Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'abbaye de Maillezais

 | 
Mathias Tranchant
, 
Cécile Treffort

2e partie. Maillezais, site d'exception

Saint-Pierre de Maillezais : un chantier d'avant-garde dans les années 1540

Richard Lévesque

Texte intégral

  • 1 Pièce justificative n° 2. Ce rapport de visite du vicaire général de l'évêché de Maillezais, qui é (...)

1Pour qui découvre aujourd'hui les monumentales ruines romanes et gothiques de Saint-Pierre de Maillezais, il est difficile d'imaginer une troisième phase constructive, au xvie siècle. Objet de toutes les convoitises entre catholiques et protestants, la cathédrale n'était déjà plus, au début du xviie siècle, qu'une « grande eglise [...] ruinée y a plus de quarante cinq ans excepté les deux clochers dicelle qui sont encore saultz et en leur entier comme est aussy le chappitre dicelle1 ». Il avait donc fallu transférer rapidement l'église en ce « lieu ou devant ces guerres dernieres et anciennement estoit et servoit de salle de refectoire auxdictz religieux ».

2Un siècle plus tard, lorsque l'ingénieur géographe Claude Masse étudie le site,

  • 2 Pièce justificative n° 3.

« cette magnifique église n'étoit qu'un triste spectacle ou il n'y avoit que des serpens dans les ruines et des oiseaux nocturnes et des pigeons dans les clochers qui sont a my tombés aussi bien que toutes les voutes, et il n'y a pas le moindre endroit ou l'on puisse célébrer le sacrifice divin. L'Abbaye n'est pas en meilleur estat estant les trois quarts ruinés et son seigneur et le femier n'ont eu le soin que de conserver les cours et les parties de bastiments qu'ils se servent a mettre leur blé et le grand four ou l'on cuit le pain pour donner l'aumône aux habitants de l'isle depuis la fête de Noël jusqu'à la St Jean-Baptiste2 »

3Ce qui frappe Claude Masse à la vue de l'abbatiale, c'est qu'elle juxtapose

« trois goûts différents d'architecture, dont le dernier étoit superbe d'une maçonnerie de pierre de taille avec plusieurs belles chapelles ornées de belles sculptures a demy gotique [où] il subsiste encore divers piliers butant en pyramide d'une architecture moderne ou il y a au sommet plusieurs statues de saints d'un bon goust qui y restent parce que personne ne peut les aller oster ».

4Que veut indiquer Masse en mentionnant cette « architecture moderne » ? Faut-il songer au xvie siècle ? A-t-on la preuve, d'ailleurs, de travaux engagés dans ces années ?

La campagne de Geoffroy d'Estissac

  • 3 Pièce justificative n° 1.
  • 4 Minute du notaire Brisset, 28 mai 1534 (original perdu). Transcription in extenso dans Boissière ( (...)
  • 5 Cet architecte de talent vient de donner à la commune de Niort son premier édifice moderne : un hô (...)

5Le 5 novembre 1536, le frère Olivier Bichon, sacristain de l'église cathédrale de Maillezais, vient à Niort, chez le notaire Brisset, pour y conclure un contrat d'achat de matériaux3. Au nom de son évêque Geoffroy d'Estissac, il passe un marché avec Grégoyre Aubert, Michel Bouhet et Laurens Bigot, trois tailleurs de pierre de Saint-Liguaire. Ces derniers s'engagent à extraire et convoyer par la Sèvre, jusque sur le port de Maillezais, « dix mil quartiers de pierres pour employer en ledifice de ladicte eglise de Maillezais commancé a faire par ledit reverand ». Même si la localisation précise des travaux dans la cathédrale n'est pas indiquée, cet acte est capital pour l'histoire du site au xvie siècle. Il prouve en premier lieu une campagne initiée par Geoffroy d'Estissac ; il mentionne aussi le maître d'œuvre, « Biaise Mathieu, Maistre masson conduisant ledit édifice ». Il indique enfin beaucoup plus que de simples remaniements, car cette quantité considérable de pierres de taille autorise la construction d'une part importante de l'abbatiale, d'autant qu'Aubert et ses collègues n'ont pas le monopole de l'extraction pour Maillezais, puisque le frère Bichon leur demande de « convoier lesdictz quartiers comme faict le nommé Caillaut, pierraieur, qui aussy tire et fournist desditz quartiers pour ledit édifice ». Qui plus est, le chantier est engagé depuis au moins deux ans. En effet, le 28 mai 1534, lorsque les fabriciens de l'église Notre-Dame de Niort tentent de régler un conflit avec leur architecte, ils viennent « au lieu de Maillezais [chercher] un maçon nommé Maître Biaise4 ». C'est dire la renommée de Biaise Mathieu, qui va bientôt trancher contre l'avis de Mathurin Berthomé5, l'architecte le plus illustre du milieu niortais dans la première moitié du xvie siècle ; c'est dire aussi l'importance des travaux qu'a dû lui confier Geoffroy d'Estissac.

  • 6 Arnauld (Ch.) et Baugier, « Notice historique et descriptive sur l'église de Maillezais. Travail l (...)

6Les « fouilles » engagées dans les ruines de la cathédrale au début du xixe siècle ont localisé cette campagne Renaissance : « Le chœur tout entier de l'église de Maillezais a disparu. Aux débris que nous avons trouvés sur son emplacement, nous devons croire que ce choeur était une œuvre de la Renaissance [...] Une foule de pierres sculptées avec une délicatesse et une variété infinies, d'après les règles de l'architecture grecque, et couvertes d'une profusion d'arabesques, de figurines, de fleurs et de fruits ; les balus- tres des galeries, les caissons des plafonds garnis de rosaces encadrées dans des filets, la finesse et la délicatesse du ciseau qui a tracé et refouillé toute cette ornementation, voilà les indices infaillibles qui nous font croire que c'est le seizième siècle qui vit s'élever le chœur de Maillezais6 ».

  • 7 Cornec (Th.), Pfost (D.), Abbaye de Maillezais, opérations de sondages du 30/09/96 au 30/04/97, Se (...)

7L'énorme quantité de pierres de taille convoyée à Maillezais à partir des années 1530 pouvait, en effet, permettre la transformation profonde de ce long chœur, dessiné par Claude Masse en 1700 et dégagé en partie par les érudits niortais des années 1840. Ses fondations en hémicycle, de près de 30 m de long, ont été mises au jour par Thierry Cornec et Didier Pfost, lors des sondages archéologiques entrepris en 1996 et 19977.

