Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'abbaye de Maillezais

 | 
Mathias Tranchant
, 
Cécile Treffort

3e partie. Maillezais, enjeu de pouvoirs

Maillezais et la mise en valeur des marais au Moyen Âge

Jean-Luc Sarrazin

Texte intégral

  • 1 Ces archives ont été récemment explorées par Y. Suire dans sa thèse de l'École des Chartes, L'Homm (...)
  • 2 Présentation quasi exhaustive des sources relatives au Marais Poitevin durant le Moyen Âge par Clo (...)
  • 3 Delhommeau (L.), Notes et documents pour servir à l'histoire de l'abbaye Saint-Pierre de Maillezai (...)
  • 4 Ibid., p. II
  • 5 Ces procès-verbaux sont mentionnés par d'autres sources. Une note de Jonas Bouhier, sénéchal du La (...)
  • 6 Delhommeau (L.), « Le sort des archives des diocèses de Luçon et de Maillezais pendant les guerres (...)
  • 7 Favreau (R.), La Ville de Poitiers à la fin du Moyen Age. Une capitale régionale, Poitiers, 1978 ( (...)
  • 8 Copies effectuées par Jean Besly (Paris, Bibliothèque nationale de France, coll. Dupuy, vol. 804), (...)
  • 9 Suire (Y.), op. cit. n. 1, p. 243.

1Pour inévitable qu'apparaisse le thème dans le cadre d'un ouvrage qui évoque dans son titre « Les moines du marais », traiter de la mise en valeur des marais par Maillezais au Moyen Âge s'apparente à une redoutable gageure. La difficulté de l'entreprise est multiple. Elle ressortit d'abord à l'insigne faiblesse du bagage documentaire disponible. Au regard des archives conservées par les sociétés de marais à partir du xviie siècle1, les quelques actes relatifs à l'action de l'abbé et du couvent puis de l'évêque et du chapitre jusqu'au xvie siècle font figure de misérables épaves2. Un sort adverse a, en effet, pesé sur la conservation des archives de l'abbaye et de l'évêché et plus largement sur celle des établissements religieux et des seigneuries laïques de la région. Directement, deux incendies nous privent de documents du plus haut intérêt dans une juste appréciation du rôle de Maillezais dans la genèse et la mise en valeur du Marais Poitevin. Le plus irréparable pour notre propos a consumé, dans la nuit du 1er au 2 juin 1772, l'important chartrier de l'abbaye et de l'évêché, dans la maison du séminaire de La Rochelle où il était temporairement déposé3. Certes, et fort heureusement, Dom Fonteneau et les pères oratoriens Arcère et Jaillot avaient, peu avant, effectué abondance de copies4 et l'on peut être sûr que ces grands érudits ont repéré les chartes les plus importantes. Mais il n'est pas douteux que de nombreux actes de la pratique relatifs à l'exploitation des marais ont disparu dans le sinistre. Trente-cinq ans auparavant, l'incendie de la Chambre des Comptes à Paris dans la nuit du 26 au 27 octobre 1737 a détruit non seulement de considérables sources rochelaises et fontenaisiennes mais aussi des procès-verbaux d'ouverture ou de visite des achenaux5. D'autres destructions touchant en particulier les fonds des vieilles églises bénédictines de Saint-Michel-en-l'Herm et Luçon, ceux des maisons cisterciennes6 ou encore de la seigneurie de Marans, le sinistre en 1805 du bâtiment de la Charité à Niort où étaient conservées les archives départementales des Deux-Sèvres7 ont considérablement amenuisé la couverture documentaire d'ensemble. Ne subsistent plus aujourd'hui, en originaux mais le plus souvent en copies8, que quelques chartes portant autorisation d'ouvrir un canal ou donation d'un marais. Au total, des marais que possédait Maillezais au xviie siècle à Maillezais même, Saint-Pierre-le-Vieux, Maillé, le Petit Maillezais (Chaillé, Puyravault, Sainte-Radegonde, Champagné), Taugon et La Ronde9, les documents du Moyen Âge ne font référence, et fort modestement, qu'aux trois derniers.

2Les sources disponibles sont non seulement peu nombreuses mais elles n'éclairent guère et parcimonieusement que le niveau seigneurial, celui de la répartition des droits et des pouvoirs. Elles laissent dans la pénombre la plus épaisse les rapports de Maillezais et de la paysannerie, les modalités pratiques de creusement et d'entretien des achenaux et les modes de faire-valoir des terres gagnées sur l'eau. En outre, faute de la moindre donnée chiffrée, la question des investissements et de leur répartition entre la mise en valeur des marais et la construction de l'abbatiale ou des bâtiments conventuels reste hors d'atteinte, même si des concordances chronologiques peuvent être observées.

  • 10 Sur l'avant 1599, Sarrazin (J.-L.), « Les fondements sociaux de la création du Marais Poitevin au (...)

3La difficulté de l'étude tient également au type d'approche que l'on peut mettre en œuvre. Dans l'histoire du Marais Poitevin, il y a, on le sait, un avant 1599 et un après 1599. De part et d'autre de l'édit d'Henri IV délivré à Humfroy Bradley, les modalités sociales et institutionnelles de l'œuvre de conquête sont fort différentes10. Cependant, même s'il doit parcourir des brisées qui ne sont pas les siennes, le médiéviste peut avoir intérêt à extraire d'utiles informations des baillettes passées entre les établissements religieux et les entrepreneurs du xviie siècle, tels François Brisson ou Pierre Siette et leurs associés. Une telle démarche impose, malgré tout, une grande prudence tant la situation peut avoir changé entre le xiiie siècle et le temps de Louis XIII et de Louis XIV.

  • 11 Le lecteur voudra bien se reporter au travail de Rodon (C.), Le temporel de l'abbaye de Maillezais (...)

