Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'abbaye de Maillezais

 | 
Mathias Tranchant
, 
Cécile Treffort

2e partie. Maillezais, site d'exception

Notules sur Maillezais aux xiiie et xive siècles : croisés, pastoureaux et juifs

Georges Pon

Texte intégral

  • 1 Pierre de Maillezais, La fondation de l'abbaye de Maillezais, éd. et trad. par Y. Chauvin, G. Pon, (...)
  • 2 Marchegay (P.), « Fragments inédits d'une chronique de Maillezais », Bibliothèque de l'École des c (...)

1Précieuse épave d'une riche bibliothèque, où j'ai déjà beaucoup fouillé1, le ms latin 4892 de la BNF n'a pas épuisé toutes ses richesses. Il reste à étudier les textes géographiques qu'il contient et surtout à analyser la chronique universelle qui sert d'introduction à la copie de la Chronique de Saint- Maixent. Madame Kumaoka s'y emploie avec une admirable ténacité et il est dommage qu'elle n'ait pas pu participer à ce volume pour présenter les résultats de sa recherche. Je me contenterai ici d'étudier quelques notules de caractère historique contenues dans ce manuscrit, publiées en 1840 par Paul Marchegay dans le deuxième tome de la Bibliothèque de l'École des chartes sous le titre de Fragments inédits d'une chronique de Maillezais2. En apparence ces notules, en prose, en vers latins et français, n'ont rien qui puisse retenir l'attention de l'historien mais je tenterai de montrer que l'histoire régionale - que dis-je, locale - conserve quelque intérêt, à condition, naturellement, d'être éclairée par l'histoire générale et interprétée à la lumière des travaux récents.

  • 3 La Chronique de Saint-Maixent a été éditée par P. Marchegay, E. Mabille dans Chroniques des église (...)
  • 4 Il les rattache tous au fol. br-v., op. cit, p. 153.

2Il ne s'agit pas d'un ensemble cohérent, mais plutôt de fragments épars dans le manuscrit. Rien de comparable à la Chronique de Saint-Maixent qui occupe les fol. 169-2073. De ce point de vue, comme il arrive souvent, l'édition de Marchegay est trompeuse puisqu'il publie les textes les uns à la suite des autres dans l'ordre chronologique comme s'il s'agissait d'une chronique continue. Dans l'introduction de l'édition, il ne mentionne même pas que ces fragments n'ont pas tous été copiés sur le fol. b, au début du manuscrit4.

3Les plus anciennes notations occupent le deuxième folio du manuscrit dans son état actuel (fol. b écrit à pleine page). C'est d'abord un récit, daté de 1236, d'une attaque de mystérieux croisés contre les juifs de Niort puis contre l'abbaye de Maillezais : je reviendrai beaucoup plus longuement sur ce texte qui est le plus digne de retenir l'attention de l'historien.

  • 5 Le récit continue au début du fol. bv.

4Il est suivi, du compte rendu de l'élection en 1239 d'un nouvel abbé à Saint-Etienne-de-Vaux5, en Saintonge, abbaye sujette de Maillezais depuis la fin du xie siècle. Ces deux textes sont écrits d'une main contemporaine des événements, la même main, semble-t-il, qui a composé le récit de la dévastation de Maillezais par Geoffroy de Lusignan entre 1225 et 1232 auquel j'ai consacré une récente étude dans le Bulletin de la Société des Antiquaires de l'Ouest. La même main et sans doute le même auteur, comme on le verra plus loin à travers une analyse du vocabulaire et du style.

5Sur le verso du fol. b, ces textes de la première moitié du xiiie sont suivis de notes écrites à pleine page, d'une main du xive siècle. Ils relatent divers phénomènes météorologiques : fortes gelées tout au long de l'année 1329, temps serein l'année suivante, 1330, inondations catastrophiques sur la Loire et sur le Clain en 1332, tremblement de terre enfin en 1335. La première colonne du fol. c rapporte la prise de Poitiers et de Lusignan par le comte de Lancastre en 1346. Le reste du folio n'a pas été utilisé.

  • 6 Chaque récit est introduit par un signe d'alinéa.

6Pour trouver la suite de la « chronique », il faut se porter au fol. 210 vb écrit sur deux colonnes et non plus à pleine page. Il contient, énumérés dans un certain désordre, des événements de la seconde moitié du xiiie siècle et du siècle suivant6 :

7— col. a) Le « chœur des pastoureaux » en 1251, la mort de saint Louis à Tunis en 1270, un grand incendie dans l'île de Ré en 1294 suivi d'une guerre qui dévaste le monde, la destruction du Temple sous le pape Clément V en 1307, l'érection des diocèses de Luçon et de Maillezais en 1317.

  • 7 Chauvin (Y.), Pon (G.), op. cit. n. 1, p. 51 n. 36 et 37.

8— col. b) De la même main que les premiers textes de la colonne précédente, la mention en vers latins de l'érection du diocèse de Maillezais et du massacre des juifs par des pastoureaux en 1320. Le reste de la colonne est rempli par la copie d'une bulle du pape Nicolas III [ou IV7] et d'un texte mystérieux, de caractère eschatologique, qui n'a pas été édité par Marchegay et qui mériterait une étude particulière que je réserve pour un prochain colloque sur Maillezais.

9L'édition de Marchegay se termine par un texte mentionnant les processions et solennités du 12 août 1450 ordonnées par le roi de France pour célébrer l'expulsion des Anglais de « tout le duché et province de Normandie ». Ce texte a été écrit d'une main du milieu du xve siècle, sur un blanc, au fol. 21 Ovb, à la suite de la Devastacio.

  • 8 Ibid., p. 9-12.
  • 9 Fol. 210 vb, éd. P. Marchegay, op. cit. n. 3, p. 163.

10Le manuscrit 4892 est un manuscrit composite qui a subi plusieurs remaniements8. Il semble que le fol. b suivait le texte de la Devastacio. Il est écrit de la même main et sans doute par le même auteur. Il pourrait s'agir de Raoul, bibliothécaire de Maillezais, qui a joué un rôle actif dans les deux événements de 1236 et 1239. Sur un autre fol. (aujourd'hui 210va), d'une main de la première moitié du xive siècle, ont été ajoutées les courtes mentions de 1251, 1270, 1294, 1307. Elles sont suivies de quatre années 1329, 1330, 1332 et 1317 qui sont de la même main, une main qui est sûrement, comme l'avait déjà suggéré Paul Marchegay, celle d'un religieux de Maillezais, frère Lucas de Marsais, qui écrit sous l'année 1317 : « frater Lucas de Marsayo, tune prior de Arduno, qui scripsit hec », « frère Lucas de Marsais, alors prieur d'Ardin qui a écrit ces choses9 ». Frère Lucas s'est sans doute rendu compte qu'il ne suffisait pas de noter les troubles météorologiques mais qu'il convenait aussi de rappeler un événement décisif dans l'histoire de Maillezais, l'érection de l'abbaye en siège d'un évêché.

11Par la suite d'autres scribes ont inscrit le grand raid victorieux du Prince Noir en 1356 et copié une bulle au v° de l'actuel fol. b qui était resté vierge. Le dernier texte de caractère eschatologique et non historique échappe à la chronique et c'est pour cela qu'il n'a pas été édité par Marchegay.

12Y échappe-t-il complètement ? C'est ce qu'il faut maintenant examiner en abordant le contenu et la forme de tous ces textes. Certains n'ont pas retenu l'attention du premier éditeur qui s'est contenté de commenter brièvement les événements qui lui paraissaient les plus importants tels que l'attaque des croisés contre Niort en 1236 ou la nomination du premier évêque de Maillezais, etc.

  • 10 Marchegay (P.), op. cit. n. 2, p. 153.

13N'ayant pas le temps ici de reprendre en détail tous les aspects de ce texte, je voudrais concentrer l'attention sur le contenu de ces notices qui pourra nous renseigner sur ce qui frappait l'imagination des moines de Maillezais au cours des xiie et xive siècles, et donc sur l'idée que l'on se faisait de l'histoire elle-même. Il conviendra aussi de tenir compte des rapports entre le fond et la forme. Certains événements sont tout bonnement en prose latine, d'autres en vers latins et français, et ces concomitances ou discordances requièrent plus d'attention que ne leur en accordait Paul Marchegay, dont le jugement sur la versification, « naïve et prétentieuse10 », est pour le moins sommaire. Je ne traiterai à fond que d'un épisode, celui de l'attaque des croisés.

  • 11 Jean XXII (1316-1334). Lettres communes analysées d'après les registres d'Avignon et du Vatican, é (...)
  • 12 Marchegay (P.), op. cit. n. 2, p. 163.
  • 13 M. Ibid, p. 162-163.
  • 14 Id. p. 165.
  • 15 Berlioz (J.), Catastrophes naturelles et calamité au Moyen Âge, Florence, 1998, p. 19.
  • 16 Chronique latine de l'abbaye de la Couronne, éd. E. Castaigne, Paris, 1864, p. 58-59.
  • 17 Rigord, Gesta Philippi Augusti, c. 105, éd. H.-F. Delaborde, Œuvres de Rigord et de Guillaume le B (...)

14Les événements retenus par les chroniqueurs de Maillezais concernent d'abord l'histoire locale, une histoire directement rattachée à Maillezais : c'est le cas de l'attaque de 1236, de l'élection de l'abbé de Saint-Etienne-de- Vaux en 1239, ainsi que de l'érection des évêchés de Luçon et de Maillezais en 131711, suivie de la désignation sur ce dernier siège de l'abbé de Maillezais Geoffroy Pouvreau12. Mais les historiens de Maillezais s'intéressent moins à l'histoire politique ou religieuse du Poitou (rien par exemple sur le gouvernement d'Alphonse de Poitiers, sur les évêques de la cité) qu'à des phénomènes météorologiques longuement décrits tels que le grand incendie de l'île de Ré, le vendredi avant la Saint-Luc (15 octobre), qui fit périr une « très grande multitude13 » ou encore les crues de 1332, qui inondèrent la vallée de la Loire, envahirent le manoir de l'évêque de Maillezais situé au Fossé. À Poitiers aussi, c'est le Clain qui déborde et l'eau s'élève jusqu'à l'autel majeur de Saint-Cyprien, tandis que le crucifix dit Vultus Karrofosensis est dans l'eau jusqu'au nombril. Le rédacteur, Lucas de Marsais, prieur d'Ardin, mentionne aussi sous la même date « une si grande obscurité à l'heure du repas qu'il fallut que Monseigneur Geoffroy Pouvreau, alors évêque de Maillezais, qui se trouvait dans la salle à manger avec de nombreux convives, parmi lesquels le prieur d'Ardin, fasse venir des torches et des chandelles14 ». L'intérêt pour ces faits divers météorologiques n'a rien de surprenant, comme l'a montré récemment Jacques Berlioz15. Relevons cependant qu'ils sont décrits de manière apparemment objective et ne s'accompagnent d'aucune allusion au péché des hommes, à la vengeance divine ou aux drames politiques et sociaux que ces catastrophes naturelles pourraient annoncer chez d'autres historiens du xiiie siècle comme l'auteur anonyme de la Chronique de la Couronne16 ou le moine de Saint-Denis Rigord dans ses Gesta Philippi Augusti17. Voici, par exemple, ce qu'on lit en 1329 :

  • 18 L'année suivante au contraire « le temps fut si serein et si doux qu'on trouvait en mars des roses (...)

