Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'abbaye de Maillezais

 | 
Mathias Tranchant
, 
Cécile Treffort

3e partie. Maillezais, enjeu de pouvoirs

Les ducs d'Aquitaine et l'abbaye de Maillezais (vers 970-vers 1100)

Sylvie Refalo

Texte intégral

1La vocation de tout moine est, en théorie, de vivre dans l'isolement. La règle de saint Benoît a été rédigée pour des laïcs voulant imiter le Christ en vivant « au désert ». Cependant, au Moyen Âge, la solitude du cloître est constamment remise en cause. Notamment après la réforme de Benoît d'Aniane, les moines sont, par le rôle qui leur incombe, contraints de s'ouvrir à la société. Dès lors, le monde monastique ne peut plus se penser isolément, sans prendre en compte les relations qu'il entretient avec le siècle et, en particulier, avec l'aristocratie détentrice du pouvoir temporel ou des richesses.

2Maillezais n'échappe pas à cette règle. Dans son premier siècle d'existence, ses principaux interlocuteurs laïcs sont les comtes de Poitiers, ducs d'Aquitaine. Ils jouent un rôle essentiel, en raison de leur fonction politique éminente dans la région où est construite l'abbaye, mais aussi et surtout parce qu'ils en sont les fondateurs.

  • 1 Gallia christiana, II, Instrumenta, col. 360-361 (962 : charte de fondation de l'abbaye) ; col. 36 (...)

3Au moment de la création de Maillezais, vers 968-970, le réseau monastique poitevin est déjà assez important ; son implantation est en effet ancienne, comme l'atteste la fondation de Ligugé par saint Martin. Les comtes de Poitiers, en tant qu'héritiers des prérogatives carolingiennes, sont à la tête de l'ensemble de ces établissements qu'ils patronnent pour la plupart. Ce réseau occupe surtout le Haut-Poitou. Mais parmi tous ces établissements, les comtes ne disposent pas encore de fondation personnelle. La comtesse Adèle a bien créé la Trinité de Poitiers1, vers 962, mais il s'agit d'une abbaye féminine qui ne peut endosser le rôle de représentant de la politique monastique comtale.

4Maillezais peut donc être considérée comme la première abbaye comtale. Dans la conception des hommes du xe siècle, la création d'un monastère représente l'acte d'aliénation par excellence. Une telle opération nécessite des moyens très importants. Mais au-delà des bienfaits spirituels que les fondateurs peuvent en espérer, se cachent le plus souvent des raisons politiques ou stratégiques. En effet, en dehors de leur action religieuse, les monastères représentent des relais de pouvoir. Par conséquent, lorsqu'un aristocrate fonde une abbaye, il espère que celle-ci assistera son lignage sur terre et dans l'au-delà, notamment par l'entretien de la memoria familiale. Cela explique le souci du respect de la vie monastique au cœur de leur abbaye par les fondateurs. Pour toutes ces raisons, il est intéressant de mieux cerner les relations que l'abbaye de Maillezais a pu entretenir avec eux.

5Cette étude s'intéressera donc à Guillaume Fier-à-Bras (963-996) et son fils Guillaume le Grand (996-1030), fondateurs de Maillezais, ainsi qu'à leurs héritiers directs, les fils de Guillaume le Grand. Nous verrons que Maillezais vit au rythme des comtes de Poitiers, ducs d'Aquitaine, en particulier dans son premier siècle d'existence où les liens qui l'unissent aux comtes sont plus forts qu'ils ne pourront l'être dans les siècles suivants.

6Pour illustrer cela, nous étudierons successivement trois étapes qui nous mèneront jusqu'à la fin du xie siècle : sous Guillaume Fier-à-Bras, Maillezais fut essentiellement considérée par le comte comme une fondation stratégique et symbolique ; sous Guillaume le Grand, elle devient le pôle principal de l'idéologie monastique comtale ; enfin, sous les héritiers de Guillaume le Grand, les contacts sont préservés mais se font plus distants.

Une fondation stratégique et symbolique : Guillaume Fier-à-Bras

7Les motivations pour fonder un établissement monastique sont nombreuses. En dehors des raisons purement spirituelles, il y a toujours dans la volonté du fondateur des objectifs précis qui dominent. Ainsi, il faut s'interroger sur les besoins des comtes de Poitiers au moment de la création de Maillezais.

La volonté d'affirmation de la dynastie

  • 2 Richard (A.), Histoire des comtes de Poitiers, 778-1204, Paris, 1903, p. 99-138 et 139-220.
  • 3 Ramnulf est vraisemblablement le fils de Gérard d'Auvergne et d'Hildegarde, fille de Louis le Pieu (...)
  • 4 Richard (A.), op. cit. n. 2, p. 8-14.
  • 5 Ibid., p. 50-54.
  • 6 En 927, Acfred, comte dAuvergne, parent d'Eble Manzer, décède.
  • 7 Temporairement, le roi Raoul confie le duché au comte de Toulouse Raimond-Pons.
  • 8 Première mention diplomatique du titre de duc dans la famille des Guillelmides par Guillaume Fier- (...)

8Lorsque l'idée de la fondation d'une nouvelle abbaye germe dans l'esprit de la comtesse Emma et de son époux Guillaume Fier-à-Bras2, la dynastie comtale des Guillelmides est au pouvoir en Poitou de façon presque ininterrompue depuis soixante-dix ans. Tout ce temps leur a été nécessaire pour s'imposer. En effet, la charge de comte de Poitiers a été créée au ixe siècle. Le premier ancêtre de Guillaume Fier-à-Bras à se trouver à cette fonction est Ramnulf Ier (839-866). Il est placé à ce poste par son grand-père l'empereur Louis le Pieux3. Dans la deuxième moitié du ixe siècle, les souverains carolingiens connaissent de grosses difficultés. Les Poitevins confrontés aux querelles de succession du trône d'Aquitaine et aux invasions normandes ne trouvent de secours qu'auprès des comtes. Peu à peu, l'idée de l'hérédité des pouvoirs fait son apparition. Ainsi, à Ramnulf Ier succède son fils Ramnulf II (878-890) ; lorsque ce dernier décède, son fils Eble Manzer (890/902-935) tente de prendre à son tour les rênes du pouvoir. Cependant, d'autres familles aristocratiques d'origine comtale estiment avoir autant de légitimité qu'Eble Manzer dans la succession du Poitou. Tel est le cas d'Adémar, héritier du comte Emenon (828-839)4 qui avait été remplacé à la tête du comté par Ramnulf Ier pour s'être montré hostile à l'égard de Charles le Chauve. Il en va de même des Robertiens, ancêtres de Hugues Capet, qui tentent eux aussi de récupérer le Poitou. En 902, après une opposition de dix ans5, Eble Manzer peut reprendre la tête du comté de Poitiers, avant d'hériter du titre de duc d'Aquitaine en 9276. Là encore, le comte a des difficultés à imposer cet état de fait7. Finalement, le xe siècle, au cours duquel Maillezais est fondé, correspond à la période où les comtes de Poitiers, ducs d'Aquitaine, doivent s'affirmer et s'imposer comme maîtres incontestés dans la région. Guillaume Fier-à-Bras, fondateur de Maillezais, est seulement le premier comte à oser utiliser, dans les textes diplomatiques, le titre de duc d'Aquitaine un an avant la fondation de Maillezais8. De plus, la sœur du fondateur de Maillezais, Adélaïde, épouse Hugues Capet mettant ainsi un terme à l'opposition traditionnelle entre comtes de Poitou et Robertiens.

9La fondation d'une abbaye peut alors permettre au lignage comtal de s'affirmer ; dans cette société en effet, les monastères jouent un rôle à la fois spirituel, politique, économique et social. Le moine sert d'intercesseur entre les hommes et Dieu par ses prières, il soutient le pouvoir de l'aristocrate qui le protège. De plus, le monastère est un pôle de dynamisme économique car les moines mettent en valeur les terres que les laïcs leur donnent. Et enfin, fonder ou soutenir une abbaye apporte à l'aristocrate un prestige important qui se répercute sur les relations qu'il entretient avec ses pairs ou ses fidèles. D'ailleurs, les comtes de Poitiers ne sont pas les seuls à envisager de créer des monastères pour affirmer leur lignage. Alors que Guillaume Fier-à-Bras et son épouse Emma fondent Maillezais, les vicomtes de Thouars fondent les abbayes de Bonneval-les-Thouars et d'Airvault.

Le choix de la zone géographique

10Dans ce contexte, pourquoi les comtes ne choisissent-ils pas Poitiers ou quelque autre lieu proche, mais au contraire le Bas-Poitou, et plus précisément Maillezais, pour fonder leur premier monastère masculin ? Pour le comprendre, il faut dépasser le récit mythique de la fondation rédigé par le moine Pierre et chercher entre les lignes de son texte les raisons géopolitiques susceptibles d'expliquer l'installation d'un établissement monastique à Maillezais.

  • 9 La fondation de l'abbaye de Maillezais. Récit du moine Pierre, éd. G. Pon et Y. Chauvin, La Roche- (...)
  • 10 Ibidem, p. 90-93.
  • 11 Id., p. 92-93 : Aulam non modicam.
  • 12 Id„ p. 96-97.
  • 13 Les archives poitevines subissent les destructions de cette période, ainsi que celles des incendie (...)
  • 14 Les Normands s'installent sur l'île de Noirmoutier avant ou après le sac de Nantes (24 juin 843). (...)

