Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'abbaye de Maillezais

 | 
Mathias Tranchant
, 
Cécile Treffort

2e partie. Maillezais, site d'exception

Topographie médiévale de l'île de Maillezais. La capture de l'Autize

Nicolas Faucherre

Texte intégral

1Les conditions du développement de l'abbaye de Maillezais au Moyen Âge sont étroitement liées à trois paramètres essentiels, deux économiques et un défensif :

  • d'une part, intercepter l'axe fluvial proche duquel elle est placée, ouvrir l'abbaye au commerce de la Sèvre et l'utiliser pour le transport d'un fret pondéreux, comme la pierre ;
  • d'autre part, drainer le marais, créer des pêcheries, transformer les productions agricoles issues de son domaine et les exporter par bateau ;
  • enfin, se défendre d'un ennemi venu par la terre.
  • 1 Cette étude est le fruit d'échanges fructueux depuis un an avec E. Barbier et J. Martineau, que je (...)

2Une réponse unique à ces trois facteurs concomitants est trouvée, probablement dans le cours du xiiie siècle, dans la capture et le détournement de l'Autise (fig. 1). Cette prise va offrir à l'abbaye un canal pour la mettre en liaison avec la Sèvre, une chute d'eau pour sa meunerie et un fossé pour se retrancher du continent. Les conditions, la période de réalisation et la contextualisation de cet aménagement hydraulique essentiel sont l'objet de cette communication1.

Fig. 1 : Maillezais avant 1600. Réseau hydraulique et franchissements (conception N. Faucherre ; réalisation R Brunello CTIG-Flash)

Fig. 1 : Maillezais avant 1600. Réseau hydraulique et franchissements (conception N. Faucherre ; réalisation R Brunello CTIG-Flash)

Site et substrat

3L'île de Maillezais, presqu'île de 8 km de long sur 6 de large occupant le fond de l'ancien golfe du Poitou, est formée de quatre communes : Saint-Pierre-le-Vieux, Maillezais, Maillé et Liez. Prolongement des plaines jurassiques de Fontenay, les terres hautes de l'île forment un plateau dont le substrat est constitué de calcaire feuilleté du Callovien supérieur, fossilifère et éolisé.

  • 2 Pierre De Maillezais, La fondation de l'abbaye de Maillezais, récit du moine Pierre, éd. et trad. (...)
  • 3 Visset (L.), Gruet (Y.), Étude paléoenvironnementale réalisée sur une tranchée perpendiculaire à l (...)

4Selon le moine Pierre2, le paysage de l'an mil était constitué d'une épaisse forêt de chênes et de hêtres, avec quelques prairies. Il souligne le grand nombre de bêtes sauvages et la foule d'oiseaux dont les gazouillis troublent le silence des offices. Selon lui, seul le sud de l'île est occupé par des colliberts qui vivent de la pêche sur la Sèvre. L'étude paléo-environnementale de L. Visset a confirmé cette végétation primitive3.

  • 4 Faucherre (N.), « Datation et intérêt monumental des fortifications de l'ancienne abbaye Saint- Pi (...)

5Inscrite dans le milieu de la concavité du croissant de lune que forme l'île, l'abbaye Saint-Pierre occupe une presqu'île face à l'Ouest. La tradition voudrait que le premier emplacement de l'abbaye, abandonné en 1005 par Théodelin au profit d'une résidence comtale, cadeau d'Emma et de Guillaume, comtes de Poitou, soit à Saint-Pierre-le-Vieux (fig. 2). L'abbaye actuelle occuperait l'assiette du château comtal (fig. 3), selon une hypothèse que j'avais suggérée d'après les sources et la topographie en 1995 et qui vient d'être confirmée archéologiquement par Jocelyn Martineau4.

6Le plateau domine sur une hauteur moyenne de 13 m NGF le marais environnant, qui forme une vaste dépression fouillée par l'érosion marine à l'ère tertiaire, puis colmatée au quaternaire par accumulation progressive de vases argileuse : la terre de bris. Le niveau de la mer antique était identique ; ainsi, le marais n'était protégé ni des incursions marines à travers les brèches des cordons littoraux, ni des crues des rivières. L'étude palynologique dans le marais de Visset et Gruet montre que les eaux y étaient douces au Moyen Âge.

7L'île est bordée, au Sud par la Sèvre, à l'Est par le lit naturel de la Vieille Autise, alimentée par de nombreux « creux qui bouillent » qui sourdent dans le marais (fontaine Saint-Martial à Bouillé), à l'ouest par le canal de la Jeune Autise. La Vieille comme la Jeune Autise rejoignent la Sèvre Niortaise à hauteur du bourg de Maillé situé à l'extrémité Sud-Ouest du plateau rocheux.

fig. 2 : Cadastre napoléonien : Saint-Pierre-le-Vieux. La limite de l'enclos oval interrompt le parcellaire orthogonal

fig. 2 : Cadastre napoléonien : Saint-Pierre-le-Vieux. La limite de l'enclos oval interrompt le parcellaire orthogonal

8La Jeune Autise coupe le seul accès terrestre de la presqu'île au niveau du bourg de la Porte de l'île, au Nord-Est. Emplacement de l'abbaye antérieure à l'an mil, la paroisse de Saint-Pierre-le-Vieux, comme la commune du même nom, s'étend aussi en rive droite de la jeune Autise, intégrant le village de Souil ; la fixation des limites paroissiales y est donc antérieure au percement de la Jeune Autise, dont le lit coupe la paroisse en deux.

  • 5 Masse (Cl.), Mémoire sur la carte du 46' carré de la généralité des côtes du Bas-Poitou, 1720, dép (...)

9Au début du xviiie siècle, Claude Masse 5 signale que l'île est « séparée au nord de la terre ferme de Poitou par le lit ou canal de la Rivière de l'Autise qui paroit avoir été creusé artificiellement sur près de mille toises de long... ».

Fig. 3 : Plan du bourg de Maillezais par Claude Masse Vincennes, Bibliothèque du Génie.

Fig. 3 : Plan du bourg de Maillezais par Claude Masse Vincennes, Bibliothèque du Génie.

