Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'abbaye de Maillezais

 | 
Mathias Tranchant
, 
Cécile Treffort

2e partie. Maillezais, site d'exception

Imaginer l'abbatiale romane de Maillezais

Marie-Thérèse Camus

Texte intégral

À la mémoire d'Edmond-René Labande et d'Yves Chauvin

  • 1 Pour l'étude de l'abbatiale médiévale, on pourra consulter, entre autres, : Arnauld (Ch.), Histoir (...)

1Il y a près de deux siècles que les érudits observent les vestiges de l'abbatiale (devenue cathédrale) de Maillezais, près de deux siècles qu'ils ont différencié ce qui relève de l'époque romane de l'époque gothique et évoqué, grâce à l'étude des textes, les transformations de la Renaissance1. Il leur a fallu comprendre l'essentiel des dispositions d'origine, étudier les caractères de l'architecture et du décor, donner un âge à chaque pan de mur. Cependant, en dépit de toutes les recherches, l'édifice reste énigmatique, car l'état de ruine est tel qu'il demeure très difficile d'imaginer comment il se présentait à chaque étape de sa vie, quels étaient sa physionomie extérieure, ses volumes internes, son éclairage... Bien souvent, le visiteur se contente de la vision romantique du lieu. Comment l'en blâmer ? Grandeur et décadence, face à face, n'engendrent-elles pas ici un certain sentiment de sérénité ? La confrontation peut toutefois inciter à la reconstruction fictive. S'il est interdit de relever l'abbatiale, encore moins d'en faire un pastiche, on est en droit de le faire par l'écrit, le dessin, les maquettes et les multiples supports informatiques que les techniques modernes apportent maintenant au public. Imaginer, à partir des vestiges, ses formes anciennes est l'étape obligée de toute restitution.

  • 2 Pon (G.), Chauvin (Y.), éd., trad., sous la dir. E.-R. de Labande (†), La fondation de l'abbaye de (...)
  • 3 Les lieux ont été visités par les participants au Congrès archéologique de France, 1864. Actes pub (...)

2La fondation de l'abbaye de Maillezais est bien documentée, grâce à la chronique qui est maintenant accessible à tous, depuis sa traduction intégrale2. Il y est fait mention d'une première église construite par Emma de Blois et son époux Guillaume Fierbrace. Elle n'était pas là où se trouvent les ruines, mais à Saint-Pierre-le-Vieux. Il en restait des vestiges à la fin du xixe siècle3. Il est vraiment regrettable qu'ils aient été abattus car ils auraient fourni des indications sur la manière de construire peu avant l'an mil. Souhaitons que de nouvelles informations puissent être apportées, un jour, par les archéologues.

  • 4 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p. 164-65.

3Sur les lieux de l'abbaye actuelle, ils auront à rechercher l'église Saint- Hilaire, en face du château de la fin du premier millénaire. Elle fut, nous l'apprend la chronique, totalement détruite au xie siècle. Un groupe de moines fut chargé de « recueillir avec le plus grand soin les pierres et le mortier de l'autel et de les rapporter au monastère4 ». C'est dire que, si par bonheur on en trouve, un jour, les indices conservés seront minces. Tout au plus, peut-on espérer avoir une idée du plan et des dimensions de cette église.

4Venons-en à l'église en place. Les éléments romans encore visibles sont, de l'ouest à l'est, une entrée imposante formant massif et les lambeaux d'une nef (fig. 1). Depuis les fouilles récentes, nous avons l'assurance qu'il y a eu un chevet à déambulatoire doté de trois chapelles disposées en ordre rayonnant et un transept à absidioles orientées.

  • 5 Voir notamment l'article de Cornec (Th.), « L'abbaye Saint-Pierre de Maillezais (Vendée) : l'archi (...)
  • 6 Pour l'étude passée et récente de l'architecture, nous nous permettons de renvoyer le lecteur aux (...)

5Avant de s'intéresser aux masses perdues, il est nécessaire de souligner qu'il n'y a pas en élévation, dans les ruines, qu'un seul bloc roman, mais les restes d'au moins deux projets qui se sont succédé dans le temps, sans doute à peu de distance. En ce qui concerne les avatars du monument, le travail récent des archéologues permet maintenant de mieux saisir l'ampleur de l'église5. Leurs travaux sont encore en cours et c'est d'eux que viendront les informations qui alimenteront l'histoire de l'abbatiale et aideront à situer l'œuvre dans la création romane. Ce bref article n'a donc pas l'ambition d'apporter des pierres nouvelles à la connaissance de Saint-Pierre, mais seulement de poser quelques questions quant à la morphologie de l'œuvre ancienne6. Pour nous aider dans la délicate démarche de restitution, quelques comparaisons seront utiles : un édifice, même s'il reste un unicum, n'est jamais dépourvu d'une famille ; nous proposerons des cousinages. Il ne s'agit nullement de présenter ici une étude systématique, mais d'apporter quelques soutiens à l'imagination de chacun.

Fig. 1 : Massif occidental et nef vus du sud. Cl. M.-Th. Camus.

Fig. 1 : Massif occidental et nef vus du sud. Cl. M.-Th. Camus.

Fig. 2 : Nef vue intérieure du mur nord. Cl. M.-Th. Camus.

Fig. 2 : Nef vue intérieure du mur nord. Cl. M.-Th. Camus.

Le corps de l'abbatiale : la nef

  • 7 Ce qui est fréquent dans les églises du xie siècle dans l'Ouest. C'est la travée de la jonction av (...)

6D'importants vestiges demeurent de la nef romane : une grande partie du mur nord, sur sept travées, et seule l'amorce du mur sud à sa jonction avec le massif occidental (fig. 1). Il est à noter que la dernière travée était probablement plus étroite que les autres7. Le mur roman est conservé sur une grande hauteur, mais mieux au nord -surtout sur les quatre premières travées (fig. 2) - qu'au sud.

7En dépit des mutilations, on peut dire que le revers de la façade est entièrement édifié en pierres de taille de calibre moyen (fig. 3). Il en est de même pour les colonnes engagées dans les murs, bien visibles au mur nord, côté interne. On remarque que leurs tambours sont assisés d'une manière soignée avec leurs pierres d'encadrement dans la paroi (fig. 2). Dans la partie basse, entre chaque support, les parements visibles, qui forment le remplissage entre les supports, sont montés en moellons bien assisés. Dans la partie haute comme au revers de façade, règne la pierre de taille. Le travail de la taille et l'appareillage mixte des murs dénotent un savoir-faire remarquable.

