Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'abbaye de Maillezais

 | 
Mathias Tranchant
, 
Cécile Treffort

1re partie. Maillezais, centre de culture écrite

Le gouvernement de Maillezais, haut lieu de l'édition protestante en France (1615-1620)

Erick Surget

Texte intégral

1Participant de l'histoire intellectuelle du Bas-Poitou, l'activité littéraire du gouverneur protestant de Maillezais à partir de 1589 s'enrichit d'une production typographique riche et singulière dans les années 1615-1620. À cette production se rattache tout de même l'un des plus incontestables chefs-d'œuvre de la littérature française, les Tragiques, épopée de près de 10 000 vers en 7 livres, imprimée en 1616 sans autre nom d'auteur que le mystérieux acronyme L.B.D.D. et à l'adresse métaphorique du « Désert ». Ces précautions ne semblent pas avoir trompé les contemporains avertis qui vivaient dans l'entourage d'Agrippa d'Aubigné dont un rapport de police livre à cette même époque un savoureux et bref portrait, alléguant que « le Sr Daubygny est homme d'une vieillesse saine et vigoureuse, dont la malice s'aug- mante sans que la force diminue ». Le temps passant, la mémoire huguenote mal entretenue dans un pays de missions catholiques et la mode littéraire rangeant au grenier des vieux auteurs françois — durablement relégués dans la préhistoire du bon goût - tous ceux qui étaient venus « avant Malherbe », la chronique provinciale d'Aubigné et le souvenir de son officine furent perdus au bout de deux siècles. On doit à l'érudition locale et aux « antiquaires » des sociétés savantes ainsi qu'à l'engouement inédit pour l'histoire du livre la découverte, dans le deuxième tiers du xixe siècle, des matériaux dont se serviront les érudits bibliographes et historiens lancés après Mérimé et Baudelaire sur les traces du poète-soldat saintongeais. La création à Niort en 1987 de l'association des Amis d'Agrippa d'Aubigné, dans laquelle se retrouvent les chercheurs français et étrangers attachés à la reconnaissance de la vie et de l'œuvre de l'un de nos écrivains les plus singuliers, a permis de susciter et publier synthèses et mises au point sur plusieurs questions controversées. Parmi celles-ci, l'implantation géographique et physique de l'atelier d'imprimerie du gouverneur, son mode de fonctionnement, l'origine et la personnalité de Jean Moussât, « imprimeur dudit Sieur » viennent de connaître des avancées très sérieuses dans leur résolution.

2On se proposera ici de présenter sous une forme inédite et personnelle une sorte de compendium des travaux récemment publiés sur ces questions qui enrichissent incontestablement l'histoire du pays et de l'abbaye-cita- delle de Maillezais.

La stratégie du « non-lieu »

  • 1 La place de Maillezais était située entre deux villes d'édition importantes à l'époque pour le par (...)
  • 2 La Rochelle, Médiathèque Michel-Crépeau, 1.184.193. Le mémoire de Claude Masse a été publié dans l (...)

3La question de l'emplacement exact de l'atelier d'imprimerie semi-clan- destin d'Aubigné, durant les années 1615-1620, a interrogé et divisé plusieurs historiens et bibliographes dès la fin du xixe siècle, période qui suivait exactement la redécouverte du génie littéraire de l'auteur des Tragiques. La désignation métaphorique du « Désert » comme lieu d'édition de ce premier livre, l'absence de Maillezais, ville-centre du gouvernement, comme adresse à la page de titre des autres ouvrages sur laquelle on a préféré porter des noms de lieux paraissant alors improbables (le Dognon, une fortification arasée ; Maillé, un petit village maraîchin) faisaient suspecter l'écrivain d'une supercherie littéraire, au demeurant courante à l'époque1. L'ingénieur Claude Masse, à l'extrême fin du xviie siècle, se posait déjà la question dans un mémoire conservé aujourd'hui à la Médiathèque de La Rochelle 2 et formait une hypothèse argumentée du point de vue militaire privilégiant le site du Dognon :

  • 3 Sans doute l'Histoire universelle. Les Mémoires constituent en réalité le titre générique que les (...)

« Dans ce fort se trouvait une imprimerie qui répandit dans le public divers ouvrages sur ce qui s'était passé dans le temps des troubles et qui portent imprimé à Maillé, entre autres les mémoires de d'Aubigné3. Il y a peu d'apparence que l'on ait placé dans un bourg où il n'y a rien de remarquable et qui paraît n'avoir jamais été considérable, tandis que le fort était comme aujourd'hui inexpugnable et entouré de marais. »

Fig. 1 : Agrippa d'Aubigné, Gouverneur de Maillezais probablement vers 1623 (mariage avec Renée Burlamaccbi). « Le Sr d'Aubygny (sic) est homme d'une vieillesse saine et vigoureuse, dont la malice s'augmante (sic) sans que la force diminue ».
Huile sur toile, xviie siècle, anonyme. Coll. particulière.

Fig. 1 : Agrippa d'Aubigné, Gouverneur de Maillezais probablement vers 1623 (mariage avec Renée Burlamaccbi). « Le Sr d'Aubygny (sic) est homme d'une vieillesse saine et vigoureuse, dont la malice s'augmante (sic) sans que la force diminue ».Huile sur toile, xviie siècle, anonyme. Coll. particulière.
  • 4 Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand, coll. Dom Fonteneau, vol. XXXIV, fol. 107.

4Un autre document4, tiré du recueil de Dom Fonteneau de la Médiathèque de Poitiers et demeuré longtemps inédit, peut-être une première version du Mémoire de Masse, donne une description très précise de l'état des vestiges du fort, malheureusement anonyme et non datée (sans doute autour de 1700). Il confirme l'hypothèse :

  • 5 Obtenu par concession de Françoise de Foix, abbesse de Notre-Dame de Saintes à l'association de Pi (...)
  • 6 Environ 600 m.
  • 7 Schrenck (G.), « Documents inédits sur Agrippa d'Aubigné », Cahiers d'Aubigné - Albineana, t. 5, 1 (...)

« ...Et c'est dans ce fort à Maille, où il dressa son Histoire des guerres civiles de son tems, où il avait une maison et une imprimerie. Ce fort faisait payer les contributions à tous les pays circonvoisins, et sur tout aux bateaux, qui montoient et descendoient la riviere de Sevre. On ne sçait pas s'il a été ruiné ou s'il a péri de lui même faute d'entretien. Mais il y a apparence qu'il n'avoit pas été bien fini et qu'il s'est dégradé de lui même ; mais l'on pouvoit dire qu'il étoit imprenable, les marais du côté du nord n'étant point desse- chés, ni le canal de Vix fait en ce tems là 5 et la plus proche terre ferme est Maillé de distance de 400 toises6, d'où il pouvoit être tout au plus battu par le canon7. »

  • 8 D'Aussy (D.), dans Revue de Saintonge et d Aunis, t. XI, 1891, p. 119-120. L'historien local Louis (...)

5L'érudit saintongeais Denys d'Aussy aura été, lui, jusqu'à se convaincre de l'installation de l'atelier d'imprimerie dans un autre château de Maillé, situé sur la paroisse de Coivert, tout près de la ville de Saint-Jean-d'Angély dans laquelle s'était effectivement retiré Agrippa d'Aubigné de la fin de l'année 1619 jusqu'à l'été 16208. Ce château appartenait à Louis Richard, ancien gouverneur d'Aunis, qui sera mêlé dès l'année suivante à la reprise d'armes du Duc de Rohan.

