Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'abbaye de Maillezais

 | 
Mathias Tranchant
, 
Cécile Treffort

2e partie. Maillezais, site d'exception

Maillezais, du palais ducal au réduit bastionné

Emmanuel Barbier

Texte intégral

1Quel visiteur ne s'enthousiasme aujourd'hui devant le romantisme des ruines de l'abbatiale de Maillezais ? Pourtant, ces vestiges témoignent davantage d'une architecture militaire omniprésente que d'une vie religieuse paisible et retirée du monde. Les qualités stratégiques du site, liées à sa topographie et à son environnement naturel, apparaissent encore nettement. Situé au fond d'un golfe marécageux, son insularité, complétée au Sud-Ouest par la possibilité de mouillage avec le passage de la Sèvre Niortaise, constituaient d'indéniables atouts pour une occupation humaine. De plus, l'élévation relative de l'éperon sur lequel fut installée la communauté religieuse permettait une surveillance étroite des abords.

  • 1 Barbier (E.), Du palais ducal au réduit bastionné, étude des fortifications de l'île de Maillezais (...)

2Ces multiples avantages topographiques encouragèrent une installation sédentaire précoce dès le Néolithique récent1. Il faut ensuite attendre le xe siècle pour retrouver une nouvelle occupation du site, longue de sept siècles et très diversifiée. Qu'il s'agisse du comte de Poitou, de l'abbé, de l'évêque de Maillezais ou du capitaine de la place de sûreté protestante, chaque occupant a manifesté le même désir de mettre en défense cet éperon. Il importe donc de distinguer chaque campagne de fortifications - aménagements que les dernières fouilles archéologiques permettent de préciser -, pour en analyser les logiques dans un contexte historique chaque fois différent.

Une résidence de chasse fortifiée ?

  • 2 Pon (G.), Chauvin (Y.), La fondation de l'abbaye de Maillezais, Récit du moine Pierre, La Roche- s (...)
  • 3 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p. 145 : « Qualiter Castrumfuit destructum etcenobium const (...)
  • 4 Ibid., p. 16
  • 5 ld., p. 189. Théodelin étant élu abbé à la mort de Gausbert en 1007, la destruction du château et (...)
  • 6 Ainsi, tout le récit abordant la révélation et la consécration du site monastique répond à un ritu (...)
  • 7 Voir dans le présent volume l'article de J. Martineau.

3La première mention connue d'une fortification sur le site semble effective au xe siècle : le duc d'Aquitaine Guillaume Tête d'Etoupe (935-963) y aurait en effet édifié une résidence de chasse réaménagée par son frère, Guillaume Fier à Bras (963-995) en une « puissante forteresse ». Ces informations émanent d'une seule source écrite, une chronique rédigée par un moine de Maillezais, Pierre, à la demande de l'abbé Goderan (1060-10732). Le narrateur n'est donc pas un témoin oculaire de cette résidence seigneuriale détruite lors de la fondation de l'abbaye sur le site actuel3. Toutefois, son arrivée au sein de la communauté est ancienne, si l'on en croit sa « familiarité » avec Théodelin, abbé jusqu'en 10454 et instigateur de la destruction du château après 10075. Ainsi, la chronique du moine Pierre s'est probablement inspirée des récits de l'abbé de Maillezais et constitue un témoignage relativement fiable, récemment réhabilité par l'édition de Georges Pon et d'Yves Chauvin, malgré la méfiance suscitée par son caractère apologétique6. En dépit d'une certaine confusion dans la chronologie des différents événements, la cohérence historique de ce texte est certaine. C'est pourquoi toute mention concernant la topographie et les modalités d'installation sur le site doit être considérée avec attention, d'autant plus que les découvertes archéologiques de 2002 tendent à montrer une occupation aristocratique du site avant l'arrivée des moines7, confirmant en cela le récit de Pierre.

  • 8 Verdon (J.) éd. et trad., La chronique de Saint-Maixent 751-1140, Paris, Les Belles Lettres, 1979, (...)
  • 9 Garaud (M.), « Les invasions des Normands en Poitou et leurs conséquences », Revue Historique, 62e (...)
  • 10 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p. 136-137 : « Oppidum nimirum quodejusdem ducisgenitor, si (...)
  • 11 Redet (L.) éd., Cartulaire de l'abbaye Saint-Cyprien de Poitiers, Poitiers, Archives historiques d (...)
  • 12 Garaud (M.), op. cit. n. 9, p. 260, d'après Adémar de Chabannes, Chronicon, III, 53, éd. P. Bour- (...)
  • 13 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p. 94-95 : « Aquilonalis certegens, Normanni videlicet, que (...)

4La construction et la fortification de la résidence des comtes de Poitou est associée dans le texte à un contexte général marqué par l'insécurité due à la poursuite des raids normands que différentes chroniques d'abbayes mentionnent dès le début du ixe siècle8. De nombreux monastères, tels Luçon et Saint-Michel-en-L'Herm sont pillés et brûlés en 8539. Par la suite, ces menaces perdent en intensité et le xe siècle ne révèle aucun véritable pillage. Pourtant, le moine Pierre lie la mise en défense du site à l'insécurité provoquée par le risque de nouvelles incursions10 qui, bien que moins menaçantes pour la région de Maillezais, continuent à se manifester de manière sporadique : certaines troupes sont présentes dans la région de Niort vers le milieu du xe siècle11 et même jusqu'au début du xie siècle12. De plus, la situation du site était favorable au passage de ces hommes qui pénétraient souvent à l'intérieur des terres par l'utilisation des voies navigables, technique que le moine Pierre suggère lui-même en évoquant de fréquents passages normands sur la Sèvre13. La menace évoquée dans le texte peut donc avoir été plus qu'un prétexte pour la mise en défense du site.

  • 14 Cette abbaye commandait l'embouchure de la Sèvre et du Lay.
  • 15 Verdon (J.), op. cit. ». 8, p. 84-85 : « Restauravit monasterium Sancti Maxentii et castellum in c (...)
  • 16 Barbier (E.), op. cit. n. 1, p. 49-50.
  • 17 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p. 94-95. « sint et ira leves et pene inplacabiles, inmites (...)

5Par ailleurs, l'installation du comte de Poitiers (et duc d'Aquitaine) à Maillezais coïncidait avec le désir de reconquérir politiquement une région éloignée de la capitale du duché — espace périphérique privé de véritables structures d'encadrement - pour y imposer son pouvoir. Certains seigneurs, tel le breton Alain Barbe Torte, profitaient alors du défaut d'autorité centralisée pour manifester certaines prétentions territoriales. C'est pourquoi une reprise en main de ces terres fut tentée dès le milieu du xe siècle par Eble, homme d'Église certes mais également frère du duc. Eble entreprit de restaurer le monastère de Saint-Michel-en-L'Herm, dont la position stratégique est indéniable14, et de fortifier le monastère de Saint-Maixent15, situé sur la Sèvre en aval de Maillezais et dont il fut l'abbé de 936 à 963. La résistance à l'envahisseur païen (c'est-à-dire les Normands) et le renouveau de la région passait, selon Eble, par le retour des communautés religieuses, la construction d'abbayes et la fortification de lieux stratégiques. Cette politique, très active à partir de la seconde moitié du xe siècle, permettait également de contrer le pouvoir grandissant de certains seigneurs locaux, comme ceux de Fontenay-Le-Comte ou de Niort16. C'est donc dans ce contexte que Guillaume Fier à Bras décide de mettre en défense sa résidence de Maillezais, démontrant ainsi sa volonté d'asseoir son autorité dans cette partie du duché livrée au désordre. À cet égard, la description par le moine Pierre des habitants de la presqu'île, les colliberti, comme des sauvages17 traduit peut-être cette situation mal maîtrisée.

  • 18 L'édifice de culte est quant à lui appelé soit « Hylarii basilica », soit « ecclesiam Beati Hylari (...)
  • 19 Renoux (A.), « Espaces et lieux de pouvoirs royaux et princiers en France (fin ixe-début xiie sièc (...)
  • 20 Ce que pourrait suggérer la phrase « [...] Hylariii basilica, quam precedenti libellulo edificatam (...)
  • 21 Ibid., p. 96-97. La description de la fortification ducale s'apparente, selon Georges Pon, davanta (...)
  • 22 Barbier (E.), op. cit. n. 1, p. 54-55. L'attitude assez hostile du rédacteur face à l'abbé Goderan (...)

6Les termes employés par le chroniqueur pour décrire la construction ducale varient tout au long du texte : on trouve « oppidum » et « aula » à deux reprises et, à six reprises, « castrum » ou « castellum ». Cette variété n'autorise aucune interprétation du programme de construction réalisé. Cependant, le terme d'« aula » est toujours associé avec l'église Saint- Hilaire18. Un tel choix semble volontaire : contrairement à castrum ou oppidum dont la connotation est plutôt défensive, l'aula caractérise une fonction résidentielle traditionnellement associée à un prince ou à un roi. Elle est le symbole principal du pouvoir19. Une telle association avec l'église Saint-Hilaire pourrait permettre d'attribuer au duc d'Aquitaine un programme palatial comprenant deux espaces, l'un laïc, l'autre religieux, même si l'on peut se demander s'il n'y a pas eu deux campagnes différentes de travaux20. L'emploi d'un terme aussi particulier qu'aula traduit surtout la volonté du moine Pierre de glorifier les origines de l'abbaye en présentant un château digne des résidences princières carolingiennes. À cet égard, la description de la fortification par Pierre participe de ce schéma. Elle évoque une forteresse très puissante, quasi imprenable, bénéficiant de retranchements, de machines et de moyens de défense : « fortitudinis [...] oppidum, vallis, machinis propugnaculisque decentissime decoratum21 ». La concession par le généreux duc d'Aquitaine de cette puissante forteresse permettait de donner une légitimité supplémentaire à la fondation monastique face aux prétentions de ses seigneurs voisins, voire de grandes abbayes22.

  • 23 Cependant, l'intérieur de la tour est totalement comblé de gravats depuis le xv siècle. Cf. Cornec(...)
  • 24 Martineau (J.), collab. Barbier (E.), Tourneur (J.), Sanz-Pascual (F.) collab., Abbaye Saint- Pier (...)
  • 25 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p. 138-139 : « Qualiter Guillemus dux, acquiescens ad reque (...)

7La description imprécise du moine Pierre et l'absence de source écrite complémentaire ne permettent pas de caractériser précisément cette occupation laïque du xe siècle, ni de la localiser. Seul un bâtiment situé sur le front méridional de l'abbaye pourrait appartenir à une campagne préromane de construction. Il s'agit d'une tour-porte quadrangulaire à contreforts de 13 m sur 11 m conservée sur une hauteur de 8/9 m. Elle est marquée par de puissants contreforts saillants à trous de boulins traversant et appareillés comme la base des murs en grandes pierres de taille alors que le reste de l'élévation est traité moins soigneusement en petits moellons de calcaire. Un sondage récent a permis de dégager l'une des deux ouvertures en plein cintre qui, identiques, ouvrent sur le marais23. Larges d' 1,87 m et hautes de 2,45 m (1,70 m après condamnation), elles ne possèdent pas de feuillure, ce qui suggère une absence de fermeture. Leur voûtement est d'une conception assez archaïque : les claveaux à peine biseautés nécessitent un joint de mortier s'épaississant à l'extérieur alors que la voûte en berceau fourré conserve des traces de couchis étroits du coffrage. Ces différents éléments architecturaux évoquent probablement une première expérience romane sur le site ; toutefois, il reste impossible de préciser s'il s'agit des travaux du premier abbé Théodelin ou bien de derniers aménagements de Guillaume le Grand. En outre, les fouilles récentes effectuées non loin, en bordure du plateau sur le front sud-ouest, ont révélé l'installation précoce de divers bâtiments24 dont la forme et la fonction ne peuvent être précisées mais dont la position périphérique et l'ouverture sur le marais indiquent plutôt une vocation économique. La tour-porte, plutôt que d'avoir une fonction purement militaire, pourrait être intégrée dans ce programme. De fait, l'étude topographique de l'île ne révèle qu'un seul site susceptible de présenter des qualités dignes d'un aménagement réellement défensif (motte, enclos, fossé...). Il s'agit de Saint-Pierre-le-Vieux, où fut fondée la première abbaye25 et où la cartographie, qu'elle soit ancienne ou récente, rend compte d'un enclos ovalaire encerclant l'actuelle église paroissiale. Dans ce cas, c'est la localisation même du castrum qui serait remise en cause. L'avancée des recherches archéologiques, prévue dans les années à venir, permettra vraisemblablement de compléter notre connaissance de cette première phase d'occupation médiévale sur la presqu'île de Maillezais.

Une abbaye en proie à de nombreux conflits

  • 26 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p. 201-202.
  • 27 Lemarignier (J.-Fr.), « De l'immunité à la seigneurie ecclésiastique, les territoires coutumiers d (...)
  • 28 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p. 201 : « Ille autem res, quas huic contuli in pago Pictav (...)

