Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'abbaye de Maillezais

 | 
Mathias Tranchant
, 
Cécile Treffort

3e partie. Maillezais, enjeu de pouvoirs

Les marais avant les dessèchements modernes, xvie siècle-début du xviie siècle

Yannis Suire

Texte intégral

1Autour de Maillezais, le Marais poitevin est marqué - avant les dessèchements modernes - par un équilibre fragile sur lequel ses habitants s'appuient pour vivre, partagés entre de grandes difficultés d'existence liées aux aléas de la nature ou aux troubles politico-militaires, et des atouts offerts par cette même nature et développés par les maraîchins. Ceux-ci font preuve d'une grande capacité d'adaptation et d'une volonté certaine de tirer profit de cette situation pourtant délicate. Le tableau du Marais poitevin au début du xviie siècle n'est donc pas seulement négatif : il porte les éléments des bouleversements à venir.

Un milieu particulier

2À l'arrivée des nouveaux dessiccateurs, le Marais poitevin vit de deux héritages : celui des premiers dessèchements entrepris par les abbayes aux xiie et xiiie siècles et celui des guerres qui, depuis le xive siècle, ont ensanglanté la région. À cela s'ajoutent les éléments naturels immuables constitutifs du Marais.

De l'eau et des végétaux

  • 1 Paris, Bibliothèque nationale de France, Dép. Cartes et plans, Ge. DD. 837 (pl. 21) : Rogier (P.), (...)

3Parmi les sources qui permettent d'imaginer à quoi ressemble le Marais poitevin à cette époque, la cartographie semble révéler une certaine répulsion mêlée d'ignorance pour une zone considérée comme hostile où seules les armées osent s'aventurer. Ainsi, les cartes de l'époque sont souvent imprécises en ce qui concerne le Marais poitevin. En 1579 par exemple, Pierre Rogier, dans sa carte du Poitou, figure une masse informe et grisâtre, donc inexplorée au moins par l'auteur, entre Marans, Maillé et Damvix1 (fig. 1).

  • 2 Poitiers, Archives départementales de la Vienne, C 47 : Mémoire pour les babitans de la paroisse d (...)

4La toponymie actuelle garde quant à elle de nombreuses traces du passé : elle se révèle alors plus utile que les cartes pour déceler les éléments hydrologiques, géologiques et géographiques constitutifs du Marais. L'eau est bien évidemment très présente, par exemple au marais de Gargouilleau, à Vix, mot qui signifierait « lieu bourbeux2 », ou encore au « Gouffre » de l'Ile-d'Elle, là où la Vendée et la Sèvre Niortaise se rencontrent en tourbillons. Les sources et les méandres des rivières ont baptisé des endroits comme la Vieille Vague à Maillé et les Mares de Souil. La végétation est aussi représentée par les Vergnées de l'Ile-d'Elle, la Fraignée de Velluire, le Bois-Dieu à Maillezais. Les terres hautes calcaires sont indiquées par le terme de « banche », par le village du Rocher du Gué-de-Velluire ou par la Perrière, à Vix. Le sable, vestige marin ou fluvial, a donné la Sablière à l'Ile- d'Elle, le Sableau à Chaillé-les-Marais, le Sablon à Vix.

Fig. 1 : Paris, Bibliothèque nationale de France, Ge. DD. 837 (pl. 21) : Pierre Rogier, Pictovum vivinarumque fidissa descriptio, s.l., 1579.

Fig. 1 : Paris, Bibliothèque nationale de France, Ge. DD. 837 (pl. 21) : Pierre Rogier, Pictovum vivinarumque fidissa descriptio, s.l., 1579.
  • 3 Collection de documents inédits sur l'histoire de France. Recueil des lettres missives de Henri IV (...)

5Enfin, le Marais d'avant les dessèchements est connu par les récits de visiteurs séduits par cette contrée aussi verdoyante que le Paradis terrestre. La lettre de Henri de Navarre, futur Henri IV, à sa maîtresse Corisande le 17 juin 1586, en est l'exemple le plus connu. De passage à Marans, son auteur est tombé sous le charme du Marais et de son dédale de fossés3. En 1638, Léon Godefroy, étudiant toulousain visitant la région, se laisse lui aussi séduire par la Sèvre Niortaise :

  • 4 Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 2759, fol. 234 : Godefroy (L.), Relation d'un voy (...)

« Que de plaisir en voguant sur icelle de voir tant de beaux arbres dont ses rivages sont si agréablement bordez, d'estendre sa veue dans des grandes prairies bigarrées de mille et mille sortes de fleurs ; de rencontrer, en faisant chemin, je ne sçay combien de batteaux chargez tant d'hommes que de bestail et autres choses4 ».

  • 5 La Rochelle, Archives départementales de la Charente-Maritime, 1J 159-8. Déclaration au comte de M (...)
  • 6 Clouzot (É.), op. cit. n. 4, p. 283. Voir également les cartes de l'article de J.-L. Sarrazin dans (...)

6L'omniprésence de l'eau et l'abondance de la végétation sont les deux principaux éléments qui ressortent de ces descriptions générales. L'élément eau tout d'abord allie le plus clairement l'héritage des travaux médiévaux et celui des destructions militaires. D'un côté, le Marais poitevin, à la veille des dessèchements, est dans un état d'abandon manifeste issu des guerres qui ravagent l'ouest du royaume depuis le xive siècle, mais il reste ici et là des vestiges des anciens ouvrages établis par les abbayes aux xiie et xiiie siècles. Le 24 novembre 1524, une déclaration faite au comte de Marans par l'abbaye Saint-Léonard-des Chaumes, parle à plusieurs reprises de l'achenal de la Brune, de l'achenal Le Roy et de celui de Marans, écours médiévaux toujours inscrits dans le paysage5. Tout cela est rassemblé par Étienne Clouzot sur sa carte du réseau hydraulique du Marais poitevin à la fin du xvie siècle6 (cf. fig. 2).

7La présence de l'eau se manifeste aussi par les très nombreux écours naturels et par les fossés creusés par les maraîchins pour, déjà, drainer les terres à petite échelle : une partie des marais ressemble ainsi aux actuels marais mouillés faits de petites parcelles entourées de fossés, vouées à l'élevage et aux plantations de bois, et inondées en hiver. Tous les marais au xvie siècle ne sont donc pas des zones sauvages où nul ne pénètre et les dessiccateurs du xviie siècle ne partent pas de rien. L'eau canalisée arrive jusqu'au pied des terres hautes, permettant la circulation des biens et des personnes entre les cultures et les habitations. De façon plus diffuse, le caractère aquatique de la région se concrétise par le maintien perpétuel d'une grande humidité grâce à un grand nombre de sillons de vase, de trous, de baisses et de fosses pour la plupart d'origine naturelle.