  • 9 Clouzot (H.), Notes pour servir à l'histoire de l'imprimerie à Niort et dans Us Deux-Sèvres, nouv. (...)
  • 10 On ne peut qu'appeler à des prospections archéologiques sur le site du Dognon ; en ce lieu se trou (...)
  • 11 Poey d'Avant - savant numismate et propriétaire de Maillezais, ami de Benjamin Fillon qui rapporte (...)
  • 12 Garnier (A.), Agrippa d'Aubigné et le Parti protestant, Paris, Fischbascher, 1928. p. 74 sq. Cf. é (...)
  • 13 Comme Eugène Bourloton, alors propriétaire de l'abbaye, et son ami niortais Henri Clouzot.
  • 14 L’Adieu de Perot le Sage, ennuyé de l'excès des insolences et concussions de l'assemblée rochelais (...)

6On a fait récemment le point de ces discussions9. Même si aucune trace archéologique n'a encore pu le confirmer10 - on sait bien aujourd'hui qu'on ne doit accorder aucun crédit aux trouvailles ou allégations de l'antiquaire fantaisiste vendéen Benjamin Fillon11 -, le port maraîchin de Maillé en Bas-Poitou (près duquel se tenait le fort du Dognon) doit être définitivement tenu pour la véritable adresse bibliographique d'Agrippa d'Aubigné. Certes, la plupart des historiens, à commencer par Armand Garnier12, s'étaient déjà ralliés à cette opinion dès le début du xxe siècle, malgré les tenants « très affectifs » de la thèse mallacéenne 13 dont les arguments non dénués de logique ou de bon sens se trouvaient trop contrariés par les textes et les documents. La fameuse adresse du « Pérot le sage », datée de 1621, donc 6 mois ou un an après le départ définitif d'Aubigné à Genève indiquant pour la première et ultime fois Maillezais comme lieu d'impression, alors que le précédent opuscule de la même veine concernant le siège de La Rochelle porte l'adresse de « Maillé, sur les ruines du d'oignon », ne peut même pas jeter un vrai doute sur la question14

  • 15 Paris, Bibliothèque nationale de France, Fonds Clérambault, ms. 1166, fol. 40-44.

7À cette question est venue mettre un terme final et sans appel la publication en 1994 par Gilbert Schrenck de documents inédits conservés dans le fonds Clérambault15 de la Bibliothèque nationale de France, parmi lesquels un rapport secret concernant Aubigné et le fort du Dognon.

Le site du Désert

  • 16 « La nature a contribué à ce lieu ung puys d'eaue excelente, comme par merveille, au milieu dung m (...)
  • 17 Consulter à ce sujet Merle (L.), Constant d'Aubigné, l'étrange beau-père de Louis XIV, Paris, Beau (...)
  • 18 Niort, Archives départementales des Deux-Sèvres, Fonds A.M.N. n° 342, fol. 139 « Assemblée général (...)

8L'acquisition de la terre du Dognon, prise sur le temporel de l'évêque de Maillezais, se serait faite en 160916, son fils Constant étant alors fixé à Maillezais où il occupait pour son père la charge de capitaine. Cette acquisition répondit-elle dans un premier temps au besoin privé de disposer d'une simple résidence de confort ? Cette fonction était assurée jusque-là par le château de Mursay (sur la Sèvre niortaise, à 4 km en amont de Niort) qui appartenait en partie à sa femme, Suzanne de Lezay, décédée en 1595, et dont il venait probablement de restaurer l'ensemble après l'avoir fait retirer des mains de plusieurs créanciers17. Entre l'assassinat du Roi le 14 mai 1610 et l'entrevue avec la Reine régente à Paris en décembre, le gouverneur de Maillezais mariait le 22 octobre sa fille aînée Louise à Benjamin Le Vallois de Villette et lui donnait précisément Mursay. La conjoncture politico-religieuse, déjà passablement préoccupante pour les réformés et qui allait s'aggraver considérablement durant l'année 1611-1612 en raison de la fermeté de la régence devant les récriminations et revendications des protestants, explique en tout cas le projet et l'œuvre de fortification. Le gouverneur de Maillezais est de ceux, en effet, qui ne se satisfont pas, dans ces temps nouveaux, des simples garanties de l'Édit de Nantes, même confirmées par Marie de Médicis. Devant l'agitation de ses sujets protestants, la Reine régente aggrave encore la tension en décidant de leur interdire la tenue des assemblées provinciales et en continuant de distribuer pensions et dignités diverses à tous ceux qui se montrent dociles. On comprend donc qu'en 1612, Aubigné construise son fort, répondant ainsi au besoin qu'il éprouve de s'assurer une meilleure sécurité à la fois militaire et matérielle. En effet, la situation du Dognon, facile à défendre, le rend aussi commode pour compenser en partie la suppression de ses pensions royales. M. le Vice- Amiral des côtes de Guyenne et de Saintonge qui avait déjà plus ou moins fait armer en course sur la Sèvre certains pirates durant les guerres de la Ligue, décide cette fois, d'une manière totalement illégale et qui va scandaliser jusqu'à ses propres amis, d'installer une sorte de péage armé sur la rivière. Un rapport secret de police, long et circonstancié, découvert parmi les documents inédits du fonds Clérambault, s'ajoute au témoignage seul connu jusqu'alors des protestations du corps de ville niortais18. Il date probablement de 1617 ou 1618 :

  • 19 Schrenck (G.), op. cit. n. 7, p. 124.

« Personne ny huguenot ne s'en esmouvera [du châtiment qu'il conviendrait d'administrer au Sr Daubygny], le peuple ayant senty avec la noblesse du pays briefvement la violence de ceste petite tyrannie tant par les picorees à quoy elle a donnée retraicte de tous les costés du pays que pour le tribut qu'elle exigeoit sur la riviere de Sayvre quelle tient bridée, laquelle rivierre porte tout le commerce du Poictou à la mer et de la mer au Poictou. En quoy particulièrement les villes de Niort et de Marans, l'une au dessus, l'autre au dessous sur la mesme rivierre, sont grandement intéressées et tout le pays ensemble en est en craincte et alarme pour l'advenir comme en hayne du passe19. »

9Dans la même collection publiée par notre ami Gilbert Schrenck, de l'université de Strasbourg, une surprenante correspondance de son gendre Benjamin Le Vallois de Villette, adressée au Ministre de l'intérieur Pont- chartrain, témoigne du même fait à plusieurs reprises et atteste également qu'en 1616 les travaux de fortification se continuent sur le Dognon et sur Maillezais. La première mention datée du 14 septembre atténue d'abord le fait :

  • 20 Ibid., p. 132. Lettre datée du 14 septembre 1616.

« Pour Mr Daubigny il a desjà commencé à travailler aux fortifications de ses deux places de Doingnon et de Maillezais et à prendre quelque tribut des bateaux qui vont de Nyort à Marans seulement papier et promesses des marchants au cas qu'il soit contrainct par cy apres d'y imposer à bon escient20... »

10Huit jours plus tard, le ton n'est plus le même, le beau-père de M. de Villette ayant apparemment mis une nouvelle fois ses menaces à exécution :

  • 21 Id. p. 133. Lettre datée du 21 septembre 1616. La découverte de cette correspondance a permis auss (...)

« Sçachez donc, Monsieur, que pour l'Estat present de cette province, il n'y a point de plus grand scandale que le nouveau tribut que Mr d'Aubigny leve depuis quelques jours en argent sur les bateaux qui vont et viennent sur la Seyvre21. »

11Voilà pour l'une des activités principales du Dognon d'Agrippa d'Aubigné, en sus du labeur des presses qu'il renferme, selon le rapport de police auquel nous revenons maintenant :

  • 22 Id, p. 124.