4Il faut donc se résoudre, ces réserves faites, ces limites posées, à n'entrevoir que les grands traits de la place et du rôle de Maillezais dans la maîtrise des eaux et la bonification des sols hydromorphes. Les cartes de son temporel aux xie et xiie siècles11 parlent d'elles-mêmes : l'horizon premier de l'abbaye n'est pas la vaste étendue palustre en bordure de laquelle elle est édifiée. Tardive, sa participation effective à l'ouverture des achenaux n'est pas antérieure au xiiie siècle, période des grands chantiers. Elle coïncide avec l'acquisition de vastes marais dans les secteurs de Chaillé et de Marans. Passé les années 1270, l'abbaye ne joue plus un rôle majeur dans l'œuvre de conquête. Elle n'en demeure pas moins une autorité que l'on consulte pour le creusement et l'entretien des canaux.

Une implication tardive dans la mise en place des réseaux hydrauliques

  • 12 Poitiers, Médiathèque, coll. Dom Fonteneau, vol. XXV, P 79.
  • 13 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 11, P. J. n° 1.
  • 14 Ibid., P. J. n° 2, acte de (vers 997-avant 1010). Voir aussi, dans le présent volume, l'article de (...)

5L'implication de Maillezais dans la mise en place des réseaux hydrauliques constitutifs du premier Marais Poitevin peut être datée des années 1200. Auparavant, l'abbaye s'est peu intéressée aux marais. Un simple examen de la bulle-privilège donnée à Rome le 13 mai 1197 par le pape Célestin III12 procure à ce sujet une vue d'ensemble édifiante. Sur la soixantaine d'éléments composant le temporel énumérés dans le privilège pontifical sur la base de la liste fournie par l'abbé, aucun ne concerne directement les marais. Il s'agit pour l'essentiel d'églises en majorité situées à l'est de l'abbaye, particulièrement en pays de plaine. Quant aux domaines et aux fiefs cités, tous sont localisés sur la terre ferme. Que quelque étendue palustre ait pu être détenue par telle ou telle église, c'est vraisemblable, mais c'était là des biens-fonds marginaux. Les eaux que possédait Maillezais étaient des parties de rivières, la Sèvre et l'Autize. Cette mainmise sur les cours d'eau proches remontait aux origines de l'abbaye. Un diplôme de Guillaume le Grand, duc d'Aquitaine et comte de Poitou, en date de juillet 1003, portait ainsi cession de la Sèvre depuis le lieu appelé Confluentium jusqu'à l'écluse Videlea, avec toutes les écluses implantées entre les deux lieux et détenues par des colliberts13. Un autre acte du même Guillaume rapportait le don du cours et des moulins de la Sèvre de l'écluse d'Aureus Beccus à celle d'Eve-Clée14. L'objectif était de contrôler le trafic fluvial et d'en tirer quelques profits. Mais une chose était de posséder rivières, écluses et moulins ; une autre de se lancer dans la mise en valeur de zones amphibies par des travaux de drainage.

  • 15 Sarrazin (J.-L.), « Les Cisterciens et la genèse du Marais Poitevin (France) (vers 1180-vers 1250) (...)
  • 16 Cartulaire de l'abbaye de la Grâce-Notre-Dame ou de Charon en Aunis publié par L. de Richemond, Sa (...)
  • 17 Arcère, op. cit. n. 8, t. II, p. 631.
  • 18 Paris, Bibliothèque nationale de France, coll. Dupuy, vol. 804, P 26 et 27.
  • 19 Clouzot (É.), op. cit. n. 2, P. J. VI.

6En s'engageant, aux premières décennies du xiiie siècle, dans des opérations d'ouverture de canaux et d'acquisition de marais, Maillezais a suivi un mouvement de conquête qu'elle n'a lancé ni de loin ni de près. Autant que les sources permettent de l'établir, l'impulsion est venue des maisons cisterciennes. À partir des années 1180, l'activisme cistercien en matière de dessèchement a non seulement servi d'exemple, d'incitation ; il a aussi bouleversé l'équilibre hydraulique de l'espace de défluviation qu'était le futur Marais Poitevin15. Quatre établissements ont joué en l'espèce un rôle décisif ; au sud de la Sèvre, la Grâce-Dieu, fondée par Clairvaux en 1135, Notre-Dame de Charron, fille de la précédente, implantée au cœur du marais un peu avant 1190 et Saint-Léonard-des-Chaumes, fille de Breuil-sous-Pontigny, une abbaye limousine et affiliée à l'ordre en 1168 ; au nord du fleuve, Moreilles, entrée dans la filiation de Clairvaux en 1152. Les cisterciens ont mis sur pied les premières structures de collaboration, indispensables pour entreprendre des opérations d'assèchement à grande échelle. Ils introduisaient ainsi un modèle d'organisation largement imité par la suite. La première de ces associations dont les documents ont conservé la trace réunit, peu avant 1192, la Grâce-Dieu, sa fille Charron et Saint-Léonard-des-Chaumes dans l'entreprise d'assèchement du marais des Alouettes concédé par le seigneur de Marans, Geoffroy Ostorius16. Peu après, Saint-Léonard-des-Chaumes collabore avec les templiers de Bernay pour drainer le marais de la Brune17. Les moines blancs ont également conçu les premiers plans cohérents d'assèchement à l'échelle d'un bassin. Leur objectif était, semble-t-il, de se constituer des domaines assainis, protégés des crues et épongés par des écours. Remarquable est l'œuvre de Moreilles qui, sous l'abbatiat d'Ostensius, au tournant du xiie et du xiiie siècle, ouvre trois achenaux majeurs, Bot-Neuf contrôlé par une grange du même nom, la Grénetière et le canal connu plus tard sous le nom de Bot de Vendée18. La technique mise en œuvre était celle du clos asséché, parfaitement décrite dans la sentence arbitrale des définiteurs de l'ordre de Citeaux apaisant, peu avant 1217, les différends qui s'étaient élevés entre la Grâce-Dieu, Charron, Saint-Léonard-des-Chaumes et ses associés19. L'étendue marécageuse à transformer en « desséché » était cernée par un canal périphérique, la clausura, qui donnait dans un achenal, lequel évacuait l'eau vers la Sèvre ou directement vers la mer. La terre déblayée servait, vers l'intérieur, à construire une levée, botum. Ce bot était lui-même longé par un canal, le contrebot, vers lequel de plus petits fossés déversaient l'eau en surplus. Des portes implantées dans le bot permettaient d'écouler le trop-plein vers la clausura ou vers un écours quelconque.