  • 8 Breuillac (E.), Girard (G.), Musée départemental. Niort. Catalogue du Musée lapidaire, Niort, 1913 (...)
  • 9 Delhommeau (L.), Notes et documents pour servir à l'histoire de l'évêché de Maillezais, Luçon, 196 (...)
  • 10 La première marque les débuts, timides, de l'italianisme en Poitou, vers 1510 ; le second reste l' (...)

8Les armes de Geoffroy d'Estissac garnissent plusieurs des fragments lapidaires découverts à son emplacement, dont des clefs de voûtes8. On pressent ainsi l'importance du chantier, qui affecte jusqu'au mode de couvre- ment de certains espaces. On en cerne aussi les limites probables, les années 1542-1543, à la mort de l'évêque9. Ce grand prélat, humaniste et infatigable bâtisseur, avait déjà donné deux des réalisations majeures du premier tiers du xvie siècle en Haut-Poitou, l'église priorale Saint-Martin de Ligugé, puis le doyenné Saint-Hilaire de Poitiers10. Les deux décennies suivantes vont être consacrées à son œuvre en Bas-Poitou.

À la recherche de l'antique

  • 11 L'homogénéité des maçonneries du choeur retrouvées par Thierry Cornec et Didier Pfost, op. cit. n. (...)
  • 12 Ce qui ne saurait surprendre dans l'architecture religieuse de ces années.
  • 13 Cf. Pièce justificative n° 3.

9Il semble acquis que les travaux de Geoffroy sur la cathédrale affectèrent le chœur, même si on ne peut toujours pas en déterminer l'étendue. La quantité de matériaux commandés, la durée des travaux et le lancement du chantier par un maître reconnu, Biaise Mathieu, militent cependant en faveur d'un réaménagement profond11. Le dépôt lapidaire de l'abbaye de Maillezais conserve des centaines de fragments Renaissance... mais noyés au milieu d'innombrables débris moulurés plus traditionnels, de type « fin xve siècle ». Tout porte à croire que le chantier de Geoffroy d'Estissac débuta dans les années 1530 en style gothique12, sous la houlette de Biaise Mathieu, et avança sans innovations notables pendant presque dix ans. Vues de l'extérieur, les différences entre le transept et le chœur devaient être minimes, car elles ne jouaient sans doute pas sur le volume général de la composition. C'est ce que paraît noter Claude Masse, au début du xviiie siècle, qui ne différencie pas le transept du choeur : « [...] l'église abbatiale d'environ 35 toises de longueur sur 10 à 11 de largeur bastie en croix, et a son extrémité deux clochers ou hautes tours d'une architecture fort ancienne. L'autre partie de l'église paroît avoir esté bastie entre 8 ou ixe siècle, et le cœur et les chapelles paraissent avoir ésté basties dans le xve siècle13 ». « L'architecture moderne », qui le séduit tant, pourrait donc désigner un gothique flamboyant tardif.

  • 14 Irastorza (J.-F.), Fillion (B.), Levesque (R.), op. cit. n. 8, n° LRe 2001-1 et n° LRe 2001-2. Ces (...)
  • 15 Breuillac (E.), Girard (G.), op. cit. n. 8, n° 118, n° 124, n° 125, n° 127, n° 171...
  • 16 Irastorza (J.-F.), Fillion (B.), Levesque (R.), op. cit. n. 8, n° LRe 4031-1 à 4031-8, n° LRe 4032
  • 17 Breuillac (E.), Girard (G.), op. cit. n. 8, n° 122.
  • 18 Breuillac (E.), Girard (G.), op. cit. n. 8, n° 129 et n° 130 ; Irastorza (J.-F.), Fillion (B.), Le (...)
  • 19 Irastorza (J.-F.), Fillion (B.), Levesque (R.), op. cit. n. 8, n° LRe 5033-H. Un motif ornant prob (...)

10À l'inverse, les différences devaient être nettement perceptibles à l'intérieur, car dans cette enveloppe amorcée de manière traditionnelle surgit, brutalement, un langage architectural d'avant-garde, fondé sur l'emploi des ordres. Des colonnes doriques et leur chapiteau à gorgerin cannelé14 ouvrent alors certains espaces (fig. 1) ; des plafonds à caissons15 meublés de fleurs se substituent aux voûtes traditionnelles ; des corniches à la mouluration classique de tore, cavet réglet et doucine16 remplacent les profils acérés de tradition flamboyante ; des frises de grecques courent sur des couronnements17 (fig. 2) ; des guirlandes de fruits et des cuirs ponctuent le décor18 ; des dais en forme de tempietto meublé de putti soulignent de grands arcs19 (fig. 3).

Fig. 1 : Maillezais, dépôt lapidaire, n° LRe 2001-1. Cl. R. Lévesque.

Fig. 1 : Maillezais, dépôt lapidaire, n° LRe 2001-1. Cl. R. Lévesque.

Fig. 2 : Niort, Musée Bernard d'Agescy, corniche provenant de l'abbaye de Maillezais. CL R. Lévesque.

Fig. 2 : Niort, Musée Bernard d'Agescy, corniche provenant de l'abbaye de Maillezais. CL R. Lévesque.

Fig. 3 : Maillezais, dépôt lapidaire, n° LRe 5033-H. Cl. R. Lévesque.

Fig. 3 : Maillezais, dépôt lapidaire, n° LRe 5033-H. Cl. R. Lévesque.

Fig. 4 : Niort, Musée Bernard d'Agescy, jubé de Maillezais (fragments du soubassement et de l'entablement). Cl. R. Lévesque.

Fig. 4 : Niort, Musée Bernard d'Agescy, jubé de Maillezais (fragments du soubassement et de l'entablement). Cl. R. Lévesque.

Fig. 5 : Le jubé de Maillezais, restitution par Richard Lévesque.

Fig. 5 : Le jubé de Maillezais, restitution par Richard Lévesque.

Fig. 6 : Niort, Musée Bernard d'Agescy, jubé de Maillezais (fragment du soubassement de colonnes géminées). Cl. R. Lévesque.

Fig. 6 : Niort, Musée Bernard d'Agescy, jubé de Maillezais (fragment du soubassement de colonnes géminées). Cl. R. Lévesque.
  • 20 Arnauld (Ch.), Baugier, op. cit. n. 6, p. 52 : « Le chancel, ou jubé qui le précédait [le chœur], (...)
  • 21 Breuillac (E.), Girard (G.), op. cit. n. 8, n° 112, n° 113, n° 116, n° 117, n° 123, n° 131, n° 147
  • 22 Puisque à triglyphes et métopes (et non un entablement ionique comme décrit par Arnauld et Baugier(...)
  • 23 Jacques-Androuet Du Cerceau, Petits Cartouches, n° 1, vers 1545. Il n'y a donc aucun lien entre le (...)

