Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'abbaye de Maillezais

 | 
Mathias Tranchant
, 
Cécile Treffort

3e partie. Maillezais, enjeu de pouvoirs

Autour de Maillezais : moines, seigneur et chevaliers, de la fondation de l'abbaye à 1270

Cédric Jeanneau

Texte intégral

  • 1 On peut se reporter, à ce sujet, à l'article de S. Refalo dans le présent volume.

1En établissant une abbaye dans cette région, décrite comme couverte de forêts et de broussailles, le comte Guillaume avait peut-être dans l'idée qu'une fondation prestigieuse ne pouvait être établie qu'à l'écart de toute habitation puisque les bénédictins se considéraient eux-mêmes comme « morts au monde ». Cependant, à la lecture des actes rédigés par les moines, on s'aperçoit qu'il n'y a pas dans cet espace deux sociétés, que l'abbaye n'est pas imperméable au monde extérieur : les moines participent à la vie de leur famille et celle-ci influence les religieux ; il y a des interactions permanentes1. À partir du milieu du xiie siècle, on a l'impression que le quotidien des moines est davantage menacé que lors de la période bénie de la fondation. Cela signifie-t-il que leurs relations avec les seigneurs bas-poite- vins ont changé, ceux-ci devenant particulièrement rapaces ? Ne peut-on pas plutôt y voir - dans cette région qui commence à être défrichée et mise en valeur -, la rencontre de deux logiques : d'un côté celle des moines qui s'efforcent de mieux gérer leurs domaines, d'étendre leur réseau d'églises et de prieurés et de l'autre celle des châtelains cherchant, eux aussi, à maintenir le contrôle de leurs biens face aux multiples pressions et revendications ? Ces heurts dévoilent ainsi la stratégie de chacun des systèmes dépendants intimement l'un de l'autre.

2Il devient alors nécessaire de s'interroger tout d'abord sur la production écrite des moines, à la fois comme source pour leurs faits et gestes et comme témoignage de leur conception, avant de voir les relations que l'abbaye s'est efforcé d'établir avec les seigneurs des alentours. Divers conflits engagent Maillezais dans des relations complexes avec de nombreux laïcs, mais aussi avec d'autres établissements religieux, mettant en lumière, à cette occasion, les ressorts et les moteurs des stratégies développées.

  • 2 Guyotjeannin (O.), « Penuria scriptorum, le mythe de l'anarchie documentaire dans la France du Nor (...)

3Les moines ont cherché à mettre par écrit les donations les concernant, constituant ainsi les preuves matérielles assurant la perpétuité de la possession. Toutefois, il serait faux de penser que ces écrits ne sont que la relation d'une action juridique ; ils constituent aussi un témoignage sur la vision des moines concernant l'organisation de leur domaine et l'état de leur réseau de relation. Ils sont « le reflet de l'activité des moines, porteuse d'un modèle de vie et de bonne parole, de formes culturelles supérieures en pays de mission », souligne O. Guyotjeannin2. Dans les actes de Maillezais, on note, au milieu du xiie siècle, une transformation dans la forme, dans le contenu et dans les éléments qui assuraient la valeur juridique de l'acte ; peut-on pour autant parler « d'anarchie documentaire » ? Faut-il établir un lien de cause à effet entre ces transformations et les multiples exactions dont se plaignent les moines, à partir de 1150 ? Assiste-t-on à un abandon pur et simple des systèmes de validation qui assuraient la perpétuité des actes du xie siècle ou ne faut-il pas plutôt voir dans ces changements une tentative d'adaptation des moines pour mieux gérer leur domaine ?

  • 3 Dans ces 166 actes, on note un nombre assez important de bulles pontificales, d'actes royaux, d'éc (...)
  • 4 Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand, coll. Dom Fonteneau.
  • 5 Arcere (L.), Histoire de la ville de La Rochelle et du pays d'Aunis, La Rochelle, 1756.

4Retracer l'histoire des relations entre Maillezais et l'aristocratie laïque des alentours est difficile du fait de la rareté des actes conservés qui en émanent directement. Certes, entre 1000 et 1270, on compte de nombreux actes (166) se rapportant à l'établissement, mais ceux qui sont produits à Maillezais même sont beaucoup moins nombreux (663) et le nombre d'originaux est encore plus faible (5). En effet, ceux-ci, conservés dans le chartrier de l'église cathédrale de La Rochelle, ont été détruits dans un incendie en 1772. Fort heureusement, la plupart avait été recopiée fidèlement par des érudits poitevins. Le fond le plus important est constitué par les copies de Dom Fonteneau4, auxquelles on peut ajouter celles que Jaillot et Arcère ont réalisées pour leur histoire de La Rochelle5, ainsi que d'autres conservées dans les grandes collections parisiennes.

5Les actes ne sont pas constitués simplement par des donations ; leur nature et leur proportion évoluent durant la période, ainsi que le montre le tableau suivant :

Tableau 1 : Nature juridique des actes émanant de l'abbaye de Maillezais

Tableau 1 : Nature juridique des actes émanant de l'abbaye de Maillezais

6Si les donations simples constituent la presque totalité des documents au xie siècle, leur part ne cesse de baisser au profit des actes relatant soit des restitutions ou des confirmations de biens, soit des jugements ou des arbitrages, qui arrivent à constituer la moitié de la documentation au début du xiie siècle. Cette évolution dans la nature des actes introduit des changements importants qu'il nous faut maintenant commenter.

  • 6 Barthélemy (D.) « Une crise de l'écrit ? Observations sur des actes de Saint-Aubin d'Angers au xie(...)
  • 7 Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand, coll. Dom Fonteneau, vol. XXV, fol. 15.
  • 8 La lre référence renvoie à Luc, XI, 41, « Donnez l'aumône selon vos moyens et tout sera pur pour v (...)
  • 9 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 391.
  • 10 Il renvoie à Luc XIV, 33, « Quiconque d'entre vous ne renonce pas à ce qu'il possède ne peut être (...)

7En ce qui concerne le xie siècle, les chartes sont rédigées avec beaucoup de soin et comprennent un protocole très développé ainsi que des procédés de validation et de ratification complexes. Ces éléments sont loin d'être anodins, ils sont même essentiels, comme le souligne D. Barthélémy : « Mettre par écrit un acte, c'est lui donner de la force6 ». Le préambule occupe une place essentielle dans nos actes autour de 1050 ; on y rappelle à grand renfort de citations tirées de la Bible les devoirs du bon chrétien, parmi lesquels les dons qui constituent des actes de piété particulièrement efficaces, permettant d'obtenir de « célestes récompenses ». Ainsi qu'on le voit dans la charte de donation de Thibaud Lunel7, les moines n'hésitent pas à recourir à deux citations pour montrer l'importance de l'action de « donner », et éviter ainsi les contestations8. Ces préceptes sont particulièrement renforcés dans les actes prestigieux établis notamment lors de la prise de l'habit monastique. Cela est mis en évidence lorsque le 14 août 1065, Daevert et Hermengarde décident de se retirer chacun de leur côté, le premier à Maillezais, la seconde à Notre-Dame de Saintes en donnant leurs biens9. Pour montrer la solennité de l'événement, le rédacteur s'appuie sur quatre citations qui insistent sur la grandeur de l'abandon au monde10.

8Au xiie siècle, on assiste non seulement à une évolution de la nature juridique des actes, mais également à une transformation dans la structure et le choix d'écriture. Le tableau ci-dessous résume ces changements :

Tableau 2 : Évolution de la nature des actes provenant de l'abbaye de Maillezais

Tableau 2 : Évolution de la nature des actes provenant de l'abbaye de Maillezais
  • 11 Cf. pièce justif. II. Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. LXXIX, fol. 993.