« L'an de l'incarnation du Seigneur 1329, il y eut une telle intempérie (,œris distemperies) qu'il gela chaque mois de cette année et qu'on ne put moissonner avant la Nativité de la Vierge (8 septembre), ni vendanger avant la Toussaint. Quand on fit les vendanges, il gelait si fort qu'on ne pouvait cueillir les grappes qu'avec des gants ou des mitaines. À cause de la dureté du froid, on foulait les grappes avec des chaussures d'hiver (botis) et d'été (estivalibus) et en certains lieux, à cause de la dureté des grappes gelées, on utilisait des marteaux (malleis) pour les presser dans les pressoirs. Personne ne put boire les vins de cette année parce qu'il ne s'agissait pas de vin mais d'aigrevin ou de vinaigre (agrestum18) ».

  • 19 Rien de comparable aux premiers essais d'histoire sérielle du chroniqueur liégeois René de Saint- (...)

15Il ne mentionne même pas - comme le font d'autres chroniqueurs - l'augmentation des prix, les disettes et les famines qui ont frappé l'Europe dans les années 1315-131719. Son point de vue est plus étroit : c'est celui d'un moine qui trouve que le vin servi au réfectoire est vraiment imbuvable.

16Toutes ces notations météorologiques sont rédigées en latin et en prose. Elles sont toujours introduites par l'an de l'Incarnation et non pas dans les formules compliquées et parfois tarabiscotées qu'on va rencontrer dans les textes suivants, en vers latins ou français, qui se rapportent à l'histoire générale.

17La première, on l'a vu, est de 1251 :

  • 20 Fol. 210 va, éd. P. Marchegay, op. cit. n. 2, p. 162.

« M semel et bis C LI simul addere disce,
Duxit Pastorum seva megera chorum20. »
« Apprends à additionner Mille, deux fois cent, et 51,
La sauvage mégère a conduit le chœur des pastoureaux. »

18et, à nouveau, en 1320 :

  • 21 Deno, peut-être emprunté à Virgile, est employé pour decem. Il a l'avantage de rimer avec milleno  (...)

« Anno milleno ter centum bis quoque deno 21
Concio Pastorum perimit massam Judeorum. »
« L'an 1320 et deux fois dix
Un rassemblement de pastoureaux a anéanti (perimit) une masse de juifs. »

  • 22 Je remercie Robert Favreau d'avoir bien voulu m'aider à analyser ces vers. On retrouve la même str (...)
  • 23 Bourgain (P.), « Qu'est-ce qu'un vers au Moyen Âge ? », Bibliothèque de l'École des chartes, t. 14 (...)
  • 24 Favreau (R.), « Les datations dans les inscriptions médiévales françaises », Bibliothèque de l'Éco (...)
  • 25 Samaran (Ch.), « Chronogrammes du xve siècle » Bulletins de la Société nationale des antiquaires d (...)

19Il s'agit, dans le premier cas, d'un pentamètre et, pour le second, d'un bel exemple d'hexamètre léonin riche, avec au second vers une assonance interne : Pastorum, chorum, Judeorum, milleno, deno22 et même au premier vers de 1251 le jeu sur bis C et disce. La disposition sur la colonne, un vers par ligne, qui rompt avec l'horreur du vide des copistes, est conforme aux usages antiques et médiévaux23. Le genre lui-même du chronogramme n'est pas nouveau puisqu'il a été pratiqué dès le Ville siècle24, mais il est particulièrement en vogue à partir du xive siècle25. C'est dire que le chroniqueur de Maillezais n'échappe pas à la mode de la virtuosité.

  • 26 Le mot est peut-être emprunté à Énéide, v. 845 suiv.
  • 27 Dickson (G.), « La genèse de la croisade des enfants », Bibliothèque de l'École des chartes, 153 ( (...)

20Le jugement porté sur les pastoureaux est clairement négatif, comme le prouve pour 1251 la référence à une des furies, fille de Pluton et de la Nuit, la « sauvage mégère26 » qui conduit la troupe dansante (chorum) des pastoureaux ; pour 1320, l'usage de contio pour désigner les pastoureaux suggère la peur du moine devant les agitations populaires et l'emploi du verbe peremit traduit, semble-t-il, une forte condamnation des violences qui atteignent une « masse de juifs ». Dans les deux cas, l'auteur se réfère à des croisades de pastoureaux, de jeunes, de bergers, bien connus par des travaux anciens et récents, notamment ceux de Franco Cardini et de Gary Dickson27. Ces mouvements touchent surtout les Flandres et la France du nord.

  • 28 Delaruelle (É.). L'idée de croisade chez saint Louis, dans L'idée de croisade au Moyen Âge, Turin, (...)
  • 29 Jordan (W. C.), The French Monarchy and the Jews : from Philip Augustus to the Last Capetians, Phi (...)
  • 30 Ibid.
  • 31 Barber (M.), « The Pastoureaux of 1320 », Journal of ecclesiastical History, 1981, p. 143-166.

21En 1251 cependant, les troubles ont atteint Orléans, Bourges et Tours, ce qui pourrait expliquer que les moines de Maillezais en aient entendu parler. Ils ont eu pour origine la volonté d'aider le roi saint Louis qui se trouvait alors en Syrie après l'échec de Damiette28 : on veut revenir aux origines de la Croisade, celle des pauvres et de Pierre l'Ermite. Comme pour la croisade des enfants de 1212, le mouvement recrute chez les bergers mais aussi chez les laboureurs, les ouvriers urbains et des gens sans aveu. Il s'est vite transformé en un mouvement de contestation sociale et religieuse qui s'en prit aux prélats, entraînant sa condamnation par Blanche de Castille et le jugement généralement très défavorable que portent sur lui les sources ecclésiastiques29. On en trouve ici l'écho assourdi, même si le chroniqueur de Maillezais confond le chef des pastoureaux, le Maître de Hongrie, avec une sauvage mégère et n'évoque pas la dimension anti-juive30 qui s'est encore accentuée lors de la croisade des pastoureaux de 132031.

  • 32 Fol. 210vb ; éd. P. Marchegay, op. cit. n. 2, p. 163.
  • 33 Ailleurs, il suggère un rapport entre l'incendie de l'île de Ré et le début de la guerre anglo-fra (...)
  • 34 Delalande (J.), Les extraordinaires croisades d'enfants et de pastoureaux au Moyen Age, Paris, 196 (...)

22Cette croisade eut aussi pour origine la décision vite abandonnée du roi Philippe V de partir pour l'Orient32. Des bandes de bergers se formèrent autour de chefs auto-proclamés, souvent des prêtres défroqués : ils s'en prirent aux prélats, aux nobles, aux riches - à la France d'en haut, comme on dirait aujourd'hui. Les historiens mettent ces troubles en rapport avec les disettes et les famines des années 1315-1317 qu'on attribue aux péchés de la France, mais le chroniqueur de Maillezais, dont on a vu qu'il n'était guère familier de l'histoire économique et sociale, juxtapose les deux séries de phénomènes sans chercher ni même songer à les rapprocher33. Il désapprouve les massacres de juifs commis par les pastoureaux, qui sont confirmés par bien d'autres sources plus explicites, notamment au sud et au sud- ouest de Poitiers. À Villeneuve-sur-Garonne, les croisés auraient brûlé vifs 500 juifs réfugiés dans un donjon34.

  • 35 Mauvaise lecture 1330 de P. Marchegay, op. cit. n. 2, p. 164 qui a lu 1330 et pour cette raison a (...)
  • 36 On trouve une œuvre de même caractère dans un manuscrit de la fin xive siècle, Historiae Montis Sa (...)

23L'utilisation du vers métrique latin continue au xive siècle pour évoquer la ruine du Temple en 1307 et un tremblement de terre le 7 juillet 133535, jour de la Saint-Thomas de Canterbury, mais là le français vient au secours du latin puisqu'un autre tremblement de terre est évoqué dans ces vers en forme d'énigme ou de message chiffré36 :

« Prenez un mayl et III coignez
Et en un vergne [gouvernail] les coignez
Si Xrist volez III fez requerre
Aver tremblé saurez la terre
Le quart jor empres la nayssence [29 déc.]
Dou Rey qui sus toz a poyssence »

24Le rébus est ainsi résolu :

  • 37 Une autre pièce française de même facture (fol. 210va, P. Marchegay, op. cit. n. 2, p. 165-166) év (...)

« Ceu veust dire : prenez M du mail, CCC de troys coygnez, XXXde Xrist, Vde vergne, et ajostez MCCCXXXet un V, ensi sarez vostre comte37 ».

  • 38 Cartulaires inédits de la Saintonge, t. II : Cartulaire de l'abbaye de Saint-Étienne-de-Vaux, éd. (...)
  • 39 Prieuré dépendant de l'abbaye de Vaux, Saint-Sulpice-en-Royan, c. Royan, a. Saintes, Charente- Mar (...)

25J'ai volontairement laissé de côté jusqu'à présent les deux premiers textes de 1236 et 1239 qui sont inscrits au recto du folio b. Il s'agit de textes narratifs écrits de la même main que la Devastacio. Le second ne nous retiendra guère puisqu'il s'agit du compte rendu de l'élection d'un nouvel abbé dans le monastère saintongeais de Saint-Étienne-de-Vaux. Ce monastère, fondé vers 1075 par deux frères, avait été soumis à Maillezais en 109338. Le texte vient confirmer la soumission de Vaux à Maillezais, en rapportant qu'Étienne, abbé de Maillezais, a envoyé Guillaume, prieur de L'Hermenault et R [aoul] bibliothécaire (armarium) de l'abbaye, le représenter lors de l'élection comme abbé de Vaux, de frère Foucaud, prieur de Saint-Sulpice- en-Royan 39 et reçu en chapitre moine de Maillezais, comme abbé de Vaux. Les deux envoyés, à la demande de Pierre IV, évêque de Saintes, qui se trouvait alors à Vaux, ont accepté, pour éviter les frais d'un déplacement à l'abbaye mère, de le présenter directement à l'évêque ; celui-ci a confirmé son élection et l'a béni, à condition qu'il promette de se rendre à Maillezais pour y renouveler la soumission de son abbaye à celle de Maillezais.

  • 40 Pon (G.), op. cit. n. 1, p. 243 et n. 130.
  • 41 Voir p. j. n° 1. L'édition de cet infatigable dénicheur de textes qu'était Paul Marchegay souffre (...)
  • 42 On relèvera aussi que le texte se termine par une oraison, comprenant une invocation, un souhait e (...)
  • 43 Fol 207, éd. G. Pon, op. cit. n. 1, p. 274.
  • 44 Fatuissimi etydiote, fol. 208b ; éd. G. Pon, op. cit. n. 1, p. 288.
  • 45 Fol. 208vb ; éd. G. Pon, op. cit. n. 1, p. 296.
  • 46 L'expression, qui se rencontre à deux reprises dans notre texte, figure également dans la Devastac (...)
  • 47 Fol. 209va ; éd. G. Pon, op. cit. n. 1, p. 302.
  • 48 Fol. 208a, G. Pon, op. cit. n. 1, p. 284.