11Dans sa chronique, le moine Pierre dresse un tableau de l'île peu avant la fondation de l'abbaye. Elle est alors presque déserte, entourée de marais et seuls quelques hommes « prompts à la colère et presque implacables, sauvages, cruels, incrédules et grossiers9 » y vivent en pratiquant la pêche sur les bords de la Sèvre10. Toutefois, les lieux ne sont pas totalement isolés puisque Guillaume Fier-à-Bras y possède un relais de chasse11. L'environnement qui, de nos jours, pourrait paraître enchanteur, devait, au xe siècle, être hostile à l'installation humaine. Le marais était alors plus sauvage, les travaux d'assèchement et de drainage ne débutant véritablement qu'au xiie siècle. À cela il faut ajouter de vastes forêts et une faune abondante, qui expliquent en partie l'emplacement du logis de chasse. Toutefois, cette description bucolique et l'attrait cynégétique du lieu ne suffisent pas à justifier la volonté du comte et de son épouse d'installer un monastère à cet emplacement. Pierre de Maillezais nous donne une piste lorsqu'il écrit qu'une fois arrivé sur l'île, il était impossible au comte « d'ignorer la rage des Normands12 ». En effet, le Bas-Poitou et la zone géographique de Maillezais ont eu à souffrir au ixe siècle, puis au xe siècle, des incursions normandes. Même s'il ne faut pas exagérer la vision dramatique des invasions laissées par les scribes et les chroniqueurs monastiques, ce serait une erreur de nier leur existence13. Les Normands ont commencé à ravager le royaume en 799 à partir des côtes vendéennes. Dès le milieu du ixe, leurs attaques se sont faites plus pressantes en raison de leur installation sur des îles proches du rivage, telles Noirmoutier14, leur permettant de s'attaquer aux zones limitrophes et de faire pénétrer leurs navires à l'intérieur des terres par l'intermédiaire des rivières. De là, ils recherchent les richesses qui, à cette époque, se situaient essentiellement dans les églises et les établissements monastiques.

  • 15 La fuite des moines de Noirmoutier est relatée par Ermentaire dans le De translationibus et miracu (...)
  • 16 Les moines de Saint-Maixent avaient cherché refuge en Bretagne entre 856 et 870 (AA., SS., Octobre (...)
  • 17 Dans les actes poitevins, les mentions de territoires vacants sont nombreuses pour le xe siècle : (...)
  • 18 Les moines de Noirmoutier abandonnent leur île dès le 7 juin 836 pour ne jamais y revenir. Ils se (...)
  • 19 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 8, p. 96.

12Il est fait mention des invasions dès 819 dans un diplôme de Louis le Pieux en faveur du monastère Saint-Philibert d'Herio (Noirmoutier). En 830, les moines de cette abbaye quittent leur île et s'installent à Déas dans le monastère de Saint-Philibert de Grandlieu, qu'ils avaient fait bâtir avant 81915. Les religieux de Saint-Martin de Vertou s'installent à Ension (aujourd'hui Saint-Jouin-de-Marnes) vers 843. Vers 853, Luçon et Saint-Michel-en-l'Herm sont détruites. Poitiers est atteinte en 857 et en 863, sont détruits la basilique Saint-Hilaire, l'église Sainte-Radegonde et probablement les monastères de Saint-Cyprien et de Nouaillé. Enfin, entre 856 et 870, les moines de l'abbaye de Saint-Maixent fuient à leur tour16. Ainsi, même si l'on ne souhaite pas exagérer la vision monastique, il n'en reste pas moins que le Poitou, et plus encore le Bas-Poitou, payent un lourd tribut aux invasions. Les mentions de territoires vacants et de ruines dans les actes poitevins du xe siècle17, le laps de temps mis par les moines pour revenir dans leurs établissements d'origine, voire leur non-retour confirment cette impression18. Il y a donc une menace réelle qui explique que, sur les conseils d'Emma, le comte décide de transformer son relais de chasse en forteresse défensive face aux envahisseurs19.

  • 20 À ce sujet voir Jeanne-Rose (O.), « Ports, marchands et marchandises -aspects économiques du litto (...)

13De plus, cet espace, s'il est correctement repris en main, peut constituer une zone économique avantageuse et prometteuse comme en témoignent les salines, les terres vierges à coloniser et les capacités commerciales du fronton maritime. Une fois la menace viking disparue, le Bas-Poitou constitue une zone économique attractive : poisson, gibier, agriculture et sel20.

Le besoin d'affirmation de la dynastie et la restructuration du Bas-Poitou

14Le Bas-Poitou se situe à la croisée de deux ambitions comtales : la volonté de s'affirmer politiquement et territorialement et celle de renforcer une zone fragilisée du comté.

  • 21 Johnson (P.), Prière patronage et pouvoir : l'abbaye de la Trinité de Vendôme (1032-1187), Vendôme (...)

15L'installation d'une abbaye à Maillezais s'intègre parfaitement dans la politique de récupération du territoire par l'Église et la dynastie comtale qui débute sous le gouvernement du père du fondateur de Maillezais, Guillaume Tête d'Étoupe (935-963). Ce dernier montre à son fils toute l'importance des réseaux monastiques pour le bon développement d'une politique comtale. Eble Manzer avait plutôt traité les monastères par délégation. Ne pouvant maîtriser seul l'ensemble de son territoire, il avait confié à ses vassaux les abbayes se trouvant trop éloignées de Poitiers et dans des zones de contact ou fragilisées ; ainsi, l'abbaye de Saint-Maixent est, dès le début du xe siècle, sous l'influence des vicomtes de Thouars. Guillaume Tête d'Étoupe, quant à lui, crée avec son frère Eble (évêque de Limoges et abbé de plusieurs monastères poitevins) une alliance entre l'Église et la dynastie pour que celle-ci s'impose en Aquitaine. À cette période, les monastères sont considérés comme des pôles stratégiques au même titre que les forteresses militaires. Ils sont dotés d'une vie religieuse active associée à une influence économique et sociale contribuant largement à la prospérité du comté21. Pour toutes ces raisons, Guillaume Tête d'Étoupe et son frère reprennent alors en main diverses abbayes en Poitou et Limousin (Saint-Maixent, Saint-Hilaire de Poitiers, Saint-Michel-en-l'Herm) et l'évêché de Limoges. Chaque fois, ils associent à ces centres religieux une fortification alliant renaissance religieuse et protection du territoire. Guillaume Tête d'Étoupe densifie également le réseau des vicomtés pour maîtriser le Poitou : à Thouars (existant avant le xe siècle), Melle et Aulnay (créées par Eble Manzer), il ajoute Châtellerault et Brosse, protégeant ainsi les frontières nord-est et sud-est du comté. Il renforce le Sud par la construction de toute une série de châteaux le long de la Sèvre Niortaise jusqu'au Limousin. Les abbayes ne subissent pas cette politique active, elles y participent. Les comtes et leurs principaux vassaux leur font des concessions de terres en Bas-Poitou et en Aunis de façon à restaurer économiquement ces zones et à les structurer pour que le comte puisse y établir plus aisément sa tutelle.

  • 22 D'ailleurs, lorsqu'il se marie en 968, la dot de son épouse contient de nombreux biens entre la Sè (...)
  • 23 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 8, p. 100-102.
  • 24 Ibid. p. 102. Il semble en effet, qu'Emma ait été très sensible à la vie spirituelle des abbayes q (...)
  • 25 Ibid, p. 102.

16À son arrivée au pouvoir, Guillaume Fier-à-Bras hérite de cette politique très active associant restauration de l'Église et mise en œuvre d'installations militaires défensives22. Dans cette logique, il fonde Maillezais, premier pôle monastique et stratégique important du Bas-Poitou, car Saint-Michel-en-l'Herm n'est plus, à ce moment-là, qu'une dépendance de Saint-Maixent et Noirmoutier un prieuré de l'abbaye de Tournus. Tout comme son père et l'évêque Eble s'étaient divisé les tâches, Emma et Guillaume Fier-à-Bras se répartissent les fonctions concernant la fondation de Maillezais. Emma obtient du comte l'autorisation de diriger la construction de Saint-Pierre-le-Vieux23. Elle se réserve les prérogatives spirituelles (la vie monastique) et son époux les aspects politiques et stratégiques (la forteresse militaire). Pierre de Maillezais résume la situation en faisant dire à Emma : « il apparaît logique en vérité que, puisque toi tu construis près de ce monastère une forteresse pour défendre le pays, ce soit par moi, qui suis devenue ta propre chair, que soit bâti un refuge pour le salut des âmes24 ». Et Fier-à-Bras répond à cela en accédant « entièrement à ses justes prières et [en la suppliant] de hâter la construction25 ».

  • 26 La première dispute a lieu vers 975. Fier-à-Bras aurait trompé Emma avec la vicomtesse de Thouars. (...)
  • 27 Emma est née du mariage de Thibaut avec Ledgarde, petite fille du roi Robert Ier. Sa famille la ma (...)
  • 28 Cet établissement est en effet important pour les comtes de Poitiers : Guillaume Tête d'Étoupe y e (...)