8Des baies d'entrée sont encore en place. Celle de l'ouest, qui communique avec le porche, est très remaniée. On devine parfaitement les piédroits de l'arcade d'origine. La porte nord qui occupe, avec son encadrement de pierres de taille, la largeur de la cinquième travée est murée (fig. 1) ; son arcade, faite de claveaux réguliers, est intacte. Il est hautement probable qu'au moins une porte ouvrait au sud, vers le cloître. Au revers de la façade, se distinguent, à la partie basse des tours, deux anciennes portes qui furent murées pour faire place à deux baies haut placées, légèrement décalées et ouvrant sur les escaliers des tours.

Fig. 3 : Massif occidental, vu du sud-est. Revers de façade de la nef. Cl. M.-Th. Camus.

Fig. 3 : Massif occidental, vu du sud-est. Revers de façade de la nef. Cl. M.-Th. Camus.

9Ce qui frappe le plus lorsqu'on regarde les murs de la nef, c'est la présence de baies superposées, très visibles au nord, aux quatre premières travées et au revers de façade, à peine décelables au sud (fig. 3). À l'époque gothique, le mur nord a été épaissi à l'extérieur, flanqué de contreforts, les baies supérieures étant modifiées.

10Même si l'on fait abstraction de ces modifications, et si l'on tient compte du fait qu'on ne peut restituer avec probabilité que les murs latéraux et la façade, il paraît évident que cet édifice offrait, à l'extérieur, un aspect massif. Pour évoquer les hauts murs de ses nefs latérales, citons quelques exemples très connus : les flancs des abbatiales de Saint-Remi de Reims, de Sainte- Foy de Conques ou de Notre-Dame de Jumièges.

11Côté interne du bâtiment, des arrachements, liés aux pans des murs, correspondent à des amorces de voûtes qui prouvent que l'église possédait des tribunes latérales surmontant des bas-côtés (fig. 2). C'était aussi le cas pour les trois églises citées ci-dessus. Chaque travée collatérale était couverte d'une voûte d'arêtes, tandis que les compartiments supérieurs des tribunes avaient reçu une voûte en berceau se présentant perpendiculairement à l'axe de la nef. De part et d'autre de la grande ouverture haute du revers de la façade (baie de la tribune centrale du massif occidental), on repère le départ d'une arcade montrant que chaque travée de tribune de nef était largement ouverte sur le vaisseau central, comme à Jumièges (fig. 4) ou à l'Abbaye- aux-Hommes de Caen. Reste la partie centrale de la nef. Ici la compréhension des lieux n'est guère aisée. Lignes, volumes internes et masses extérieures, éclairage sont sujets à hypothèse. En ce qui concerne la physionomie générale, deux possibilités se présentent : soit la nef était disposée sous une toiture unique, soit sa partie centrale se détachait des flancs. On peut vraisemblablement exclure la première hypothèse ; en effet, dans l'Ouest, les grandes églises du xie siècle présentaient un décrochement des toits. Il ne faut pas se fier aux actuels grands toits uniques, en bâtière, de Notre-Dame- la-Grande et de Montierneuf à Poitiers ou de l'abbatiale de Saint-Savin- sur-Gartempe, qui sont le fruit d'aménagements postérieurs. Leurs nefs possédaient, à l'origine, des toits différents, avec ou sans charpente, pour porter le couvrement. Dans les trois exemples proposés, la partie centrale émergeait peu et il n'y avait pas de baies éclairant le centre de la nef. En était-il de même à Maillezais ou, au contraire, voyait-on une série de hautes baies comme à Jumièges (fig. 4) ?

  • 8 Voir en particulier le travail de relevé des élévations effectué par J. Martineau.
  • 9 Tracé en partie visible à l'intérieur de la tribune. Les baies romanes ont été remplacées par une (...)
  • 10 Hauteur qui fut peut-être conditionnée par son collage sur la nef romane, en sa partie centrale, à (...)

12Pour répondre, il faudrait connaître la hauteur initiale des murs. Si celles des collatéraux peuvent être calculés8, il n'y a guère de repères pour celle de la haute nef. Le minimum est approximativement donné par le mur occidental du massif d'entrée, au-dessus du tracé vraisemblable9 de l'ancienne baie gothique, mais c'est un minimum, car rien ne dit que la grande tribune n'était pas surmontée d'un autre étage. On ignore donc à quelle hauteur se plaçait la greffe du massif sur la nef centrale et s'il y avait la possibilité d'ouverture de baies hautes. Les deux formules - éclairage direct ou non de ce haut vaisseau - sont plausibles. Cependant, les toits du xie siècle n'étant guère pentus dans l'ouest de la France, on peut penser, si l'on tient compte de la hauteur des ruines du transept gothique10, que la différence autorisait le percement de fenêtres hautes. Quoi qu'il en soit, éclairée directement ou non, la nef de Saint-Pierre de Maillezais relevait donc du type basilical.

Fig. 4 : Jumièges, nef, mur sud vu de la croisée du transept. Cl. M.-Th. Camus.

Fig. 4 : Jumièges, nef, mur sud vu de la croisée du transept. Cl. M.-Th. Camus.
  • 11 Arnauld (Ch.), op. cit. n. 1.

13Une autre question reste posée. La nef centrale était-elle voûtée ou non ? Le plan de Charles Arnauld donne des sections cruciformes simples pour les supports des grandes arcades11. Ceux-ci auraient donc été formés de quatre pilastres assemblés autour d'un noyau. À supposer que les relevés soient justes, on peut imaginer que les pilastres, face à face, dans la nef centrale, recevaient des fermes de charpente, mais les sections du plan d'Arnauld ne sont peut-être que celles de soubassements ; qu'en était-il en élévation ? Les supports se composaient-ils de colonnes engagées répondant à celles des murs latéraux et du revers de façade ? C'est vraisemblable, même si l'incertitude demeure. Un système de piles composites est une solution fréquemment employée pour porter une voûte en berceau sur doubleaux dans l'Ouest (ex. Notre-Dame-la-Grande, Saint-Savin, etc) ; il n'empêche qu'on le retrouve aussi à Jumièges, ou encore au Mont-Saint-Michel, associé à une simple charpente centrale.

14Pour conclure sur ce double problème du voûtement et de l'éclairage, on peut résumer les hypothèses. La triple élévation de la nef centrale avec voûtes est une formule qu'il faut rejeter, car elle serait anormalement précoce. Imaginons deux autres partis architecturaux plus simples : soit une église voûtée, éclairée par ses bas-côtés et ses tribunes, avec une nef centrale sans ouvertures, donc une église relativement sombre, même s'il existait à l'extérieur un léger surhaussement du toit du haut vaisseau, soit une église charpentée en sa partie centrale à clair-étage. Si cette dernière formule avait bien été retenue, le haut vaisseau dominait largement les toits des collatéraux et l'église était baignée de lumière.

