Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'abbaye de Maillezais

 | 
Mathias Tranchant
, 
Cécile Treffort

2e partie. Maillezais, site d'exception

La reconstruction en style gothique

Yves Blomme

Texte intégral

  • 1 . Cf. Blomme (Y.), Poitou Gothique, Paris, 1993, p. 192-201 ; Id„ « L'abbatiale Saint-Pierre de Ma (...)

1Même si les sources littéraires éclairent principalement la période du haut Moyen Âge et le grand chœur de Geoffroy d'Estissac, même si l'intérêt des archéologues s'est surtout porté sur les vestiges de la nef romane, ce sont bien les ruines de son transept gothique qui donnent à l'abbaye de Maillezais la silhouette déchiquetée qui la caractérise (fig. 1). Des vestiges traités un peu rapidement dans le passé, comme si l'intérêt dominant du monument ne résidait pas en eux. Nous leur avons déjà consacré trois communications assez rapprochées dans le temps1. Il n'est donc pas question de reprendre ici ce qui a déjà été dit, mais de tenter quelques remarques et de poser des interrogations nouvelles.

  • 2 Je remercie Madame Marie-Thérèse Camus qui a remarqué ces détails et m'a fait part de ses observat (...)

2Si les vestiges du bras nord du transept frappent par leur monumenta- lité, leur hardiesse, ainsi que leurs caractères techniques très affirmés, ils ne sont pas les seules traces d'une importante activité architecturale à l'époque gothique. Le mur gouttereau nord de la nef - le seul subsistant - paraît avoir subi au cours du xiiie siècle une profonde transformation. Vers l'intérieur, les baies romanes des collatéraux furent modifiées, leur appui étant considérablement remonté et leur cintre reconstruit plus haut, à tel point qu'en plusieurs travées, ce dernier paraît entamer nettement l'intrados de la voûte de la tribune. Cette particularité révèle la grande difficulté qu'il y aura eu à lancer les nouveaux cintres si les tribunes étaient encore en place et conduit à se poser la question : les tribunes n'étaient-elles pas déjà ruinées au xiiie siècle ? Dans ce cas, la reconstruction plus tardive de la partie supérieure du gouttereau dans les trois travées orientales n'aurait fait qu'entériner cet abandon des tribunes. À l'extérieur, l'enchemisement de la muraille et de ses contreforts a permis de porter l'épaisseur du gouttereau à près de 2,50 m, conférant à la nef un aspect très sévère. Deux constatations au moins peuvent encore être faites. Ces transformations sont antérieures à la modification des trois travées orientales, puisque les énormes contreforts y ont disparu : détruits dans la partie inférieure romane du mur, ils n'ont pas été reconstitués dans sa partie supérieure gothique (fig. 2). D'autre part, dans les travées occidentales, toute la partie supérieure du mur et des contre forts est fortement endommagée. Les pierres sont éclatées comme si elles avaient eu à subir un violent incendie. À la jonction de certains de ces contreforts avec le mur, des pierres disposées en angle font une nette saillie et conduisent à suggérer qu'on a voulu lancer entre eux des mâchicoulis sur arc, ou bien qu'on établit là des consoles destinées à porter des hourds en bois dont l'incendie ultérieur expliquerait le triste état des parties hautes2.

Fig. 1 : Vestiges du transept, vus du sud-est.

Fig. 1 : Vestiges du transept, vus du sud-est.

Fig. 2 : Vue extérieure du mur nord des trois travées orientales de la nef.

Fig. 2 : Vue extérieure du mur nord des trois travées orientales de la nef.
  • 3 Martineau (J.), Sanz-Pascual (F.), Barbier (E.), Abbaye Saint-Pierre Maillezais DFS Surveillance d (...)

3Ces transformations n'affectèrent que le mur nord, celui tourné vers l'extérieur du monastère. Les fouilles sont venues nous apprendre que rien de semblable n'a existé au sud. Un tel épaississement des murs et des contreforts aurait d'ailleurs totalement obstrué la galerie de cloître située le long de l'église. Seules deux larges bases, profondes de plus de cinq mètres, attestent que de probables arcs-boutants sont venus étayer l'église de ce côté en enjambant la galerie de cloître3.

