réseau urbain dans le Centre-Ouest à l'époque moderne », dans Guignet (Ph.), Hiernard (J.) dir., Les réseaux urbains dans le Centre-Ouest atlantique de l'Antiquité à nos jours, Poitiers, GERHICO — Société des Antiquaires de l'Ouest, 1995 (Mémoires, 5e sér., t. III), p. 213-228.

39 Souriac (P.-J.), op. cit. n. 32, p. 66. Le tableau élaboré par l'auteur montre que la Guyenne (29,68 %), le Dauphiné (23,43 %) et le bloc Poitou-Aunis-Saintonge (20,31 %) regroupent près des trois quarts des places du royaume (73,42 %). Avec huit places de mariage sur seize, la Guyenne renforce sa primauté, le Dauphiné n'en comptant aucune et les pays poitevins et charentais une seule (Monten- dre).

40 Trocmé (E.), « La Rochelle protestante (1568-1628) », dans Delafosse (M.), Histoire de La Rochelle, Toulouse, Privat, 1991, p. 101-105 et Poton (D.) dir., La Rochelle, capitale atlantique, capitale huguenote, Paris, Éditions du patrimoine, 1998, p. 43-44.

41 Haag (E.-E.), La France protestante, Paris, 1846-1859, vol. X, p. 259. Deyon (P. et S.), Henri de Rohan, Paris, Perrin, 2000.

42 Souriac (P.-J.), op. cit. n. 32, p. 295.

43 Estat des Places, & deniers ordonnéz par sa Majesté à Nantes : les 12. 14. 17. et 18. may, 1598 pour seurté et d'ostage à ceux de la Religion. Paris, Bibliothèque de la SHPF, Ms 1150, p. 7. Le versement des deniers royaux devait s'effectuer sous deux formes, correspondant au type d'état sur lequel étaient couchées les places. L'état public était payé par les Trésoriers généraux de l'Extraordinaire des guerres, et le secret par ceux que le roi députerait sur de simples rescriptions dans la généralité concernée. Pourquoi une telle décision ? Pierre-Jean Souriac note justement : « Traditionnellement, ces deux états, et le secret en particulier, apparaissaient comme une preuve du souci de ménager toutes les sensibilités : il accordait des places aux protestants en les payant, mais pour ne pas indisposer les catholiques, il en cachait une partie [...]. En fait la grande différence entre les deux états fut que l'état secret, comme son nom l'indique, ne supposait aucun contrôle, à la différence de l'état public, connu et surveillé par les trésoriers de l'Extraordinaire ». Souriac (P.-J.), op. cit. n. 32, p. 71

44 Estat des Places, & deniers ordonnéz par sa Majesté à Nantes..., Bibl. de la SHPF, ms 1150, p. 5-8.

45 Sans références bibliographiques, Madeleine Lazard écrit qu'Agrippa d'Aubigné recevait huit cent sept livres par mois et que la garnison comptait cinquante arquebusiers, quarante-cinq soldats, un tambour, trois caporaux, un sergent, un enseigne et un lieutenant soit près d'une centaine de soldats. Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 275.

46 Brochet (L.), op. cit., p. 50-51. L'auteur fait état aussi de lettres patentes de 1596 par lesquelles Henri IV accorde la création de quatre foires et d'un marché dans l'île de Maillezais à la suite de « l'humble supplication de nostre aimé et féal Conseiller d'Estat et privé, Henri d'Escoubleau, évêque de Maillezais, contenant que le dict lieu et isle de Maillesais, est le siège épiscopal [...] ». Quel rôle a oué d'Aubigné dans cette démarche ? Sans doute y était-il favorable car faire redémarrer l'économie, notamment le commerce sur la Sèvre Niortaise, devrait être une source de revenus pour le gouverneur huguenot... et l'évêque qui n'avait pas abandonné ses droits ! Il faut aussi noter le grand intérêt de d'Aubigné pour une saine gestion domaniale : « L'homme de guerre sut accroître capital et revenus, rebâtir sa demeure et récupérer les terres aliénées et s'entendit aussi à la bonne administration d'un domaine rural. Il avait l'œil à tout, et veillait à une économie stricte : « Pren pour bornes la commodité et retranche ce qui de la vanité « conseillait-il à son ami Constans [gouverneur de Marans] ». Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 275.

47 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 319-324.

48 Ibid., p. 327-328

49 Ibid., p. 335-339.

50 Ibid., p. 335-339. L'assemblée ne commence ses travaux que le 27 mai. Sur cette importante assemblée politique pour les protestants français au xviie siècle : Anquez (L.), op. cit. n. 2, p. 230 et suiv. ; Poton (D.), « La ville de Duplessis-Mornay : sûreté et éducation », dans Landais (H.), Histoire de Saumur, Toulouse, Privat, 1997, p. 149-163 et du même auteur, Philippe Duplessis-Mornay, op. cit. n. 24.

51 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 339. Anquez (L.), op. cit. n. 2, p. 242-243.

52 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 339-341.

53 Ibid., p. 342-344

54 Ibid, p. 346-347. Serr (G.), Henri de Rohan. Son rôle dans le parti protestant. Tome ii (1617-1622), Aix-en-Provence - Paris, Société de l'Histoire du Protestantisme Français, 1975, p. 358.

55 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 350-351

56 Ibid., p. 352. Une des clauses prévoit le renouvellement des places pour six années.

57 La première édition est anonyme. Publiée en 1616 elle a pour titre : LES TRAGIQUES/DONNEZ AU PUBLIC PAR/le larcin de Promethee/AU DEZERT, PAR/L.B.D.D. M. DC. XVI. Lestringant (Fr.), préf., notes et éd., Les Tragiques, Paris, Gallimard, 1994 (Poésie/Gallimard), p. 47. Voir également à ce sujet l'article d'E. Surget dans le présent volume.

58 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 383-384.

59 Ibid., p. 387-388. Les Rochelais craignaient la menace que représentaient les deux places si d'aventure elles tombaient aux mains d'adversaires lors d'une nouvelle prise d'armes.

60 Lettre de Villette à Pontchartrain, 21 septembre 1616, citée par Serr (G.), op. cit. n. 54, p. 358, note 50.

61 Ibid., p. 360

62 Rohan reconnaît à d'Aubigné une rente de 3 000 livres amortissables en trois ans pour finir de payer Maillezais. En réalité, comme le note Georges Serr, c'est le 11 novembre 1624 que l'épouse de Rohan, Marguerite effectue le dernier versement. Toutefois une lettre d'Aubigné du 21 juin 1626 prouve qu' à cette date l'affaire n'était pas encore terminée : ibid., p. 362-363 ; Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 393-395.

63 Serr (G.), op. cit. n. 54, p. 368-371.

64 Lazard (M.), op. cit. n. 8, p. 422-423.

Author

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Terms of use: http://www.openedition.org/6540