  • 7 Clouzot (É.), op. cit. n. 4, p. 107.
  • 8 La Rochelle, Archives départementales de la Charente-Maritime, 3E 31/29, fol. 36. Vente de bois pa (...)

8Toute cette eau serpente à travers une foule de prés, bois, ouches et « oisiOières ». E. Clouzot rappelle d'ailleurs que les arbres étant si nombreux dans la région, les dénominations « bois » et « marais » finissent par désigner la même réalité7. Les sources notariales confirment que certains espaces, aujourd'hui desséchés, sont à l'époque identiques aux actuels marais mouillés, couverts de frênes, d'aulnes, de saules et d'aubiers. Le 5 novembre 1652 sont vendues des souches de frênes et d'aubiers sur une pièce de bois au terroir des Petites Fraignées de Leton, à Vix, dans les abords aujourd'hui totalement desséchés de l'île de Montnommé8.

  • 9 Aillery (A.), Chroniques paroissiales, 1918, tome X, p. 629-630.

9Ainsi envahis par la végétation qui retient l'humidité et sillonnés de cours d'eau, les marais avant leur dessèchement sont en première ligne face aux eaux qui dévalent des terres hautes ou refluent de la mer. Dans sa Chronique du Langon, Antoine Bernard explique que les inondations de la fin de l'hiver 1565 n'ont épargné aucune zone du Marais, y compris les faubourgs de Fontenay-le-Comte : « Les eaux en furent si grandes que oncques n'avoient été en si petit temps, firent des dommages innombrables, jetant et renversant les moulins à l'eau9 ».

Le souvenir des temps anciens

  • 10 Poitiers, Archives départementales, E dépôt 22, liasse 46. Acensement d'un marais par Pierre de Sa (...)
  • 11 Fontenay-le-Comte, Bibliothèque municipale. Masse (Claude), Mémoire sur la carte du 46e quarez de (...)
  • 12 Cavoleau (J.-A.), Statistique ou description générale du département de la Vendée, Fontenay-le-Com (...)
  • 13 Cité par Aillery (A.), op. cit. n. 9, p. 584.

10Le retour régulier des eaux entretient le souvenir de ce qu'était le Marais poitevin autrefois, un golfe marin. S'y ajoutent les traces laissées dans le paysage par cette époque lointaine, en premier lieu l'élévation des anciennes îles et presqu'îles du golfe des Pictons. Cette limite est parfois encore appelée « rivage », par exemple dans la confrontation d'un marais, à Montreuil, le 22 juin 155210. Aujourd'hui, certaines de ces terres hautes restent impressionnantes par leurs falaises de calcaire, celles de Chaillé-les- Marais et du Gué-de-Velluire par exemple, qualifiées de « montagnes » par Claude Masse11 et par Cavoleau12. Les coquillages que l'on peut trouver encore aujourd'hui en creusant un peu le sol témoignent également de cette origine géologique. Dès le xvie siècle, la Chronique du Langon d'Antoine Bernard évoque également les collines d'huîtres de Saint-Michel-en-l'Herm et d'autres à Montreuil13.

  • 14 Arcère (L.-E.), Histoire de La Rochelle, 1756, cité par Cavoleau (J.-A.), op. cit. n. 12, p. 89.

11L'inconsistance du sol rappelle le fond vaseux de l'ancien golfe, qui se manifeste notamment par des émanations gazeuses s'échappant du fond du Marais. Ce phénomène tout à fait naturel, issu du mélange entre gaz, végétation et vase accumulés depuis des siècles, est très tôt observé dans les lieux appelés « creux qui bouillent ». Un lieu-dit en garde le nom à l'Ile- d'Elle. Au milieu du xviiie siècle, le Père Arcère, dans son Histoire de la ville de La Rochelle et du pays d'Aulnis, affirme avoir vu un tel phénomène à l'ouest de Marans, « au point appelé le Pont-qui-bout, ce qu'on appelle vulgairement une bouillouse ». Voici la description qu'il en fait : « Là on voit de petites bulles d'air sortir de l'eau continuellement, et ces bulles sont formées d'un gaz hydrogène qui donne une flamme bleuâtre14 ».

  • 15 Masse (Cl.), op. cit. n. 11, p. 8.

12Parmi les autres traces laissées par la mer, les vestiges de navires retrouvés ici et là alimentent les récits de marins échoués sur les rivages du futur Marais poitevin. Au Gué-de-Velluire, des anneaux de fer étaient encore fichés à une date récente dans la paroi des falaises, servant autrefois - selon la tradition - à amarrer les navires. Au début du xviiie siècle, Claude Masse remarque au Poiré-sur-Velluire que c'est au passage de marins échoués et miraculeusement sauvés des flots, qu'est attribuée la fondation de l'ancienne église paroissiale Notre-Dame de Coussay. « L'on prétend que les mariniers firent bastir [cette église] dans le temps que la mer flottoit jusqu'au Poiré-sur- Velluire, où il y avoit grande dévotion », explique-t-il dans un de ses mémoires15. C'est aussi ce qui aurait justifié la fondation de la chapelle Saint-Pien à Maillé.

  • 16 Pérocheau (A.), La Petite huttière ou Vie de Marie-Adèle, 1860, p. 7-9.

13Avec les « creux qui bouillent » et les restes de navires, il n'est pas étonnant de voir se développer les légendes sur ce passé englouti. Les maraî- chins compensent leur incapacité à expliquer ces phénomènes par des récits fantastiques qui font de l'ancienne présence de la mer et de son retrait un véritable mythe. Le Marais poitevin est traversé par des histoires qui mettent en scène la fée Mélusine. Volant au-dessus des marais avec son tablier rempli de pierres pour aller édifier l'abbaye de Maillezais et le château de Vouvant, elle aurait fait tomber ces pierres qui auraient alors formé les îles du Marais. Le retrait de la mer, géologiquement très progressif, est beaucoup plus soudain selon la tradition orale : il se serait passé en une seule nuit, un dimanche de l'an 942, à la sortie des vêpres, selon certains, le 31 octobre 1463 selon les autres. En 1860, l'abbé Pérocheau, du Gué-de-Velluire, rapporte certains de ces récits qui évoquent « l'explosion d'un feu souterrain qui aura soulevé les terres pour les laisser ensuite s'affaisser sur elles-mêmes16 ».

Guerre et insécurité dans le Marais poitevin

14Ces éléments naturels ne sont pas le seul handicap pour un développement de l'activité humaine dans la région. L'autre raison de ce retard est l'insécurité qui règne dans le Marais poitevin. Les combats qui détruisent les ouvrages de dessèchements médiévaux et en empêchent la reconstruction montrent que le Marais est à la fois une arme et un piège pour les armées.