  • 12 Voir en particulier l'article de Chr. Davy dans le présent volume.

15Quelle qu'ait été l'option architecturale, il ne faut pas oublier que les murs étaient enduits et peints12. Vraisemblablement la couleur blanche des fonds devait aussi apporter de la clarté à l'édifice.

  • 13 Camus (M.-Th.), « A propos de la rotonde de Charroux », dans Guillaume de Volpiano et l'architectu (...)

16Nous en resterons là. Soulignons seulement le contraste règnant entre le grand vide de la nef, charpentée ou voûtée, et le compartimentage des flancs. Il en était ainsi au xie siècle, à Saint-Remi de Reims, à Sainte-Foy de Conques ou Saint-Sernin de Toulouse - églises de pèlerinage - comme à l'abbatiale de Jumièges, pour ne reprendre que quelques exemples illustres de vastes bâtiments. Le seul exemple approchant en Poitou pourrait être celui de l'abbatiale de Charroux, insigne lieu de pèlerinage aussi. Reste à savoir si, dans cette église, les collatéraux étaient séparés de la nef centrale par un simple mur-diaphragme, comme le suggèrent les dessins de Thiol- let (mais qui ne sont que des restitutions) ou coupés en hauteur comme à Maillezais13.

  • 14 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p 144-145.
  • 15 Ibid., p. 144-147.
  • 16 Ibid., notes p. 192 et suivantes.
  • 17 Camus (M.-Th.), op. cit. ». 1, p. 162-3.
  • 18 Ibid., plan, p. 181-182.
  • 19 Camus (M.-Th.), « Un chevet à déambulatoire et chapelles rayonnantes à Poitiers vers 1075 : Saint- (...)

17Peut-on dater une telle nef ? Appartient-elle à l'église de Théodelin ? À ce propos, la chronique ne nous renseigne guère. On apprend que la première opération sur les lieux fut la destruction de l'ancienne forteresse14. Au bout de quatre ans, le monastère (on ne dit nullement « ecclesia », mais « edificium ») était assez avancé pour que les moines puissent s'y installer, logeant dans des bâtiments de bois. Le moine Pierre ajoute que lorsque l'abbé de Bourgueil, Bernon, mourut (et Théodelin fut appelé à le remplacer), l'église était alors en chantier15, et « la renommée de sa beauté et de ses dimensions s'était largement répandue ». On est après 1012. Il est question ensuite des efforts faits par l'abbé pour se procurer des reliques. Georges Pon et Yves Chauvin pensent que les cérémonies de Saint-Jean-d'Angély, où Théodelin tenta de voler une dent du chef de saint Jean, auraient eu lieu fin 1015. On doit donc situer l'arrivée du corps de saint Rigomer à Maillezais dans les années suivantes (entre 1015 et 1025 ?16). La chronique nous dit qu'alors la crypta major n'étant pas achevée, la précieuse relique fut placée dans la partie droite de l'église. Nous avons déjà proposé d'y voir le bras sud du transept de l'église en construction17. La découverte récente, par Thierry Cornec et son équipe, d'une absidiole ancienne prise dans un enveloppement plus récent, a conforté cette hypothèse18. Il ne faut pas s'étonner de la mise en place précoce d'un bras de transept. Le moine Martin de l'abbaye de Montierneuf à Poitiers précise, dans une chronique du début du xiie siècle, que, lors de la construction de son abbatiale, ce fut la chapelle du bras sud qui fut la première consacrée19. À Saint-Jean comme à Maillezais, le bras jouxte les bâtiments monastiques. La démarche est donc logique. Il en fut de même à Cluny, lors de la reconstruction de l'abbatiale, et souvent ailleurs.

  • 20 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p 162-3.
  • 21 Ibid., p. 164-5.

18Dans la suite du récit du moine Pierre, apparaît une nouvelle étape où il est question de l'achèvement d'une phase importante dans la construction du saint lieu (c'est-à-dire du monastère) et d'une dédicace : « Composito igitur sancto Dei loco et ordinepretitulato20... ». Rien ne dit qu'il s'agissait de la dédicace d'une église absolument achevée. On peut très bien n'y voir qu'une dédicace partielle, quand une partie de l'église est entrée en fonction. On remarquera que c'est le moment où l'église Saint-Hilaire (dont on peut penser qu'elle était utile aux moines jusqu'alors), fut détruite. Cette opération fut tellement importante que les moines récupérèrent pierres et mortier de l'autel, tandis qu'on érigeait un autel en l'honneur de saint Hilaire au chevet du monastère21. On voit donc que, vers les années 1015-1030, la construction avait été activée. Mais nulle part il n'est fait allusion à la nef. Quelles sont donc les possibilités ?

  • 22 Sondages réalisés par J.-Cl. Papinot.

19Pendant qu'ils utilisaient une chapelle provisoire ou l'église Saint-Hilaire, les moines ont eu le loisir de construire une nef légère (en bois) ou en dur, aujourd'hui disparue, mais l'on est en droit de penser qu'ils ont délaissé ce secteur, préférant mener de pair la partie orientale et les bâtiments monastiques essentiels. Le transept et le chevet de leur nouvelle église étant disponibles, ils ont pu se contenter, pendant quelques années, d'un édifice réduit à ces espaces. Aucune trace d'une nef antérieure n'a jamais été signalée. De petits arcs clavés ont été découverts dans les années 196022, mais ils ont été interprétés comme des arcs de soutènement faits pour égaliser le terrain. Certes, les investigations archéologiques n'ont guère été poussées et l'on ne peut donc exclure quelques trouvailles, mais il ne paraît pas raisonnable d'imaginer qu'un monastère entier et une grande abbatiale (aux dires mêmes du moine Pierre) aient été élevés en une quinzaine d'années seulement. Retarder jusqu'au troisième quart du xie siècle, l'édification définitive de la nef n'aurait rien de surprenant : tout en étant peut-être prévue de longue date - y compris avec un système à tribunes -, la nef de Saint-Pierre n'a probablement été mise en route que vers le milieu du siècle, ce qui expliquerait les caractéristiques techniques et stylistiques de son architecture et de son décor sculpté.