« Est à considerer aussy que ce Doignon sort, sur le seul privilege de l'impunité, une infinité de libelles diffamatoires contre Le general et au descry des affaires publicques et contre les particuliers, comme pour exemple l'Italien François, le Baron de Feneste et voire de gros volumes entiers comme les Tragiques et une Histoire qu'il a maintenant sur la presse ; le tout tendant à resveiller les animosités de party, rememorant aux huguenots leur sang espendu ès massacres et leur imputant à lâcheté l'oubly que les loix divines et humaines leur enseignent, et les rendant odieux aux Catholiques par ce souvenir qui semble tirer à part soy une consequence de vengeance ou en nourrir à tout le moins l'apetit22. »

  • 23 Ainsi durant la trêve signée entre La Rochelle et d'Epernon à partir de janvier 1617. Le 15 avril, (...)

12L'intérêt du document réside aussi dans la description extrêmement précise des lieux, du fort et des dépendances qu'il contient, environ six ans après l'aménagement du site. C'est évidemment la plus ancienne description que l'on connaisse, dès lors que le fort est occupé et qu'il joue pleinement son rôle dans la stratégie militaire, politique et idéologique d'Agrippa d'Aubigné. On nous pardonnera de citer le large extrait suivant qui permet de se rendre compte de l'ampleur de la construction. Il ne laisse en effet aucun doute sur l'importance que lui donne son commanditaire et explique parfaitement l'enjeu qu'il est devenu pour les parties aux prises, chacune d'elles étant soucieuse de le faire déloger ou détruire23,

  • 24 Paris, Bibliothèque nationale de France, Fds Clérambault, ms. 1166, fol. 40-44 dans Schrenck (G.), (...)

« Le Doingnon est un fort situé entre Maillezais et Marans, à une lieue du premier, à quatre lieues de l'autre, distant de trois lieues de Fontenay le Comte, d'environ six lieues de Niort, à huict lieues de La Rochelle, à neuf de Sct Jehan d'Angely, et ainsy faisant ung point au milieu de touttes les principalles villes et places de seureté de ceux de la religion, tant du Poictou que des environs. La forme dud. fort est ung quarré parfaict de quelques six ou sept vingts pas de diametre, composé d'ung gros rampart de grande espaisseur, revestu de massonnerie par le dehors, quatre tours carrées aux quatre coins qui flanquent led. rempart et ung fossé de vingt cinq ou trente pieds delargeur seullement, tant à l'entour des tours que dud. rempart, au dehors duquelfossé y a quatre esperons qui couvrent ces quatre tours eslevez de dix ou douze pieds qui fontfaces, flancs et courtines, et d'un terrain continu environnant toutte la place. Les esperons et courtines ont ung grand fossé de cent pieds de largeur, de tous costez esgal, lequel fossé à encores une seconde contrescarpe fortifiée et relevée de terre qui, avec des saules plantés en croix et en biais, font par art une naturelle desfence empeschant l'abbord de ce grand fossé et n'y laissant qu'une petite avenue pour les basteaux, aisée à fermer et à garder. Outre tout cela, y a ung troisiesme fossé de quarante pieds ou environ, dans lequel les basteaux vont et viennent à la mercy touttesfois de touttes ces diverses pieces de fortifications susd. et de dernier fossé, que par un canal de soixante ou quatre vingts pieds de large qui va aboutir à deux cens pas delà dans la riviere de Sayvre. Ce canal est veu tout du long d'une grosse tour quarrée, bastie justement tout au milieu de la place, laquelle tour faict comme un dongeon assez eslevé, plus haut que tout le reste sur le roc qui naturellement alloit montant de touttes parts vers ce point de milieu. Là est le logement assez commode et spatieux de cave voutée, cuisine, salle, chambres, cabinets, garderobbes et greniers ; et ce logement a l'espace derrière le gros rempart susd. pour luy servir de cour, de place d'armes et autres aisances, ceste espace estant explane et mise tout à l'ung dans led. roc, de sorte qu'on y peult aisement faire rouler toutte sorte d'artillerie d'ung costé à l'autre. Comm'aussy il y a des routes faictes expres pour conduire des pieces montées sur roues dans chacune des tours qui flancquent led. rampart, dans lequel il y a plusieurs autres commodités bien practiques pour une place de guerre, comme greniers et magasins spacieux, four, moulin et autres choses necessaires24. »

  • 25 Durant l'été 1620, Aubigné reprendra sans enthousiasme les armes pour servir Rohan et son frère So (...)

13En 1618, après l'échec des négociations sur le rasement du Dognon qui se sont déroulées d'août à octobre, ce sont les premières tentatives de Constant d'Aubigné, le fils renégat du gouverneur de Maillezais, pour surprendre l'abbaye fortifiée en décembre (il réitèrera l'entreprise sur le Dognon en septembre 1619 pour subir un deuxième échec). Le 29 avril 1619, Agrippa d'Aubigné vend la place au duc de Rohan (pour 100 000 écus dont la moitié comptant), vente suivie un mois plus tard (le 25 mai), au même, de celle du Dognon. On ne peut situer avec certitude la date précise de l'installation du poète-soldat à Saint-Jean-d'Angély, probablement à la fin de l'automne 161925. Y avait-il vraiment installé son imprimeur comme il paraît l'assurer dans ses Mémoires ? et quels lieux avait-il investi exactement ? Aucun document à ce jour n'a pu localiser l'atelier de Jean Moussât dans la cité angérienne d'où serait sorti le troisième tome de l'Histoire universelle.

L'imprimeur du Bouc26

  • 26 L'expression nous est originale. Que les nombreux descendants du grand Agrippa nous la pardonne !
  • 27 Nous renvoyons le lecteur intéressé à la longue mise au point que j'ai pu donner lors du colloque (...)
  • 28 Son oncle paternel Étienne Moussât avait été notaire royal à Argenton ; cf. Angers, Archives dépar (...)
  • 29 Rebecca née le 5 février 1612 et Jean, baptisé le 17 juillet 1613 au temple.
  • 30 Pierre de la Primaudaye, Advis sur la nécessité et forme d'un S. Concile pour l'union des Églises (...)

14On en sait un peu plus aujourd'hui sur Jean Moussât27 et en particulier sur les conditions dans lesquelles il avait installé ses presses à Maillé. Né d'une famille protestante du Bas-Berry28, Moussât faisait métier de libraire à Saumur depuis une date indéterminée quand il a épousé dans cette ville l'une des filles de Thomas Portau, imprimeur officiel de Duples- sis-Mornay depuis 1600. Marie Portau allait donner à son mari plusieurs enfants dont deux nés à Saumur29. Il avait un associé, Son confrère Claude Girard, avec lequel il allait partager l'année suivante les frais d'un ouvrage de Pierre de la Primaudaye 30 et contre lequel on trouvera Marie Portau en procès dans les années 1627-28.

  • 31 Théodore-Agrippa d'Aubigné, La Responce de Michau l'aveugle (suivi de) La Replicque de Michau l'av (...)
  • 32 En date du 28 août 1614 (étude de Mr Augier), un huissier, chargé de présenter sa requête au gouve (...)
  • 33 Niort, Archives départementales des Deux-Sèvres, Min. Augier 3 E 3379 en date du 8 mai 1614, Jean (...)