26Le bibliothécaire Raoul figurait aussi parmi les dignitaires choisis par l'abbé Étienne pour négocier avec les croisés (crucesignatis) qui marchaient sur Maillezais. Aussi suis-je tenté de voir en lui l'auteur des récits de 1236 et de 1239. Ce qui est certain, c'est que les deux textes sont de la même main que la Devastacio, composée peu de temps après la fin de la longue lutte qui avait opposé Geoffroy de Lusignan à l'abbaye de Maillezais et qui s'était terminée par un compromis le 15 juillet 123240. Le récit de l'attaque manquée des croisés contre Maillezais présente également une parenté de style avec la Devastacio41. Outre les réminiscences bibliques qui sourdent fréquemment dans les deux œuvres 42 et un ton souvent bien emphatique, on retrouve des mots semblables pour désigner les adversaires du monastère : persecutor43, fatui44, stulticia45, ou encore des expressions communes telles que in adversis, dans l'adversité46, timentes suispellibus, « craignant pour leur peau ». La phrase Ceteri fatuiper orbem dispersi sunt et ulcio digna Dei expandit eos in multis locis profugos et mendicos rappelle l'évocation de la dispersion des moines de Maillezais chassés par Geoffroy de Lusignan : vagi, nudi, profugi atque famelici, per universum orbem cum dolore nimio, exules abierunt47. Le terme à'amiei est utilisé dans un contexte voisin pour désigner des membres de l'aristocratie, proches parents des religieux et de l'abbé qui interviennent pour protéger ses intérêts48. Très attaché à son église, qu'il assimile à l’Ecclesia Dei, l'auteur du récit use et abuse des plus grosses ficelles pour présenter sous leur plus mauvais jour les ennemis de l'abbaye et faire l'éloge de son défenseur naturel l'abbé Renaud qui s'était déjà illustré « dans l'adversité, comme il en avait l'habitude », dit notre texte qui se réfère clairement à la lutte menée contre Geoffroy II de Lusignan.

  • 49 La localisation de Ponterellum sera discutée infra.

27Les croisés s'abritent derrière la croix et la bannière mais ce ne sont que des pillards qui dévastent une maison à Pontreau 49 et volent des chevaux.

  • 50 Histoire de Niort..., op. cit. n. 41, p. 51.
  • 51 Rotuli litterarum clausarum in Turri Londinensi asservati, éd. Th. Duffus Hardy, I, Londres, 1833, (...)
  • 52 Cf. en dernier lieu Baudry (M.-P.), « Le château des Plantagenêt à Niort », dans Les fortification (...)
  • 53 En 1221, le roi Henri III mandait au maire et à la commune de Niort « de protéger nos Juifs de Nio (...)
  • 54 Sur la politique de saint Louis envers les Juifs, cf. Le Goff (J.), Saint Louis et les Juifs, dans (...)
  • 55 Delisle (L.), « Querimoniœ Turonum, Pictavorum et Santonum anno 1247 », dans Recueil des historien (...)

28Le récit comprend deux parties : deux attaques, l'une et l'autre manquées. La première est dirigée contre les juifs de Niort. La présence de juifs à Niort à la fin du xiie et au début du xiiie est attestée par de nombreuses sources qui ont déjà été parfaitement reconnues et étudiées par Robert Favreau. Dans son Histoire de Niort50, il a montré la présence dans cette ville marchande d'une des plus importantes communautés juives du Poitou avec celles de La Rochelle, Poitiers et Saint-Jean-d'Angély : elle devait 1 500 sous au roi d'Angleterre en 1 222, contre 3 000 pour celle de La Rochelle51. Ces juifs formaient une véritable communauté. Ils possédaient une synagogue, appelée « l'escole au Juef », située rue de la Juiverie (aujourd'hui rue de Thion- ville), dans l'enceinte du castrum, c'est-à-dire de la ville, non loin du donjon royal, où ils ont trouvé refuge. Le terme de receptum, abri, employé par le moine de Maillezais désigne en effet la forteresse royale construite par les Plantagenêt au bord de la Sèvre52. Niort avait été repris par le roi de France Louis VIII en 1224 : notre texte montre que la protection dont les juifs bénéficiaient sous les souverains angevins 53 est maintenue par les agents des Capétiens54. C'est dans la forteresse royale et non dans la ville fortifiée que les juifs « sauvent leur peau ». Il n'est pas impossible que les Croisés aient trouvé plus de complaisance dans la population urbaine ou péri- urbaine, puisque dans l'enquête de 1247, une veuve de Saint-Liguaire, près de Niort, se plaint des poursuites ordonnées par le bailli royal et le prévôt de Niort contre son mari qui avait été accusé d'avoir pris part à un massacre de juifs55.

  • 56 Loca peut désigner des monastères ou des prieurés mais, dans la Devastacio, le terme est presque t (...)
  • 57 Sarrazin (J.-L.), La campagne et la mer. Les pays du littoral poitevin au Moyen Age (fin xiie -mil (...)

29Notre auteur ne manifeste pas de compassion particulière pour les juifs « mis à mort » en divers lieux. Il préfère, ce qui est assez naturel, rapporter les différentes phases de l'attaque manquée contre l'abbaye. Nous ignorons quels étaient les projets exacts des croisés. Le moine de Maillezais suppose, sans en être sûr, qu'ils voulaient « occuper cette île, en faire leur repaire ( ; receptaculum) pour dévaster à partir de là d'autres lieux56 ». Peut-être cherchaient-ils à se rapprocher des richesses de la côte 57 et de La Rochelle (où existait une importante communauté juive), et rejoindre la Bretagne dont certains, nous le verrons, étaient partis. L'affaire s'éternise puisque, selon notre source, le séjour des croisés dans la région dure du 30 mars au 24 juin.

  • 58 Ardin était bien siège d'un archiprêtre ; cf. Pouillé du diocèse de Poitiers, éd. H. Beauchet-Fill (...)
  • 59 L'ancienne chaussée est aujourd'hui empruntée par la route qui va de Saint-Pierre-le-Vieux à Xanto (...)
  • 60 Il s'agit de deux des plus importants prieurés de Maillezais, sur les plateaux riches et peuplés, (...)
  • 61 L'abbé s'est aussi rendu dans l'important prieuré de Xanton [Chassenon], au nord de Maillezais (c. (...)

30Pour se défendre, l'abbé recourt à la fois à la négociation et à la force. Après l'échec de ses deux premiers messagers, l'aumônier Guillaume et le bibliothécaire Raoul, il recourt à un dignitaire séculier, l'archiprêtre d'Ardin58, peut-être plus capable que des moines de s'adresser à une foule de lai'cs. Mais il s'efforce aussi de préparer la défense de l'île. La situation géographique s'y prêtait puisque l'île, ou plutôt la presqu'île de Maillezais, était naturellement protégée par les marais qui l'entouraient encore. On ne pouvait sans doute, même au printemps, y accéder qu'en empruntant une étroite chaussée barrée par la Porte-de-l'île59. Aussi les trois cavaliers envoyés en reconnaissance par les croisés, à peine parvenus en ce lieu, font-ils retraite. Leur entreprise est d'autant plus impossible que l'abbé a fait appel à ses hommes de l'Hermenault et de Pétosse60 ainsi qu'aux chevaliers et sergents du voisinage pour renforcer la défense de l'île61 : c'est ce que signifie sans doute le verbe munierunt, car il est difficile d'imaginer qu'on ait pensé à fortifier l'ensemble de l'île pour doubler les remparts de terre et de pierre qui protégeaient l'abbaye depuis les xe-xie siècles.

  • 62 L'emploi de stulticia dans les reproches qu'il adresse aux croisés ne permet pas à lui seul de con (...)

31L'auteur ne donne guère de précisions sur la nature de la croisade ou le nombre des croisés, et les renseignements qu'il fournit sur leur armement sont assez contradictoires. Ils traînent avec eux des machines de siège, des balistes, mais ne comptent qu'un petit nombre de cavaliers, puisque trois seulement viennent reconnaître les défenses de l'île de Maillezais. Sans doute s'agit-il d'un groupe socialement composite comprenant, comme les croisés de 1212 et les pastoureaux de 1251 et 1320, quelques individus capables de monter à cheval (sans être forcément des chevaliers) dans une foule de pauvres piétons. Il est fort dommage que l'auteur ne nous donne pas plus d'éclaircissement sur l'origine sociale des croisés62. Ils s'abritent derrière la croix et la bannière mais ce ne sont pour lui que des pillards qui dévastent une maison, pire, des voleurs de chevaux, ce qui ne devait pas être plus apprécié dans l'ouest du Poitou que dans les westerns. Ils paraissent peu pressés de partir pour Jérusalem, puisque leur séjour dans les environs de Niort dure du 30 mars au 24 juin.

  • 63 Dickson (G.), op. cit. n. 47, p. 68 suiv. a relevé d'autres exemples de « mouvements religieux pop (...)
  • 64 C. Maillezais, ar. Fontenay-le-Comte, Vendée.
  • 65 Ce toponyme est fort répandu dans les Deux-Sèvres. L'identification avec un lieu-dit Le Pontreau, (...)
  • 66 C'est pour cette raison que l'abbé qui se trouvait à Xanton regagne de toute urgence le monastère, (...)

32Les croisés sont peu mobiles. Ils s'arrêtent, semble-t-il, assez longuement à Saint-Liguaire, aux portes de Niort, où se trouvait un monastère dépendant de l'abbaye de Saint-Maixent. Ces croisés, comme il est arrivé souvent pour les pastoureaux, ont l'air de se plaire dans les environs de la ville63, sans menacer sérieusement l'abbaye de Maillezais. À la fin cependant, ils s'avancent à l'ouest vers Benet64, où ils comptent faire étape, puis apud Ponterellum65, au Pontreau, tout près de la Porte-de-l'île. La menace des croisés est devenue réalité66.

  • 67 Vincent (D'), op. cit. n. 51, p. 12 n. 49 prétend qu'il ne s'agit pas de vrais croisés mais d'« un (...)
  • 68 Évoquant la situation des Juifs en Poitou en 1236, il écrit : « La première de ces crises eut lieu (...)
  • 69 J'ai montré dans une étude antérieure que Geoffroy de Lusignan avait abandonné ses conflits avec l (...)
  • 70 Depuis 1095, le croisé (crucesignatus) est par définition celui qui est marqué du signe de la croi (...)
  • 71 Les croisés faisaient usage d'emblèmes collectifs, « gonfanons, enseignes, bannières, pennons » : (...)
  • 72 Pastoureau (M.), op. cit. n. 70, p. 134.

33Car il s'agit de croisés et non, comme on l'a écrit parfois, de bandes de pillards déguisés en croisés agissant pour le compte de Geoffroy II de Lusignan67. Cette hypothèse, que Robert Favreau n'a pas écartée complètement68, ne résiste pas à l'examen. S'il avait trempé dans cette affaire, pourquoi l'auteur du récit, qui est aussi, semble-t-il, celui de la Devastacio, aurait-il épargné Geoffroy II, alors qu'il l'avait nommément attaqué dans sa précédente œuvre69 ? Les croisés de Niort sont de vrais croisés qui portent la croix sur leurs épaules 70 et le vexillum, l'enseigne vexillaire71. Encore faudrait-il pouvoir correctement interpréter ces emblèmes : il n'est pas impossible que la mention du port de la croix sur l'épaule comporte une intention péjorative, car depuis l'échec de la troisième croisade et le détournement de la quatrième, les croisés authentiques préféraient les insignes du pèlerin, la coquille et le bourdon, à l'emblème trop ostentatoire de la croix rouge cousue sur l'épaule72.