9La nature des documents évolue à partir du milieu du xiie siècle. Les chartes sont progressivement remplacées par d'autres types d'actes (comme celui rapportant le don d'une dîme sur un essart par Pierre, fils d'Egelfred, document présenté en annexe11) : les notices. Moins bien structurées que les chartes, avec un protocole plus court et stéréotypé, elles sont en outre rédigées à la troisième personne et ne font pas l'objet de ratification. À partir de 1120, elles représentent les deux tiers des parchemins de Maillezais. Les longs préambules disparaissent au profit de formules stéréotypées qui se présentent sous la forme d'une invocation suivie d'une formule du type Notum sit omnibus tam futuris quam presentibus quod... ou In Nomine Patris, Filii et Spiritus Sancti. Notificamus tam presentibus quam futuris quod... Comme on peut le voir, leur fonction est différente de celle des actes du XIe. Désormais, l'objectif est de mettre en mémoire - in memoriam- un certain nombre d'informations, et lorsqu'après 1200, on note une réapparition des chartes, il ne s'agit pas d'un retour en arrière ; celles-ci ont adopté les caractéristiques des notices.

10Or, la perpétuité des actes reposait en grande partie sur leur ratification et sur les témoins qui apposaient leurs seings et s'engageaient à les défendre ; quels dispositifs sont alors utilisés pour répondre à toutes les transformations du xiie siècle ? On peut les résumer dans le tableau ci-dessous :

Tableau 3 : Système de validation des actes de l'abbaye de Maillezais

Tableau 3 : Système de validation des actes de l'abbaye de Maillezais
  • 12 Dom Fonteneau, Jaillot et Arcère ont pris soin, en recopiant ces actes, d'étudier l'écriture et on (...)
  • 13 À l'abbaye de l'Absie, située à quelques kilomètres, les moines ont compilé plus tardivement, un c (...)

11Comme on peut le voir dans ce tableau, les seings des donateurs apparaissent de moins en moins fréquemment en bas des actes. S'ils ratifiaient toutes les chartes au milieu du xie siècle, moins de 20 % recourent à cette pratique en 1120. Ces constatations peuvent être réitérées en ce qui concerne les témoins ; ceux-ci, en effet, apposent de moins en moins leurs signatures sur le parchemin. Ils ne sont cependant pas complètement écartés des actes, car les copistes ont recours à un autre système pour rappeler leur présence : ils inscrivent leurs noms et leur demandent ensuite de dessiner en face une croix12. En parallèle, les scribes développent un nouveau système de validation qui connaît un certain succès à Maillezais et dans les abbayes voisines13 : le chirographe. Sur un parchemin, le même texte est recopié deux fois, séparés par l'inscription du mot CHIROGRAPHUS, avant que le document ne soit coupé en deux, à travers cette ligne de lettres. C'est alors le rapprochement des deux parties qui permet de reconnaître l'authenticité de l'acte de façon certaine.

  • 14 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 45 et fol. 73 : Videntes homines illos quos abbas produs (...)
  • 15 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV ; fol. 185 : Hujus rei testes sunt ex parte mea, Alo de Sancta (...)

12Ces transformations affectent-elles la fonction des témoins ? Les copistes, au milieu du xiie siècle, les présentent d'une façon différente, précisant qu'ils ont seulement « vu et entendu ». Cela signifie-t-il qu'ils n'engagent plus leur responsabilité ? L'étude des actes apporte une réponse différente : « voir et entendre un acte » veut dire avant tout pouvoir témoigner par la suite, si cela s'avère nécessaire. Ainsi, au cours d'un conflit entre l'abbé de Fontgombaud et celui de Maillezais, ce dernier, pour faire reconnaître ses droits, a recours aux témoignages des personnes présentes lors de la rédaction du premier acte. Toutefois, sa tentative échoue, car - comme le précise le scribe -, leurs dires ne sont pas convaincants et ne peuvent constituer une preuve irréfutable14. Lors de la rédaction d'un acte, la présence de témoins de confiance est donc indispensable pour assurer sa validité. Le recours à leur parole est souvent sollicité, et en rédigeant l'acte, le moine prend de plus en plus soin de bien séparer les témoins selon la fidélité qu'ils apportent à l'abbé ou au seigneur15.

  • 16 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, p. 13 (1045-1060) : Fecimus cartam scribere et posuimus super (...)
  • 17 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 159 : Guido, dux Aquitanorum [...] donavit [...] sub die (...)
  • 18 On le voit dans un acte relatant le conflit entre Othon de Mauzé et l'abbé de Maillezais. Dom Font (...)

13Même si le protocole n'est plus aussi développé, la donation ne devient pas un acte banal et par là même, susceptible d'être remis en cause. Les moines réaffirment au contraire son caractère, sacré, notamment en plaçant l'acte sur l'autel16. On n'observe donc aucune détérioration de la valeur de l'acte écrit et ces transformations diplomatiques ne peuvent être la cause des violences et exactions. Ces dernières existaient auparavant, mais elles n'apparaissent en pleine lumière qu'au milieu du xiie siècle, à cause, précisément, du changement de nature de la documentation. Les notices informelles, rédigées à la troisième personne, mettent l'accent sur les informations qui paraissent essentielles aux moines concernés : noms des donateurs et des témoins, localisation des terres, droits concédés... L'acte n'apparaît plus comme la relation d'une procédure juridique, mais plutôt comme sa mise en mémoire, l'action juridique et la confection de l'acte ne coïncidant plus dans le temps. La charte de Guy-Geoffroy du 7 avril 1074, qui restitue à Maillezais, le village de Chassenon, met parfaitement en évidence les deux moments différents17. Le premier se situe dans le château de Mervent, dans la camera du comte, où ce dernier consent à la donation devant des témoins dont la liste est introduite par l'expression Videntibus hoc. Le second correspond à la rédaction, dans la maison de Airaud au château de Vouvant, de la charte confirmée par des témoins qui ont en plus, cette fois-ci, ratifié l'acte : Videntibus et annuentibus qui subscripti sunt. Cette pratique se poursuit au milieu du xiie siècle, quand les scribes introduisent des adverbes de temps18, permettant ainsi d'ajouter des éléments concernant l'histoire d'une terre ou de mentionner l'accord d'un membre de la famille. Ces nouvelles pratiques mettent aussi en lumière d'autres types d'information, en particulier les revendications et les conflits qui apparaissent maintenant assez souvent.

14Les liens entre l'abbaye et les seigneurs constituent un jeu de relations très complexe qui ne peut se déchiffrer qu'à travers les codes très particuliers de l'écriture des moines. On voit ainsi se dessiner autour de Maillezais un réseau de relations à plusieurs niveaux : les grands seigneurs, les châtelains et les petits seigneurs, certains peu connus mais qui jouent pourtant un rôle essentiel. Les donations qu'ils font aux moines ne sont pas seulement le fruit d'une inspiration soudaine ; elles répondent le plus souvent à une stratégie familiale. Les nombreuses contestations que l'on peut noter sont-elles alors le fruit de la désunion de ces familles ou ne résultent-elles pas plutôt du heurt de deux logiques, celle des moines et celle de ces petits seigneurs ?

  • 19 Voir à ce sujet l'article de S. Refalo dans le présent ouvrage.

15Le comte a été le principal bienfaiteur de l'abbaye lors de sa fondation19, mais même s'il continue à contrôler les principales places fortes de la région (Fontenay-le-Comte, Luçon, Niort...), le relais semble pris ensuite par les grands seigneurs bas-poitevins. D'autres familles voient leur pouvoir grandir. On peut par exemple citer les Chabot (avec Sebrant et Thibaud), seigneurs du petit château de Vouvant et de Sainte-Hermine, dont les domaines très étendus vont jusqu'à Ouïmes, Massigny ou Pellouaille et qui concèdent des fiefs aux seigneurs de Velluire et à Pierre de Bazoges, seigneur de Pareds. De même, une branche des Lusignan s'est installée dans les forteresses de Mervent et de Vouvant. D'autres grandes familles ont également des intérêts dans cet espace, comme les Larchevêque, seigneurs de Parthe- nay, Hélie de Didonne, Othon de Mauzé, seigneur de Marans ou Pierre de Velluire, seigneur de Chaillé et de Nieul-sur-l'Autize, qui possède des droits et des marais autour de Champagné et de Saint-Martin-l'Ars. Autour de Maillezais se dessine ainsi un réseau aristocratique complexe reposant sur les liens établis entre ces quelques grands seigneurs et de nombreux hommes d'armes qui ont reçu d'eux des bénéfices en échange de leur appui (cf. carte 2).