10L'observation actuelle confirme, à une moindre échelle, ce terrassement anthropique : une tranchée de 200 m de long, 20 m de large, et 4 m de profondeur recoupe le plateau pour permettre l'écoulement de la rivière canalisée.

11Les sources historiques attestent que la capture est antérieure à 1619 et postérieure à l'an Mil :

  • Dans les années 1660, quand les sociétés de marais creusent le canal de Vix -qui passe en siphon sous la vieille Autise (aqueduc de la Berne-goue) et sous la Jeune Autise (aqueduc de Maillé) pour éviter que les eaux du canal et celles de l'Autise ne se mêlent, sous peine de voir les eaux refluer vers le marais en période de crue et ne compromettent le dessèchement -, le canal de la Jeune Autise existe depuis longtemps6.
  • À cet égard, 40 ans plus tôt, dans la nuit du 6 février 1619, Agrippa d'Aubigné emprunte la Jeune Autise afin de chasser son fils Constant de Maillezais, ce qui atteste sans équivoque qu'avant le creusement du canal de Vix en 1640-1664, la batellerie était déjà possible de Maillé à Maillezais : « Adverti de toutes ces choses par les Eglises du païs, et plus particulièrement par une dame de la Cour, met les petars et quelques eschelles dans un bateau, et arrivé dans les derrières de Maillezais, s'avance seul, travesti, pour gagner la porte de la citadelle7 ».
  • Le moine Pierre précise bien qu'à son époque, vers 1060-1070, l'île était entourée de deux fleuves « à savoir l'Autize à l'Est et la Sèvre au Sud8 », ce qui laisse entendre que la capture lui serait postérieure.
  • Nonobstant, dès l'an Mil, l'île est réunie au continent par une chaussée si étroite que Theodelin, alors prieur, doit se jeter à plat ventre dans le marais pour laisser passer son abbé Gauzbert9. La Jeune Autise pourrait-elle être un simple exutoire de la Vieille, que les moines auraient simplement recreusé ?

12En somme, le détournement de l'Autise est antérieur au xviie siècle et pourrait remonter au xiiie siècle, moment des grands travaux de drainage du marais poitevin. Mais il convient, avant d'envisager cette capture, d'examiner les aménagements monastiques antérieurs de la Sèvre.

L'aménagement de la Sèvre

  • 10 Renseignements procurés par (17/05/2002) J. Guilloux, président de l'union des Marais mouillés à L (...)

13La Sèvre Niortaise avait plusieurs lits entre Maillé et La Ronde, dont subsistent certains méandres fossiles visibles sur la carte IGN. Le bras actuel a remplacé un lit plus ancien, dit la Sèvre de Pierre, rebaptisé au xviie siècle le Longé, parce que son cours était parallèle à la digue des canaux de ceinture des marais desséchés10.

La navigation

  • 11 Pierre de Maillezais, op. cit. n. 2, p. 201
  • 12 Idem, op. cit. n. 2, p. 166-167

14Dès le début du xie siècle, diverses donations offrent à l'abbaye un droit de regard important sur la navigation de la Sèvre. Le don fait par le duc d'Aquitaine à l'abbaye de la moitié du péage de Maillé en 1003 11 marque d'emblée l'importance de la Sèvre, justifiant la première mention d'un port à quelques kilomètres de l'abbaye. Aussitôt, selon le moine Pierre, Théodelin accorde à un certain Aimeri l'autorisation de « construire une église au port de Maillé12 », Saint-Nicolas de Myre.

  • 13 Id, op. cit. n. 2, p. 207-210

15Dès la re-fondation de l'abbaye en 1003, le duc d'Aquitaine Guillaume V le Grand lui accorde une partie considérable de la Sèvre tant en amont qu'en aval, de la presqu'île, sur une longueur déterminée par deux écluses13. Georges Pon a pu situer l'écluse d'Aqua Quieta, Ève Clée, sur la commune d'Arçais. Par contre, l'emplacement de l'écluse d'Aureus Beccus reste indéterminé (cf. fig. 1).

  • 14 Id., op. cit. n. 2, p. 199-206
  • 15 Id, op. cit. n. 2, p. 208-209
  • 16 Rodon (C.), Le temporel de l'abbaye de Maillezais des origines à 1317, Mém. Maîtr., univ. Poitiers (...)

16L'autre concession sur ce fleuve allait du confluent avec l'Autise jusqu'à celui de la Vendée14. Par ailleurs, la communauté possédait dès le xie siècle de nombreux biens échelonnés le long des principaux affluents du Golfe. Les villae de l'Hermenault, Chavagné et Badorit sont données « avec tous les biens qui sont censés en dépendre » dont « les rivières avec les moulins qui s'y trouvent15 ». De même, l'île de la Taillée, les villae de Boisse, Auzay, Fontenay, Mervent sur la Vendée ainsi que Xanton et Puy Letard sur l'Autise sont concédés à l'abbé Théodelin16. Ces acquisitions suggèrent l'importance de la navigation dans l'expansion économique de l'abbaye.

  • 17 Tinthoin (R), « La navigation sur la Sèvre niortaise et le port de Niort du xiie au xxe siècle », (...)

17La très faible pente de la Sèvre, liée à son rétrécissement en amont de Maillé, qui contraint ses eaux à se frayer un lit méandreux à travers les bris, n'offre pas des conditions favorables à la navigation. Jusqu'au xiie siècle, la Sèvre n'était navigable que de Marans, grand port de rupture de charge, jusqu'au port de Maillé17. Grâce aux travaux d'assèchement qui en bonifient les berges, Niort reçoit des gabares en 1262. Mais il faudra attendre 1419 pour qu'un port franc soit aménagé à Niort, grâce à 7 écluses d'aval. La fin du xive siècle est marquée par une extension de la navigabilité sur la vieille Autise jusqu'à Bouillé.

18Les embarcations, effilées, non pontées et peu profondes, avec une proue plate pour faciliter les atterrissages, ne dépassaient pas 10 tonneaux pour les plus grosses gabares, mais le gros du trafic se fait sur de minuscules « nioles ». À la remonte, l'emploi de la perche était en général préféré au halage.