  • 73 Rahel sum videns a été adressée aux Anglais le 4 septembre et aux Français le 7 novembre suivant ; (...)
  • 74 Matthieu Paris, éd. cit. n. 73, t. III, p. 287-288, 312, 373-374 ; v. aussi Guillaume de Nangis, d (...)
  • 75 Painter (S.), « The Crusade ofTheobald of Champagne and Richard of Cornwall 1239-1241 », dans A Hi (...)
  • 76 Maier (Ch. T.), Mendicants Friars and the Cross in the thirteenth Century, Cambridge University Pr (...)
  • 77 Favreau (R.), op. cit. n. 71, p. 9-10.
  • 78 Jordan (W. C.), op. cit. n. 29, p. 71-72 énumère les communautés juives de Nantes, Rennes, Saint- (...)
  • 79 L'Anjou - surtout la cité d'Angers, mais aussi de simples bourgades - comptait plusieurs communaut (...)

34On sait par ailleurs qu'une croisade a bien été prêchée par le pape Grégoire IX. Inquiet de voir se rapprocher la fin de la trêve conclue en 1229 entre l'empereur Frédéric II et les Musulmans, il décide à l'automne 1234, par la bulle Rahelsum videns73 d'organiser une nouvelle croisade vers la Terre sainte. Plusieurs textes pontificaux accordant divers privilèges et indulgences rendirent la croisade plus attractive, si l'on en croit Matthieu Paris et d'autres chroniqueurs74. Il n'est pas question ici de refaire l'histoire de cette croisade, qui est essentiellement une « croisade des barons75 ». Mais, sous l'action des Mendiants que le pape avait associés à la prédication de la croisade76, elle a suscité des vocations de croisés d'une plus humble origine et, dans l'Ouest de la France, s'est accompagnée de massacres de juifs. Robert Favreau, le premier, a eu le mérite d'en découvrir quelques traces dans les sources77. On se contentera ici de reprendre, en l'enrichissant de quelques références nouvelles à la Bretagne78, à l'Anjou79 et à la Touraine le dossier qu'il a réuni.

  • 80 Favreau (R.), op. cit. n. 71, p. 10-11 et n. 35bis. Nicolas Bonin avait dénoncé à Grégoire IX les (...)
  • 81 Chronique intitulée ShevetJehuda, copiée par Ibn Verga au xvie siècle à Salonique sur un original (...)

35Robert Favreau cite le témoignage d'un Juif originaire de La Rochelle, récemment baptisé sous le nom Nicolas Donin, évoquant vers 1238 ou 1239 « le massacre de myriades de juifs en Bretagne, en Anjou et en Poitou80 » et celui d'une chronique juive : « En 1236 les croisés des pays d'Anjou, de Poitou et de Bretagne se sont mis d'accord [pour imposer] sur notre peuple la conversion. Mais eux, ils ont maintenu leur foi et ont sanctifié le nom du Seigneur. Plus de trois mille ont été tués ; certains ont égorgé leurs enfants tandis que d'autres se sont égorgés. Cinq cents se sont [cependant] convertis81 ».

  • 82 De Laborderie (A.), op. cit. n. 78, t. III, p. 337 n. 3 cite un extrait du Chronicon Britannicum ( (...)
  • 83 Les registres de Grégoire IX, éd. L. Auvray, t. III, Paris, 1902, n° 3308, col. 471-472 ; trad. pa (...)

36À l'occasion de la prédication de la croisade, les sources chrétiennes mentionnent aussi un puissant mouvement anti-juif en 1236 : « Aussitôt après Pâques, qui tombait cette année le 30 mars, des croisés se rendant à Jérusalem, qui alors étaient nombreux, tuèrent des juifs dans toute la Bretagne, l'Anjou et le Poitou82 ». Ces massacres sont confirmés par une lettre de Grégoire IX de septembre 1236 à l'archevêque de Bordeaux, aux évêques de Poitiers, Saintes et Angoulême. Le pape a reçu une plainte des juifs de France demandant réparation pour les crimes des croisés qui essayaient « de les balayer complètement de la surface de la terre dans un déchaînement inouï et sans précédent de cruauté. Ils avaient tué [...] 2500 juifs, tant grands que petits, y compris les femmes enceintes, les blessant mortellement, les foulant aux pieds de leurs chevaux comme de la boue, brûlant leurs livres, laissant les cadavres de leurs victimes en pâture aux oiseaux du ciel et aux bêtes de la terre. Après avoir traité honteusement, ignominieusement ceux qui restaient en vie après ce massacre, ils avaient emporté leurs biens et les avaient utilisés83 ».

  • 84 Dahan (G), op. cit. n. 54.

37Il n'est pas nécessaire de revenir plus longuement sur l'hostilité trop bien connue des chrétiens envers les juifs qui va jusqu'à la destruction des livres84, l'expulsion et aux massacres, encore moins d'en démêler les causes. La question a déjà fort bien étudiée. Il faut cependant revenir ici sur les liens entre les croisés, les juifs et les pastoureaux.

  • 85 Alphandéry (P.), La Chrétienté et l'idée de croisade. Recommencements nécessaires P(ie-xiiie siècl (...)
  • 86 Je reprends ici l'expression d'Étienne Delaruelle qui a retrouvé les intuitions de Paul Alphandéry (...)
  • 87 Flori (J.), Pierre l'Ermite et la première croisade, Paris, 1999.
  • 88 Adémar de Chabannes, III, 47, éd. P. Bourgain, avec la collab. de R. Landes, G. Pon, Turnhout, 199 (...)
  • 89 Tout est déjà dit dans le Chronicon universale d'Ekkehard, éd. G. H. Pertz, MGH, 55, VI, p. 208 : (...)
  • 90 Raedts (P.), op. cit. n. 27, p. 305.
  • 91 Richard Le Poitevin, Chronicon, dans Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. XII, p. (...)

38L'épisode de 1236 n'intéresse pas seulement l'histoire locale de l'abbaye de Maillezais. Presque paradoxalement, il manifeste la persistance de l'esprit de croisade au xiiie siècle. Je dois beaucoup à l'ouvrage pionnier de Paul Alphandéry. Le texte de La Chrétienté et l'idée de croisade, revu et publié par Alphonse Dupront a paru dans la collection L'Evolution de l'Humanité en 195985. Il a éveillé ma vocation de médiéviste. L'auteur y marquait déjà fortement l'échec de la croisade des princes, de la croisade « hiérarchique et militaire86 » et la nostalgie d'un retour aux origines, à la croisade de Pierre l'Ermite87, la croisade des pauvres, des simplices, des idioti chers à saint François. Comme l'ont montré les recherches ultérieures, les mouvements « insensés » qui parcourent le xiiie siècle se prêtent à bien des déviations, comme les pogroms et les pillages de monastères. Mais s'agit-il vraiment de déviations ? Le massacre des juifs est lié dès l'origine à l'appel de la Terre sainte, qu'il s'agisse du pèlerinage à Jérusalem comme on le voit chez Adémar de Chabannes au début du xie siècle88 ou des massacres de la première et deuxième croisades89. À plus forte raison lorsque la croisade prend une dimension populaire et qu'elle n'est pas solidement encadrée par les rois ou par les princes. Les pauvres se voient eux-mêmes comme le nouveau peuple élu et considèrent les juifs « comme les serviteurs les plus proches de l'Anti-Christ ». Avant le départ pour la Jérusalem terrestre, antichambre de la Jérusalem céleste, il faut nettoyer la Chrétienté des ennemis du Christ, les juifs déicides90. Au xiie siècle, Richard le Poitevin, relatant le départ de la première croisade, écrit : « Avant de partir, dans presque toute la Gaule, ils supprimèrent par un grand carnage les juifs, à l'exception de ceux qui voulurent être baptisés. Ils disaient en effet qu'ils agiraient à l'en- contre de la justice, si après avoir pris les armes pour poursuivre les rebelles au Christ, ils laissaient vivre dans leur propre terre les ennemis du Christ91 ».

  • 92 Cohn (N.), The Pursuit of the Millennium, 3e éd., Londres, 1971, p. 95-96.

39Quant au retournement des croisés contre le clergé, en l'occurrence les religieux de Maillezais, il n'est guère plus surprenant, les sources du xiiie siècle fournissant bien d'autres exemples de pillages d'établissements religieux et de haine des clercs et des moines92. À Maillezais, en 1236, il y a cependant plus de peur que de mal. Sans être imaginaire, la menace qui pèse sur le monastère est beaucoup moins grave que dans le conflit avec les nobles et les chevaliers de Geoffroy de Lusignan et les dégâts sont infiniment plus limités que ceux qu'ont pu commettre les mercenaires au service d'Henri II ou de Richard Cœur de Lion. Les croisés rendent même aux moines les chevaux qu'ils leur ont pris, avant de disparaître. Ces bandes se dispersent aussi vite qu'elles se sont agglutinées.

40Sans doute un esprit rassis comme le bibliothécaire de l'abbaye de Maillezais ne voit-il dans ces croisés que des fous (fatui), des sots, des voleurs de chevaux et des pillards mais la petite Chronique de Maillezais que je viens de présenter témoigne en même temps de la fascination de la croisade et de la peur que suscitent ces mouvements insensés. Parmi tous les événements qui marquent les années 1236-1335, que retiennent en premier lieu les moines de Maillezais ? Les phénomènes météorologiques sans aucun doute, la date des moissons, le vin que l'on boit au réfectoire mais aussi, marquons-le avec force, la mort de saint Louis à Tunis, la ruine de l'Ordre du Temple qui était lié à la Terre sainte et les deux croisades de pastoureaux de 1251 et 1320. Fascination pour la croisade et crainte des pastoureaux se mêlent alors dans des notations brèves mais versifiées : ce passage de prosa à versus témoigne, me semble-t-il, de l'importance de ces mouvements et de l'émotion qui saisit partout un clergé apeuré, même si elle s'exprime dans un mètre classique (ou postclassique) et le langage codé du chronogramme. Dans la littérature médiévale, la virtuosité et la préciosité n'excluent pas la force des sentiments. Les ondes de ces grandes peurs cléricales se propagent du nord de la France jusqu'au bord de la Sèvre, peut-être parce qu'on avait conservé dans l'île de Maillezais le souvenir vivace de l'attaque manquée des croisés de 1236.

Pièce justificative

  • 93 Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. lat. 4892, fol. B. P. Marchegay, op. cit. n. 2, p. 15 (...)

41L'attaque des croisés contre l'abbaye de Maillezais en 123693

Édition

  • 94 Fol. b. Grande majuscule A se déployant en volutes dans la marge. Le texte qui suit est à pleine p (...)
  • 95 Les dernières lettres sont effacées.
  • 96 Ponctuation de l'éditeur.
  • 97 Idem.
  • 98 Id.
  • 99 Id.
  • 100 Stulticia est plusieurs fois associé à fatuus dans les Écritures, v. notamment Proverbes 13, 16, 1 (...)
  • 101 Ponctuation faible non rendue ici ; souvenir de plusieurs passages de l'Exode (4, 21 ; 7, 3 etc) e (...)
  • 102 Ponctuation de l'éditeur.
  • 103 Idem.
  • 104 Id.
  • 105 Id.
  • 106 De scilicet magistrum à Pinelli, addition interlinéaire de la même main.
  • 107 Sic, corr. anhelare.
  • 108 Corr. abominabiles.
  • 109 Souvenir de Exode 5,12 : Dispersusque est populusper omnem terram ; Jerem. 40, 7, 13 etc.
  • 110 Deutéronome, 32, 43 : et propitius erit terrœ populi sui.
  • 111 Souvenir de Judit 13, 17 : Deum nostrum qui non deseruit sperantes.
  • 112 Ponctuation forte ms.