  • 20 Marsac (M.), Inventaire archéologique par photographie aérienne des abords du golfe des Piétons, S (...)
  • 21 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 189 ; vol. XXVII ter, fol. 181.
  • 22 Cartulaire de l'abbaye Notre-Dame de Saintes, éd.Th. Grasilier, Niort, 1871,n°227, p. 146 ; Ledain(...)
  • 23 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 185 (1185) ; vol. XXV, fol. 189 (1191) ; Ledain (B.), op (...)
  • 24 La Rochelle, Médiathèque Michel-Crépeau, ms. 147 (Mi. 293), fol. 285 (Notes du Père Arcère).
  • 25 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXXVIII, fol. 1 (1270) ; Arcère (op. cit. n. 24), ms. 147 (Mi. 293 (...)

16À côté de ces seigneurs, de nombreux personnages moins connus gravitent autour de Maillezais. En essayant de recouper les informations les concernant (localisation de leur domaine, relations, noms portés en cognomen...), on peut procéder à des rapprochements avec des forteresses ou des mottes castrales mises en évidence par la photographie aérienne20. On peut ainsi identifier Hugues et Bertrand de Nuaillé, connus dès 1192 à la tête d'une place forte21, les seigneurs de Benet apparus dès 107322, ceux de Montfaucon (Aimeri et Jean) dont les domaines se trouvent près de l'Her- menault23, Guillaume Clairbau seigneur de Saint-Pompain24 Geoffroy de Puychabot près de Mervent25...

  • 26 Arnault (Ch.), Histoire de l'abbaye de Nieul-sur-l'Autize, n° 2, p. 78 ; Paris, Bibliothèque natio (...)
  • 27 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 61.

17Tous ces seigneurs ont certes noué des liens avec l'abbaye, mais peut-on parler, en ce qui concerne leurs dons, d'une politique privilégiée ? L'abbaye a-t-elle tiré parti de la réforme grégorienne pour bénéficier, un peu au détriment des autres, des restitutions d'églises ? La réponse doit être nuancée en fonction de la catégorie des seigneurs. Les grandes familles n'ont pas focalisé leurs dons sur une abbaye, mais ont préféré les partager. Ainsi, Pierre de Velluire et ses proches, entre 1194 et 1224, consentent des dons non seulement à Maillezais, mais également aux abbayes de Moreilles, de l'Absie, de Bois-Grolland, de Nieul-sur-l'Autize et au prieuré de La Roche-sur- Yon. Ses descendants font de même, et bien que Maillezais reste « leur abbaye préférée », ils donnent aussi à Moreilles et à l'Absie26. Leur objectif est vraisemblablement de concéder des biens à un maximum d'établissements pour recevoir le plus grand nombre de prières et acquérir aux yeux des contemporains un prestige accru. C'est ainsi que l'abbaye de Maillezais reçoit des rentes de seigneurs très éloignés comme Pierre de La Garnache27.

  • 28 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV ; fol. 15, (1056) ; vol. XXV, fol. 31, (fin du xie siècle) ; D (...)
  • 29 « Cartulaire de l'abbaye Saint-Cyprien », éd. L. Redet, dans Archives historiques du Poitou, III, (...)
  • 30 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 193, (1196) ; vol. XXVII ter, fol. 197 (1216 ; Ledain (B (...)
  • 31 Bouchard (C. B.) Sword, mitter and Cloister. Nobility and the Church in Burgundy (980-1198), Ithac (...)

18Ces constatations doivent être nuancées en ce qui concerne les seigneurs moins importants. Pour des raisons en particulier financières, ces derniers préfèrent ne donner des biens qu'à un nombre restreint d'établissements selon une logique qui privilégie tout d'abord l'abbaye dont dépend le prieuré situé sur leurs terres. Depuis le don du prieuré de Bazoges par Thibaud Lunel, sa famille n'accorde des dons qu'à l'abbaye de Maillezais28. On peut déceler également une relation particulière vis-à-vis du choix des ancêtres. Cela se voit particulièrement pour la famille appelée de Nizeau. Si le premier connu, Raoul, donne en 1090 l'église de Courdault à l'abbaye de Saint- Cyprien29, ses descendants, au xiie siècle, marquent une coupure vis-à-vis de cette politique et préfèrent accorder leurs biens à Maillezais30. Il y a une certaine « captation » des dons des seigneurs bas-poitevins par l'abbaye de Maillezais et ceux-ci cherchent à établir des liens privilégiés avec elle, à attacher la mémoire de leurs familles à ce lieu de prière. On retrouve ainsi les mêmes stratégies constatées par C. B. Bouchard pour la Bourgogne : « les nobles choisissent un très petit nombre d'établissements qu'ils considèrent comme les leurs, les patronant à l'exclusion de tous les autres31 ».

  • 32 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 43, (1114).

19Cet attachement des familles est particulièrement net lors de la prise de l'habit monastique qui permet de souligner le lien entre le don habituel et les prières de l'ensemble des religieux. Lorsque Rainaud et sa femme Mathice donnent à Maillezais leur fils Pierre32, ils prennent soin de noter que si cet enfant ne peut pas devenir moine, ils s'engagent à offrir un autre de ses fds. Le lien est double, Rainaud veut s'assurer de l'efficacité des prières sans risquer de perdre les biens concédés ; cette solution assure ainsi la continuité du lien.

  • 33 Vers 1100, il concède les alleux de Fenouillet, Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 41, vers (...)
  • 34 Arcère (op. cit. n. 24), ms. 129 (Mi. 106), fol. 89 (1133).
  • 35 Pour mettre fin au conflit qui opposait les moines de Maillezais et ceux de Saint-Serge d'Angers c (...)
  • 36 Et totus conventus dedderunt et beneficium ecclesiae suae et confecerunt fratrem et participem omn (...)
  • 37 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV fol. 13, fol. 163, fol. 183, fol. 189.

20Grâce au soutien de ces familles et à la fidélité toujours présente du comte33, l'abbaye est parvenue à se constituer un temporel important ; cependant, elle doit, elle aussi, faire face aux rivalités et aux pressions des autres établissements. Pour vaincre les réticences éventuelles, les abbés semblent avoir accordé aux donateurs des privilèges exceptionnels, en s'en- gageant à faire célébrer par les moines l'anniversaire du généreux donateur et à assurer la perpétuité de son souvenir34. Dans un certain nombre de cas très limité, l'abbé peut faire inscrire son nom dans le martyrologe de l'abbaye35 pour que sa mémoire fasse l'objet des prières des religieux, ou l'associer aux prières des moines, lui assurant ainsi les mêmes bénéfices que ceux conférés par l'état monastique36. Ce privilège n'est accordé que quatre fois37, alors que les donateurs ne sont les seigneurs ni les plus importants, ni les plus généreux. Il apparaît presque comme le dernier recours pour obtenir l'accord de la personne après des conflits particulièrement longs et difficiles, comme avec Othon de Mauzé qui abandonne ses revendications sur une rente après la concession de ce privilège.

  • 38 Arcère (op. cit. n. 24), ms. 147 (Mi. 293), fol 83 ; Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 69 (...)

21L'abbaye de Maillezais est aussi une seigneurie importante qui perçoit des droits, exerce la justice et les banalités. Pour assurer ces fonctions, les moines ne suffisent pas et ils doivent faire appel à des seigneurs laïcs qui monnaient leur appui momentané contre des privilèges et des fiefs, entraînant de ce fait de constantes oppositions et négociations, parfois maintes fois réitérées. Pour s'assurer du soutien de ces petits chevaliers et hommes d'armes, l'abbé concède jusqu'au xiiie siècle des comptants, des parcelles de terre dont le produit était partagé. Ce système simple a été largement utilisé38.