20Le champ des comparaisons avec des édifices du xe et du début du xie siècle est limité. On est loin de l'art de Saint-Philibert de Grandlieu. Dans les premières décennies du xie siècle avait été construite une nouvelle cathédrale à Poitiers ; malheureusement il n'en reste rien. On ne retrouve ni les proportions, ni les dispositions de la nef de Beaulieu-les-Loches. Les murs ne ressemblent pas à ceux de l'ancienne nef de Vouvant, œuvre à mettre à l'actif de l'abbé Théodelin. Il est vrai que ce personnage, soucieux de prestige, avait sans doute d'autres ambitions pour son abbatiale et il peut donc être imprudent de vouloir rapprocher les deux églises, les enjeux n'étant pas les mêmes, mais vraiment l'art de la construction paraît bien différent.

21Force est donc de comparer la nef de Maillezais aux églises conservées des deuxième et troisième quarts du siècle. L'emploi important de la pierre de taille, en parement continu au revers de la façade, au niveau des baies basses ou hautes, dans les chaînages et encadrements de supports engagés, l'utilisation du mœllon seulement en remplissage, le style de la belle série des chapiteaux corinthiens (fig. 5), tout porte à situer notre nef dans les temps de la construction des grandes églises de Poitiers, Saint-Hilaire-le Grand (vers 1025-1080), Notre-Dame-la-Grande, avant l'allongement de l'église (vers 1030-1085), Sainte-Radegonde, mais aussi de Saint-Savin (vers 1025-1080) et Charroux (vers 1040-1080 ?), etc. Simplement -et la remarque est d'importance -, la présence de chapiteaux corinthiens met la nef de Maillezais en relation avec les premières phases, parfois longues, des travaux dans ces églises, c'est-à-dire les chevets, en précisant toutefois que ces sculptures de Maillezais paraissent comme des œuvres abouties d'un art maîtrisé, devenu systématique, et non comme des témoins d'une approche nouvelle. Il n'est donc pas déraisonnable de proposer une date aux alen- tours de 1050-1070. Les moulurations des arcs de la façade de l'église, façade visible en sa partie centrale sous le porche, permettent aussi des comparaisons qui vont dans le même sens (Saint-Hilaire et Notre-Dame de Poitiers, Luçon, Champdeniers).

Fig. 5 : Chapiteau corinthien du mur nord. CL M.-Th. Camus.

Fig. 5 : Chapiteau corinthien du mur nord. CL M.-Th. Camus.
  • 23 Voir mes travaux cités n. 1.
  • 24 Par Daniel Prigent.

22Je ne reviendrai pas ici sur la reprise de la nef, dont j'ai longuement traité par ailleurs23 et je maintiens mon hypothèse de deux phases très rapprochées dans le temps. Les reprises apparentes sont à l'étude24. Si la hauteur des bas-côtés a été légèrement modifiée, si la présence des portes murées prouve que l'on a abandonné un premier parti (projeté, mis en oeuvre, entièrement réalisé ?) de communication avec des annexes ou des tours (difficile de penser à trois portes ouvrant de front sur l'extérieur), cela ne change pas fondamentalement les données du problème.

23Puisque l'objectif de cet article est d'aider le lecteur à se représenter l'édi- fice dans ses masses, je simplifierai ainsi les propositions pour la nef : il faut, je crois, abandonner l'hypothèse que j'avais émise, parmi d'autres, d'un premier projet d'une église basilicale à bas-côtés sans tribunes. La largeur de la nef, la présence de deux tours latérales (ou d'annexes) en avant des petites portes s'accommodent mal avec les masses imaginables selon cette formule. Sans l'exclure complètement, il vaut mieux penser que, dès le début de la construction, le doublement des niveaux des collatéraux avait été privilégié. Théodelin est mort en 1045. Très probablement connaissait- il le projet de toute l'église, mais il n'a sans doute pas vu l'achèvement de sa nef. En fin de compte, les quelques éléments qui nous restent témoignent d'un corps de bâtiment qui devait surprendre par la hauteur de la partie centrale dominant des collatéraux eux-mêmes très élevés.

Les parties orientales

24L'exercice de restitution mentale des parties orientales de l'église est des plus problématiques. Les plans relevés depuis plus d'un siècle prouvent que le transept était d'une bonne dimension. Selon les indications des archéologues qui ont noté l'angle de jonction avec la nef, du côté sud, il semble qu'il était un peu plus large, vers l'ouest, que le transept gothique. On le perçoit aussi au nord. Si l'on suppose que les deux bras étaient sensiblement les mêmes, sa longueur était équivalente à celle de la nef. Cette parité est fréquente, sinon habituelle, dans les églises du xie siècle de l'ouest de la France. La présence d'une absidiole sur chaque bras est également commune (fig. 6).

25Pour la nef, notre préférence va, nous l'avons dit, à une élévation basi- licale du lieu. Cette option entraîne, pour cette époque, un transept également d'une grande hauteur (avec ou sans tribune ?). Le plan de Thierry Cornec montre un renforcement par contreforts perpendiculaires à l'angle sud-est. À supposer nos hypothèses exactes, le transept fantôme de Maillezais est à mettre dans la série où l'on trouve ceux de Saint-Hilaire et Saint- Jean de Montierneuf à Poitiers et de Saint-Savin-sur-Gartempe, tous flanqués de contreforts d'angle.

26Les archéologues paraissent bien avoir repéré des traces d'un premier chevet avec, peut-être, un simple abside centrale (fig. 7). Les moines auraient donc, dans un second temps, décidé de transformer le chevet par l'édification d'un déambulatoire à trois chapelles rayonnantes. Cette succession irait dans la logique des évolutions artistiques de la région, si l'on veut admettre avec nous que la chapelle de la Vierge, retrouvée en fouille (fig. 6), est bien celle où, du temps de Théodelin, fut déposé le corps de saint Rigo- mer. Son enveloppement ultérieur serait à situer dans la campagne de reprise du chevet vers le milieu ou le troisième quart du xie siècle.

  • 25 Camus (M.-Th.), « Le chantier au xie siècle. La marche des travaux » et Andrault-Schmidt (Cl.), «  (...)

27On ignore la date précise d'apparition des chevets à déambulatoire et chapelles rayonnantes dans l'Ouest. Parmi les plus anciens, mentionnons, vers 1030-1050, celui de Notre-Dame-la-Grande de Poitiers qui marque le début d'une reconstruction de l'église25. Il en fut de même à Saint-Savin et probablement à Charroux (consacré en 1048 sans qu'on sache toutefois si ce chevet était concerné) puis, très vite, à Saint-Hilaire-le-Grand, à Sainte- Radegonde de Poitiers et enfin, un peu plus tard, à Montierneuf (début des travaux vers 1069).

Fig. 6 : Bras sud du transept, vestiges de l'absidiole (fouilles de 1996). Cl. M.-Th. Camus.