17Dès lors, Maillezais vit complètement au rythme des comtes de Poitiers. Il n'est donc pas étonnant de voir l'abbaye subir de plein fouet la dispute conjugale qui oppose le comte à son épouse Emma26. À cause de leur désaccord, les travaux se déroulent de façon chaotique. En raison de l'importance stratégique de l'abbaye de Maillezais, on peut légitimement supposer que derrière la querelle du couple comtal se cache une lutte d'influence. En effet, Emma est la fille du comte Eudes Ier et la sœur de Thibaut, comte de Blois, dont l'autorité s'étendait sur Tours, les comtés de Chartres et de Châteaudun27. Cette appartenance aux réseaux ligériens explique que lorsque son épouse le quitte, Fier-à-Bras chasse les moines de Bourgueil et place Maillezais sous la dépendance de l'abbaye de Saint-Cyprien de Poitiers28. De plus, l'influence ligérienne se fait grandissante par l'intermédiaire du monastère de Bourgueil, tenu par un cousin d'Emma, et de celui de Saint-Florent de Saumur, dirigé par l'abbé Robert, frère d'Emma. Ces établissements sont influents sur d'autres monastères poitevins, comme Saint-Michel-en-l'Herm.

Une relation fusionnelle : Guillaume le Grand

  • 29 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 8, p. 144-145.

18Ainsi, dès sa fondation, Maillezais est au cœur des ambitions comtales. Malgré son difficile démarrage, l'influence des comtes de Poitiers y devient encore plus importante sous le gouvernement du fils des fondateurs, Guillaume le Grand. L'abbaye prend alors toute l'ampleur correspondant à un établissement comtal, symbolisée par la construction de Saint-Pierre-le-Jeune, nouveau monastère remplaçant celui qui avait été fondé par Emma29.

Unis de la naissance à la mort et même au-delà

  • 30 Ibid., p. 103.
  • 31 Id„ p. 126.

19En lisant la chronique de Pierre de Maillezais, on constate que l'abbaye entretient avec Guillaume le Grand des liens presque charnels. Les origines de Guillaume se confondent avec les débuts du monastère30. En effet, les noces de ses parents, Emma et Guillaume Fier-à-Bras, se déroulent à Maillezais. Plus tard, les travaux de l'abbaye évoluent au rythme des querelles du couple ; ils se déroulent en parallèle à la grossesse de la comtesse Emma et une fois qu'elle a fini de diriger les travaux, elle donne naissance à Guillaume. Maillezais devait donc être importante dans l'esprit du comte dont l'enfance a été bercée par les péripéties des moines du lieu. Guillaume accompagne sa mère dans les moments où elle quitte son époux tandis qu'au même moment les travaux de l'abbaye sont arrêtés. Enfin, alors que sa mère s'apprête à mourir, Guillaume lui promet de protéger Maillezais31. Ainsi, l'attachement que le comte porte à l'abbaye s'explique en partie par l'affection que sa mère portait aux moines du lieu et par la proximité de ces derniers avec Guillaume durant son enfance.

  • 32 Miramon (P.), « Embrasser l'état monastique à l'âge adulte (1050-1200). Étude sur la conversion ta (...)
  • 33 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 8, p. 139.

20Par la suite et tout au long de sa vie, le comte développe des relations étroites avec l'abbé de Maillezais Théodelin. L'amitié que le comte et le prélat entretiennent est une amicitia telle qu'elle pouvait se comprendre au xie siècle32. À cette époque, l'amitié accordée par les moines correspond au réseau de relations qu'ils sont en mesure de tisser, et par celle-ci, l'abbé espère recevoir des dons afin de faire prospérer sa communauté. Il n'est donc pas étonnant de voir Théodelin faire pression sur l'entourage aristocratique de l'abbaye -et plus particulièrement sur le comte -pour obtenir des avantages. Mais l'intérêt existe aussi du côté du donateur car en retour, les moines s'attachent à gagner leur salut et celui des âmes de leurs proches. Le donateur (ou ami) peut alors être intégré à la societas liturgique du monastère, le plus souvent matérialisée par un nécrologe dans lequel il est inscrit. Avec Théodelin, Guillaume est associé dans une même volonté d'affirmer le pouvoir de l'abbaye de Maillezais. Le chroniqueur Pierre explique que l'abbé est intelligent, capable d'obtenir ce qu'il veut des aristocrates, y compris du comte de Poitiers. Ce dernier, à sa demande, ordonne la destruction de la forteresse de Maillezais élevée par Guillaume Fier-à-Bras à proximité de l'abbaye initiale afin d'y bâtir un nouveau monastère33. Cette mesure illustre parfaitement les relations d'amitié entretenues entre le comte et Théodelin. Guillaume le Grand n'est absolument pas perdant dans cette décision. En effet, au début du xie siècle, une abbaye puissante pouvait s'avérer plus efficace par son appui spirituel, économique et social qu'une forteresse militaire où l'occupant pouvait à tout moment se rebeller contre l'abbaye et donc contre le comte lui-même.

  • 34 Adémar de Chabannes, Ademari Cabannensis Chronicon, éd. P. Bourgain, Turnhout, Brepols, 1999,III,4 (...)
  • 35 Oury (Dom G.M.), « La reconstruction monastique dans l'Ouest : l'abbé Gauzbert de Saint-Julien de (...)

21Une telle relation amicale n'est pas spécifique à Maillezais. Adémar de Chabannes explique que Guillaume « comblait d'affectueux égards les religieux réguliers et leurs abbés et s'aidait de leurs conseils dans le gouvernement de ses États34 ». Toutefois, la proximité avec Maillezais devait être suffisamment forte pour que Gauzbert s'inquiète de la liberté des moines de Maillezais et effectue une visite d'inspection pour contrôler l'indépendance de Théodelin35.

  • 36 Par exemple Chartes et documents pour servir à l'histoire de l'abbaye de Saint-Maixent, éd. A. Ric (...)
  • 37 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 8, p. 139.

22Enfin, le point culminant de la relation entre Guillaume et Maillezais est le choix de cette abbaye pour y vivre ses derniers jours et y établir sa sépulture. Le choix d'un lieu d'inhumation n'est jamais un hasard pour un aristocrate, qui y pense bien avant sa mort. Dans les cartulaires poitevins, plusieurs mentions de demande d'enterrement dans tel ou tel monastère apparaissent36. L'importance du choix de la sépulture est encore plus vraie lorsqu'il s'agit de membres de familles illustres comme celle des comtes de Poitiers. À la fin de sa vie, Guillaume le Grand décide de prendre l'habit monastique à Maillezais. Par cette conversion, il bénéficie probablement des avantages liés à l'obtention d'une tombe située dans l'enceinte monastique, lieu privilégié par excellence au moment du Jugement Dernier. La tombe étant le support du souvenir, Maillezais devient alors le centre de la conscience familiale comtale fondée sur la sépulture de Guillaume le Grand. D'ailleurs, Maillezais participait à des messes évoquant le souvenir de sa fondatrice, la comtesse Emma37. Avec l'inhumation de son fils Guillaume, Saint-Pierre-le-Jeune devient un lieu privilégié pour l'entretien de la mémoire comtale.

23En règle générale, le futur défunt fait le choix d'une communauté prestigieuse et renommée pour la stabilité spirituelle qui y règne, afin de bénéficier de la rédemption issue de la prière des moines et de la protection du saint patron de l'abbaye. Ainsi, au-delà de l'attachement filial et amical, si Guillaume le Grand fait le choix de Maillezais pour finir ses jours et localiser la conscience familiale de son lignage, c'est qu'il estime que Maillezais représente la communauté monastique idéale.

À l'avant-garde de la politique monastique comtale

  • 38 Ibid., pièce justif., n° 1, p. 200 : « Ego, Willelmus Aquitanorum dux, Pictaviensium cornes... ».
  • 39 Ademari Cabannensis Chronicon (op. cit. n. 34), III, 44.

24Au moment de son accession au pouvoir, Guillaume le Grand bénéficie du travail de restauration réalisé par ses prédécesseurs. Il peut alors se dire sans difficulté comte de Poitou et duc d'Aquitaine, comme il le fait dans la charte de fondation de Maillezais38. Les difficultés rencontrées par son père et son grand-père n'ont pas complètement disparu à son avènement. La stabilité en Bas-Poitou n'est pas garantie. Les raids normands se poursuivent jusqu'à l'attaque de Saint-Michel-en-l'Herm en 101039. Guillaume réalise deux actions marquantes pour tenter de maîtriser cette zone géographique : il reprend en main la fondation de l'abbaye de Maillezais et il installe à Talmont une forteresse pour l'un de ses vassaux, Guillaume le Chauve, lui permettant ainsi d'avoir constamment sur place des relais de son pouvoir.

  • 40 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 8, pièce justif. n° 1.
  • 41 Mirebeau, Moncontour et Faye-la-Vineuse qui dépendent de Foulques Nerra ; Châtelaillon ; Lusignan (...)
  • 42 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 8, p. 116-118.
  • 43 Beech (G.), Chauvin (Y.), Pon (G.), Le Conventum (vers 1030). Un précurseur aquitain des premières (...)

25Dans la charte de fondation de Maillezais, le comte évoque les « nombreux soucis qui se dressent ici et là40 ». Ses problèmes sont d'une tout autre nature que ceux rencontrés par ses ancêtres. Le comte doit s'affirmer face à des oppositions nouvelles qui ont commencé à apparaître à l'époque de son père. Au xe siècle, des garnisons sous contrôle comtal avaient été installées sur l'ensemble du territoire poitevin. Ces dernières ne constituaient en aucun cas une difficulté pour les comtes de l'époque qui, au contraire, voyaient ainsi la défense de leur territoire simplifiée. Mais peu à peu, le pouvoir par délégation détenu par les hommes qui dirigeaient ces garnisons est devenu héréditaire et le contrôle comtal sur ces forteresses s'est avéré difficile à exercer. Entre 1000 et 1010, les mentions de nouvelles forteresses se multiplient41. Dans ce contexte, même les plus importants fidèles du comte ne le soutiennent plus complètement. Dès son arrivée au pouvoir, Guillaume le Grand résiste à une attaque de Boson de la Marche contre le château de Gençay42. Les vicomtes de Thouars et les seigneurs de Lusignan se tournent vers le pouvoir angevin. L'autorité du comte de Poitiers est remise en cause et ces difficultés apparaissent dans le récit du Conventum, relatant les conflits opposant Guillaume le Grand et le seigneur de Lusignan, ainsi que dans la correspondance que le comte de Poitiers entretient avec l'évêque de Chartres Fulbert et dans laquelle il lui demande conseil pour gérer ses relations avec ces vassaux turbulents43.