11La croisée de la cathédrale abritait une œuvre imposante, un jubé exhumé en partie lors des premières fouilles de 183420. Des éléments du soubassement21 ainsi que des fragments d'arcs et d'entablement dorique22 sont conservés (fig. 4). Ils permettent de restituer une composition triomphale à trois arcs en plein-cintre, colonnes géminées et entablement fortement saillant (fig. 5). Le décor est à la hauteur de cette structure antiquisante : pilastres doriques cannelés sur dosseret, arcs en plein-cintre aux archivoltes garnies de frises antiques, caissons à fleurs sur le soffite de l'entablement, cuirs et guirlandes de fruits sur le soubassement... Un vocabulaire sans guère d'équivalent dans l'architecture religieuse de ces années ; un répertoire qui puise bien sûr ses références dans les modèles les plus récents. Les compositions des stylobates des colonnes géminées en apportent une preuve éclatante. Les armoiries de l'évêque se détachent sur un relief savant : un cuir encadré de lourdes chutes de fruits et appuyés sur des masques grimaçants feuillagés, prisonniers de volutes (fig. 6). Une composition dans la droite ligne de celles développées à Fontainebleau, dans le château de François Ier... et que l'on retrouvera quasiment à l'identique quelques années plus tard, dans une des planches gravées de Jacques Androuet Du Cerceau23.

  • 24 Cette restitution a été confirmée en 1997 par les sondages archéologiques de Thierry Cornec et Did (...)
  • 25 Quelques années avant celui de Pierre Lescot pour Saint-Germain-L'Auxerrois (achevé vers 1545), te (...)

12En 1542, le jubé de Maillezais est une réalisation prémonitoire, car sa structure triomphale24, sans équivalent dans le royaume à cette date, va rapidement devenir la règle à partir des années 1550. Il faut donc actuellement le considérer comme le premier jubé classique de France25.

Par-delà l'île de Maillezais

  • 26 Démontées à la fin du xixe siècle, l'une a été transportée dans le château de La Pélissonnière, au (...)
  • 27 Serlio, Livre IV, fol.161 recto et fol. 162 recto. Il adopte aussi la superposition classique des (...)

13Parallèlement au chantier de la cathédrale, Geoffroy d'Estissac charge son maître d'œuvre de la reconstruction de son prieuré de Mouzeuil, à l'ouest de Fontenay-le-Comte. Comme Maillezais, ce petit édifice devient champ d'expériences. En façade, les baies sont liées verticalement par un plein-de-travées en léger relief, une solution inédite en 1540, mais riche d'avenir dans la deuxième moitié du xvie siècle. Les armes de l'évêque meublent à nouveau un cuir, des pilastres cannelés aux chapiteaux à feuilles d'acanthe flanquent les fenêtres, un fronton triangulaire classique coiffe l'ensemble. L'Antiquité domine. Comme sur le soffite des linteaux, couvert de caissons à fleurs. Leur inhabituel traitement, en perspective simulée (fig. 7), revient en leitmotiv sur les deux manteaux des cheminées intérieures26. Sur l'une, le maître d'œuvre adopte des supports en piliers cannelés pseudo-corinthiens. Sur l'autre, il adopte la superposition classique des ordres et un ionique d'une extraordinaire modernité (fig. 8) qui puise directement ses références dans deux des planches gravées du traité de Sebas- tiano Serlio27.

Fig. 7 : Mouzeuil, prieuré de Geoffroy d'Estissac, façade, détail. CL. R. Lévesque.

Fig. 7 : Mouzeuil, prieuré de Geoffroy d'Estissac, façade, détail. CL. R. Lévesque.
  • 28 Ce maître anonyme pourrait être celui qui vient d'achever la façade et le retable sud de la collég (...)
  • 29 Pour tout ce qui concerne la Renaissance architecturale et intellectuelle en Bas-Poitou, on se rep (...)
  • 30 Ici aussi le chantier débute de manière traditionnelle et brusquement, dans les années 1540, se ré (...)
  • 31 Comme pour le jubé, une des planches de Jacque-Androuet Du Cerceau reproduit un motif bas- poitevi (...)
  • 32 Des expériences reprises en grande partie, à une échelle réduite, dans la maison qu'il fait dresse (...)
  • 33 Serlio, Livre iv, fol. 140, verso.
  • 34 Flanquée d'un terme et d'une cariatide engainés, elle semble l'adaptadon du frontispice du Livre I (...)

14Peu avant 1540, l'évêque de Maillezais réussit donc à faire venir sur ses chantiers une personnalité de premier plan28 : un maître d'exception, apte à mener à bien ses ambitieux projets, mais capable aussi d'initier « l'atelier » local à toutes ses nouveautés. La Renaissance fait alors une entrée aussi rapide qu'imprévue dans cette province qui avait ignoré presque totalement l’art italianisant du premier tiers du siècle. Les appels au maître de Geoffroy ou à son entourage se multiplient ; les créations antiquisantes sortent de terre, simultanément29. Au nord-ouest de Maillezais, à) Couloges-sur-l’autize, Louis d’Estissac, neveu et protégé de l’évêque, entreprend un grand château moderne, cantonné de pavillons d’angle carrés et desservis par des escaliers droits30 : en façade, il u perfectionne les trévées de Mouzeuil ; à l’intérieur il y privilégie les plafonds à caissons au décor bellifontain31 (fig. 9) et les linteaux et arcs garnis de grecques32. Il y multiplie également les emprunts à Serlio, comme les autorités municipales de Fonte- nay-le-Comte. En 1542, elles font dresser au cœur de la vieille ville la Grande Fontaine, la première fontaine classique de France, au dorique directement issu de son Livre IV33 (fig. 10). C'est que dans cette commune en pleine effervescence économique et intellectuelle, la bourgeoisie d'affaires et la noblesse de robe souhaitent, elles aussi, les formes d'avant-garde issues de la cathédrale : colonnes, pilastres, cariatides, caissons, frontons triangulaires, transpositions de feuilles gravées se multiplient sur les façades, les couloirs d'entrée, les manteaux de cheminées... L'antiquité est désormais partout présente, jusque dans la composition de cette minuscule fenêtre de l'hôtel particulier d'André Tiraqueau (fig. 11), qui paraît synthétiser Serlio et le milieu bellifontain34. À l'hôtel de de la Pérate, c'est la transposition de gravures d'Etienne Delaune et Jean Mignon qu'il faudrait évoquer, comme sur la porte d'entrée du château de Louis d'Estissac. De nombreuses planches gravées circulent en effet entre Maillezais, Fontenay, Coulon- ges..., d'indispensables « modèles » qui passent de main en main et qui popularisent vite la grammaire ornementale classique que Rosso et son entourage viennent de développer pour François Ier, à Fontainebleau.