  • 20 « De toto marisco de Challe, quod Aimerico de Ressia dederam et concesseram, scilicet ab exclusa M (...)
  • 21 Cf. note précédente et Clouzot (É.), op. cit. n. 2, P. J. 1 et II.
  • 22 Clouzot (E.), op. cit. n. 2, P. J. III.

7Une relation étroite apparaît entre l'œuvre des cisterciens et l'implication de Maillezais dans la conquête du marais. Maillezais a d'abord fait l'acquisition de marais contigus à ceux des cisterciens ou à un achenal des cisterciens, peu après les travaux d'abbotamentum entrepris par ces derniers. Le cas du marais de Chaillé (le futur Petit Maillezais) est exemplaire à cet égard. Ce marais entre dans le temporel de l'abbaye en 1207 par le don de Pierre de Velluire, seigneur de Chaillé, moyennant un cens annuel de 50 sous acquitté par Maillezais et un autre de 10 sous versé par l'abbaye de Nieul-sur-l'Autize, autre bénéficiaire de la donation20. Les confronts indiqués dans la charte permettent de le situer grossièrement au sud de celui que les cisterciens de Moreilles ont eu l'autorisation d'assécher en 119921. Qu'il y ait eu concertation et peut-être coordination, par l'entremise de Pierre de Velluire, ne paraît pas exclu. L'entreprise incluait également Notre-Dame de l'Absie, qui avait bénéficié en 1200 du don par Pierre de Velluire d'un marais entre Aisne et Chaillé avec la possibilité de le dessécher en utilisant l'exaquarium des frères de Moreilles22. En d'autres termes, Maillezais s'est trouvée entraînée, au début des années 1200, dans un mouvement de bonification des marais de Chaillé dont les initiateurs étaient les cisterciens de Moreilles (fig. 1).

  • 23 Paris, Archives nationales, Ql 1597, f° 26.
  • 24 Baillette du 14 novembre 1640 entre l'évêque Henri de Béthune et les concessionnaires (Siette et a (...)
  • 25 Le dessèchement du Petit Poitou englobait les territoires des communes actuelles de Moreilles et d (...)

8Les documents postérieurs apportent d'intéressantes précisions sur l'importance de ce marais et sa situation dans le dessèchement. Un procès-verbal de visite, en date du 28 janvier 1599, évalue l'étendue de ces marais situés sur le bord de l'achenal cistercien de Bot-Neuf à 5 ou 6000 journaux23. Quant aux baillettes du xviie siècle24, elles autorisent une observation essentielle, à savoir que les marais de Moreilles et ceux de Maillezais se sont trouvés englobés, aux années 1640, dans une même enceinte d'assèchement, dans le cadre du Petit Poitou, attribué à Pierre Siette, conseiller-ingénieur et géographe ordinaire du roi, et à ses associés. Cette délimitation de l'enceinte de dessèchement, d'une superficie de plus de 6400 hectares25, n'était certainement pas un hasard ; elle retrouvait, pour l'épouser, une plus ancienne structure d'assèchement solidaire, en toute hypothèse celle des années 1200.

  • 26 Cavoleau (J.-A.), Statistique de la Vendée, 2e édition annotée par La Fontenelle de Vaudoré, Fonte (...)

9Dans le contexte d'acquisition du marais de Chaillé et de constitution d'une zone assainie, il n'est pas exclu que, dès les années 1200, Maillezais ait commencé à faire creuser des canaux. Tel est vraisemblablement le cas de l'achenal ouvert depuis le rocher de Chaillé jusqu'au bot de l'œuvre-Neuf et connu plus tard sous le nom d'« essay » de Morillon26.

10Par ailleurs, en se constituant des domaines enkystés, protégés de l'inondation par des bots, les maisons cisterciennes ont réduit la surface d'écoulement des eaux descendant de la Plaine et du Bocage. Ce faisant, elles ont contribué à aggraver l'ennoyage des zones sises en amont, en bordure de la terre ferme, là où était possessionnée Maillezais, parmi d'autres vieux établissements monastiques. Le bouleversement de l'équilibre hydraulique poussait obligatoirement à de nouveaux travaux de drainage. Sous peine de voir leurs terres perdues pour la culture et l'élevage, tous ces établissements, peut-être poussés par la paysannerie, se devaient de réagir. La réponse la plus spectaculaire apportée à la situation ainsi créée fut le percement d'un écours général, le canal des Cinq-Abbés, à partir de 1217 : l'entreprise est le premier grand chantier auquel ait participé Maillezais.

Fig 1 : L’insertion de Maillezais dans la mise en valeur des marais du secteur de Chaillé au XIII e siècle.

Fig 1 : L’insertion de Maillezais dans la mise en valeur des marais du secteur de Chaillé au XIII e siècle.

Une participation active à l'ouverture des achenaux (années 1210 -années 1270)

  • 27 Niort, Archives départementales des Deux-Sèvres, H n a 1428/2 ; publiée par Clouzot (É.), op. cit.(...)
  • 28 Paris, Bibliothèque nationale de France, coll. Dupuy, vol. 804, P 72 ; Clouzot (É.), op. cit. n. 2 (...)
  • 29 « Similiter dedi et concessi predictis abbatiis liberalitem portandi et reportandi per predictum c (...)
  • 30 « Nulle vero res, nisi res predictorum abbatum, per istum excursum, absque mea licentia transitum (...)
  • 31 « Licentiam faciendi ad Becheron vel ad domum Raveau, si sibi viderint expedire, duos cheietas et (...)
  • 32 « Aque autem de hominibus meis de Chaillec excurrent et tenentur excurrere cum prenominatis abbati (...)