  • 44 Il existe plusieurs articles sur les relations entretenues par Guillaume le Grand avec l'Église : (...)
  • 45 Chronique de Saint-Florent de Saumur, éd. P. Marchegay et E. Mabille, Chronique des églises d'Anjo (...)

26En plus de l'emploi des systèmes politiques traditionnels pour gérer les conflits, tels la guerre et la négociation, Guillaume le Grand utilise le soutien de l'Église pour renforcer sa position et s'imposer comme le premier des principes de son duché. Cette ambition converge avec les aspirations de l'Église et notamment celles des monastères qui souffrent des modifications sociales du tournant du xie siècle. Les lignées de châtelains qui avoisinent leurs terres convoitent leurs biens. Les guerres incessantes dévastent leurs possessions. Guillaume le Grand se place alors à la tête du mouvement de la Paix de Dieu qui avait débuté dès 989 à Charroux. Vers 1000-1010, il convoque un concile à Poitiers où il se présente comme le pouvoir judiciaire et le bras armé de l'Église. Autour de ces conciles de paix, il utilise le culte des saints pour montrer le soutien divin dont il dispose. Tout comme ses prédécesseurs, il contrôle l'épiscopat et le monde monastique44. Les abbayes sont pour lui des centres de pouvoir qu'il surveille jalousement. Une réelle concurrence, qui s'accentue après la mort d'Emma, voit le jour entre Poitou et Anjou pour le contrôle et le développement des monastères. Guillaume s'inquiète de voir ses vassaux s'orienter vers la zone d'influence angevine. Ainsi, vers 1010, il soustrait Saint-Michel-en-l'Herm à cette emprise45. En effet, les vicomtes de Thouars la détenaient en bénéfice du comte mais l'avaient placée sous la direction de l'abbaye Saint-Florent de Saumur. Il est donc important pour Guillaume le Grand de reprendre le contrôle des établissements monastiques et d'en écarter tout autre pouvoir laïc.

  • 46 Voir la carte des dons de Guillaume le Grand placée en annexe (fig. 3).
  • 47 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 8, pièce justif. n° 1, p. 200-201 : « Quod considérant, ego, W (...)
  • 48 Ibidem, p. 201 : « Has igitur res ea conditione Domino et sancto Petro ita contrado ut nullus mini (...)

27Le comte est soucieux de développer l'idéal monastique afin d'optimiser l'entretien de la mémoire de son lignage et d'éviter toute influence venant de l'extérieur. Il applique ses conceptions de la vie monastique à l'ensemble des établissements de son duché. Dans cette logique, Maillezais semble concentrer tout particulièrement son attention. Il veut en faire un symbole fort de son propre pouvoir. Lorsqu'il prend la tête du duché, l'état de l'abbaye n'est encore qu'embryonnaire. Les disputes de ses parents n'ont pas permis aux moines de développer Saint-Pierre à la hauteur des espérances initiales. Guillaume le Grand reprend les choses en main et dote l'abbaye pour que celle-ci ait enfin une envergure digne d'une fondation comtale46. Ensuite, il veille à l'excellence spirituelle du monastère. Pour cela, il prend modèle sur la politique appliquée par sa mère à Bourgueil en introduisant à Maillezais l'idéal clunisien. Grand admirateur de Cluny, il intègre dans la charte de fondation de l'abbaye des idées que l'on trouvait déjà développées par Guillaume le Pieux au moment de la fondation de l'abbaye bourguignonne un siècle plus tôt. Ainsi, Maillezais, sous le vocable de saint Pierre, est placée sous la protection du Saint-Siège à Rome contre un cens de vingt sous annuels. Enfin, les moines doivent suivre les préceptes de la règle de saint Benoît, notamment en ce qui concerne l'élection de leur abbé47. Ces mesures sont censées protéger l'abbaye de toute intervention extérieure. Des interdictions sont proférées à l'encontre des ministériaux publics, des prévôts, viguiers, veneurs, oiseleurs et gardes des eaux48. De plus, le comte fait confirmer cette donation à Saint-Pierre par ses grands, notamment le comte d'Angers Foulque Nerra, le comte de la Marche Boson II, le vicomte de Limoges Guy et celui de Thouars Savary III. Forte économiquement, territorialement, et libre des pressions extérieures, l'abbaye peut ainsi devenir un soutien décisif pour la famille comtale.

  • 49 Ademari Cabannensis Chronicon (op. cit. n. 34), III, 26.

28Entre autres choses, les moines qui vivent à Maillezais ont en charge le salut du comte. En effet, Guillaume fonde cet établissement afin d'effacer, dit-il, ce que « l'action dans le siècle corrompt en lui ». En donnant des terres et des droits à Maillezais et en la confiant à saint Pierre, il espère que « le clavigère du royaume des cieux [lui] ouvre les portes du Paradis ». Dans les actes de donation qu'il effectue à la suite de la fondation, il souhaite que celle-ci soit bénéfique pour son âme, celles de ses parents et celles de ses fils. Pour rendre les prières des moines plus efficaces, il impose les idées réformatrices au cœur du monastère. Il libère Maillezais de la tutelle de Saint-Cyprien et réinstalle vers 1010 les moines de Saint-Julien de Tours. Ainsi, il instaure dans sa fondation les idées de la réforme clunisienne par l'intermédiaire de l'abbé Gauzbert qui fut élevé à Tours dans la tradition de l'abbaye bourguignonne implantée à Saint-Julien par Odon de Cluny en 93549.

  • 50 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 8, p. 128-130.

29Toutefois, le comte songe au maintien de son influence sur les moines. Il utilise Bourgueil mais cherche à faire de Maillezais une abbaye prestigieuse et non une simple dépendance. L'abbé Gauzbert, trop occupé par la direction de ses abbayes, avait placé à Maillezais un prieur. À la mort de Gauzbert, Guillaume le Grand choisit personnellement Théodelin pour gouverner Maillezais en tant qu'abbé et non comme simple prieur50. Ainsi, Maillezais devient une abbaye à part entière, ne dépendant plus du contrôle d'un abbé étranger au comté.

  • 51 Le comte est d'ailleurs le personnage le plus fréquenté par les moines de Maillezais. Pon (G.), Ch (...)

30Dès lors, la réforme clunisienne est introduite en Poitou. À Maillezais, le comte conserve un droit de regard sur l'abbé choisi par les moines. Ainsi, l'idéal réformateur de Guillaume le Grand est le suivant : liberté à l'égard des pouvoirs laïcs mais avec une surveillance comtale quant à la direction des communautés qu'il soutient. Le comte devient donc le seul aristocrate ayant un pouvoir certes restreint mais légitime sur la communauté de Maillezais51. Dans le même état d'esprit, la réforme est ensuite étendue à d'autres abbayes : Saint-Jean-d'Angély en 1012, puis Saint-Cyprien et Charroux.

L'entourage du comte de Poitiers au cœur du monastère

31La protection comtale et la réforme introduite à Maillezais attire dans le giron de cette abbaye les fidèles de Guillaume le Grand.

  • 52 Duguet (J.), « La famille des Isembert, évêques de Poitiers, et ses relations (xe-xie siècle) », B (...)
  • 53 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 8, pièces justif. n° 1, p. 202 (Guilleberti episcopi), n° 2, p (...)
  • 54 Ademari Cabannensis Chronicon (op. cit. n. 34), III, 51.

32De 975 à 1086, l'évêché de Poitiers est aux mains d'une seule et même famille totalement fidèle aux comtes52. Gislebert (975-après mars 1019) est le premier de cette lignée. Tout au long de son épiscopat, il soutient Guillaume le Grand dans toutes ses démarches, notamment en ce qui concerne la coopération entre l'Église et le pouvoir comtal. Tout naturellement, il accompagne le comte dans toutes les démarches relatives à la fondation de Maillezais et on note sa présence à tous les dons effectués par Guillaume le Grand à l'abbaye53. Le lien avec Maillezais et la famille comtale est si fort que Gislebert rompt la tradition d'inhumation des évêques de Poitiers à Saint-Cyprien en se faisant enterrer à Maillezais en 102154.

  • 55 Brousseau (L.), Edition des actes de l'abbaye de Maillezais de ses origines à l'année 1082, mémoir (...)
  • 56 Brousseau (L.), op. cit. n. 55, p. 82 ; Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand, Coll. Dom Fonte (...)

33Tout comme les évêques de Poitiers, les principaux vassaux du comte sont témoins aux actes de concession de Guillaume, voire font directement des concessions aux moines. Ainsi entre 1004 et 1015, le vicomte de Thouars confirme le don que fait Airaud de Forges à l'abbaye avant de s'y faire moine55. On retrouve également les vicomtes de Thouars le 25 mars 1073 lors d'une donation du vicomte Savary et de sa femme Babilonia56.

  • 57 En 1056, Thibaud Lunel fait plusieurs dons aux moines de Maillezais, notamment un pré et une vigne (...)
  • 58 Arcere (L.E.), Histoire de la ville de La Rochelle et du pays d'Aunis, La Rochelle/Paris, 1756-175 (...)