Le franchissement

19L'île de Maillezais n'est en aucun cas un axe important des communications nord-sud à travers le marais Poitevin, loin s'en faut. Les deux principaux passages, beaucoup plus à l'ouest, sont le passage du Brault par Charron et le passage de Marans par le gué de Velluire, dûment mentionnés au Moyen Âge.

  • 18 Rodon (C.), op. cit. n. 16, p. 94

20Pour rejoindre ses possessions méridionales qui lui fournissent le sel de l'Aunis, l'abbaye a besoin d'un franchissement par bac sur la Sèvre, qui lui permette également de taxer le fret de batellerie. Le port de la Pichonnière, en vis-à-vis du « Passage de La Ronde », est mentionné pour la première fois en 1232 lors de l'accord intervenu entre l'abbé de Maillezais et le seigneur de Vouvant, Geoffroi de Lusignan, qui s'était emparé des biens de l'abbaye. Cet accord mettait fin aux revendications des Lusignan à propos du passage entre La Ronde et le port de La Pichonnière : « passagium [...] in Rotundae et Pichovenae portubus18 ».

21La carte de Pierre du Val en 1689 (fig. 4) mentionne distinctement ce passage, qui se fait apparemment à pied ou en bateau selon les saisons. Claude Masse précise qu'en 1720,

« les voyageurs s'embarquent les trois quart de l'année pour traverser la Sèvre et ces marais jusqu'aux digues ou levées qui enserrent les marais desséchés des îles deTaugon et de la Ronde. Ce trajet est de 1800 toises en suivant le canal, et quand les eaux sont trop basses pour ne pas pouvoir porter les bateaux, les voyageurs suivent à pied ou a cheval une chaussée détestable à travers des marais tremblants et pour peu que l'on s'écarte, les chevaux sont en danger de périr [...] c'est le seul abord de Maillezais du côté du sud, il n'y en a point à l'est ni a l'ouest que par eau à Maillé ».

  • 19 La Ronde, marais Gautier, site 17.303.001 ; rapport d'Anne-Martie Fourteau du 23/04/1990 déposé au (...)

22La découverte, en 1990, dans un champ proche du passage de la Ronde, d'une pirogue monoxyle du ixe siècle19 témoigne vraisemblablement de l'ancienneté du franchissement amphibie de la Sèvre dans ce secteur.

Fig. 4 : Carte de Pierre du Val, 1689 Publiée par Clouzat (E.), Les Marais de la Sèvre niortaise et du Lay du xe au xvie siècle, Paris-Niort, 1904, p. 177. La chaussée franchissant la Sèvre se distingue à droite.

Fig. 4 : Carte de Pierre du Val, 1689 Publiée par Clouzat (E.), Les Marais de la Sèvre niortaise et du Lay du xe au xvie siècle, Paris-Niort, 1904, p. 177. La chaussée franchissant la Sèvre se distingue à droite.

Le détournement de l'Autise

La capture

23À 1 km en avant de la Porte de l'île, le lit de l'Autise vient butter en rive droite contre le coteau, au lieu-dit le Gué de Mauvais. Immédiatement en aval, à la cote 6 m, on note dans le talus un ancien méandre abandonné. En vis-à-vis, le lit naturel est barré par une vanne, dite « le déversoir », tandis qu'un lit artificiel a été forcé à couler le long du thalweg, épaulé vers la vallée par une forte digue de terre de 20 m de large et 2 de haut, afin de conserver l'eau courante à la cote 5, 50 m, tandis que l'ancien lit asséché s'écoule en contrebas à la cote 4 m. La rivière est ainsi canalisée le long de la courbe de niveau des 5 m jusqu'à l'entrée de l'isthme de l'île, qu'elle franchit en tranchée à la porte de l'île.

Le franchissement du seuil

24Au début des années 1960, la rivière a été curée jusqu'au rocher, qui apparaît dans la berge lors de l'étiage estival. Le lit a été entaillé dans la tuffe, mauvaise marne brun claire, sur une profondeur d'environ 4 m, et sans cesse curé depuis lors, le profil actuel correspondant au dernier curage. On peut considérer que l'isthme à franchir n'a pas représenté plus de 200 de longueur sur une hauteur maximale de 4 m à excaver.

La canalisation

  • 20 Par exemple dans les notes de Dom Fonteneau (signalées par Vincent Gil) : « Dessèchement des marai (...)

25La Jeune Autise adopte aujourd'hui un tracé rectiligne qui correspond à un calibrage contemporain. Les cartes de syndicats de marais du milieu du xviie siècle, comme celle de Claude Masse (fig. 5), montrent un cours plus sinueux et moins rectiligne tandis que les sources écrites20 attestent du constant curage de ce fossé.

26En aval de l'isthme, la Jeune Autise arrose trois marais : le marais mouillé des Prises, bordé par la ceinture des digues de Maillezais et de Souil, le marais desséché du Bois-Dieu, recoupé par les canaux du pont Tors, de l'Étié, de la digue de Souil et de la Grande Digue, et le marais desséché de la Bourse de Chaix, drainé par la digue de Maillezais, du pont des Douves et de la Grande digue. La mise en place des digues est vitale pour éviter, lors des crues, le reflux des eaux de la Sèvre dans le lit d'amont de la Jeune Autise et l'inondation des marais desséchés. Le lit majeur de la rivière, large de 300 m, est donc nécessaire comme exutoire à la montée des eaux.

Fig. 5 : Carte de l'île de Maillezais par Claude Masse Vincennes, Bibliothèque du Génie, Atlas de Claude Masse, 131 H, Plan des vestiges de l'abbaye de Maillezais. xviiie siècle (cl. Giraudon)

Fig. 5 : Carte de l'île de Maillezais par Claude Masse Vincennes, Bibliothèque du Génie, Atlas de Claude Masse, 131 H, Plan des vestiges de l'abbaye de Maillezais. xviiie siècle (cl. Giraudon)

Les levées

  • 21 Renseignement oral procuré par M. Chartron, habitant du Port-Réteau, le 4 juillet 2003.