11La participation de l'abbaye à l'ouverture des achenaux s'inscrit dans un mouvement général d'intensification de la mise en valeur des marais. Dans l'opération d'ouverture des Cinq-Abbés, achenal encore essentiel dans le réseau hydrographique actuel, Maillezais s'est associée à quatre autres abbayes, Saint-Michel-en-l'Herm (prieuré du Langon), l'Absie, Saint-Maixent (prieuré de Vouillé) et Nieul, partageant ainsi la prise en charge organisatrice et financière. Les licences accordées par Porteclie, seigneur de Mauzé et de Marans, et par Pierre de Velluire, seigneur de Chaillé, à chacune des cinq abbayes contiennent de précieuses indications sur les modalités de son implication dans la dynamique de conquête. De la charte délivrée par Porteclie de Mauzé, il subsiste un original27, alors que celle de Pierre de Velluire n'est connue qu'à travers des copies médiocres et tronquées28. L'objet de la première était de fixer les cadres généraux ressortissant à l'ordre public et à l'exercice des droits seigneuriaux de l'insertion du canal dans la seigneurie haut-justicière de Marans. Les préoccupations de Pierre de Velluire, dont la seigneurie était moins puissante, étaient autres ; elles touchaient principalement à la question du raccordement de son propre réseau de drainage à l'écours en projet. Des clauses contenues dans les deux textes, il apparaît qu'à la différence des achenaux cisterciens, le nouveau canal était conçu comme un écours général devant desservir plusieurs enceintes de dessèchement de marais précisément désignés : ceux du Langon et de Vouillé, la moitié de ceux de Mouzeuil, ceux des marais de l'Anglée qui relevaient du fief d'Hugues d'Auzay et les marais de Guillaume Chateignier. La disposition majeure imposée à Maillezais comme aux autres maîtres d'œuvre concernait la fonction et l'utilisation du canal : ce dernier ne devait être qu'un écours ; en tant que voie de communication, il ne pouvait servir, en franchise de coutumes, qu'au transport des biens des cinq monastères touchant à la vie du marais, autrement dit des productions agricoles et des matériaux nécessaires à l'entretien des canaux29. L'acheminement de toute autre marchandise était soumis à l'autorisation particulière du seigneur30. À l'évidence, le sire de Marans voulait interdire que ne se crée à l'initiative de Maillezais comme de ses associées, entre la Plaine et l'embouchure de la Sèvre, un nouvel axe de circulation susceptible de détourner une partie du trafic de la Sèvre et d'amoindrir les péages établis sur le fleuve. L'aménagement du réseau hydraulique était de la sorte enserré dans une étroite dimension agricole. Porteclie de Mauzé imposait également un strict respect des droits de justice de son dominium, en particulier dans les cas de déprédations causées aux bots et à l'achenal. Il était donc impossible aux maîtres d'oeuvre, eux-mêmes seigneurs, d'insérer une enclave seigneuriale au sein de la seigneurie de Marans. En revanche, ils se voyaient accorder un monopole d'aménagement avec la possibilité pour eux d'ouvrir leur association à des partenaires extérieurs. Autorisation leur était donnée de construire deux chutes (déversoirs) et deux portereaux au débouché des marais à assécher31. Quant à Pierre de Velluire, il obtenait le droit pour les hommes de sa seigneurie de faire écouler les eaux de leurs terres dans l'achenal des abbés32.

  • 33 « Juxta botum excursum Operis Novi malleacensis et Nyolii super Altisiam ». Arcère, op. cit. n. 8, (...)
  • 34 Clouzot (É.), op. cit. n. 2, P. J. XX.

12Dans le courant du xiiie siècle, Maillezais a fait ouvrir d'autres canaux stratégiques dans l'écoulement des eaux, le plus souvent en collaboration avec d'autres établissements monastiques, mais sans qu'une datation précise puisse être donnée. Le canal de l'œuvre-Neuf est ainsi mentionné pour la première fois en 1293 comme étant l'écours de Maillezais et de Nieul33. Une note de Jonas Bouhier, sénéchal du Langon, datée de 1639, précise que l'évêque de Maillezais devait le tenir en état « pour les deux parts » et l'abbé de Nieul pour « la tierce partie »34. Dans la mesure où cet achenal appartenait au même système d'assèchement que les cinq abbés et que l'« essay » de Morillon, il est permis d'avancer l'hypothèse d'un creusement dans le premier tiers du xiiie siècle (fig. 2).

Fig. 2 : Achenaux ouverts par Maillezais au xiiie siècle.

Fig. 2 : Achenaux ouverts par Maillezais au xiiie siècle.
  • 35 Arcère, op. cit. n. 8, t. II, p. 633 ; Lacurie (abbé), Histoire de l'abbaye de Maillezais, Fontena (...)

13L'un des derniers grands chantiers mis en œuvre par Maillezais est l'ouverture du canal de la Brune au sud de la Sèvre en 1270. L'abbé Raoul s'est associé pour mener à bien l'opération à Pierre, abbé de Saint-Michel-en-l'Herm, à Pierre, abbé de Saint-Léonard-des-Chaumes et à Jean le Français, maître du Grand Prieuré d'Aquitaine35. L'objectif était d'améliorer l'état des marais sans avoir à emprunter le canal d'un voisin. Le canal fut creusé depuis la limite du clos de la Grâce-Dieu au pont de la Brune jusqu'au lieu appelé le Pont des Pêcheurs entre Marans et l'anse du Braud.

  • 36 Sur la datation du chantier gothique, voir la mise au point du père Blomme (Y.), Poitou gothique, (...)
  • 37 Au tournant du xiiie et du xive siècle, de nombreux établissements monastiques sont touchés par de (...)