Fig. 8 : Saint-Cyr-en-Talmondais, Château de la Court d'Aron (Vendée), cheminée provenant du prieuré de Mouzeuil, détail. Cl R. Levesque.

Fig. 8 : Saint-Cyr-en-Talmondais, Château de la Court d'Aron (Vendée), cheminée provenant du prieuré de Mouzeuil, détail. Cl R. Levesque.

Fig. 9 : Fontenay-le-Comte, château de Terre-Neuve, plagond à caisons provenant du château de Coulonges-sur-l’Autize. Cl. R. Lévesque

Fig. 9 : Fontenay-le-Comte, château de Terre-Neuve, plagond à caisons provenant du château de Coulonges-sur-l’Autize. Cl. R. Lévesque

Fig.10 :Fontenay-le-Comte, La Grande Fontaine, détail.Cl. R. Lévesque

Fig.10 :Fontenay-le-Comte, La Grande Fontaine, détail.Cl. R. Lévesque

Fig. 11 : Fontenay-le-Comte, « Hôtel de Rivaudeau », détail d'une fenêtre sur rue. Cl. R Lévesque.

Fig. 11 : Fontenay-le-Comte, « Hôtel de Rivaudeau », détail d'une fenêtre sur rue. Cl. R Lévesque.
  • 35 L'art roman poitevin, dont on sait la richesse des emprunts gréco-romains, est sans doute l'indisp (...)

15Ce foisonnement architectural et cette soif de nouveauté ne doivent pas surprendre. Centre économique prospère, la région fontenaisienne est également, depuis le début du xvie siècle, un foyer d'humanisme actif où les ouvrages savants naissent et se multiplient. Médecins, hommes de lettres et juristes se regroupent autour d'André Tiraqueau, l'ami de François Rabelais et de Geoffroy d'Estissac. Férus d'Antiquité, liés au milieu intellectuel poitevin, ils correspondent aussi avec les plus grands, tels Guillaume Budé et Jean du Bellay. Tous étaient donc prêts à accueillir les innovations anti- quisantes du maître de Geoffroy, d'autant que les formes proposées leur étaient finalement familières, puisque souvent peu éloignées de celles rencontrées... dans l'art roman poitevin35.

16La fin du chantier de la cathédrale ou la mort de Geoffroy d'Estissac aurait pu interrompre cette fulgurante phase créative. L'atelier se dispersa effectivement dans toute la province, rapidement, mais pour animer jusque dans le premier tiers du xviie siècle un mouvement d'une telle richesse et d'une telle diversité qu'il est tentant de définir un « style Renaissance du Bas-Poitou », né dans les années 1540, sur l'île de Maillezais.

Pièce justificative n° 1

17Niort, Archives départementales des Deux-Sèvres, notaire Brisset, 3 E 17, fol. 89

18Sachent tous que en droict en la cour du scel estably aux contractz a Nyort, pour le roy notre sire, ont esté personnellement estably vénérable et religieux frere Olivier Bichon, secrestain de leglise de Maillezais en nom et comme procureur et soy faisant fort pour révérend père en Dieu messire Geoffroy Destissac, evesque et seigneur dudict Maillezais dune part, et Gregoyre Aubert, Michel Bouhet et Laurens Bigot, demeurant a Sainct Liguayre dautre part

19Lesquels Aubert, pour une moytié, Bouhet et Bigot pour laultre moytié, ont promis faire et délivrer en la pierriere de Chezelle Lez [...], ville de Nyort, estant des appartenances de labbaye dudict Saint Liguayre pour tirer en icelle dicte pierriere le nombre de dix mil quartiers de pierres pour employer en ledifice de ladicte eglise de Maillezais commancé a faire par ledit reverand, comme telz que Biaise Mathieu, Maistre masson conduisant ledit édifice et premier leur baillera, par jauge ou molle portant la grosseur, grandeur et largeur, et ce moyennant la somme de quarante livres tournoiz

20De laquelle somme ledit Bichon ondict nom a baillé et payé présentement auxdessudictz Aubert, Bouhet et Bigot, la somme de vingt deux livres tournoiz, sauf la somme de neuf livres X sols que les dessusdictz ont confessé avoir receu dudict Bichon des jeudy dernier, et le surplus montant la somme de dix sept livres X sols tournoiz, icelluydict Bichon a promis payer aux dessudictz, quand ils auront tiré dicelledicte pierriere le nombre de cincq mil quartiers de ladicte pierre

21Laquelle delivrance les dessusdicstz ont promis faire, ensemble tirer lesdits dix mil quartiers de pierres, de la grandeur, grosseur et largeur [...] le tout [...] dedans la saincte Jehan Baptiste prochainement venant, ensemble dix mil quartiers, que les dessusdictz seront tenuz rendre sur le port de la riviere de Sayvre, au dessous de ladicte pierriere, et iceux ayder a charge les vaisseaux qui viendront par ladicte riviere, convoier lesdictz quartiers comme faict le nommé Caillaut, pierraieur, qui aussy tire et fournist desditz quartiers pour ledit édifice.

22Pour chascun cent desquels quartiers renduz audict Maillezais, nombrez, comptez et acceptez par ledit Matieu, icelluy Bichon ondict nom a promis bailler et payer aux dessusdictz, outltre ladicte somme de quarante livres tournoiz, pour estre délivrez, la somme de quarante solz tournoiz, comme ladicte pierre sera conduite audict Maillezais

23Et ou il adviendroict que les dessusdictz auroyent tiré quantité de ladicte pierre et quartiers qui ne pourroict estre tirée par bestiaux audict Maillezais, icelles comptées, nombrées et acceptées sur ledict port par ledict Mathieu, ledict Bichon ondict nom leur payera jusques a la quantité et nombre de pierres qui sera lors traicté

24Et seront comprinses et comptées les quartiers, les grands pierres et dappareil que lesdictz dessudictz bailleront, ondict nombre de dix mil quartiers, scelon que ledict Mathieu les acceptera, comme il faict celles dudict Caillaud

25Tout ce que dessus lesdictes partyes esdictz noms ont stippullé, consenty et accepté ladicte teneur, et pour les garder et accomplir elles ont obligé leurs biens, et outre leurs corps a tenir prison, comme pour deniers royaux [...], ledict Mathieu, a deffault que ledict edifice ne se bastiroyt et construirait comme il faict a present, faute et coulpe de ce que dessus.