  • 39 Besly (J.), op. cit. n. 33, p. 309 (1151) ; Duchesne, Histoire de La maison de Chastillon, p. 484  (...)
  • 40 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 145 (1065). Cf. annexe I.
  • 41 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 73 (1181). Cf. annexe III.

22Assurer la protection de ses domaines et rendre la justice était autrement plus délicat pour l'abbaye qui se voit contrainte de solliciter l'appui d'un de ses bienfaiteurs, le plus puissant seigneur de la région, Sebrand Chabot, en lui confiant la charge d'avoué. Cette concession était pour Maillezais (comme pour beaucoup d'abbayes) un réel danger, car elle risquait de voir ce droit lui échapper progressivement. De fait, les descendants de Sebrand Chabot considérèrent qu'ils avaient cette charge en propre et que l'abbé ne pouvait plus la leur retirer. Celui-ci dut aller devant le roi pour obtenir la restitution de la charge, mais on n'a aucune preuve que cette décision ait été respectée sur le terrain39. L'abbaye de Maillezais, de par sa situation, a rapidement fait l'objet de menaces ; c'est ainsi que l'on peut interpréter un texte très précoce (datant de 1065) et fort particulier, présenté en annexe40. Ce document rappelle qu'il était interdit à tout seigneur ou chevalier d'acheter des terres coutumières dans le domaine de l'abbaye. Or, un chevalier du nom d'Isembert en demande permission à l'abbé et, pour obtenir son accord, précise qu'il la redonnera après sa mort. Il semble donc que dès cette époque, l'abbé cherche à protéger ses domaines pour qu'ils ne tombent pas sous le contrôle de laïcs, ce qui signifierait inévitablement la perte de ses droits et revenus (dîme, cens...). Cette immixtion des laïcs, de ces petits seigneurs dans la vie de l'abbaye est très importante comme le prouve un acte leur attribuant les droits d'abattage des animaux, présenté en annexe41. Cet acte, daté entre 1045 et 1060 et copié en 1181, rappelle que l'abbé avait confié à un laïc nommé Hildred un « fief de cuisine ». Après un conflit, son fils Seguin le récupère : il est alors chargé de cette fonction pour l'alimentation des moines et peut en échange garder une partie de la viande. Or, on se rend compte, à la lumière d'un conflit arrivé cent vingt ans plus tard, que cette charge a échappé aux moines : un des descendants -qui a pris le nom de son ancêtre en cognomen - considère qu'elle lui revient par droit de succession en héritage et non comme un fief.

23Ce dernier exemple met bien en évidence les relations très intimes mais également conflictuelles qui lient l'abbaye à des seigneurs qui cherchent constamment à accaparer le plus de droits possibles. Les conflits, dont l'origine est souvent ancienne (1040, 1065,...) apparaissent en pleine lumière avec les « nouvelles notices » mises en évidence dans la première partie. Ils révèlent la présence et l'émergence d'une nouvelle catégorie de seigneurs, présents mais ignorés dans les anciens actes qui voient leur rôle et leur importance grandir à l'ombre de l'abbaye.

24Maillezais est devenue l'abbaye la plus importante de la région. Profitant de ses appuis et de la réforme grégorienne, elle étend son réseau d'églises et de prieurés au détriment d'autres établissements religieux.

  • 42 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 79 (1197).
  • 43 Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand, ms. 381, fol. 128. Cf. Annexe IV.

25Grâce à une série de dons, elle établit des liens avec des fondations assez éloignées comme le prieuré de Ligugé en Haut-Poitou ou l'abbaye de Seuilly près de Loudun ; en Aunis, elle reçoit le prieuré de Saint-Étienne-de-Vaux et, en Anjou, celui de Vendanger. C'est surtout en Bas-Poitou qu'elle réussit à établir un puissant réseau d'églises et de prieurés, comme on peut le voir sur la carte 1. Deux témoignages de cette constitution sont particulièrement nets : le premier est la bulle de Célestin III de 1197 qui prend l'abbaye sous sa protection et énumère ses biens42. L'autre est un acte de l'évêque de Poitiers de 1200, reproduit en annexe43, dénombrant les églises et les prieurés avec les rentes qu'ils lui devaient. Cette extension se marque toutefois par des tensions et si l'on note, entre ces deux dates, l'acquisition de plusieurs prieurés (Saint-Maurice-des-Noues, Xanton), d'autres en revanche semblent avoir disparu (Saint-Étienne-d'Elle, Velluire).

  • 44 « Chartes et documents pour servir à l'histoire de l'abbaye de Saint-Maixent », éd. A. Richard dan (...)
  • 45 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. LXXIX, fol. 1001 (1090) ; vol. XXVII ter, fol. 171 (1092).
  • 46 Codex Diplomaticus Ordinis Sancti Rufi, Valence, éd. U. Chevalier, 1891, n° 20 (1139).
  • 47 Ibid, p. 88. Le 20 mars 1199, le pape Innocent II interdit à tous les chanoines de quitter leur ét (...)

26L'abbaye bénéficie des restitutions favorisées par la réforme grégorienne pour exercer son contrôle sur des églises dépendant jadis d'autres abbayes. C'est le cas pour Saint-Maixent de Prahecq et de Saint-Martin-de-Frai- gneau, relevant primitivement de Saint-Maixent, ou de Saint-Vincent-de- l'Orbrie, à l'origine prieuré de Bourgueil44. En pays charentais, Maillezais semble avoir eu plus de mal pour établir son contrôle, notamment sur l'église de Mornac. Le 24 février 1090, Raoul, évêque de Saintes, la restitue à l'abbaye mais des problèmes ont dû surgir puisqu'il doit de nouveau confirmer le don en 1092, moyennant un cens élevé45. La situation est plus complexe encore, puisque l'on apprend qu'en 1139, le pape Innocent II a restitué cette église (ainsi que celle d'Arvert, de Saint-Cyr, de Saint- Pierre de Chaillevette et de la chapelle Saint-Romain) non à Maillezais46, mais aux chanoines de Saint-Ruf, allant à l'encontre des prétentions de Cluny et de Maillezais. Le conflit avec les chanoines prend des proportions accrues lorsque les moines sont accusés de faire de la propagande pour attirer les chanoines des prieurés de Sainte-Gemme et de Cheffois, ce qui amena le pape à prendre une décision solennelle47 interdisant à tout chanoine de quitter son prieuré.

27Le réseau d'églises et de prieurés relevant de Maillezais a servi de points d'ancrage à la constitution d'un vaste domaine. Voyons les stratégies mises en place pour l'acquisition et la mise en valeur de ces propriétés. Si la dotation initiale du comte comprenait de grands domaines autonomes, par la suite (surtout à partir du milieu du xiie siècle), les dons des familles seigneuriales sont de nature très différente et concernent surtout des petites parcelles de terre, puis presque uniquement des rentes, comme on peut l'observer sur le tableau suivant :

Tableau 4 : Propriétés concédées à l'abbaye en dehors de la dotation originale

Tableau 4 : Propriétés concédées à l'abbaye en dehors de la dotation originale
  • 48 Arcère (op. cit. n. 24), ms. 129 (Mi. 106), fol. 48 (1275) : Tradidi [...] ad calendas omnes terra (...)
  • 49 Porteclie, seigneur de Marans concède aux abbés de Saint-Michel-en-l'Herm, l'Absie, Saint-Maixent, (...)