4La reconstruction générale, dont les vestiges du bras nord conservent le souvenir, ne s'inscrit nullement en continuité avec ces premières campagnes de travaux ; son interruption brutale ne sera suivie que d'aménagements médiocres et discordants. L'ouverture de ce chantier appartient à un programme de rénovation totale de l'église, qui suppose volonté et moyens financiers de la part des commanditaires, ainsi que l'arrivée d'un maître d'œuvre et d'une équipe expérimentées. Rappelons les grandes caractéristiques de cette architecture avant d'évoquer les problèmes qu'elle soulève. Le bras nord comportait deux travées de plan nettement barlong. La première depuis la croisée correspondait au collatéral de la nef, et probablement du chœur. L'autre, saillante en plan, ouvrait à l'est sur une chapelle orientée. L'aspect extérieur conserve une certaine sévérité qui pouvait s'accorder avec les parties plus anciennes de l'église (fig. 3). Des contreforts profonds et des larmiers saillants scandent de leur graphisme appuyé les grandes surfaces murales. Cependant la position des ouvertures - portes et fenêtres à l'appui très bas - prouve l'abandon de toute vocation défensive.

Fig. 3 : Façade nord du transept.

Fig. 3 : Façade nord du transept.

Fig. 4 : Vue de la coursière, à l'angle nord-ouest du bras nord.

Fig. 4 : Vue de la coursière, à l'angle nord-ouest du bras nord.

5Au revers de ces murs sévères apparaît une architecture d'un gothique raffiné, presque maniériste dans ses effets, et qui montre à l'évidence la haute maîtrise de l'architecte et de son équipe, bien que l'état de ruine avancée ne permette plus que d'en juger très imparfaitement. La structure des murs est en apparence très simple : réduite à deux niveaux, elle fait un emprunt certainement volontaire au gothique de l'Ouest. On y retrouve cette superposition, qui caractérise les cathédrales d'Angers et de Poitiers, d'une partie basse épaisse animée d'arcatures que surmonte une coursière, et d'une partie supérieure où la paroi plus mince est reportée vers l'extérieur et percée de baies (fig. 1). La coursière est établie en partie en porte-à-faux et passe au pied des fenêtres hautes. Sa continuité est assurée par des passages muraux qui traversent les grandes piles (fig. 4). L'arc brisé au profil aigu domine. Les arcades semblent se détacher de la muraille, créant des zones d'ombre et de lumière aux effets subtiles, trahis il est vrai par leur actuelle exposition directe au soleil. Un garde-corps très ouvragé, dont il subsiste les arrachements, avait été établi en avant de la coursière, ce qui n'existait pas dans les autres œuvres du gothique Plantagenêt. Surtout, une nef de caractère basilical était prévue pour prolonger l'œuvre vers l'Ouest. Il en subsiste l'amorce de la première travée. Derrière l'arcade en arc surhaussé qui ouvrait sur le collatéral, l'amorce du gouttereau de celui-ci a été construit sur quelques mètres. Il est animé d'une arcade murale dans sa partie inférieure et, au-dessus d'une moulure horizontale, une petite baie inscrite sous le formeret éclairait la travée. Le piédroit oriental de cette ouverture subsiste, visible tant de l'intérieur que de l'extérieur. Au-dessus de l'arcade faisant communiquer le collatéral avec le transept, une vaste baie éclairait la travée intérieure du croisillon. Des batteries d'arcs-boutants devaient certainement avoir été prévues pour étayer la grande voûte qui culminait à environ 23,50 m.

Fig. 5 : Vestiges des retombées de la grande voûte à L'angle nord- ouest du bras nord.

Fig. 5 : Vestiges des retombées de la grande voûte à L'angle nord- ouest du bras nord.

6Dans ses détails, cette architecture ne témoigne pas moins de raffinement que dans sa structure d'ensemble. Si l'arc aigu domine partout, la hiérarchisation des supports répond à une stricte économie. Les colonnet- tes d'un diamètre subtilement varié suivant leur fonction, sont tantôt cylindriques, tantôt en amande, tantôt pourvues d'un listel (fig. 5). Le niveau d'imposte est lui aussi très variable d'une colonnette à sa voisine. À plusieurs reprises, l'architecte emploie la technique de l'arc surhaussé pour dégager la moulure d'extrados, en relevant le niveau d'imposte par une colonnette- nervure prolongée verticalement et portant un petit chapiteau (fig. 6).

