Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'abbaye de Maillezais

 | 
Mathias Tranchant
, 
Cécile Treffort

2e partie. Maillezais, site d'exception

Badigeons, couleurs et peintures murales médiévales1 dans l'abbaye de Maillezais. État des découvertes

Christian Davy

Texte intégral

  • 1 Le titre reprend celui d'un article précédent consacré à l'abbaye de Fontevraud qui présente une s (...)

1Les campagnes de fouilles archéologiques menées ces dernières années par Jocelyn Martineau ont permis de découvrir des fragments de peinture murale. Malgré leur rareté, ces éléments épars révèlent des décorations dont personne n'avait idée jusqu'à présent. Leur mise au jour offre ici l'occasion de compléter leur découverte par une observation renouvelée des murs et des voûtes encore en place, puis d'effectuer un premier bilan des traces subsistantes des décors de l'époque médiévale. En dépit de leur pauvreté, celles-ci fournissent suffisamment d'informations pour tenter de les placer dans l'évolution du goût décoratif qui transforme l'aspect de l'espace architectural intérieur entre le xiie et le xive siècle.

2L'édifice que constitue l'abbaye de Maillezais présente quatre gisements ou zones fournissant des témoignages des peintures murales qui décorèrent les parois des différents bâtiments.

3Le premier gisement est situé à l'ouest du massif occidental de l'abbatiale et à l'extérieur de l'enceinte de l'abbaye. De nombreux fragments ont été trouvés dans le comblement du fossé creusé au droit d'une porte percée dans le bâtiment élevé à la perpendiculaire de l'église. Ces fragments restent pour l'instant peu exploitables. Le nombre de campagnes picturales n'a pu être déterminé. Tout au plus, peut-on dire qu'il s'agit d'un décor ornemental couvrant, reprenant le thème de l'imitation d'appareil de pierres de taille, appelé plus couramment faux appareil. La situation d'origine de ces fragments - trouvés, rappelons-le, dans un comblement - n'est pas détermi- nable dans l'état actuel des informations dont nous disposons. Décoraient- ils ce bâtiment construit perpendiculairement à l'abbatiale, la galerie occidentale du cloître ou d'autres lieux encore ? Il reste qu'il est peu probable que les matières de ce comblement puissent provenir d'un point très éloigné de l'endroit où elles ont été trouvées. Bien entendu, leur datation n'est pas mieux appréhendée que leur situation d'origine.

4Le massif occidental de l'abbatiale constitue le deuxième gisement de fragments de peintures murales. Là aussi, les opérations de fouilles archéologiques menées par Jocelyn Martineau ont permis la mise au jour de près d'une centaine de fragments d'enduits peints. Ces derniers ont été trouvés dans le comblement de l'espace correspondant aux reins de la voûte, plus particulièrement auprès de la fenêtre sud. La destruction de ce décor semble avoir été opérée en deux temps. Le premier, peut-être avant l'établissement de la voûte, a été presque total. Toutefois, les destructeurs n'ont pas exécuté leur travail d'une manière parfaite, puisque quelques morceaux subsistèrent sur les parois. Ces derniers ne furent définitivement enlevés, puis abandonnés dans le comblement des reins des voûtes que peu de temps avant l'établissement du sol établi au-dessus de cette voûte. Cette seconde intervention laisse envisager la réalisation d'une nouvelle décoration.

  • 2 Voir à ce propos Davy (Chr.), La peinture murale romane dans les Pays de la Loire. L'indicible et (...)

5À l'inverse des fragments du premier gisement, une datation est ici envisageable. Plusieurs morceaux présentent la juxtaposition de deux plages colorées en aplat rouge et jaune. De plus, la limite entre ces deux couleurs est rehaussée de ponctuation blanche. Il s'agit en fait de la bande bicolore bien connue qui encadre la majorité des images figurées. Elle constitue un véritable fossile directeur. Le fait qu'elle soit ponctuée de blanc permet de situer les fragments peints à l'époque romane et même avant la fin du xiie siècle. En effet, c'est à cette époque que disparaît rapidement - et définitivement- la pratique du pastillage posé en rehaut. Certains de ces fragments témoignent d'une exécution complexe. À moins de supposer l'existence de plusieurs décors superposés, ce qui paraît peu probable ici, la reconnaissance d'une pratique de sous-couche réalisée en plusieurs épaisseurs, ou strates, autorise à situer la réalisation de l'œuvre plutôt dans la seconde moitié du xiie siècle, à un moment où l'un des courants artistiques alors en vogue cherchait à donner une très grande tension à la forme par une multiplication des gestes techniques et par un emploi exagéré de la couleur2. L'iconographie ne peut être abordée ; pourtant quelques fragments assurent que le décor présentait des thèmes figuratifs, voire historiés. En fait, malgré les vastes lacunes de nos informations, la certitude de concevoir une abbatiale peinte à l'époque romane est réelle.