L'importance stratégique du Marais poitevin

15Par ses caractéristiques géographiques et par sa situation, le Marais poitevin attire les convoitises des stratèges dès le xvie siècle. Sa nature marécageuse fait en effet du marais un terrain d'opérations rêvé pour les armées qui cherchent à enliser l'ennemi ou bien à se mettre elles-mêmes à l'abri. Au cœur du triangle formé par La Rochelle, Fontenay-le-Comte et Niort, le Marais poitevin accueille Marans, carrefour commercial actif, et Maillezais, siège d'évêché. Là encore, le handicap devient un atout puisque les marais servent de défense naturelle aux armées et à leurs positions. La Pope- linière, témoin privilégié de cette époque, fait cette remarque à propos de Marans :

  • 17 La Popelinière (H.-L. V. de), La vraye et entière histoire des troubles et choses mémorables avenu (...)

« Ceste place n'est fermé ne pourveue de murailles, ne rempars [...]. Tout le contour et ceinture de Marans n'est que de mer, et grans marescs, lesquels tout l'hyver sont plains d'eau, et quand l'eau ne seroit tant grande, si chargez de vases et grosses boues, que l'homme, ne cheval n'en sauroyent bonnement sortir. Voilà l'occasion pour laquelle Marans semble imprenable s'il y a provisions17 ».

  • 18 Ibid.

16Inversement, en faisant disparaître cette protection naturelle, l'été rend Marans plus fragile, « pour ce que les marescs et avenues viennent tout à sec, par la chaleur qui enlève l'humidité des marescs en l'air18 ».

  • 19 Cité par Aillery (A.), op. cit. n. 9, p. 622.
  • 20 La Popelinière (H.-L. V. de), op. cit. n. 17, fol. 158.
  • 21 Brisson (P.), Histoire et vray discours des guerres civilles es pays de Poictou, Aulnis, autrement (...)
  • 22 La Rochelle, Médiathèque Michel-Crépeau, ms. 111. Recueil de brouillons de l'ingénieur Claude Mass (...)

17La chronologie des événements, entre les années 1560 et 1650, montre très bien l'acharnement des parties en conflit à vouloir contrôler le marais et l'ambivalence entre piège et arme. D'un côté, dans sa Chronique du Langon, Antoine Bernard explique qu'en octobre 1562, assiégeant Marans, les troupes catholiques se montrent très hésitantes dans un environnement où l'eau et la végétation multiplient les ombres19. De l'autre, à l'occasion du siège de Marans par les catholiques en octobre 1569, La Popelinière explique comment le chef des assiégeants réussit à les faire progresser en utilisant les ressources offertes par les marais : « Pour faire marcher ses gens à pied sec sur ces marescs, il avoit fait couper grande quantité de rouches [...] desquels il fist joncher et couvrir les boues des marescs20 ». Les eaux des marais servent aussi de refuge aux soldats vaincus, par exemple à Damvix où une troupe défaite par les catholiques à Niort, en 1574, s'enfuit par la Sèvre niortaise21. Ce sont encore les atouts du Marais que Henri de Navarre utilise pour prendre Marans en juin 158822, six mois avant la prise de Maillezais par Agrippa d'Aubigné. Celui-ci sait quant à lui profiter des avantages des marais depuis son fort du Dognon.

  • 23 « Lettre de Jean Besly », dans les Archives historiques du Poitou, tome ix, 1880, p. 16.

18Le rôle stratégique du Marais poitevin continue à retarder la relance des dessèchements pendant les guerres protestantes des années 1620. Les marais servent encore de refuge aux vaincus, par exemple à Benjamin de Rohan- Soubise, battu devant Fontenay et qui se replie par Coulon et La Ronde, en 162223. Puis vient la Fronde qui empêche la mise en œuvre des projets de dessèchements, pourtant déjà élaborés. Elle mobilise en effet le temps, l'argent et l'énergie de bon nombre de futurs dessiccateurs tels le duc de Roannez, gouverneur du Poitou, Maximilien Eschallard, gouverneur de Fontenay-le-Comte, et Élie Regnon de Chaligny, chef de guerre protestant. Seule la fin des troubles permettra de commencer véritablement les dessèchements modernes.

Les conséquences des guerres sur l'état et le paysage des marais

  • 24 Clouzot (É.), op. cit. n. 4, p. 70, n. 1.
  • 25 Morillon (Cl.), Hommes du xviie siècle au travail : la reconquête du Marais Poitevin, principaleme (...)

19Toute cette violence laisse des traces durables dans le paysage du Marais poitevin. La première conséquence concerne les anciens ouvrages de dessèchements médiévaux, réduits à l'état de ruines ou d'écours en mauvais état, malgré les efforts de reconstruction partielle dès François Ier. Le 28 janvier 1599, visitant les lieux, le sénéchal de Fontenay-le-Comte, Pierre Brisson déplore ces destructions, par exemple sur l'achenal du Bot-Neuf, réparé partiellement dans les années 1560 : « Toutes les reparations [...] avoyent esté ruinées tant par les gens de guerre qu'autrement par le general desordre qu'a- voit apporté la guerre24 ». Cette situation est telle que les observateurs finissent rapidement par oublier les travaux menés par les moines au Moyen Âge. L'imprécision des cartes en témoigne, preuve que les anciens canaux ne sont plus que de vagues souvenirs. Claude Masse lui-même fait tout au plus remonter les premiers dessèchements à l'époque de François Ier25.

  • 26 Paris, Bibliothèque nationale de France, Dép. Cartes et plans, Ge. DD. 2635 (48), 2635 (48), Carte (...)
  • 27 SHAT, J10 C 1293, fol. 17 : Masse (Cl.), Carte du 46e quarré de la generalle des costes du Bas Poi (...)
  • 28 Arcère (L.-E.), op. cit., tome I, p. 137.

20Les guerres laissent aussi les ruines des ouvrages militaires qui s'inscrivent pour plusieurs décennies, voire plusieurs siècles dans le paysage et la toponymie du Marais poitevin. Au début du xviie siècle, la Carte du Pais de Xaintonge, imprimée chez J. Leclerc, mentionne plusieurs forts autour de Marans. Certains sont reconvertis en grosses fermes comme l'Alouette, la Prouillère et la Bastille26. Le fort du Dognon, repaire d'Agrippa d'Aubigné, reste encore aujourd'hui dans les mémoires pour ce passé militaire, même si plus rien ne le rappelle sur les lieux. Ce réseau est également décrit par Claude Masse27 et, près de deux siècles après les faits, par le Père Arcère28.

Vivre malgré tout dans les marais : comment pallier l'isolement ?

21Ces difficultés naturelles et militaires contrastent pourtant avec l'existence d'une activité humaine bien réelle dès avant les dessèchements modernes. Les conditions de circulation dans le Marais poitevin sont une première illustration de la cohabitation entre handicaps et capacité de l'homme à s'adapter. Pour permettre les échanges, la population contourne ces obstacles en ménageant des passages à travers les marais.