15Thomas Portau, du temps qu'il actionnait ses presses à Niort, de 1594 à 1600, avait déjà travaillé pour Agrippa d'Aubigné. L'expertise récente d'une suite de deux controverses parodiques anonymes, imprimées pour la première sans doute à La Rochelle, pour la deuxième - dont on a retrouvé un exemplaire dans les papiers Tronchin - sûrement à Niort en 1596, a révélé le véritable auteur et le commanditaire31. Disposant désormais d'imprimeurs à son possible service à La Rochelle et à Niort, Aubigné pouvait préférer confier ses travaux à ces derniers, en une ville où il avait de nombreux amis et qui s'avérait la plus proche de sa vraie résidence familiale, comme en témoigne la déclaration d'un huissier de Niort32. Lorsqu'il prendra la décision de publier ses manuscrits, probablement au moment où il fortifie le Dognon ou peu après, aurait-il préalablement réclamé à Portau quelque recommandation particulière ou bien se serait-il adressé directement et très naturellement au nouvel imprimeur-libraire niortais, Jean Moussât, installé depuis mai 1614 dans l'ancien atelier de son beau- père33 ?

  • 34 Aubigné n'aurait certe pas choisi un homme inculte et sans métier pour commander l'impression d'ou (...)
  • 35 Cf. Surget (E.), op. cit. n. 2, p. 483-502.
  • 36 Les deux coutumiers, l'un de Saintonge, l'autre du duché d'Angoulême, étaient connus d'Henri Clouz (...)

16Considérant la forte personnalité et probablement le bon niveau intellectuel de Moussât34, la question méritait d'être posée. Malheureusement, aucune archive publique ou privée ne nous permet d'y répondre. Tout juste doit-on constater les faits suivants : en gagnant Saumur, Thomas Portau avait laissé à Niort son gendre René Troismaille avec une partie de son matériel qui à son tour le laissa en 1610 à son successeur Anthoine André, lui- même ancien facteur de commerce de Thomas Portau et sans doute commis par ce dernier à prendre la place ; enfin en 1614, Jean Moussât, son gendre depuis 4 ans, succédait à André, sans doute dans les mêmes conditions. On peut donc entrevoir facilement dans cette succession les indices d'une stratégie commerciale35 qui aurait fait de Niort une sorte de comptoir du libraire saumurais, à la tête duquel étaient placés des familiers ou des collaborateurs proches, une stratégie qui n'irait donc pas dans le sens d'une recommandation particulière. On connaît aujourd'hui trois impressions de Jean Moussât à Niort avant qu'il ne passe au service exclusif d'Agrippa d'Aubigné, toutes trois datées de l'année 1615 : deux coutumiers et un manuel scolaire36, vraisemblablement pour les besoins du collège réformé.

  • 37 Lettre d'Aubigné au chancelier Sillery, publiée par Garnier (A.), op. cit. n. 12, t. III, p. 81.

« Mes imprimeurs que j'avais faict venir de loin avec grands despences, le papier, les presses apprestées, et plus que tout cela, la conscience toujours asseu- rée de n'avoir poinet franchy les barrières du devoir, me firent achever mon ouvrage, aussi tôt attaqué à la sollicitation des Jésuittes, et condamné par la briève sentence du Lieutenant civil37 ».

  • 38 Droz (E.), La veuve Berton et Jean Portau, Genève, 1960,120 p. Barthélémy Berton, prototypographe (...)
  • 39 L'éminent éditeur scientifique de l'Histoire universelle, le regretté André Thierry, témoignait en (...)

17Avant que ne soient connus les antécédents de Moussât à Saumur et à Niort, cette lettre d'Aubigné au chancelier Sillery pour se défendre de l'injuste condamnation de son Histoire universelle avait lancé les chercheurs sur la piste d'une provenance rochelaise de son imprimeur, hypothèse soutenue naturellement par le prestige de la capitale protestante de la France et par la logique d'un lieu à la fois relativement proche et suffisamment loin pour justifier de grosses despences de transport. La découverte par Eugénie Droz 38 de l'origine rochelaise d'une partie du matériel typographique des impressions albinéennes avait semblé ne plus prêter à discussion sur ce point-là39.

18En croisant le résultat de ces recherches avec le dépouillement des minutiers de Niort, d'Angers et de Châteauroux, nous avons pu démontrer que les érudits locaux du siècle dernier avaient eu raison : Moussât avait bien été débauché de Niort et il avait dû prendre une ou plusieurs gabarres pour acheminer par voie d'eau son matériel, ses hommes et sa famille jusqu'à Maillé. Ainsi que l'avait déjà fait remarquer Abel Bardonnet dans ses Ephé- mérides historiques de la ville de Niort, rédigées dans les années 1867-68 :

  • 40 Bardonnet (A.), « Les Éphémérides historiques de la Ville de Niort », Mémoires de la Société de st (...)

« Il est du reste rationnel de penser que si le matériel d'imprimerie fut transporté à Maillé, ce fut par la rivière ; c'était le mode le plus facile pour transporter les fardeaux dans le pays mouillé40 ».

  • 41 Niort, Archives départementales des Deux-Sèvres, Min. Augier 3 E 3382.
  • 42 Il s'agit-là d'un sous-affermage, le pas de commerce appartenant au marchand catholique Jean Esser (...)
  • 43 Ibid.

19La date approximative de ce départ peut être conjecturée d'un bail à ferme 41 passé par Jean Moussât avec le libraire de Fontenay, Jacques d'An- gicourt : le 23 octobre 1615, le libraire-imprimeur niortais confie à ce dernier la gérance de sa boutique42 et de son fond pour 10 livres par an payables par quartier (nous dirions par trimestre aujourd'hui). Le fonds est estimé à 1 052 livres et 13 sols et l'acte doit être reconduit selon le rythme inhabituel de baux de 18 mois (au lieu de 36), avec un compte rendu mensuel des ventes. Nous conservons d'ailleurs la première reconduction de l'acte datée du 6 février 161743 et des quittances des sommes payées le 4 novembre 1617 et le 17 février 1619, c'est-à-dire durant le temps des foires royales niortaises de la Saint-André et de la Sainte-Agathe.

  • 44 Niort, Archives départementales des Deux-Sèvres, Min. Augier 3 E 4433. L'intérêt de cette minute s (...)
  • 45 Le tome premier avait été imprimé en 1618 avec le millésime de 1616.
  • 46 Agrippa d'Aubigné, Sa Vie à ses enfants, Gallimard, Pléiade, p. 450.

20Une autre pièce découverte dans les Archives départementales des Deux- Sèvres nous permet de retrouver un peu plus loin la trace de l'activité de Moussât44 au service du gouverneur de Maillezais. Il s'agit d'un marché conclu le 9 mai 1619 avec un marchand papetier des environs de Secondigny (en Gâtine poitevine) nommé Anthoine Touzeau. Dans ce marché, l'imprimeur est dit « demeurant à Maillezais », sans que l'on puisse inférer de cette mention un changement de domicile ou — dirions-nous aujourd'hui - une sorte de raison sociale qui aurait désigné le gouvernement de Maillezais. Il est intéressant de constater en tout cas que ce marché se situe entre les deux actes de vente précités, du gouvernement le 29 avril et du Dognon le 25 mai. Le marché en lui-même, passé durant les foires de la Saint-Jean, porte sur 400 rames de grand papier qui ne peut concerner à l'époque que la mise sous presse des tomes second et troisième de l'Histoire universelle45. Le rythme prévu des livraisons dans le contrat, 2 charges mensuelles de 24 rames, donne à comprendre qu'au bout de 8 livraisons, le travail pourrait être achevé à partir de février 1620. Ce marché, s'il n'a pas été rompu, pourrait être la preuve de la continuation du travail à Maillezais même. Aubigné après tout ne dit pas explicitement qu'il avait transporté son imprimeur jusqu'à Saint-Jean-d'Angély, ville où il vit désormais sous la protection directe d'Henri de Rohan et « où - dira-t-il plus tard —, s'estant meublé il acheva l'impression de ses Histoires46 ».