  • 3 Cette partie de l'édifice fait l'objet actuellement d'une restauration menée par Pascal Prunet, ar (...)

6L'observation directe des parois des bâtiments de l'abbatiale révèle également les peintures disparues. De nouveau dans le massif occidental et plus particulièrement sur la voûte lancée au xiiie siècle, des plaques d'enduits présentent des éléments qui furent peints. En dépit d'un état de ruine très avancée3 ils permettent d'envisager le type de décoration exécutée à la suite de la transformation architecturale de cette zone du bâtiment.

7La voûte en berceau brisé est divisée en deux travées par un arc doubleau. Les enduits qui constituent le support de la couche picturale sont majoritairement en place sur le flanc sud de la première travée et, de manière très lacunaire, sur le flanc nord. Au sud, l'enduit présente un aspect de conservation différent de part et d'autre d'une ligne horizontale plus ou moins régulière. Cette ligne représente soit une limite de deux campagnes successives, soit une passe indiquant une hauteur d'échafaudage. Cependant, la première proposition semble devoir être rejetée, car une plage de couleur rouge recouvre encore les deux supports en une petite zone.

  • 4 Une analyse stratigraphique a été demandée. Les résultats devraient figurer dans le rapport d'inte (...)
  • 5 Voir à ce propos Davy (Chr.), op. cit. n. 2, p. 29-486 et id., « La peinture murale angevine au xi (...)

8L'angle nord-ouest conserve la superposition de plusieurs badigeons présentant une imitation d'appareil de pierres de taille rouge sur fond blanc. Le rapport d'intervention du restaurateur précédemment évoqué présentera le nombre de ces décors et éventuellement leur appartenance à l'époque médiévale. Mais en fait, c'est la retombée sud de voûte qui paraît la plus riche d'informations. En cet endroit, des plages présentent encore des couleurs et des lignes simulant les joints et les lits de mortier d'une maçonnerie. La ruine est si avancée qu'il est pour l'instant difficile de déterminer dans quel ordre les couleurs se superposaient au moment de la splendeur du décor. Pourtant, la détermination de cet ordre revêt une importance certaine pour évaluer le degré d'originalité du décor d'imitation d'appareil de pierres de taille qui y est exécuté. Si l'usure n'empêche pas de reconnaître le thème ornemental, elle empêche de déterminer la superposition des couleurs. S'agit-il de la reproduction de lignes rouges sur fond blanc ou à l'inverse de lignes blanches sur fond rouge ? En d'autres termes, ces vestiges sont-ils des témoins en positif ou bien en négatif du décor originel4 ? L'hypothèse du faux appareil rouge sur fond blanc ne ferait du décor de Maillezais qu'un exemple de plus d'une longue liste de décorations réalisées à une époque où le goût refusait un espace architectural intérieur influencé par les colorations denses des parois, mais optait pour un espace entièrement blanc, légèrement tempéré du rouge des joints. Dans l'ouest de la France, ce renouvellement du goût débute lentement dans la seconde moitié du xiie siècle, par la suite, la prédominance du blanc sur la couleur persiste au cours des deux premiers tiers du xiiie siècle5.

  • 6 Le dossier de protection de Chellé est cours d'élaboration par Noëlle Combes, de la Conservation r (...)
  • 7 Voir les travaux sur la couleur de Michel Pastoureau, notamment Pastoureau (M.), Bleu : histoire d (...)

9La seconde hypothèse propose une inversion des couleurs. Le décor est alors constitué d'un faux appareil blanc peint sur un fond rouge, ce qui est tout à fait exceptionnel. Cet arrangement n'a pour l'instant été rencontré qu'en une seule occasion. Le château de Chellé (commune d'Hambers en Mayenne) est actuellement en ruines. Cependant, son organisation est en partie reconnaissable. Ainsi, il apparaît qu'une extension a été réalisée dans la seconde moitié du xiiie ou au début du siècle suivant sur un corps de bâtiment dont la forme reste à déterminer. L'agrandissement consiste notamment en une salle voûtée prolongée d'une chapelle. Le voûtement de la salle est écroulé et gît encore au sol, tandis que sur les murs de nombreux témoins de la décoration originelle sont conservés. Cette décoration profane était constituée d'un registre de soubassement orné d'arcatures trilobées simulées et de motifs ornementaux géométriques peints dans les embrasures des baies, tandis que les parois et les voûtains recevaient un faux appareil blanc sur un fond uniformément rouge6. Leur exécution semble correspondre à la phase d'ornementation qui suit l'achèvement de la construction, et qui peut être évaluée à une période élargie à la seconde moitié du xiiie et au début du xive siècle. Celle-ci peut être retenue dans un premier temps pour l'exécution du décor du narthex de l'abbaye de Maillezais. Avant toute étude approfondie, ces deux décors peuvent être considérés comme des témoignages de la persistance d'une esthétique révolue où la densité des couleurs et la prédominance du rouge apparaissent comme essentiels7.