Fig. 6 : Bras sud du transept, vestiges de l'absidiole (fouilles de 1996). Cl. M.-Th. Camus.

Fig. 7 : Chevet, vestiges de l'absidiole d'axe et du mur du déambulatoire, côté nord (fouilles de 1996). Cl. M.-Th. Camus.

Fig. 7 : Chevet, vestiges de l'absidiole d'axe et du mur du déambulatoire, côté nord (fouilles de 1996). Cl. M.-Th. Camus.

28La présence, dans le dépôt lapidaire de Maillezais, de modillons à feuilles grasses (fig. 8) semblables à ceux du chevet de Saint-Hilaire-le-Grand plaide pour la contemporanéité des chevets de Maillezais et de cette église, car il y a tout lieu de penser que ces belles pièces, trouvées sur place, proviennent du chevet de l'abbatiale. On a aussi découvert dans les derniers sondages des fragments brisés de chapiteaux offrant des caractéristiques de style analogues.

29La reprise du chevet de Maillezais pourrait donc être contemporaine de la construction de celui de Saint-Hilaire vers 1050-1070. Le tracé bien régulier du déambulatoire, avec écartement entre les absidioles, va également dans le sens d'une telle datation. La taille de ces dernières et leur plan, vaguement en fer à cheval (même s'il ne s'agit que de leurs fondations), s'en accommodent aussi.

  • 26 Camus (M.-Th.), Sculpture romane du Poitou. Les grands chantiers du xie siècle, Paris, 1992, p. 15 (...)

30Nous avons placé les chapiteaux corinthiens de la nef de Maillezais vers la fin des séries poitevines ; en revanche les sculptures éparses à feuilles grasses pourraient être datées assez tôt dans les créations poitevines de ce type26 (parmi les plus anciens spécimens de sculpture à feuilles grasses, ceux du tombeau de saint Maixent dans l'abbatiale éponyme, vers 1040- 1050). Autrement dit, il a pu y avoir succession des opérations nef-chevet, quasiment sans interruption. Observons enfin qu'un beau chapiteau de demi-colonne, conservé dans le dépôt lapidaire, est d'un style qui combine les caractères des deux groupes d'ateliers, corinthiens et feuilles grasses. Son sculpteur est-il un homme de transition, appartenant au second atelier mais admirateur des œuvres en place, ou a-t-il travaillé en fin de course sur le chantier, s'inspirant des créations des deux groupes ? Difficile de le dire à partir d'un bloc actuellement sans lien avec le bâtiment. Vient-il du déambulatoire, du rond-point du chœur, des supports de la nef centrale ? Toutes ces localisations sont possibles.

  • 27 Le chevet de Notre-Dame-la-Grande a fait l'objet d'une reconstruction totale, mais où il fut tenu (...)

31Pour résumer, on aurait donc des parties orientales affiliées aux chevets des grandes églises poitevines du xie siècle. À défaut de descriptions anciennes, des sondages à la croisée du transept apporteraient sans doute des indices complémentaires. Nous l'avons dit, les campagnes récentes de sondages au chevet ont révélé les marques probables d'un premier tracé simple. Si des fouilles complètes viennent détruire cette hypothèse, ne donnant aucune évidence d'un premier chevet, indépendant du déambulatoire retrouvé, il faudra se résigner à penser que l'église a pu être commencée par le transept et que la mise en place du sanctuaire définitif a duré jusqu'au moins vers 1030-1050. Cependant, dans l'état actuel des connaissances, l'hypothèse d'une modification des parties orientales a notre préférence. La reprise du bras sud du transept renforce, d'ailleurs, l'idée d'une reconstruction ou d'un élargissement du chevet primitif27. Des sondages à l'emplacement de la croisée pourraient fournir la section des piles et indiquer s'il y a eu ou non renforcement des supports de l'arcade triomphale.

Fig. 8 : Modillon à feuilles grasses, dépôt lapidaire. Cl. B. Fillion.

Fig. 8 : Modillon à feuilles grasses, dépôt lapidaire. Cl. B. Fillion.
  • 28 Analyse de Camus (M.-Th.), dans Saint-Savin et ses peintures murales, dir. R. Favreau, Saint-Savin (...)

32D'hypothèse en hypothèse, nous voyons se profiler une église importante, dont il faut maintenant évoquer les possibles pôles verticaux. Le chevet à déambulatoire a pu être associé à un clocher de croisée, mais cela reste une éventualité et non une certitude. Il n'y a pas à Saint-Hilaire de Poitiers un clocher de croisée, mais tout juste un couvrement de la jointure, car le chevet voûté, à déambulatoire et chapelles rayonnantes, est celui d'une église par ailleurs couverte de bois. En revanche, Saint-Savin et Notre-Dame-la-Grande de Poitiers en reçurent un. Cette opération fut menée en cours de chantier, lorsqu'il fut décidé de voûter les vaisseaux28. Dans les deux cas, les piles d'entrée de l'abside furent renforcées. À Charroux, tout le système voûté de la rotonde va de pair avec la haute tour-lanterne. À Maillezais, pour se faire une opinion définitive, il faudra donc examiner, si on le peut un jour, toutes les sections des piles de croisée.

33Construire des clochers à l'ouest n'implique pas l'impossibilité d'en ériger aussi au-dessus du choeur. À Saint-Savin, comme à Charroux, deux pôles verticaux dominaient les masses. Il est vrai que, dans ces deux cas, les tours centrales vont avec le voûtement. Pour Maillezais, l'existence du massif occidental n'induit nullement que les parties les plus hautes étaient char-pentées et qu'il n'y avait pas de clocher de croisée, mais elle ne contredit pas non plus cette possibilité ; comme pour Saint-Savin et Notre-Dame-la-Grande où il est possible d'observer les étapes des travaux, il faudrait connaître ici les péripéties du chantier.

34Nous avons bien conscience d'empiler les hypothèses les unes sur les autres : élévation basilicale de la nef, grande hauteur du transept et donc de la croisée, peut-être, mais c'est moins sûr, une tour centrale. Cette construc-tion de l'esprit est aussi fragile qu'un château de cartes..., mais elle vaut la peine d'être tentée si l'on veut sortir de la nostalgie des ruines.

Le massif occidental

35Du côté occidental, l'abbatiale cache un peu moins de secrets. Il reste d'imposants vestiges : un grand bloc central à deux niveaux, flanqué de deux tours enfermant un escalier en vis, encore en place au sud, presque entiè-rement effondré au nord (fig. 9). Le porche (fig. 10) est surmonté d'une vaste tribune très largement ouverte sur la nef à l'est et percée de grandes baies sur ses autres faces (fig. 11). Cette tribune a perdu sa couverture. La partie centrale est (ou était) donc très ouverte, tandis que les tours ont un aspect clos et plus austère (fig. 12) qui n'est pas sans évoquer celui des tours de châteaux.