Catalogue et épilogue

  • 47 M.-M. Fragonard avait anticipé notre questionnement à ce sujet. Voir son article « Le Fidèle Gaulo (...)

21De 1616 à 1620, dans le Dognon près de Maillé, puis à Maillezais ou à Saint-Jean d'Angély, Jean Moussât sortit de ses presses une quinzaine d'ouvrages parmi lesquelles plusieurs n'étaient pas de la plume d'Aubigné mais qu'il a dû publier au moins sous son contrôle. Une autre question non résolue est le statut véritable de l'imprimeur du Bouc47. Après tout, son beau- père Thomas Portau, imprimeur attitré du Gouverneur de Saumur et probablement logé dans son château, avait continué son activité privée de libraire-imprimeur dont la liberté relative toutefois pouvait sans doute se mesurer à l'aune et de sa charge et de son engagement au service du Parti.

  • 48 Clouzot (H.), op. cit. n. 9, p 7986.

22Puisqu'il n'est pas question de faire ici un travail de bibliographe, on se contentera de produire l'inventaire des impressions de Maillé-Maillezais. Pour des localisations plus précises, on se reportera à l'édition revue et augmentée de l'ouvrage de Clouzot48

1616

  1. Apologie pour la sortie de Babylone, contre la victoire imaginaire du faux Cyrus, faussement appelee Desconfiture du faux Zorobabel/Par J. Gommarc, Ministre de la parole de Dieu en l'Église de Verteuil. Maillé, Moussât, M. DC. XVI, in-4°, 412 p. Clouzot/Surget n° 97 ; 3 exemplaires connus à Niort, Bordeaux et Poitiers.
  2. Déclaration de Henry Marc de Gouffier marquis de Bonivet, seigneur de Crevecoeur, etc. Faiste au consistoire de La Rochelle par Monsieur le marquis de Bonivet en présence des pasteurs. À La Rochelle. Jouxte la coppie imprimée à Maillé par Jean Moussât, M. DC. XVI, in-8°, 8 p. Clouzot/Surget n° 96 ; 2 exemplaires connus à Carpentras et à Paris.
  3. Les Tragiques donnez au public par le larcin de Prométhée. Au Dezert, par L.B.D.D. M. DC. XVI, in-4°. Clouzot/Surget n° 92 ; 11 exemplaires connus à Niort, La Rochelle, Besançon, Grenoble, USA (Harvard), Genève (BPU) Paris (BnF, Arsenal et Mazarine) et Londres.

1617

Fig. 2 : Apologie pour la sortie de Babylone... de Gommarc (page de titre). Le premier livre sorti des presses de Jean Moussât à Maillé en mars 1616, avec la marque du prototypographe rochelais Barthélémy Berton. Niort, Bibliothèque municipale, Rés. P 158 E.

Fig. 2 : Apologie pour la sortie de Babylone... de Gommarc (page de titre). Le premier livre sorti des presses de Jean Moussât à Maillé en mars 1616, avec la marque du prototypographe rochelais Barthélémy Berton. Niort, Bibliothèque municipale, Rés. P 158 E.
  1. Les Avantures du baron de Faeneste, première partie, reveue et corrigée et angmentée (sic) par l'Autheur. Plus a esté adjousté, la seconde partie, ou le cadet de Gascogne. À Maillé, M. DC. XVII, in-8°, 72 p. Clouzot/Surget n° 98 ; 5 éditions in 8° et une édition in 12° de 109 p. ont été sorties la même année par Moussât de ce petit roman satirique dont on procède aujourd'hui à une recension et une description précise des exemplaires localisés49.
  2. Complaintes du sang du grand Henry de très heureuse mémoire et de tous les bons François exaucés. A Maillets, 1617, in-8°, 6 p. Clouzot/Surget n° 100 ; 10 exemplaires connus dont 3 à Paris (Mazarine), 2 à Amiens, 1 à AixenProvence, Toulouse, Troyes, Pau et Chicago (USA)
  3. Propos dorez sur l'authorité tyrannique de Cocino Florentin, Marquis d'Ancre, mareschal de Fance, et prétendant la Royauté, par l'anéantissement de tous les Princes, grands seigneurs et officiers du Royaume, et de la Maison de Bourbon Pery misérablement par la juste fureur de Dieu, et la sagesse admirable du roy, et par la main fidele du sieur de Vitry, Capitaine des Gardes de sa Majesté le lundi 24 avril 1617, à la joye, contentement, et Paix universelle des vrays, et fideles François. A Maillet, De l'imprimerie de Jean Moussac, M. DC. XVII, In-8°, 38 p.50.
    Clouzot/Surget n° 99 ; 14 exemplaires dont 4 à Paris, là Niort, Amiens, Orléans, Rouen, et Toulouse ; 1 exemplaire à Londres, Dublin, Chicago, Harvard et Wisconsin.
  4. Le Fidelle Gaulois au Roy. Imprimé à Maillé, l'an M. DC. XVII, in- 8°, 7 p.551.
    Clouzot/Surget n° 101 ; 3 exemplaires à Paris (BnF et Sainte-Geneviève)

1618

  1. L'Histoire universelle du sieur d'Aubigné. Première partie, qui s'estend delà paix entre tous les princes chrestiens, et de l'an 1550 iusques à la pacification des troisiesmes guerres en l'an 1570. A Maillé, par Jean Moussât,... M. DC. XVI, in-fol, 366 p. (Achevé d'imprimer le dernier jour de mars M. DC. XVIII.)
    Clouzot/Surget n° 93 ; 41 exemplaires connus en France (30) et à l'étranger (11).
  2. Les Histoires : du sieur d'Aubigné. Tome second. Comme le premier tome a eu pour these generale la naissance d'un parti qui a esté formé grand et fort, par foibles et petits commancemens, ce segond vous fera voir le mesme come esteint, et quant et quant ressuscité par merveilles, tant plus estranges à qui plus les considérera ; c'est ce que nous poursuivrons aux cinq Livres suivants, pour changer le Tome à l'accord des Princes liguez avec le Roi, et au déploiement de touttes les forces de France, desquelles la division fera place à la victoire entière d'Henri le Grand et à la paix de l'Estât. Maillé, Moussât,... M. DC. XVIII, In- fol, 490 p.
    Clouzot/Surget n° 94 ; 41 exemplaires connus en France (30) et à l'étranger (11).

1619

  1. Libre discours sur Testât present des Églises reformees en France, auquel est premièrement traicté en général des remèdes propres à composer les differens en la Religion à leur naissance, puis en suitte de ceux qui sont propres pour esteindre le schisme qui est aujourd'huy entre les François tant en ce qui concerne la religion que la police par Agrippa d'Aubigné. S.L., 1619, in-8°, 315 p.
    Clouzot/Surget n° 103 ; 1 exemplaire à La Rochelle.
  2. Les Avantures du baron de Faeneste. Troisième partie. A Maillé, par I.M., M. DC. XIX, in-8°, 56 p.
    Clouzot/Surget n° 98 ; 2 éditions in-8° différentes pour 2 exemplaires à la BnF.
  3. Les Avantures du baron de Faeneste. Troisième partie. Ensemble les premiere et seconde, reveues, corrigées et augmentees par l'Autheur de plusieurs contes. A Maillé, par I. M..., M. DC. XIX, in-8°, 172 p. Clouzot/Surget n° 98 ; 2 exemplaires à Paris (Ste-Geneviève).