Anno 94 ab incarnatione Salvatoris nostri Millesimo ducentesimo tricesimo sexto, inter dominice resurrectionis et sancti Johannis Baptiste sollemnitates fuit occisio Judeorum a crucesignatis facta : multi autem crucesignati circa Nior- tum fuerunt de diversis partibus congregati, ut Judeos occiderent de Niorto, sed eos habere non potuerunt quia infra recep [tum95] régis ejusdem castri inclusi munierunt se et defenderunt, timentes suis pellibus, prout melius potuerunt. Considérantes enim illi crucesignati quod ipsos Judeos habere non possent, apud Sanctum Leodegarium venientes, consilium fecerunt in unum quidam fatui ex eisdem, ut ad Malleacensem insulam accederent ; etiam si possent eandem insulam occupare, dictum est quod suum receptaculum facerent in eadem, et exinde multa alia loca devastarent. Quodcum audisset domnus Reginaldus96t tune abbas etpastor divina providentia monasterii hujus Malleacensis, misit ad illos crucesignatos fatuos fratrem Willelmum97, tune helemosinarium98, et fratrem Radulphum99, armarium Malleac [ensem ut eos monerent compes- cendo eorum stulticiam100 et errorem, sed corda ipsorum fuerunt adeo indu- rata101 quod non valuerunt monicionibus velprecibus cohiberi. Audiens autem domnus venerabilis antedictus ita prefatos fatuos instigari ad malum, assumens cum Dei consilio spem consilii fortitudinis102, sicut bene erat solitus in adversis, nunciavit tam militibus quam servientibus et amicis aliis de sua et de fratrum aliquorum suorum parentela et universis hominibus de Hermenaudo et de Petuciis, ut cum armis ad Malleacensem monasterium venirent ad dejfen- dendam ecclesiam Dei a persecutoribus supradictis. Qui de mandato ejusdem bene presentem insulam munierunt, sed injunctum eisdem fuerat ne vulnera- rent aliquem de fatuis memoratis, nisi primo viderent quod vellent in ipsos malignari. Die vero martis ante nativitatem sancti Johannis Baptiste103, apud Xanctonium104, ad horam post vesperas105, erat domnus venerabilis supra- dictus et certus nuncius venit ad ipsum dicens quod dicti fatui apud Mallea- cum veniebant et proposuerant jacere apud Bennaicum illo sero. De nocte autem recessit de Xanctonio idem domnus et usque ad Fontiniacum pervenit, sed, cum per Cherasaium pertransiret, supplicavit archipresbitero de Arduno, ut iret dictis fatuis in occursum, et eorum stulticiam refrenaret. Qui libenter ipsisprecibus annuit et die mercurii subsequenti, sole urgente ab Oriente, idem archi- presbiter cum tribus monachis Malleacensibus perrexit obviam fatuis memoratis. Qui, gerentes signum crucis in suis humeris et vexillum, venerunt apud Ponterellum, "trabentes cum balistis contra tres fratres hujus monasterii supra- dictos, scilicet magistrum J. Minelli, priorem de Hermenaudo, W[illelm] um priorem S. Hilarii Fontiniacensis. G. Pinelli106 et deequitaverunt eos nolentes ipsum archiprebiterum exaudire, fregerunt domum de Ponterello, et multa bona exinde extraxerunt, in suam perniciem animarum, sed per Dei gratiam multa ex ipsis fuerunt postmodum restituta. Tres autem de dictis fatuis equites usque prope portam hujus insuie accesserunt ut viderent si possent prevalere adversus eos qui intus erant, et de facili introire, sed videntes quod eos superare non possent, conversi sunt retrorsum. Quidam autem emittebant enses suos circa guttura quorumdam de fratribus supradictis dicentes : « Jam moriemini monachi, jam moriemini ». Fratres vero simpliciter auscultabant, si enim sciret gens absque consilio et sine prudentia et intelligerent isti fatui et novissima provi- derent, nunquam nephas hujusmodi presumpsissent. Quia persequebantur eccle- siam Dei ad cujus exaltacionem deberent ejficaciter hanelare107, facti in hujusmodi iniquitatibus abhominales108, ab illa die confusi sunt quoniam Deus sprevit eos. Raptoribus equorum in carceribus mancipatis, equi ipsi fuerunt redditi domno venerabili supradicto. Ceteri fatui per orbem dispersi sunt109 et ulcio digna Dei expandit eos in multis locis profugos et mendicos. Et ita Domi- nus vindictam retribuit per suam misericordiam in hostes fratrum istius monasterii et propicius fuit terre populi sui110. Omnipotens autem Dominus suos non deserens111 in adversis, qui tune et ante ab inimieis et persequtoribus ejus suam presentem ecclesiam custodivit, hanc custodiat in perpetuum et deffendat, et omnes servientes sibi in ea, ad vitam eternam perducat112 : quod ipse prestare dignetur, qui vivit et regnat per secula infinita. Amen.

Traduction

  • 113 Entre le 30 mars et le 24 juin 1236.
  • 114 Receptum désigne l'abri mais plus spécialement un château où l'on peut se réfugier.

42L'an de l'incarnation de notre Sauveur 1236, entre les solennités de la Résurrection du Seigneur et la Saint-Jean Baptiste113, des juifs furent mis à mort par les croisés : de nombreux croisés, en effet, venus de diverses régions, se rassemblèrent près de Niort pour massacrer les juifs de Niort ; mais ils ne purent les avoir parce que les juifs se mirent à l'abri dans la forteresse royale dudit castrum114 et se défendirent de leur mieux, car ils craignaient pour leur peau.

43Ces croisés, voyant qu'ils ne pourraient pas avoir les juifs, se rendirent à Saint-Liguaire, et certains de ces insensés décidèrent ensemble en conseil de s'approcher de l'île de Maillezais ; s'ils pouvaient occuper cette île, ils en feraient, dit-on, leur repaire, et, à partir de là, dévasteraient de nombreux autres lieux.

  • 115 Rainaud, abbé de Maillezais de 1225 environ à 1239.

44À ces nouvelles, Monseigneur Rainaud115, qui par la Providence divine était alors abbé et pasteur de ce monastère de Maillezais, envoya à ces croisés insensés frère Guillaume, alors aumônier, et frère Raoul, bibliothécaire de Maillezais, pour les rappeler à l'ordre en retenant leur folie et leur erreur ; mais ils avaient le cœur si endurci qu'ils ne voulurent être retenus ni par les monitions ni par les prières.

  • 116 L'Hermenault, ch.-l. c., a. Fontenay-le-Comte, Vendée.
  • 117 Pétosse, c. L'Hermenault.

45Le susdit vénérable seigneur abbé, comprenant que ces insensés étaient poussés au mal, portant, sur le conseil de Dieu, comme il en avait l'habitude dans l'adversité, l'espoir d'une résolution courageuse, et manda tant aux chevaliers qu'aux sergents et aux autres amis de sa parenté et de celle de quelques-uns de ses frères ainsi qu'à tous ses hommes de L'Hermenault116 et de Pétosse117, de venir en armes au monastère de Maillezais pour défendre l'Église de Dieu contre les susdits persécuteurs.

  • 118 17 juin.
  • 119 Xanton [-Chassenon], c. Saint-Hilaire-des-Loges, a. Fontenay-le-Comte, Vendée.
  • 120 C. Maillezais, ar. Fontenay-le-Comte, Vendée.
  • 121 Ch.-l. a., Vendée.
  • 122 C. et a. Fontenay-le-comte, Vendée.
  • 123 C. Coulonges-sur-l'Autize, a. Niort, Deux-Sèvres.
  • 124 18 juin.
  • 125 Voir supra, n. 65.

46Ces derniers, sur l'ordre de l'abbé, fortifièrent bien l'île de Maillezais ; mais il leur avait été enjoint de ne blesser aucun de ces insensés, avant qu'ils n'eussent d'abord vu qu'ils voulaient leur faire du mal. Le mardi donc avant la nativité de saint Jean-Baptiste118, à l'heure qui suit vêpres, le susdit seigneur vénérable se trouvait à Xanton119 quand arriva un messager de confiance annonçant que les insensés se dirigeaient vers Maillezais et qu'ils se proposaient de faire étape ce soir-là à Benet120. Le susdit seigneur revint donc de Xanton pendant la nuit et arriva à Fonte- nay121 ; mais dans la traversée de Charzais122, il supplia l'archiprêtre d'Ar- din123 d'aller à la rencontre des susdits insensés et de mettre un frein à leur folie. Ce dernier accéda volontiers à ses prières et le mercredi suivant124, au lever du soleil, ledit archiprêtre avec les trois moines de Maillezais, à savoir maître Jean Mineau, prieur de L'Hermenault, G[uillaume], prieur de Saint-Hilaire de Fontenay et G. Pineau, en arrivant à Pontreau125, se trouvèrent devant les dits insensés qui portaient le signe de la croix sur leurs épaules et l'étendard, et traînaient avec eux des balistes : ils les jetèrent à bas de leurs chevaux, refusant d'écouter ledit archiprêtre ; ils fracassèrent la maison de Pontreau, et, pour la perte de leurs âmes, ils enlevèrent de nombreux biens ; mais, par la grâce de Dieu, beaucoup furent ensuite restitués.

47Trois cavaliers de cette troupe d'insensés s'avancèrent jusqu'à proximité de la Porte de l'île pour voir s'ils pouvaient triompher de ceux qui se trouvaient dans l'île et entrer facilement, mais, voyant qu'ils ne pourraient l'emporter, ils s'en retournèrent. Certains des croisés brandissaient leurs épées sur la gorge des susdits frères en disant : « Vous êtes déjà morts, moines, vous êtes déjà morts ! ». Les frères cependant se contentaient de les écouter : si en effet cette engeance sans conseil et sans sagesse avait su, si ces insensés avaient compris et regardé au plus loin, jamais ils n'auraient commis un tel crime. Puisqu'ils persécutaient l'Église de Dieu, à l'exaltation de laquelle ils devraient aspirer avec force, ceux qui avaient commis toutes ces abominations furent dès lors confondus, parce que Dieu les avait repoussés. Les voleurs de chevaux furent jetés en prison et les chevaux eux-mêmes restitués à ce vénérable seigneur. Tous les autres insensés furent dispersés sur toute la terre et la juste vengeance de Dieu les répandit fuyards et mendiants en tous lieux. C'est ainsi que le Seigneur dans sa miséricorde dispensa sa vengeance aux ennemis des frères de ce monastère et témoigna de sa bienveillance à la terre de son peuple. Puisse le Seigneur Tout-puissant qui n'abandonne pas les siens dans l'adversité, qui a protégé en ce temps et dans le passé la présente église contre ses ennemis et persécuteurs, la garder et la défendre à jamais et qu'il conduise à la vie éternelle tous ceux qui Le servent en ce lieu, parce qu'il est digne de l'emporter, Lui qui vit et règne dans l'infinité des siècles. Amen.

Notes

1 Pierre de Maillezais, La fondation de l'abbaye de Maillezais, éd. et trad. par Y. Chauvin, G. Pon, sous la dir. E.-R. Labande (†), La Roche-sur-Yon, Centre Vendéen de recherches historiques, 2001 ; Pon (G.), « La dévastation de l'abbaye de Maillezais (v. 1225-1232) par Geoffroy II de Lusignan, dit Geoffroy à la Grand'Dent) » [avec éd. et trad. du texte de la Devastacio, BNF lat. 4892, fol. 207- 210], Bulletin de la Société des Antiquaires de l'Ouest, 5'sér., t. XII (1998), p. 223-311.