  • 29 Morganstern (J.) et al., « Le massif occidental de Notre-Dame de Jumièges : recherches récentes », (...)

36Plusieurs questions restent en suspens, à propos de cette construction, maintes fois commentée, en particulier celles qui touchent à la morpholo-gie générale et la hauteur totale de l'ouvrage. Avions-nous affaire à un massif où la partie centrale s'imposait entre les tourelles, type dérivé de Corvey comme Marmoutiers (Alsace), ou à une silhouette ressemblant à celle de la façade de Notre-Dame de Jumièges (fig. 13) ? Les articulations avec une nef à tribunes sur bas-côtés, la modénature de la baie ouverte sur l'intérieur font pencher vers un rapprochement avec Jumièges29. Pour l'architecture, quelques comparaisons stylistiques avec Montierneuf de Poitiers, où il avait été prévu une construction analogue, et, pour la sculpture, avec Sainte- Radegonde laissent à penser que ce massif, monté lors de la reprise de la nef (l'adaptation est parfaite du côté sud), ne devait pas être incongru dans le paysage architectural de l'ouest de la France. L'étude du bâti et des peintures complétera les informations. Peut-être verra-t-on si les reprises de la nef et l'édification du massif occidental sont à mettre ou non en corrélation avec l'incendie de 1082.

Fig. 9 : Massif occidental vu du sud-ouest. L'entrée occidentale a été close. Au-dessus, partie basse d'une baie gothique. Cl. M.-Th. Camus.

Fig. 9 : Massif occidental vu du sud-ouest. L'entrée occidentale a été close. Au-dessus, partie basse d'une baie gothique. Cl. M.-Th. Camus.

Fig. 10 : Massif occidental sous le porche, angle sud-ouest. Cl. M.-Th. Camus.

Fig. 10 : Massif occidental sous le porche, angle sud-ouest. Cl. M.-Th. Camus.

Fig. 11 : Massif occidental, baie romane sud de la tribune. Cl. M.-Th. Camus.

Fig. 11 : Massif occidental, baie romane sud de la tribune. Cl. M.-Th. Camus.

Fig. 12 : Massif occidental vu du nord-ouest. À gauche, tour de l'escalier nord. Cl. M.-Th. Camus.

Fig. 12 : Massif occidental vu du nord-ouest. À gauche, tour de l'escalier nord. Cl. M.-Th. Camus.

Fig. 13 : Jumièges, massif occidental vu de l'ouest. Cl. M.-Th. Camus.

Fig. 13 : Jumièges, massif occidental vu de l'ouest. Cl. M.-Th. Camus.
  • 30 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p. 90-91.
  • 31 « De constructione monasterii novi Pictavis », éd. Fr. Villard, Recueil de documents relatifs à l' (...)

37Quoi qu'il en soit, il paraît important de se rendre compte que l'édifice roman de Maillezais était une oeuvre de vastes dimensions ; Saint-Pierre appartenait à cette famille d'abbatiales du xie siècle prévues pour une population monastique en expansion considérable, une de celles qui montrent que les commanditaires avaient foi en l'avenir « du petit troupeau du Christ30 » D'après la chronique du moine Martin, l'église de Montierneuf a été bâtie pour 100 moines31 : à Maillezais, le bâtiment est légèrement plus grand qu'à Poitiers et il était pourvu de tribunes qui en augmentaient encore la surface d'accueil.

  • 32 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p. 149.

38Selon le moine Pierre, en cherchant des reliques, l'abbé Théodelin voulait honorer et protéger son monastère32. Ces raisons soulignées par Pierre étaient, il est vrai, de première importance, mais l'ambition de l'abbé est non moins flagrante : il voulait placer son abbaye, fondée par le comte-duc, au rang des très grands établissements de la région. Que l'on songe aux nombreuses reliques possédées par Saint-Savin, Saint-Maixent, Saint-Jouin- de-Marnes, aux centaines exposées à Charroux, pour ne citer que quelques monastères célèbres. La quête acharnée de reliques, et peut-être l'option de tribunes (si elles étaient prévues à l'origine du projet), font soupçonner que Théodelin a peut-être eu aussi la prétention de faire de son abbatiale une église de pèlerinage.

39Les propositions de datation se résument désormais ainsi :

40lre hypothèse, s'il y a encore, sur le site, des traces encore ignorées d'un premier chevet précédant celui à déambulatoire :

  • Premier chevet et bras sud du transept, vers 1005-1015/1030.
  • Nef provisoire ou pas de nef en cours durant ce laps de temps.
  • Nef (lre version, peut-être inachevée) vers 1050-60.
  • Reprise du chevet et du transept vers 1050-70.
  • Reprise de la nef (2e version) et massif occidental vel 1070-1090.

412e hypothèse, s'il n'y a pas eu de premier chevet avant le chevet à déambulatoire :

  • Transept vers 1005-1015.
  • Chevet à déambulatoire vers 1030-1050, mais les travaux de couverture définitive ont pu traîner.
  • Nef (lre version, peut-être inachevée) vers 1050-60.
  • Parties hautes du chevet (corniches vers 1050-70).
  • Reprise de la nef (2e version) et massif occidental vers 1070-1090.
  • 33 Ibid., p.132-133.

42Dans les deux hypothèses, les phases de travaux sont plus ou moins espacées et le bâtiment fut élevé par tranches verticales, ce qui n'est pas toujours le cas. Il en fut sans doute ainsi dans la réalité et peut-être le moine Pierre nous le dit-il lui-même. Le livre II de la chronique comporte en effet un exorde où il veut justifier les lenteurs de sa rédaction en comparant explicitement ses travaux à toute construction, mais on peut se demander s'il ne détourne pas volontairement l'attention et s'il ne faudrait pas en premier lieu appliquer son discours à l'abbatiale elle-même tant, à la réflexion, le déroulement des travaux suit celui de sa présentation. En effet, Pierre a souvent un discours à plusieurs niveaux et aime faire des clins d'œil à ses lecteurs proches ou lointains. Écoutons-le33, avec quelques commentaires in petto (bu presque...) :