La circulation par voie d'eau

  • 29 Poitiers, Archives départementales de la Vienne, E dépôt 22, liasse 46. Acensement d'une pièce de (...)
  • 30 Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 2759, fol. 234. Godefroy (L.), Relation d'un voya (...)

22L'omniprésence de l'eau fait tout naturellement de la barque et du bateau les modes de transport privilégiés sur la Sèvre Niortaise, ainsi que sur ses affluents et sur le labyrinthe de fossés. Par ailleurs, de nombreuses « routes d'eau » permettent aux habitants des terres hautes de circuler dans les marais, telles la route d'eau de Vix à Ecoué, citée par un acte notarié de 155029, ou celle de Fontaines à Maillé. En 1638, l'étudiant toulousain Léon Godefroy souligne le rôle central des bateaux et de la corporation des bateliers, tant pour les personnes que les biens. Il évoque la liaison fluviale entre Marans et Fontenay-le-Comte par la rivière Vendée, « une très grande commodité que les voyageurs rencontrent dans Marans ». Il rapporte que plusieurs dizaines de bateliers font la liaison entre les deux points, proposant leurs services aux voyageurs « pour un prix fort juste et raisonnable30 ».

  • 31 Tizon (H.), Petite histoire de l'Ile d'Elle, Fontenay-le-Comte, 1961, p. 106.

23Toutefois, ce moyen de circulation, même très bien adapté au milieu, n'échappe pas à certains inconvénients, dus tant à l'environnement qu'au contexte militaire. En raison des guerres, beaucoup de voies d'eau s'envasent faute d'entretien. D'autre part, les bateliers doivent affronter les tourbillons et les vagues soulevées par le vent pendant les inondations ainsi que la glace en hiver, et inversement l'insuffisance du niveau d'eau en été. Lors de leur assemblée du 26 décembre 1655, les habitants de l'Ile-d'Elle exposent les difficultés pour se rendre ainsi à Marans « tant à causes des glaces qui sont en la rivière où ils sont obligés d'aller et venir, que des sécheresses qui arrivent souvent en esté et autres incommodités31 ».

Les itinéraires terrestres dans le Marais poitevin

  • 32 Estienne (Ch.), Le Guide des chemins de France, en 1553, cité par Tizon (H.), op. cit. n. 31., p. (...)
  • 33 Paris, Bibliothèque nationale de France, Dép. Cartes et plans, Ge. D. 15329, Carte manuscrite du P (...)
  • 34 SHAT, archives du Génie, article 5, section vii, paragrape 5. Carte des marais desseichez entre Lu (...)
  • 35 « Actes de l'assemblée générale des églises réformées de France et souveraineté de Béarn (1620- 16 (...)

24Lorsque l'eau se retire, les chemins prennent le relais. Malgré les incertitudes sur la stabilité du sol, de nombreux itinéraires terrestres existent en effet à travers le marais depuis souvent très longtemps. Ce sont de grandes voies romaines puis médiévales (par exemple l'axe Fontenay-le-Comte- Marans, qui emprunte cependant, en grande partie, la rivière Vendée) ou bien des chemins plus modestes connus des seuls maraîchins. Ces axes sont notamment répertoriés par Charles Estienne dans son Guide des chemins de France, en 155332, par la Carte manuscrite du Poitou et d'Aunis, de 1628 environ33, et par la carte dressée en 1648 par le dessiccateur Pierre Siette34. Les principaux franchissements s'effectuent au passage du Brault (à l'embouchure de la Sèvre Niortaise) et au passage de la Pichonnière entre Maillé et La Ronde. Ce dernier, mentionné dés 1232 selon Clouzot, est qualifié en 1621 d'un « des principaux passages qui favorise la communication des provinces d'Anjou et de Poitou avec celles de Xaintonge et de La Rochelle35 ».

  • 36 Clouzot (É.), op. cit. n. 4, p. 283.

25Beaucoup d'autres itinéraires (que l'on peut qualifier de provisoires tant leur sort est soumis aux inondations) serpentent à travers le Marais. Ils ne sont utilisés que par les maraîchins pour leurs déplacements quotidiens et ne sont souvent révélés que par des confrontations de terrains. Clouzot en montre un certain nombre sur la carte qui synthétise les différentes informations contenues dans son étude (cf. fig. 2). Il représente par exemple un chemin reliant Fontaines à Doix puis, à travers les marais, Maillé, et un autre, en pointillés, allant directement de Fontaines à Maillé36. Les traces toponymiques de ces itinéraires secondaires, « perrés » ou gués pavés qui fourmillent dans les marais, sont nombreuses dans l'actuel Marais poitevin : Pétré, près de Luçon, le Poiré-sur-Velluire et Saint-Denis-du-Pairé en sont des exemples selon Clouzot.

L'exploitation des marais avant les dessèchements modernes

26S'appuyant sur ces axes de circulation, l'exploitation économique du Marais poitevin dès avant les dessèchements modernes est une autre illustration de l'antagonisme entre difficultés naturelles et militaires et l'existence des atouts que la nature procure aux maraîchins. Un système économique fonde ainsi déjà son succès sur l'équilibre entre contraintes naturelles et nécessités humaines.

Une contrée pauvre

  • 37 Desaivre (L.), « Tailles de 1631 (élection de Niort) », Mémoires de la Société historique et scien (...)

27Balayé par les inondations et constitué en grande partie de marécages presque inaccessibles, le Marais poitevin ne permet pas une vie aisée et une économie florissante. Le niveau et le cadre de vie des maraîchins sont modestes comme en atteste tout d'abord le faible intérêt fiscal que leur porte le pouvoir royal. C'est ce que démontre l'étude de Léo Desaivre sur la répartition des tailles dans l'élection de Niort pour l'année 1631 : les paroisses de marais sont parmi les moins imposées de l'élection37, alors que partout en France, la pression fiscale s'accroît pour financer les guerres de Richelieu, l'ancien titulaire de l'évêché « le plus crotté de France ».

  • 38 Niort, Archives départementales des Deux-Sèvres, G 692. Déclarations rendues au chapitre de Saint- (...)

28Même si les sources, notariales notamment, sont incomplètes et imprécises, la valeur et la nature des biens possédés par les maraîchins est un autre indice de leur niveau de vie et de leur modestie économique. Les successions et les contrats de mariage permettent de dégager trois catégories de population. La première demeure dans les bourgs des terres hautes et est constituée de marchands et de laboureurs. La seconde comprend les occupants de fermes plus ou moins importantes implantées dans les marais. La troisième concerne les bûcherons et pêcheurs éparpillés dans les marais encore mouillés. L'habitat, révélateur du niveau de vie, n'est bien connu que pour la première catégorie. Deux déclarations rendues en 1613 au chapitre de Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers pour des domaines à Saint- Hilaire-la-Palud et Arçais, font état de petites maisons couvertes de roseaux voire de tuiles, avec un grenier, situées sur les terres hautes mais juste au bord des marais et près d'une route d'eau. Jardins et vergers y sont généralement adjoints38.