26Dont pour lobeycance elles ont esté jugées et condepmnées, par le jugement et condensation de ladicte court dudict scel, par les notaires soubz scriptz jurez dicelle, a la jurisdiction de laquelle elles se sont soumises

27Quant a ce faict audict Nyort le quinziste jour de novembre lan mil Ve trante six.

28On donné la foy et serment de leurs cops, obligé, affecté et hypothéqué, savoir est ledict Bichon les biens dudict Estissac, et lesdictz Aubert, Bouhet et Bigot tous et chascuns leurs biens meubles et immeubles présens et futurs.

29R. Desmoulins, S. Brisset

Pièce justificative n° 2

30La Roche-sur-Yon, Archives départementales de la Vendée, 4 G 2

31Registre des visittes faictes par rar Jean Collart ptre p. de Lethon bac. En theologie et viccaire gnal de levesché de Maillezais des benefices qui sont en larchiprieuré d'Ardin et doyanné de Fontenay le Comte, estant accompagné de venerable Michel Merlet curé de Xanton et lun des deputtés du diocese et en son abscence de frere Danierl Boursault secrestain de leglise cathedralle avec mr René Resmond notaire son secretayre

Labbaie de Maillezais 1617

32Lan mil six cent dix sept le jeudy trentiesme jour du moys de mars nous Jehan Collart ptre bacchelier en theologie prieur de Lethon et viccaire général de tres reverend monseigneur levesque de Maillezays sommes transportez en leglise cathédrale et reguliere dudict Maille- zays ordre de Sainct Benoist ou illec estant apres l'invocation du tressainct nom de Dieu faict en leglise ou a present messieurs les religieux font le service divin (lieu ou devant ces guerres dernieres et anciennement estoit et servoit de salle de refectoire auxdictz religieux) avons trouvé vénérable et discrette personne frere Pierre Barrauld religieux profex dudict ordre et prieur closerie de laditte eglise et Pierre Liepard novice dicelle lequel dict sieur prieur nous avons interrogé de ce qui sensuit

33Premièrement quel nombre de religieux il y a dessoubz sa charge en laditte eglise a dict que despuis vint cinq ans quil est prieur dudict lieu quil a tousjours veu ou present ou absent jusques a unze religieux portant lhabit dudict ordre sans y comprendre les religieux lay et que a present sont frere Bonadvanture Bourguignon soubzprieur, f. Nicolas Crosnier aumônier, f. Daniel Boursaukd secrestain, f. Valentin Ourry docteur en theologie enfermier, Virginal Petit armoire, f. Louys de Boudain profex, Alexandre Gatiam profex absent, f. Alexandre le Grand profex, Jacques Roux, Pierre Liepard et Pierre Dherisson absent tous trois novices

34Enquis dudict sieur prieur sy durant et pendant la fin de lannée sic cent quinze et commencement de lannées sic cent seize que les guerres et mouvementz des troubles qui ont arrivé en ce royaume de France le divin service na point cessé a dit que non encore qu aucuns desditz religieux cy dessus nommez ce fussent absentez

35Enquis sil na perdu pendant lesdictz troubles ou quelque un des susditz religieux a dit que pour son regard il na perdu aulcune chose et que mesme il ne s'est perdu aulcun ornement de laditte eglise et que la vérité est qu'aucuns desdictz relligieux savoir est ledict Bourguignon, Boursaukd, Ourry, Gatiam, et Liepard moyne lay ont perdu quelque chose de leurs meubles ou pension ou revenu de leurs offices et quil ne peult a la verité dire que cest comme nayant esté present lors qu'on a pris leurditz biens estant luy retiré dans les cloistres de laditte abbaye eux ayans leur logis et demeure au bourg dudict Maillezays lhors l'enclostrure de laditte abbaye

36Enquis sil ne sçait par ouy dire ou autrement ceux qui ont emporté les biens et meubles des dessusditz a dit qu'il n'en sçait rien et que cela est hors de sa cognoissance et quil avoir prou affaire a conserver le sien et a faire le divin service avec petit nombre de religieux lespace de six ou sept moys savoir est depuis le commencement d'octobre six cent quinze jusques a la fin d avril six cent seize.

37Enquis le susdit sieur prieur qui commande et qui tient le chasteau et lieu dudict Maillezays dans lenclos duquel est cituée la ditte eglise et abbaye, a dit que avant quil fut prieur de laditte abbaye il y avoit monsieur d'Aubigny de la relligion pretendue qui commandoit audit lieu comme il faict encore a present

38Enquis sy ledict sieur d Aubigny na jamais empesché le divin service ou quelqu'un des siens a dit que non despuis sic cent et ung que lesditz relligieux furent restablis par le benefice de la paix en laditte abbaye et que le pont levis est abbattu pour ceux qui sont au bourg tant matin quilz veullent entrer

39Avons trouvé ledit refectoir ou eglise en assez bon ordre comme estant bien clos fermé et tout vittré orné de troys autels savoir est le maitre autel de pierre de taille sur lequel y a ung fort beau tableau enchassé en bois doré peint en huyle qui est une Nostre Dame de Pitié sur le contre autel il y a ung tabernacle de boys peint ou repose le Corpus Domini le soubas- tement dudict autel estant en toille dor faicte en brodrye ou il y a deux armoiries de deffunct monseigneur levesque dudict Maillezays aux deux costez dicelluy deux rideaux de droguet Hors le cœur de laditte eglise a main droitte ung autel sur lequel il y a ung tableau en toille representant la Trinitté et ung soubastement de camelot de Lisle rouge avec une croix blanche de laustre costé a main senestre ung autre autel sur lesquel il y a un tableau assez haut représentant l'image de Sainct Rogommé et a costé d'icelluy ung autre tableau representant Nostre Seigneur et Saint Pierre ung parement de damas figuré dessus ledict autel ung bras couvert dargent contenant quelque saincte relique de Sainct Rigommé et une image de bois peint et doré contenant quelque relique de Sainct Reverend plus deux chandeliers de bois peint