27Depuis les travaux du xviie siècle, les digues appartiennent aux sociétés de marais responsables des travaux de drainage liés à la mise en place du canal de Vix. Les sociétés interdisent la circulation en charrette sur les levées ; seule la brouette y est autorisée21. La levée du Bois Dieu permet encore de rejoindre le village de Souil.

  • 22 Laboratoire de géo-physique, professeur Jean-Claude Mercier ; pénétrométrie réalisée en mai 2003 p (...)

28À l'initiative de géologues de la Faculté des sciences de l'université de La Rochelle22, la structure de la levée du Bois-Dieu a pu être caractérisée au printemps 2003 (fig. 6). Cette digue a été élevée en une fois par chargement homogène de bri sur un schorre déjà pourvu d'un important couvert végétal. Un paléosol organique de 7 cm d'épaisseur est présent à 1,75 m de profondeur sous la levée. Il s'est enfoncé de 47 cm sous la charge de celle-ci par rapport au niveau moyen du marais desséché. Le substrat calcaromarneux de celui-ci est rencontré aux environs de 7,50 m. Le niveau phréatique du bri (> 50 % d'eau) est moyennement perturbé, avec un profil identique, mais décalé de 20 cm, ce qui indique que la levée ne perturbe pas significativement l'écoulement des eaux souterraines, mais prévient des phénomènes de courte période (crues ou malines). Aucune évidence de bois ou de pierre n'a été observée dans le remblai de la levée. Son homogénéité est au contraire remarquable (pas de rechargements par curage des fossés, contrairement aux affirmations des habitants). Le bri est dépourvu de débris de coquillages et ne peut donc être confondu avec un remaniement de dépôts marins de haute terrasse. La seule différence macroscopique consiste en la présence de micro-géodes (1 mm) de calcite dans la levée, sans doute une précipitation chimique due à la lente désydratation du bri.

Coupe Ouest-Est sur la levé du Bois-Dieu

Coupe Ouest-Est sur la levé du Bois-Dieu

Fig6 : Coupe transversale de la levée du Bois-Dieu

Les huttes

29La levée du Bois-Dieu, de tracé irrégulier et d'épaisseur variable, aux pentes retenues par des têtards, est ponctué de plusieurs maisons en ruine ancrées sur son versant occidental, à l'opposé de la Jeune Autise. De certaines ne subsiste que la plate-forme, ce qui laisse supposer qu'il ne s'agissait que de huttes de rouche, cette forme de papyrus à feuilles coupantes. Les autres présentent en général trois pièces alignées le long de la levée, de taille inégale. D'une maison à l'autre, la très grande variété de mise en œuvre (des mœllons rectangulaires à assises alternées aux remplois de blocs d'appareil) montre une mise en place de ces maisons sur un long laps de temps.

  • 23 Cité par Morisset (J.), « Description et fonctionnement du marais poitevin », in Éthique et territ (...)

30Qui vivait sur ces levées ? Les gens des terres fermes désignaient ces colliberts sous le nom de huttiers et veillaient, jusqu'à une période récente, à ce que ceux qui y vivent n'aient pas de casier judiciaire. Un droit coutumier donnait à ces huttiers la propriété du sol s'ils réussissaient à bâtir leur maison entre le lever et le coucher du soleil et à y faire du feu23.

La défense

  • 24 Pon (G.), « La dévastation de l'abbaye de Maillezais (v. 1225-1232) par Geoffroy II de Lusignan, d (...)

31Le développement du temporel de l'abbaye se fait, dès l'abbé Theodelin, au nord de l'île, ce qui ne manque pas d'aiguiser les appétits des laïcs. Dans le troisième quart du xiie, l'abbé Gaudin a maille à partir avec les puissants seigneurs de Vouvant, Sebrand Ier Chabot et son fils Thibaud III. Dans la période d'anarchie féodale consécutive aux rivalités franco-anglaises, Geoffroy I (Deus non est) et Geoffroy II de Lusignan, alliés aux Rançon, aux Parthenay, aux Rochefort et aux Maingot de Surgères, attaquent sans cesse l'abbaye à partir de 1225 jusqu'à l'accord intervenu en juillet 1232. La Devastatio témoigne qu'il n'y a pas alors d'obstacle aux troupes venant de Vouvant avant l'abbaye proprement dite24.

  • 25 Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. Lat. 4892, fol. b r°.
  • 26 Éd. Labbé, II, p. 247, trad. Marchegay (P.), « Maillezais ajournai de la Vendée, 29 janvier 1842, (...)

32En juin 1236, lors de la tentative de pogrom orchestrée par des croisés poitevins contre les juifs de Niort, les agresseurs, après s'en être pris à la maison du Pontreau, veulent attaquer l'abbaye, mais sont arrêtés à la Porte-de-l'île25 : « les croisés s'avançaient armés de toutes pièces, et traînaient avec eux d'énormes balistes pour battre en brèche les murailles du monastère [...] Trois des cavaliers qui figuraient au nombre de ces brigands vinrent même jusqu'à la porte de l'île de Maillezais, afin de voir s'ils pourraient triompher de ceux qui la défendaient. Ils se retirèrent après s'être convaincus que l'avantage ne serait pas de leur côté26 ».

  • 27 Masse (Cl.), op. cit. n. 5, p. 13-14.

33Claude Masse mentionne en ce lieu un pont-levis passant par-dessus l'Autise : « Il y avoit autre fois un Pont Dormant que l'on appelle le Pont de l'Isle qui est le seul endroit ou l'y entre par Charois27 ». Aujourd'hui, on note les vestiges de deux tours accolées de diamètre différent situées tout contre le pont actuel, qui pourraient avoir défendu le franchissement. Le parement de moyen appareil alterné n'est pas antérieur au milieu du xiiie siècle.