Fig. 2 : Carte extraite de E. Clouzot, Les marais de la Sèvre niortaise et du Lay du xe à la fin du xvie siècle, Paris, Niort, 1904.

Fig. 2 : Carte extraite de E. Clouzot, Les marais de la Sèvre niortaise et du Lay du xe à la fin du xvie siècle, Paris, Niort, 1904.
  • 39 La Rochelle, Archives départementales de la Charente-Maritime, 3E 31/24. Actes de ventes de parcel (...)
  • 40 Ibid, 3E 31/24. Acte de vente d'une terre haute à l'Ile-d'Elle, par Thomas Barret à Jehan Beaume- (...)
  • 41 Id., 3E 31/24 Acte de vente d'un bois et d'une pêcherie dans les marais de Pellechien, à Marans, p (...)
  • 42 Id., 3E 31/32. Vente de l'écluseau de Pomère, à l'Ile-d'Elle, par Noël Basty à Estienne Bonnet, de (...)

29Quant à la valeur des terres, c'est-à-dire leur prix de vente, elle confirme les limites économiques de la région avant les dessèchements modernes : un journal de marais se vend à bas prix et sa mise en ferme rapporte peu. Cependant, cette valeur montre d'autre part qu'il est préférable de posséder un marais qu'une terre haute, le sol argileux étant déjà reconnu pour ses grandes qualités. Vers 1630, il faut ainsi entre 25 et 100 livres pour acquérir une parcelle de bois à Marans39, tandis qu'un journal de terre haute peut ne valoir que 12 livres40. Un marais s'apprécie plus encore lorsqu'une pêcherie lui est adjointe41 et la pêcherie à elle seule peut d'ailleurs valoir beaucoup plus qu'une pièce de marais42.

Propriété et structures foncières

  • 43 Id., 3E 31/22, fol. 25v°. Ferme du passage de l'Antolle par Pierre Geay de la Pénissière à Nicolas (...)

30Tout cela révèle déjà les atouts dont disposent les maraîchins et leur stratégie d'exploitation des marais. Parmi les structures qui encadrent ces activités, certaines sont traditionnelles comme le système seigneurial hérité de l'implantation féodale des comtes de Poitou et de l'extension des autorités ecclésiastiques. Ces seigneurs, notamment le comte de Marans, l'abbesse de Saintes et l'évêque de Maillezais, exercent leur pouvoir à travers le prélèvement des droits seigneuriaux habituels y compris le paiement des droits de péage sur les cours d'eau. Le comte de Marans s'enrichit ainsi grâce au passage de l'Antolle, au confluent de la Vendée et de la Sèvre niortaise. De tels prélèvements profitent aussi, par sous-fermes, à des notables locaux, 1613. par exemple Pierre Geay de la Pénissière, à Marans, dont l'ascension prépare ainsi le futur rôle dans les dessèchements43. Il en est de même pour le droit de pêche.

  • 44 Les mottes sont des parcelles de marais surélevées grâce à la terre des fossés qui l'entourent, et (...)
  • 45 Les terrées, formées sur le même mode que les mottes, sont plus longilignes et sont consacrées aux (...)

31La petite propriété paysanne est une autre base de l'exploitation des marais. Chaque paysan possède un nombre plus ou moins grand de champs et vignes sur les terres hautes, de marais, prés, mottes44 et terrées45 sur les terres basses où les parcelles ne sont à l'abri des eaux que quelques mois de l'année. Ces domaines sont de taille limitée, même pour un artisan ou un laboureur. C'est alors que les marais communaux jouent un rôle de compensation très important pour les paysans. Chaque communauté d'habitants en possède un, héritier de l'ancien droit de pacage octroyé par les seigneurs au Moyen Âge et devenu véritable propriété commune à la faveur des troubles. Ce bien géré par la communauté constitue un secours essentiel en cas d'insuffisance des terres et d'inondations, pour faire paître les troupeaux et couper l'herbe et le bois.

  • 46 La Rochelle, Archives départementales de la Charente-Maritime, E 639. Partage des biens de Pierre (...)

32Au sommet de l'échelle sociale, les notables locaux, enrichis par le négoce, les offices et la plus-value des fermes et sous-fermes des biens seigneuriaux, accumulent les métairies des terres hautes et celles, aussi appelées « vacheries », des terres basses. Celles-ci sont installées dans les marais mêmes, sur des atterrissements qui, légèrement plus élevés que le reste des terres, s'assèchent plus rapidement lorsque l'eau se retire. Le domaine est entouré d'un fossé qui l'isole du reste des marais ; la terre ainsi excavée sert à édifier une petite digue, longée par un fossé intérieur qui reçoit les eaux de la surface cultivée : les vacheries portent en germe les futurs dessèchements. Le partage des biens de Pierre Geay, en 1645, mentionne ainsi plusieurs vacheries autour de Marans46. Beaucoup sont pérennisées en cabanes par les dessèchements et leurs toponymes restent aujourd'hui.

Les secteurs d'activité avant les dessèchements

  • 47 Clouzot (É.), op. cit. n. 4, p. 106.

33Grâce à ces structures, les maraîchins peuvent exploiter les éléments que leur offre la nature. Plusieurs secteurs d'activité se développent ainsi malgré les guerres et les inondations. Clouzot explique que la survie des maraîchins tient à ces relations étroites qu' ils savent entretenir avec leur milieu :« Ce marais mouillé n'était pourtant point improductif : l'industrie de ses habitants savait tirer parti de tout ce que la nature mettait à leur portée47 ». En tête de l'activité agricole des marais avant les dessèchements, l'élevage et la céréaliculture sont pourtant limités par le maigre potentiel des terres hautes. C'est en cela que les marais communaux et les vacheries remplissent un rôle crucial pour l'économie maraîchine avant les dessèchements. Les secondes complètent avantageusement les premiers et le système du droit de pacage. Elles servent de relais à des troupeaux de taille respectable qui, nourris dans les granges en hiver grâce à l'herbe fauchée sur les « prés marais » à la belle saison, paissent en liberté dans les marais en été. Par ailleurs, certaines parcelles suffisamment surélevées sont labourables une partie de l'année. Enfin les vacheries offrent à leurs exploitants des bois à couper et des pêcheries à faire fructifier.