34Enfin, le comte initie les futures relations entretenues entre l'abbaye et les laïcs. Le cas le plus flagrant est celui des seigneurs de Vouvant et de Mervent que l'on retrouve régulièrement, tout au long du xie siècle, dans l'entourage monastique57. En effet, au moment de la donation du bénéfice de Bernard Tallupes, vers 1021, le comte signale qu'il a fait construire un château à Vouvant ; il demande à l'abbé d'y associer une église en l'honneur de la Vierge, dépendance de Maillezais58. Les gardiens de cette forteresse se retrouvent ainsi associés durablement aux moines de Maillezais.

Des contacts préservés mais plus distants : les héritiers de Guillaume le Grand

35De la mort de Guillaume le Grand en 1030 à l'arrivée au pouvoir de son cinquième fils Guy-Geoffroy en 1058, les relations entre Maillezais et les comtes-ducs sont plus distantes, voire conflictuelles. Guy-Geoffroy renoue en revanche avec la tradition paternelle en établissant des liens étroits avec les moines de Saint-Pierre-le-Jeune.

Du désintérêt au conflit sous les premiers fils de Guillaume le Grand

36La présence des comtes à Maillezais se fait plus timide à la mort de Guillaume le Grand en 1030. La veuve de Guillaume, Agnès de Bourgogne, s'est remariée avec le fils de Foulque Nerra, Geoffroy Martel, comte d'Anjou. Une telle association d'intérêt déstabilise les premiers fils du duc d'Aquitaine nés de ses deux précédents mariages. Agnès cherche à installer les enfants qu'elle a eus avec Guillaume le Grand à la tête du comté de Poitou et du duché d'Aquitaine. Comme ce but coïncide avec les objectif de son nouvel époux, celui-ci n'hésite pas à entrer en conflit avec les deux premiers fils de Guillaume le Grand, Guillaume le Gros (1030-1038) et Eudes (1038-1039).

  • 59 Éd. P. de Monsabert, op. cit. n. 17, n° 108.
  • 60 La chronique de Saint-Maixent, éd. et trad. J. Verdon, Paris, 1979, p. 392.
  • 61 Richard (A.), op. cit. n. 2, p. 227-228.

37Cette période de tensions a des conséquences importantes pour les monastères poitevins et notamment pour Maillezais. Guillaume le Gros hérite des préoccupations religieuses de son père. Pendant son gouvernement, on note plusieurs actions bénéfiques à l'égard du monde monastique : en 1028, il libère Nouaillé de la tutelle comtale59 ; en 1032, il réunit un concile à Poitiers pour inciter ses vassaux à restituer les biens des églises60 ; enfin il confie Saint-Jean-d'Angély au Saint-Siège61. Mais le 20 septembre 1033, le duc d'Aquitaine est fait prisonnier par les Angevins. Il restera en captivité durant trois ans. Le duché se retrouve alors aux mains de sa femme Eustachie et de l'évêque de Poitiers Isembert. Cette période se marque dans les sources de Maillezais par une absence d'intervention comtale qui tranche avec les nombreux actes émanant de Guillaume le Grand. Pendant la captivité de Guillaume le Gros, Eustachie fait, à la demande de son époux, un don aux frères de Saint-Maixent afin qu'ils prient pour la libération du comte et elle demande aux établissements monastiques d'aider financièrement à payer la rançon pour sa libération. Après avoir été relâché, Guillaume le Gros décède en 1038. Eudes (1038-1039) ne résiste pas plus d'un an aux attaques du comte d'Anjou et décède à son tour en 1039. Les deux premiers fils du comte semblent être restés fidèles à l'idée de Maillezais comme sanctuaire familial puisqu'ils se font inhumer tour à tour aux côtés de leur père.

38Les fils d'Agnès de Bourgogne, qui peuvent dès lors hériter du comté de Poitou et du duché d'Aquitaine, changent de comportement à l'égard des moines de Maillezais. Avec l'inhumation de Guillaume le Grand, de ses deux fils et de l'évêque Gislebert, il semble bien que Maillezais, au-delà de l'image de nécropole familiale, soit davantage la nécropole de la génération restée fidèle à la politique monastique du fondateur de l'abbaye. Or, celle-ci change définitivement à la mort de son second fils en 1039.

  • 62 Concernant Agnès de Bourgogne voir Baudin (C.), Les comtesses de Poitou, duchesses d'Aquitaine (93 (...)
  • 63 De même, Sainte-Croix de Talmont fondée par Guillaume le Chauve disputa à La Trinité de Vendôme le (...)
  • 64 Dom Fonteneau (op. cit. n. 57), vol. XXV, 153.
  • 65 Johnson (P.D.), « Agnes of Burgundy : an eleventh-century woman as monastic patron », Journal of m (...)

39À la mort du comte Eude, Guillaume Aigret (1039-1058), fils aîné d'Agnès, obtient le comté et le duché. Agnès semble assurer la régence jusqu'en 1044. La comtesse et son nouvel époux, Geoffroy Martel, comte d'Anjou, forment un couple très ambitieux62. Pour affirmer leur respectabilité, ils n'hésitent pas à soutenir activement les établissements monastiques. Malheureusement pour Maillezais, les monastères poitevins ne constituent plus leur priorité. L'intérêt d'Agnès pour le monde monastique est évident puisqu'elle est à l'origine de plusieurs fondations (La Trinité de Vendôme en 1040, Notre-Dame de Saintes en 1047 et Saint-Nicolas de Poitiers en 1049). Mais ces dernières semblent accaparer toute son attention. Plusieurs actes nous laissent entrevoir des spoliations réalisées par Agnès et ses fils sur les monastères poitevins. En ce qui concerne Maillezais, en 1068, l'abbaye recevait l'assurance d'un cens de dix sous par an payable par les chanoines de Saint-Nicolas de Poitiers pour un domaine de Maillezais que la comtesse Agnès leur avait donné vingt ans plus tôt63. Il est alors légitime de se demander si ce don avait été effectué en accord avec les moines. Ceci est d'autant plus vrai qu'en 1074, le comte Guy-Geoffroy (1058-1086) restitue à Maillezais la terre de Xanton, que son père avait donnée aux moines entre 1007 et 1019, car Thibaud Chabot avait récupéré cette terre avec l'autorisation de Guillaume VII64. Maillezais, abbaye fidèle au souvenir de Guillaume le Grand, est ainsi mise à contribution pour favoriser les fondations ou les fidèles de la comtesse Agnès. Comme le souligne l'historienne Pénélope Johnson, Agnès est en même temps « un mélange d'idéal et d'opportunisme65 ». Son influence s'exerce à la fois sur ses fils et sur l'ensemble de la politique monastique du comté.

  • 66 Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. lat. 17049, fol. 695.
  • 67 Dom Fonteneau (op. cit. n. 57), vol. XX, p. 77.

40Agnès perd de son ascendant sur son fils Guy-Geoffroy-Guillaume au moment de sa répudiation par son second époux pour cause d'absence d'héritier, et bien que très proche de sa mère, Guy-Geoffroy gouverne personnellement à la mort de son frère en 1058. L'influence d'Agnès et de ses fondations reste toutefois marquante au détriment du monastère de Maillezais jusqu'à la mort de la comtesse en 1068. En effet, le 23 janvier 1064, on peut voir l'abbé Goderan donner un terrain aux moines de la Trinité de Vendôme66. Enfin, peu avant de mourir, la comtesse cède à sa fondation de Saint-Nicolas de Poitiers une terre dépendant de Maillezais qu'elle avait obtenue de l'abbé Théodelin (il n'est pas dit dans quelles circonstances67).

Le regain d'intérêt de Guy-Geoffroy

41Lorsque Guy-Geoffroy succède à son frère en 1058, il reprend en main la politique du comté et la gestion des monastères. Il est dès lors beaucoup plus présent à Maillezais que ne l'ont été ses frères.

  • 68 Dom Fonteneau (op. cit. n. 57), vol. XXV, p. 143.

42On retrouve Guy-Geoffroy dans l'entourage des moines de Maillezais bien avant d'acquérir le titre de comte de Poitiers. En effet, dès 1056, il est témoin lors d'une donation effectuée par Thibaud Lunel au château de Vouvant. Ensuite, en 1060, conformément à la règle établie par son père, il confirme la nomination de l'abbé Goderan comme chef de la communauté68. En 1075, il donne son accord à la donation du monastère de Saint-Etienne-de-Vaux.

  • 69 Garsinde est répudiée en 1058 ; voir à son sujet Baudin (C.), op. cit. n. 52, p. 16-21.
  • 70 Dom Fonteneau (op. cit. n. 57), vol. XXV, p. 19.

43En parallèle, Maillezais bénéficie des progrès politiques de Guy-Geoffroy. Ainsi, ce dernier réussit à s'affirmer au sud du duché d'Aquitaine. Durant le règne de Guillaume Aigret, Guy-Geoffroy est comte de Gascogne et en 1044, il épouse Garsinde de Périgord, richement dotée en Bordelais69. Les moines bénéficient de cette extension du pouvoir comtal vers le sud et acquièrent plusieurs biens dans cette zone. Ainsi en 1072-1077, le comte leur donne la basilique Saint-Martin et Saint-Seurin, ainsi que plusieurs terres « tant à Bordeaux que dans le Bordelais70 ». L'accord semble à nouveau parfait avec le comte. Alors l'abbé Goderan n'hésite pas à commander une chronique glorifiant l'abbaye et les comtes de Poitiers au moine Pierre, poursuivant ainsi la tradition au sein du monastère de l'entretien de la memoria comtale.