1620

  1. L'Histoire universelle du sieur d'Aubigné. Tome troisiesme. Qui de la desroute d'Angers desduit les affaires de France et les estrangeres connues, jusques à la fin du siècle belliqueux : et puis par un appendix séparé descrit la desplorable mort d'Henri le Grand. Maillé, Moussât,... M. DC. XX, in-fol, 555 p.
  2. Les Avantures du baron de Faeneste. Troisième partie. A Maillé, par I. M... M. DC. XX, in-8°, 56 p.
    Clouzot/Surget n° 98 ; 3 exemplaires à Paris dont 2 à la BnF et 1 à Ste-Geneviève ; un des deux exemplaires de la BnF est composté M. DC. XXII.
  3. Les Aventures du baron de Faeneste. Troisième partie. Ensemble les premiere et seconde, reveus, corrigées et augmentees par l'Autheur de plusieurs contes. A Maille, par I. M... M. DC. XX, in-12°, 276 p.
    Clouzot/Surget n° 98 ; 1 exemplaire à Paris (Mazarine).
  4. Lettre du Sieur d'Aubigné, dédiée à la postérité. A Maillé, 1620, in-8°, 16 p.
    Clouzot/Surget n° 104 ; 5 exemplaires dont 2 à Paris (Mazarine et Sainte-Geneviève), 1 à Aix-en-Provence, Pau et Poitiers.
  • 52 Surget (E.), op. cit. n.9.
  • 53 Droz (E.), op. cit. n. 38, p. 113

23La suite de l'histoire de Jean Moussât se déroule à Niort où sa première impression nouvelle est datée de 1622. Nous ne disposons d'aucune information sur ses activités et ses résidences entre la fin d'août 1620, la fuite d'Agrippa d'Aubigné à Genève et le redémarrage de son atelier niortais. Peut-être en fin de compte n'est-il jamais sorti de Maillé ou de Maillezais où nous savons par ailleurs qu'il avait acquis des propriétés. Connut-il et vécut-il la révolte des Angériens contre leur gouverneur Rohan en août 1620 ? Se trouvait-il dans la citadelle lors de la prise de Maillezais le 22 mai 1621 par Constant d'Aubigné ? Endura-t-il plutôt le siège et l'investissement de Saint-Jean-d'Angély par les troupes royales le 22 juin 1621 ? La deuxième carrière niortaise se révélera en tout cas pour l'ancien imprimeur d'Aubigné tout aussi mouvementée, car Moussât avait pris l'habitude et peut-être le goût du risque. Sa mort survenue le 3 décembre 1626 laissera sa veuve avec deux graves procès qui probablement hâteront sa ruine. Nous renvoyons le lecteur à un travail plus approfondi que nous avons déjà donné ailleurs car il dépasse le cadre simplement mallaeéen de cette étude52. On donnera simplement le mot de la fin à Eugénie Droz qui commentait ainsi l'usage par Moussât d'une partie du matériel typographique de Barthélémy Berton : « Quelle belle destinée pour un modeste atelier que de servir pendant plus de cinquante ans la Cause, que de commencer par imprimer une plaquette de Bernard Palissy pour finir par les Tragiques. Il y a peu d'officines provinciales dont on puisse faire un pareil éloge53 »

  • 54 Je me trouve particulièrement heureux que l'on m'ait donné l'occasion de le faire en ce 450e anniv (...)

24Ainsi, Maillé et son Dognon, sur les terres de Maillezais en Bas-Poitou, doivent être considérés comme ayant écrit un court mais important chapitre de l'histoire des presses provinciales françaises, une réalité qu'il était juste de rappeler ou de révéler dans le cadre de cette belle synthèse sur l'archéologie et l'histoire de l'abbaye épiscopale54.

Fig. 3 : Les Tragiques (page de titre) et quittance de solde. La quittance de solde est signée de la main d'Aubigné et datée du 26 mars 2588, neuf mois avant la prise de Maillezais. L'édition des Tragiques est celle princeps imprimée à Maillé durant l'été 1616, avec la marque évidée de l'ancien imprimeur niortais René Troismailles,beau-frère de Moussât.
Niort, Bibliothèque municipale, Rés. P 508 E.

Fig. 3 : Les Tragiques (page de titre) et quittance de solde. La quittance de solde est signée de la main d'Aubigné et datée du 26 mars 2588, neuf mois avant la prise de Maillezais. L'édition des Tragiques est celle princeps imprimée à Maillé durant l'été 1616, avec la marque évidée de l'ancien imprimeur niortais René Troismailles,beau-frère de Moussât.Niort, Bibliothèque municipale, Rés. P 508 E.

Notes

1 La place de Maillezais était située entre deux villes d'édition importantes à l'époque pour le parti réformé : La Rochelle bien sûr, équipée depuis 1563 et dont les principales presses étaient alors actionnées par les héritiers de Jérosme Haultin, et Niort où travaillaient depuis 1594 des familiers ou des collaborateurs de l'imprimeur officiel de Saumur, Thomas Portau, passé au service de Duples- sis-Mornay en 1600. Cf. Surget (E.), « Marchands libraires et maîtres imprimeurs de Niort au xviie siècle : stratégies familiales et pratiques éditoriales  », Bulletin de la Société Historique et Scientifique des Deux-Sèvres, 3e sér., t. Il, 2e sem. 1994, p. 483-502.

2 La Rochelle, Médiathèque Michel-Crépeau, 1.184.193. Le mémoire de Claude Masse a été publié dans le tome III de la Revue des provinces de l'Ouest.

3 Sans doute l'Histoire universelle. Les Mémoires constituent en réalité le titre générique que les éditeurs du xviiie siècle ont cru devoir donner à l'autobiographie d'Aubigné que lui-même avait intitulée Sa Vie à ses enfants et qu'il avait voulu garder inédite.

4 Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand, coll. Dom Fonteneau, vol. XXXIV, fol. 107.

5 Obtenu par concession de Françoise de Foix, abbesse de Notre-Dame de Saintes à l'association de Pierre Brisson, Sénéchal de Fontenay ; le marais de Vix était complètement desséché en 1662. Cf. Riou (R.), Les Marais desséchés du BasPoitou, Paris, A. Michalon, 1907, p. 81-86.

6 Environ 600 m.

7 Schrenck (G.), « Documents inédits sur Agrippa d'Aubigné », Cahiers d'Aubigné - Albineana, t. 5, 1993, p. 128.

8 D'Aussy (D.), dans Revue de Saintonge et d Aunis, t. XI, 1891, p. 119-120. L'historien local Louis Audiat avait quant à lui cru pouvoir inférer de la fameuse phrase d'Aubigné dans Sa Vie à ses enfants [« 5f Jean d'Angély où s'estant meublé, il acheva l'impression de ses Histoires »] l'existence de l'atelier dans la place même de Condé. Cf. ibid. p. 125-128. La polémique sera durable. Cf. Audiat (L.), « L'imprimerie de Saintonge-Aunis », Ibid., t. XIII, 1893, p. 179-181.

9 Clouzot (H.), Notes pour servir à l'histoire de l'imprimerie à Niort et dans Us Deux-Sèvres, nouv. éd. rev. et augm. par Surget (E.), Niort, Société Historique et Scientifique des Deux-Sèvres, 1994 ; Surget (E.), « Le Masque et la plume ou les ateliers délinquants de Jean Moussât », Cahiers d'Aubigné - Albineana, t. 9, 1998, p. 135-169.