2 Marchegay (P.), « Fragments inédits d'une chronique de Maillezais », Bibliothèque de l'École des chartes, lie série, 2 (1840-41), p. 148-162.

3 La Chronique de Saint-Maixent a été éditée par P. Marchegay, E. Mabille dans Chroniques des églises d'Anjou, Paris, 1859 (Société de l'Histoire de France), p. 351-433 et par J. Verdon, La Chronique de Saint-Maixent, éd. et trad., Paris, 1979 (Les classiques de l'histoire de France au Moyen Âgé).

4 Il les rattache tous au fol. br-v., op. cit, p. 153.

5 Le récit continue au début du fol. bv.

6 Chaque récit est introduit par un signe d'alinéa.

7 Chauvin (Y.), Pon (G.), op. cit. n. 1, p. 51 n. 36 et 37.

8 Ibid., p. 9-12.

9 Fol. 210 vb, éd. P. Marchegay, op. cit. n. 3, p. 163.

10 Marchegay (P.), op. cit. n. 2, p. 153.

11 Jean XXII (1316-1334). Lettres communes analysées d'après les registres d'Avignon et du Vatican, éd. G. Mollat, Paris, 1904-1946 (Bibliothèque des Écoles françaises de Rome et d'Athènes), n° 4697 ; cf. Durand (R.), « Jean XXII et le Poitou », Bulletin de la Société des Antiquaires de l'Ouest, t. IX (1967), p. 91-152, ici p. 97 suiv. et Favreau (R.), « Les premiers évêques de Maillezais », Bulletin de la Société des Antiquaires de l'Ouest, 5' sér., t. XI (1997), p. 41. Voir aussi, dans le présent volume, l'article de J.-N. Rondeau.

12 Marchegay (P.), op. cit. n. 2, p. 163.

13 M. Ibid, p. 162-163.

14 Id. p. 165.

15 Berlioz (J.), Catastrophes naturelles et calamité au Moyen Âge, Florence, 1998, p. 19.

16 Chronique latine de l'abbaye de la Couronne, éd. E. Castaigne, Paris, 1864, p. 58-59.

17 Rigord, Gesta Philippi Augusti, c. 105, éd. H.-F. Delaborde, Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, 2 vol., Paris, 1882, c. I, p. 132.

18 L'année suivante au contraire « le temps fut si serein et si doux qu'on trouvait en mars des roses et des grappes dans les vignes, des griottes (guindola) et des cerises vers le début de mai. On fit les moissons à la Saint-Jean, les vendanges pour l'Assompuon de la Vierge et il ne gela que fort peu en cette année », fol. bv. Marchegay (P), op. cit. n. 2, p. 164.

19 Rien de comparable aux premiers essais d'histoire sérielle du chroniqueur liégeois René de Saint- Jacques, qui a enregistré de 1194 à 1225 les cours bas, moyens et haut perchés des blés : Sivery (G.), L'économie du royaume de France au siècle de Saint Louis : vers 1180-vers 1315, Lille, 1984, p. 51 suiv.. Le chroniqueur de Maillezais ne relève même pas les pointes de cherté, comme l'avaient fait, cent ans plus tôt, Rigord dans ses Gesta Philippi Augusti ou la Chronique de la Couronne (cf. supra, n. 16 et 17).

20 Fol. 210 va, éd. P. Marchegay, op. cit. n. 2, p. 162.

21 Deno, peut-être emprunté à Virgile, est employé pour decem. Il a l'avantage de rimer avec milleno ; le procédé est si commode qu'il sera repris.

22 Je remercie Robert Favreau d'avoir bien voulu m'aider à analyser ces vers. On retrouve la même structure dans la note de 1270 (fol. 210va, éd. P. Marchegay, op. cit. n. 2, p. 162).- Anno milleno bis centum septuageno/Thunis catholicus decessit rex Ludovicus en 1307 (ibid. ) et pour la « ruine » du Temple évoquée en trois vers : Papa Clemente quinto regnante, repente/A Templo dictus ordo cecidit quiafictus./Mcum C trina septem fuit ipsa ruina et en 1335 (fol. bv, éd. P. Marchegay, p. 163), sans retour à la ligne au début de chaque vers : Anno milleno C ter Vcum ter quo deno, presulis in festo Thome, lector memor esta, quod tremitu celeri moveri [ce mot ajouté en interligne] sentitur terra.

23 Bourgain (P.), « Qu'est-ce qu'un vers au Moyen Âge ? », Bibliothèque de l'École des chartes, t. 147 (1989), p. 231-282, et notamment p. 252 suiv.

24 Favreau (R.), « Les datations dans les inscriptions médiévales françaises », Bibliothèque de l'École des chartes, t. 157 (1999), p. 20-21 et n. 41.

25 Samaran (Ch.), « Chronogrammes du xve siècle » Bulletins de la Société nationale des antiquaires de France, 1934, p. 173 ; Id., « Notes complémentaires sur quelques chronogrammes dans les manuscrits du xve siècle », Mémoires de la Société nationale des antiquaires de France, 8e sér., t. 10 (1937), p. 249-250 ; Lépine (A.), 400 chronogrammes curieux, Cerfontaine, 1987.

26 Le mot est peut-être emprunté à Énéide, v. 845 suiv.

27 Dickson (G.), « La genèse de la croisade des enfants », Bibliothèque de l'École des chartes, 153 (1995), p. 53-102. On peut consulter aussi Raedts (P.), « The Children's Crusade of 1212 »,]ournal of Médiéval History, 3 (1977), p. 279-324 et la bibliographie publiée par F. Cardini, Del Nero (D.), La crociata dei Fianciulli, Florence, 1999.

28 Delaruelle (É.). L'idée de croisade chez saint Louis, dans L'idée de croisade au Moyen Âge, Turin, 1980, p. 241-257, ici p. 251 ; sur la croisade de 1251, nous n'avons pas pu consulter Barber (M.), « The Crusade of Shepherds », Proceedings ofthe tenth annualMeeting ofthe Western Society forfrench historical Studies, Lawrence, Kan., 1984.

29 Jordan (W. C.), The French Monarchy and the Jews : from Philip Augustus to the Last Capetians, Philadelphie, 1989.

30 Ibid.

31 Barber (M.), « The Pastoureaux of 1320 », Journal of ecclesiastical History, 1981, p. 143-166.

32 Fol. 210vb ; éd. P. Marchegay, op. cit. n. 2, p. 163.

33 Ailleurs, il suggère un rapport entre l'incendie de l'île de Ré et le début de la guerre anglo-française : « Anno Domini MCCXCIV, die veneris ante festum beati Luce evangeliste (25 août) fuit itisula de Re igne cremata, et illic multitudo gencium maxima spiritus exhalaverunt, et de superbia commota fuit ista guerra que hodie régnât sublimiter in hoc mundo » (fol. 210v) ; éd. P. Marchegay, op. cit. n. 2, p. 162-163.

34 Delalande (J.), Les extraordinaires croisades d'enfants et de pastoureaux au Moyen Age, Paris, 1962, p. 52 suiv.

35 Mauvaise lecture 1330 de P. Marchegay, op. cit. n. 2, p. 164 qui a lu 1330 et pour cette raison a séparé le poème latin du poème français dans son édition, alors qu'ils se suivent sur le manuscrit. Il faut lire : Anno milleno C ter Vcum ter quoque deno/Presulis in festo Thome, lector memor esto/Quod tremitu celeri sentitur terra moveri.

36 On trouve une œuvre de même caractère dans un manuscrit de la fin xive siècle, Historiae Montis Sancti Michaelis volumen minus, conservé à la Bibliothèque municipale d'Avranches, n° 213 (cit. Delalande (J.), op. cit. n. 34, p. 63-64) : Une M seule, comme semble,/ Trois C, trois X, trois I ensemble,/En Tan MCCCXXXI1I/A saint Michiel sa grand fiance/Fist venir au montgrantantois/De pastoreauxgrande habundance. Autres exemples de ces chronogrammes-rébus dans l'article de Favreau (R.), p. 21 et dans l'ouvrage de Lépine (A.), op. cit. n. 2.

37 Une autre pièce française de même facture (fol. 210va, P. Marchegay, op. cit. n. 2, p. 165-166) évoque avec le même jeu sur la date « le reformement et avoir de la reille de saint Beneist » au temps « dum dozempape Benedict », le 20 mai 1337 - entendons la réforme de la règle. L'auteur fait sans doute allusion à la réforme du pape Benoît XII (1335-1342), ancien moine lui-même, qui, par la bulle Summi Magistri a divisé les moines noirs en 32 provinces bien délimitées, tenté de renforcer la centralisation de l'ordre par la réunion triennale des abbés en chapitre et l'organisation de visites régulières, et de contrôler « l'avoir » des monastères, le respect de la pauvreté et la stabilité {cf. Jardin (L.), « Benoît XII », Dictionnaire d'histoire et de géographie ecclésiastiques, t. VIII (1935), col. 121- 122). Il reste que le chroniqueur de Maillezais date les mesures du pape de 1337 « le vintemejour en me May », alors que la bulle de Benoît XII est du 20 juin 1336 et qu'il manifeste un enthousiasme assez surprenant pour une réforme qui a suscité bien des résistances et connu peu de succès (.Histoire du Christianisme des origines à nos jours, t. VI : Un temps d'épreuves (1274-1449), ss. la dir. de Mollat (M.), Vauchez (A.), Paris, 1990, p. 534).

38 Cartulaires inédits de la Saintonge, t. II : Cartulaire de l'abbaye de Saint-Étienne-de-Vaux, éd. Th. Grasi- lier, Niort, 1871, p. III-IV.

39 Prieuré dépendant de l'abbaye de Vaux, Saint-Sulpice-en-Royan, c. Royan, a. Saintes, Charente- Maritime. On ne retient pas la localisation Saint-Sulpice-d'Arnoult (c. Saint-Porchaire, Charente- Maritime) proposée par Marchegay (P.), op. cit. n. 2, p. 160, n. 2.

40 Pon (G.), op. cit. n. 1, p. 243 et n. 130.

41 Voir p. j. n° 1. L'édition de cet infatigable dénicheur de textes qu'était Paul Marchegay souffre des mêmes défauts que ses éditions de textes diplomatiques : mots sautés, introduction de la diphtongue a d'autant plus injustifiée que le manuscrit ne comporte pas de e cédille. Conscient que ce texte présentait quelque intérêt pour un public local, Marchegay avait fait paraître le samedi 28 juillet 1842 dans le Journal de la Vendée une « traduction aussi littérale que possible ». Mais cette traduction est encore beaucoup plus infidèle que l'édidon. Aussi ai-je, selon une habitude qui m'est chère, essayé de présenter, avec l'aide d'Yves Chauvin, une nouvelle traduction plus proche du texte. Le début en a été traduit par Favreau (R.), Histoire de Niort des origines à nos jours, Poitiers, 1987, p. 51-52.

42 On relèvera aussi que le texte se termine par une oraison, comprenant une invocation, un souhait et les formules finales habituelles.