Les moulins

34L'île de Maillezais, riche en blé, a besoin de moulins ; à cet égard, cinq moulins à vent existaient sur le cadastre du xixe siècle, dont trois subsistent. Le seul lieu pour produire de l'énergie hydraulique est offert par la Jeune Autise à la Porte-de-l'île, où la dénivellation atteint 5 m sur une distance d'environ 500 m. Claude Masse mentionne ici la présence d'un moulin :

  • 28 Masse (Cl.), op. cit. n. 5, p. 14.

« au nord ouest de ce village est le moulin a eau des Portes de l'Isle a Monsieur l'Eveque de La Rochelle ou il y a quatre roues qui tournent par le cours d'eau de la riviere l'Autifse, il ne tourne que cinq mois de l'année, ce sont les seuls de l'Isle de Maillezais qui soient là au tour quoy qu'il y ait beaucoup d'eau, mais n'a point de courant. Le bastiment a 22 toises de long. Les batteaux remontent jusques proches les moulins quand les eaux sont hautes28 ».

35Soixante-dix ans après transfert du siège du diocèse à La Rochelle, l'évêque conserve les bénéfices du moulin, signe manifeste de bonne rente.

36Le moulin médiéval subsiste sous la minoterie actuelle. La face d'aval, avec ses biefs, témoigne d'un programme de grande ampleur implanté en travers du lit de la rivière dont il barre toute la largeur. Le système de meunerie n'a pu être visité.

Les franchissements

37La Jeune Autise était franchie par bac vers Doix. Claude Masse signale ainsi la présence d'une « chaussée au lieu-dit Port Restaux [...] par ou l'on peut entrer et sortir de l'isle avec charrois jusque sur les levees qui sont à l'Ouest et l'on traverse la Rivière Atifse sur un pont levis ». La toponymie a conservé le témoignage de ce passage (Port Raiteau, commune de Saint-Pierre-le-Vieux).

LE BOURG DE MAILLEZAIS EN 1836

LE BOURG DE MAILLEZAIS EN 1836

Fig. 7 : Le bourg de Maillezais en 1836, d'après le cadastre napoléonien.

La navigation : mettre le port de Maillezais en liaison avec la Sèvre

38Le tracé de la Jeune Autise a été volontairement détourné au plus près du front occidental de l'abbaye fortifiée, où elle alimente deux bras enveloppant la presqu'île qui la porte, desservant respectivement les ports de l'abbaye et du bourg de Maillezais (fig. 7). L'embarcadère situé au sud-est de l'abbaye conserve la dénomination ancienne de « Grand Port du Château », retrouvée dans le cadastre de 1836. Claude Masse parle quant à lui de « l'encien port sous le canal qui remonte jusque aupres du bourg ». L'embarcadère est accessible depuis le bourg de Maillezais, par une chaussée dite « rue du grand port ». Elle est doublée à son extrémité sud-ouest par une venelle appelée « rue du château ». Une autre chaussée orientée Est-Ouest se situe en prairie sur l'ancienne digue sud de l'abbaye. Celle-ci longe tous les entrepôts appelés « cave à sel » ou « cellier » des bâtiments conventuels, depuis le Grand Port sud-est jusqu'au front ouest de l'abbatiale.

  • 29 Brousseau (L), Edition des actes de l'abbaye de Maillezais de ses origines à l'année 1082, Mém. Ma (...)
  • 30 Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. Latin 17049, fol. 695.

39En somme, quatre ports existaient à Maillezais : Le « Port des Halles », au nord du bourg ; les « Grand et Petit Ports du château » au sud-est de l'abbaye et le « Port du Motheron » au sud du bourg. De rares mentions nous aident à en cerner la datation. Un acte daté du 20 février 1064 concédant aux moines de la Trinité de Vendôme le droit d'avoir une maison dans le port de l'abbaye de Maillezais évoque bien la présence d'un « portum novhoum » appartenant à la communauté29, mais la situation géographique de ce « nouveau port » ne peut être localisé. La seule indication topographique dans la « portion de cimetière où les morts ne peuvent être ensevelis » ne permet pas de préciser s'il s'agit de celui de l'abbaye ou bien de celui de Maillé, connu au début du xie siècle30.

  • 31 Rodon (C.), op. cit. n. 16, p. 150
  • 32 Delhommeau (L.), Notes et documents pour servir à l'histoire de l'abbaye Saint-Pierre de Maillezai (...)
  • 33 Copie xviiie siècle conservée Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand, coll. Dom Fonteneau, vol. (...)

40Un bon marqueur du développement du port serait l'apparition des foires et marchés. Une foire de la Saint-Jean est instituée en 123331, localisée par la rue du « coin Foireu ». Mais l'abbé renonce en 1263 à la foire de Maillezais, probablement concurrencée par celle de Fontenay nouvellement établie32. Elle ne réapparaît qu'en 1596 à l'instigation d'Henri IV qui instaure quatre foires et un marché par an33.

  • 34 Delhommeau (L.), op. cit. n. 32, p. 2
  • 35 Favreau (R.), « Niort au Moyen Âge », in Histoire de Niort des origines à nos jours, Poitiers, 198 (...)

41En 1321, quatre ans après la création de l'évêché, il est concédé à l'évêque par Philippe V le droit d'établir un marché du Lundi dans sa ville épiscopale34. Non mentionné lors de la première imposition établie en 1377, contrairement à celui de Maillé35, le marché de Maillezais est déplacé en 1402 à Maillé appartenant à l'évêque de Maillezais et bénéficiant des faveurs du duc de Berry. Ce dernier octroya une exemption de péages pour « les hommes de Maillezais du dit Reverend et ceulx qui yront marchander à son marché de Maillé ». Une telle exemption rend compte de l'importance de ce lieu d'échange et de commerce situé sur la Sèvre (fig. 8) au détriment de celui de Maillezais placé sur la Jeune Autise, importance perçue par l'abbé Théodelin dès 1003 et qui perdure avec Agrippa d'Aubigné, qui s'installe au fort du Dognon, à proximité du port de Maillé, pour vivre des péages prélevés sur la Sèvre (fig. 1).

  • 36 Masse (Cl.), op. cit. n. 5, p. 20

42En 1720, Claude Masse indique que les bateaux « d'une moyenne grandeur » pouvaient encore remonter « le canal qui les conduit jusqu'à Maillezais, jusqu'au village de Soil [Souil] et jusquesproche les Portes de l'isle ou est le dernier port36 ».