10 On ne peut qu'appeler à des prospections archéologiques sur le site du Dognon ; en ce lieu se trouvent une exploitation agricole et une ferme autour de laquelle on reconnaît nettement les traces du périmètre castrai.

11 Poey d'Avant - savant numismate et propriétaire de Maillezais, ami de Benjamin Fillon qui rapporte le fait - aurait retrouvé dans les ruines du fort quelques caractères d'imprimerie, une épée et des monnaies du temps. Tous objets que le seul Fillon semble avoir vu.

12 Garnier (A.), Agrippa d'Aubigné et le Parti protestant, Paris, Fischbascher, 1928. p. 74 sq. Cf. également Pannier (J.), « Agrippa d'Aubigné et son imprimeur à Maillé (1616-1620) », Bulletin de la Société d'histoire du protestantisme français, 1927, p. 490-493.

13 Comme Eugène Bourloton, alors propriétaire de l'abbaye, et son ami niortais Henri Clouzot.

14 L’Adieu de Perot le Sage, ennuyé de l'excès des insolences et concussions de l'assemblée rochelaise, Maillezais, 1621 ; Histoire du siège de La Rochelle, où est amplement traité du plan et assiette de cette ville, Maillé, sur les ruines du d'oignon, 1621. La question des vrais commanditaires de ces ouvrages hostiles au parti rochelais n'est pas résolue, ni d'ailleurs celle de leur véritable lieu d'impression. On sait que l'imprimeur protestant de Maillé qui a pu suivre son patron à Saint-Jean-d'Angély avant de reprendre son atelier à Niort au plus tard en 1622 a dû commettre dans cette ville une production loyaliste obligée ; par ailleurs les ateliers du libraire catholique Marnef à Poitiers ont pu contrefaire et dévoyer les productions d'officines protestantes déchues pour les utiliser en fausse adresse d'ouvrages au service de la Contre-réforme. Cf. Clouzot (H.), op. cit. n. 9, p. 86, n. 24. On peut aussi soupçonner Constant d'Aubigné.

15 Paris, Bibliothèque nationale de France, Fonds Clérambault, ms. 1166, fol. 40-44.

16 « La nature a contribué à ce lieu ung puys d'eaue excelente, comme par merveille, au milieu dung marais d'eaue noire et souvent puante [...] Lors qu'il l'achepta, il y avoit seulement une chappelle avec led. puys et quelques eaves comme d'un hermitage ancien ». Ibid.

17 Consulter à ce sujet Merle (L.), Constant d'Aubigné, l'étrange beau-père de Louis XIV, Paris, Beau- chesne, 1971. Le château, dont les ruines viennent d'être acquises par la Communauté d'agglomération de Niort, étaient un bien indivis du frère et de la sœur, Josias et Suzanne de Lezay. Le décès concomitant des propriétaires obligea les procureurs des enfants héritiers de Suzanne à vendre le bien au profit des créanciers de Josias. Par la procédure du retrait féodal, Agrippa d'Aubigné racheta en 1597 la propriété pour le compte de ses enfants (deux fils et deux filles à l'époque).

18 Niort, Archives départementales des Deux-Sèvres, Fonds A.M.N. n° 342, fol. 139 « Assemblée générale et Mezée ordinaire des maire, eschevins et pairs de Nyort », 27 mai 1616.

19 Schrenck (G.), op. cit. n. 7, p. 124.

20 Ibid., p. 132. Lettre datée du 14 septembre 1616.

21 Id. p. 133. Lettre datée du 21 septembre 1616. La découverte de cette correspondance a permis aussi de dévoiler qu'il existait des informateurs de la Cour jusque dans le premier cercle de famille d'Agrippa d'Aubigné dont le gendre préféré était cependant Josué de Caumont d'Adde, à qui il avait donné la main de sa cadette Marie le 5 octobre 1613.

22 Id, p. 124.

23 Ainsi durant la trêve signée entre La Rochelle et d'Epernon à partir de janvier 1617. Le 15 avril, les Rochelais exigent d'Aubigné qu'il rase son Dognon, officiellement pour donner un gage de bonne volonté à d'Epernon, mais également pour lui éviter qu'il tombe entre les mains des catholiques. On peut encore penser qu'il s'agissait de priver Aubigné des moyens de mener une guerre trop personnelle et de laisser maintenir à peu de distance de la cité une fortification illégale, véritable casus belli aux yeux des Royaux.

24 Paris, Bibliothèque nationale de France, Fds Clérambault, ms. 1166, fol. 40-44 dans Schrenck (G.), op. cit. n. 7, p. 121-122.

25 Durant l'été 1620, Aubigné reprendra sans enthousiasme les armes pour servir Rohan et son frère Soubise, alliés pour l'occasion au catholique d'Epernon dans sa folle tentadve d'imposer par la force le retour de Marie de Médicis au conseil du Roi. La débâcle des Ponts-de-Cé le 7 août et la révolte de Saint-Jean-d'Angély contre son gouverneur, la condamnation royale de l'écrivain pour avoir publié sans permission (arrêt du Châteiet en date du 2 janvier 1620) jette Aubigné sur la route de Genève où il arrive le 1" septembre. Il y décédera le 9 mai 1630.

26 L'expression nous est originale. Que les nombreux descendants du grand Agrippa nous la pardonne !

27 Nous renvoyons le lecteur intéressé à la longue mise au point que j'ai pu donner lors du colloque organisé à Niort et Maillezais les 28 et 29 mai 1994 sous le titre « Le Livre entre Loire et Garonne : un outil de paix, de guerre et d'oubli : 1560-1630 » ; cf. Surget (E.), op. cit. n. 9, p. 135-169.

28 Son oncle paternel Étienne Moussât avait été notaire royal à Argenton ; cf. Angers, Archives départementales du Maine-et-Loire, Min. J. Dutertre, 5E43/444 (année 1611).

29 Rebecca née le 5 février 1612 et Jean, baptisé le 17 juillet 1613 au temple.

30 Pierre de la Primaudaye, Advis sur la nécessité et forme d'un S. Concile pour l'union des Églises chres- tiennes en la foy catholique, et sainct exercice d'iceile, à Saumur chez Claude Girard et Jean Moussât, 1611. Cf. Desgraves (L.), Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au xviie siècle, t. I, V. Koerner, 1978, p. 156, n°76 ; Pasquier (E.), Dauphin (V.), Imprimeurs et libraires de l'Anjou, Angers, 1932, p. 264.

31 Théodore-Agrippa d'Aubigné, La Responce de Michau l'aveugle (suivi de) La Replicque de Michau l'aveugle : deux pamphlets théologiques anonymes publiés avec les pièces catholiques de la controverse par Fanlo (J.-R.), Paris, Champion, 1996. Ces deux pièces étaient destinées à soutenir la controverse laborieuse du pasteur de Niort, La Blachière, que celui-ci avait engagée contre le prêcheur jésuite Jules-Caesar Boulenger. Cf. Clouzot (H.), op. cit. n. 9, p. 2021.

32 En date du 28 août 1614 (étude de Mr Augier), un huissier, chargé de présenter sa requête au gouverneur de Maillezais, refuse de s'y rendre en raison de la mauvaise réputation du lieu et préfère attendre le retour d'Aubigné à Mursay où il a l'habitude de faire sa résidence quand il vient au pays ! Une telle déclaration suppose que les séjours du gouverneur dans le château familial étaient fréquents. Cf. Merle (E.), op. cit. n. 17. Mursay était habité par Louise d'Aubigné et son mari Benjamin Le Vallois de Villette.