8Guillaume le Grand fut l'un des principaux bienfaiteurs de l'abbaye que sa mère, Emma, avait fondée quelques années auparavant. Il octroie en 1003 une charte qui constitue le véritable acte de fondation du monastère26. Dès lors, celui-ci bénéficie d'une immunité inspirée du modèle carolingien27. La charte interdit « qu'aucun ministérial public, prévôt, viguier (vicarius), veneur, oiseleur ni garde des eaux n'ait le pouvoir de pénétrer » sur les domaines de l'abbaye pour y rendre la justice de sang (pour l'homicide, le rapt, l'incendie, etc.) ou pour y réclamer quelque coutume. De même, elle libère les hommes de l'abbé de « toute charge publique » en leur interdisant de « construire des châteaux, d'aller à l'ost (hostem) et de rendre le ban ». Par cet acte, Guillaume crée une enclave à l'exercice de son droit de ban sur des territoires bien définis, dont toute l'île de Maillezais28. L'abbé hérite de pouvoirs étendus tant sur les biens que sur les personnes peuplant ses domaines, et toutes les modalités de l'exercice de ces droits lui reviennent. Il importe désormais de connaître comment celui-ci a usé de ces larges pouvoirs face aux convoitises de l'aristocratie locale.

  • 29 C. La Châtaigneraie, arr. Fontenay Le Comte, Vendée. Le château de Vouvant est mentionné dans les (...)
  • 30 Copie xviiie siècle. Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand, coll. Dom Fonteneau, vol. XXV, fol (...)
  • 31 Delhommeau (L.), Notes et documents pour servir à l'histoire de l'abbaye Saint-Pierre de Maillezai (...)
  • 32 Dubar (L.), Recherches sur les offices du monastère de Corbie jusqu'à la fin du xiiie siècle, Pari (...)
  • 33 Johnson (P. D.), Prière patronage et pouvoir : l'abbaye de la Trinité de Vendôme (1032-1187), Vend (...)

9Les premières menaces et contestations sont connues dès le milieu du xiie siècle. Elles opposent alors le seigneur de Vouvant29, Sebrand Ier Chabot, à Gaudin, abbé de Maillezais, à propos du droit de garde que celui-ci revendique sur l'abbaye30. Ces prétentions apparaissent de nouveau avec son fils Thibaut III, en 117331. Le droit de garde (custodia) revendiqué par les châtelains était particulièrement lucratif car l'avoué, en tant que représentant laïc et agent du prince, s'occupait de tous les différends concernant le monastère32. Il était investi de pouvoirs assez larges - notamment levée des amendes — qu'il ne se privait pas d'exercer à son compte33.

  • 34 Pon (G.), « La dévastation de l'abbaye de Maillezais (v. 1225-1232) par Geoffroy II de Lusignan, d (...)
  • 35 L'abbaye de Saint-Maixent connut aussi les attaques des sires de Lusignan qui, bien que vassaux de (...)
  • 36 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p. 303 : « Il fit saisir de nombreux prieurés relevant dudi (...)
  • 37 Ibid., p. 274-275 : « multaque pro libertate ecclesie confovenda pericula sustinens et adversa, mu (...)

10En dépit d'une opposition au principe de l'immunité accordé par Guillaume V, le mouvement contestataire se renouvelle au début du xiiie siècle par l'attaque de l'abbaye et l'usurpation de nombreux biens par Geoffroy II de Lusignan, seigneur de Vouvant34. Cet événement, relativement bien documenté, révèle précisément le danger encouru par une abbaye aux possessions nombreuses et aux pouvoirs étendus face aux convoitises d'une aristocratie locale35. Ainsi, Geoffroy II s'en prend directement aux divers centres de production de l'abbaye en réquisitionnant de nombreux prieurés 36 Le récit de l'épisode rend peut-être compte, pour la première fois, de travaux de mise en défense réalisés par l'abbé Guillaume Le Fort (1220-1225), « dressant pour la défendre contre les ennemis la muraille de sa personne37 ». En admettant que l'expression ne soit pas seulement métaphorique, la formulation trop générale interdit de toute manière d'appréhender la morphologie de ces éventuels aménagements défensifs.

  • 38 Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. lat. 4892, fol. br°. Édité par P. Marchegay, « Fragme (...)
  • 39 Le récit nous apprend que ce groupe de croisés avait entrepris de s'attaquer au quartier de la jui (...)
  • 40 Poitiers, Médiathèque, coll. Dom Fonteneau, vol. XXV, fol. 183 : « Audiens autem domnus venera- bi (...)
  • 41 Becquet (J.), « Le Coutumier clunisien de Maillezais », Revue Mabillon, tome LV, 1965, p. 69- 147 (...)
  • 42 Johnson (P. D.), op. cit. n. 33, p. 85-86.
  • 43 Ibid.

11De précieux renseignements complémentaires sont fournis par un autre récit relatant en 1236 la tentative d'attaque de l'abbaye par un groupe de soldats en partance pour la croisade 38 et qui contribue à préciser l'organisation défensive du monastère et de l'île39. En effet, l'abbé fait appel aux soldats (militibus) et serviteurs (servientibus) de la parentèle (parentela) du monastère, ainsi qu'aux hommes de l'Hermenault et de Pétosse40. La pleine juridiction possédée par l'abbé sur le bourg, l'île et la plupart de ses domaines l'autorise donc à faire appel à des serviteurs41 résidant à proximité des bâtiments religieux et assurant les travaux liés tant à la vie quotidienne qu'au fonctionnement économique de l'abbaye. Toutefois, la mention de militibus indique-t-elle la présence permanente d'une garnison spécialement attachée à la sécurité du site ? Ceci peut être envisagé même si le manque d'informations concernant une organisation similaire auprès d'autres monastères suggère une grande prudence. En effet, il est plus fréquent de rencontrer ces « garnisons » lors d'événements particulièrement menaçants, lorsqu'une partie de la population des alentours se retrouve chargée de la sécurité du site. C'est le cas par exemple à la Trinité de Vendôme, établissement jouissant de nombreux droits banaux « qui représentaient des restes fossilisés de seigneurie militaire42 ». Cette abbaye n'avait pas mis sur pied une véritable force de combat, mais elle essayait de faire valoir la clause selon laquelle seuls ses dignitaires pouvaient convoquer les hommes de la Trinité lorsque le seigneur avait besoin de défendre Vendôme43. L'abbé de Maillezais semble avoir usé de ce recours puisqu'il fait appel aux hommes des villae de l'Hermenault et de Pétosse, qui appartenaient à l'abbaye depuis la première dotation de Guillaume IV. Cependant, le récit ne rend pas compte précisément de l'organisation de cette défense, concernant notamment le commandement de ces hommes.

  • 44 Situé sur la Sèvre Niortaise, en aval de Maillezais, Marans correspondant au principal point de ru (...)
  • 45 Poitiers, Médiathèque, coll. Dom Fonteneau, vol. XXV, fol. 183 : « Concessit etiam ipse Otto omnes (...)
  • 46 Ibid. : « Dicebat enim Otho quod abbas Malleacensis centum solidos dare debebat domino Mreandi qua (...)

12Seul, un acte plus ancien contribue à préciser cet aspect de la défense. Il s'agit d'un différend opposant Othon de Mauzé, seigneur de Marans44, à l'abbé de Maillezais à propos de la garde et la défense du site et des biens côtiers45. Le conflit, qui se déroule vers 1171, débute par la revendication du seigneur désireux de doubler le cens annuel de 50 sous versé par l'abbaye en échange de sa protection46. À ce moment-là, l'organisation défensive du monastère bénédictin semble donc fondée sur un réseau plus ou moins large de dignitaires auxquels l'abbé faisait appel, moyennant une rétribution financière. Cependant, l'acte de 1171 n'évoque aucun caractère exceptionnel en ce qui concerne la défense attribuée à Othon et laisse envisager la possibilité d'une garnison permanente attachée à la sécurité de l'abbaye. En cas de danger, celle-ci pouvait alors être complétée par les hommes de l'abbé, même si les documents ne donnent aucune information sur leur commandement.

  • 47 L'entrée de l'île bénéficiait dès le xiiie siècle (1236) d'une garnison suffisante pour décourager (...)
  • 48 L'enceinte nord qui longe actuellement la route de Doix fut aménagée à la période moderne. En reva (...)

13En tant que véritable seigneurie ecclésiastique, l'abbaye de Maillezais a été confrontée assez rapidement aux rivalités issues des convoitises de nombreux seigneurs locaux. Devant ces menaces, l'abbé a usé de son pouvoir de contrainte afin de mettre en place une défense efficace de l'abbaye et de ses biens tant sur l'île47 qu'aux alentours, même si sa forme reste inconnue. La position naturellement défensive et quelques travaux de rénovation de l'enceinte monastique - en particulier au nord48 - ont probablement suffi à garantir l'intégrité du monastère. De même, le recours à un personnel de défense traduit l'existence d'aménagements spécifiques qui demeurent difficiles à cerner pour la période antérieure à la guerre de Cent Ans.

La peur et l'insécurité pendant la guerre de Cent Ans

  • 49 Il fut nommé le 8 mai 1345 capitaine et lieutenant de Guyenne par Edouard III. Cf. Denifle (H.), L (...)
  • 50 Ibid., p. 29.

14Le long conflit de la guerre de Cent Ans, qui débute en 1337, épargne la région jusqu'en 1346, date de la terrible chevauchée du comte de Derby, Henri de Lancastre49. Ce dernier, à la tête d'une bande d'Anglo-gascons, entreprend une campagne de conquête particulièrement dévastatrice. De nombreuses abbayes, comme Saint-Jean-d'Angély, voient leurs bâtiments dévastés par le passage de ses troupes50. L'écho de ces destructions entretient la peur chez les populations. Un des moines de Maillezais, contemporain des événements, témoigne par écrit des désastres et de la désolation provoqués lors du passage des troupes anglaises à Lusignan,

  • 51 Marchegay (P.), op. cit. n. 38, p. 166-167 : « [...] fuit capta civitas Pictavensis, et castrum de (...)
  • 52 Une bulle du pape le 13 août 1317 sépara l'évêché de Maillezais en trois diocèses : Poitiers, Mail (...)

15Montreuil-Bonnin, Saint-Maixent puis Niort51. Son récit traduit le traumatisme grandissant devant la menace devenue imminente pour l'évêché récemment créé52.

  • 53 Paris, Archives nationales, Registres du Parlement de Paris, Xla 12, fol. 478v°-480v°. Document éd (...)

16L'attitude de Jean de Marconnay, alors évêque de Maillezais (1342- 1356), révèle la crainte d'autorités démunies face aux assauts dévastateurs de l'armée anglaise. Celui-ci exhorte les hommes de l'abbaye - dont les habitants de l'île - à se rallier à la cause ennemie afin d'échapper aux massacres. Devant l'opposition des insulaires, notamment des membres de la communauté religieuse, Jean de Marconnay est emprisonné et accusé du crime de lèse-majesté et de haute trahison. Le déroulement de cet événement, contenu dans la sentence d'absolution de l'évêque du 17 juillet 1350, est relativement bien documenté53. À cet égard, il fournit de précieuses informations tant sur l'organisation de la défense que sur la topographie du site.

  • 54 Ibid., fol. 479 r° : « plures religiosi et ali habitatores de insuie considerantes eorum fidelitat (...)
  • 55 Paris, Archives nationales, Registres du Parlement de Paris, Xla 12, fol. 479r 
  • 56 Jarousseau (G.), « Le guet, l'arrière-guet et la garde en Poitou pendant la guerre de Cent Ans », (...)
  • 57 Paris, Archives nationales, Registres du Parlement de Paris, Xla 12, fol. 478v°.
  • 58 Ibid., fol. 479r°.
  • 59 Ibid., fol. 479v° : « reprehendit [...] aliquas excubias [...] ecclesis et fortalicys ».
  • 60 Ibid., fol. 480 r°.

17Le système défensif perçu de manière imprécise dans les sources des xiie- xiiie siècles semble toujours en place : en effet, l'acte précise qu'à la nouvelle de l'entrée du comte de Derby à Poitiers, la plupart des religieux et des habitants de l'île, « pénétrés de la fidélité qu'ils devaient à l'abbaye », se tenaient prêts à défendre l'île54. Toutefois, la présence d'une garnison militaire n'est pas évoquée, d'autant que — est-il précisé - les religieux assuraient, comme les habitants de l'île, la garde sur le site. Eu égard à l'interdiction pour les moines de porter les armes, cette mention surprenante montre l'ampleur du traumatisme qui a probablement motivé une organisation exceptionnelle de la défense. Manifestement, l'abbaye de Maillezais usait encore, au début de la guerre de Cent Ans, de son pouvoir de contrainte, illustré par l'emploi du terme « fidelitatem », pour convoquer une population qui lui était « soumise ». Par ailleurs, la garde, « excubias », assurée par la population de jour comme de nuit « noctes die continue55 », est semblable au guet dont les seigneurs revendiquaient traditionnellement le droit auprès de leurs hommes. Ce service de vigile, qui pouvait être exercé par un ecclésiastique en tant que seigneur d'un lieu, était normalement accompli sur un rempart, un chemin de ronde, une tour56. Ainsi, la mention à Maillezais d'un droit de guet pour l'abbaye et ses alentours suggère des aménagements défensifs sur les parties supérieures des édifices. Le procureur du roi évoque d'ailleurs une grande église robuste et puissante, « una fortis, magna et potens ecclesiam » située sur une grande île, « una magna insula57 », avant de décrire l'attitude de l'évêque qui « exhorte à remettre au comte [de Derby] les clefs du lieu et les forts de l'église58 » et interdit « toute garde dans l'église et sur les fortifications59 ». Étant donné la restauration des fortifications assurée par Jean de Marconnay (reparaciones et forta- licia fieri fecit60), ce document permet de situer deux campagnes défensives, l'une attribuable à l'évêque et l'autre antérieure à son épiscopat, c'est-à-dire antérieure au conflit.