7Les chapiteaux sont constitués de deux ou trois rangs de touffes assez tourmentées qui se détachent nettement du fond de la corbeille, tandis qu'on assiste pratiquement à la disparition du tailloir, le feuillage de la corbeille étant compris entre les deux astragales (fig. 5 et 6).

Fig. 6 : Vestiges de l'arcade de communication du collatéral nord de la nef avec Le bras nord.

Fig. 6 : Vestiges de l'arcade de communication du collatéral nord de la nef avec Le bras nord.

8Si les vestiges de la baie occidentale ne présentent plus d'arrachements qui puissent aider à en imaginer le remplage, il n'en va pas de même de la grande fenêtre nord, en façade du bras. Les arrachements permettent d'envisager une composition complexe où une rose se superposait à un alignement d'arcades subdivisées en plusieurs lancettes. Les écoinçons paraissent avoir été meublés de polylobes s'achevant en pointe (fig. 3). Plus sage en apparence, le remplage de la fenêtre inférieure a mieux résisté au temps ; si le jambage médian a disparu, le réseau du tympan est fait d'une superposition de trilobes, un thème qui domine dès les années 1250 aux fenêtres de la Sainte-Chapelle de Paris. À l'extérieur, la baie aux écoinçons non ajourés est comprise sous un larmier rectangulaire (fig. 3).

  • 4 Je remercie M. Jocelyn Martineau, qui m'a fait part de ses remarques à ce sujet.
  • 5 Arnauld (Ch.), Histoire de Maillezais depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, Niort-P (...)

9Malgré le raffinement qui la caractérise, cette architecture n'est pas exempte d'apparents repentirs. Il semble bien, à voir la rupture d'assises qui existe à sa naissance, que la construction de la chapelle orientée n'ait été décidée qu'en cours de chantier. La même remarque vaudrait pour la grande baie qui lui fait face à l'Ouest4. Son percement paraît avoir fait disparaître une moulure horizontale, dont des vestiges subsistent au débouché des deux passages de la coursière et sont surmontés de trous percés en biais, certainement destinés à recevoir des bois de charpente, comme si l'on avait voulu recouvrir la coursière par un appentis (fig. 4). Cette disposition étrange et sans parallèle ne s'explique pas vraiment. On notera aussi, autre détail curieux, que cette vaste baie ne figure pas sur la gravure, par ailleurs assez minutieuse, publiée par Charles Arnauld en tête de son Histoire de Maillezais5.

10L'extension du chantier gothique est elle-même problématique. Les choses ne sont vraiment claires que vers l'Ouest. Le départ d'une équipe hautement qualifiée paraît avoir figé l'œuvre à un stade que personne n'a ensuite tenté de prolonger. Le projet de nef basilicale est abandonné, la vieille nef étant reconstituée suivant un parti proche de celui des travées romanes occidentales. On adopte un système plus simple, à une seule baie au lieu de deux superposées, ce qui entérine l'abandon des tribunes. On notera que le formeret oriental de la dernière travée du collatéral ainsi reconstitué venait couper à mi-hauteur la baie occidentale de la travée du transept contre laquelle il s'appuyait : disposition maladroite et qui démontre à l'évidence l'abandon du précédent projet (fig. 1).

  • 6 Je remercie M. Thierry Cornec, qui a bien voulu me faire part, en mars 1999, de cette découverte, (...)