  • 48 Voir par exemple La Rochelle, Archives départementales de la Charente-Maritime, 3E 31/22. Ferme de (...)
  • 49 Ibid., 3E 31/31. Ferme de la métairie de Soulice par Marie Franchard, veuve de Pierre Geay de la P (...)

34Le mode d'exploitation des vacheries est encore archaïque car cette activité est précaire, soumise aux aléas des inondations. Le métayage est donc la règle, avec des baux de courte durée et un paiement en nature48. Les fermiers sont encore trop modestes pour pouvoir payer un bail en argent sur une longue durée. Cependant, les vacheries portent en elles des éléments de modernité que reprendront les dessiccateurs. Les baux comprennent en effet des clauses d'entretien très proches de celles des futures cabanes desséchées, car elles démontrent le souci des propriétaires d'un bon écoulement des eaux. Le preneur de la Brie, à Marans, engagé en 1655, a la charge d'entretenir les fossés ; dans le cas de la métairie de Soulice, à l'Ile-d'Elle, affermée en 1658 par la veuve Geay, le preneur devra hausser à ses frais le sol de la grange en cas d'inondation49. Les exploitants du Marais avant les dessèchements misent donc beaucoup sur les vacheries pour développer l'activité agricole.

  • 50 Id., 3E 31/33, fol. 45. Vente d'une coupe de bois par Pierre Franchard à Jacques Busseau et Jean M (...)

35L'utilisation maximum des ressources naturelles se retrouve dans l'exploitation de la végétation qui pousse facilement dans la région. Les roseaux servent à nourrir les bestiaux, à couvrir les toits et à alimenter les cheminées. L'osier, récolté dans des parcelles réservées, les « oysilières », est la base de la vannerie. Le chanvre et le lin sont réputés dans le Marais poitevin depuis des siècles, aux portes des foires drapières de Fontenay-le-Comte. Le bois fait plus encore la richesse de la région. La population y trouve une importante source de revenu, plantant, coupant, vendant, s'échangeant aulnes, vergnes, saules et surtout têtes (ou « cosses ») de frênes. Certains se spécialisent dans cette activité. Des bûcherons se font employer par les propriétaires de terrées qui ont besoin de main-d'œuvre pour les entretenir. D'autres leur achètent non pas les terrées mais le bois qui y pousse et qu'ils peuvent ainsi couper pour le vendre. Le 2 octobre 1660, deux bûcherons de Marans achètent ainsi à Pierre Franchard « la couppe et tonsure » de dix parcelles de bois de frêne et aubier de l'âge de cinq ans. Ils couperont le bois qu'ils ont acheté et arracheront les souches. Franchard se réserve deux tiers des souches d'aubiers50.

  • 51 Lachiver (M.), Dictionnaire du monde rural. Les mots du passé, Paris, Fayard, 1997, p. 258 et 662.
  • 52 Voir par exemple Poitiers, Archives départementales de la Vienne, E dépôt 22, liasse 46. Acense- m (...)
  • 53 Clouzot (É.), op. cit. n. 4, p. 137.

36La pêche et la chasse font aussi partie de l'exploitation traditionnelle du marais par les habitants avant les dessèchements. Ces activités, immuables depuis des siècles, font appel à des techniques et engins encore employés aujourd'hui : « bourolles » ou « bourgnes », pêche « à la vermaie », « vervoux » ou « encroux » et « tramail » font déjà partie du vocabulaire commun mentionné dans les baux de pêcheries. Ces dernières sont d'ailleurs très nombreuses sur les rivières et fossés. Structures permanentes, elles prennent la forme de « bouchauds » ou « écluses », et d'« écluseaux » : les premiers sont des barrages en terre sur une rivière ou un large cours d'eau, interrompus au milieu pour placer des engins de pêche ; les seconds sont des barrages similaires placés cette fois sur un fossé de dérivation, et par extension à la fois l'écluse et le fossé51. Les actes notariés les mentionnent fréquemment dans les confrontations. Chaque écluse ou écluseau porte souvent le nom de la personne ou de la famille qui la possède52. Quant aux techniques de chasse, elles sont notamment utilisées par les « pêcheurs d'oiseaux » : ces chasseurs posent des filets sur le sol dégagé par les eaux ; lorsque l'eau monte, les oiseaux viennent se poser à sa surface et se prennent alors dans les mailles53.

  • 54 Paris, Bibliothèque nationale de France, Mélanges Colbert, ms. 101, fol. 76. Mémoire sur le dessèc (...)

37Toutes ces productions sont alors l'objet de nombreux échanges. Par sa position intermédiaire entre Poitou, Aunis, Saintonge et Limousin et par sa forme allongée d'Est en Ouest, il est en effet traversé depuis longtemps par des courants commerciaux importants. Il représente notamment une zone de passage entre le Poitou céréalier et la Saintonge viticole, et plus loin, grâce aux routes intérieures et au port de La Rochelle, entre le Val de Loire et le bassin parisien d'une part, le Sud de la France, toute l'Europe et les colonies d'autre part. Un mémoire adressé vers 1656 à Colbert, témoigne de ce rôle : « C'est par ce seul moyen que cette province s'est toujours conservée et qu'elle est une des meilleures du royaume54 ». Le Marais poitevin profite surtout de sa situation intermédiaire entre les pôles commerciaux de Fontenay-le-Comte, Niort et La Rochelle. La Sèvre niortaise et ses affluents les relient et drainent les courants d'exportation de blé, de cuirs et de vin du Poitou, et d'importation d'étain de Bretagne et de laine d'Espagne. La Sèvre Niortaise est enfin un des seuls moyens pour le port de La Rochelle de commercer avec l'intérieur du pays.

38Dans ce système, une place centrale revient à Marans qui s'appuie par ailleurs sur le réseau des petits ports disséminés dans les marais. Près de l'embouchure de la Sèvre Niortaise et de son confluent avec la Vendée, sur l'une des routes terrestres entre Nantes et La Rochelle, Marans apparaît comme la plaque tournante de ces échanges. En 1573, La Popelinière évoque cette prospérité :

  • 55 La Popelinière (H.-L. V. de), op. cit. n. 17, fol. 318-318v.

« Marans est un bourg [...] par le milieu duquel passe un courant d'eau de mer, à cause de quoy on l'appelle port de Marans, qui apporte une fort grande commodité par tout le Poitou, duquel les habitans chargent toutes sortes de fruicts et autres marchandises, pour de là les transporter en tous cartiers du monde55 ».

39Marans est en effet le point de départ des navires qui gagnent le port de La Rochelle et les îles de Ré et d'Oléron pour y décharger les blés venus du Poitou et ensuite exportés vers la Gascogne, l'Espagne et les colonies. Inversement, ces navires déchargent les marchandises importées par La Rochelle sur des bateaux plus petits qui les emportent alors sur la Sèvre Niortaise et la Vendée vers Niort et Fontenay-le-Comte.