28Les donateurs ne cèdent en général pas l'ensemble des droits sur une terre. En de nombreux cas, ils en gardent une partie, se réservant ainsi un droit de regard (devenant prétexte dans les revendications ultérieures). Souvent, les dons impliquent également une contrepartie de la part des moines ; par exemple, on donne la moitié des terrages à condition que les moines cultivent la terre48. Recevoir la moitié des revenus d'une terre mise en valeur rapporte plus que percevoir l'ensemble des bénéfices d'une terre en friche ! L'entraide peut prendre une ampleur remarquable dans le cas de la mise en valeur du marais. C'est ainsi que vers 1216-1217, Pierre de Velluire et Porteclie de Marans passent accord avec les différents abbés pour creuser un canal - celui dit « des Cinq-Abbés » - et assécher les terres du marais49.

  • 50 En 1101, le pape Pascal II mande à Pierre évêque de Poitiers d'ordonner au nouvel abbé de Mailleza (...)

29Dans ce cadre, l'abbé de Maillezais a cherché à se constituer un solide réseau de soutien. Mais la position de l'abbaye a souvent été ambiguë ; elle a oscillé entre un désir d'autonomie et une réelle intégration à l'ordre cluni- sien et il faut d'ailleurs toute l'autorité du pape et de l'évêque de Poitiers en 1101, pour que son abbé se soumette à celui de Cluny50. Toutefois, l'abbaye bourguignonne la laisse gérer seule ses affaires proprement poitevines. En Bas-Poitou, son réseau d'appui ecclésiastique se limite aux principaux prieurés situés à proximité immédiate et dont les prieurs (ou archi- prêtre) apparaissent dans les actes aux côtés de l'abbé : l'Hermenault (7 fois), Vouvant (4), Xanton (2), Bazoges (3), Ardin (4). Les autres prieurs n'apparaissent pas et on note même des tensions avec d'autres établissements. C'est le cas de l'abbaye de Saint-Étienne-de-Vaux qui dépend d'elle et dont son abbé fut excommunié pour avoir refusé de reconnaître les décisions de Maillezais.

  • 51 Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand, ms. 381, fol. 128 : Cum inter nos contreversia verteret (...)
  • 52 Besly (J). op. cit. n. 33, p. 464 (vers 1150).
  • 53 Éd. Th. Grasilier, op. cit. n. 22, n° 41 (1171).
  • 54 Pon (G.), « La dévastation de l'abbaye de Maillezais (v. 1223-1232) par Geoffroy II de Lusignan di (...)

30Même si, à l'image de Cluny, Maillezais cherche à s'émanciper de la tutelle de l'évêque, elle abandonne finalement la lutte et renonce en 1200 aux privilèges épiscopaux qu'elle s'était forgée pour se soumettre à sa juridiction51. D'ailleurs, le soutien de l'évêque de Poitiers est réel tout au long de la période : en 1150, il lui adjuge l'église de Mouzeuil52 en 1171, il règle les contestations avec Notre-Dame de Saintes 53 et va même jusqu'à rédiger plusieurs notices pour excommunier toute personne qui y provoquerait des nuisances. Son soutien, puis celui direct du pape n'ont pas failli et ont permis à l'abbaye de faire face aux graves exactions dont celles abondamment relatées de Geoffroy la Grand'Dent54.

31Le monastère du comte Guillaume a finalement su se créer, dans une région pourtant décrite comme vide et couverte de forêts, un remarquable réseau d'églises et de prieurés, pour apparaître au xiie siècle comme l'abbaye la plus importante du Bas-Poitou. Cette expansion a mis en relation les moines avec les familles seigneuriales installées dans cet espace. Cette rencontre ne se manifeste pas par l'opposition de deux stratégies totalement opposées ; bien au contraire, ils ont des alliances complexes, ponctuées à intervalles réguliers par des conflits, témoignant d'un changement dans la situation économique ou dans les réseaux de liens. Ces relations heurtées sont cependant à bénéfice réciproque ; si l'abbaye reçoit des dons des familles, elle les restitue aussi, sous forme de bénéfices et de charges matérielles, et surtout d'appuis spirituels ; elle est le lieu de mémoire des lignages qui se créent et cherchent à affirmer leur puissance dans l'entourage de Maillezais. Ces liens entre seigneurs laïcs et ecclésiastiques se nouent à une autre échelle et permettent la mise en valeur et le développement de toute une région, avec l'aménagement collectif des marais. À l'ombre de l'abbaye, se met en place et se structure toute une société où s'affirment « ministériaux », hommes d'armes, chevaliers qui voient leur importance et leur rôle s'accroître de façon considérable, à la fin du xiiie siècle, en Bas-Poitou.

Pièces justificatives

Fig. 1 : Églises et prieurés dépendants de l'abbaye de Maillezais

Fig. 1 : Églises et prieurés dépendants de l'abbaye de Maillezais

Fig. 2 : Châteaux et réseaux de relations autour de l'abbaye de Maillezais à la fin du xiie siècle.

Fig. 2 : Châteaux et réseaux de relations autour de l'abbaye de Maillezais à la fin du xiie siècle.

1065- Maillezais

32L'abbé Théodelin ayant interdit l'achat d'une terre coutumière par un chevalier ou un sergent, le chevalier Isembert, au temps de l'abbé Humbert, a prié tous les frères du monastère de Maillezais de lui permettre de faire des achats à un sergent ou à un paysan mais il s'est engagé sur l'autel du saint à laisser la terre revenir à Saint-Pierre à sa mort ; par la suite, au temps de l'abbé Goderan, il a confirmé cet engagement au chapitre, avec ses deux neveux, devant Girard, bibliothécaire de l'abbaye qui avait connu ces trois abbés de Maillezais.

33Original perdu.

34B. Copie du xviiie siècle, à partir de A., Poitiers, Médiathèque, coll. Dom Fonteneau, vol. XXV, p. 145.

35a. Lacurie (abbé), Histoire de l'abbaye de Maillezais depuis sa fondation jusqu'à nos jours..., p. 210-211. — b. Brousseau (L.), Édition des actes de Maillezais, des origines à 1082..., p. 79.

36Domnus abbas Teodelinus omni tempore prohibuit, quod nec eques, nec serviens emisset terram consuetudinariam. Idcirco Isembertus eques venit tempore domni Humberti abbatis precatusque est omnes fratres monasterii Malliacensis quatinus pemitterent ei emere ubicumque opportunum posset reperire, sive de serviente, seu de rustico, tali conventione ut in vita sua teneret ; post mortem vero suam soluta et quieta Sancto Petro remaneret, et de hoc posuit donum super altare. Postmodum in tempore domni Goderanni abbatis venit in capitulum, omnibus videntibus, qui eo tempore vivebant, ducens secum duos suos nepotes, ne contra- rii de hac re in posterum efficerentur. Qui cum assensum ei de omnibus praebuissent, reconciliavit donum et societatem eodem modo quo prius fecerat. Cui conventioni ego Gerardus Sancti Petri bibliothecarius, qui hos tres abbates vidi, interfui. Pariterque ne posteros latere quiret, manu nostra notavi. Praeterea tenebat unum jugerum vinearum, unde abbas Teodelinus dedit ei complantum in vita sua. Post mortem vero suam accipient monachi complantum, sicut de aliis. Scripta est autem haec carta millesimo sexagesimo quinto anno ab Incarnatione Domini.

[1198]

37Pierre, fils d'Egelfred, avec l'accord de ses frères Ramnulf Popel et Alexandre donne à Dieu et à l'abbaye de Maillezais, la dîme sur toute la terre de l'essart de Saint-Martin, sous la réserve du terrage et à condition que les moines cultivent la terre.

  • Original perdu
  • Copie du xviiie siècle, sur A., Poitiers, Médiathèque, coll. Dom Fonteneau, vol. LXXIX, fol. 993.- B'. Autre copie du xviiie siècle sur A, La Rochelle, Médiathèque, Arcère, ms.129, (Mi. 106), fol. 78.

38INDIQUE : Delhommeau (L.), Notes et documents pour servir à l'histoire de l'abbaye de Maillezais..., n° 112, p. 34.