14Passé la décennie 1270, aucune opération d'envergure n'a laissé de traces. Cette chronologie n'est pas propre à Maillezais ; elle s'applique à tous les établissements monastiques engagés dans la mise en valeur des marais. À l'échelle des bassins de la Sèvre et du Lay, la première conquête du Marais Poitevin était achevée. Excepté l'Achenal-Le-Roi, tous les grands canaux étaient déjà en place. Des circonstances propres à Maillezais ne sont peut-être pas à écarter. Il n'est pas interdit de penser qu'à un moment donné, l'abbaye a choisi d'orienter différemment ses investissements. Faut-il établir un lien avec la tentative de reconstruction générale de l'église abbatiale à partir de la fin du xiiie siècle36 ? Quelle place accorder à la conquête et à l'entretien des marais dans la crise financière qui affecte l'abbaye au début du xive siècle et qui l'a obligée à effectuer des emprunts37 ? À ces questions il ne peut y avoir de réponses assurées.

15L'ouverture d'achenaux et l'entrée de vastes étendues de marais dans son temporel ont imposé à Maillezais une mise au net de ses droits dans les négociations avec les seigneurs haut-justiciers. L'abbaye était elle-même une seigneurie puissante capable d'élargir ses prérogatives. Par le biais des opérations engagées, elle a manifestement gagné, mais en association avec ses partenaires, des droits dans la gestion des eaux. La licence de creusement du canal des Cinq-Abbés dispose que l'écoulement dans l'écours d'eaux autres que celles des marais énumérés dans l'acte était subordonné à l'autorisation seigneuriale et à l'assentiment des abbés. Cela voulait dire que le nouveau canal n'était pas mis hors du dominium de la seigneurie châtelaine : comment aurait-il pu en être autrement ? Cela signifiait aussi que la jouissance et la possession du canal revenaient bien aux entrepreneurs, parmi lesquels Maillezais. En d'autres termes, les officiers du sire de Marans ne prenaient pas en main la gestion des eaux du canal, laquelle revenait aux maîtres d'oeuvre. Au terme de tous les chantiers, Maillezais se retrouvait donc « propriétaire », en association, d'un certain nombre de canaux, exerçant de la sorte une sorte de maîtrise partagée du réseau hydraulique. Une telle prérogative lui imposait une obligation essentielle : entretenir à ses frais et à hauteur de sa participation les canaux ouverts.

  • 38 « quicquid juris, possessionis, dominii et propriétatis habebamus et habere poteramus et debebamus (...)

16Par ailleurs, l'acquisition et la mise en valeur de marais a permis à Maillezais de constituer des seigneuries foncières incluses dans les seigneuries haut-justicières. L'une d'elles a pris le nom significatif de « Petit Maillezais ». Les paysans travaillant dans ces seigneuries demeuraient néanmoins les justiciables du seigneur. La charte de donation en 1278 par Renaud de Pressigny, seigneur de Marans, et par Marguerite, sa femme, de marais dans la seigneurie de Marans expose clairement la répartition des droits. Les donateurs concèdent à Maillezais ce qu'ils avaient de « droit, possession, dominium et propriété » dans lesdits marais sauf, selon leurs propres termes reproduits dans l'acte, « notre haute et basse justice que nous conservons à perpétuité pour nous et nos successeurs, excepté pour les moines et les donats de l'église de Maillezais, sur lesquels nous n'aurons aucune justice ou juridiction38... ». Si Maillezais disposait bien des droits de propriété, elle n'empiétait en aucune façon sur l'exercice de la justice et de l'autorité publique.

Le rôle de Maillezais dans la gestion et l'entretien des marais

  • 39 Clouzot (É.), op. cit. n. 2, P. J. XX.

17Ayant œuvré à la mise en place des réseaux de canaux, l'abbé (puis l'évêque) de Maillezais s'est imposé comme l'une des autorités majeures de la région dans les décisions à prendre quant à l'aménagement et à l'entretien des marais. En 1283, il est présent, en compagnie des abbés de Moreilles, Saint-Michel-en-l'Herm, Saint-Maixent et l'Absie, lorsque les commissaires du roi Philippe III décident d'ouvrir un long canal de ceinture, l'Achenal-le-Roi, afin de prévenir les inondations qui affectaient le faubourg des Loges à Fontenay-le-Comte et recouvraient les prés des paysans de plusieurs paroisses de la Plaine39.

  • 40 Les comptes de la châtellenie de Benet, aux confins du Marais et de la Plaine, en 1406-1407, puis (...)

18Après la totale obscurité documentaire du xive siècle, ce rôle est à nouveau souligné lors des tentatives de réhabilitation des marais pendant la guerre de Cent Ans. À partir de la décennie 1400, l'évêque apparaît à la fois comme l'un des grands acteurs des projets de remise en ordre et comme l'un de ces propriétaires incapables de faire face à ses obligations de curage des achenaux. Son action s'inscrit dans un contexte de délabrement généralisé des réseaux de canaux et de bots. Depuis la chevauchée de Derby en 1346 et les premières incursions de routiers vers 1348, la région vit dans un climat permanent d'insécurité, néfaste à un entretien régulier et attentif des équipements hydrauliques. Elle connaît, en outre, une pénurie évidente de main-d'œuvre liée à l'impact des épidémies récurrentes40.

  • 41 Poitiers, Médiathèque, coll. Dom Fonteneau, vol. XXV, P 257 ; Lacurie (abbé), op. cit. n. 35, note (...)
  • 42 Paris, Bibliothèque nationale de France, Pièces Originales 380, dossier 8335, pièces 6 et 7.
  • 43 Cartulaires et chartes de l'abbate de l'Absie, éd. B. Ledain, Archives historiques du Poitou, t. X (...)
  • 44 Clouzot (É.), op. cit. n. 2, P. J. XX.
  • 45 « Procès entre l'abbaye de l'Absie et l'évêque de Maillezais devant le Parlement de Poitiers » pub (...)