  • 61 Contrairement à ce qu'on peut voir pour d'autres sites. Cf. Barbier (E.), op. cit. n. 1, p. 98. L' (...)
  • 62 Lettre de don à Jean, second fils du roi Charles VI, du duché de Berry et du comté de Poitou, pour (...)
  • 63 Poitiers, Médiathèque, coll. Dom Fonteneau, vol. XXVII ter, fol. 219.
  • 64 Denifle (H.), op. cit. n. 49, p. 283-286. L'auteur donne l'exemple de deux moines de Saint-Michel- (...)
  • 65 Sarrazin (J.-L.), op. cit. n. 53, p. 136-137. L'administration anglaise avec la nomination en 1362 (...)
  • 66 Ibid., p. 139-141. La Trémoille tenait des garnisons à Mareuil et à Sainte-Hermine et il s'opposai (...)

18Après le début de la guerre de Cent Ans, aucune source conservée ne mentionne de nouveaux aménagements défensifs sur le site61 et seule une lettre du roi Charles VI évoque la garde de l'église cathédrale de Maillezais en 140162. Pourtant, le conflit se poursuit dans la région. En 1357, une bulle du pape Innocent VI porte commission à l'archevêque de Tours et aux évêques de Paris et d'Angoulême d'excommunier tous ceux qui pillent, endommagent les églises, monastères, hôpitaux et molestent clercs et religieux de la ville et du diocèse de Maillezais63. Cette intervention du pontife dénote une insécurité quasi permanente, œuvre de routiers en maraude à la tête desquels se trouvaient parfois des moines64. Le traité de Brétigny (8 mai 1360) laisse le Poitou aux mains des Anglais sous la direction du capitaine Jean Chandos65. La région est reconquise en 1372-73 par les armées de Du Guesclin. La reprise de Fontenay le 10 octobre 1372 marque probablement la fin de l'occupation anglaise autour de Maillezais. Par la suite, les hostilités s'apaisent pour reprendre de nouveau en 1412. Querelles plus locales mais particulièrement virulentes dans la région66, elles opposent Georges de la Trémoille, chef du gouvernement et maître du Bas- Poitou, au connétable Arthur de Richemont. Ces luttes prennent fin en 1433 après l'arrestation et la relégation de la Trémoille.

  • 67 Timbal (P.-Cl.), La Guerre de Cent Ans vue à travers les actes du Parlement (1337-1369), Paris, CN (...)
  • 68 Guérin (P), op. cit. n. 52, VII (1403-1430), p. 361-362.
  • 69 C., a. Loudun, Vienne.
  • 70 Crozet (R.), Textes et documents relatifs à l'histoire des arts en Poitou (Moyen Âge, début Renais (...)
  • 71 C., a. Châtellerault, Vienne. Ibid., n° 602, p. 156 : « remémorés de ce que icelle abbaye est fort (...)

19Le sentiment général d'insécurité ne fut pas constant tout au long du conflit, mais il favorisa l'émergence de nombreuses fortifications que l'autorité royale tenta d'encadrer. L'ordonnance de 1358 enjoint ainsi aux capitaines de visiter toutes les places et de les restaurer en cas de nécessité 67 et une lettre du dauphin Charles VII recommande « la démolition des forteresses du Poitou qui n'étaient pas tenables et la réparation des autres68 », y compris les églises fortifiées. En effet, les habitants, après avoir obtenu une autorisation royale, s'empressaient de mettre en défense tout bâtiment apte à accueillir la population, qu'il soit château, abbaye, prieuré ou église. Ainsi, le prieuré de Guesnes69 obtient de Charles V, en 1371, l'autorisation de se fortifier70. Le traumatisme causé par les destructions se prolongea bien au- delà de l'arrêt des conflits puisque des travaux de reconstruction et de fortification sont mentionnés vers 1470 auprès l'abbaye cistercienne de la Merci- Dieu71. Le siège épiscopal de Maillezais, soucieux de protéger ses biens, s'insère dans ce mouvement collectif de mise en défense des bâtiments religieux. Pour cela, il importe de compléter ces données par l'étude des vestiges de l'architecture militaire afin de distinguer, notamment, les différentes étapes de ces travaux.

Guerre de Cent ans et architecture militaire à Maillezais

  • 72 C„ arr. Poitiers, Vienne.
  • 73 D'après une vue extraite de la collection Gaignières, 1699 reproduite par Soulard-Berger (I.), L'a (...)
  • 74 Martineau (J.), op. cit n. 24, p. 34-38. La quasi-absence de mobilier lié à l'utilisation des bâti (...)
  • 75 Ibid., p. 29-30

20L'état actuel de la recherche archéologique et l'étude de bâti effectuée sur le site de Maillezais permettent de distinguer trois phases défensives liées à la guerre de Cent Ans et que l'on peut percevoir en divers endroits du site. En tant que point d'accès principal à l'abbaye, le front occidental accueillait d'importants aménagements. Comme en bien d'autres lieux, la porterie représentait une des composantes majeures du programme défen- sif. On retrouve un tel choix par exemple à Saint-Julien de Nouaillé72, dont l'entrée est particulièrement impressionnante avec ses deux tours circulaires, probablement dotées de créneaux pour le guet et encadrant une porte munie d'un pont-levis à flèches qui permettait le franchissement des douves73. Maillezais utilise ce procédé commun de mise en défense en concentrant sa fortification sur ce front particulièrement stratégique. En revanche, la situation des autres ouvrages sur le site est beaucoup plus originale. En effet, ceux-ci épousent tant le mur de clôture du cloître que le porche de la cathédrale et rejettent ainsi de nombreux bâtiments (à vocation plutôt économique74) hors de l'enceinte75. L'absence de véritable clôture monastique a pu motiver ce refuge à l'intérieur du cloître placé, de surcroît, sur le haut du plateau.

Front occidental

  • 76 Cf. figure 2.
  • 77 Suggéré par la conservation de deux trous d'empochement à la base des piédroits. Cf. Cornec (Th.), (...)
  • 78 Cornec (Th.), op. cit. ». 77, p. 14.
  • 79 Du Cerceau (A.), « État des chemins et châteaux du Poitou, 1611 ». Original conservé à Poitiers, A (...)
  • 80 La fonction de stockage de ce bâtiment est très reconnaissable par la présence de nombreux silos e (...)

21Trois périodes de fortification sont visibles sur le front ouest76. La première est d'une ampleur relativement modeste. Elle correspond au percement, dans le mur de clôture, d'une ouverture associée à une fosse peu large, peu profonde et taillée en « U », qui imposait l'aménagement d'un franchissement, simple passerelle en bois77 ou véritable pont-levis78 dont les crapaudines de pierre servant à la rotation du tablier auraient pu trouver place dans les deux trous découverts à cet endroit. La question restera malheureusement sans réponse, la porte ayant ensuite modifiée à la période moderne79. Quelle que soit sa forme, cet accès devait permettre l'approvisionnement du bâtiment de stockage80 situé sur cette aile ouest ; sa valeur défensive reste minime et traduit davantage un essai pour sécuriser les biens de l'abbaye qu'une réelle volonté militaire. Il met surtout en évidence une modification de la circulation sur le site imposée par certains bouleversements topographiques dont les manifestations sont aujourd'hui inconnues (condamnation d'un accès secondaire par exemple).

Fig. 1 : Essai de représentation des différents aménagements défensifi aux xive et xve siècles Dessin E. Barbier

  • 81 Cf. figure 1.
  • 82 Martineau (J.), op. cit n. 24, p. 30.
  • 83 Ibid. L'escarpe comble, par ailleurs, la fosse située devant la porte.
  • 84 Cornec (Th.), op. cit. n. 23, 1998, p. 17.
  • 85 Langlois (J.-Y.), Rapport d'intervention archéologique, Maillezais (Vendée) « abbaye Saint-Pierre  (...)
  • 86 Ce creusement n'a été aperçu qu'en surface. Le comblement de cet ensemble était constitué de blocs (...)
  • 87 De récentes rénovations ont fait apparaître, au nord ouest, une ouverture orientée est-ouest et de (...)
  • 88 Cf. supra.

22La seconde phase de fortification répond manifestement à un programme cohérent fondé sur le creusement d'une douve sèche, taillée en « V » sur une profondeur de 2 m et une largeur de 3 m, isolant le cœur de l'abbaye, à savoir le cloître et l'abbatiale81, du reste du site. Tous les bâtiments situés à l'extérieur de ce fossé sont alors abandonnés et comblés82 avec une partie des bris qui servent également à remonter l'escarpe d' 1,60 m et à élargir la contrescarpe83. Le repli du monastère à l'ouest est certain et le dispositif devait se poursuivre sur les fronts nord et est où la présence de fossés a été révélée par la réalisation de récents sondages. Ainsi, au nord, deux sondages perpendiculaires à la nef ont permis la découverte d'un important fossé large de 8 m. L'escarpe est située à 4,50 m du mur gouttereau nord alors que la contrescarpe, conservée sur 1 m de hauteur, est formée par le modelage en glacis des remblais antérieurs au creusement84. Cette douve sèche, taillée en « U », semble épouser tout le front nord. En dépit d'une largeur plus considérable, sa poursuite vers l'ouest laisse envisager une connexion avec le fossé ouest, reconnu sur une longueur de 29 m. D'autres sondages ont également permis, vers l'est, de repérer un important creusement orienté nord-sud, dont la largeur est équivalente au fossé nord85. Le mode opératoire de l'intervention archéologique n'a offert qu'un aperçu superficiel de cette structure fossoyée86, mais l'hypothèse d'un large fossé encerclant tous les bâtiments sur les fronts occidental, septentrional et oriental peut être envisagée87. À l'est, la présence de ce fossé implique un rejet hors de l'enceinte du palais épiscopal, dont la construction remonte au moins à la fin du xve siècle88.

Fig. 2 : Phasage des fortifications des xive-xve siècles sur le front Ouest. Dessin E. Barbier d'après fonds de plan J. Martineau et F. Sanz-Pascual.

  • 89 Esquieu (Y.), Autour de nos cathédrales, quartiers canoniaux du sillon rhodanien et du littoral mé (...)
  • 90 Barbier (P.), La France féodale, tome 1, Châteaux forts et églises fortifiées, Saint-Brieuc, Press (...)
  • 91 Camus (M.-Th.), L'abbatiale Saint-Pierre de Maillezais : l'œuvre romane », dans Congrès archéologi (...)

23Ce système défensif repose donc sur un repli de l'abbaye autour des seuls bâtiments conventuels et sur un comblement des bâtiments situés en bordure de plateau à l'ouest pour éviter toute possibilité de retrait à couvert pour l'assaillant. Ce choix a pu être imposé par la topographie du site et l'absence de clôture monastique. À cela s'ajoutent des impératifs de défense nécessitant une concentration de la fortification sur la partie supérieure du promontoire et un abandon des marges moins élevées. À l'instar d'autres églises ou cathédrales (Agde ou Maguelone dans le sud de la France par exemple), les aménagements défensifs se concentrent sur les bâtiments voués au culte qui s'imposent tant par leur masse que par leur rôle éminent89. Malheureusement, leur état de conservation - en grande partie ruiné - à Maillezais interdit de restituer l'image d'une éventuelle fortification aérienne destinée à assurer la garde de l'abbaye. Seul, le mur gouttereau nord de la cathédrale peut présenter un élément susceptible de participer à la défense de ce front, non seulement par son épaisseur et sa hauteur, mais également par la présence d'imposants contreforts sur les quatre premières travées occidentales qui suggère l'existence de mâchicoulis sur arcs, conformément au système adopté à Agde90. Toutefois, ce mur gouttereau nord, repris dans les années 1300, est solidaire de la rénovation effectuée au niveau des trois baies gothiques91. La présence de ces grandes ouvertures semblerait donc inconciliable avec un véritable programme défensif et interdit, pour l'instant, de confirmer cette hypothèse.

  • 92 Cf. figure 2.
  • 93 Martineau (J.), op. cit n. 24, p. 3-4.

24Correspondant à la troisième phase de mise en défense92, les aménagements visibles sur le front ouest marquent la volonté de mettre en sécurité l'abbaye. Le portail occidental de l'abbatiale romane est condamné par un gros massif de maçonnerie légèrement taluté (77°) encadré par les contreforts de la façade romane qui sont encore nettement visibles. La courtine est, par ailleurs, surmontée d'une couronne de huit mâchicoulis surplombant le glacis à 8 m de hauteur. Ce chemin de ronde pose un problème évident de fonctionnalité puisque le sol gothique, récemment repéré dans la chapelle haute du clocher-porche, se rencontre à 2,30 m au-dessous de la circulation défensive93. Toutefois, l'aménagement postérieur d'une haute baie gothique a pu masquer tout accès au chemin de ronde qui ne pouvait s'effectuer qu'au moyen d'un escalier ou d'une échelle.