11Dans les autres directions, il nous faut avouer notre ignorance. Rien n'indique que le chœur de Geoffroy d'Estissac, qui forçait malgré sa ruine l'admiration des auteurs du xviie siècle, n'ait été qu'un habillage dans le style de la Renaissance d'un précédent sanctuaire gothique, ni même qu'il en ait pris la place. Cependant, on conçoit mal la mise en œuvre d'un transept d'une architecture aussi accomplie si celle-ci ne s'accompagnait pas du renouvellement complet du chœur, véritable siège de la liturgie tant abbatiale qu'épiscopale. Le petit plan dressé par Claude Masse vers 1700 évoque les vestiges d'un sanctuaire accosté de chapelles à terminaison polygonale ou arrondie qui ouvraient non seulement sur le rond-point, mais aussi le long des collatéraux du chœur, comme en la cathédrale du Mans ou d'autres plus méridionales, telles que Narbonne et Toulouse. En est-il allé ainsi à Maillezais ? On ne saurait l'affirmer pour autant, et la découverte de quelques fragments de colonnettes au profil en amande, semblables à celles que l'on trouve dans le transept et inclus dans les fondations du chœur du xvie siècle, demeure un témoignage bien ténu6.

  • 7 Martineau (J.), op. cit. n. 3, fig. 9 et 10.
  • 8 Arnauld (Ch.) op. cit. n. 5, p. 311 : « quand la magnifique fenêtre ou roue qui se trouvait à l'ex (...)

12Vers le sud, notre ignorance n'est pas moins grande. Les plans anciens aussi bien que les fouilles récentes révèlent un bras de transept assez différent de celui du nord. Les plans de Claude Masse et de Charles Arnauld divergent ici, puisqu'ils le représentent déporté par rapport à ce bras nord, mais vers l'est pour le premier et vers l'ouest pour l'autre. Le résultat des fouilles ne permet pas vraiment de trancher, mais il a permis d'établir que ce bras de transept avait eu deux états romans successifs et qu'il était à l'époque gothique pourvu d'une chapelle orientale quadrangulaire7. Charles Arnauld parle à deux reprises de la rose de la façade sud8. Le même auteur évoque « aux angles de la croix quatre flèches élancées ». Nous y verrions assez volontiers les couronnements pyramidaux des tourelles des escaliers du transept ; deux subsistent, à l'extrémité du bras nord, la plus orientale partant de fond, l'autre du niveau de la coursière. Dans sa partie supérieure, la première, qui est mieux conservée, adopte le plan octogonal, avec de fines colonnettes d'angle (fig. 1 et 3). Des terminaisons pointues venaient probablement achever la silhouette de ces tourelles. Le bras sud doit aussi sa complexité à sa profonde imbrication dans l'aile orientale du carré monastique, qui formait avec le transept un angle d'environ six degrés.

  • 9 Ch. Arnauld fait figurer sur son plan deux portes, ce qui est assez vraisemblable. Cl. Masse n'en (...)
  • 10 On ne connaît pas de cimetière au nord de la cathédrale, et CI. Masse fait figurer là le « Jardin (...)
  • 11 Arnauld (Ch.), op. cit. n. 5, p. 322.

13Un autre problème technique mérite d'être soulevé : celui des accès à l'église à l'époque gothique. Le bras sud disposait de portes communiquant sans doute avec le dortoir des moines. Les plans anciens les restituent9. Quant à la porte dépourvue de tout décor du fond du bras nord, elle pourrait bien avoir été la porte des morts10. Mais l'entrée solennelle de l'abbatiale devenue cathédrale pose un plus épineux problème. Arnauld, encore lui, écrit : « La porte du fond n'étant plus assez belle, c'en fut une autre, que l'on ouvrit au midi avec un péristyle11 » Cette porte avait peut-être été percée au sud de la dernière travée de la nef, face à la galerie orientale du cloître. Retrouvée dans les fouilles, elle figure sur le plan de Claude Masse. Doit-on en rapprocher quelques beaux vestiges sculptés gothiques conservés au dépôt lapidaire ? Ceux-ci consistent principalement en un personnage - un Christ ? - assis au sommet d'une voussure ornée de feuilles très découpées, du type feuilles de marronnier (fig. 7) ainsi qu'en un personnage debout élégamment drapé. Ces vestiges se révèlent par leur style être sensiblement antérieurs au transept gothique. Ils accusent plutôt le milieu du xiiie siècle et sont à rapprocher des portails de la cathédrale de Poitiers et de l'abbaye de Charroux. Des feuilles assez voisines de celles de Maillezais - et qui reproduisent l'alternance : feuille posée de face et feuille posée de dos — meublent le pourtour du tympan du portail Saint-Thomas de Poitiers et se retrouvent de part et d'autre de la tête du Christ de Charroux. Cependant, à Maillezais, la position du Christ (si c'en est un) assis au sommet de la voussure est plutôt inusitée. Sans doute était-il représenté accueillant les élus figurés sur la voussure placée au dessus ; mais la position assise sur la gorge de la voussure inférieure est inhabituelle. Nous avons probablement affaire ici aux vestiges d'une entrée solennelle de l'église -porte latérale sud ouvrant sur le cloître ? - résultant d'une transformation ponctuelle, nettement antérieure et sans lien avec le grand chantier du transept qui allait suivre.