19En 1409, afin de restaurer les marais situés entre Beauvoir-sur-Mer et Niort, le roi de France désigne deux « commissaires sur le fait de la réparation des mares, eschenaux, chaussées, ponts et pontereaux nécessaires à estre fais ou réparé ». L'un est Guillaume Taveau, seigneur de Mortemer, l'autre Jean de Masle, évêque de Maillezais. Une réunion où étaient ajournés prélats et seigneurs laïques est convoquée à Fontenay-le-Comte en l'hôtel des frères prêcheurs le 28 juillet41. Son objet était de contraindre à réparer tous ceux qui y étaient astreints, après avoir pris les avis des participants. La répétition de ce type d'opérations et d'assemblées, avant 143542, en 1438-144343 en 145544 tendrait, au reste, à prouver l'inefficacité de ces tentatives. Dans le cadre de ces missions, Maillezais a, semble-t-il, essuyé bien des échecs. Les difficultés ont parfois débouché sur des conflits qui ne tournaient pas nécessairement à son avantage. Ainsi, en 1435, un procès est mû devant le Parlement de Poitiers entre l'évêque de Maillezais et l'abbé de l'Absie45. D'après le mandement du roi au sénéchal de Poitou d'ajourner devant ledit Parlement les parties, les religieux de la Gâtine ont exposé que le procureur du roi ainsi que l'évêque et le chapitre de Maillezais les ont tenus pour responsables du mauvais état de « certains pons, passages, boz et achenaulx » situés entre les villes de Fontenay et de Luçon et les ont imposés à la somme de 200 livres pour les réparations d'un achenal. L'Absie allégua son éloignement, la perte des trois-quarts de ses revenus, les pillages répétés de son église par des gens d'armes, la ruine de ses bâtiments, l'inexistence de possessions « au dedens desd. passages et achenaulx » (ce qui était faux), pour échapper à la condamnation que lui avait infligée Maillezais.

  • 46 « Registres du greffe des grandes assises de la seigneurie de Marans de l'an 1428 à l'an 1436 » (c (...)

20D'un autre côté, l'évêque et le chapitre faisaient preuve, comme bien d'autres détenteurs de canaux, d'une incurie certaine dans la sauvegarde de l'infrastructure hydraulique. Les quelques copies de registres d'assises de la seigneurie de Marans46 conservent les traces d'ajournement des religieux accusés de ne pas réparer l'achenal de la Brune. Le greffier des grandes assises commencées le second jour d'août 1428 a noté que le procureur a requis sur la question de la réparation de la quarte partie de la Brune que « les religieux evesque et chapitre fussent contraints et condamnés a réparer ledit achenau dedans le temps licitte et raisonnable ». Huit ans plus tard, le procureur présente à peu près la même requête « de faire réparer l'achenau de la Brune en telle manière que les eaux affluans et descendans... puissent escourré, chacun pour telle partie et portion qu 'il sera tenu et a la peine de quarante livre a appliquer ». Faute de disposer de la moindre série de registres d'assises ou de comptes d'exploitation voire de baux relatifs à des marais, évaluer l'ampleur des défaillances de Maillezais dans l'entretien des canaux et des bots est hors de portée.

  • 47 Cf. le don de marais par Hugues d'Allemagne, chevalier, Isabelle, sa femme, Jean et Hugues d'Allem (...)
  • 48 Voir dans le présent volume l'article de N. Faucherre.

21En définitive, il n'est pas exagéré de présenter Maillezais comme l'un des grands maîtres d'œuvre de la première conquête du Marais Poitevin. Sa participation, entre les années 1200 et les années 1270, à l'ouverture des achenaux est importante, à la hauteur de la puissance et du rayonnement de l'abbaye. Quatre écours majeurs -les Cinq-Abbés, l'« essay » de Morillon, l'œuvre-Neuf, la Brune -peuvent lui être attribués en toute certitude dans le cadre d'alliances plus ou moins larges. D'autres canaux importants relèvent vraisemblablement de son initiative, tel celui des Cosses descendant des terres hautes de Marans vers le bot de la Barbacane47. Son rôle dans la formation d'associations, dans l'indispensable rassemblement des forces pour mener à bien des chantiers de grande envergure, s'est avéré décisif. Les marais qu'elle a acquis durant la même période étaient au total de vaste superficie (plusieurs milliers d'hectares) et il n'est pas douteux qu'ils ont dû lui procurer de bons revenus. Ces réalisations ne résument pas, au demeurant, tous les aménagements hydrauliques qu'elle a effectués durant cette période : du second xiiie siècle date, selon toute vraisemblance, le percement de la Jeune Autize, qui n'a malheureusement laissé aucune trace dans la documentation écrite48.

22Si elle s'inscrit dans un mouvement lancé par les maisons du nouveau monachisme à la fin du xiie siècle, son action diffère quelque peu, du moins dans un premier temps, de celle de Moreilles ou la Grâce-Dieu. Alors que les cisterciens ont fait en sorte de se constituer des domaines compacts, assainis mais fermés sur eux-mêmes, Maillezais a mené des opérations plus ouvertes sur la société. Significatifs étaient les objectifs assignés au percement des Cinq-Abbés. Il ne s'agissait pas, comme par exemple pour le Bot-Neuf de Moreilles, d'écouler l'eau de sa propre terre, mais bien de drainer tout un ensemble de marais. Dans une certaine mesure, Maillezais apparaît comme un fédérateur d'initiatives.

  • 49 Arcère, op. cit. n. 8, t. II, p. 633 ; Lacurie (abbé), op. cit. n. 35, note LXXXI.

23Elle partage cependant avec les cisterciens les mêmes conceptions dans la mise en valeur des marais, laquelle, faut-il le rappeler, est non seulement une affaire de techniques et de droits mais aussi de représentations mentales. Dans les entreprises de conquête, la notion qui domine est celle de « mise en défens ». Le percement d'achenaux et l'édification des bots sont présentées comme des opérations de protection et de défense. « Pro defensione et tuitione nostrorum maresiorum predictorum contra inundantiam aquarum » précise le contrat d'ouverture de la Brune en 127049.