Les pêcheries

  • 37 Becquet (J.), « Le coutumier clunisien de l'abbaye de Maillezais. Liber tertius », Revue Mabilbn, (...)

43Par ailleurs, la présence de cours d'eau favorise le développement de la pisciculture. La consommation du poisson était très prisée par la communauté si l'on se réfère au coutumier clunisien de Maillezais. Ce dernier, rédigé au début du xiie siècle, fait part de Yaquaticus chargé de veiller à l'approvisionnement de la communauté en poissons. Ainsi, il est mentionné la consommation de seiches comme une amélioration du quotidien (fèves) alors que l'anguille est consommée à certaines fêtes37.

  • 38 Delhommeau (L.), op. cit. n. 32, p. 70.

44L'octroi d'un tel office, particulier à l'abbaye de Maillezais, nécessitait la présence de réserves de poissons autour du monastère, dont il n'est pas fait mention dans les sources écrites connues (cf. fig. 7, pour la localisation probable des viviers de l'abbaye). Il est seulement signalé dans une enquête au xvie siècle que l'évêque de Maillezais était le seigneur de la rivière de l'Autise et que le droit de pêche lui appartenait en propre38. Pareillement le long de la Sèvre, comme en témoigne en 1419 le conflit entre l'évêque de Maillezais et l'abbesse de Saintes à propos du droit de pêche au filet.

Le transport de la pierre

45L'origine des carrières qui approvisionne le chantier de l'abbaye est un moyen sûr de comprendre l'ouverture de l'abbaye aux circuits commerciaux dans le cours du Moyen Âge. De tout temps, le moellon est tiré du front de taille devant l'abbaye et au lieu-dit La Pierrière, au sud d'Anchais. À trois km au nord de la Porte de l'île, la carrière de pierre de taille dite des Roches aux Moines était une grande carrière souterraine à piliers tournés, qui a été démolie en 1990 ; elle était propriété de l'abbaye de Nieul-sur-l'Autise.

LE BOURG DE MAILLÉ EN 1835

LE BOURG DE MAILLÉ EN 1835

Fig. 8 : Le bourg de Maillé en 1835 (cadastre napoléonien) Noter tous les bras d'eau desservant les maisons particulières.

  • 39 Niort, Archives départementales des Deux-Sèvres, notaire Brisset, 3E 17, fol. 89, cité par Levesqu (...)

46Mais surtout, en 1536, lors de la grande reconstruction du chœur renaissant, les « pierraieurs » extraient pour Geoffroy d'Estissac les matériaux « de la pierriere de Chezelle ville de Niort estant des apartenances de labbaye dudict Sainct Liguayre [...] ils seront tenus rendre sur le port de la riviere de Sayvre en dessousbz ladicte pierriere et ayder à charger es vaisseaux qui viendront par ladicte rivière convoier lesdicts quartiers » « grands pierres dappareil tirées par bestiaux audict Maillezais39». Cela signifie donc que la pierre de cette reconstruction vient de Niort par la Sèvre avant d'être tractée par charrois de Maillé jusqu'à Maillezais.

47Il semble que, dans l'abbatiale de Maillezais, les transformations gothiques des années 1300, qui voient la mise en place d'un nouveau transept aérien, aient employé la même pierre issue des carrières de Saint-Liguaire, marqueur probable d'une navigabilité de la Sèvre. L'abbaye de Saint-Liguaire, à qui appartient la carrière des Chezelles à Nauron, a de tout temps été liée à celle de Maillezais. Seules des lames minces des roches de la carrière comparées à celles du transept gothique de Maillezais permettraient de certifier l'origine de ces dernières.

La Jeune Autise : un poumon économique ?

  • 40 Favreau (R.), op. cit. n. 35, p. 102-104.
  • 41 Rodon (C), op. cit. n. 16, p. 144-145.

48La place de l'abbaye et du bourg de Maillezais dans le commerce du sel, du vin et des céréales dans la région du Marais Poitevin (et au-delà) n'est pas clairement établie40. Le transport des biens de consommation depuis les lieux de production, proches ou éloignés (baie de l'Aiguillon, Aunis, Brouage, Marennes), jusqu'aux magasins de la communauté monastique a pourtant dû imposer très tôt un désenclavement de l'abbaye par rapport aux voies de transports principales qui raccordaient le Bas-Poitou à l'Aunis, la Saintonge et le Haut-Poitou41. Le commerce des excédents de production, source de revenus notables pour les moines, a bien évidemment renforcé la nécessité d'ouvrir de nouvelles routes fluviales par rapport au réseau hydraulique naturel et anthropique, impliquant de fait le développement des infrastructures portuaires.

  • 42 Sarrazin (J.-L.), « Les Cisterciens et la genèse du marais Poitevin (vers 1180-vers 1250) », in Re (...)

49La contribution du canal de la Jeune Autise à l'assèchement des marais situés à l'est de l'île paraît évidente à la simple lecture de la carte IGN. En effet, le réseau hydraulique secondaire (fossés) est directement orienté vers l'achenal de la Jeune Autise, qui évacue le trop-plein de la Vieille-Autise vers la Sèvre (fig. 1). L'œuvre d'assèchement du bassin versant de la Sèvre, au sud-ouest du golfe des Pictons, est initiée par six abbayes cisterciennes (La Grâce-Dieu, Notre-Dame de Charron, Saint-Léonard-de-la-Chaume, Moreilles et Trizay) entre 1180-1190 et 128342. La technique principale employée par les moines, connue sous le nom de « abbotamentum », présente une levée de terre, le bot, longée côté extérieur par un canal principal, « l'achenal » et côté intérieur par un canal secondaire, le « contrebot », auxquels se raccordent de plus petits fossés. L'initiative cistercienne est amplifiée par l'action de cinq abbayes bénédictines, dont Maillezais (Saint-Michel-en-l'Herm, l'Absie, Saint-Maixent, Nieul-sur-l'Autise), qui entreprennent de creuser au centre du Marais Poitevin « l'Achenal des Cinq-Abbés » à partir de 1217. Il est donc possible que le creusement de la Jeune Autise soit intervenu dans ce contexte général de transformation du milieu humide en petit « clos » asséchés, exploités en pâturage ou mis en culture. Il n'en existe malheureusement aucune preuve documentaire. L'assèchement des marais situés à l'est du golfe n'est connu qu'au xviie siècle sous l'action de la société du Haut-Poitou (1663), qui entreprit de dessécher la région entre Vix et Maillezais.