33 Niort, Archives départementales des Deux-Sèvres, Min. Augier 3 E 3379 en date du 8 mai 1614, Jean Moussât décide de renvoyer à Saumur son apprenti Paul Billault.

34 Aubigné n'aurait certe pas choisi un homme inculte et sans métier pour commander l'impression d'ouvrages aussi importants pour lui que Les Tragiques ou l'Histoire universelle, ce dernier ouvrage étant une œuvre de grande haleine et pour laquelle son auteur chercha désespérément un privilège royal. D'autre part, peu après sa mort, sa veuve Marie Portau le fait désigner dans les actes qui le concernent sous la titulature de « noble homme », le mettant ainsi au même rang que les médecins ou les avocats. Moussât avait-il été gradué d'université ? Sur cette intéressante question de la titulature dans la France d'Ancien régime, consulter la remarquable thèse de Sagot (I.), Les Honorables Hommes à Niort au xviie siècle : contribution à l'étude des groupes intermédiaires dans la société urbaine d'Ancien régime, th. dactyl., univ. Michel de Montaigne, Bordeaux III, 1999, 618 p.

35 Cf. Surget (E.), op. cit. n. 2, p. 483-502.

36 Les deux coutumiers, l'un de Saintonge, l'autre du duché d'Angoulême, étaient connus d'Henri Clouzot par les exemplaires conservés à la Bibliothèque de Poitiers. Cf. Clouzot (H.), op. cit. n. 9, p 79. Je me permets ici de constater que la publication à Niort de ces ouvrages correspond à l'époque de la mise en place comme nouveau Lieutenant de Roy en Poitou de M. Le Comte de la Rochefoucauld. Quant au manuel scolaire, il s'agit d'une édition du traité de rhétorique d'Omer Talon, revisité par Pierre de La Ramée, grande figure du martyrologe protestant. Sur les conditions de sa récente découverte (en 1994) et les particularités de l'exemplaire, on consultera Surget (E.), « Un Unicum niortais : la Rhetorica d'Orner Talon, Moussât, 1615 », Bulletin de la Société historique et scientifique des Deux-Sèvres, 3e série, t. III, 2' sem. 1995, p. 353-365.

37 Lettre d'Aubigné au chancelier Sillery, publiée par Garnier (A.), op. cit. n. 12, t. III, p. 81.

38 Droz (E.), La veuve Berton et Jean Portau, Genève, 1960,120 p. Barthélémy Berton, prototypographe de La Rochelle et imprimeur de Palissy en 1563, avait transmis son matériel à l'un de ses collaborateurs Jean Portau, oncle probable de Thomas Portau, à son tour dépositaire des polices et typons gravés de Berton. On connaît la filiation de l'atelier niortais de Portau en partie grâce à Desgraves (L.), « L'introduction de l'imprimerie dans le Sud-Ouest de la France jusqu'à la fin du xvie siècle » dans Villes d'imprimerie et moulins à papiers du xive au xvie siècle... Colloque international de Spa, 11-14 sept. 1973, Bruxelles, 1976.

39 L'éminent éditeur scientifique de l'Histoire universelle, le regretté André Thierry, témoignait encore à l'orée des années 80 de la certitude acquise à ce sujet, osant imprudemment la précision géographique : « Il s'assura les services d'un imprimeur, Jean Moussât, avec ses presses transportées par bateau de La Rochelle, dans la maison qu'il avait acquise à Maillé, petit village à quelques kilomètres de Maillezais », Cf. Histoire universelle, éd. A. Thierry, Genève, Droz, 1981, t. I. p. XXVI. L'idée d'un transport par bateau montre cependant que l'éditeur avait lu l'ouvrage d'H. Clouzot, lequel avait bien remarqué, comme d'autres érudits niortais avant lui, que Moussât était installé déjà à Niort avant de se rendre à Maillé. Voir Clouzot (H.), op. cit. n. 9, p. 73 et n. 6.

40 Bardonnet (A.), « Les Éphémérides historiques de la Ville de Niort », Mémoires de la Société de statistique, sciences, lettres et arts du département des Deux-Sèvres, 3e sér., t. I, 1884, p. 247-391.

41 Niort, Archives départementales des Deux-Sèvres, Min. Augier 3 E 3382.

42 Il s'agit-là d'un sous-affermage, le pas de commerce appartenant au marchand catholique Jean Esserteau. Cf. Surget (E.), op. cit. n. 9, p. 146.

43 Ibid.

44 Niort, Archives départementales des Deux-Sèvres, Min. Augier 3 E 4433. L'intérêt de cette minute s'apprécie aussi en la rapprochant de celle en apparence plus anodine datée du 4 décembre 1618, chez le même notaire (Min. Augier 3 E 3387). Moussât cède à d'Angicourt sa place et ses bancs de la halle de Fontenay qu'il tenait pour le compte d'un libraire de Poitiers, Anthoine Michaut. On peut penser que l'activité typographique de Moussât est devenue un emploi à plein temps et qu'il se défait alors progressivement de ses occupations commerciales privées.

45 Le tome premier avait été imprimé en 1618 avec le millésime de 1616.

46 Agrippa d'Aubigné, Sa Vie à ses enfants, Gallimard, Pléiade, p. 450.

47 M.-M. Fragonard avait anticipé notre questionnement à ce sujet. Voir son article « Le Fidèle Gaulois et Propos dorez sur l'authorité tyrannique du Mareschald'Ancre : deux textes imprimés par Jean Moussât en 1617 », Cahiers d'Aubigné - Albineana, 5, 1993, p. 87-118.

48 Clouzot (H.), op. cit. n. 9, p 7986.

49 Le travail annoncé s'appuie sur la première recension savante de Pic (Fr.), « Essai de bibliographie des Avantures du Baron de Faeneste de Théodore Agrippa d'Aubigné », Cahiers d’Aubigné - Albineana, 6, 1995, p. 333360.

50 Fragonard (M.-M.), op. cit. n. 47, p. 96-118.

51 Ibid., p. 8795.

52 Surget (E.), op. cit. n.9.

53 Droz (E.), op. cit. n. 38, p. 113

54 Je me trouve particulièrement heureux que l'on m'ait donné l'occasion de le faire en ce 450e anniversaire de la naissance de Théodore Agrippa d'Aubigné qui aura été trente années durant le plus illustre des locataires de Maillezais. J'en remercie très cordialement Cécile Treffort, responsable de la publication du présent ouvrage.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Agrippa d'Aubigné, Gouverneur de Maillezais probablement vers 1623 (mariage avec Renée Burlamaccbi). « Le Sr d'Aubygny (sic) est homme d'une vieillesse saine et vigoureuse, dont la malice s'augmante (sic) sans que la force diminue ».Huile sur toile, xviie siècle, anonyme. Coll. particulière.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18522/img-1.png
Fichier image/png, 845k
Titre Fig. 2 : Apologie pour la sortie de Babylone... de Gommarc (page de titre). Le premier livre sorti des presses de Jean Moussât à Maillé en mars 1616, avec la marque du prototypographe rochelais Barthélémy Berton. Niort, Bibliothèque municipale, Rés. P 158 E.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18522/img-2.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Fig. 3 : Les Tragiques (page de titre) et quittance de solde. La quittance de solde est signée de la main d'Aubigné et datée du 26 mars 2588, neuf mois avant la prise de Maillezais. L'édition des Tragiques est celle princeps imprimée à Maillé durant l'été 1616, avec la marque évidée de l'ancien imprimeur niortais René Troismailles,beau-frère de Moussât.Niort, Bibliothèque municipale, Rés. P 508 E.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18522/img-3.png
Fichier image/png, 1,2M

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540