  • 94 Cf. figure 2.
  • 95 On aperçoit aujourd'hui sept fentes d'éclairage longues en moyenne de 0,80 m et large de 0,20 m.
  • 96 L'utilisation de telles ouvertures de tir pour la période est un choix assez rudimentaire. Leur éb (...)
  • 97 Martineau (J.), op. cit n. 24, p. 31. Deux petites embrasures de tir en sifflet de 1,30 m de long (...)
  • 98 Qui consiste en un couloir coudé à 51°. Cf. figure 2.
  • 99 Martineau (J.), op. cit n. 24, p. 31. La grande destruction de la tour a fait disparaître les fenê (...)
  • 100 Cornec (Th.), op. cit. n. 23, p. 17. La tour-porte, sur le front sud, est totalement comblée à par (...)
  • 101 Quatre trous d'ancrage pour la réception du plancher sont encore visibles sur le mur roman.
  • 102 Martineau (J.), op. cit n. 24, p. 31.

25L'aménagement du chemin de ronde s'accompagne d'une reconstruction de la courtine ouest dont la largeur est doublée94. Les larges baies de la façade romane sont alors supprimées pour laisser la place à de petites fentes d'éclairage dont l'ébrasement interne varie entre 22° et 3895, peut-être aménagées en archères96. Par ailleurs, ce nouveau mur de fortification se dote d'une tour de flanquement quadrangulaire de 12 m2 hors-tout fondée sur un épais glacis taluté et possédant une petite chambre de tir d'1,30 97, aujourd'hui totalement arasée mais dont l'accès depuis l'aile ouest du cloître est clairement identifié98 grâce au plan de Claude Masse. Cette tour permettait le flanquement de l'accès aménagé lors de la première campagne de mise en défense99. Suite à la condamnation du portail de la cathédrale, cette ouverture devient le seul accès connu pour l'abbaye à cette période100 et donc éminemment stratégique ; elle est alors élargie et le seuil surhaussé pour correspondre au niveau de circulation de l'accès à la tour (rendu possible par un plancher ancré dans le mur roman à 1 m du sol originel101). Cependant, cette campagne de fortification s'interrompt vers le sud à 2,30 m de la tour. Les motifs d'un arrêt aussi brusque sont inconnus. Quant au fossé, il est repris et curé et « l'escarpe est recouverte d'un niveau argileux qui vient s'appuyer contre la fondation en gradin de la tour et de la courtine, laissant le chanfrein de base parfaitement visible102 ».

  • 103 Ibid., p. 33. Les mâchicoulis découpés en quart de rond, tores et scoties sont des moulures relati (...)
  • 104 C. d'Angles, arr. Luçon, Vendée.
  • 105 Corvisier (Chr.), « Angles, la tour de Moricq », dans Congrès Archéologique de France, op. cit. n. (...)
  • 106 Cf. infra. Ces travaux défensifs pourraient donc être attribués à l'évêque Jean la Masle (1382- 14 (...)

26Parmi ces trois campagnes de travaux, seule la dernière bénéficie d'éléments architecturaux permettant d'établir une chronologie absolue. Ainsi, la présence de mâchicoulis à trois consoles en talon permet une datation dans la première moitié du xve siècle103 alors que l'une des ouvertures de tir de la courtine, située au nord de la tour, est couverte d'un linteau formant crossette dont la hauteur correspond à deux assises du parement. Or, un procédé architectural similaire se retrouve à la tour de Moricq104, édifice construit dans la deuxième moitié du xve siècle105. Ce programme défensif majeur, à Maillezais, paraît donc tardif et ne peut appartenir aux travaux de Jean de Marconnay. Peut-être correspond-il à la période des exactions de Georges de la Trémoille106. Dans ce cas, c'est la seconde phase de fortification qui pourrait être associée aux travaux de Jean de Marconnay.

Front méridional

  • 107 Cf. figure 2.
  • 108 Cf. figure 3.
  • 109 La situation de ces tours par rapport à l'ensemble des bâtiments est inexact sur le plan de Masse (...)
  • 110 Dimier (A.), Les moines bâtisseurs, Paris, Fayard, 1964, p. 176. L'auteur montre la valeur de l'ea (...)
  • 111 La tour la plus à l'est bénéficiait de deux accès, l'un au niveau du dortoir de l'hôtellerie, l'au (...)

27Le front sud semble dépourvu d'aménagements fortifiés aussi importants que ceux du front ouest, même si on peut observer certains dispositifs défensifs107. La présence du marais et l'élévation du site pouvaient représenter une première défense naturelle, importante. En outre, Claude Masse représente quatre tours adossées contre cette façade méridionale108 (occupée par les bâtiments des moines convers et de l'hôtellerie109). Aujourd'hui, trois d'entre elles sont complètement ruinées, la quatrième se présentant à l'état de fondations très arasées. Elles étaient vraisemblablement dotées de latrines, les immondices étant évacuées par les canaux aperçus lors de sondages110. Par ailleurs, le dessin de Masse montre, pour les tours situées à l'est de la façade, des contreforts aux angles et au milieu de leurs faces ; l'accès s'effectuait depuis les niveaux d'occupation des bâtiments de l'hôtellerie au moyen d'ouvertures aujourd'hui condamnées111. La valeur défensive de ces édifices ne peut être appréhendée, mais leur position stratégique de surveillance sur le marais et sur la digue située en contrebas permet d'envisager au moins une garde sur ces édifices dotés au moins d'un étage.

Front oriental

  • 112 Cf. figure 3.
  • 113 La Rochelle, Archives départementales de Charente Maritime, G 264, Procès verbal de visite du chât (...)
  • 114 .Masse (Cl), Mémoire sur la carte du 46e Quarré de la généralle des costes du Bas-Poitou, Pays d'A (...)
  • 115 Ibid., fol. 4v° : » sommes entrés dans le pavillon dudi yasteau ».
  • 116 Esquieu (Y.), Pradalier (H.), « Les palais épiscopaux dans la France méridionale », dans Palais ro (...)
  • 117 Esquieu (Y.), op. cit. n. 89, p. 145. La raison principale d'une telle position se fonde, selon l' (...)

28Sur le front est, la présence d'un fossé permettant d'enclore le site est vraisemblable, mais la forme générale des aménagements médiévaux reste hypothétique, leur lecture étant gênée par les importants travaux réalisés à la période moderne. Pourtant, il s'agit du seul véritable front d'attaque de l'abbaye qui ne bénéficie pas de l'atout « marécageux ». Heureusement, les quelques vestiges anciens du palais épiscopal permettent de restituer partiellement ce front défensif à la fin du xve siècle. En effet, en 1872, la construction du château sur le front est nécessita la destruction de toute l'aile occidentale de la résidence de l'évêque alors que la tour adossée au sud des bâtiments était maintenue112. De même, le bâtiment actuel s'est appuyé sur les fondations orientales du palais, ce qui permet d'identifier le premier niveau de cet ensemble, doté d'un étage113 et deux fois plus long que le nouvel édifice. Claude Masse mentionne une façade longue de « 15 à 16 toises114 », soit 31m, alors que la façade des vestiges actuels n'en compte que 15. À ce jour, trois espaces se distinguent encore : une vaste salle rectangulaire primitivement voûtée d'arêtes (7,05 m de longueur et 5,05 m de largeur) ; une tour circulaire de fort diamètre (5,71 m), voûtée d'ogives, qui lui est adossée au sud, une salle souterraine fortement remaniée à une période récente et remblayée de plus de 3 m et une troisième salle dont la présence, au nord, est certaine. Elle est en effet mentionnée comme « pavillon115 » lors du procès-verbal de 1660 et Claude Masse la représente distinctement sur son plan. Le palais de Maillezais ne présente aucune originalité dans sa conception qui voit une « organisation juxtaposant tour et aula116 ». Par ailleurs, il est placé à l'écart du chapitre et des bâtiments conventuels. Yves Esquieu remarque d'ailleurs la fréquence de cette position marginale de la résidence épiscopale117 souvent située sur l'enceinte, d'où la présence de solides défenses.

  • 118 Cette tour était dotée au milieu du siècle de créneaux « fantaisistes ». Aujourd'hui, la présence (...)
  • 119 Procès verbal..., doc. cité n. 113, fol. 3r°.
  • 120 La largeur de ce corps de logis peut être estimé avec une grande certitude à 8,20 m.
  • 121 Ce bâtiment bénéficiait, en outre, d'une cheminée située sur le côté sud de la salle.

29Si la tour ne présente aucun aménagement défensif notable, son aspect monumental (9,50 m de largeur et 8 m de hauteur) permettait, comme le clocher-porche situé à l'autre extrémité du plateau, une étroite surveillance du front d'attaque et du village qu'elle domine encore. Sa position hégémonique pouvait offrir un poste idéal pour la garde et la défense qu'il est tentant de reconstituer par la pose de créneaux ou de mâchicoulis118. Quant au bâtiment central que nous pouvons assimiler au « corps de logis119 », sa restitution est facilitée par la conservation des assises de l'ancien voûte ment dans trois angles du bâtiment actuel120. Il bénéficiait de deux ouvertures, sur le front est, au centre de la salle, condamnées par un réaménagement moderne. À l'angle sud de la salle, se rencontre un cabinet de latrines accessible depuis un couloir coudé. À l'opposé de ces latrines, la fonction résidentielle de cette salle121 est atténuée par un aménagement défensif qui consiste en une tourelle voûtée d'arêtes avec arcs de pénétration, soutenue par un encorbellement au-dessus de l'enceinte. L'accès s'y effectue au moyen d'une porte très étroite, désaxée (58°), haute d'1,53 m et large de 0,56 m. Cette tourelle, dotée de coussièges hauts de 0,25 m, est très étroite (1,53 m). Tout mouvement était donc particulièrement restreint au sein de celle-ci. Toutefois, elle possède au moins une courte ouverture de tir à ébrasement interne fortement désaxée (46°), et dotée d'une fente de visée très étroite (5 cm) orientée vers le nord. Une autre ouverture, réaménagée à la période moderne, est orientée vers l'est, mais sa ruine extrême ne permet pas de vérifier s'il s'agit d'une reprise. Le profil des différentes nervures prismatiques comme la courte et étroite fente de tir suggèrent une datation de la deuxième moitié du xve siècle, voire du début du xvie siècle au plus tard, c'est-à-dire après les conflits liés à la Guerre de Cent Ans.

  • 122 Cf. figure 1.

30L'étude partielle du bâti ne laisse apparaître aucun aménagement antérieur, ce qui interdit pour l'instant d'envisager une occupation antérieure sous forme d'un logis abbatial ou d'un premier palais épiscopal. Toutefois, une première enceinte a probablement précédé l'enceinte moderne sur ce front est. Par ailleurs, la tour quadrangulaire, encore visible au nord de cette courtine, laisse apparaître un appareillage en moellons à sa base qui indique une reprise de celle-ci. En outre, le revêtement de l'enceinte du palais, nettement visible jusqu'à la tour, n'apparaît plus au-delà, d'où un net décalage concernant la largeur de l'escarpe au sud de la tour par rapport à celle du nord122. La mise en place et la datation — même relative — de l'enceinte défensive comme son association éventuelle avec la tour quadrangulaire et le fossé ne peuvent toutefois être précisées, en raison notamment de l'impact important des aménagements modernes sur le front d'attaque.

Une place de sûreté protestante

  • 123 La ville de Fontenay-Le-Comte, où le commerce du drap de luxe était très développé, fut très sensi (...)
  • 124 Bossis (Ph.), « Les Temps modernes », in La Vendée des origines, op. cit. n. 53, p. 161-238.
  • 125 Procès verbal..., doc. cité n. 113, fol. 4. Lucas Roulleau « laboureur à bras [...] âgé de quatre (...)
  • 126 Brochet (L.), Histoire de Maillezais, Paris, Res universis, 1989 (1re édition, 1900), p. 42-46. En (...)
  • 127 Arnauld (Ch.), Histoire de Maillezais, Niort, 1840, p. 248-250. L'auteur mentionne le texte des (...)

31La réforme fut très bien accueillie dans la région tant chez les populations marchandes123 que chez les grands seigneurs (Parthenay-Soubise, La Trémoille) qui affirmaient ainsi leur indépendance face aux débuts de la centralisation monarchique124. De ce mouvement de réforme, naît, à partir de 1562, un conflit n'épargnant pas les communautés religieuses qui attisent les convoitises des troupes huguenotes. L'abbaye de Maillezais est probablement visitée dès le début du conflit, si l'on se fie au témoignage d'un habitant de Maillezais125. Par la suite, le monastère subit invariablement les assauts des armées catholiques et protestantes126. Sa position sur la Sèvre, à la frontière entre Aunis et Poitou, était particulièrement appréciée et Sully eut même comme projet de fortifier les lieux127. À la fin de l'année 1588, Henri de Navarre et son fidèle écuyer Agrippa d'Aubigné s'emparent de Niort puis se dirigent vers Maillezais, investi le 1er janvier après que le seigneur de Saint-Pompoint et sa garnison se soient rendus. Le sort de la vieille abbaye des comtes de Poitou est désormais scellé. Sa ruine extrême ne permet pas le retour viable d'une communauté.

  • 128 Garnison qu'il a du mal parfois à entretenir. Cf. D'Aubigné (A.), Sa vie à ses enfants, éd. Schren (...)
  • 129 Lazard (M.), Agrippa d'Aubigné, Paris, Fayard, 1998, p. 275. La description de cette garnison est (...)
  • 130 Ibid., p. 151.
  • 131 Il possédait aussi une demeure au château de Mursay, sur le bord de la Sèvre, (c. d'Echiré, arr. N (...)
  • 132 Barbier (E.), op. cit. n. 1, p. 168. Après l'assassinat d'Henri IV, le Parti protestant, devant le (...)
  • 133 Cf. figure 3.