  • 8 Celles-ci peuvent porter sur la nature des pigments ou du mortier et du badigeon par exemple. Malg (...)
  • 9 Cf. La couleur et la pierre. Polychromie des portails gothiques. Actes du colloque tenu à Amiens, (...)
  • 10 Voir notamment Camus (M.-Th.), Blomme (Y.), « L'abbatiale Saint-Pierre de Maillezais », dans Congr (...)

10La correspondance du décor conservé sur la voûte du narthex avec les fragments colorés observés sur les chapiteaux de la première partie du mur nord ne peut plus être réalisée, car tous ces témoins sont disjoints. Etablir un rapprochement chronologique serait tentant, mais il est impossible de prendre position tant que des analyses physico-chimiques n'auront pas été réalisées8. Sur le mur nord du collatéral de la nef - le dernier encore en place -, trois des quatre premiers chapiteaux présentent plusieurs témoins d'un épais badigeon coloré en jaune, tandis que la paroi même du mur conserve une zone très réduite peinte en rouge. Ce type de badigeon coloré dans la masse n'est pas inconnu. Il a notamment été repéré par Daniel Prigent sur deux chapiteaux supérieurs du chevet de l'abbatiale de Fontevraud. Sans exclure une polychromie savamment organisée comme sur les façades ou tympans sculptés9, la justification de cette présence pourrait plutôt résider dans une volonté de protection de la pierre sculptée. Le badigeon de chaux fait écran et donne aussi une solidité accrue à la paroi extérieure de la roche soumise à l'action de l'air, particulièrement salin en ce lieu. Dater de tels fragments tient de la gageure, mais le fait que les parties les plus orientales ne présentent pas de telles traces permet de penser que cette décoration a été exécutée avant la reprise architecturale de cette partie qui eut lieu à la fin du xiiie ou au début du xive siècle10.

11L'hôtellerie est le quatrième lieu qui présente de la peinture murale. Le bâtiment a vu son architecture et sa distribution considérablement transformées par des remaniements opérés sur les divisions horizontales et verticales. Les niveaux et les distributions des salles ne correspondent plus à l'état originel. L'approche de ce dernier nécessite une étude archéologique approfondie. Toutefois, le décor encore en place permet d'ores et déjà d'évoquer certaines dispositions anciennes. Deux voire, trois salles, conservent de larges plaques d'enduit peint.

  • 11 Mérindol (Chr. De), La Maison des Chevaliers de Pont-Saint-Esprit, tome II. Les décors peints. Cor (...)

12La salle sud, située au niveau intermédiaire actuel, présente deux murs pignons en grande partie recouverts d'une décoration qui reprend une nouvelle fois le thème de l'imitation de l'appareil de pierre de taille. Le module est très allongé ; en effet, le rapport entre la hauteur et la largeur est compris entre 3 et 4. L'ensemble est bordé d'une bande dotée d'un rinceau à feuillage. La disposition et la manière sont analogues à ce qui se rencontre par ailleurs au milieu du xiiie siècle et peu après. Ainsi, pour prolonger le rapprochement avec l'abbaye de Fontevraud, le dortoir du prieuré Saint-Lazare conserve dans un état correct un décor similaire qui a été restauré récemment. En fait, ce type de décoration s'apparente à ce qui se rencontre de la manière la plus courante dans la peinture civile ou plus exactement profane. Cette production, bien connue des savants du xixe siècle, a été délaissée par ceux du xxe, mais elle recommence à être étudiée. Un premier corpus vient d'être publié au niveau national et un autre répertorie une centaine d'exemplaires dans l'Ouest de la France11 Réalisé entre la fin du xiie siècle et la fin du xive siècle, ce type de décor présente une organisation quasi immuable. Le mur reçoit une décoration faite de motifs indéfiniment répétés à la manière du semé héraldique. Celle- ci est réalisée au-dessus d'un registre de soubassement et est bordée en partie supérieure d'une bande ornementale qui suit les formes de l'architecture et notamment la courbe de la charpente ou du lambris de couvrement lorsque celui-ci a existé. Ici, la signification de la bordure est ambiguë. Elle indique qu'il s'agit de la partie supérieure du décor. Il est donc nécessaire de reconsidérer le volume de cette salle dotée d'un plancher : il devait s'agir à l'origine d'une salle en vaisseau dont la fonction reste bien entendu inconnue. Si la bordure reprend la pente d'un pignon qui a été étêté au moment de l'établissement du plafond-plancher de la salle supérieure, soit à la fin du xiiie ou au début du xive siècle, en revanche, le mur ne semble pas être lui- même un pignon, car l'enduit, support du décor, se poursuit au-delà de la bande. Ce cas est unique et difficilement compréhensible pour l'instant.