39Notum sit omnibus tam futuris quam presentibus, quod Petrus filius Engelf- redi consilio et concessione [...] berti [...] fratrumque suorum Ramnulfi scilicet et Popelli atque Alexandri, donat Deo et Sancto Malleacensi Petro, totam decimam totius terre de l'essart Sancti Martini et rupturam, ita ut monachi colant terram et ipse mittat tertiam partem in semine et accipiat, habeat terragium suum et terram Airaudi de Vertavo. Similitera sciendum est utique quod hoc est aceptamentum suum. Hujus donationis sunt testes : Ramnulfus frater ejus, Rainbaldus Grailibus, Arnaldus frater ejus, Salomon, Radulfus Batelleas, hoc donum fecit ipse in die Sancto Pasche super altare Sancte Marie de Borgenet : videntibus istis Tetbaldo camerario, Arnaldo cocco, David cocco, Petro de Berceria, Constantino priore ceterisque quam pluribus.

40+ + + b

41+

42+

43a- Dans B'. Similiter

44b- D'après Dom Fonteneau, Arcère et Jaillot qui ont recopié ces textes au xviiie siècle, toutes les croix dessinées à la fin de l'acte sont de main originale.

1181

45Copie de 1181 relatant une transaction passée entre 1045 et 1060 entre l'abbé et les religieux de Maillezais, et un nommé Guillaume Seguin, au sujet de la charge de queux ou maitre de cuisine de cette abbaye, que les ancêtres de Guillaume avaient possédée à titre de fief ou bénéfice et qu'il prétendait lui appartenir par droit de succession.

  • Original, autrefois scellé, aujourd'hui perdu
  • Copie du xviiie siècle, sur A., Poitiers, Médiathèque, coll. Dom Fonteneau, vol. XXV, fol. 73. — B'. Autre copie du xviiie siècle, sur A., La Rochelle, Médiathèque, Arcère, ms 129, (Mi. 106), fol. 16.

46a. Lacurie (abbé), Histoire de l'abbaye de Maillezais depuis sa fondation jusqu'à nos jours..., p. 274-275.

47INDIQUE : Delhommeau (L.), Notes et documents pour servir à l'histoire de l'abbaye de Maillezais..., n° 102, p. 33.

48Ad removendam contentionem et omnem querimoniam quae inter monachos Malleacenses et Giraudum Segini versabatur propter quedam quae in monachos indigne clamabat, ut eis videbatur, sed ipse e contra de jure illa se reclamare dice- bat ; statuit Willelmus abbas cum capituli sui consilio tale pactum cum predicto Giraudo quod annuatim duo sextaria frumenti in area monachorum reciperet cum mansura terre vendenti et ementi. Addidit etiam huic pacto quod duas obas vini haberet in die quale monachis datur, panemque de magno pondere generale sicut monachi. Placuit eidem abbati ut eidem Giraudo feudum suum tam de coquina quam de infirmaria ex integro rederet, sicut predecessor suus abbas Petrus post mortem Giraudi Seginy reddidit Raimondo patri suo sine placito, sicut idem Girau- dus habuit a predecessoribus abbatibus unde quartam suam habebat. Carta autem ejus haec est : ego H [umber] tus abbas omnisque caterva Malleacensis dedimus in capitulo nostro Seguino filio Hildredi, beneficium totius coquine nostre quod ipse clamabat pro patre suo jam dicto Hildredo, quem occidit Rodbertus Gover prepositus, nos emendavimus post mortem ejus, C solidos ; ipse autem nostra nobis induisit atque reddidit tali conventu ut ipse et heredes ejus in perpetuum a nobis haberent illud jam dictum beneficium sicut pater suus ab antecessoribus nostris habuerat, id est ut sit magister cocus. De bestiis autem quas occidere fecerimus ad opus nostrum in prepositura ad opus f [ratrum] et hospitum, dico non potentum virorum contra quos feudum istud deffendere non possumus, habebit de bove caput, pedes, collum, ventrem et corevam. De porcis, sive unum sive plures in una mactatione occiderit, unum solum plasium habebit, id est collum. De singulis vero porcis depilatis unctum et frixuram, et femina que ventres separabit et lavabit de unoquoque ventre unum panem grossum habebit. De ariete caput, pedes, ventrem, corevam ; similiter de agnis. Haec si quidem firmata fuit cum Giraudo Segini, ut in bona pace cum monachis remaneret omni postposita querela ab utraque parte, domno Willelmo abbate Malleacensi concedente et omni conventu. Anno millesimo centesimo octogesimo primo ab Incarnatione Domini. Hujus pacti sunt testes Johannes prior, Thomas subprior, Willelmus Surgeriensis qui hanc cartam renovavit, Willelmus Caloel, Petrus Pius, Andréas Rex, Rainaudus Begaud.

1200- Poitiers

49Traité entre Maurice de Blazon, évêque de Poitiers et Clément, abbé, et les religieux de Maillezais, par lequel ceux-ci renoncent aux privilèges d'exemption qu'ils prétendaient leur avoir été accordés par le Saint-Siège, se soumettant à perpétuité à la juridiction de l'évêque de Poitiers.

  • Original perdu
  • Copie Poitiers, Médiathèque, ms. 381, fol 128. -C1. Copie du xviiie siècle, Poitiers, Médiathèque, coll. Dom Fonteneau, vol. III, fol. 291-296. -C2. Autre version, fol. 99.

50a. Redet (L.), Cartulaire de l'évêché de Poitiers, A.H.P., t. 10, 1881, p. 4-6. - b. Lacurie (abbé), Histoire de l'abbaye de Maillezais depuis sa fondation jusqu'à nos jours..., p. 290.

51INDIQUE : Delhommeau (L.), Notes et documents pour servir à l'histoire de l'abbaye de Maillezais..n° 117, p. 35.