32Agrippa d'Aubigné investit le site qui devient place de sûreté protestante suite à la promulgation de l'édit de Nantes (1598). La garnison128 comprend cinquante arquebusiers, dont quarante cinq soldats, un tambour, trois caporaux, un sergent, un enseigne et un lieutenant129. Pourtant, il s'estime lésé en recevant ce « maigre fief », le « plus misérable estat » qu'Henri de Navarre n'ait jamais distribué ; mais « estant trop las de courir130 », il se résigna à demeurer sur l'île de Maillezais jusqu'en 1620131. La fortification du site montre incontestablement sa ferveur dans la cause protestante qu'il s'évertue à défendre le plus vaillamment possible, ce qui lui vaut une relative solitude vers la fin de son séjour132. La fortification protestante ne modifie pas considérablement la topographie monastique. En effet, l'évolution de la poliorcétique et les progrès de la fabrication des bouches à feu conditionnent un nouveau redéploiement sur le front d'attaque, situé à l'est133.

Des aménagements réduits du côté du marais

  • 134 Martineau (J.), op. cit n. 24, p. 33. Présence de céramiques (pâte dite « rose-bleu ») produites d (...)
  • 135 Cf. figure 3.
  • 136 Du Cerceau (A.), op. cit. n. 79 ; l'auteur mentionne le mauvais état de la muraille ouest qu'il es (...)
  • 137 Cette ouverture située au centre du massif est large de 0,43 m, longue de 0,60 m et doté d'un ébra (...)
  • 138 Du Cerceau (A.), op. cit. n. 79, p. 384. La fouille actuelle a permis de restituer partiellement c (...)
  • 139 Sur le front sud, seuls les soupiraux des deux salles souterraines pouvaient participer à la défen (...)

33Le front occidental fortifié durant la Guerre de Cent Ans ne connaît que des aménagements partiels. Le fossé ceinturant les bâtiments à l'ouest et au nord de l'abbaye est totalement comblé au cours du xvie siècle. Le fait est confirmé par diverses données archéologiques134, dont la construction, entre le clocher-porche et le mur nord, d'un mur de clôture135 caractérisé par la présence de très nombreux réemplois gothiques et de créneaux de fusillade indéniablement modernes. Androuët du Cerceau, en 1611, décrit le front ouest sans évoquer le fossé136 et Claude Masse, quant à lui, représente sur le front nord un jardin qu'il attribue à l'évêque. Par conséquent, le seul aménagement défensif, quoique d'une pauvre réalisation, est la clôture septentrionale du front ouest. La tour quadrangulaire, encore conservée en 1611, a pu être adaptée aux modalités défensives des armes à feu, même si sa taille impose une mobilité réduite ; d'éventuelles ouvertures de tir pour armes à feu ont pu être aménagées dans le narthex, sur la façade du portail137 et sur le flanc nord (où une baie est partiellement comblée pour flanquer la portion septentrionale de la courtine nord), mais ces aménagements demeurent très rudimentaires. Enfin, la circulation par la « porte de la Fontaine », dotée d'un petit pont-levis et donnant dans le cloître, existait toujours en 161138. Considérant l'impossibilité pour tout assaillant d'attaquer la place de sûreté par le marais, Agrippa d'Aubigné, s'est contenté de clôturer le site, d'où ce désintérêt pour les fronts ouest et sud139.

  • 140 Masse (Cl.), op. cit. n. 114, p. 15 : « ceux du costé nord ne sont point flanqués et bastis peu so (...)
  • 141 Son orientation n'est pas solidaire du reste de l'enceinte, s'orientant davantage vers le sud.
  • 142 Le premier traité de fortification écrit en France (1600) par Errard (1554-1610), ingénieur des fo (...)

34Seul le front nord connaît quelques aménagements défensifs plus importants. Un large fossé, probablement en eau, longeait le bord du plateau revêtu d'une enceinte maçonnée, longue de 130 m, dont Claude Masse déplorait la fragilité140. Cette enceinte, partiellement conservée aujourd'hui, montre différentes phases de travaux et de reprises. Le front nord du réduit bastionné se distingue nettement sur 32 m de long, en dépit de trois remaniements dans la maçonnerie. En revanche, la partie ouest est moins évidente à lire, à cause de deux reprises postérieures à la fortification moderne. Son extrémité ouest montre une fondation plus ancienne141, probablement antérieure au xive ou xve siècle, dont on ne distingue plus que les contreforts et une petite ouverture voûtée en plein cintre pourrait correspondre à une poterne desservant le fossé situé en contrebas. L'état de ruine de ce mur n'autorise malheureusement aucune chronologie précise par rapport à la fortification moderne. En avant de la courtine, Claude Masse représente un bastion en demi-lune, qu'il légende comme une « ancienne fortification très ruynée ». Cette fondation maçonnée ou construite en terre de terre appartient incontestablement à l'œuvre d'Agrippa d'Aubigné142. L'absence apparente de communication depuis le corps de place et son isolement, qui ne lui permettait pas d'être flanqué, font de cet ouvrage un organe passif de la défense moderne. Une telle situation le destinait principalement à absorber les projectiles d'un bombardement venu soit du nord, depuis le promontoire de l'Aiguillon qui lui fait face à moins de 300 m, soit de l'est au moyen de tirs en brèche.

Une fortification moderne concentrée sur le front est

  • 143 cf figure 3.
  • 144 Cornec (Th.), collab. Pfost (D.), Abbaye de Maillezais, opération de sondages, 1997, Nantes, SRA. (...)
  • 145 Les récents travaux d'aménagement touristique du site ont entraîné une considérable surélévation d (...)
  • 146 La roche calcaire très marneuse constituait l'escarpe sur certaines parties de l'enceinte. Elle ap (...)
  • 147 Le parcellaire actuel (rue du Grand Port, rue du château) reprend la morphologie du fossé.
  • 148 Cf. infra.
  • 149 Du Cerceau (A.), op. cit. n. 79, p. 382.
  • 150 D'environ 5,30 m - alors que, selon l'auteur de la visite, l'éperon qui lui faisait face du côté d (...)
  • 151 Faucherre (N.), Bastion... op. cit. n. 142, p. 77. Les premières tenailles, connues dans la fortif (...)
  • 152 Cf. figure 3. Claude Masse le qualifie « d'encien port dont le canal remonte jusques auprès du bou (...)

35Le marais, considéré comme une barrière infranchissable pour une artillerie lourde par le capitaine huguenot, permet donc d'assurer la défense passive du site sur les fronts sud, ouest et nord, contrairement à la partie orientale qui correspond au front d'attaque. Celui-ci bénéficie d'un véritable programme défensif qui fait fi des aménagements précédents. Les impératifs liés à la fortification ont probablement nécessité la destruction de l'habitat sur un rayon assez important autour de l'ancienne abbaye. En effet, le plan de Claude Masse révèle une interruption brutale du parcellaire du bourg à l'approche de la place forte qui bénéficie alors d'un vaste espace (250 m de longueur) vierge de toute forme d'habitat143. Dès lors, la domination de l'abbaye sur cette zone privait l'assaillant d'une installation durable et contraignait toute forme de siège144. A. d'Aubigné décide d'autre part d'enclore la place de sûreté par un vaste fossé encore partiellement visible au nord sous une forme remaniée145. Taillée dans la roche146, cette douve sèche s'élargissait vers le sud avant de « disparaître » dans le marais147. Au- devant de ce fossé, trois demi-lunes constituaient une première ligne de tir, même si leur intégration au programme défensif - comme pour la structure similaire rencontrée au nord - paraît assez maladroite148. Enfin, au sud de l'enceinte, dans le fossé, se trouvait un quatrième ouvrage défensif, décrit en 1611 par Du Cerceau comme « ung bastion [...] revestu de pierre de taille par ung coté149 », peu élevé150 mais communiquant directement avec la place forte. Cette construction peut être assimilée à une tenaille151 permettant de donner des feux d'infanterie aussi bien en fond de fossé qu'en direction du port situé au pied152.

  • 153 L'épaisseur de l'escarpe passe d' 1,50 m à 3,40 m.
  • 154 L'appareillage irrégulier de cette fondation en pierres sèches indique une campagne différente. Ce (...)
  • 155 Cf. figure 3.
  • 156 Cornec (Th.), op. cit. n. 77, 1999, p. 9. Un sondage réalisé au niveau de l'éperon a révélé deux c (...)
  • 157 Du Cerceau (A.), op. cit. n. 79, p. 382 : « Les terres ont crevé la muraille de la place devers le (...)
  • 158 Ces consoles permettent le passage du plan triangulaire de l'éperon au plan rond de la guérite.

36Ce dispositif de défense est complété par une enceinte habillant l'escarpe médiévale. Ceci apparaît nettement au premier niveau du palais épis- copal où toutes les ouvertures sont condamnées153. L'escarpe moderne, légèrement talutée, est effectuée en pierre de taille de moyen ou grand appareil. Une reprise, postérieure à la campagne albinéenne154, apparaît entre le palais et l'accès à la place. A l'angle sud-est, apparaît un éperon très saillant155 assurant le raccord entre l'enceinte sud et l'enceinte est. Les derniers sondages archéologiques ont révélé deux campagnes de construction pour cette fondation qui était primitivement moins saillante156. Cet éperon était déjà en grande partie ruiné en 1611 lors du passage de Du Cerceau157 et l'on peut se demander si la rénovation n'a pas fait suite à la visite de l'architecte. Elle palliait la ruine de la tenaille en prenant une position plus saillante qui lui permettait de prendre en enfilade une partie du front sud ; si elle n'offrait qu'une possibilité réduite de flanquement sur le front est, sa vue sur le port, situé quelques mètres en contrebas, était en revanche imprenable. La surveillance du lieu était assurée au moyen d'une échauguette à encorbellement, dotée de quatre courtes fentes de tir destinées aux armes à feu et de mâchicoulis ménagés entre les consoles158

  • 159 Il s'agit d'une embrasure à trémie sous linteau droit, dotée de cinq paliers et conçue pour une ar (...)
  • 160 Langlois (J.-Y.), op. cit. n. 85, p. 3. Seule la partie méridionale de l'accès a pu être dégagée à (...)
  • 161 Ibid., p. 4. De même, le plan de Claude Masse suppose la présence d'une porte charretière et
    piéton (...)

37L'accès principal à la place est assuré par un avant-corps maçonné, large de 4 m, reposant sur la paroi calcaire et conservant encore six ouvertures de tir au niveau de l'accès. De part et d'autre de cet avant-corps, deux embrasures à trémie semi-circulaires apparaissent, à 4 m sous le seuil actuel159. Malheureusement, l'accès à la casemate (actuellement comblée) n'a pu être déterminé par les récents sondages archéologiques160, mais ces deux chambres de tir adaptées à une arme à feu de petit calibre permettaient de battre le fond du fossé. En ce qui concerne la porte, la conservation de deux crapaudines latérales nous invite à envisager l'existence d'un pont-levis à flèches. Le remontage des deux piliers latéraux empêche de déterminer précisément le système de fermeture, mais la présence d'un pont-levis à bascule n'est pas envisageable étant donnée l'étroitesse de la fosse située en retrait du seuil161. Ainsi, l'accès à la place de sûreté protestante s'effectuait en empruntant un premier pont dormant dont les piliers de soutènement apparaissent encore sur le front méridional du mur de soutènement. Ensuite, un pont-levis à flèches devait permettre de pénétrer au sein de l'ancienne abbaye. Toutefois, le franchissement de ces différents obstacles n'offrait à l'assaillant aucune garantie sur la détention de la place de sûreté.

38En effet, Agrippa d'Aubigné avait concentré sa défense sur le bord nord- est du plateau par l'édification d'un véritable réduit bastionné, dont Claude Masse donne une description assez précise en mentionnant

  • 162 Masse (Cl.), op. cit. n. 114, p. 15.

« un réduit ou château en quarré long avec un bastion et deux demy, le grand front a environ 35 toises et le petit 15 à 16 et sont revestus de pierre de taille avec un parapet persé de chenaux à présent fort dégradé, enceinte d'un bon fossé, l'on entroit dans ce réduit par un pont dormant de charpente ou il y en avait un levis et une porte de trois ou quatre pieds [...] la porte qui renferme ce château du costé de l'ouest est basty solidement de bonne maçonnerie terminé par un parapet des rondes162 ».

  • 163 La longueur des bastions (env. 22 m) et le raccord à angle droit entre la face et le flanc permett (...)

39Il s'agit d'une puissante construction au tracé bastionné permettant un flanquement réciproque des faces depuis les flancs163. L'ensemble était enclos par un fossé encore partiellement visible sur le front ouest. La présence d'une embrasure à trémie semi-circulaire sur la face nord du bastion nord- ouest permettait au défenseur de battre le fond de cette douve.

  • 164 Du Cerceau (A.), op. cit. n. 79, p. 384.