43 Fol 207, éd. G. Pon, op. cit. n. 1, p. 274.

44 Fatuissimi etydiote, fol. 208b ; éd. G. Pon, op. cit. n. 1, p. 288.

45 Fol. 208vb ; éd. G. Pon, op. cit. n. 1, p. 296.

46 L'expression, qui se rencontre à deux reprises dans notre texte, figure également dans la Devastacio, fol. 208vb, éd. G. Pon, op. cit. n. 1, p. 284.

47 Fol. 209va ; éd. G. Pon, op. cit. n. 1, p. 302.

48 Fol. 208a, G. Pon, op. cit. n. 1, p. 284.

49 La localisation de Ponterellum sera discutée infra.

50 Histoire de Niort..., op. cit. n. 41, p. 51.

51 Rotuli litterarum clausarum in Turri Londinensi asservati, éd. Th. Duffus Hardy, I, Londres, 1833, p. 22, cité par Vincent (Dr), Les Juifi en Poitou au Bas Moyen Âge, Paris, 1931, p. 6, et Favreau (R.), « Les Juifs en Poitou et dans les pays de la Charente au Moyen Âge », Revue des études juives, t. CXLVII (1988), p. 5-29, ici p. 6-7. Aux références relevées par R. Favreau dans les sources anglaises, on peut aussi ajouter Rotuli litterarum patentium in turri Londinensi asservati, éd. Th. DufRis Hardy, I, Londres, 1835, p. 156b. et les exemples fournis par Nahon (G.), « Pour une géographie administrative des Juifs dans la France de saint Louis », Revue historique, n° 516, 1975, p. 305-343. Certains membres de la communauté pouvaient déchaîner l'avidité des bandes de croisés, comme l'orfèvre Léon, que Jean sans Terre avait placé sous sa « garde et protection » en 1199 : clouzot (H.), « Cens et rentes dus au comte de Poitiers à Niort au xiiie siècle », Mémoires de la Société des Antiquaires de l'Ouest, 2e sér., t. 27 [1903], p. 415-484, ici p. 454-455. Les Juifs possédaient aussi un cimetière, hors les murs, sur la route conduisant au prieuré Saint-Étienne.

52 Cf. en dernier lieu Baudry (M.-P.), « Le château des Plantagenêt à Niort », dans Les fortifications dans les domaines Plantagenêt, xiie-xivesiècles, Actes du colloque international tenu à Poitiers du 11 au 13 novembre 1994, Poitiers, CESCM, 2000 (Civilisation médiévale, 10), p. 23-39.

53 En 1221, le roi Henri III mandait au maire et à la commune de Niort « de protéger nos Juifs de Niort, de ne les tailler, ni les laisser tailler, d'aucune façon, sans notre ordre » : Rotuli litterarum clausarum..., éd. Th. Duffus Hardy, op. cit. n. 41, t. I, 1833, p. 480.

54 Sur la politique de saint Louis envers les Juifs, cf. Le Goff (J.), Saint Louis et les Juifs, dans Dahan (G.) dir., Le brûlement du Talmudà Paris, 1242-1244, Paris, 1999, qui montre que la politique du roi envers les Juifs « combine protection et répression ».

55 Delisle (L.), « Querimoniœ Turonum, Pictavorum et Santonum anno 1247 », dans Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. XXIV, Paris, 1904, p. 224 c-F, n° 1637 cité par Clouzot (H.), op. cit. n. 51, p. 454 n. 4 et Favreau (R.), op. cit. n. 51, p. 10 : « Petronilla Loquete, vidua, femina ligia abbatis Sancti Leodegarii [Saint-Liguaire], quœ villa erat in terra Pacis, dicit quod, quando domi- nus rex venit Pictaviam. Gaufridus Malus Clericus, ballivus in loco domini Andoyni, tenuit virum suum per XI ebdomadas incarceratum, qui erat crucesignatus, etpro redempeione dicti viri habuit dictus Gaufridus Malus Clericus VII libras, et Alanus prapositus Niorti XI solidos, eo quod dicebatur, etfalso, quod interfuerat interfectioni Judesorum ».

56 Loca peut désigner des monastères ou des prieurés mais, dans la Devastacio, le terme est presque toujours employé dans le sens plus vague de lieux.

57 Sarrazin (J.-L.), La campagne et la mer. Les pays du littoral poitevin au Moyen Age (fin xiie -milieu xve), th. Doct. d'État [dactyl.], univ. de Paris-IV-Sorbonne, 1997.

58 Ardin était bien siège d'un archiprêtre ; cf. Pouillé du diocèse de Poitiers, éd. H. Beauchet-Filleau, Niort/Poitiers, 1868, p. 31. Le prieuré-cure relevait de l'abbaye de Maillezais (ibid., p. 197), ce qui pourrait expliquer que l'archiprêtre d'Ardin ait accepté une mission qui n'était pas sans risque.

59 L'ancienne chaussée est aujourd'hui empruntée par la route qui va de Saint-Pierre-le-Vieux à Xanton. Il est difficile de dater les restes des deux tours qui bordent la Jeune Autize et il n'est même pas certain que le cours de l'Autize ait été rectifié avant 1236. Sur ce point, on doit consulter l'article de N. Faucherre dans le présent volume.

60 Il s'agit de deux des plus importants prieurés de Maillezais, sur les plateaux riches et peuplés, situés à l'ouest et au nord-ouest de Fontenay-le-Comte, dans des lieux qui ne sont pas directement menacés par l'avance des croisés. L'Hermenault, ar. Fontenay-le-Comte, Vendée ; Pétosse, c. L'Hermenault.

61 L'abbé s'est aussi rendu dans l'important prieuré de Xanton [Chassenon], au nord de Maillezais (c. Saint-Hilaire-des-Loges, arr. Fontenay-le-Comte, Vendée).

62 L'emploi de stulticia dans les reproches qu'il adresse aux croisés ne permet pas à lui seul de conclure, même si les paysans et bergers illettrés sont fréquemment qualifiés à'idioti par les sources du xiie siècle.

63 Dickson (G.), op. cit. n. 47, p. 68 suiv. a relevé d'autres exemples de « mouvements religieux populaires du Moyen Âge ayant fait halte temporairement dans les villes » ou dans leurs banlieues : à Cologne en 1096 et en 1212, à Paris en 1251. Mais le séjour des croisés dans les environs de Niort est exceptionnellement long.

64 C. Maillezais, ar. Fontenay-le-Comte, Vendée.

65 Ce toponyme est fort répandu dans les Deux-Sèvres. L'identification avec un lieu-dit Le Pontreau, cne Sainte-Pezenne, aujourd'hui rattachée à Niort, Deux-Sèvres, proposée par Paul Marchegay, reprise par Ledain (B.), Dictionnaire topographique du département des Deux-Sèvres, Poitiers, 1902, p. 258, n'est guère plausible. Je l'avais moi-même retenue dans la communication orale, non sans hésitation, car il faudrait supposer que les croisés, parvenus à Benet, reviennent à leur point de départ dans les environs immédiats de Niort. Mais la remarque d'une habitante de Maillezais, l'article de N. Faucherre dans le présent volume et le contexte m'ont convaincu qu'il s'agissait plutôt du Pontreau, au nord de la Porte de l'île. C'est sans doute du Pontreau que les assaillants ont envoyé trois cavaliers reconnaître les défenses de l'île.

66 C'est pour cette raison que l'abbé qui se trouvait à Xanton regagne de toute urgence le monastère, en passant par Charzais et Fontenay-le-Comte, et envoie de nouveaux émissaires aux croisés, parmi lesquels l'archiprêtre d'Ardin, dans le ressort duquel se trouvait l'île de Maillezais (Pouillé du diocèse de Poitiers, op. cit. n. 58, p. 32).

67 Vincent (D'), op. cit. n. 51, p. 12 n. 49 prétend qu'il ne s'agit pas de vrais croisés mais d'« une bande de malandrins donnant le change aux populations au moyen d'une croix cousue sur leurs habits ».

68 Évoquant la situation des Juifs en Poitou en 1236, il écrit : « La première de ces crises eut lieu lors des errances de bandes de prétendus croisés qui avaient peut-être à leur tête Geoffroy la Grand' Dent ». Favreau (R.), op. cit. n. 51, p. 10.

69 J'ai montré dans une étude antérieure que Geoffroy de Lusignan avait abandonné ses conflits avec les moines dès 1232 et conclu avec eux un accord avantageux, Pon (G.), op. cit. n. 1, p. 248-250.

70 Depuis 1095, le croisé (crucesignatus) est par définition celui qui est marqué du signe de la croix, qu'il porte généralement cousue sur son épaule : pastoureau (M.), « La coquille et la croix : les emblèmes des croisés », dans Les croisades, Paris, 1988 (Histoire), p. 132-139 et en dernier lieu Caroff (F.), « La croix prêchée et la croix du croisé. Le moment de la prise de croix dans les manuscrits enluminés du xiiie au xve= siècle », Revue Mahillon, nouv. sér. 12 (2001), p. 65-96, notamment p. 67 n. 8 (bibliographie) et p. 81 suiv. pour la description de l'insigne.

71 Les croisés faisaient usage d'emblèmes collectifs, « gonfanons, enseignes, bannières, pennons » : Pastoureau (M.), op. cit. n. 70, p. 135-136. L'emploi du mot vexillum semble indiquer qu'il s'agissait plus précisément d'une enseigne marquée du signe de la croix, peut-être une grande bannière blanche, chargée d'une croix rouge ; voir l'enseigne représentée sur un manuscrit du début du xve siècle, le Trésor des histoires (Paris, Bibl. Arsenal, ms 5077, fol. 348v.  : Caroff (F.), op. cit. n. 70, fig. 7, p. 85).

72 Pastoureau (M.), op. cit. n. 70, p. 134.

73 Rahel sum videns a été adressée aux Anglais le 4 septembre et aux Français le 7 novembre suivant ; cf. Matthieu Paris, Chronica majora, éd. H.-R. Luard, 7 vols, (Roll Sériés, 44,) Londres, 1866-69, ici t. III, 1873 p. 280-287, Les registres de Grégoire IX, éd. L. Auvray, t. I, Paris, 1890, n° 2200- 2202, col. 1180-1183 ; V. aussi n° 2786-89 (28 septembre 1235), t. II, Paris, 1907, col. 171-172.

74 Matthieu Paris, éd. cit. n. 73, t. III, p. 287-288, 312, 373-374 ; v. aussi Guillaume de Nangis, dans Recueil des historiens de France, t. XX, p. 548 et Philippe Mouskes, Chronique rimée, v. 28844 suiv. éd. F. de Reiffenberg, 2 vols., Bruxelles, 1836-1838, p. 606-607 : « Vint de l'apostole Gregoire/Grandpardons et commans de crois,/dont la gent furent en effrois./Quar haut et bas moult se croissièrent ». Déjà en septembre 1234, le pape suspendait les usures des Juifs : « Judœos vero ad remit- tendas ipsis usuras per sacularem compelliprœcipimus potestatem » (Matthieu Paris, éd. cit. n. 73, p. 284) et Emari historiarum, dans Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. XXIII, p. 108- 109 : « Eodem autem tempore, fratres Predicatores et Minores, ad hoc idem officium a domino papa Gregorio IX vocati, sua predicationis exhortatione multos de regno Francia barones et milites ac popu- lum infinitum ad Terra sanctx subsidium armaverunt. ».