52Mauricius, Dei gratia Pictavensis episcopus, G. decanus et capitulum ejusdem ecclesie, Clemens, abbas, et capitulum Malleacense, omnibus presentem paginam inspecturis salutem in perpetuum. Cum inter nos controversia verteretur, propo- nentibus nobis abbate et capitulo Malleacensi monasterium nostrum tam in capite quam in membris a juridictione Pictavensis ecclesie liberum penitus et immune et hoc quibusdam privilegiis apostolice sedis instruere nitentibus ; nobis vero episcopo respondentibus ex adverso quod, si qua essent privilégia, longissimi tempo- ris prescriptio quo non fuerant usi, ipsis vero in hac parte silentium imponebat, et in super compositio inter dominum Johannem, quondam episcopum Picta- vensem, archiepiscopum postea Lugdunensem, et abbatem Malleacensem cum voluntate sui capituli celebrata et fidei interpositione roborata, quam nos posse probare dicebamus : tandem, lites et contentiones hinc inde propter hoc suscita- tas sopire in perpetuum cupientes, inter nos amicabiliter composuimus in hune modum. In primis itaque cassamus et refutamus omnia instrumenta ab utraque parte, que sive privilegiis, indulgentiis vel cujuscumque generis documentis aut aliis probacionibus consistunt, tam in antea quam in posterum quacumque machi- natione impetranda, in eo quod ad hanc causam pertinent et materiam litis pres- tant ; pariter concedentes quod episcopus Pictavensis et ministri ipsius ecclesia Pictavensis plénum jus episcopale tam in capite quam in menbris Malleacensis monasterii habent et in perpetuum habebunt, sicut in aliis Pictavensis diocesis monasteriis. Siquidem, deffuncto abbate Malleacensi vel eo cedente, electus a conventu juxta morem aliorum abbatum benedictionem ab episcopo Pictavensi accipiet, et Pictavensi sedi in presentia episcopi professionem faciet subscriptione propria roboratam, et de mandato episcopi per archidiaconum terre vel per alium, si archidiaconus non fuerit presens, honorifice collocabitur in sede Malleacensi secundum Lateranense concilium gratis et absque pactione. Sane semel in anno ad synodum Pictavensem veniet, et in ea sicut alii abbates sedebit, in alia vero, si voluerit, sedebit. Si autem noluerit, non veniet, sed excusationem suam litterato- rie ad sedem episcopalem per aliquem suum monachum destinabit, cujus excusationem episcopus conniventibus oculis pertransibit dicens : abbatem volumus remansisse. Semel in anno, quando placuerit episcopo Pictavensi, Malleacense monasterium visitabit, et in adventu suo unicam procurationem eidem impendent. Apud Lugudiacum semel in anno ejusdem loci prior unicam episcopo procurationem debitam faciet. In prioratu de Larmenaut LXX solidorum currentis monete, in vendendo et emendo summam [episcopus] non excedet in expensis ; quod si fecerat, de duo solvet quod predictam summam excedet. Similiter in prio- ratibus infra scriptis : in prioratu de Volvento LXY solidi ; in prio ratu de Champ- dener LXV solidi ; apud Monsolium LX solidi ; apud Xanton XL solidi ; apud Sanc- tum Stephanum de Niorto XL solidi ; apud Sanctum Michaelem Clausum XL solidi ; apud Ardunum XXXV solidi ; apud Sanctum Hilarium de Fonteniaco XXXV solidi ; apud Mayreventum XXX solidi ; apud Sanctum Moricium XXX solidi ; in prioratu de Praeco, ubi sacerdos ejusdem loci terciam partem confort in procura- tione, ejusdem portione non computata, XXX solidi ; similiter in prioratu de Foresta et de Cloenayo et de Basogiis, quoniam sibi et non capellanis suis in hac parte monachi vigilaverunt. Ad hec prior Sancti Remigii prope castrum Haiam episcopoetiam non visitanti XX solidi currentis monete nomine procurationis singulis annis persolvet. In prefatis vero expensarum summis paleas et hujusmodi vilia, variam domus suppelectilem, que in vasis, culcitris, linteaminibus et similibus consistit, priores nullatenus computabunt. Ad hec archidiaconus Briocensis integram juri- dictionem suam super abbatiam et membra que sunt in suo archidiaconatu habet in perpetuum, et habebit in abbatia unicam procurationem debitam ; similiter in prioratu de Legudiaco habebit ; in quinque prioratibus, videlicet Larmenaut, Monsolio, Xancton, Volvento et Champ […..] dener summam XV solidorum currentis monete. In vendendo et emendo non excedet in aliis X ; quod si fecerit, quod super- erit de suo solvet : si minus, in utilitate prioris cedet. Archipresbyteri locorum, si fuerint canonici Pictavenses, cum tribus equis ; si non, cum duobus. Itaque nullos alios invitabunt apud priores recipientur tam in capite quam in membris. Prete- rea decanus et canonici Pictavenses sicut consuetum fuit hactenus apud eos recipientur. Hoc autem concessimus nos Mauricius, Pictavensis episcopus ; G. decanus, W. Briocensis archidiaconus, J. Butembaudi capicerius, J. Arnaudus, archipresbiter Ardunensis, qui mandatum a capitulo toto Pictavensi super hoc acceperant, hoc idem in manu nostra fidei interpositione in osculo pacis firmave- runt. Pro me vero abbate et capitulo Malleacensi id idem in manu dicti domini Mauricii Pictavensis episcopi fide interposita et pacis osculo concesserunt W. prior abbatie Malleacensis, Arnaudus prepositus, Petrus, aquacions3 Malleacensis, prior Ardunensis. Si camerarius abbatie, prior de Larmenaut, et W. prior de Xancton, qui eodem modo a me abbate et capitulo Malleacensibus super hoc mandatum acceperant. Actum Pictavis, apud Sanctum Cyprianum, per manum P. decani Montisacuti notarii nostri, anno Domini millesimo ducentesimo, presentibus Petro Aureevallis et A. de Sancto Leodegario abbatibus et magistro W. Blandin canonico Cellensi. Preterea presentes fuerunt, et se id posse suo bona fide servaturos fide religionis interposita promiserunt magistri Guillotus, canonicus Pictavensis ; Asia- nensis decanus, W. prior Legudiaci, Clemens, cantor Malleacensis, Willelmus, prior de Basogiis [...] monasterii Malleacensis. Ut autem hoc in perpetuum firmum et inviolabile perseveret, presentem paginam sigillorum nostrorum munimine feci- mus roborari.

53a- probablement au lieu d'aquarius.

Bibliographie

Bibliographie citée :

Brousseau (L), Édition des actes de l'abbaye de Maillezais de ses origines à l'année 1082, Mém. Maît., univ. Poitiers, 1995.

Delhommeau (L.), Notes et documents pour servir à l'histoire de l'abbaye Saint- Pierre de Maillezais au diocèse de Luçon depuis sa fondation (976) jusqu'à son érection en évêché par le pape Jean XXII (13 août 1317), Paris, 1961.

Lacurie (abbé), Histoire de l'abbaye de Maillezais, Fontenay-le-Comte, 1862.

Redet (L.) Cartulaire de l'évêché de Poitiers, Poitiers, 1881 (Archives historiques du Poitou, X).

Notes

1 On peut se reporter, à ce sujet, à l'article de S. Refalo dans le présent volume.

2 Guyotjeannin (O.), « Penuria scriptorum, le mythe de l'anarchie documentaire dans la France du Nord (xe- première moitié du xie siècle) », Bibliothèque de l'École des chartes, t. 155, 1997, p. 42.

3 Dans ces 166 actes, on note un nombre assez important de bulles pontificales, d'actes royaux, d'écrits d'évêques ou de grands seigneurs qui n'ont rien à voir avec la production des moines de Maillezais.

4 Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand, coll. Dom Fonteneau.

5 Arcere (L.), Histoire de la ville de La Rochelle et du pays d'Aunis, La Rochelle, 1756.

6 Barthélemy (D.) « Une crise de l'écrit ? Observations sur des actes de Saint-Aubin d'Angers au xie siècle », Bibliothèque de l'École des chartes, t. 155, 1997, p. 95-119.

7 Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand, coll. Dom Fonteneau, vol. XXV, fol. 15.

8 La lre référence renvoie à Luc, XI, 41, « Donnez l'aumône selon vos moyens et tout sera pur pour vous », l'autre à Matthieu VI, 20, « Amassez des trésors dans le ciel, où ni les vers ni la rouille ne les rongent ».

9 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 391.

10 Il renvoie à Luc XIV, 33, « Quiconque d'entre vous ne renonce pas à ce qu'il possède ne peut être mon disciple », puis à Matthieu, XVI, 24, « si quelqu'un veut venir à ma suite, qu'il renonce à soi-même, qu'il prenne sa croix et me suive », à Luc, IX, 23, et enfin à Jean, XII, 26, « si quelqu'un veut être mon serviteur, qu'il me suive, et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. »

11 Cf. pièce justif. II. Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. LXXIX, fol. 993.

12 Dom Fonteneau, Jaillot et Arcère ont pris soin, en recopiant ces actes, d'étudier l'écriture et ont constaté que sur de très nombreux originaux, les noms des témoins étaient inscrits de la même main que le reste du texte, mais que celles qui avaient tracé les croix différaient.

13 À l'abbaye de l'Absie, située à quelques kilomètres, les moines ont compilé plus tardivement, un cartulaire des chirographes. Cartulaires et Chartes de l'abbaye de l'Absie, éd. B. Ledain, Poitiers, 1895 (Archives historiques du Poitou, XXV).

14 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 45 et fol. 73 : Videntes homines illos quos abbas produscerat non esse idoneos neque sufficientes ad hoc probandum.

15 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV ; fol. 185 : Hujus rei testes sunt ex parte mea, Alo de Sancta Euge- nia [...] ex parte autem abbatis. Voir aussi vol. XXVII ter, fol. 181, (1192) : Ex parte laicorum et vol. XXV, fol. 105, (1216).