Fig. 7 : Vestiges d'une voussure trouvée Lors des fouilles. Dépôt lapidaire de L'abbaye.

Fig. 7 : Vestiges d'une voussure trouvée Lors des fouilles. Dépôt lapidaire de L'abbaye.

Fig. 8 : Bases à l'angle nord-est du bras nord.

Fig. 8 : Bases à l'angle nord-est du bras nord.
  • 12 À Luçon, les éléments authentiquement médiévaux ne se rencontrent que dans les parties basses d'un (...)

14La place du chantier gothique de l'abbatiale-cathédrale dans l'Ouest peut être aujourd'hui mieux évaluée. Maillezais y apparaît comme le dernier grand chantier gothique antérieur à la guerre de Cent Ans. Sa datation est forcément une entreprise délicate, en l'absence de toute source écrite. Nous ne pouvons que répéter combien la date de 1317, si souvent alléguée dans le passé, est un repaire incertain qui ne doit sa fortune qu'à la commodité qui en a découlé. Toutes les grandes abbayes du Bas-Poitou connaissent une activité architecturale importante au xiiie siècle : Saint-Maixent, Saint- Michel-en-l'Herm, Luçon... D'autre part, un chantier déclenché seulement après l'érection de l'abbaye en siège épiscopal n'aurait pu être pleinement actif qu'à une date nettement postérieure à 1317. Il nous paraît plus probable que le chantier était en activité à cette date et que ce dynamisme ostentatoire a pu constituer une raison supplémentaire dans le choix effectué. Dans le détail, l'œuvre associe des éléments traditionnels, depuis longtemps repérés - comme les bases à scotie profonde (fig. 8), les colonnettes cylindriques, les sages superpositions de trilobes - à d'autres plus avancés : polylobes s'achevant en pointe, quasi disparition du tailloir, moulure à listel plat. Bien évidemment, une œuvre doit être datée en référence à ses plus hardies innovations, même si celles-ci voisinent avec d'étonnants archaïsmes. La fin du xiiie et le début du xive siècle, époque où la plupart des chantiers cathédraux tombent en sommeil, n'en est pas moins celle d'une évolution stylistique rapide, où quelques ateliers doués d'une haute maîtrise introduisent une esthétique maniériste extrêmement séduisante : chœurs des cathédrales d'Evreux et de Sées ou de l'abbatiale de Vendôme, bientôt suivis de la grande série des chantiers cathédraux méridionaux : Clermont, Limoges, Narbonne, Rodez, Toulouse. Maillezais, qui reste — ne l'oublions pas — un édifice de moyenne dimension pour l'époque gothique, nous paraît pleinement participer à ce mouvement, même s'il en est un témoin assez isolé dans l'Ouest. Seules les grandes arcades de la nef de Luçon, que l'on date généralement de la fin du xiiie siècle, s'en rapprocheraient (fig. 912). Par ce qu'il en subsiste - somme toute peu de chose - l'œuvre gothique de Maillezais emprunte à l'architecture Plantagenêt, s'inspire de l'esthétique anglo-normande et annonce le decorated style anglais. À la première, appartient l'élévation à deux niveaux, la position et la structure de la coursière, et la base du mur avec son décor d'arcatures. À la seconde reviennent le garde-corps brochant devant le réseau des grandes fenêtres, emprunt possible au chœur des cathédrales du Mans et de Coutan- ces, ainsi que les arcs aigus.