50Au terme de cette étude, on comprend la nécessité de lier les résultats de la recherche archéologique en cours à l'analyse du milieu. L'activité économique de la seigneurie monastique a généré des besoins traduits par la construction d'infrastructures hydrauliques, domestiques, artisanales et défensives, dans un environnement fermé par les limites naturelle d'une presqu'île. Le creusement du canal de la Jeune Autise prend ici toute son importance, puisqu'il permet à une économie confinée de se développer vers les grands circuits commerciaux de la côte atlantique. La mise en défense du canal apparaît donc comme une nécessité parfaitement cohérente avec l'enrichissement d'une communauté religieuse confrontée à la concurrence du pouvoir laïc. Les attaques incessantes au cours du xiiie siècle de Geoffroy de Lusignan, seigneur de Mervent et de Vouvant, sont à ce sujet assez éloquentes. Comment comprendre autrement la capacité des différents abbés à entreprendre la rénovation complète des bâtiments conventuels, à partir de la deuxième moitié du siècle. Les dons publics, aussi importants soient-ils, n'auraient jamais permis seuls de développer des programmes architecturaux réellement ambitieux.

51Toutefois, à l'instar des arrêts de chantier observés tant sur la rénovation gothique de l'ensemble abbatial que sur le programme défensif, l'incapacité du pouvoir monastique à ancrer le développement de Maillezais dans la durée semble manifeste. À l'exception de Maillé, aucun port réellement conséquent ne peut-être identifié pour le moment sur l'île. L'implantation de la Jeune Autise, entre le cours de la Vieille Autise et la Sèvre, a sans nul doute permis à de petites embarcations de remonter jusqu'à l'abbaye. Mais le « Grand Port du château » mentionné dans le cadastre de 1836 ne semble pas avoir eu la capacité d'accueillir plus que des barques à fonds plat, limitant dès lors le développement du bourg monastique, incapable de concurrencer les foires de Fontenay-le-Comte ou de Niort.

Notes

1 Cette étude est le fruit d'échanges fructueux depuis un an avec E. Barbier et J. Martineau, que je remercie ; ils ont co-signé (avec J. Tourneur et F. Sanz-Pascual) un rapport archéologique en 2001, « Abbaye Saint-Pierre de Maillezais, DFS fouilles programmées », Service régional de l'archéologie Pays de Loire dans lequel j'ai largement puisé (notamment p. 40-69). Ce premier bilan est aussi la prolongation de deux mémoires de maîtrise soutenus sous ma direction à l'université de La Rochelle : Barbier (E.), Du palais ducal au réduit bastionné. Étude des fortifications de l'île de Maillezais du xe au xviie siècles, FLASH, 2000 et Thebaud (E), Topographie médiévale de l'île de Maillezais, FLASH, 2001 ; je suis également redevable aux travaux de Gaëlle Quillien et Vincent Boudey sur « le détournement de l'Autise », de Sandrine Mallorant et Céline Jolly sur « le franchissement de la Sèvre », de Fatima Abderrabi sur « la topographie du bourg de Maillé », dossiers de licence d'archéologie médiévale réalisés au printemps 2002. Je suis enfin redevable à Cécile Treffort pour sa patiente ténacité à m'obliger à finaliser cette recherche qu'il m'était apparu à terme déraisonnable de publier.

2 Pierre De Maillezais, La fondation de l'abbaye de Maillezais, récit du moine Pierre, éd. et trad. par Y. Chauvin, G. Pon, ss. la dir. E.-R. Labande (t), La Roche-sur-Yon, 2001, p. 93.

3 Visset (L.), Gruet (Y.), Étude paléoenvironnementale réalisée sur une tranchée perpendiculaire à l'hôtellerie coté marais, université de Nantes, 1997, p. 93.

4 Faucherre (N.), « Datation et intérêt monumental des fortifications de l'ancienne abbaye Saint- Pierre de Maillezais », note rédigée en 1995 pour l'Architecte en chef des Monuments historiques Pascal Prunet et publiée dans Recherches vendéennes, n° 8, 2001, p. 289-310 ; les découvertes de l'été 2002 sont intégrées dans l'article de j. Martineau, dans le présent recueil.

5 Masse (Cl.), Mémoire sur la carte du 46' carré de la généralité des côtes du Bas-Poitou, 1720, déposé à la bibliothèque du Génie, SHAT, Vincennes ; copie à la médiathèque de La Rochelle, coté 1184 193. Le Mémoire de Claude Masse a été publié dans le tome III de la Revue des provinces de l'Ouest.

6 Suire (Y.), L'homme et l'environnement dans le Marais Poitevin, 2 moitié xvie-début xxe s., thèse École des Chartes, 2002, t. IV, p. 459-461. L'annexe 19 comporte trois plans xviic siècle des marais de Maillezais montrant le lit de la jeune Autize.

7 Schrenck (G.), La vie d'Agrippa d'Aubigné à ses enfants, Paris, Nizet, 1986, p. 221.

8 Pierre De Maillezais, op. cit. n. 2, p. 93 : Quorum orientalis Altecia, australis quoque Separis.

9 Pierre De Maillezais, op. cit. n. 2, p. 127 : « Il se prosterna de tout son long dans le marais qui à cet endroit recouvrait tout ».