40Enquis ledict prieur combien ilz ont de calices a dit quil y en avoit quatre que nous avons veu savoir est deux dargent un doré et l'autre qui ne lest point et appartiennent tous deux au chappitre desditz religieux et deux autres destain

41Enquis combien ilz avoient de nappes a mettre sur les autelz a dit quil y en avoit dix quilz nous a représentées savoir quatre belle de toile de Hollande des quelles il y en a deux qui sont ornées de dantelle par le devant pour le regard des aulbes et amittons chaque religieux a ce quil y en fayult

42Item avons trouvé deux croix une petite ou est le crucifix de Nostre Seigneur toutte dargent dans laquelle il y a des reliques de plusieurs sainctz et de la Vraye Croix une grande croix de cuivre pour porter en procession iem trois missalz et des livres antiphoniers comme aussy dautre pour chanter la messe a plaint chant

43Enquis combien ilz avoient de chaisubles a dit quilz en avoient cinq premierement une chai- suble avec deux courtibaultz trois chappes noeuvres de toille dor et dargent et de soye jaune blanc et rouge avec leurs parementz de toilles dargent figurée de jaulne de blanc et de vert et passementée de clinquant dor

44Item une autre chape complette savoir chaisubles courtibaults et trois chappes de damas blanc jaune et verd

45Item une chaisuble et une chappe de camelot de laisne violette assez usée

46Item une chaisuble de camelot de laine rouge veille

47Item une chaisuble de tafetas noir appartenante au chapitre une lampe ardante au cœur devant le Sainct Sacrement une petite cloche en l'un des clchers de laditte abbaye le clois- tre dicelle estant le tiers recouvert le dortoir en assés bon estat y ayant sept chambres bien logeables

48Demeurent dans lenclos de laditte abbaye et cloistre dicelle ledit prieur, lesdictz Petit armoire, Le Grand profex, et Roux et Liepard novices, les autres religieux sont logés au bourg aux maisons de leurs officiers ou ailleurs la grande eglise est du tout ruinée y a plus de quarante cinq ans excepté les deux clochers dicelle qui sont encore saultz et en leur entier comme est aussy le chappitre dicelle et le logis episcopal dudict seigneur evesque tout le reste estant tenu et occupé par ceux de la religion dans le cœur de leglise ou se fait le divin service il y a une chaire de noier pour prescher comme aussy des bans sieges avec leurs poupitres pour asseooir lesditz religieux

49J. Collart, f. Barrauld, f. Grant f. V. Petit, P Liepard present

Pièce justificative n° 3

50La Rochelle, Médiathèque Michel Crépeau, Mémoire sur le 46e Quarré de la générale des costes du Bas Poitou, Pays d'Aunix, Saintonge et partie de Basse Guyenne par Masse, Ms. 32- 1, fol. 19-22 (Recueil de Claude Masse recopié par le Père Jalliot).

Vestiges de l'Abbaye ou château de Maillezais

51Elle est size a l'extrémité d'une longue terre élevée de 18 à 20 pieds au-dessus des forêts, le front du costé du bourg qui la sépare de la terre a 70 toises de longueur, batti de mauvais murs, enceinte d'un fossé sec et assez profond, sur le bord duquel paroit des vestiges d'anciens ouvrages a présent presques tous ruinés parce que l'on les laboure. Cette abbaye a de longueur 70 toises du costé du sud ouest, les murs sont bien bastis ou il y avoit quatre gros pavillons, une tour fort haute et au pied un grand jardin. Les murs du côtés de l'ouest nord- ouest sont hauts biens bastis, mais mal flanqués, et estoient couverts d'une terrasse ou fausse braye a présent toute ruinée, ceux du costé du nord ne sont point flanqués et bastis peu solidement, c'est pourtant le costé ou la place estoit plus exposée a estre battue. Il y a à un des coins de l'enceinte de cette abbaye un réduit au château, un quarré long avec un bastion et deux demy. Le grand front a environ 35 toises et le petit 15 ou 16 et sont revestus de pierre de taille avec un parrapet percé de chenaux a present fort degradé, enceinte d'un bon fossé. L'on entroit dans ce réduit par un pont dormant de charpente ou il y en avoit un levis et une porte de trois a quatre pieds, et ce reduit enferme le chasteau de l'evesque qui consiste dans un donjon un peu élévé et quelques autres logements de même, ce qui faisoit un très médiocre palais pour un si bon evêché et apparement que ces anciens evesques vivaient comme les premiers du christianisme et vivaient en très médiocres équipages et n'avait point l'usage de carosses n'y beaucoup de chevaux parce que la Porte n'a que trois pieds de large. Le mur qui enferme ce chasteau du costé de l'ouest est basty solidement de bonne maçonnerie terminé par un rempart des ronde. Il y avait dans l'enceinte de cette Abbaye, l'église abbatiale d'environ 35 toises de longueur sur 10 à 11 de largeur bastie en croix, et a son extrémité deux clochers ou hautes tours d'une architecture fort ancienne. L'autre partie de l'église paraît avoir esté bastie entre 8 ou ixe siècle, et le cœur et les chapelles paraissent avoir ésté basties dans le 15e siècle, et ce sont trois gouts différents d'architecture, dont le dernier étoit superbe d'une maçonnerie de pierre de taille avec plusieurs belles chapelles ornées de belles sculptures a demy gotique et il subsiste encore divers piliers butant en pyramide d'une architecture moderne ou il y a au sommet plusieurs statues de saints d'un bon goust qui y restent parce que personne ne peut les aller oster.

52En 1720 cette magnifique église n'étoit qu'un triste spectacle ou il n'y avoit que des serpens dans les ruines et des oiseaux nocturnes et des pigeons dans les clochers qui sont a my tombés aussi bien que toutes les voutes, et il n'y a pas le moindre endroit ou l'on puisse célébrer le sacrifice divin. L'Abbaye n'est pas en meilleur estat estant les trois quarts ruinés et son seigneur et le femier n'ont eu le soin que de conserver les cours et les parties de bastiments qu'ils se servent a mettre leur blé et le grand four ou l'on cuit le pain pour donner l'aumône aux habitants de l'isle depuis la fête de Noël jusqu'à la St Jean-Baptiste. Les fermiers sont obligés par leur baux de donner cette aumône tout les vendredis, deux livres de pain à chaque habitant des quatre paroisses qui sont Maillezais, Maillé, St Pierre le vieux et Liés en aumônes tant aux riches qu'aux manants et mendiants. Ils s'y rendent tous, les riches y vont ou y envoyent leur domestiques. Le peuple y vont eux même depuis les enfans de quelle qualité ou condition qu'ils soient, car il faut qu'ils paroissent la recevoir, l'on les fait entrer par une porte et sortir par l'autre, et l'on cuit ce pain dans un très grand four ou il y a une des belles cheminées du Royaume en entonnoir.