24Avec d'autres établissements monastiques, Maillezais a contribué à mettre sur pied un régime de fonctionnement des réseaux hydrauliques reposant très largement sur la capacité de chacun à entretenir les canaux qu'il avait fait creuser, sans que soit établie, du moins à ce niveau, une collaboration avec les communautés d'habitants. Elle entrait en possession des achenaux ouverts grâce à son financement. Ce faisant, elle devait les maintenir en bon état. Or, à partir du xve siècle, peut-être même dès avant, l'évêque et le chapitre n'avaient plus les moyens de faire face aux lourdes dépenses engendrées par cette obligation. Sur la base de ce mode de fonctionnement, toutes les tentatives de réhabilitation périodiquement lancées étaient plus ou moins vouées à l'échec. En 1640, l'évêque n'a eu d'autre choix que de passer le relais à un entrepreneur et à ses associés. Ainsi prenait fin une histoire commencée dans l'élan cistercien au tournant des xiie et xiiie siècles.

Notes

1 Ces archives ont été récemment explorées par Y. Suire dans sa thèse de l'École des Chartes, L'Homme et l'environnement dans le Marais Poitevin, seconde moitié du xvie siècle-début du xxe siècle, Paris IV, 2002, qui fait suite à son D.E.A. (même titre) soutenu en 2000. Voir dans le présent volume l'article du même auteur.

2 Présentation quasi exhaustive des sources relatives au Marais Poitevin durant le Moyen Âge par Clouzot (É.), Les Marais de la Sèvre niortaise et du Lay xe au xvie siècle, Paris-Niort, 1904, p. 8-14. Cet ouvrage, bientôt centenaire, demeure la référence de base.

3 Delhommeau (L.), Notes et documents pour servir à l'histoire de l'abbaye Saint-Pierre de Maillezais au diocèse de Luçon depuis sa fondation (976) jusqu'à son érection en évèché par le pape Jean XXII (13 août 1317), Paris, 1961, p. I.

4 Ibid., p. II

5 Ces procès-verbaux sont mentionnés par d'autres sources. Une note de Jonas Bouhier, sénéchal du Langon, datée de 1639, fait ainsi référence aux procès-verbaux de Visitation de 1442 et de 1455 conservés « au tresor des comptes a Paris », Clouzot (É.), op. cit. n. 2, P. J. XX. Les actes relatifs à l'ouverture de l'Achenal-Le Roy (1283) étaient également conservés à la Chambre des Comptes.

6 Delhommeau (L.), « Le sort des archives des diocèses de Luçon et de Maillezais pendant les guerres de religion », Annuaire de la Société d'émulation de la Vendée, 1988, p. 63-72.

7 Favreau (R.), La Ville de Poitiers à la fin du Moyen Age. Une capitale régionale, Poitiers, 1978 (Mémoires de la Société des antiquaires de l'Ouest, 4e sér., t. XIV), p. XI.

8 Copies effectuées par Jean Besly (Paris, Bibliothèque nationale de France, coll. Dupuy, vol. 804), Dom Fonteneau (Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand, vol. XXV), le père Arcère, Histoire de la ville de La Rochelle et du pays d'Aunis, La Rochelle, 1756.

9 Suire (Y.), op. cit. n. 1, p. 243.

10 Sur l'avant 1599, Sarrazin (J.-L.), « Les fondements sociaux de la création du Marais Poitevin au Moyen Âge », dans Éthique et territoire, actes du colloque des 20 au 20 octobre 1995, La Roche-sur-Yon, 1997, p. 27-39. Sur l'après 1599, voir Suire (Y.), op. cit. n. 1.

11 Le lecteur voudra bien se reporter au travail de Rodon (C.), Le temporel de l'abbaye de Maillezais des origines à 1317, Mém. Maîtr., univ. Poitiers, 1998, et à la carte très éclairante des premières implantations dans Pon (G.), Chauvin (Y.), La fondation de l'abbaye de Maillezais ; récit du moine Pierre, La Roche-sur-Yon, 2001, p. 31.

12 Poitiers, Médiathèque, coll. Dom Fonteneau, vol. XXV, P 79.

13 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 11, P. J. n° 1.

14 Ibid., P. J. n° 2, acte de (vers 997-avant 1010). Voir aussi, dans le présent volume, l'article de N. Faucherre.

15 Sarrazin (J.-L.), « Les Cisterciens et la genèse du Marais Poitevin (France) (vers 1180-vers 1250) », dans L'Hydraulique monastique, dir. P. Benoît, L. Pressouyre, La Grâne, 1996, p. 111-119 ; Barrière (B.), « L'Économie cistercienne du Sud-Ouest de la France », dans L'Économie cistercienne : géographie, mutations du Moyen Age aux Temps Modernes, Auch, 1983 (Flaran 3), p. 75-99, p. 81-82.

16 Cartulaire de l'abbaye de la Grâce-Notre-Dame ou de Charon en Aunis publié par L. de Richemond, Saintes, 1883 (Archives historiques de la Saintonge et de l'Aunis, t. XI), p. 25-26.

17 Arcère, op. cit. n. 8, t. II, p. 631.

18 Paris, Bibliothèque nationale de France, coll. Dupuy, vol. 804, P 26 et 27.

19 Clouzot (É.), op. cit. n. 2, P. J. VI.

20 « De toto marisco de Challe, quod Aimerico de Ressia dederam et concesseram, scilicet ab exclusa Morolie usque ad locum qui dicitur Botnou, ad locum qui dicitur Jorzjuxta costallum de Aines usque ad vetus peiratum de Aines et usque ad costallum de Challe » (Poitiers, Médiathèque, coll. Dom Fonteneau, vol. XXV, P 193) Parmi tant d'autres, cet acte invite à s'interroger sur le sens des termes donation et concession.

21 Cf. note précédente et Clouzot (É.), op. cit. n. 2, P. J. 1 et II.

22 Clouzot (E.), op. cit. n. 2, P. J. III.

23 Paris, Archives nationales, Ql 1597, f° 26.

24 Baillette du 14 novembre 1640 entre l'évêque Henri de Béthune et les concessionnaires (Siette et autres), baillette du 10 janvier 1642 entre Moreilles et Siette. Cette dernière baillette a été publiée par le comte de Dienne, Histoire du dessèchement des lacs et des marais en France avant 1789, Paris, 1891, PJ. III bis.