  • 71 Migne (J.-E), Patrobgie latine, t. CXLIII, col. 879.
  • 72 Hugues de Cluny avait entrepris des tournées en Aquitaine après le concile réformateur tenu à Rome (...)
  • 73 Concernant la societas caritativae fraternitatis voir Dom Schmitz, Histoire de Tordre de saint Ben (...)
  • 74 Becquet (Dom J.), « Le coutumier clunisien de Maillezais », Revue Mabillon, 55, 1965, p. 1-31.

44Guy-Geoffroy a d'autre part en commun avec son père l'admiration à l'égard des moines de Cluny. Toutefois, au lieu de développer la réforme à partir d'établissements régionaux comme l'avait fait Guillaume le Grand, il fait appel au monastère bourguignon lui-même. À Maillezais, la réforme ne paraissait pas trop avoir souffert de la période de gouvernement d'Agnès et de son premier fils. En effet, Théodelin dirigea l'abbaye jusqu'à sa mort en 1045 et les liens avec l'idéal clunisien semblaient avoir été préservés. Ainsi, dans un acte daté du 6 mars 1057, il est rappelé par le pape Etienne IX que Maillezais est une des possessions de l'abbaye de Cluny71. À son arrivée au pouvoir, Guy-Geoffroy continue cette politique de réforme initiée par son père, mais fait venir des moines directement à Maillezais, comme à Saint-Jean-d'Angély et Saint-Martial de Limoges. En 1060, le siège abbatial de Maillezais étant vacant, une assemblée d'évêques et d'abbés, réunie par saint Hugues et le comte Guy-Geoffroy, aboutit à l'élection du chapelain de l'abbé de Cluny, Goderan72. Les deux abbayes sont liées par la societas caritativae fraternitatis, à savoir un lien d'amitié et non de dépendance73. Les religieux de chaque monastère sont alors associés aux prières faites dans l'autre et lors du passage de l'abbé de l'autre monastère, ils lui confèrent les mêmes honneurs qu'à leur propre abbé. De plus, de nouveaux usages liturgiques sont introduits sur le modèle clunisien. On les retrouve codifiés au xiie siècle dans le coutumier clunisien de Maillezais74. Dans un premier temps, la présence des clunisiens n'est pas un problème. Leur abbé Goderan est une grande figure de l'Église d'Aquitaine. Il parvient à l'épiscopat de Saintes tout en conservant son titre d'abbé de Maillezais. À sa mort en août 1073, il est remplacé par Drogon, un autre moine de Cluny.

L'éloignement

  • 75 Comme le souligne Michel Lauwers, la fondation d'une nouvelle nécropole permet d'accroître ou de r (...)
  • 76 Recueil des documents relatifs à l'abbaye de Montierneuf de Poitiers (1076-1319), éd. F. Villard, (...)
  • 77 Don des églises Saint-Martin et Saint-Seurin de Bordeaux [1072-1077] : Brousseau (L.), op. cit., n (...)

45Toutefois, malgré la promotion de la réforme clunisienne, on remarque que le comte de Poitiers s'éloigne peu à peu de Maillezais dans le dernier quart du xie siècle. Sa fondation de Saint-Jean-de-Montierneuf à Poitiers l'accapare et Maillezais perd sa place d'abbaye comtale au profit de cette dernière fondation75. Les nombreux actes qu'il souscrit pour le compte des moines de Montierneuf sont la preuve de son attachement à cette communauté. Il y intervient directement ou indirectement à partir de 1076 (4 actes pour 1076, 4 pour 1077, 1 pour 1081, 6 à partir de 1082 jusqu'à sa mort76) alors que le dernier acte de Guy-Geoffroy en faveur de Maillezais date au mieux de 107777.

  • 78 Saint-Jean de Montierneuf, dir. R. Favreau, Poiders, 1996, p. 22.

46Montierneuf devient alors la nouvelle abbaye privilégiée par les comtesducs. De même qu'il existe un parallèle entre la naissance de Guillaume le Grand et Maillezais, il est possible de faire un rapprochement similaire entre Montierneuf et la date de conception de l'héritier de Guy-Geoffroy. En effet, toutes les bénédictions d'autel entre 1074 et 1096, la consécration du premier abbé et la dédicace se font le même jour que la date anniversaire de la conception de Guillaume le Jeune, à savoir un 22 janvier78. Montierneuf est à Guy-Geoffroy ce que Maillezais était à Guillaume le Grand.

  • 79 Saint-Jean de Montierneuf, op. cit. n. 78, p. 26.
  • 80 On sait notamment que l'abbé de Maillezais aurait accompagné Guillaume le Jeune à la croisade au d (...)

47De plus, Maillezais n'est plus sollicitée par les comtes comme nécropole comtale. Montierneuf prend la relève. Guy-Geoffroy meurt au château de Chizé le 24 septembre 1086. Il est alors transporté à Poitiers et inhumé dans la salle capitulaire de l'abbaye Saint-Jean de-Montierneuf, alors que les travaux ne sont pas encore finis. Il faudra attendre un an pour que son corps soit transporté devant l'autel de l'église abbatiale79. Ainsi, Maillezais ne perd pas les relations amicales qui l'unissent aux comtes80 mais perd son rang de nécropole familiale.

  • 81 Il existait une societas entre Maillezais et Saint-Michel de Cluse évoquée par Dom Fonteneau (op. (...)
  • 82 Dom Fonteneau (op. cit. n. 71), CXLIII, p. 51.
  • 83 PL (op. cit. n. 71), CXLIII, p. 51.
  • 84 PL (op. cit. n. 71), CXLIII, p. 81.

48Une certaine indépendance de Maillezais par rapport à la politique monastique comtale est perceptible. En effet, alors que le comte de Poitiers tente d'imposer Cluny dans son comté, en 1082, les moines de Maillezais choisissent pour abbé Geoffroy, originaire de l'abbaye de Saint-Michel de Cluse81. Le passage de l'abbé Drogon à l'abbé Geoffroy ne s'est peut-être pas fait en douceur, puisque les moines n'attendent pas le décès de Drogon pour changer d'abbé. De plus, on sait que Drogon s'était retiré à Cluny dans des circonstances troubles. Dès lors, on voit bien que le comte de Poitiers n'est plus aussi attaché au contrôle de Maillezais qu'il pouvait l'être à l'époque de Guillaume le Grand. En effet, l'élection du nouvel abbé se fait sous la direction du comte de Poitiers qui ne conteste pas l'éviction des abbés clunisiens. De même, le comte n'intervient pas lorsque l'abbé Geoffroy demande la soumission de son abbaye au Saint-Siège en 1090 sans mentionner Cluny82. L'affaire est réglée au sein de l'Église, sans intervention du comte. Le 15 novembre 1100, Pascal II réaffirme la dépendance de Maillezais par rapport à Cluny83. Et en 1101, le pape demande à l'évêque de Poitiers Pierre II d'ordonner au nouvel abbé de Maillezais de faire acte d'obéissance à Cluny84.

  • 85 Dom Fonteneau (op. cit. n. 57), vol. XXV, p. 41.

49En fait, il n'y a pas de révolution, c'est la réforme grégorienne qui change complètement la façon dont les moines se comportent à l'égard des comtes de Poitiers. Il paraît évident que les moines de Maillezais sont beaucoup plus indépendants du pouvoir comtal qu'ils ne l'étaient au moment de leur fondation. Ainsi, même après l'incendie qui ravage l'abbaye en 1082, les comtes de Poitiers ne font pas de dons exceptionnels pour restaurer l'abbaye. Il faut attendre 1100 pour voir le comte Guillaume le Jeune, fils de Guy-Geoffroy faire un don à l'abbaye85.

Conclusion

50La relation entre l'abbaye de Maillezais et les comtes de Poitiers est intéressante mais en aucun cas surprenante. Les comtes de Poitiers ont toujours été adeptes du « butinage » en matière de patronage monastique. En fonction de la personnalité et du contexte du moment, ils ont davantage porté leur intérêt sur tel ou tel établissement monastique. Ainsi, si Saint-Maixent et Saint-Cyprien semblent emporter leur estime au xe siècle, Maillezais et Montierneuf sont les abbayes sur lesquelles ils portent leur choix au xie siècle. Enfin, au xiie siècle, Aliénor choisira Fontevrault comme lieu d'inhumation. À côté de cela, ils ont plus ou moins soutenu les autres établissements monastiques en fonction des circonstances et de leurs aspirations du moment.

51Pour Maillezais, le retournement de situation dans le dernier quart du xie siècle n'est pas un problème. Tout d'abord, la réforme grégorienne est passée par là et incite les moines à ne plus avoir avec leurs patrons laïcs les mêmes relations qu'ils avaient auparavant. Un peu de distance ne peut que les arranger. Ensuite, l'éloignement des comtes de Poitiers est largement compensé par le soutien apporté par l'ensemble de l'aristocratie poitevine. Ainsi, même après l'incendie de 1082, Maillezais ne semble pas trop souffrir car les dons aristocratiques continuent à affluer.

Fig. 1 : Tableau de filiation des Ramnulf-Guillaume, comtes de Poitou.

Fig. 1 : Tableau de filiation des Ramnulf-Guillaume, comtes de Poitou.