  • 56 La Rochelle, Archives départementales de la Charente-Maritime, 3E 31/29, fol. 49. Vente de bois pa (...)

40Cette situation profite de plusieurs façons au Marais poitevin et contribue à préparer son avenir florissant. Elle procure aux maraîchins de nombreux emplois de bateliers pour transporter les biens entre Niort, Marans et les ports du Marais. Elle permet aux diverses productions du lieu de sortir du seul commerce local : l'osier notamment, utilisé par les maraîchins pour leur vannerie, est recherché par les vignerons de Poitou, d'Aunis et de Saintonge pour lier les sarments. Surtout, le bois du Marais fait les beaux jours du marché de Marans : le 17 novembre 1652 par exemple, cinq mille pieds de frênes et mille pieds d'aubier sont vendus pour 1410 livres par trois bûcherons à un marchand de Marans56. Enfin, le Marais poitevin retire un bénéfice plus indirect mais tout aussi crucial pour son avenir proche : les investisseurs poitevins, rochelais mais aussi étrangers, hollandais par exemple, qui prennent part à ce commerce entre La Rochelle, Fontenay- le-Comte et Niort, découvrent sur leur route ces marais et leurs vacheries que l'on dit déjà capables de forts rendements. Ils comprennent que les réels atouts de la région ne demandent qu'à se développer à la faveur d'aménagements encore plus féconds.

  • 57 Clouzot (É.), op. cit. n.4, p. 111.

41L'élevage dans les vacheries des terres basses, la coupe du bois et de la végétation, la pratique de la pêche et de la chasse, la mise à profit du rôle commercial de la région, démontrent que malgré les difficultés naturelles ou militaires du moment, le Marais poitevin d'avant les dessèchements offre à ses habitants de grandes possibilités. Cette exploitation même limitée des marais, fondée sur la mise à profit des atouts de la nature et le contourne- ment de ses inconvénients, prépare l'extraordinaire prospérité des futurs marais desséchés : « Tout faisait prévoir la prospérité qui attendait le pays lorsque le travail des hommes s'y serait porté », souligne Clouzot à juste titre57. La condition sine qua non à remplir par les futurs dessiccateurs - comme avaient su le faire depuis des siècles leurs prédécesseurs et comme doivent le faire leurs successeurs -, est de respecter l'équilibre savant entre les nécessaires activités humaines et les contraintes inévitables car intrinsèquement liées au type même de milieu naturel. C'est en contournant ces difficultés mais sans les forcer que l'homme atteint un haut niveau d'harmonie entre son environnement et lui. Les maraîchins du début du xviie siècle l'ont bien compris : le Marais poitevin est alors prêt à recevoir la marque des dessèchements modernes.

Notes

1 Paris, Bibliothèque nationale de France, Dép. Cartes et plans, Ge. DD. 837 (pl. 21) : Rogier (P.), Pictovum vivinarumque fidissa descriptio, 1579.

2 Poitiers, Archives départementales de la Vienne, C 47 : Mémoire pour les babitans de la paroisse de Vix près Fontenay, contre Me Jean Gerbault..., par Merland, avocat, A Poitiers, de l'imprimerie de J.-B. Braud, 1744, p. 4.

3 Collection de documents inédits sur l'histoire de France. Recueil des lettres missives de Henri IV, tome II : 1585-1589, Paris, 1843, p. 224-225.

4 Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 2759, fol. 234 : Godefroy (L.), Relation d'un voyage faict depuis la ville de Thoulouze, inclusivement, jusques à Amboise, cité par Clouzot (É.), Les marais de la Sèvre niortaise et du Lay du xe siècle à la fin du xvie siècle, Paris, Niort, 1904, p. 172-174.

5 La Rochelle, Archives départementales de la Charente-Maritime, 1J 159-8. Déclaration au comte de Marans des biens possédés par l'abbaye Saint-Léonard-des-Chaumes, 24 novembre 1524.

6 Clouzot (É.), op. cit. n. 4, p. 283. Voir également les cartes de l'article de J.-L. Sarrazin dans le présent volume.

7 Clouzot (É.), op. cit. n. 4, p. 107.

8 La Rochelle, Archives départementales de la Charente-Maritime, 3E 31/29, fol. 36. Vente de bois par René Denis à Jehan Beaumenoir et François Courtin, devant Layné, notaire à Marans, 5 novembre 1652.

9 Aillery (A.), Chroniques paroissiales, 1918, tome X, p. 629-630.

10 Poitiers, Archives départementales, E dépôt 22, liasse 46. Acensement d'un marais par Pierre de Sansiquet, seigneur d'Ecoué à Denis Le Tard, devant Malard, notaire, 20 janvier 1552.

11 Fontenay-le-Comte, Bibliothèque municipale. Masse (Claude), Mémoire sur la carte du 46e quarez de la généralle des costes du Bas-Poitou, pais d'Aunix, Saintonge et partie de la Basse-Guienne, 1719, p. 11.

12 Cavoleau (J.-A.), Statistique ou description générale du département de la Vendée, Fontenay-le-Comte, Paris, 1844, p. 40.

13 Cité par Aillery (A.), op. cit. n. 9, p. 584.

14 Arcère (L.-E.), Histoire de La Rochelle, 1756, cité par Cavoleau (J.-A.), op. cit. n. 12, p. 89.

15 Masse (Cl.), op. cit. n. 11, p. 8.

16 Pérocheau (A.), La Petite huttière ou Vie de Marie-Adèle, 1860, p. 7-9.

17 La Popelinière (H.-L. V. de), La vraye et entière histoire des troubles et choses mémorables avenues tant en France qu'en Flandres et pays circonvoisins, depuis l'an 1562, La Rochelle, 1573, fol. 318v.

18 Ibid.

19 Cité par Aillery (A.), op. cit. n. 9, p. 622.

20 La Popelinière (H.-L. V. de), op. cit. n. 17, fol. 158.

21 Brisson (P.), Histoire et vray discours des guerres civilles es pays de Poictou, Aulnis, autrement dit Roche- lois, Xainctonge, et Angoumois depuis l'année 1574, jusques à l'édict de pacification de l'année 1576, Paris, 1578, fol. Elv.

22 La Rochelle, Médiathèque Michel-Crépeau, ms. 111. Recueil de brouillons de l'ingénieur Claude Masse, Discours sur la reprise de Marans par le roi de Navarre en 1588, fol. 8.

23 « Lettre de Jean Besly », dans les Archives historiques du Poitou, tome ix, 1880, p. 16.

24 Clouzot (É.), op. cit. n. 4, p. 70, n. 1.

25 Morillon (Cl.), Hommes du xviie siècle au travail : la reconquête du Marais Poitevin, principalement dans la région de Vix, Maillé, Maillezais. Étude d'une société de dessèchement, Mém. Maîtr. dactyl., univ. Poitiers, 1970, p. 8.