43« Toute œuvre divisée en parties est entachée d'imperfection jusqu'à ce qu'elle soit complétée par les additions nécessaires [comprenons ici que l'église, construite, partie par partie, n'est pas terminée]. En effet, bien que quiconque désirant construire une maison jette avec raison les fondations [le tracé d'origine est primordial ; Emma l'avait déjà fait, dès le départ pour l'ancienne église. Sous Théodelin, le site de la nouvelle abbatiale avait été délimité...] et élève les murs de tous côtés avec du mortier et des pierres selon les règles d'une bonne disposition [les choses essentielles sont dites avec peu de mots... soulignons l'importance des proportions, des articulations pour occuper au mieux les espaces ; tout cela paraît fait lorsque Pierre écrit, reprise du massif occidental à part], cependant, tant que manquent les poutres, les lambris et les toits [parties hautes indispensables ; manquent-elles alors dans la nef, lorsque Pierre écrit ?], cet édifice peut être désigné comme une partie, mais ne peut recevoir pleinement le nom de maison [toute église est la maison de Dieu : notre moine se souvient de l'Épître aux Hébreux et de tant de commentaires]. Et les considérations que je viens d'exposer peuvent parfaitement convenir à toutes sortes de constructions [son texte assurément, il le proclame, mais pourquoi pas aussi l'église ? Notre homme est un maître dans l'art du strabisme littéraire]. Mais notre Rédempteur nous a rappelé que le constructeur d'une tour [l'exemple peut frapper un seigneur laïc] doit prévoir le complément de dépenses nécessaires [nous y voilà !] à l'achèvement de l'ouvrage, sinon il s'expose aux moqueries de ceux qui le regardent [Qui a des oreilles pour entendre, entende ! On aimerait savoir à qui ce discours s'adresse... La chronique est une commande de Goderan, mais est-elle uniquement à usage interne de l'abbaye ? N'y a-t-il pas aussi appel, plus ou moins directement, à des générosités extérieures à l'abbaye, le comte-duc, les grands ?]. Il a révélé ainsi, clair comme le jour, [Le Rédempteur est le modèle idéal ; qui peut douter de la révélation ?] qu'il faut tenir pour rien le fait de commencer un travail sans le terminer [notre moine insiste]. Si donc entreprendre une œuvre, même bonne, sans la mener à son terme, doit être tenu en piètre estime et peut exposer aux railleries, si au contraire l'ouvrage bien commencé et solidement assemblé est tout à fait digne de louange, il convient d'insister auprès de quiconque s'efforce d'entamer un travail pour qu'il embellisse ce qu'il a commencé par les ornements de la finition ». [Dans cette phrase alambiquée, il y a une mise en parallèle du travail seulement entamé et du travail bien commencé et solidement assemblé et cela ne suffit pas car l'on nous dit de surcroît qu'il faut aussi penser aux ornements de la finition].

44Rappelons que, selon Georges Pon, le moine écrit entre 1067 et 1072- 1073. On pourrait bien être vers la fin du gros œuvre du corps de l'église et tout piétine par manque d'argent. L'église a encore besoin d'être embellie. Nos moines sont des bénédictins, loin de l'austérité qui sera celle des ordres réformateurs un peu plus tard. Gageons qu'il faut beaucoup de finances pour les peintures, les sculptures, le mobilier, etc.

45Que le moine Pierre me pardonne d'avoir peut-être extrapolé sa pensée et que l'abbé Goderan en fasse autant pour avoir soupçonné qu'il ne fut pas étranger à l'appel à peine déguisé à la générosité des laïcs, et même aux devoirs de certains d'entre eux.

46Quelles que soient les réponses qu'apporteront archéologues et chercheurs, les ruines de l'abbaye montrent à elles seules combien, avec les autres constructions surdimensionnées du xie siècle en Poitou, nous sommes au cœur de la vie de l'époque. Ces ruines sont, avec la chronique, un document majeur pour l'historien. On comprend aisément que les techniques peuvent donner des indications sur le travail et l'époque de leur emploi ; il est plus difficile d'admettre qu'un style architectural (décelable dans la structure même, pas uniquement dans le décor) donne aussi des références. Un style trahit pourtant souvent son époque, autant que les mots. À Maillezais comme ailleurs, textes et images (au sens large du terme) en disent long sur les relations des moines avec les grands, sur les réseaux monastiques, sur les ressources financières et le travail, sur les goûts et les modes du temps. Les grandes églises du xie siècle furent d'énormes entreprises économiques qui eurent des retombées multiples. Elles dénotent surtout une immense espérance en l'avenir. Par la suite, il y a eu des mises au point, des désillusions. En tout cas pour Maillezais, le pari fut bon dans un long premier temps, puisque l'édifice, par son ampleur et sa beauté, a dû compter dans le choix du lieu comme siège d'évêché.

Notes

1 Pour l'étude de l'abbatiale médiévale, on pourra consulter, entre autres, : Arnauld (Ch.), Histoire de Maillezais, 1840 ; Crozet (R.), « Maillezais », dans Congrès archéologique de France, La Rochelle, 1956, Paris, 1957, p. 80-96 ; Delhommeau (L.), Églises de Vendée, Benet, 1967 ; Rousseau (J.), Les vieilles églises de Vendée, Les Sables-d'Olonne, 1974 ; Dillange (M.), « Maillezais », dans Vendée romane, La Pierre-qui-Vire, 1976, p. 37-47 ; Id., « L'abbatiale de Saint-Pierre de Maillezais », dans Bulletin de la Société des antiquaires, de France, 1980-1981, p. 191-2 ; Id., « L'abbatiale Saint-Pierre de Maillezais au xie siècle » dans Bulletin archéologique du CTHS, 1989 ; Irastorza (J.-F.-), L'abbaye de Maillezais, Rennes, 1990 ; Camus (M.-Th.), Blomme (Y.), « L'abbatiale Saint-Pierre de Maillezais », dans Congrès archéologique de France, Vendée 1993, Paris, 1997, p. 161-181 ; Camus (M.-Th.), « L'abbatiale de Maillezais », Les cathédrales des Pays de Loire, dans 303, Arts, recherches et créations, n° 70, 2001, p. 214-220.

2 Pon (G.), Chauvin (Y.), éd., trad., sous la dir. E.-R. de Labande (†), La fondation de l'abbaye de Maillezais. Récit du moine Pierre, La Roche-sur-Yon, 2001,p. 92-93. Les étudiants qui ont eu la chance, comme moi-même, de participer au séminaire d'Edmond-René Labande, sur Pierre de Maillezais, il y a de cela de longues années, gardent un souvenir nostalgique et attendri de ces moments de travail et de découvertes. Chaque mot était scruté comme un objet, face avant, face arrière, les phrases déployées et redéployées, l'enquête menée entre les lignes, la pensée de l'auteur explorée, parfois avec malice, toujours avec respect. Georges Pon et Yves Chauvin ont été les dignes continuateurs d'un grand maître. La somme de leur travail, la diversité de leur culture, la finesse de leur analyse historique le démontrent.