Fig. 2 : Détail des relations entre les comtes de Poitou, ducs d'Aquitaine, et l'abbaye de Maillezais (vers 968/70 -vers 1100)

Fig. 2 : Détail des relations entre les comtes de Poitou, ducs d'Aquitaine, et l'abbaye de Maillezais (vers 968/70 -vers 1100)

Fig. 3 : Carte des donations de Guillaume le Grand à Maillezais.

Fig. 3 : Carte des donations de Guillaume le Grand à Maillezais.

Notes

1 Gallia christiana, II, Instrumenta, col. 360-361 (962 : charte de fondation de l'abbaye) ; col. 361-362 (chartes de fondation et confirmation par Lothaire, 962 ou 982).

2 Richard (A.), Histoire des comtes de Poitiers, 778-1204, Paris, 1903, p. 99-138 et 139-220.

3 Ramnulf est vraisemblablement le fils de Gérard d'Auvergne et d'Hildegarde, fille de Louis le Pieux (cf. fig. 1).

4 Richard (A.), op. cit. n. 2, p. 8-14.

5 Ibid., p. 50-54.

6 En 927, Acfred, comte dAuvergne, parent d'Eble Manzer, décède.

7 Temporairement, le roi Raoul confie le duché au comte de Toulouse Raimond-Pons.

8 Première mention diplomatique du titre de duc dans la famille des Guillelmides par Guillaume Fier-à-Bras en 967 à Saint-Hilaire, dans « Documents pour l'histoire de l'église de Saint-Hilaire de Poitiers », Mémoires de la Société des antiquaires de l'Ouest, 1847, Poitiers, 1848, t. 1„ n° 32, p. 36.

9 La fondation de l'abbaye de Maillezais. Récit du moine Pierre, éd. G. Pon et Y. Chauvin, La Roche-sur-Yon, 2001, p. 94-95.

10 Ibidem, p. 90-93.

11 Id., p. 92-93 : Aulam non modicam.

12 Id„ p. 96-97.

13 Les archives poitevines subissent les destructions de cette période, ainsi que celles des incendies des bibliothèques monastiques au cours de la période moderne.

14 Les Normands s'installent sur l'île de Noirmoutier avant ou après le sac de Nantes (24 juin 843). Cf. La chronique de Nantes, 570-1049, éd. R. Merlet, Paris, 1896, p. 18-19.

15 La fuite des moines de Noirmoutier est relatée par Ermentaire dans le De translationibus et miraculis sancti Philiberti, éd. R. Poupardin, Monuments des abbayes de Saint-Philibert, Paris, 1905.

16 Les moines de Saint-Maixent avaient cherché refuge en Bretagne entre 856 et 870 (AA., SS., Octobre, t. I, p. 443). La présence des reliques de saint Maixent y est attestée dès le 28 juin 866 (Cartulaire de l'abbaye de Redon en Bretagne, Courson (A. de), Paris, 1863, p. 184, 185, 189-192, 194, 204, 209, 228-230). Le chef breton Salomon concéda aux moines de Saint-Sauveur et de Saint-Maixent un domaine à Plélan-le-Grand afin d'y construire un monastère et d'y déposer les reliques de saint Maixent (Poirier-Coutansais (F.), Etude sur les abbayes bénédictines du Poitou du ix siècle au début du xiie, Th. dactyl., École des Chartes, 1956, p. 29). Dans les premières années du xe siècle, le vicomte Aimeri demanda le retour des reliques de saint Maixent ; cf. Richard (A.), op. cit. n. 2, p. 57. Ainsi, le 20 juin 924, le prêtre Tutgal, envoyé du vicomte Aimeri, réclame le corps de saint Maixent au doyen de Redon. Après un passage en Bourgogne, en raison des attaques normandes en Poitou, les moines de Saint-Maixent finissent malgré tout par revenir à Poitiers (Cartulaire de l'abbaye de Redon....cf. supra, n° 283, p. 228-230).

17 Dans les actes poitevins, les mentions de territoires vacants sont nombreuses pour le xe siècle : « Cartulaire de l'abbaye Saint-Cyprien de Poitiers », éd. L. Rédet, Archives Historiques du Poitou, n° 3, Poitiers, 1874, n° 238 (avant 904), n° 239 (904), n° 520 (923-936), n° 92 (928-929), n° 93 (929-930), n° 236 (924), n° 553 (946 ou 947) ; « Chartes de l'abbaye de Nouaillé de 678 à 1200 », éd. P. de Monsabert, Archives Historiques du Poitou, n° 49, Poitiers, 1936, n° 42 (923), n° 47 (936), n° 49 (937). Il y est parfois fait mention de ruines : les moines de Saint-Cyprien obtiennent un moulin en ruine «... penitus destructam... » près de Chitré (éd. R. Rédet, cf. supra, n° 239). Enfin, certaines notices mentionnent les invasions normandes comme cause des terres vacantes : en 946 ou 947, l'évêque Alboin donne aux moines de Saint-Cyprien une terre vacante près de Niort en raison des invasions normandes « Hec fecerunt propter infestationem Normannorum » (Ibidem, n° 553).

18 Les moines de Noirmoutier abandonnent leur île dès le 7 juin 836 pour ne jamais y revenir. Ils se réfugient à l'abbaye de Tournus et Noirmoutier ne devient alors qu'un prieuré (Catalogue des actes de Henri Ier, Paris, 1907, p. 119 (23 mai 1059) : confirmation à l'abbaye de Tournus de la possession du monastère de Noirmoutier).

19 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 8, p. 96.

20 À ce sujet voir Jeanne-Rose (O.), « Ports, marchands et marchandises -aspects économiques du littoral poitevin (ixe-xiie siècle) », dans Les sociétés littorales du Centre-Ouest de la Préhistoire à nos jours. Actes du colloque, Centre international de la mer -Rochefort, 18-20 avril 1995, Poitiers, 1996 (Mémoires de la Société des antiquaires de l'Ouest, 5e série -t. IV), t. I, p. 115-142.

21 Johnson (P.), Prière patronage et pouvoir : l'abbaye de la Trinité de Vendôme (1032-1187), Vendôme, 1997, ici p. 14-15.

22 D'ailleurs, lorsqu'il se marie en 968, la dot de son épouse contient de nombreux biens entre la Sèvre et la Vendée.

23 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 8, p. 100-102.

24 Ibid. p. 102. Il semble en effet, qu'Emma ait été très sensible à la vie spirituelle des abbayes qu'elle fonda. Pierre de Maillezais dit d'elle qu'elle « aimait la vie monastique et la sagesse la soutenait » (Id., p. 96). Elle alla elle-même à Rome pour obtenir la protection pontificale pour ses fondations monastiques.

25 Ibid, p. 102.

26 La première dispute a lieu vers 975. Fier-à-Bras aurait trompé Emma avec la vicomtesse de Thouars. Les travaux de Maillezais sont interrompus jusqu'à leur réconciliation en 988. La construction s'accélère en raison du douaire plus important que le comte a attribué à son épouse. La comtesse installe à Maillezais son parent Gauzbert, abbé de Saint-Julien de Tours, à la tête de la première communauté de moines venus avec lui. Puis, une seconde dispute éclate au cours de laquelle les moines tourangeaux sont évincés par le comte qui soumet Maillezais à Saint-Cyprien. Voir pour le récit de la dispute Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 8 (introduction) et pour son interprétation Carpentier (E.), « Un couple tumultueux en Poitou à la fin du xie siècle : Guillaume de Poitiers et Emma de Blois », dans Mariage et sexualité au Moyen Age. Accord ou crise ?, dir. M. Rouche, Paris, 2000 (Cultures et civilisation médiévales, 21), p. 203-215

27 Emma est née du mariage de Thibaut avec Ledgarde, petite fille du roi Robert Ier. Sa famille la marie au comte de Poitiers pour faire un rempart au comte d'Anjou, Geoffroy Grisegonelle. Voir à ce sujet : Le Jan (R.), Famille et pouvoir dans le monde franc (vie-xe siècle). Essai d'anthropologie sociale, Publications de la Sorbonne, Paris, 1995, p. 219 ; Delaistre (J.-Y.), Emma, comtesse de Poitiers, Mém. maîtr. dactyl., univ. Poitiers, 1985, p. 12.

28 Cet établissement est en effet important pour les comtes de Poitiers : Guillaume Tête d'Étoupe y est inhumé et, à la fin de sa vie, Guillaume Fier-à-Bras y prendra l'habit monastique.

29 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 8, p. 144-145.

30 Ibid., p. 103.

31 Id„ p. 126.

32 Miramon (P.), « Embrasser l'état monastique à l'âge adulte (1050-1200). Étude sur la conversion tardive », Annales Histoire, Sciences Sociales : conversions religieuses, 54e année, n° 4, 1999, p. 837.

33 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 8, p. 139.

34 Adémar de Chabannes, Ademari Cabannensis Chronicon, éd. P. Bourgain, Turnhout, Brepols, 1999,III,41.

35 Oury (Dom G.M.), « La reconstruction monastique dans l'Ouest : l'abbé Gauzbert de Saint-Julien de Tours (v. 990-1007) », Revue Mabillon, LIV, 1964, p. 103-104.

36 Par exemple Chartes et documents pour servir à l'histoire de l'abbaye de Saint-Maixent, éd. A. Richard, 1.1, Poitiers, 1886, n° 45 (983-984), n° 56 (988) et n° 87 (1029).

37 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 8, p. 139.

38 Ibid., pièce justif., n° 1, p. 200 : « Ego, Willelmus Aquitanorum dux, Pictaviensium cornes... ».

39 Ademari Cabannensis Chronicon (op. cit. n. 34), III, 44.

40 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 8, pièce justif. n° 1.