26 Paris, Bibliothèque nationale de France, Dép. Cartes et plans, Ge. DD. 2635 (48), 2635 (48), Carte du Pais de Xaintonge, chezj. Leclerc, [début du xviie siècle].

27 SHAT, J10 C 1293, fol. 17 : Masse (Cl.), Carte du 46e quarré de la generalle des costes du Bas Poitou, pais d'Aunis, Saintonge et partie de la Basse Guienne, 1720.

28 Arcère (L.-E.), op. cit., tome I, p. 137.

29 Poitiers, Archives départementales de la Vienne, E dépôt 22, liasse 46. Acensement d'une pièce de marais à Vix, par Pierre de Sansiquet, seigneur d'Ecoué, à Alexandre Robereau, devant Malard, notaire, 29 décembre 1550.

30 Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 2759, fol. 234. Godefroy (L.), Relation d'un voyage faict depuis la ville de Thoulouze, cité par Clouzot (É.), op. cit. n. 4, p. 172-174.

31 Tizon (H.), Petite histoire de l'Ile d'Elle, Fontenay-le-Comte, 1961, p. 106.

32 Estienne (Ch.), Le Guide des chemins de France, en 1553, cité par Tizon (H.), op. cit. n. 31., p. 37, et par Clouzot (É.), op. cit. n. 4, p. 176.

33 Paris, Bibliothèque nationale de France, Dép. Cartes et plans, Ge. D. 15329, Carte manuscrite du Poitou et d'Aunis, environ 1628.

34 SHAT, archives du Génie, article 5, section vii, paragrape 5. Carte des marais desseichez entre Lusson et Marans sur la coste de Poitou, copiée sur l'original fait en 1648 par le sieur Siette.

35 « Actes de l'assemblée générale des églises réformées de France et souveraineté de Béarn (1620- 1622) », dans Archives historiques du Poitou, tome V, 1876, p. XLII1.

36 Clouzot (É.), op. cit. n. 4, p. 283.

37 Desaivre (L.), « Tailles de 1631 (élection de Niort) », Mémoires de la Société historique et scientifique des Deux-Sèvres, 1906, p. 93-117.

38 Niort, Archives départementales des Deux-Sèvres, G 692. Déclarations rendues au chapitre de Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers à cause de la châtellenie de Saint-Cyr d'Arçais, pour des domaines sis à Saint-Hilaire-la-Palud, Montfaucon, Arçais, la Rivière, etc., 1551-1613 ; G 693. Déclarations rendues au chapitre de Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers à cause de la châtellenie de Saint- Cyr d'Arçais, pour des domaines sis à Saint-Hilaire-la-Palud, Montfaucon, Arçais, la Rivière, etc.,

39 La Rochelle, Archives départementales de la Charente-Maritime, 3E 31/24. Actes de ventes de parcelles de bois à Marans, devant Bourdin, notaire à Marans, 4 avril, 13 septembre, 30 décembre 1634 et 2 avril 1635.

40 Ibid, 3E 31/24. Acte de vente d'une terre haute à l'Ile-d'Elle, par Thomas Barret à Jehan Beaume- noir, devant Bourdin, notaire à Marans, 17 août 1634.

41 Id., 3E 31/24 Acte de vente d'un bois et d'une pêcherie dans les marais de Pellechien, à Marans, par Pierre Babin à François Bonnet, devant Bourdin, notaire à Marans, 30 mars 1634.

42 Id., 3E 31/32. Vente de l'écluseau de Pomère, à l'Ile-d'Elle, par Noël Basty à Estienne Bonnet, devant Layné, notaire à Marans, 24 décembre 1658.

43 Id., 3E 31/22, fol. 25v°. Ferme du passage de l'Antolle par Pierre Geay de la Pénissière à Nicolas Texier, René Brunet et Pierre Simon, devant Bourdin, notaire à Marans, 22 février 1624.

44 Les mottes sont des parcelles de marais surélevées grâce à la terre des fossés qui l'entourent, et plantées en arbres fruitiers ou exploitées en jardinage.

45 Les terrées, formées sur le même mode que les mottes, sont plus longilignes et sont consacrées aux plantations de bois.

46 La Rochelle, Archives départementales de la Charente-Maritime, E 639. Partage des biens de Pierre Geay de la Pénissière, 15 mars 1655, devant Favreau, notaire à Marans.

47 Clouzot (É.), op. cit. n. 4, p. 106.

48 Voir par exemple La Rochelle, Archives départementales de la Charente-Maritime, 3E 31/22. Ferme de la métairie du Clouc par Pierre Geay de la Pénissière à Durand, devant Bourdin, notaire à Marans, [...] novembre 1623.

49 Ibid., 3E 31/31. Ferme de la métairie de Soulice par Marie Franchard, veuve de Pierre Geay de la Pénissière, à Simon Cornardeau, devant Layné fils, notaire à Marans, [...] 1658.

50 Id., 3E 31/33, fol. 45. Vente d'une coupe de bois par Pierre Franchard à Jacques Busseau et Jean Moyné, devant Layné, notaire à Marans, 2 octobre 1660.

51 Lachiver (M.), Dictionnaire du monde rural. Les mots du passé, Paris, Fayard, 1997, p. 258 et 662.

52 Voir par exemple Poitiers, Archives départementales de la Vienne, E dépôt 22, liasse 46. Acense- ment d'un marais à Vix par Pierre de Sansiquet, seigneur d'Ecoué à Alexandre Robereau, devant Malard, notaire, 29 décembre 1550.

53 Clouzot (É.), op. cit. n. 4, p. 137.

54 Paris, Bibliothèque nationale de France, Mélanges Colbert, ms. 101, fol. 76. Mémoire sur le dessèchement des marais voisins de Niort, s. d.

55 La Popelinière (H.-L. V. de), op. cit. n. 17, fol. 318-318v.

56 La Rochelle, Archives départementales de la Charente-Maritime, 3E 31/29, fol. 49. Vente de bois par Jean Gautreau, Noël Pannetier et François Thibaud à Gilles Giraud, devant Layné, notaire à Marans, 17 novembre 1652.

57 Clouzot (É.), op. cit. n.4, p. 111.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Paris, Bibliothèque nationale de France, Ge. DD. 837 (pl. 21) : Pierre Rogier, Pictovum vivinarumque fidissa descriptio, s.l., 1579.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18547/img-1.png
Fichier image/png, 913k
Titre Fig. 2 : Carte extraite de E. Clouzot, Les marais de la Sèvre niortaise et du Lay du xe à la fin du xvie siècle, Paris, Niort, 1904.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18547/img-2.png
Fichier image/png, 3,5M

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540