10 Renseignements procurés par (17/05/2002) J. Guilloux, président de l'union des Marais mouillés à La Ronde.

11 Pierre de Maillezais, op. cit. n. 2, p. 201

12 Idem, op. cit. n. 2, p. 166-167

13 Id, op. cit. n. 2, p. 207-210

14 Id., op. cit. n. 2, p. 199-206

15 Id, op. cit. n. 2, p. 208-209

16 Rodon (C.), Le temporel de l'abbaye de Maillezais des origines à 1317, Mém. Maîtr., univ. Poitiers, 1998, p. 142.

17 Tinthoin (R), « La navigation sur la Sèvre niortaise et le port de Niort du xiie au xxe siècle », Bulletin philologique et historique, 1963, p. 486.

18 Rodon (C.), op. cit. n. 16, p. 94

19 La Ronde, marais Gautier, site 17.303.001 ; rapport d'Anne-Martie Fourteau du 23/04/1990 déposé au Service régional de l'archéologie à Poitiers.

20 Par exemple dans les notes de Dom Fonteneau (signalées par Vincent Gil) : « Dessèchement des marais, cause des inondations fréquentes dans plusieurs paroisses » et nombreuses mentions de travaux sur les canaux entre 1598 et 1642 (Poitiers, Médiathèque François-Mitterand), ms 545.

21 Renseignement oral procuré par M. Chartron, habitant du Port-Réteau, le 4 juillet 2003.

22 Laboratoire de géo-physique, professeur Jean-Claude Mercier ; pénétrométrie réalisée en mai 2003 par Anne-Morwenn Pastier, Florence Colleoni et Florian Boixière, que je remercie.

23 Cité par Morisset (J.), « Description et fonctionnement du marais poitevin », in Éthique et territoire, colloque de la société d'émulation de la Vendée, 1997, p. 17.

24 Pon (G.), « La dévastation de l'abbaye de Maillezais (v. 1225-1232) par Geoffroy II de Lusignan, dit Geoffroy à la grand'dent », Mémoires de la Société des Antiquaires de l'Ouest, 1998, p. 287 et 301. Voir sur cet épisode l'article de G. Pon dans le présent volume. Le professeur Hans D. Meyer considère que le fait qu'aucun obstacle n'arrête l'assaillant n'est pas en soi une preuve que la Jeune Autise n'a pas encore été creusée.

25 Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. Lat. 4892, fol. b r°.

26 Éd. Labbé, II, p. 247, trad. Marchegay (P.), « Maillezais ajournai de la Vendée, 29 janvier 1842, p. 3-4, cité par Pon (G.), op. cit. n. 24, p. 230, note 44.

27 Masse (Cl.), op. cit. n. 5, p. 13-14.

28 Masse (Cl.), op. cit. n. 5, p. 14.

29 Brousseau (L), Edition des actes de l'abbaye de Maillezais de ses origines à l'année 1082, Mém. Maît., univ. Poitiers, 1995, p. 76.

30 Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. Latin 17049, fol. 695.

31 Rodon (C.), op. cit. n. 16, p. 150

32 Delhommeau (L.), Notes et documents pour servir à l'histoire de l'abbaye Saint-Pierre de Maillezais au diocèse de Luçon depuis sa fondation (976) jusqu'à son érection en évêché par le pape Jean XXII (13 août 1317), Paris, 1961, p. 43.

33 Copie xviiie siècle conservée Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand, coll. Dom Fonteneau, vol. XXV, fol. 263.

34 Delhommeau (L.), op. cit. n. 32, p. 2

35 Favreau (R.), « Niort au Moyen Âge », in Histoire de Niort des origines à nos jours, Poitiers, 1987, p. 80-83.

36 Masse (Cl.), op. cit. n. 5, p. 20

37 Becquet (J.), « Le coutumier clunisien de l'abbaye de Maillezais. Liber tertius », Revue Mabilbn, t. LV, Ligugé, 1965, p. 18.

38 Delhommeau (L.), op. cit. n. 32, p. 70.

39 Niort, Archives départementales des Deux-Sèvres, notaire Brisset, 3E 17, fol. 89, cité par Levesque (R.), « Abbaye Saint-Pierre de Maillezais : l'œuvre de la Renaissance », in Congrès archéologique de France. Vendée, SFA, 1996, p. 183.

40 Favreau (R.), op. cit. n. 35, p. 102-104.

41 Rodon (C), op. cit. n. 16, p. 144-145.

42 Sarrazin (J.-L.), « Les Cisterciens et la genèse du marais Poitevin (vers 1180-vers 1250) », in Rencontres à Royaumont, 1996, p. 112.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Maillezais avant 1600. Réseau hydraulique et franchissements (conception N. Faucherre ; réalisation R Brunello CTIG-Flash)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18527/img-1.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre fig. 2 : Cadastre napoléonien : Saint-Pierre-le-Vieux. La limite de l'enclos oval interrompt le parcellaire orthogonal
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18527/img-2.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Fig. 3 : Plan du bourg de Maillezais par Claude Masse Vincennes, Bibliothèque du Génie.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18527/img-3.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 4 : Carte de Pierre du Val, 1689 Publiée par Clouzat (E.), Les Marais de la Sèvre niortaise et du Lay du xe au xvie siècle, Paris-Niort, 1904, p. 177. La chaussée franchissant la Sèvre se distingue à droite.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18527/img-4.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Fig. 5 : Carte de l'île de Maillezais par Claude Masse Vincennes, Bibliothèque du Génie, Atlas de Claude Masse, 131 H, Plan des vestiges de l'abbaye de Maillezais. xviiie siècle (cl. Giraudon)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18527/img-5.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Coupe Ouest-Est sur la levé du Bois-Dieu
Légende Fig6 : Coupe transversale de la levée du Bois-Dieu
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18527/img-6.png
Fichier image/png, 260k
Titre LE BOURG DE MAILLEZAIS EN 1836
Légende Fig. 7 : Le bourg de Maillezais en 1836, d'après le cadastre napoléonien.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18527/img-7.png
Fichier image/png, 3,4M
Titre LE BOURG DE MAILLÉ EN 1835
Légende Fig. 8 : Le bourg de Maillé en 1835 (cadastre napoléonien) Noter tous les bras d'eau desservant les maisons particulières.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18527/img-8.png
Fichier image/png, 3,5M

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540