3 Les lieux ont été visités par les participants au Congrès archéologique de France, 1864. Actes publiés à Fontenay-le-Comte en 1865, p. 97 et 116.

4 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p. 164-65.

5 Voir notamment l'article de Cornec (Th.), « L'abbaye Saint-Pierre de Maillezais (Vendée) : l'architecture de l'abbatiale en partie révélée par l'archéologie », Bulletin de la Société historique et scientifique des Deux-Sèvres, 3° série, tome vii, 1er semestre 1999, qui synthétise les données issues de plusieurs campagnes de fouilles.

6 Pour l'étude passée et récente de l'architecture, nous nous permettons de renvoyer le lecteur aux ouvrages mentionnés en note 1.

7 Ce qui est fréquent dans les églises du xie siècle dans l'Ouest. C'est la travée de la jonction avec la croisée du transept et c'est sans doute pour épauler le couvremenr de cette croisée qu'on rétrécissait cet espace.

8 Voir en particulier le travail de relevé des élévations effectué par J. Martineau.

9 Tracé en partie visible à l'intérieur de la tribune. Les baies romanes ont été remplacées par une fenêtre unique gothique dont il ne demeure que la partie basse. On peut également tenter de reconstituer le tracé de l'arcade communiquant avec la nef.

10 Hauteur qui fut peut-être conditionnée par son collage sur la nef romane, en sa partie centrale, à l'emplacement du clocher de croisée ou de la simple souche de couvrement de la même croisée, qui s'y trouvait antérieurement.

11 Arnauld (Ch.), op. cit. n. 1.

12 Voir en particulier l'article de Chr. Davy dans le présent volume.

13 Camus (M.-Th.), « A propos de la rotonde de Charroux », dans Guillaume de Volpiano et l'architecture des rotondes. Actes du colloque de Dijon, 1993, dir. M. Jannet, Chr. Sapin, Dijon, 1996, p. 119-133.

14 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p 144-145.

15 Ibid., p. 144-147.

16 Ibid., notes p. 192 et suivantes.

17 Camus (M.-Th.), op. cit. ». 1, p. 162-3.

18 Ibid., plan, p. 181-182.

19 Camus (M.-Th.), « Un chevet à déambulatoire et chapelles rayonnantes à Poitiers vers 1075 : Saint- Jean de Montierneuf », Cahiers de civilisation médiévale, XXI, p. 357-384.

20 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p 162-3.

21 Ibid., p. 164-5.

22 Sondages réalisés par J.-Cl. Papinot.

23 Voir mes travaux cités n. 1.

24 Par Daniel Prigent.

25 Camus (M.-Th.), « Le chantier au xie siècle. La marche des travaux » et Andrault-Schmidt (Cl.), « L'architecture de l'église mariale au xie siècle », dans Notre-Dame-la-Grande de Poitiers. L'œuvre romane, dir. M.-Th. Camus, Cl. Andrault-Schmidt, Paris, 2002, chap. 5 et 6.

26 Camus (M.-Th.), Sculpture romane du Poitou. Les grands chantiers du xie siècle, Paris, 1992, p. 150- 178,255-262.

27 Le chevet de Notre-Dame-la-Grande a fait l'objet d'une reconstruction totale, mais où il fut tenu compte des structures antérieures. Celui de Sainte-Radegonde s'est agrandi autour d'une partie centrale par l'adjonction d'un déambulatoire et de ses chapelles.

28 Analyse de Camus (M.-Th.), dans Saint-Savin et ses peintures murales, dir. R. Favreau, Saint-Savin, 1999, p. 46-54 et dans Notre-Dame-la-Grande, op. cit. n. 25, p. 149-163.

29 Morganstern (J.) et al., « Le massif occidental de Notre-Dame de Jumièges : recherches récentes », dans Avant-nefs et espaces d'accueil dans l'église. Actes du colloque d'Auxerre, 1999, dir. Chr. Sapin, Paris, 2002, p. 296-308.

30 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p. 90-91.

31 « De constructione monasterii novi Pictavis », éd. Fr. Villard, Recueil de documents relatifs à l'ab- baye de Montierneuf de Poitiers (1076-1319), Poitiers, 1973 (Archives historiques du Poitou, LIX), p. 424-441.

32 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p. 149.

33 Ibid., p.132-133.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Massif occidental et nef vus du sud. Cl. M.-Th. Camus.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18533/img-1.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 2 : Nef vue intérieure du mur nord. Cl. M.-Th. Camus.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18533/img-2.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 3 : Massif occidental, vu du sud-est. Revers de façade de la nef. Cl. M.-Th. Camus.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18533/img-3.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 4 : Jumièges, nef, mur sud vu de la croisée du transept. Cl. M.-Th. Camus.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18533/img-4.png
Fichier image/png, 846k
Titre Fig. 5 : Chapiteau corinthien du mur nord. CL M.-Th. Camus.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18533/img-5.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Fig. 6 : Bras sud du transept, vestiges de l'absidiole (fouilles de 1996). Cl. M.-Th. Camus.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18533/img-6.png
Fichier image/png, 922k
Titre Fig. 7 : Chevet, vestiges de l'absidiole d'axe et du mur du déambulatoire, côté nord (fouilles de 1996). Cl. M.-Th. Camus.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18533/img-7.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 8 : Modillon à feuilles grasses, dépôt lapidaire. Cl. B. Fillion.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18533/img-8.png
Fichier image/png, 902k
Titre Fig. 9 : Massif occidental vu du sud-ouest. L'entrée occidentale a été close. Au-dessus, partie basse d'une baie gothique. Cl. M.-Th. Camus.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18533/img-9.png
Fichier image/png, 649k
Titre Fig. 10 : Massif occidental sous le porche, angle sud-ouest. Cl. M.-Th. Camus.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18533/img-10.png
Fichier image/png, 571k
Titre Fig. 11 : Massif occidental, baie romane sud de la tribune. Cl. M.-Th. Camus.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18533/img-11.png
Fichier image/png, 624k
Titre Fig. 12 : Massif occidental vu du nord-ouest. À gauche, tour de l'escalier nord. Cl. M.-Th. Camus.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18533/img-12.png
Fichier image/png, 616k
Titre Fig. 13 : Jumièges, massif occidental vu de l'ouest. Cl. M.-Th. Camus.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18533/img-13.png
Fichier image/png, 1,1M

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540