40Dressée en grand appareil rectangulaire avec une escarpe talutée, surmontée d'un cordon semi-circulaire, l'enveloppe bastionnée est encore très bien conservée. Les parapets d'infanterie ont été entièrement remontés, supprimant les créneaux de fusillade pourtant notés à intervalles réguliers sur le plan de Claude Masse. De même, la contrescarpe qui apparaît encore sur le front ouest était maçonnée de pierres sèches. Le tracé bastionné intègre la tour quadrangulaire du front est qui, aujourd'hui découronnée, présente encore quatre trous de mousqueterie. Ainsi, elle participait au flanquement de tout ce front est avec l'avant-corps de l'entrée principale et le chemin de ronde du réduit bastionné. L'accès à cet ensemble s'effectuait au moyen d'un pont dormant complété par un pont-levis à bascule, mentionné par Androuët Du Cerceau164, actuellement disparu.

  • 165 Procès verbal..., doc. cité n. 113, fol. 4v°.

41Quant à l'organisation de la garnison au sein de ce réduit, elle demeure méconnue. Claude Masse mentionne de nombreux bâtiments actuellement détruits. Si le corps de logis pouvait être utilisé à des fins résidentielles par le capitaine de la place et quelques-uns de ses hommes, la fonction de la tour et du pavillon décrit lors d'un procès-verbal ne peut être déterminée. Toutefois, la découverte, lors de la visite du pavillon en 1660, de « six mous- quezs en assé bon estat sy non quils sont un peu rouiller » et de « dix baudelliers » (baudriers165), suggère un accueil de la garnison au sein de cet espace.

42La campagne de fortification du site par Agrippa d'Aubigné n'a pu débuter dès son arrivée en 1589. Il s'est probablement contenté, dans un premier temps, d'enclore convenablement l'ancienne abbaye. Ce n'est qu'à partir du début du xviie siècle qu'il décide d'adopter ce nouveau système bastionné, théorisé par les ingénieurs protestants au service d'Henri IV. Les contraintes topographiques liées à la situation géographique du site et à un habitat religieux ont conditionné une réalisation dont l'efficacité était réduite. Seuls les fronts ouest et nord du réduit bastionné permettaient un flanquement parfait. Toutefois, Agrippa d'Aubigné ne parvint pas à organiser, à Maillezais, un étagement des feux, ce qu'il mettra en revanche en place à quelques kilomètres de là, à Maillé, sur l'îlot du Dognon, où il réalisera à partir des années 1610 un fort conforme à ses ambitions de défenseur de la cause protestante.

Conclusion

43Les impératifs liés au caractère de l'occupation, à la poliorcétique, au contexte historique conditionnent énormément la fortification et son impact topographique. Alors que la seconde fortification médiévale bouleversait complètement la topographie du front ouest en abandonnant un espace pourtant essentiel pour son économie, la fortification moderne délaissait cet espace au bénéfice d'aménagements considérables sur le front opposé. De fait, seule la première campagne de fortification n'a laissé aucune trace notable sur la topographie du site. Toutefois, ces différentes et hétéroclites occupations révèlent l'originalité de ce site dont les qualités stratégiques ont suscité les convoitises d'une seigneurie avide de défendre des intérêts commerciaux, militaires. Seule l'affirmation d'un État royal mit fin à ses soubresauts, entraînant l'abandon définitif de cette place.

Notes

1 Barbier (E.), Du palais ducal au réduit bastionné, étude des fortifications de l'île de Maillezais du xe au viie siècle, Mém. Maîtr. Dactyl., univ. La Rochelle, 2000, p. 13-17. De nombreux vestiges sont apparus à l'occasion de fouilles ou sondages diverses. Une campagne archéologique réalisée en 1989 à l'emplacement du réfectoire [Le Meur (N.), Rapport de fouillse, abbaye, réfectoire, Nantes, S.R.A., 1989, 66 pages] a révélé une très dense occupation relative au Néolithique final et à la période gauloise.

2 Pon (G.), Chauvin (Y.), La fondation de l'abbaye de Maillezais, Récit du moine Pierre, La Roche- sur-Yon, Centre vendéen de recherches historiques, 2001, p. 16-17. Georges Pon réduit la fourchette chronologique de la rédaction aux années 1067-1072/1073.

3 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p. 145 : « Qualiter Castrumfuit destructum etcenobium construc- tum, et quo tempore monachi dereliquerunt cenobium Sancti Petri Veteris et illic fuerunt ».

4 Ibid., p. 16

5 ld., p. 189. Théodelin étant élu abbé à la mort de Gausbert en 1007, la destruction du château et la construction du monastère ne peuvent être antérieures à cette année.

6 Ainsi, tout le récit abordant la révélation et la consécration du site monastique répond à un rituel très fréquent pour ce genre de littérature ; voir à ce sujet l'article d'E. Bozoky dans le présent volume.

7 Voir dans le présent volume l'article de J. Martineau.

8 Verdon (J.) éd. et trad., La chronique de Saint-Maixent 751-1140, Paris, Les Belles Lettres, 1979, p. 58-59 : « Ab ipso quoque, ut ita loquar, Oceani litore, oientem versus, Arvernum usque, clarissinam veteri tempestate Aquitanie urbem, nulla libertate retineri valuit regio, non opidum aut vicu, non denique civitas que non strageferali conciderit paganorum ».

9 Garaud (M.), « Les invasions des Normands en Poitou et leurs conséquences », Revue Historique, 62e année, t. CLXXX, 1937, p. 252-253. L'auteur situe la destruction de ces deux monastères en 853, contrairement à la Chronicon Sancti Maxenti qui place l'événement en 877 pour Saint-Michel-en-L'Herm. Or, Luçon est détruit en 853 selon la Chronicon Aquitanicum. La proximité géographique de ces lieux suggère donc une datation commune ; il n'est toutefois pas exclu que Saint- Michel-en-L'Herm ait eu à subir les affres de ces raids à deux reprises.

10 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p. 136-137 : « Oppidum nimirum quodejusdem ducisgenitor, sicut superius meminimus, causa Normanorum edificaverat in Malliacensi insula ».

11 Redet (L.) éd., Cartulaire de l'abbaye Saint-Cyprien de Poitiers, Poitiers, Archives historiques du Poitou, 1874 (AHP, III), p. 172-173.

12 Garaud (M.), op. cit. n. 9, p. 260, d'après Adémar de Chabannes, Chronicon, III, 53, éd. P. Bour- gain, avec la collab. de R. Landes, G. Pon, Turnhout, 1999 (Corpus Christianorum. Continuatio mediaevalis, CXXIX), p. 172. où il est fait mention du combat et de la défaite de Guillaume Le Grand pour repousser l'envahisseur normand. De même, en 1010, la vicomtesse de Limoges, Emma, est enlevée par des Normands lors d'un voyage vers l'abbaye de Saint-Michel en L'Herm (III, 44, éd. ibid., p. 164).

13 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p. 94-95 : « Aquilonalis certegens, Normanni videlicet, que semper predis, incendiis et rapinis ultra modum alios vexare parata predicatur, prephatum flumen quam sepe solita erat introire, ac quoscumque poterat bonis omnibus nudatos neci dabat ».

14 Cette abbaye commandait l'embouchure de la Sèvre et du Lay.

15 Verdon (J.), op. cit. ». 8, p. 84-85 : « Restauravit monasterium Sancti Maxentii et castellum in cicuitu perfecit. Restauravit monasterium Sancti Mikahelis ad Heremum... ».

16 Barbier (E.), op. cit. n. 1, p. 49-50.

17 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p. 94-95. « sint et ira leves et pene inplacabiles, inmites, crudeles, increduli et indociles et omnis propemodum humanitatis expertes ».

18 L'édifice de culte est quant à lui appelé soit « Hylarii basilica », soit « ecclesiam Beati Hylarii ».

19 Renoux (A.), « Espaces et lieux de pouvoirs royaux et princiers en France (fin ixe-début xiie siècle) : changement et continuité », in Palais royaux et princiers au Moyen Age, Actes du colloque tenu au Mans les 6-7 et 8 octobre 1994, dir. A. Renoux, Le Mans, 1996, p. 22.

20 Ce que pourrait suggérer la phrase « [...] Hylariii basilica, quam precedenti libellulo edificatam signi- ficavimus coramprincipis aula ». Cf. Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p. 162-163.

21 Ibid., p. 96-97. La description de la fortification ducale s'apparente, selon Georges Pon, davantage à un « camp romain de César » qu'à une motte ou une enceinte. Ibid., p. 26.

22 Barbier (E.), op. cit. n. 1, p. 54-55. L'attitude assez hostile du rédacteur face à l'abbé Goderan, abbé clunisien, semble indiquer une certaine réserve vis-à-vis de l'abbaye bourguignonne, la communauté religieuse de Maillezais souhaitant conserver son indépendance.

23 Cependant, l'intérieur de la tour est totalement comblé de gravats depuis le xv siècle. Cf. Cornec (Th.), collab. Sanz-Pascual (F.), Chantreuil (L.), Abbaye de Maillezais, évaluation archéologique. Rapport dactyl., Nantes, SRA, 1998, p. 13- La présence d'une céramique scellée par le remplissage de la tour permet de proposer une chronologie relative assez floue, mais postérieure à la fin du xiv siècle.

24 Martineau (J.), collab. Barbier (E.), Tourneur (J.), Sanz-Pascual (F.) collab., Abbaye Saint- Pierre, Maillezais, fouilles programmées, rapport dactyl., Nantes, SRA, 2001, p. 19-21.

25 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p. 138-139 : « Qualiter Guillemus dux, acquiescens ad reques- tam Theodelini abbatis, dedit castrum cum tota insula dicti loci Malliacensis [...] erat apud Sanctum Petrum ».

26 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p. 201-202.

27 Lemarignier (J.-Fr.), « De l'immunité à la seigneurie ecclésiastique, les territoires coutumiers d'églises en Ile-de-France et dans les régions voisines d'après les diplômes des Capétiens (987- 1 108) », dans Etudes d'histoire du droit canonique dédiées à G. Le Bras, Paris, Sirey, 1965, p. 620- 621. L'auteur montre les caractéristiques quasi immuables de l'immunité carolingienne accordée aux abbayes sur un territoire aux frontières bien définies et généralement centré autour de l'abbaye. Ainsi, une telle clause - celle de Maillezais - se rencontre dans de nombreux diplômes royaux carolingiens.

28 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p. 201 : « Ille autem res, quas huic contuli in pago Pictaviensi vel Alniensi site sunt, quarum vocabula hec sint, insulam Malleacensis ex integro ».

29 C. La Châtaigneraie, arr. Fontenay Le Comte, Vendée. Le château de Vouvant est mentionné dans les chartes pour la première fois en 1016 [Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p. 215-220]. Attribuée à Guillaume Le Grand, cette fondation fait suite à la destruction du castrum de Maillezais. Il appartenait à la famille des Chabot. Cf. Jeanneau (C.), La construction des châteaux et la « mutation féodale » : les transformations de la société en Bas Poitou (1000-1150), DEA, univ. Poitiers, p. 105- 106. Geoffroy II de Lusignan était devenu seigneur de Vouvant par son mariage avec Eustachie Chabot.

30 Copie xviiie siècle. Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand, coll. Dom Fonteneau, vol. XXV, fol. 165 : « Clamavit Sebrannus jure hereditario et ab antecessoribus suis se habere custodiam in eccle- sia Malleacensi, tam in capite quam in membris, et quod abbas ea consuetudine homines suos ante eum habeam ad justitiam... ».

31 Delhommeau (L.), Notes et documents pour servir à l'histoire de l'abbaye Saint-Pierre de Maillezais depuis sa fondation (vers 996) jusqu'à son érection en évêché par le pape Jean XXII (13 août 1317), Paris, 1961, n° 101, p. 33.

32 Dubar (L.), Recherches sur les offices du monastère de Corbie jusqu'à la fin du xiiie siècle, Paris, Picard, 1951 (Bibliothèque de la Société d'histoire du droit des pays flamand, picard et wallon, XXII), p. 49.

33 Johnson (P. D.), Prière patronage et pouvoir : l'abbaye de la Trinité de Vendôme (1032-1187), Vendôme, Le Cherche Lune, 1997 (1re éd., New York, 1981), p. 140-144. L'auteur montre que certains laïcs profitaient de leur patronage avec l'abbaye pour revendiquer certaines « juridictions suspectes »

34 Pon (G.), « La dévastation de l'abbaye de Maillezais (v. 1225-1232) par Geoffroy II de Lusignan, dit Geoffroy à la Grand'Dent », Bulletin de la Société des antiquaires de l'Ouest, Poitiers, juillet 2001 [édition critique du récit de l'attaque, la Devastatio, BNF, ms. lat. 4892, fol. 207r° à 210r°], p. 23- 311.

35 L'abbaye de Saint-Maixent connut aussi les attaques des sires de Lusignan qui, bien que vassaux de l'abbé, n'hésitèrent pas à usurper les biens de l'abbaye afin d'asseoir leur position dans cette région face au comte de Poitou et au châtelain de Melle. Voir Garaud (M.), Les châtelains de Poitou et l'avènement du régime féodal aux xi-xiie siècle, Poitiers, Société des Antiquaires de l'Ouest, 1964 (Mémoires de la SAO, 4e sér., t. VII), p. 47).

36 Pon (G.), Chauvin (Y.), op. cit. n. 2, p. 303 : « Il fit saisir de nombreux prieurés relevant dudit monastère, à savoir ceux de Saint-Pierre-le-Vieux, L'Aiguerie, Xanton, l'HermenauIt, Petosse, Saint- Maurice-des-Noues et Mouzeuil ».

37 Ibid., p. 274-275 : « multaque pro libertate ecclesie confovenda pericula sustinens et adversa, murum se defensionis contra inimicos opponens... ».