41 Mirebeau, Moncontour et Faye-la-Vineuse qui dépendent de Foulques Nerra ; Châtelaillon ; Lusignan un peu avant 1009 ; la Rochemeaux près de Charroux par les comtes de la Marche. Painter (S.), « Castellans of the plain of Poitou in the eleventh and twelfth centuries », Speculum, 31, 1956, p. 248.

42 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 8, p. 116-118.

43 Beech (G.), Chauvin (Y.), Pon (G.), Le Conventum (vers 1030). Un précurseur aquitain des premières épopées, Genève, 1995 ; Behrends (F.), The letters and Poems of Fulbert of Chartres, Oxford, 1976.

44 Il existe plusieurs articles sur les relations entretenues par Guillaume le Grand avec l'Église : Brisset (F.), « Guillaume le Grand et l'Église », Bulletin de la Société des Antiquaires de l'Ouest, tome xi, 1972, p. 441-460 ; Callahan (D.F.), « William the Great and the monasteries of Aquitaine », Studia Monastica, vol. 19, fasc. 2, 1977, p. 321-342 ; Treffort (C.), « Le comte de Poitiers, duc d'Aquitaine, et l'Église aux alentours de l'an Mil », Cahiers de civilisation médiévale, 43, 2000, p. 395-445.

45 Chronique de Saint-Florent de Saumur, éd. P. Marchegay et E. Mabille, Chronique des églises d'Anjou, Paris, 1869, p. 259.

46 Voir la carte des dons de Guillaume le Grand placée en annexe (fig. 3).

47 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 8, pièce justif. n° 1, p. 200-201 : « Quod considérant, ego, Willelmus Aquitanorum dux, Pictaviensium cornes, cum multae sollicitudines hinc inde consurgant quae animum meum hac illacque distrahunt, statui, pro remedio anime mee, in ecclesia beati Petri..., cenobium instituere et servitores Deo inibi fratres adunare sub regula sancti Benedicti vivere paratos,... Hune igitur locum in honorem Domini et sancti Petri dicatum ea ratione cenobium instituo ut sub tutela sancti Petri apostolorum principis, sancte videlicet romane Ecclesie, habeatur solidos XX omnibus annis in censum exsolvens ».

48 Ibidem, p. 201 : « Has igitur res ea conditione Domino et sancto Petro ita contrado ut nullus ministeriales, publicus, non prepositus, non vicarius, non venator, non auceps vel aquarum custodes, velpro sanguine, pro homicidio, pro rapto, pro incendio, pro furto, pro venda, pro pascuario arietum, procorum et vaccarum, velaliqua repetendarum legum consuetudine introeundi habeat potestatem. ».

49 Ademari Cabannensis Chronicon (op. cit. n. 34), III, 26.

50 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 8, p. 128-130.

51 Le comte est d'ailleurs le personnage le plus fréquenté par les moines de Maillezais. Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 8, relèvent 32 occurrences du mot dux et 17 de comes.

52 Duguet (J.), « La famille des Isembert, évêques de Poitiers, et ses relations (xe-xie siècle) », Bulletin de la Société des antiquaires de l'Ouest, t. XI, 1971, p. 163-186.

53 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 8, pièces justif. n° 1, p. 202 (Guilleberti episcopi), n° 2, p. 208 (5. Gisleberti episcopi), n° 4, p. 218 (S. Gisleberti + episcopi Pictavensis).

54 Ademari Cabannensis Chronicon (op. cit. n. 34), III, 51.

55 Brousseau (L.), Edition des actes de l'abbaye de Maillezais de ses origines à l'année 1082, mémoire de maîtrise, université de Poitiers, 1995, p. 62-63.

56 Brousseau (L.), op. cit. n. 55, p. 82 ; Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand, Coll. Dom Fonteneau, (Mémoires ou recueils de diplômes, chartes, notices et autres actes authentiques pour servir à l'histoire du Poitou...), vol. XXV, 151.

57 En 1056, Thibaud Lunel fait plusieurs dons aux moines de Maillezais, notamment un pré et une vigne se trouvant sous le château de Vouvant, ainsi que le bourg et une forêt qui se trouve à proximité : Brousseau (L.), op. cit. n. 55, p. 55-57. Le 7 avril 1074, le comte Guy-Geoffroy fait une restitution alors qu'il se trouve au château de Mervent. La charte est confirmée au château de Vouvant dans la demeure d'Ayraud de Forges : Brousseau (L.), ibidem, p. 83. Enfin, en 1088, Thibaud, fils de Thibaud Lunel, fait le don de l'église de Bazoges-en-Pareds aux moines de Maillezais, en présence de son vassal Bouchard de Vouvant, du prieur de Vouvant Humbert, et avec la confirmation du seigneur Maurice de Vouvant : Poitiers, Médiathèque, coll. Dom Fonteneau, vol. XXV, f. 31.

58 Arcere (L.E.), Histoire de la ville de La Rochelle et du pays d'Aunis, La Rochelle/Paris, 1756-1757, II, 665-667.

59 Éd. P. de Monsabert, op. cit. n. 17, n° 108.

60 La chronique de Saint-Maixent, éd. et trad. J. Verdon, Paris, 1979, p. 392.

61 Richard (A.), op. cit. n. 2, p. 227-228.

62 Concernant Agnès de Bourgogne voir Baudin (C.), Les comtesses de Poitou, duchesses d'Aquitaine (935-1137), Mém. Maîtr. dactyl., univ. Poitiers, 1995, p. 10-38 et 49-67.

63 De même, Sainte-Croix de Talmont fondée par Guillaume le Chauve disputa à La Trinité de Vendôme les églises d'Olonne et d'Orbestier, probablement données à La Trinité par Agnès : Richard (A.), op. cit. n. 2, p. 337-338 et Cartulaire de l'abbaye de Sainte-Croix de Talmont, éd. L. de La Boutetière, Poitiers, 1873 (Mémoires de la Société des antiquaires de l'Ouest). En 1058, Guillaume Aigret reconnaît les torts causés par sa mère aux moines de Talmont (éd. L. de La Boutetière, cf. supra, n° 5). Le même comte et sa mère s'étaient réservés des droits sur Saint-Michel-en-l'Herm, notamment celui de faire bâtir une forteresse près de l'abbaye (Poirier-Coutançais (F.), op. cit. n. 16., p. 93).

64 Dom Fonteneau (op. cit. n. 57), vol. XXV, 153.

65 Johnson (P.D.), « Agnes of Burgundy : an eleventh-century woman as monastic patron », Journal of medieval history, vol.15, n° 2, juin 1989, p. 99.

66 Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. lat. 17049, fol. 695.

67 Dom Fonteneau (op. cit. n. 57), vol. XX, p. 77.

68 Dom Fonteneau (op. cit. n. 57), vol. XXV, p. 143.

69 Garsinde est répudiée en 1058 ; voir à son sujet Baudin (C.), op. cit. n. 52, p. 16-21.

70 Dom Fonteneau (op. cit. n. 57), vol. XXV, p. 19.

71 Migne (J.-E), Patrobgie latine, t. CXLIII, col. 879.

72 Hugues de Cluny avait entrepris des tournées en Aquitaine après le concile réformateur tenu à Rome en 1059. Il fait désigner d'autres abbés clunisiens, tels Benoît à Saint-Maixent en 1064.

73 Concernant la societas caritativae fraternitatis voir Dom Schmitz, Histoire de Tordre de saint Benoît, I, 1948, p. 323 et suiv.

74 Becquet (Dom J.), « Le coutumier clunisien de Maillezais », Revue Mabillon, 55, 1965, p. 1-31.

75 Comme le souligne Michel Lauwers, la fondation d'une nouvelle nécropole permet d'accroître ou de réactiver le prestige familial : Lauwers (M.), La mémoire des ancêtres, le souci des morts. Morts, rites et société au Moyen Age, Paris, 1997.

76 Recueil des documents relatifs à l'abbaye de Montierneuf de Poitiers (1076-1319), éd. F. Villard, Poitiers, 1973, actes 1 à 19.

77 Don des églises Saint-Martin et Saint-Seurin de Bordeaux [1072-1077] : Brousseau (L.), op. cit., n. 55, p. 90.

78 Saint-Jean de Montierneuf, dir. R. Favreau, Poiders, 1996, p. 22.

79 Saint-Jean de Montierneuf, op. cit. n. 78, p. 26.

80 On sait notamment que l'abbé de Maillezais aurait accompagné Guillaume le Jeune à la croisade au début du xiie siècle.

81 Il existait une societas entre Maillezais et Saint-Michel de Cluse évoquée par Dom Fonteneau (op. cit. n. 57), vol. XXV, f. 157 et dans la Chronique de Saint-Maixent, op. cit. n. 50, p. 408.

82 Dom Fonteneau (op. cit. n. 71), CXLIII, p. 51.

83 PL (op. cit. n. 71), CXLIII, p. 51.

84 PL (op. cit. n. 71), CXLIII, p. 81.

85 Dom Fonteneau (op. cit. n. 57), vol. XXV, p. 41.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Tableau de filiation des Ramnulf-Guillaume, comtes de Poitou.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18542/img-1.png
Fichier image/, 490k
Titre Fig. 2 : Détail des relations entre les comtes de Poitou, ducs d'Aquitaine, et l'abbaye de Maillezais (vers 968/70 -vers 1100)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18542/img-2.png
Fichier image/, 1,7M
Titre Fig. 3 : Carte des donations de Guillaume le Grand à Maillezais.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18542/img-3.png
Fichier image/, 2,7M

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540