16 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, p. 13 (1045-1060) : Fecimus cartam scribere et posuimus super altare ;vol. XXV, p. 391 (14 août 1065) ; vol. XXV, fol. 159 (21 octobre 1090) ; vol. XXV, fol. 61 (1159) : Confirmavit ante corpus Domini super altare Sanctorum Apostolorum et Sanctorum quorum reliquare ibi sunt.

17 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 159 : Guido, dux Aquitanorum [...] donavit [...] sub die V nonas martii, in Castro Matrevensi, in caméra mea [...], videntibus hoc [...]. Facta autem haec carta et confirmata in castro Vulvento, in domo Airaldi de Forgis, VII idus aprilis.

18 On le voit dans un acte relatant le conflit entre Othon de Mauzé et l'abbé de Maillezais. Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 183 : Post mortem [...] venit Otto.

19 Voir à ce sujet l'article de S. Refalo dans le présent ouvrage.

20 Marsac (M.), Inventaire archéologique par photographie aérienne des abords du golfe des Piétons, Saint-Jean-d'Angély, Bordessoules, 1991, 2 vol.

21 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 189 ; vol. XXVII ter, fol. 181.

22 Cartulaire de l'abbaye Notre-Dame de Saintes, éd.Th. Grasilier, Niort, 1871,n°227, p. 146 ; Ledain (B.), op. cit. n. 13, p. 48 ; Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 151 (1073) ; vol. XXVII ter, p. 167 (1066-1082) ; vol. XXV, fol. 189(1191).

23 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 185 (1185) ; vol. XXV, fol. 189 (1191) ; Ledain (B.), op. cit. n. 13, n° 38 p. 172.

24 La Rochelle, Médiathèque Michel-Crépeau, ms. 147 (Mi. 293), fol. 285 (Notes du Père Arcère).

25 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXXVIII, fol. 1 (1270) ; Arcère (op. cit. n. 24), ms. 147 (Mi. 293), fol. 87 (1274).

26 Arnault (Ch.), Histoire de l'abbaye de Nieul-sur-l'Autize, n° 2, p. 78 ; Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. lat. 12758 (notes de Dom Estiennot), fol. 576-577 (Moreilles) ; Clouzot (E.), Les Marais de la S'èvre mortaise et du Lay du xe au xvie siècle, Paris-Niort, 1904, preuves p. 184-190, p. 200 ; Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 193, 195, 213, 221 ; Arcère (op. cit. n. 24), fol. 137, Ledain (B.), op. cit. n. 13, n° 143-146, charte n° 15 (1217).

27 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 61.

28 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV ; fol. 15, (1056) ; vol. XXV, fol. 31, (fin du xie siècle) ; Dom Estiennot (op. cit. n. 26), fol. 598, (1244-1252), (Moreilles)

29 « Cartulaire de l'abbaye Saint-Cyprien », éd. L. Redet, dans Archives historiques du Poitou, III, n° 570, p. 333 (1090).

30 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 193, (1196) ; vol. XXVII ter, fol. 197 (1216 ; Ledain (B.), op. cit. n. 13, p. 145-146.

31 Bouchard (C. B.) Sword, mitter and Cloister. Nobility and the Church in Burgundy (980-1198), Ithaca, Londres, 1987, p. 148.

32 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 43, (1114).

33 Vers 1100, il concède les alleux de Fenouillet, Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 41, vers 1150, il intervient pour la restitution de l'église de Mouzeuil à l'abbaye ; Besly (J.) Histoire des comtes du Poitou... preuves p. 464.

34 Arcère (op. cit. n. 24), ms. 129 (Mi. 106), fol. 89 (1133).

35 Pour mettre fin au conflit qui opposait les moines de Maillezais et ceux de Saint-Serge d'Angers concernant le prieuré de Vendanger, l'abbé de Maillezais décide, lors du règlement de la dispute et pour arriver à un accord, d'inscrire le nom de l'abbé d'Angers sur cette liste. Arcère (op. cit. n. 24), ms. 129 (Mi. 106), fol. 11 (1110).

36 Et totus conventus dedderunt et beneficium ecclesiae suae et confecerunt fratrem et participem omnium orationum suarum et in vita et in morte, Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 183 (fin du xiie siècle).

37 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV fol. 13, fol. 163, fol. 183, fol. 189.

38 Arcère (op. cit. n. 24), ms. 147 (Mi. 293), fol 83 ; Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 69 (1166).

39 Besly (J.), op. cit. n. 33, p. 309 (1151) ; Duchesne, Histoire de La maison de Chastillon, p. 484 ; Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 165.

40 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 145 (1065). Cf. annexe I.

41 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 73 (1181). Cf. annexe III.

42 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 79 (1197).

43 Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand, ms. 381, fol. 128. Cf. Annexe IV.

44 « Chartes et documents pour servir à l'histoire de l'abbaye de Saint-Maixent », éd. A. Richard dans Archives historiques du Poitou, t. XVI et XVIII, 1886.

45 Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. LXXIX, fol. 1001 (1090) ; vol. XXVII ter, fol. 171 (1092).

46 Codex Diplomaticus Ordinis Sancti Rufi, Valence, éd. U. Chevalier, 1891, n° 20 (1139).

47 Ibid, p. 88. Le 20 mars 1199, le pape Innocent II interdit à tous les chanoines de quitter leur établissement pour rentrer au monastère de Maillezais suivre la règle de saint Benoît.

48 Arcère (op. cit. n. 24), ms. 129 (Mi. 106), fol. 48 (1275) : Tradidi [...] ad calendas omnes terras quod habeo ; Dom Font. (op. cit. n. 7), vol. XXV, fol. 221 (1272) ; vol. LXXIX, fol. 993 (1198).

49 Porteclie, seigneur de Marans concède aux abbés de Saint-Michel-en-l'Herm, l'Absie, Saint-Maixent, Maillezais, et Nieul-sur-l'Autize le droit de creuser un canal dans les marais du Langon (Ledain (B.), op. cit. n. 13, p. 143-145), suivi par Pierre de Velluire seigneur de Chaillé, (ibid., p. 145-146). Voir également, dans le présent volume, l'article de J.-L. Sarrazin.

50 En 1101, le pape Pascal II mande à Pierre évêque de Poitiers d'ordonner au nouvel abbé de Maillezais de faire acte d'obéissance envers l'abbé de Cluny (Recueil des Historiens de France, t. 15, p. 23).

51 Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand, ms. 381, fol. 128 : Cum inter nos contreversia verteretur, proponentibus nobis abbate et capitulo Malleacensi monasterium nostrum tam in capite quam in membris a juridictione Pictavensis Ecclesie.

52 Besly (J). op. cit. n. 33, p. 464 (vers 1150).

53 Éd. Th. Grasilier, op. cit. n. 22, n° 41 (1171).

54 Pon (G.), « La dévastation de l'abbaye de Maillezais (v. 1223-1232) par Geoffroy II de Lusignan dit Geoffroy à la Grand' Dent », dans Bulletin de la Société des antiquaires de l'Ouest, 5e série, t. 12, 1998, p. 223-313.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Nature juridique des actes émanant de l'abbaye de Maillezais
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18544/img-1.png
Fichier image/png, 660k
Titre Tableau 2 : Évolution de la nature des actes provenant de l'abbaye de Maillezais
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18544/img-2.png
Fichier image/png, 328k
Titre Tableau 3 : Système de validation des actes de l'abbaye de Maillezais
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18544/img-3.png
Fichier image/png, 448k
Titre Tableau 4 : Propriétés concédées à l'abbaye en dehors de la dotation originale
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18544/img-4.png
Fichier image/png, 929k
Titre Fig. 1 : Églises et prieurés dépendants de l'abbaye de Maillezais
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18544/img-5.png
Fichier image/png, 700k
Titre Fig. 2 : Châteaux et réseaux de relations autour de l'abbaye de Maillezais à la fin du xiie siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18544/img-6.png
Fichier image/png, 2,0M

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540