25 Le dessèchement du Petit Poitou englobait les territoires des communes actuelles de Moreilles et de Sainte-Radégonde, la majeure partie de celle de Chaillé et quelques étendues de celles de Champagné et de Puyravault. Les marais de Moreilles et de Maillezais représentaient plus des deux tiers de ce dessèchement. Des différences de superficies sont apparues entre les concessions et l'arpentage. Le marais de Moreilles a été ramené de 14 000 ou 15 000 arpents à 10 000. Il ne nous appartient pas de développer ce point.

26 Cavoleau (J.-A.), Statistique de la Vendée, 2e édition annotée par La Fontenelle de Vaudoré, Fontenay-le-Comte, 1844, p. 66. Cavoleau évoque un « écrit sans date » mais ne donne pas de référence. Ét. Clouzot, remarquant que le canal des Cinq-Abbés ne pouvait pas prendre directement naissance dans le marais, conjecturait que l'étier de Morillon était antérieur à 1217 (Clouzot (É.), op. cit. n. 2, p. 33, n. 5).

27 Niort, Archives départementales des Deux-Sèvres, H n a 1428/2 ; publiée par Clouzot (É.), op. cit. n. 2, P. J. VIII. Explication littérale de ce texte par Meyer (H.), « Le contrat des Cinq Abbés avec le seigneur de Marans », dans Ethique et territoire..., op. cit. n. 10, La Roche-sur-Yon, 1997, p. 41-47. Cette étude est entachée par un contresens sur la nature de la seigneurie de Marans, qualifiée de « seigneurie foncière » et par une proposition fort discutable selon laquelle les maîtres d'œuvre n'étaient pas les propriétaires des canaux qu'ils ouvraient.

28 Paris, Bibliothèque nationale de France, coll. Dupuy, vol. 804, P 72 ; Clouzot (É.), op. cit. n. 2, P. J. VII.

29 « Similiter dedi et concessi predictis abbatiis liberalitem portandi et reportandi per predictum canalem, absque omni costuma et exactione, proprias res suas ad predicta maresia pertinentes ».

30 « Nulle vero res, nisi res predictorum abbatum, per istum excursum, absque mea licentia transitum habebunt ».

31 « Licentiam faciendi ad Becheron vel ad domum Raveau, si sibi viderint expedire, duos cheietas et duos porterellos ».

32 « Aque autem de hominibus meis de Chaillec excurrent et tenentur excurrere cum prenominatis abbatibus per predictum excursum... ».

33 « Juxta botum excursum Operis Novi malleacensis et Nyolii super Altisiam ». Arcère, op. cit. n. 8,1.1, p. 24.

34 Clouzot (É.), op. cit. n. 2, P. J. XX.

35 Arcère, op. cit. n. 8, t. II, p. 633 ; Lacurie (abbé), Histoire de l'abbaye de Maillezais, Fontenay-le-Comte, 1862, note (P. J.) LXXXI.

36 Sur la datation du chantier gothique, voir la mise au point du père Blomme (Y.), Poitou gothique, Paris, 1993, p. 195-199 et la contribution du même auteur dans le présent volume.

37 Au tournant du xiiie et du xive siècle, de nombreux établissements monastiques sont touchés par de graves difficultés financières liées pour une part à l'évolution générale de l'économie.

38 « quicquid juris, possessionis, dominii et propriétatis habebamus et habere poteramus et debebamus in omnibus et singulis maresiis supradictis excepta alta et bassa justitia nostra quam in eisdem maresiis et in habitatoribus ejusdem loci nobis et nostris successoribus in perpetuum retinemus, exceptis monachis et donatis ecclesiae Malleacensis super quibus nullam justinam vel juridictionem haberemus » : Poitiers, Médiathèque, coll. Dom Fonteneau, vol. XXV, P 241 ; Lacurie (abbé), op. cit. n. 35, note XCI.

39 Clouzot (É.), op. cit. n. 2, P. J. XX.

40 Les comptes de la châtellenie de Benet, aux confins du Marais et de la Plaine, en 1406-1407, puis de 1411 à 1418 (Paris, Archives nationales, 1 AP 1490, 1491, 1492), témoignent clairement de la rareté de l'homme au début du xve siècle dans la région.

41 Poitiers, Médiathèque, coll. Dom Fonteneau, vol. XXV, P 257 ; Lacurie (abbé), op. cit. n. 35, note CII.

42 Paris, Bibliothèque nationale de France, Pièces Originales 380, dossier 8335, pièces 6 et 7.

43 Cartulaires et chartes de l'abbate de l'Absie, éd. B. Ledain, Archives historiques du Poitou, t. XXV, Poitiers, 1895, n° LXXIII.

44 Clouzot (É.), op. cit. n. 2, P. J. XX.

45 « Procès entre l'abbaye de l'Absie et l'évêque de Maillezais devant le Parlement de Poitiers » publié par R. Lacour, Archives historiques du Poitou, t. XLVIII, p. 118-122.

46 « Registres du greffe des grandes assises de la seigneurie de Marans de l'an 1428 à l'an 1436 » (copie moderne), La Rochelle, Archives départementales de la Charente-Maritime, B 3255. Je remercie vivement mon collègue et ami Mathias Tranchant d'avoir retrouvé cette source et de m'en avoir communiqué une copie.

47 Cf. le don de marais par Hugues d'Allemagne, chevalier, Isabelle, sa femme, Jean et Hugues d'Allemagne, valets (24 janvier 1291 -n. st.) ; Lacurie (abbé), op. cit. n. 35, note XCIII.

48 Voir dans le présent volume l'article de N. Faucherre.

49 Arcère, op. cit. n. 8, t. II, p. 633 ; Lacurie (abbé), op. cit. n. 35, note LXXXI.

Table des illustrations

Titre Fig 1 : L’insertion de Maillezais dans la mise en valeur des marais du secteur de Chaillé au XIII e siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18546/img-1.png
Fichier image/png, 990k
Titre Fig. 2 : Achenaux ouverts par Maillezais au xiiie siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18546/img-2.png
Fichier image/png, 940k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540