38 Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. lat. 4892, fol. br°. Édité par P. Marchegay, « Fragments inédits d'une chronique de Maillezais », Bibliothèque de l'École des chartes, Ire série, n° 2, 1840, p. 158-160. Sur cet épisode, voir surtout, dans le présent volume, la contribution de Georges Pon.

39 Le récit nous apprend que ce groupe de croisés avait entrepris de s'attaquer au quartier de la juive- rie à Niort, mais la population se réfugia dans le château. Dès lors, ils se dirigèrent vers l'abbaye. Paul Marchegay soumet l'hypothèse d'une intervention de Geoffroy II de Lusignan dans cette surprenante décision.

40 Poitiers, Médiathèque, coll. Dom Fonteneau, vol. XXV, fol. 183 : « Audiens autem domnus venera- bilis antedictus ita praefatos fatuos instigari ad malum, assumens, cum Dei consilio, spem consilii forti- tudinis sicut bene erat solitus in adversis, nuntiavit tam militibus quam servientibus et amicis et aliis de sua et de fratrum aliquorum suorum parentela et universis hominibus de Hermeauldo et de Petuciis ut cum armis ad Malleacense monasterium venirent ad defendum ecclesiam Dei apersecutoribus supra- dictus ».

41 Becquet (J.), « Le Coutumier clunisien de Maillezais », Revue Mabillon, tome LV, 1965, p. 69- 147 (d'après copie xviie siècle, AD Charente Maritime, G 88, n° 3). Ce coutumier, rédigé vers 1080 à partir du coutumier clunisien d'Ulric, présente une importante population de familiers (famuli) et de serviteurs (servientes).

42 Johnson (P. D.), op. cit. n. 33, p. 85-86.

43 Ibid.

44 Situé sur la Sèvre Niortaise, en aval de Maillezais, Marans correspondant au principal point de rupture de charge pour la région. L'abbaye de Maillezais s'est très tôt implantée dans cette région. Dès la deuxième moitié du xie siècle, elle y fonde un prieuré dédié à saint Étienne.

45 Poitiers, Médiathèque, coll. Dom Fonteneau, vol. XXV, fol. 183 : « Concessit etiam ipse Otto omnes elemosinas, et terras, et prata, et vineas, et aquas, et molendinos, et salinas, et omnes consuetudines, quos domini de Mareant et homines illius dederunt ecclesiae Malleacensi ».

46 Ibid. : « Dicebat enim Otho quod abbas Malleacensis centum solidos dare debebat domino Mreandi quado erat homo [...] Post mortem T. abbatis, venit otto supradictus in capitulum Malleacense et dimi- sit quinquagenta solidos quos querabat, et commisit custodire et defendere ababtiam Malleacense secun- dum suum posse, et quicquid ei pertineret ».

47 L'entrée de l'île bénéficiait dès le xiiie siècle (1236) d'une garnison suffisante pour décourager l'intrusion de trois « equites » (Devastatio, BNF, ms. lat. 4892, fol. br°).

48 L'enceinte nord qui longe actuellement la route de Doix fut aménagée à la période moderne. En revanche, la ruine extrême et l'isolement de ces vestiges ne permettent pas de dater avec précision les expériences précédentes évoquées notamment pour le nord ouest (découverte d'une poterne).

49 Il fut nommé le 8 mai 1345 capitaine et lieutenant de Guyenne par Edouard III. Cf. Denifle (H.), La guerre de Cent Ans et la désolation des églises, monastères, hôpitaux en France jusqu'à la mort de Charles V(1380), Paris, 1889, p. 24.

50 Ibid., p. 29.

51 Marchegay (P.), op. cit. n. 38, p. 166-167 : « [...] fuit capta civitas Pictavensis, et castrum de Lezi- gniaco die praecendenti, per Henricum comitem Liscantriae locum tenentem regis Angliae [...] et velut in regressu suo apud Monsteriolum Bonin [venit] et castrum dicti logi igne cremavit [... ] quia propter eos fuerunt destructae quinquaginta duo parrochiae et decem monasteria, quia in dictis locis nullus permanere audebat propter metum ipsorum. Postea transivit dominus cornes per villam Sancti Maxen- tii [...] Item venit coram villam Niorti et non intravit quia tantum erat una comitat ».

52 Une bulle du pape le 13 août 1317 sépara l'évêché de Maillezais en trois diocèses : Poitiers, Maillezais et Luçon. Ainsi, les abbatiales de Maillezais furent érigées en églises cathédrales (Poitiers, Médiathèque, coll. Dom Fonteneau, vol. XXVII bis, fol. 57, d'après un original conservé aux Archives vaticanes, Reg. 66, ep. 4111). Voir sur la création du diocèse de Maillezais l'article de J.-N. Rondeau dans le présent volume.

53 Paris, Archives nationales, Registres du Parlement de Paris, Xla 12, fol. 478v°-480v°. Document édité et partiellement traduit par Sarrazin (J.-L-), « Le Moyen Âge », in La Vendée des origines à nos jours, Saint-Jean-d'Angély, Bordessoules, 1982, p. 141-142. Nous utiliserons la traduction qui concentre les faits relatifs à notre sujet.

54 Ibid., fol. 479 r° : « plures religiosi et ali habitatores de insuie considerantes eorum fidelitatem qua nob tenebant, de armis et municioni de sibi [provisionem ?] fecant »

55 Paris, Archives nationales, Registres du Parlement de Paris, Xla 12, fol. 479r 

56 Jarousseau (G.), « Le guet, l'arrière-guet et la garde en Poitou pendant la guerre de Cent Ans », Bulletin de la Société des antiquaires de l'Ouest, tome VIII, 1965, p. 160.

57 Paris, Archives nationales, Registres du Parlement de Paris, Xla 12, fol. 478v°.

58 Ibid., fol. 479r°.

59 Ibid., fol. 479v° : « reprehendit [...] aliquas excubias [...] ecclesis et fortalicys ».

60 Ibid., fol. 480 r°.

61 Contrairement à ce qu'on peut voir pour d'autres sites. Cf. Barbier (E.), op. cit. n. 1, p. 98. L'évêque de Maillezais assurait la défense de deux autres sites durant la Guerre de Cent Ans : Mervent où Jean Le Masle (1382-1421) possède, en 1403, un droit de guet au château (Poitiers, Médiathèque, coll. Dom Fonteneau, vol. 25, fol. 253) et l'Hermenault où l'évêque demande l'autorisation de faire fortifier son château en 1448 (Ibid., vol. XXXIX, fol. 269).

62 Lettre de don à Jean, second fils du roi Charles VI, du duché de Berry et du comté de Poitou, pour en jouir après la mort de Jean, duc de Berry, si ce prince ne laisse pas d'enfant mâle légitime, éd. par P. Guérin dans Recueil de documents pour servir à l'histoire du Poitou, Poitiers, tome vi ( 1390- 1403), p. 393-394.

63 Poitiers, Médiathèque, coll. Dom Fonteneau, vol. XXVII ter, fol. 219.

64 Denifle (H.), op. cit. n. 49, p. 283-286. L'auteur donne l'exemple de deux moines de Saint-Michel- en-L'Herm qui, aidés d'une bande, attaquèrent le monastère en assaillant les moines qui s'étaient enfermés à l'intérieur d'une tour dont ils embrasèrent la base afin d'étouffer les malheureux (d'après Reg. Aven. Innocent VI, n° 20, fol. 702b. Édition partielle de l'acte).

65 Sarrazin (J.-L.), op. cit. n. 53, p. 136-137. L'administration anglaise avec la nomination en 1362 du prince de Galles Edouard, dit le Prince Noir, suscitait de nombreuses contestations de la part de la population face aux pleins pouvoirs de ces lieutenants qui ne se privaient pas d'établir de lourdes ponctions fiscales.

66 Ibid., p. 139-141. La Trémoille tenait des garnisons à Mareuil et à Sainte-Hermine et il s'opposait très violemment aux Bretons du connétable Arthur de Richemont qui occupaient Mervent, Fontenay et Vouvant.

67 Timbal (P.-Cl.), La Guerre de Cent Ans vue à travers les actes du Parlement (1337-1369), Paris, CNRS, 1962, p. 107.

68 Guérin (P), op. cit. n. 52, VII (1403-1430), p. 361-362.

69 C., a. Loudun, Vienne.

70 Crozet (R.), Textes et documents relatifs à l'histoire des arts en Poitou (Moyen Âge, début Renaissance), Poitiers, Société des Archives historiques du Poitou, 1942, n° 345, p. 82.

71 C., a. Châtellerault, Vienne. Ibid., n° 602, p. 156 : « remémorés de ce que icelle abbaye est fort désolée en édifices et que iceulx religieux abbé et convent font icelle réédifier... ».

72 C„ arr. Poitiers, Vienne.

73 D'après une vue extraite de la collection Gaignières, 1699 reproduite par Soulard-Berger (I.), L'abbaye Saint-Julien de Nouaillé et son temps (732-1356), la formation du temporel de l'abbaye de Nouaillé grâce aux donations, DEA, univ. Poitiers, 1992, doc. 3, p. 99.

74 Martineau (J.), op. cit n. 24, p. 34-38. La quasi-absence de mobilier lié à l'utilisation des bâtiments, récemment mis à jour sur le coteau sud-ouest, ne permet pas, pour le moment, une identification précise des différentes structures.

75 Ibid., p. 29-30

76 Cf. figure 2.

77 Suggéré par la conservation de deux trous d'empochement à la base des piédroits. Cf. Cornec (Th.), collab. Martineau (J.), Abbaye Saint-Pierre, Maillezais, Fouilles archéologiques programmées, rapport intermédiaire, SRA Nantes, 1999, p. 14. Le franchissement devait s'effectuer par le biais d'une passerelle en bois.

78 Cornec (Th.), op. cit. ». 77, p. 14.

79 Du Cerceau (A.), « État des chemins et châteaux du Poitou, 1611 ». Original conservé à Poitiers, Archives départementales de la Vienne, E2, 242. Texte édité par Labbé (A.), dans Archives historiques du Poitou, tome 31, Poitiers, 1901, p. 379-388.

80 La fonction de stockage de ce bâtiment est très reconnaissable par la présence de nombreux silos et d'une probable glaciaire. D'ailleurs, un tel emplacement apparaît conforme au plan traditionnellement admis au sein des abbayes bénédictines.

81 Cf. figure 1.

82 Martineau (J.), op. cit n. 24, p. 30.

83 Ibid. L'escarpe comble, par ailleurs, la fosse située devant la porte.

84 Cornec (Th.), op. cit. n. 23, 1998, p. 17.

85 Langlois (J.-Y.), Rapport d'intervention archéologique, Maillezais (Vendée) « abbaye Saint-Pierre », Nantes, SRA, 2001, p. 4.

86 Ce creusement n'a été aperçu qu'en surface. Le comblement de cet ensemble était constitué de blocs de démolition mêlés à de l'argile. Aucun élément lapidaire notable n'a été repéré.

87 De récentes rénovations ont fait apparaître, au nord ouest, une ouverture orientée est-ouest et des éléments de fondation (voûte ?) partiellement enfouis. Cette découverte est à mettre en relation avec le plan de Claude Masse du début du xviiie siècle (Ministère de la Défense, Service Historique de l'armée de terre, ms. 131 h-fol. 46 [52]) représentant à ce niveau un vestige de mur de clôture doté de contreforts quadrangulaires. À l'instar des bâtiments découverts au sud-ouest et symbolisés à l'identique par Claude Masse, ces vestiges suggèrent la présence d'une structure équivalente en bordure nord-ouest du plateau.

88 Cf. supra.

89 Esquieu (Y.), Autour de nos cathédrales, quartiers canoniaux du sillon rhodanien et du littoral méditerranéen, Paris, CNRS, 1992 (Monographie du Centre régional archéologique, 8), p. 139.

90 Barbier (P.), La France féodale, tome 1, Châteaux forts et églises fortifiées, Saint-Brieuc, Presses Bretonnes, 1968, p. 55- La cathédrale d'Agde adopta très tôt ce système, dès le milieu du xiie siècle. On retrouve aussi ce principe défensif à 35 km de Maillezais, au château de Niort, construit par le roi d'Angleterre Henri II Plantagenêt (1154-1189). C'était le système le plus fréquemment adopté sur les édifices religieux dont la monumentalité permettait d'établir assez rapidement une défense aérienne par l'aménagement de créneaux dans les combles, de mâchicoulis sur les façades et d'échauguettes aux angles (église d'Esnandes en Charente Maritime par exemple)

91 Camus (M.-Th.), L'abbatiale Saint-Pierre de Maillezais : l'œuvre romane », dans Congrès archéologique de France. Vendée, Paris, 1996, p. 161-174. Il s'agit d'un « ensemble profondément remanié à l'époque gothique ». Ceci est « flagrant pour les trois travées orientales, à grandes baies proches des années 1300 ».

92 Cf. figure 2.

93 Martineau (J.), op. cit n. 24, p. 3-4.

94 Cf. figure 2.

95 On aperçoit aujourd'hui sept fentes d'éclairage longues en moyenne de 0,80 m et large de 0,20 m.

96 L'utilisation de telles ouvertures de tir pour la période est un choix assez rudimentaire. Leur ébrasetnent interne, notamment, n'est pas très important ; cf. Mesqui (J.), Provins. La fortification d'une ville au Moyen Age, Paris, Société Française d'Archéologie, 1979, p. 113-115.