53Il y a apparence que cet etablissemment d'aumosne est très ancienne, c'est pourquoy les riches ni les pauvres ne veulent point perdre leur droit pour les dédomager de ce qu'ils payent a leur seigneur la quatrième partie du bled qu'ils recueillent dans le territoire de ces quatre paroisses ce qui est une [...] des plus fortes. De plus ils payent les censes des 5e par harpans de marais qui ne sont point dessechés. Le curé de Maillezais qui n'est proprement que vicaire fait aussi de grandes aumosnes quoy qu'il n'y soit pas obligé y ayant beaucoup de pauvres dans ces quatre paroisses que cette donnation y attire, qui s'y assortissent quoy qu'il y aye des habitans fort riches et plusieurs aisés. Outre la quatrième partie que loue l'Évêque, les curés de St Pierre le vieux et de Lié dîment au 12.20 aussy bien que celuy de Maillé des terres qui ne payent pas la 4e partie dans l'étendue de ces quatres paroisses.

54L'on tient que Mgr L'Evesque de La Rochelle retiré de Maillezais et des ces dépendances et de l'Hermenaud et de l'Isle de Taugon et La Ronde et de quelques autres terres plus de 50 000 1 de rente et les dignités du Chapitre de La Rochelle ont plusieurs bonnes métairies aux environs de Maillezais et dans les paroisses de fraigneau et austres comme successeurs des anciens moines Bénédictins non Réformés qui résidaient dans cette Abbaye, dont quelques-uns des derniers qui n'ont pas voulu se transporter a La Rochelle en qualité de Chanoines y sont morts un peu devant la fin du xviie siècle. C'est un triste séjour que Maillezais depuis que la mer en est retirée, car les rives de ce temps en sont a plus de quinze mille toises ou près de cinq lieus et dans le temps que l'Abbaye ou le Château fut édifié, la mer l'enceignoit de trois costés. Il y avoit un fameux port ou est la halle. Par sucession de temps cette abbaye est devenue fameuse, cependant les troubles et guerres civilles des Regnes de Charles IX, d'henry III, Henry IV et Louis XIII cette abbaye a souffert divers dommages, et c'est apparemment pendant ces temps que l'Eglise a esté ruinée par les huguenots et puis bruslée, et est entièrement détruite, et surtout depuis que l'évêché a esté tranféré à La Rochelle en 1636, ce qui a contribué a son entière ruine, n'y ayant esté fait depuis aucunes réparations et selon les différents évènements des guerres Civiles de ces provinces elle a esté fortifiée tantôt par les Catholiques quand ils en estoient les maîtres et d'autrefois par les huguenots.

55Le Duc de Joyeuse en 1587 se saisit de Maillezais au mois d'octobre et le fit fortifier par les Catholiques.

56Le sieur d'Aubigny le reprit sur les Catholiques pour les Protestants au mois d'octobre 1583 sans beaucoup de résistance à cause que les environs étoient glacés et que les fortifications estoient encore en mauvais état que le sieur d'Aubigny fit achever et l'a remit à M. de Rouen et l'on gardée jusqu'en 1621 que les catholiques la reprirent quand Louis XIII se rendit me de fontenay. L'on n'a pas pu découvrir d'autres évenement et il ne paraît pas qu'elle aye soutenu siège.

Notes

1 Pièce justificative n° 2. Ce rapport de visite du vicaire général de l'évêché de Maillezais, qui évoque notamment le fonctionnement de l'abbaye lors de la présence d'Agrippa d'Aubigné à la tête de cette place forte protestante, signale aussi un objet important pour l'abbatiale : « ung bras couvert dargent contenant quelque saincte relique de Sainct Rigommé ». Ces reliques obtenues au début du xie siècle par Théodelin sont à l'origine de l'extension de l'abbaye.

2 Pièce justificative n° 3.

3 Pièce justificative n° 1.

4 Minute du notaire Brisset, 28 mai 1534 (original perdu). Transcription in extenso dans Boissière (J.-M. de), Notre-Dame de Niort en Poitou, Niort, 1934, p. 106-112.

5 Cet architecte de talent vient de donner à la commune de Niort son premier édifice moderne : un hôtel de ville-donjon surprenant, au parti inspiré de Chambord, cf. Guillaume (J.), L'architecture de la première Renaissance en Poitou (à paraître).

6 Arnauld (Ch.) et Baugier, « Notice historique et descriptive sur l'église de Maillezais. Travail lu à la société de statistique », Revue littéraire de l'Ouest, 1837-1838, p. 52.

7 Cornec (Th.), Pfost (D.), Abbaye de Maillezais, opérations de sondages du 30/09/96 au 30/04/97, Service Régional de l'archéologie des Pays de la Loire, 1997.

8 Breuillac (E.), Girard (G.), Musée départemental. Niort. Catalogue du Musée lapidaire, Niort, 1913, n° 129 et n° 130. Irastorza (J.-F.), Fillion (B.), Levesque (R.), Abbaye Saint-Pierre de Maillezais. Inventaire du dépôt lapidaire, 1992, n° LRe 5024.

9 Delhommeau (L.), Notes et documents pour servir à l'histoire de l'évêché de Maillezais, Luçon, 1965, n° 278.

10 La première marque les débuts, timides, de l'italianisme en Poitou, vers 1510 ; le second reste l'édifice poitevin le plus novateur des années 1525. Jean Guillaume, op. cit. n. 5.

11 L'homogénéité des maçonneries du choeur retrouvées par Thierry Cornec et Didier Pfost, op. cit. n. 7, ajoutée aux remplois gothiques noyés dans ce niveau de fondation, suggèrent également cette reprise au xvie siècle.

12 Ce qui ne saurait surprendre dans l'architecture religieuse de ces années.

13 Cf. Pièce justificative n° 3.

14 Irastorza (J.-F.), Fillion (B.), Levesque (R.), op. cit. n. 8, n° LRe 2001-1 et n° LRe 2001-2. Ces chapiteaux proviennent de colonnes d'environ 4 m de haut.