13Le mur de refend qui sépare cette salle d'avec une autre a été également peint sur sa seconde face. Cette décoration correspond à une deuxième pièce qui a été suffisamment rétrécie pour la transformer en un boyau sans issue. Une nouvelle fois, le thème de l'imitation de maçonnerie a été repris, mais il est différent du précédent. La bordure est simplement soulignée d'un bandeau bicolore. Il suit une pente inclinée. Si dans l'état actuel il est difficile de se rendre compte du prolongement éventuel de l'enduit, une fissure semble tout de même marquer une reprise de maçonnerie qui pourrait alors correspondre à la pente originelle du pignon.

  • 12 Module : 15,5X 75,5 cm.

14La salle supérieure, actuellement appelée le dortoir, conserve de grandes surfaces d'enduit peint. Une nouvelle fois, le thème est identique. Cependant il présente un raffinement inconnu jusqu'à présent à Maillezais et rare par ailleurs : discret, il relève de l'élaboration un peu compliquée du joint vertical de l'imitation de l'appareil de pierres de taille12. Ce détail a été repéré dans des œuvres exécutées au xive siècle. À l'opposé de cet embellissement, l'ensemble apparaît d'une très grande simplicité, et cela à un degré rarement observé. Aucun registre de soubassement n'est ici souligné, aucune bordure ne marque la limite du décor couvrant au sommet des murs. Ce fait est exceptionnel et doit être réellement souligné. En fait, la seule marque du schéma habituel tient dans le soulignement discret de la courbure des parties supérieures des fenêtres.

  • 13 Jocelyn Martineau vient de retrouver de nouveaux fragments dans un sondage archéologique opéré dan (...)

15L'abbaye a connu une succession de décorations peintes. Dans un premier temps l'abbatiale a reçu à l'époque romane un décor figuré. Celui- ci ne pouvait être ponctuel, bien qu'il ait été seulement retrouvé sous la forme de quelques fragments dans le massif occidental. En fait, c'est toute l'abbatiale qui était peinte13 selon une organisation qui laissait une large part aux messages à exprimer selon les différentes zones de l'église, comme l'abbatiale de Saint-Savin le présente encore.

16Après un fort remaniement architectural, l'église voit une reprise complète de la décoration dans le nouveau goût qui rejette les programmes figurés aux tonalités denses au profit soit d'une coloration claire, presque blanche légèrement tempérée de rouge (en accord avec ce qui se fait couramment dans les deux premiers tiers du xiiie siècle dans l'ouest de la France), soit de tons denses, violents, voire agressifs (qui témoignent d'une esthétique plutôt conservatrice, également partagée par des nobles laïcs comme les seigneurs mayennais possédant Chellé).

17Le décor peint n'est pas réservé à l'église. Ainsi, d'autres bâtiments de l'abbaye reçoivent une décoration plus en accord avec les préférences du xiiie et du xive siècle. Dans un cas, elle est en connivence complète avec ce qui se rencontre ailleurs, aussi bien dans des bâtiments non cultuels d'édifice religieux (comme le dortoir des hommes à Fontevraud) que dans des édifices profanes comme des manoirs (tel ceux du Grand-Mandon à Bocé en Anjou ou de Cache-Bouton à Sablé dans le Maine, pour ne prendre que les exemples les plus proches formellement). Enfin, dans un autre cas, la décoration de la salle supérieure du bâtiment des hôtes reprend également la même ligne générale, mais en cherchant à la fois une simplification et un raffinement certain. Ce parti rare tranche avec les décorations rencontrées dans d'autres hôtelleries comme celles de l'abbaye de Chaloché en Anjou ou bien celles du Mesnil-sous-Jumièges en Normandie.