15Dénués de toute infrastructure historique, inconnus dans leur réelle extension passée, les vestiges gothiques de l'abbaye-cathédrale n'existent aujourd'hui que par eux-mêmes. Ils n'en constituent pas moins une page originale - unique peut-être - du style gothique dans les pays d'Ouest.

Fig. 9 : Grandes arcades de la nef de la cathédrale de Luçon, côté nord.

Fig. 9 : Grandes arcades de la nef de la cathédrale de Luçon, côté nord.

Notes

1 . Cf. Blomme (Y.), Poitou Gothique, Paris, 1993, p. 192-201 ; Id„ « L'abbatiale Saint-Pierre de Maillezais - La reconstruction gothique », dans Congrès archéologique de France, Vendée, 1993, Paris, 1997, p. 174-181 ; « Les parties gothiques de l'abbatiale-cathédrale de Maillezais », 303 -Arts, Recherches et créations. La revue des Pays de Loire, n° 70, 2001, p. 221-222.

2 Je remercie Madame Marie-Thérèse Camus qui a remarqué ces détails et m'a fait part de ses observations au cours des visites que nous avons faites à plusieurs reprises sur le site.

3 Martineau (J.), Sanz-Pascual (F.), Barbier (E.), Abbaye Saint-Pierre Maillezais DFS Surveillance des travaux MH Cloître/Abbatiale vol 2 illustrations, fig. 9 et 10.

4 Je remercie M. Jocelyn Martineau, qui m'a fait part de ses remarques à ce sujet.

5 Arnauld (Ch.), Histoire de Maillezais depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, Niort-Paris, 1840.

6 Je remercie M. Thierry Cornec, qui a bien voulu me faire part, en mars 1999, de cette découverte, effectuée lors des fouilles qu'il dirigeait alors.

7 Martineau (J.), op. cit. n. 3, fig. 9 et 10.

8 Arnauld (Ch.) op. cit. n. 5, p. 311 : « quand la magnifique fenêtre ou roue qui se trouvait à l'extrémité méridionale de la croix fut tombée sur la terre, brisée, mutilée » et p. 324 : « du côté du midi, la noble façade était percée d'une rose, que le soleil à son midi contemplait face à face ».

9 Ch. Arnauld fait figurer sur son plan deux portes, ce qui est assez vraisemblable. Cl. Masse n'en représente qu'une seule, mais cela tient probablement à la très petite échelle de son dessin.

10 On ne connaît pas de cimetière au nord de la cathédrale, et CI. Masse fait figurer là le « Jardin de l'Évêque. » Il est pourtant probable qu'un cimetière a existé, hors mais près du monastère, et distinct de celui de la paroisse.

11 Arnauld (Ch.), op. cit. n. 5, p. 322.

12 À Luçon, les éléments authentiquement médiévaux ne se rencontrent que dans les parties basses d'une nef qui eut particulièrement à souffrir des guerres de religion, et dont toute la voûte - au moins - dut être refaite au xviie siècle. Cf. Blomme (Y.), « La cathédrale Notre Dame de Luçon », 303 —Arts, Recherches et créations. La revue des Pays de Loire, n° 70, 2201, p. 229-232.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Vestiges du transept, vus du sud-est.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18535/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Fig. 2 : Vue extérieure du mur nord des trois travées orientales de la nef.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18535/img-2.png
Fichier image/png, 968k
Titre Fig. 3 : Façade nord du transept.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18535/img-3.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Fig. 4 : Vue de la coursière, à l'angle nord-ouest du bras nord.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18535/img-4.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 5 : Vestiges des retombées de la grande voûte à L'angle nord- ouest du bras nord.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18535/img-5.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 6 : Vestiges de l'arcade de communication du collatéral nord de la nef avec Le bras nord.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18535/img-6.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Fig. 7 : Vestiges d'une voussure trouvée Lors des fouilles. Dépôt lapidaire de L'abbaye.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18535/img-7.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 8 : Bases à l'angle nord-est du bras nord.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18535/img-8.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 9 : Grandes arcades de la nef de la cathédrale de Luçon, côté nord.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18535/img-9.png
Fichier image/png, 1,8M

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540