97 Martineau (J.), op. cit n. 24, p. 31. Deux petites embrasures de tir en sifflet de 1,30 m de long flanquent les côtés nord et sud.

98 Qui consiste en un couloir coudé à 51°. Cf. figure 2.

99 Martineau (J.), op. cit n. 24, p. 31. La grande destruction de la tour a fait disparaître les fenêtres de tir empêchant toute restitution et datation de celle-ci.

100 Cornec (Th.), op. cit. n. 23, p. 17. La tour-porte, sur le front sud, est totalement comblée à partir du xve siècle.

101 Quatre trous d'ancrage pour la réception du plancher sont encore visibles sur le mur roman.

102 Martineau (J.), op. cit n. 24, p. 31.

103 Ibid., p. 33. Les mâchicoulis découpés en quart de rond, tores et scoties sont des moulures relativement fréquentes à partir du début du xve siècle. Cette chronologie est confirmée par les moulures de la baie, condamnant le chemin de ronde, présentant des baguettes fasciculées et bases prismatiques datables de la seconde moitié du xve siècle.

104 C. d'Angles, arr. Luçon, Vendée.

105 Corvisier (Chr.), « Angles, la tour de Moricq », dans Congrès Archéologique de France, op. cit. n. 91, p. 201-209, p. 201-202. Regnaud Girard racheta le manoir au prince de Talmont en 1430. son fils, Joachim Girard, fit fortifier le manoir après avoir reçu l'autorisation émanant du lieutenant-général du roi en Poitou, Jean de Brosse, en 1472.

106 Cf. infra. Ces travaux défensifs pourraient donc être attribués à l'évêque Jean la Masle (1382- 1421) ou bien à Guillaume de Luce (1420-1433).

107 Cf. figure 2.

108 Cf. figure 3.

109 La situation de ces tours par rapport à l'ensemble des bâtiments est inexact sur le plan de Masse (doc. cité n. 87). Ainsi, aucune ne se trouve dans l'axe des bâtiments du cloître.

110 Dimier (A.), Les moines bâtisseurs, Paris, Fayard, 1964, p. 176. L'auteur montre la valeur de l'eau pour une abbaye qui permet notamment l'évacuation des immondices (se réfère à un texte du xiiie siècle d'un moine de l'abbaye de Clairvaux).

111 La tour la plus à l'est bénéficiait de deux accès, l'un au niveau du dortoir de l'hôtellerie, l'autre, au niveau de la cuisine. La deuxième tour était dotée d'un accès depuis le réfectoire des convers.

112 Cf. figure 3.

113 La Rochelle, Archives départementales de Charente Maritime, G 264, Procès verbal de visite du château de Maillezais, 9 février 1660, 5 folios. Cette visite mentionne la présence d'un étage pour tous les bâtiments.

114 .Masse (Cl), Mémoire sur la carte du 46e Quarré de la généralle des costes du Bas-Poitou, Pays d'Au- nix, Saintonge et partie de la Basse Guyenne, 1720, copie xviiie siècle par le père Jaillot, Médiathèque La Rochelle, (in folios), p. 15. 1 toise = 1,949 mètre.

115 Ibid., fol. 4v° : » sommes entrés dans le pavillon dudi yasteau ».

116 Esquieu (Y.), Pradalier (H.), « Les palais épiscopaux dans la France méridionale », dans Palais royaux et princiers, op. cit. n. 19, p. 78.

117 Esquieu (Y.), op. cit. n. 89, p. 145. La raison principale d'une telle position se fonde, selon l'auteur, sur un problème de juridiction entre le chapitre et l'évêque. De même, cette situation périphérique pouvait contribuer à la défense du site de par sa position fréquente sur l'enceinte.

118 Cette tour était dotée au milieu du siècle de créneaux « fantaisistes ». Aujourd'hui, la présence d'un enduit en ciment empêche toute étude du bâti.

119 Procès verbal..., doc. cité n. 113, fol. 3r°.

120 La largeur de ce corps de logis peut être estimé avec une grande certitude à 8,20 m.

121 Ce bâtiment bénéficiait, en outre, d'une cheminée située sur le côté sud de la salle.

122 Cf. figure 1.

123 La ville de Fontenay-Le-Comte, où le commerce du drap de luxe était très développé, fut très sensible à ce mouvement de réforme.

124 Bossis (Ph.), « Les Temps modernes », in La Vendée des origines, op. cit. n. 53, p. 161-238.

125 Procès verbal..., doc. cité n. 113, fol. 4. Lucas Roulleau « laboureur à bras [...] âgé de quatre vingt ans » se souvient de l'état des lieux en « l'an soixante-deux », période durant laquelle « l'église cathédrale de ce lieu fut ruiné par ung capitaine nommé Chevalier, depuis lequel temps ladicte église n'a esté redifié mais seulement réparé en partie ». Ce témoignage est confirmé par un procès-verbal de visite de l'année 1617 (La Roche-sur-Yon, Archives départementales de la Vendée, 4 G 2, visite de Jean Collart vicaire général de l'évêque de Maillezais, 8 mars 1617, fol. 2-4) durant lequel est mentionné « la grande église » qui « est du tout ruynée depuis plus de quarante-cinq ans, excepté les deux clochers d'icelle ».

126 Brochet (L.), Histoire de Maillezais, Paris, Res universis, 1989 (1re édition, 1900), p. 42-46. En 1585, la garde de l'abbaye fut confiée à Châtillon d'Availles, après la prise de Maillezais par Henri de Navarre. Par la suite, le duc de Joyeuse s'empara de la place en profitant de la sécheresse des marais. Saint-Pompoint fut nommé gouverneur.

127 Arnauld (Ch.), Histoire de Maillezais, Niort, 1840, p. 248-250. L'auteur mentionne le texte des Mémoires de Sully : « Le roy de Navarre [...] s'en alla à l'abbaye de Maillezais, de laquelle recognoissant la situation avantageuse, il se résolut d'en faire une forte place et dès l'heure commença d'en faire lui-même les dessins ».

128 Garnison qu'il a du mal parfois à entretenir. Cf. D'Aubigné (A.), Sa vie à ses enfants, éd. Schrenck (G.), Paris, STFM/Nizet, 1986, p. 184-185 : « Aubigné, de qui la garnison non plus que celle de st Jean n'estoyent plus payées, sept mille francs de pension otez, pour avoir refusé augmentation de cinq mille, fut contraint d'aller querre son payement sur la riviere de Sevre ».

129 Lazard (M.), Agrippa d'Aubigné, Paris, Fayard, 1998, p. 275. La description de cette garnison est apparue au sein de nombreux articles, mais la source de cette information n'apparaît jamais.

130 Ibid., p. 151.

131 Il possédait aussi une demeure au château de Mursay, sur le bord de la Sèvre, (c. d'Echiré, arr. Niort, Deux-Sèvres), qu'il avait hérité de son mariage avec Suzanne de Lezay.

132 Barbier (E.), op. cit. n. 1, p. 168. Après l'assassinat d'Henri IV, le Parti protestant, devant les exigences de Catherine de Médicis, se scinda en deux camps, les « Fermes », minoritaires, et les « Prudents ». Agrippa d'Aubigné, en tant que fervent huguenot, s'isola en se plaçant du côté des « Fermes ».

133 Cf. figure 3.

134 Martineau (J.), op. cit n. 24, p. 33. Présence de céramiques (pâte dite « rose-bleu ») produites dans la région à partir de l'extrême fin du xv siècle dans les remblais de comblement du fossé.

135 Cf. figure 3.

136 Du Cerceau (A.), op. cit. n. 79 ; l'auteur mentionne le mauvais état de la muraille ouest qu'il est nécessaire de refaire de part et d'autre de la tour sur plus de 38 m de long : « Plus à une tour nommée la tour de la Carriere, fault refaire ung tallis de la haulteur de deux toizes et d'epesseur de deux piedz et demy, et se trouve tout autour de ladicte tour le nombre de vingtz toises qu 'il faut faire de pierre de taille à chaux et sable. ».

137 Cette ouverture située au centre du massif est large de 0,43 m, longue de 0,60 m et doté d'un ébrasement interne de 41°. En outre, la présence de trous d'empochement de part et d'autre de cette ouverture suppose la présence d'un échafaudage ancré dans le mur. Celui-ci pouvait accueillir une pièce d'artillerie.

138 Du Cerceau (A.), op. cit. n. 79, p. 384. La fouille actuelle a permis de restituer partiellement cet accès pavé qui contournait le plateau et les bâtiments abandonnés avant de se diriger vers l'entrée du cloître. La découverte d'une monnaie permet de situer l'abandon de la voie au début xviie siècle. Ceci montre le désintérêt des Huguenots pour ce front ouest.

139 Sur le front sud, seuls les soupiraux des deux salles souterraines pouvaient participer à la défense de ce front.

140 Masse (Cl.), op. cit. n. 114, p. 15 : « ceux du costé nord ne sont point flanqués et bastis peu solidement ».

141 Son orientation n'est pas solidaire du reste de l'enceinte, s'orientant davantage vers le sud.

142 Le premier traité de fortification écrit en France (1600) par Errard (1554-1610), ingénieur des fortifications de Picardie et d'Ile-de-France, proposait notamment la mise en place de chemins couverts pour défendre le glacis et de demi-lunes entre les bastions pour défendre les portes et courtines. Cf. Faucherre (N.), Places fortes, Bastion du pouvoir, Paris, Rempart, 5e éd., 1996, p. 34.

143 cf figure 3.

144 Cornec (Th.), collab. Pfost (D.), Abbaye de Maillezais, opération de sondages, 1997, Nantes, SRA. Des sondages réalisés en 1996 à l'emplacement du parking actuel n'ont révélé aucun habitat. Toutefois, ceux-ci n'intégraient qu'une portion de cette vaste zone relativement proche de l'abbaye. Par conséquent, les fortifications modernes, puis le labour de ces terres, ont pu effacer toute trace d'un parcellaire plus ancien

145 Les récents travaux d'aménagement touristique du site ont entraîné une considérable surélévation de l'escarpe.

146 La roche calcaire très marneuse constituait l'escarpe sur certaines parties de l'enceinte. Elle apparaît encore aujourd'hui sur une portion méridionale du front est.

147 Le parcellaire actuel (rue du Grand Port, rue du château) reprend la morphologie du fossé.

148 Cf. infra.

149 Du Cerceau (A.), op. cit. n. 79, p. 382.

150 D'environ 5,30 m - alors que, selon l'auteur de la visite, l'éperon qui lui faisait face du côté de la place était haut de 7 m.

151 Faucherre (N.), Bastion... op. cit. n. 142, p. 77. Les premières tenailles, connues dans la fortification classique, sont proposées dans le traité de Jean Errard.

152 Cf. figure 3. Claude Masse le qualifie « d'encien port dont le canal remonte jusques auprès du bourg ».

153 L'épaisseur de l'escarpe passe d' 1,50 m à 3,40 m.

154 L'appareillage irrégulier de cette fondation en pierres sèches indique une campagne différente. Cette rénovation fait suite probablement à la condamnation du fossé qui lui était primitivement adossé et pour lequel aucun dispositif de drainage n'apparaît.

155 Cf. figure 3.

156 Cornec (Th.), op. cit. n. 77, 1999, p. 9. Un sondage réalisé au niveau de l'éperon a révélé deux campagnes de construction chronologiquement proches, que la découverte - dans la fondation la plus ancienne - d'un bloc cannelé, propre à l'architecture Renaissance, permet d'attribuer à la fortification protestante.

157 Du Cerceau (A.), op. cit. n. 79, p. 382 : « Les terres ont crevé la muraille de la place devers le marais et y ont faict une brèche de la longueur de quatorze toizes et de haulteur cinq toizes, et est besoing pour obvier à plus grande ruine réparer ladite brèche ».

158 Ces consoles permettent le passage du plan triangulaire de l'éperon au plan rond de la guérite.

159 Il s'agit d'une embrasure à trémie sous linteau droit, dotée de cinq paliers et conçue pour une arme d'épaule de petit calibre.

160 Langlois (J.-Y.), op. cit. n. 85, p. 3. Seule la partie méridionale de l'accès a pu être dégagée à 2 m de part et d'autre du seuil.

161 Ibid., p. 4. De même, le plan de Claude Masse suppose la présence d'une porte charretière et
piétonnière. Or, cette hypothèse ne peut être validée par les derniers sondages. Le pilier actuel
séparant les deux entrées apparaît postérieur à l'arrachage du cordon d'escarpe.

162 Masse (Cl.), op. cit. n. 114, p. 15.

163 La longueur des bastions (env. 22 m) et le raccord à angle droit entre la face et le flanc permettaient un flanquement oblique par rapport à la ligne de défense, garantissant un flanquement total des faces depuis les flancs.

164 Du Cerceau (A.), op. cit. n. 79, p. 384.

165 Procès verbal..., doc. cité n. 113, fol. 4v°.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Essai de représentation des différents aménagements défensifi aux xive et xve siècles Dessin E. Barbier
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18529/img-1.png
Fichier image/png, 476k
Légende Fig. 2 : Phasage des fortifications des xive-xve siècles sur le front Ouest. Dessin E. Barbier d'après fonds de plan J. Martineau et F. Sanz-Pascual.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18529/img-2.png
Fichier image/png, 911k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540