Notes

1 Le titre reprend celui d'un article précédent consacré à l'abbaye de Fontevraud qui présente une similitude d'état en ce qui concerne les décors peints du Moyen Àge. Voir Davy (Chr.), « Badigeons, couleurs et peintures murales médiévales dans l'abbaye Notre-Dame de Fontevraud : état des découvertes », Fontevraud : histoire-archéologie, n° 5, 2000.

2 Voir à ce propos Davy (Chr.), La peinture murale romane dans les Pays de la Loire. L'indicible et le ruban plissé, Laval : S.A.H.M., 2000, p. 91-114.

3 Cette partie de l'édifice fait l'objet actuellement d'une restauration menée par Pascal Prunet, architecte en chef des Monuments historiques. C'est dans ce cadre qu'il a été demandé à Brice Moulinier, restaurateur de peintures murales, une intervention conservatoire et une étude technique. Le rapport d'intervention sera disponible prochainement.

4 Une analyse stratigraphique a été demandée. Les résultats devraient figurer dans le rapport d'intervention de Brice Moulinier.

5 Voir à ce propos Davy (Chr.), op. cit. n. 2, p. 29-486 et id., « La peinture murale angevine au xiiie siècle », dans The British Arcaeological Association Conference Transactions, XXVI, 2003, Anjou Medieval Art. Art, Architecture and Archaeology. Actes du congrès de la British Archeology Association tenu à Angers, juin 2000, ed. by J. McNeill, D. Prigent, p. 235-246.

6 Le dossier de protection de Chellé est cours d'élaboration par Noëlle Combes, de la Conservation régionale des Monuments historiques des Pays de la Loire. Une première étude archéologique a été commandée à Joseph Mastrolorenzo. Il apparaît d'ores et déjà que la notice publiée par l'abbé Angot dans son dictionnaire doit être corrigée, notamment en ce qui concerne les campagnes de construction. Un second exemple viendrait d'être mis au jour par Laurent Beuchet sur le chantier archéologique du château médiéval du Guildo à Créhen en Ille-et-Vilaine.

7 Voir les travaux sur la couleur de Michel Pastoureau, notamment Pastoureau (M.), Bleu : histoire d'une couleur, Paris, 2000 ; Id., Couleurs, images, symboles. Etudes d'histoire et d'anthropologie, Paris, 1993 ; Id., Figures et couleurs, Paris, 1986.

8 Celles-ci peuvent porter sur la nature des pigments ou du mortier et du badigeon par exemple. Malgré tout il reste peu probable que celles-ci puissent apporter un élément de réponse définitif.

9 Cf. La couleur et la pierre. Polychromie des portails gothiques. Actes du colloque tenu à Amiens, 12- 14 octobre 2000, dir. Verret (D.), Steyaert (D.), Paris, Picard-ARPP, 2002 et Notre-Dame-la- Grande de Poitiers. L'œuvre romane, dir. Camus (M.-Th.), Andrault-Schmitt (Cl.), Paris- Poitiers, Picard-CESCM, 2002.

10 Voir notamment Camus (M.-Th.), Blomme (Y.), « L'abbatiale Saint-Pierre de Maillezais », dans Congrès archéologique de France, Vendée 1993, Paris, 1997, p. 161-181, ainsi que la notice consacrée à Maillezais par Blomme (Y.), Poitou Gothique, Paris, 1993, p. 192-201.

11 Mérindol (Chr. De), La Maison des Chevaliers de Pont-Saint-Esprit, tome II. Les décors peints. Corpus des décors monumentaux peints et armoriés du Moyen Âge en France, Pont-Saint-Esprit, Conseil général du Gard - Musée d'Art sacré du Gard, 2000 ; Carré (G.), « Indre-et- Loire/Maine-et-Loire. - Architecture domestique : décors peints de la seconde moitié du xiie siècle jusqu'au milieu du xive siècle », Bulletin monumental, t. 159-II, 2001, p. 169-172 ; Davy (Chr.), « Le décor peint des édifices profanes des xiiie et xive siècles dans l'Ouest de la France », dans Actes du colloque Vivre au Donjon, tenu à Vendôme en juin 2001, sous la présidence de Dominique Barthélémy (à paraître).

12 Module : 15,5X 75,5 cm.

13 Jocelyn Martineau vient de retrouver de nouveaux fragments dans un sondage archéologique opéré dans la partie occidentale de la nef (information orale fournie lors du colloque).

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540