75 Painter (S.), « The Crusade ofTheobald of Champagne and Richard of Cornwall 1239-1241 », dans A History of the Crusades, éd. K. M. Sutton, Philadelphie and Madison, 1969, t. II, p. 463- 465 et Richard (J.), Histoire des croisades, Paru, 1996, p. 330 suiv. : Thibaud IV, roi de Navarre et comte de Champagne, qui s'était croisé dès 1236 après sa rébellion contre Louis IX comme le duc de Bretagne, Pierre Mauclerc, qui prit la tête de cette croisade de barons français. Cette dernière ne parvint à Acre qu'en 1238 ; elle se termina par une défaite en novembre 1239 et la conclusion d'une trêve de huit ans par le frère du roi d'Angleterre Richard qui avait rejoint les croisés.

76 Maier (Ch. T.), Mendicants Friars and the Cross in the thirteenth Century, Cambridge University Press, 1994, p. 35 suiv.

77 Favreau (R.), op. cit. n. 71, p. 9-10.

78 Jordan (W. C.), op. cit. n. 29, p. 71-72 énumère les communautés juives de Nantes, Rennes, Saint- Malo, etc. Elles paraissent moins importantes qu'en Poitou et disparaissent après 1240, le duc Jean le Roux, fils de Pierre Mauclerc ayant ordonné l'expulsion des Juifs qui avaient survécu à la persécution ; cf. de Laborderie (A.), Histoire de la Bretagne, t. III, Rennes et Paris, 1889, p. 338 et Grayzel (S.), The Church and the Jews in theXIIIth century, Philadelphie, 1933, p. 344-345.

79 L'Anjou - surtout la cité d'Angers, mais aussi de simples bourgades - comptait plusieurs communautés juives, v. Jordan (W. C.), op. cit. n. 29, p. 59-60 à compléter par Brunschwig (L.), « Les Juifs d'Angers et du pays angevin », Revue des études juives, t. 29 (1894), p. 229-244, ici p. 233- 234 ; Id„ « Les Juifs d'Anjou et les croisades », Archives israëlites de France, t. 56 (1895), p. 222- 223 ; Chazan (R.), MédiévalJewry in Northern France. A Political and Social History, Baltimore et Londres, 1973, p. 134. Les Juifs étaient aussi présents dans le Maine : cf. Bouton (A.), « Les Juifs dans le Maine », Bulletin philologique et historique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1963, p. 711-723 et Nahon (G.), « Pour une géographie administrative des Juifs dans la France de saint Louis », Revue historique, 576 (1976), p. 305 suiv., Id., « Les Juifs dans les domaines d'Alphonse de Poitiers, 1241-1271 », Revue des études juives, t. 125 (1966), 167-211.

80 Favreau (R.), op. cit. n. 71, p. 10-11 et n. 35bis. Nicolas Bonin avait dénoncé à Grégoire IX les erreurs et les blasphèmes que contiendrait selon lui le Talmud et obtint du pape qu'il écrivît aux évêques de France le 9 juin 1239 pour leur demander de faire confisquer tous les livres des Juifs : Denifle (H.), Chatelain (E.), Chartularium Universitatis Parisiensis, t. I, Paris, 1889, n° 173, p. 202, cit. Schwarzfuchs (S.), Les Juifs de France, Paris, 1975, p. 80 ; voir aussi Thuillier (A.), « La condamnation du Talmud par les maîtres universitaires parisiens et les attitudes populaires à l'égard des Juifs au xiiie siècle », dans Études sur la sensibilité. Actes du 102" Congrès national des sociétés savantes. Section de philologie et d'histoire jusqu'en 1610, Limoges, 1977, t. Il, Paris, 1979, p. 199- 214 et le colloque dirigé par Dahan (G), op. cit. n. 54. Nicolas Donin a participé à la dispute avec les juifs à Paris en 1240, Yehiel Ben Joseph de Paris, Vikuah, éd. J.-D. Eisenstein, Ozar vikuhim, New York, 1928.

81 Chronique intitulée ShevetJehuda, copiée par Ibn Verga au xvie siècle à Salonique sur un original perdu, composé au xiiie siècle par un Juif du Midi de la France, éd. A. Shohet, Jérusalem, 1947, p. 148, cit. Favreau (R.), op. cit. n. 35 bis, p. 11, n. 35 bis, v. aussi Gretz (H.), Geschichte der Juden von der àltesten Zeiten bis aufdie Gegenwart, Leipzig, 1861, p. 407-408.

82 De Laborderie (A.), op. cit. n. 78, t. III, p. 337 n. 3 cite un extrait du Chronicon Britannicum (Ex variis Chronicorum fragmentis in veteri collectione mss. ecclesie Nannetensis repertis, éd. Morice (P- H.), Mémoires pour servir de preuves à l'histoire ecclésiastique et civile de la Bretagne, réimpr. Paris, 1974,1.1, col. 111) : « MCCXXXVI. Statim post Pascha, crucesignati Jerosolymitani, qui tune tempo- ris multi erant, interfeceruntJudaosper totam Britanniam Andegaviam et Pictaviam ». En Touraine, où existaient aussi des communautés juives [Grandmaison (Ch. de), « Les Juifs de Touraine », Revue des études juives, t. XVII [1888], p. 210-238], un synode réuni à Tours interdit aux croisés et aux autres chrétiens de « tuer les Juifs, de les frapper, d'envahir leurs biens ou de s'en emparer ». Cf. Mansi (J. D.), Sacrorum conciliorum nova et amplissima collecrio, t. XXIII, Venise, 1779, col. 411, cité Grandmaison (Ch.), op. cit. supra, p. 263 n. 3. Pour la Bretagne, v. aussi Lobineau (G. A), Histoire de Bretagne, Réimpr., Paris, 1973,1.1, p. 235.

83 Les registres de Grégoire IX, éd. L. Auvray, t. III, Paris, 1902, n° 3308, col. 471-472 ; trad. partielle dans Favreau (R.), op. cit. n. 71, p. 10 et Kolb (N.), Les Juifs de Rouen au Moyen Âge. Portrait d'une culture oubliée, Rouen, 1985 (Publications de l'université de Rouen, 66), p. 330. Sur les rapports entre les papes et les Juifs, v. Synan (E.), The Popes and the Jews in The Middle Ages, New York et Londres, 1965, notamment p. 103 suiv. où l'auteur étudie l'attitude des successeurs d'Innocent III et plus spécialement de Grégoire IX (p. 197) à l'égard des Juifs, mélange de condamnation de 1' « opiniâtreté » de la Synagogue et de protecdon des Juifs persécutés.

84 Dahan (G), op. cit. n. 54.

85 Alphandéry (P.), La Chrétienté et l'idée de croisade. Recommencements nécessaires P(ie-xiiie siècles). Cours professé à l'École pratique des Hautes études, texte établi par Dupront (A.), Paris, 1959 (L'Évolution de l'Humanité, 38 bis), p. 113 suiv ; v. aussi Dupront (A.), Le mythe de la croisade, 4 vol., Paris, 1997 (Bibliothèque des histoires) et spécialement, t. III.

86 Je reprends ici l'expression d'Étienne Delaruelle qui a retrouvé les intuitions de Paul Alphandéry dans L'idée de croisade au Moyen âge, op. cit. n. 28, p. 241-257 ; v. aussi les remarques sur le renouveau de la croisade populaire, dans Cardini (Fr.), « Per une ricerca sulle crociate popolari », Quademi medievali, t. 30, 1990, p. 156-167 et Dickson (G.), op. cit. n. 47, p. 94 suiv.

87 Flori (J.), Pierre l'Ermite et la première croisade, Paris, 1999.

88 Adémar de Chabannes, III, 47, éd. P. Bourgain, avec la collab. de R. Landes, G. Pon, Turnhout, 1999 (Corpus Christianorum. Cotitinuatio mediaevalis, CXXDQ, p. 166-167.

89 Tout est déjà dit dans le Chronicon universale d'Ekkehard, éd. G. H. Pertz, MGH, 55, VI, p. 208 : « Qui et ipsi nefandissimas Iudaeorum reliquias, ut vere intestinos hostes acclesix per civitates quas tran- sibant aut omnino delebant aut ad baptismatis refugium compellebant, quorum tamen plurimi, sicut canes ad vomitum, postea rétro redibant » ; v. aussi The Jews and the Crusaders : The Hebrew Chro- nicle ofthe first and the second Crusades, éd. et trad. Sh. Eidelberg, Madison, 1977 et la carte h.-t. du début (reproduite dans Blumenkranz (B.), Histoire des Juifs en France, Toulouse, Privât, 1972) ainsi que les témoignages rassemblés par Flori (J.), op. cit. n. 87, p. 259 suiv.Synan (E.), op. cit. n. 83, chap. V, p. 66 suiv. et Kenneth R. Stow, Alienated Minority. The Jews of Médiéval Latin Europe, Londres, 1992, p. 102 suiv. Même la troisième croisade est marquée par des actions anti-juives, puisque Philippe Auguste, au retour de la Terre sainte s'en prit aux Juifs de Bray-sur-Seine, Rigord, Gesta Philippi Augusti, c. 84, éd. H. Delaborde, op. cit. n. 17, t. I, p. 118-119.

90 Raedts (P.), op. cit. n. 27, p. 305.

91 Richard Le Poitevin, Chronicon, dans Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. XII, p. 411- 413, trad. J. Flori, op. cit. n. 87, p. 266.

92 Cohn (N.), The Pursuit of the Millennium, 3e éd., Londres, 1971, p. 95-96.

93 Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. lat. 4892, fol. B. P. Marchegay, op. cit. n. 2, p. 158- 160.

94 Fol. b. Grande majuscule A se déployant en volutes dans la marge. Le texte qui suit est à pleine page. Dans la marge, d'une encre presque effacée : MCCXXXVI.

95 Les dernières lettres sont effacées.

96 Ponctuation de l'éditeur.

97 Idem.

98 Id.

99 Id.

100 Stulticia est plusieurs fois associé à fatuus dans les Écritures, v. notamment Proverbes 13, 16, 15, 2 ; Isaïe, 32, 6.

101 Ponctuation faible non rendue ici ; souvenir de plusieurs passages de l'Exode (4, 21 ; 7, 3 etc) et de Jean 12, 40).

102 Ponctuation de l'éditeur.

103 Idem.

104 Id.

105 Id.

106 De scilicet magistrum à Pinelli, addition interlinéaire de la même main.

107 Sic, corr. anhelare.

108 Corr. abominabiles.

109 Souvenir de Exode 5,12 : Dispersusque est populusper omnem terram ; Jerem. 40, 7, 13 etc.

110 Deutéronome, 32, 43 : et propitius erit terrœ populi sui.

111 Souvenir de Judit 13, 17 : Deum nostrum qui non deseruit sperantes.

112 Ponctuation forte ms.

113 Entre le 30 mars et le 24 juin 1236.

114 Receptum désigne l'abri mais plus spécialement un château où l'on peut se réfugier.

115 Rainaud, abbé de Maillezais de 1225 environ à 1239.

116 L'Hermenault, ch.-l. c., a. Fontenay-le-Comte, Vendée.

117 Pétosse, c. L'Hermenault.

118 17 juin.

119 Xanton [-Chassenon], c. Saint-Hilaire-des-Loges, a. Fontenay-le-Comte, Vendée.

120 C. Maillezais, ar. Fontenay-le-Comte, Vendée.

121 Ch.-l. a., Vendée.

122 C. et a. Fontenay-le-comte, Vendée.

123 C. Coulonges-sur-l'Autize, a. Niort, Deux-Sèvres.

124 18 juin.

125 Voir supra, n. 65.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540