15 Breuillac (E.), Girard (G.), op. cit. n. 8, n° 118, n° 124, n° 125, n° 127, n° 171...

16 Irastorza (J.-F.), Fillion (B.), Levesque (R.), op. cit. n. 8, n° LRe 4031-1 à 4031-8, n° LRe 4032.

17 Breuillac (E.), Girard (G.), op. cit. n. 8, n° 122.

18 Breuillac (E.), Girard (G.), op. cit. n. 8, n° 129 et n° 130 ; Irastorza (J.-F.), Fillion (B.), Levesque (R.), op. cit. n. 8, n° LRe 5024, n° HD LRe 5029-V, n° HD LRe 5030-V.

19 Irastorza (J.-F.), Fillion (B.), Levesque (R.), op. cit. n. 8, n° LRe 5033-H. Un motif ornant probablement l'arc d'entrée d'une chapelle ou un portail extérieur, à la manière de Saint-Pierre de Loudun.

20 Arnauld (Ch.), Baugier, op. cit. n. 6, p. 52 : « Le chancel, ou jubé qui le précédait [le chœur], était orné d'un portique ionique dont les piédestaux et la partie inférieure des colonnes géminées étaient seules debout. »

21 Breuillac (E.), Girard (G.), op. cit. n. 8, n° 112, n° 113, n° 116, n° 117, n° 123, n° 131, n° 147.

22 Puisque à triglyphes et métopes (et non un entablement ionique comme décrit par Arnauld et Baugier. Cf. supra).

23 Jacques-Androuet Du Cerceau, Petits Cartouches, n° 1, vers 1545. Il n'y a donc aucun lien entre le maître de Geoffroy et Du Cerceau, sinon que tous les deux transposent sans doute le même décor bellifontain disparu.

24 Cette restitution a été confirmée en 1997 par les sondages archéologiques de Thierry Cornec et Didier Pfost, op. cit. n. 7, p. 13, qui en ont retrouvé les massifs de fondation cruciformes.

25 Quelques années avant celui de Pierre Lescot pour Saint-Germain-L'Auxerrois (achevé vers 1545), tenu traditionnellement pour le premier.

26 Démontées à la fin du xixe siècle, l'une a été transportée dans le château de La Pélissonnière, au Boupère, l'autre dans celui de la Court d'Aron, à Saint-Cyr-en-Talmondais.

27 Serlio, Livre IV, fol.161 recto et fol. 162 recto. Il adopte aussi la superposition classique des ordres, puisque le manteau est scandé de pilastres corinthiens.

28 Ce maître anonyme pourrait être celui qui vient d'achever la façade et le retable sud de la collégiale de Oiron et qui quitte brutalement le chantier dans ces années : des correspondances précises peuvent être établies entre la collégiale des Gouffier et les créations bas-poitevines des années 1540. Ce maître remplace donc à partir de 1539-1540 Biaise Mathieu, qui avait jusqu'alors conduit le chantier dans un style gothique traditionnel.

29 Pour tout ce qui concerne la Renaissance architecturale et intellectuelle en Bas-Poitou, on se reportera à Lévesque (R.) dir., La Vendée au temps de la Renaissance, La Mothe-Achard, 2000.

30 Ici aussi le chantier débute de manière traditionnelle et brusquement, dans les années 1540, se réoriente vers un style d'avant-garde : il faut à nouveau évoquer l'arrivée sur le site du maître de Geoffroy ou de l'un de ses proches.

31 Comme pour le jubé, une des planches de Jacque-Androuet Du Cerceau reproduit un motif bas- poitevin ; la source commune est assurément toujours Fontainebleau.

32 Des expériences reprises en grande partie, à une échelle réduite, dans la maison qu'il fait dresser au cœur de Niort.

33 Serlio, Livre iv, fol. 140, verso.

34 Flanquée d'un terme et d'une cariatide engainés, elle semble l'adaptadon du frontispice du Livre IV. Mais les pieds nus qui percent sous la gaine évoquent autant une autre planche de Serlio (Livre IV, fol. 186, recto) que les dispositions insolites de la « Porte Égyptienne » de Fontainebleau, réalisée vers 1537.

35 L'art roman poitevin, dont on sait la richesse des emprunts gréco-romains, est sans doute l'indispensable maillon entre l'Antiquité et sa renaissance en Bas-Poitou au milieu du xvie siècle. La frise de grecques en reste un bon exemple : publiée par Serlio, mais quasiment inconnue dans l'architecture française de ces années, elle est pourtant un des leitmotivs de l'entourage du maître de Geoffroy... alors qu'une frise identique courre déjà sur les façades xiie siècle des églises proches de Foussais et Fontaines.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Maillezais, dépôt lapidaire, n° LRe 2001-1. Cl. R. Lévesque.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18539/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 2 : Niort, Musée Bernard d'Agescy, corniche provenant de l'abbaye de Maillezais. CL R. Lévesque.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18539/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 3 : Maillezais, dépôt lapidaire, n° LRe 5033-H. Cl. R. Lévesque.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18539/img-3.png
Fichier image/png, 618k
Titre Fig. 4 : Niort, Musée Bernard d'Agescy, jubé de Maillezais (fragments du soubassement et de l'entablement). Cl. R. Lévesque.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18539/img-4.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 5 : Le jubé de Maillezais, restitution par Richard Lévesque.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18539/img-5.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 6 : Niort, Musée Bernard d'Agescy, jubé de Maillezais (fragment du soubassement de colonnes géminées). Cl. R. Lévesque.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18539/img-6.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 7 : Mouzeuil, prieuré de Geoffroy d'Estissac, façade, détail. CL. R. Lévesque.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18539/img-7.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 8 : Saint-Cyr-en-Talmondais, Château de la Court d'Aron (Vendée), cheminée provenant du prieuré de Mouzeuil, détail. Cl R. Levesque.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18539/img-8.png
Fichier image/png, 880k
Titre Fig. 9 : Fontenay-le-Comte, château de Terre-Neuve, plagond à caisons provenant du château de Coulonges-sur-l’Autize. Cl. R. Lévesque
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18539/img-9.png
Fichier image/png, 756k
Titre Fig.10 :Fontenay-le-Comte, La Grande Fontaine, détail.Cl. R. Lévesque
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18539/img-10.png
Fichier image/png, 655k
Titre Fig. 11 : Fontenay-le-Comte, « Hôtel de Rivaudeau », détail d'une fenêtre sur rue. Cl. R Lévesque.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18539/img-11.png
Fichier image/png, 608k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540